AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 dear stalker, imma hit you so hard (feat. wakiya mitsuo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 1 Juin - 5:45
NOT A STALKER ?

At night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day.... Δ Anne Sexton






J'aime sortir du boulot tranquillement sans croiser les filles de mon boulot et finir dans le bus avant d'arriver chez moi. Je ne vais pas dire que je n'aime pas les filles de mon nouveau travail ; c'est un amour inexistant réciproque. Elles sont beaucoup trop en concurrence pour pouvoir bien faire leurs travail à mon avis. Mais à quoi bon parler Mai, à quoi bon parler quand les oreilles ne veulent pas entendre ce qu'il y a à entendre hm ? Inutile usage de salive pour rien. Elles n'ont jamais vu mon visage pourtant, mais elles arrivent à être jalouse de moi parce qu'en deux mois à peine, je me suis mise à gagner plus. Quoi, je devrais tout quitter, la danse, l'université pour travailler ici ? Je ne sais pas pendant combien de temps je tiendrai avant d'en coller une à une des filles ou alors à un client qui demande à ce que je laisse tomber mon masque. Je me fiche du regard des autres, mais je n'ai simplement pas besoin de rumeurs en plus à propos de moi. "Suffisant" est le mot qui me vient à l'esprit avec "largement". Nul besoin d'en rajouter d'avantage.


Donc pour éviter de parler d'autre chose et m'égarer, comme tous les soirs depuis un bon moment maintenant, il y a cet espèce de ... Scélérat qui me suit pendant que je marche le long des deux rues avant de me retrouver à l'arrêt de bus. Patiemment, j'ai attendu que tout ça s'arrête mais, ça n'a pas l'air de s'arrêter. Donc aujourd'hui, pour éviter de finir dramatiquement dans des ennuis, je vais opter pour simplement être franche comme 99% du temps... Eh, si jamais j'avais voulu dire "honnête" j'aurais dit honnête ! Ne commencez pas à mélanger torchons et serviettes s'il vous plait. Donc, je fini par m'arrêter au beau milieu de la rue, doucement soupirer avant de me tourner vers le jeune homme en question. Honnêtement, je m'attendais à un type de la quarantaine, barbus et tout ce qui va avec mais il est dans ma tranche d'âge. Peut être un peu plus âgé ? Aucune idée, je ne suis pas douée pour ce genre de choses. Je lance d'un ton agacé ;


Mai - Ecoute, je ne sais pas comment le dire histoire que tu sois pas blessé mais il faut que tu arrête de me suivre, ok ?   Je tend ma main, ne le laissant pas le temps de répondre et ajoute Ca va deux secondes mais il faut trouver un autre passe temps Autre pause Je me suis bien faite comprendre ?


Qu'il essaie de me répondre "sinon quoi" et il n'allait pas pouvoir finir sa phrase que mon tazer aura déjà fait le boulot de stopper les potentielles conneries à venir. Je garde une certaine distance entre lui et moi puis croire les bras. Je ne suis pas prétentieuse en disant que je suis à l'aise dans les sports de combat. Pour une personne qui s'est battue toute sa vie, avec sa demie soeur, avec les garçons de l'école primaire à maintenant... No problemo. Pas besoin d'appeler les flics. Mais j'espère quand même que ce n'est pas un de ces petits cons de service.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 1 Juin - 14:40
dear stalker
at night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day
ryuu k. mai ✧ wakiya mitsuo


tenue Ça n’avait jamais été du genre de Mitsuo de sortir en soirée, d’aller dans des bars à strip-teaseuses, ou d’aller fumer un joint. Il n’était pas non plus le parfait élève modèle, mais il n’avait pas vraiment d’attirance pour ces choses là, contrairement aux autres de son âge. Mais il avait fallu d’une soirée, une soirée où il s’ennuyait à en mourir, pour se faire traîner par quelques camarades de classe avec qui il semblait s’entendre plus ou moins. Et c’était ainsi qu’il s’était retrouvé dans un club bondé de personnes, rassemblées autour de jeunes femmes qui se déhanchaient, enlevant un à un leurs vêtements. Mitsuo n’avait jamais compris une telle attraction, et pourtant les hommes semblaient prendre un réel plaisir devant ce spectacle. Cependant, il avait fallut que son regard tombe sur une des strip-teaseuses présentes pour qu’il ne puisse plus s’en détacher. Il ne regardait pas spécialement son corps, juste ses yeux qu’on devinait à travers le masque qu’elle portait. Et Mitsuo ne sut pas pourquoi, mais la jeune femme l’intrigua. Il avait envie de savoir qui se cachait derrière ce visage. Elle semblait différente des autres, et c’était sûrement ce qui poussait Mitsuo à vouloir une telle chose. Car, il ne se serait jamais intéressé à une strip-teaseuse, ou une femme en général, uniquement pour son corps. Mitsuo n’était pas comme ça.

Alors Mitsuo avait cherché à en savoir plus sur la jeune femme, sans pour autant aller lui parler. En découvrant qu’elle prenait la même ligne de bus que lui, il se dit que c’était une chance. Et il en profita. Chaque soir, il se rendait devant son lieu de travail, attendant dans le froid, les écouteurs vissés dans les oreilles qu’elle daigne sortir, pour la suivre à une distance convenable. Il l’observait de loin, se posant toutes sortes de questions à son sujet, parfois restant sans réponses, parfois imaginant ce qu’elle lui répondrait. Mais il n’avait pas encore prévu de lui parler. De toute manière, il n’avait aucune idée de comment aborder la chose. Que pouvait-il bien lui dire pour qu’elle ne prenne pas peur ?

Mais c’était sans compter sur le fait que cette fois, la jeune femme ne semblait pas vouloir en rester ainsi, à sentir quelqu’un derrière elle la suivre. Car Mitsuo se doutait bien qu’elle avait senti sa présence, depuis le temps qu’il l’attendait et la suivait jusqu’au bus. Alors, quand elle se retourna vivement vers Mitsuo, celui-ci sursauta. Il avait été perdu dans ses pensées, et bien que ses yeux étaient rivés sur elle, il n’avait pas capté qu’elle s’était arrêté puis retourné vers lui. Il était maintenant face à elle, à deux ou trois mètres seulement. Il ancra son regard dans celui de la jeune femme. Enfin, il pouvait voir clairement son visage, bien que la rue n’était éclairée que par de faibles lampadaires. Mitsuo la détailla des pieds à la tête, alors qu’elle parlait. Elle était vraiment jolie, et son visage avait l’air doux et en même temps autoritaire et sérieux. Elle ne devait pas être bien plus vieille que lui, et en se rendant compte qu’elle gagnait de l’argent grâce à son corps à cet âge, il ressentit un petit pincement dans sa poitrine.

Il se mordit la joue, que pouvait-il bien répondre ? Qu’il la suivait parce qu’elle l’intéressait, parce qu’il voulait en savoir plus sur elle ? Il passerait très certainement pour un gros psychopathe, et elle ne voudrait plus le voir. Elle appellerait peut-être même la police. Après tout, c’était très certainement ce qu’il aurait fait dans son cas. Alors, il décida de jouer la carte de l’ignorance.

– Excusez-moi, je crois que vous vous trompez de personne.

Mitsuo s’était rapproché d’un pas, et il surplombait maintenant la jeune femme. Pas difficile, puisqu’il atteignait les 1m80. Il montra l’arrêt de bus un peu plus loin d’un mouvement de tête.

– Je vais juste prendre mon bus.

Après tout, c’était la vérité.
© Starseed

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 17 Juin - 0:06
I DONT WANT TO HURT YOU

At night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day.... Δ Anne Sexton





"Chère mademoiselle Ryuu, le monde ne tourne pas autour de toi voyons !" voila ma conscience qui revient me taper sur le système quand il me dit qu'il n'est pas là pour moi. Surprise ? Honnêtement un peu oui. Bon, je ne vais pas dire que tout le monde s'intéresse à moi et que je dois me cacher pour vivre en sécurité, mais des malades, j'en ai rencontré beaucoup depuis que je travaille ici. J'en ai rencontré, ô, tellement. J'ai arrêté de compter histoire de ne pas déprimer. Mais après tout, c'est moi qui l'ait choisi tout ça ; oui il y a des gens qui en viennent à travailler là à cause de souci financiers mais moi, je suis simplement là.


Mai - Ah vraiment ?


Le ton est hésitant. Pourquoi es-tu aussi hésitante Mai ? Déstabilisée ? Je passe la main dans mes cheveux bruns et détourne alors finalement le regard alors qu'un faible sourire se dessine sur mes lèvres. Vais-je m'excuser pour autant ?


Mai - J'ai du vous confondre avec quelqu'un d'autre alors


J'allais, j'étais vraiment sur le point de le faire, mais automatiquement, les excuses ont disparue de mon vocabulaire. Je repose mon regard sur le jeune homme qui n'est apparemment pas un stalker et puis regarde la direction qu'il m'indique avant de finalement me dire ; idiote de Ryuu, tu n'est pas la seule personne sur Terre, tu n'es pas si intéressante que ça.


Mai - Je vois je fini par dire avec un faible sourire à son attention Bon alors, je vais vous laisser


Le vouvoiement est ugh. Me donne envie de vomir. Il faut croire que je ne suis simplement pas habituée. traverse la ruelle pour aller à l'autre bout. En réalité, je prend le même bus mais... Ai-je envie de marcher avec quelqu'un après toute cette soirée de travail ? Justifie toi Mai, justifie toi dit la voix de la... Je ne sais même plus laquelle.


Mai - Je vais rester de ce côté, je dis avec un de mes sourires automatique, je ne vous connais pas et je n'ai pas envie de vous faire mal


Et là, il n'y a plus qu'à attendre le rire machiste du bonhomme. Je le vois venir, c'est tellement... Tellement évident.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 27 Juin - 19:42
dear stalker
at night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day
ryuu k. mai ✧ wakiya mitsuo


tenue Mitsuo n’avait jamais clairement entendu la voix de la jeune femme. Et lorsqu’elle parla, il sentit un frisson remonter le long de sa colonne vertébrale. Elle avait une belle voix, douce et jolie, trahissant sa volonté d’être ferme et autoritaire dans ses paroles. Mitsuo avait eu du mal à ne pas sourire. Faire l’indifférent était facile pour lui, et pourtant, il avait du mal à rester neutre face à la jeune femme qui l’intriguait. En même temps, comment prétendre s’en foutre de quelque chose qui envahit une bonne partie de nos pensées ? Pas que Mitsuo pensait constamment à la jeune femme, mais il pensait assez à elle pour se rendre, presque chaque soir, à son lieu de travailler, l’attendant et rentrant avec elle sur une bonne partie de son trajet.

À son ton hésitant, Mitsuo ne peut s’empêcher de sourire tendrement. Elle passa sa main dans ses cheveux, et il dut se mordre les lèvres pour éviter de sourire tel un pervers. Il pencha la tête légèrement sur le côté.

– Ça arrive à tout le monde.

Mitsuo mit ses mains dans les poches de son jean, et haussa les épaules, lui montrant que ce n’était pas grave. La voir sourire lui valut un frisson de plus, et il enfonça encore plus ses mains dans ses poches, ne lâchant pas ses yeux du regard. Il se demandait vraiment comme une telle personne pouvait faire ce genre de métier. Mais alors qu’il était reparti dans ses pensées, il la vit s’éloigner. Il fit un pas, peut-être un peu trop brutalement, dans sa direction.Elle se retourna à nouveau vers lui. Mitsuo aurait aimé rester avec elle, pour discuter peut-être, en apprendre plus sur elle. Mais elle ne semblait pas de cet avis. Après tout, qui le serait ? Qui aurait envie de parler avec un lycéen en rentrant du travail, alors que sa seule envie est probablement de retrouver son chez-soi et son lit ? Il leva un sourcil à la remarque de la jeune femme.

– Pourquoi vous me feriez mal ? 

Mitsuo vit là une occasion de continuer de parler avec elle, alors il se mit à marcher dans la même direction que la jeune femme, à quelques mètres d’intervalle.

– Comment vous appelez-vous ?

Il n’était pas sûr qu’elle lui réponde, il s’attendait même à un vent de sa part, ou à un rejet. Qui voudrait donner son nom à une inconnue ? Mais il avait essayé, il voulait savoir comment s’appeler celle qui l’intriguait tant.
© Starseed

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 14 Juil - 20:44
CAREFUL

At night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day.... Δ Anne Sexton





Mai, ça ne va plus très bien là dedans, c'est ce que la voix de la raison me dirait. Non parce que si je commence à croire que tout le monde me suit, ça ne va plus très bien. Mais il faut être honnête, c'est tellement fréquent en ce moment que je commence à me protéger de tout pour ne pas avoir de suprises. De ce fait je m'éloigne un peu de lui. Certes, il est grand, mais j'en ai envoyé des comme lui à l'hosto sans beaucoup de difficultés. Je suis un anti-virus, même quand ce n'est pas nécessaire. Puis quand il me demande pourquoi je lui ferait mal, je passe doucement la main dans mes cheveux avant d'ajouter ;


Mai - Parce que je peux. Je marque une pause avant d'ajouter J'ai de mauvais réflèxe dont j'ai du mal à me débarasser pour tout dire. Et j'ai peur que tout ça vous tombe dessus alors ne vous rapprochez pas.


De mauvais réflèxes, tu parles. Non, ils m'ont probablement sauvé la vie de nombreuses fois mais parfois ils ne sont vraiment pas nécessaires. Je lève les yeux vers lui quand il me demande mon prénom, met un certain temps à répondre, quelques secondes s'écoulent avant que je finisse par dire ;


Mai - Mai, je m'appelle Mai... Et vous ?


Je ne suis pas de nature trop curieuse, pas du genre à fuir une conversation non plus. Je crois que s'il y a simplement quelque chose qui me bloque, c'est le contexte, le lieu de rencontre, l'heure aussi. Mais vous savez, je suis du genre à me faire du souci pour rien au final, c'est mon truc pour ne pas être déçue ; ne rien attendre des autres si ce n'est le pire. J'ai déjà rencontré pas mal de mauvaises personnes sur Tokyo, mais je sais au fond de moi que je ne suis pas au bout de mes peines.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 19 Juil - 21:57
dear stalker
at night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day
ryuu k. mai ✧ wakiya mitsuo


tenue La réponse de la jeune femme surpris Mitsuo, mais il ne laissa rien paraître, se contentant de l’écouter et d’essayer de comprendre ce qu’elle voulait insinuer. À quoi faisait-elle référence lorsqu’elle parlait de mauvais réflexes ? À ces gestes brusques qui lui permettaient de se débarrasser des hommes un peu trop bourrés après son travail ? Oh, Mitsuo était au courant. Il l’avait vu de ces propres yeux, ces pervers barbus et clopinant derrière elle, loin d’être discret, dans l’espoir de pouvoir la tirer dans une ruelle sombre et la salir. Parfois, Mitsuo arrivait derrière l’homme et avec persuasion, le faisait fuir avant même que la jeune femme se retourne pour s’apercevoir que personne ne la suivait, au final. C’était déplorable, être traquée ainsi pour son corps car les hommes pensent que les femmes ne sont bonnes qu’à assouvir leurs besoins. Sûrement une raison de plus qui poussait Mitsuo à parler à cette femme, à s’intéresser à elle, différemment des autres. Il ne répondit pas, se contentant d’hocher la tête.

– Ah, je ne pense pas que l’écart d’âge soit si différent, alors on peut se tutoyer ? dit-il avec un faible sourire, comme s’il voulait l’amadouer, lui montrer qu’il ne faisait pas partie des bad guy. Enchanté, je suis Mitsuo.

Et il s’inclina presqu’un peu trop respectueusement. Et le silence s’en suivit. Peut-être qu’en étant un peu bavard, il aurait pu briser la lourdeur de la nuit qui s’installait de nouveau entre eux. Mais Mitsuo n’aimait pas spécialement parler. Surtout pour des choses futiles. Alors, il gardait ses deux lèvres plaquées l’une contre l’autre, se mordillant légèrement l’intérieur de la joue, et se laissait porter par ses pieds qui avançaient l’un après l’autre, à quelques mètres de ceux de Mai. Et alors, comme s’il s’était perdu dans ses pensées, il parla. Peut-être avait-il pensé à voix haute, il ne voyait de toute façon aucune autre solution.

– Tu es très belle.

Si soudainement, que Mitsuo mit quelques temps à se rendre compte qu’elle l’avait entendu et que sa voix n’était pas seulement dans sa tête. Et il ouvrit la bouche, et il la referma. À quoi bon ? C’était dit. On ne s’excuse pas de dire de la vérité, on ne s’excuse pas de dire un compliment, on ne nie pas, alors Mitsuo ne dit rien.

–  Tu es étudiante ?

Changer de sujet de conversation était peut-être la meilleure chose à faire, qui sait ? Au moins, Mitsuo avait essayé de partir sur une autre voix.
© Starseed

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 13 Aoû - 21:31
OH

At night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day.... Δ Anne Sexton




Je n'ai jamais connu de telles situations auparavant, je vous jure, pourtant j'en ai rencontré des gens, je ne suis pas resté dans une grotte à attendre que le temps passe. J'en ai rencontré des gens mais des personnes comme lui, ce n'est encore jamais arrivé. Je me suis dit que ça n'existait pas, enfaite, je n'ai jamais pensé à des personnes comme ça, je n'ai jamais pu me l'imaginer jusqu'à ce soir. Oh, je sais très bien ce que vous allez dire, "tu n'es pas un cadeau non plus Mai" je sais. J'inspire doucement, je sais que je peux partir, mais le pire, c'est que je ne le fais pas. Il pourrait être un tueur en série. Un jeune tueur en série, je sais pas moi ! Simplement, je hoche doucement la tête pour approuver, le vouvoiement ce n'est pas pour moi, j'aurais très certainement fini par demander ou l'imposer ou bien tracer ma route simplement.


Puis silence, stock de conversation épuisé, je me dis que le trajet va être long ou alors rapide, c'est assez relatif, on voit tout ça comme on le souhaite. Mais peut être que j'ai arrêté de l'écouter, et que la conversation a continué. Je ne sais pas. Je ne saurais vous dire ; son compliment sort de nul part et je lève la tête vers lui comme pour comprendre. Il n'y a rien à comprendre Mai, me dirait la raison si seulement elle voulait bien se montrer. Amusée, un faible sourire fini par se dessiner sur mes lèvres, quelques secondes à peine, il a du le louper  ;


Mai - J'ai bien cru comprendre après le nombre d'agression que je ne compte plus je lance ironiquement


Pourtant c'est sérieux et aussi réel que moi en train de vous parler de tout ça. Pourtant, j'ai détesté ces moments là, et maintenant je suis comme indifférente. Peut être que c'est la meilleure chose à faire,  jouer les aveugle de service et éviter de faire le compte. Je hoche à nouveau la tête  ;


Mai - Première année à l'université, mais c'est simplement parce que j'ai sauté une classe... Et non, je ne suis pas si intelligente que ça pourtant. Et toi ?


Oh, modeste mademoiselle Ryuu ? Je manque de tomber à force de ne pas regarder où je met les pieds, mais me rattrape bien assez vite avant de rajouter ;


Mai - Quel genre de travail tu fais pour terminer aussi tard ?


La conversation manquait de... Curiosité.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 15 Aoû - 19:08
dear stalker
at night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day
ryuu k. mai ✧ wakiya mitsuo


tenue Une légère gêne le traversa alors qu’il la complimentait, mais il se dit que ça n’avait pas lieu d’être. Cependant, la réponse de la jeune femme le laissa perplexe. Il ne sut s’il devait en rire ou en pleurer. Ne rien relever, ou continuer dans son ton ironique. Il décida de ne rien dire et de partir sur un autre sujet. Lorsqu’elle lui dit qu’elle avait sauté une classe, il se retourna vers elle, surpris, sa main frôlant son épaule pour l’arrêter.

– Attend, vous- tu devrais être en dernière année de lycée ?

Mitsuo n’en revenait pas. Il se doutait bien qu’elle n’était pas très âgée, et qu’elle étaient encore à l’université, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’elle soit si jeune, aussi jeune que lui. Il était même certainement plus vieux qu’elle, même si ce n’était que de quelques mois. Un peu trop surpris par cette nouvelle, il en oublia presque de répondre à sa question retour.

– Ah, moi, heu je suis en dernière année de lycée, j’ai 18 ans.

Il continua de marcher, en direction de l’arrêt de bus. Ils se rapprochaient de plus en plus, et pourtant Mitsuo ne voulait pas terminer cette discussion qu’il avait enfin avec la jeune femme qui l’intriguait depuis quelques temps. Ne manquant pas un seul de ses gestes, il remarqua sa légère perte d’équilibre et presque inconsciemment, il se rapprocha d’elle, lui tendant son bras plié pour qu’elle passe son bras autour. Quel homme galant faisait-il, après tout on dit qu’on se découvre tous les jours.

– Je suis livreur de pizza, c’est pas énorme mais pour un lycéen je pense que c’est pas mal déjà.

Il n’avait pas honte du petit boulot qu’il faisait. Il n’avait pas spécialement besoin d’argent, il ne manquait pas de vêtements ni d’autres affaires, et la nourriture était pris en charge par la Royal Private School. Il se contentait d’économiser pour plus tard, pour quand il pourrait partir d’ici et ne plus vivre aux dépens de son « père ». Il ne savait pas où la conversation avançait, tout ce qu’il savait, c’était qu’il voulait en savoir encore et toujours plus sur elle, et retarder le moment où ils allaient devoir se dire au revoir.

– Dis, j’peux te poser une question ?

Peut-être qu’il s’avançait sur une piste dangereuse, mais tant pis.

– Pourquoi tu fais ce métier ?
© Starseed

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 17 Aoû - 1:35
who are you

At night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day.... Δ Anne Sexton





Si j'étais si intelligente que ça, je serai en Italie ; j'aurais convaincu mon père de m'emmener avec lui et je n'aurais même pas eu cette conversation avec lui au moment où je vous parle, je ne l'aurais pas rencontré, je n'aurais pas fais toutes ces conneries. Si j'étais si intelligente que ça, voila où je serai. J'ai toujours ce goût légèrement amer quand j'y pense, quand je pense à l'endroit où je me retrouve, avec qui je dois rester. Puis, oui je suis rancunière, oui je lui en veux, je leurs en veux, mais on ne peut rien y faire. Je, moi surtout...


Je sens la main du jeune homme au niveau de mon épaule et m'arrête de marcher un moment, posant mon attention sur lui. Un faible sourire se dessine sur mes lèvres alors que je détourne le regard en secouant doucement la tête ;


Mai - J'ai dis que c'était vraiment pas grand chose... Mais oui, je devrais être en dernière année de lycée. Honnêtement, ça ne me manque pas du tout, je ne sais pas pour toi



Dans ma tête, j'avais d'autres plan que être une des terreurs du lycée. Des plans comme, quitter le pays, prendre un billet et me tailler en Italie. Oui, je vous vois venir ; Italie, Italie, Toujours l'Italie. Mais après tout, j'ai l'impression qu'une partie de moi est restée là bas. Mais il vaudrait mieux pour moi que j'arrête d'y penser ; ce n'est pas mon père qui va venir ici et me dire de faire mes valises. Je manque de tomber et par réflexe m'appuie doucement sur son épaule quelques secondes à peine. Mon regard croise le sien quelques secondes à peine puis je le détourne la première en croisant les bras. Je hoche cela dit la tête en l'entendant parler de son travail. Puis je tourne à nouveau la tête vers lui quand il me demande s'il peut me poser une question ;


Mai - Hm... Tout dépend de la question, qu'est-ce que c'est ?



Je comprend tout de suite ce qu'il veut dire, mais quelque chose dans ma tête veut penser que je me trompe. Sinon, ça veut dire qu'il a menti. Sinon, ça ne sonne pas bon. Un faible sourire vient accompagner ma réponse ;


Mai - J'ai peut être l'air atrocement mal habillée pour toi, mais je crois que tu dois te tromper en terme de métier..

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 26 Aoû - 18:11
dear stalker
at night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day
ryuu k. mai ✧ wakiya mitsuo


tenue Le rapprochement se faisait dans la tête de Mitsuo. Ça voulait dire qu’elle avait le même âge que lui, peut-être était-elle même plus jeune que lui de plusieurs mois, puisqu’il était né en janvier. Et cet écart beaucoup moins important que ce qu’il avait pensé au début ne fit qu’augmenter son admiration pour la jeune femme, ou son attirance. Il ne savait plus trop ce qui le liait à elle, ce fil qui semblait le tirer vers sa silhouette finement dessinée dans l’obscurité de la nuit. Il se tourna vers elle, la regardant comme si elle était un ange descendu du ciel, seulement éclairée par quelques lampes, les ombres s’étalant sur son visage rendaient la forme de son nez, des lèvres et de ses yeux, encore plus angéliques.

– Ça ne m’emballe pas trop. J’ai envie d’en finir avec le lycée. On est plus dépendant à l’université, non ? J’essayerai de me trouver un loyer pas cher, j’étouffe au dortoir.

Mitsuo fut étonné du flot de paroles qui étaient sorti de sa bouche. Il parlait rarement de lui, de ce qu’il pensait, de ce qu’il voulait faire. À croire que son attirance pour la jeune femme imposait son respect, et qu’il se sentait un peu plus en confiance avec elle qu’avec les autres.

Suite à la perte d’équilibre de Mai, il lui tendit son bras afin de l’aider à garder son équilibre. C’était vrai qu’il espérait qu’elle passe son bras autour du sien et qu’ils continuent à marcher de la sorte, tel un couple. Ce n’était pas dans l’intention de Mitsuo de sortir avec elle et de former un couple, mais cette idée, d’eux proches, lui arracha un sourire. Mais elle se détourna de lui tout en croisant les bras, signe catégorique de refus, et son sourire s’envola de la surface de son visage. Il fourra les mains dans ses poches, continuant de marcher. Et lorsqu’elle finit par se retourna vers lui une fois qu’il eut posé la question, il se mordit violemment l’intérieur de la joue. Il venait en quelque sorte de se cramer solo. Il venait de lui faire comprendre qu’il savait ce qu’elle faisait comme métier, alors que quelques minutes plus tôt il avait prétendu de pas la connaître et juste aller prendre son bus. Il souffla, trouvant une échappatoire dans la réponse de Mai.

– Non- je veux dire, tu n’es pas mal habillée, enfin…

Il venait quand même de lui dire qu’elle était belle. Mais peu importe la manière dont elle serait habillée, il lui aurait fait ce compliment qui venait du cœur. C’était vrai, il la trouvait incroyablement belle.

– Alors, tu fais quoi comme métier ?

La faible pression retomba, il venait de réparer la boulette qu’il avait fait.
© Starseed

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 28 Aoû - 22:22
talk to you

At night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day.... Δ Anne Sexton







Ah le lycée, rien de très bon en perspective pour moi je pense. D'accord, j'ai rencontré des personnes hors du commun, dans un sens positif et négatif aussi. Mais je n'étais pas mon élément dans cette grande prison remplie de cas sociaux ; j'étais soit votre amie par excellence ou alors votre pire cauchemars. Il n'y avait pas de juste milieu. Un faible sourire amusé se dessine sur mes lèvres alors que je lui répond ;


Mai - T'en fais pas, ça passe assez vite si on y pense pas trop. Puis si jamais on t'embête appelle moi ? Je viendrai leur refaire le portrait je dis d'un ton sérieux alors que je plaisante


Oh, je sais qu'il peut se débrouiller tout seul, j'ai presque l'air d'une fourmie à côté de lui. Même si le fait de faire plus d'un mètre quatre-vingt ne veut rien dire en soit. Enfin, même si vous ne voyez surement pas là où je veux vous emmener, le sujet change bien assez vite de toutes façon. Je ne suis pas habillée si vulgairement, ou vulgairement tout court aujourd'hui. Mais permettez moi de jetter à nouveau un coup d'oeil au cas ou. Il tente de se rattrapper, je le sens bien et comme la conversation n'était pas si mauvaise, je me dis que je ne vais pas l'anéantir comme je le fais d'habitude. Un soupir quitte mes lèvres alors que je lance en regardant mes chaussures ;


Mai - Je ne travaille pas vraiment, je m'amuse comme je peux avec les nerfs de certaines personnes qui ont un temps soit peu d'intérêt pour moi aujourd'hui encore. Je relève les yeux vers lui avant de demander en secouant la tête Tu ne comprends pas, pas vrai ? Disons que ces personnes là m'aiment et ne m'aiment pas en même temps. Qu'elles sont... Un peu obligées de me supporter.


Wow, bravo Mai, tu as réussi à ne pas mentir.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 6 Sep - 11:33
dear stalker
at night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day
ryuu k. mai ✧ wakiya mitsuo


tenue Un sourire apparut sur le visage de Mitsuo suite à la remarque de Mai. Avec son corps frêle, ses bras menus et son visage angélique, ce serait plutôt l’inverse. Ce serait à elle de l’appeler si on l’embête, comme c’était déjà arrivé par le passé, et comme ça arrivera encore dans le futur. Mitsuo s’intéressait depuis trop longtemps à la jeune femme pour ne pas l’avoir remarqué. Et il était déjà venu à son secours, leur refaire le portrait comme elle disait, sans qu’elle n’en sache rien, les laissant dans un coin sombre de la rue jusqu’à ce qu’ils se relèvent ou que le jour arrive, et alors ils oubliaient tout de leur nuit à cet instant. Mitsuo n’était pas quelqu’un de violent, il n’aimait pas la violence bien que plus jeune, il prenait ça comme une preuve d’amour. Mais il n’était pas du genre à rester les bras croisés alors qu’une personne à qui il tenait était en danger. Il ne regarderait pas sans rien faire Mai se faire courser par des pervers ignobles sans aller la défendre.

— Faudrait que tu me donnes ton numéro, si je dois t’appeler dès qu’on s’attaque à moi.

Façon très subtile de lui demander son numéro de téléphone, made in Mitsuo. Il aurait pu trouver mieux, ou même attendre encore un peu pour le lui demander, mais les mots n’avaient pas voulu rester à l’intérieur et ils étaient tout aussi naturellement que s’il se présentait.

Il tenta de se rattraper comme il put. Sa langue avait ripé contre son palais, et la boulette était là. Il avait failli se faire cramer, Mai était à la limite de savoir qu’il n’était pas qu’un simple livreur de pizza slash lycéen qui passait ici tous les soirs. Peut-être que si, il l’était, mais il savait aussi qui elle était, à quoi elle ressemblait, ou du moins ce qu’elle faisait, avant de lui parler ce soir. Mai ne sembla pas en prendre rigueur, et Mitsuo poussa un faible soupir de soulagement. Que dirait-elle si elle savait que cela faisait plusieurs semaines, voire quelques mois que le jeune homme l’avait repéré, et la surveillait le soir, presque jusqu’à chez elle, lui évitant la plupart du temps de faire de mauvaises rencontres. Elle ne devait pas savoir, elle s’énerverait sans doute, ou prendrait peur, ou alors serait tout simplement dégoutée et Mitsuo n’aurait alors plus aucune chance de se rapprocher d’elle et d’apprendre à la connaître.

— Tout ce que je comprend, c’est que tu dis que ces personnes sont les seules qui ont encore de l’intérêt pour toi aujourd’hui. C’est pas vrai.

Non, ça ne l’était pas. Mitsuo aussi, avait de l’intérêt pour cette jeune femme. Et c’était sûrement un intérêt bien plus propre, plus honnête que ces pervers qui se rinçaient l’œil chaque soir, dépensant une liasse de billets pour pouvoir mater jusqu’au petit matin. Mais Mitsuo ne pouvait pas juste dire qu’il avait de l’intérêt pour Mai, le contexte sonnait faux et alors ses mots seraient totalement déformés.

— Tu as des amies, de la famille, nan ? Ces personnes ont de l’intérêt pour toi.

Mitsuo ne connaissait rien de la vie de Mai, si ce n’est ce qu’elle faisait pour gagner de l’argent. Mais il était persuadé qu’il y avait des tas de personnes qui appréciaient et aimaient Mai, il ne s’imaginait pas le monde autrement.

— Un intérêt bien plus honnête et respectueux que ces gens là.
© Starseed

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 10 Sep - 22:54
CAREFUL

At night the bats will beat on the trees, knowing it all, seeing what they sensed all day.... Δ Anne Sexton







Est-ce qu'il est réellement en train de me demander mon numéro de cette façon ? La réponse est oui et j'avoue que ça m'arrache un faible rire avant que je lui dise toujours autant amusée ;



Mai - Bien essayé, avec un léger clin d'oeil.



Il ne s'attendait quand même pas à ce que je lui donne aussi facilement sans le moindre effort quand même ? Mais il m'aura quand même fait rire un peu. Et le sujet revient à quelque chose de moins joyeux. Il pense être en mesure de comprendre mais en réalité, il est bien loin de la vérité. Un soupir s'échappe de mes lèvres alors que je lui explique d'un ton incompréhensiblement calme ;



Mai - C'est justement de tout ça dont je parle. Puis, j'ai des amis c'est vrai, mais les amis ne peuvent pas rester là éternellement, on est d'accord ? Ils ont aussi leurs propre vie à vivre. Un soupir quitte mes lèvres alors que je lance J'ai toujours su que j'avais besoin d'un manager dans ma vie


Encore et toujours du manque de sérieux. Je déteste prendre les choses trop au sérieux, mais j'imagine que vous avez du le remarquer depuis de nombreux épisodes non ?


Mai - Je n'ai pas ce qu'on pourrait appeler la meilleure des familles. Et la plupart de mes amis ne sont pas réellement mes amis, si ça a du sens. Je hausse doucement les épaules Mais ça va plutôt bien malgré tout.




On arrive finalement à l'arrêt de bus et je m'appuie légèrement contre le mur avant de lancer ;


Mai - Parfait~ Aucun vieillard pour me réprimander ce soir Je dis d'un ton distrait et joyeux en sortant une cigarette du paquet tu en veux une ? je lui propose en agitant doucement mon paquet de Marlboro

© GASMASK

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 14:44
 

dear stalker, imma hit you so hard (feat. wakiya mitsuo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dear Journal ~
» | Aipom | La joie réside dans le bonheur de vivre | Feat Kristen Bell | Finished =)
» Dear Diary ~ Elanore Loyld
» Un stalkeur sachant stalker. [PV Hazel]
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-