AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 It's dangerous to fall in love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 2 Juin - 16:49

It's dangerous to fall in love
 
But I want to burn with you tonight.
Ça ne devait être qu'une remise en question. Peut-être que ça devait être même la fin de tout. A la place, Junmin et Ying s'était balancé leurs sentiments à la figure après s'être poignardé en plein cœur à tour de rôle. Difficile de tout comprendre quand on est seulement spectateur. Plus compliqué ne pouvait pas se trouver et même eux, ne savait pas jusqu'où ça pouvait les mener. Ying n'avait pas prévu que Junmin lui avoue tout. S'il s'en était douté, il ne l'aurait pas évité durant toute cette journée. Mais ça ne voulait pas dire qu'ils étaient capable d'être un couple. Ils ne pourraient sûrement même pas mettre un mot sur ce qu'ils étaient à présent. Plus que des sexfriends, ça n'en faisait pas de toute mais de là à être un couple ? Est-ce qu'ils en étaient un ? Junmin ne savait même pas comment ça fonctionnait et Ying n'en était pas plus apte à le savoir également. Ils étaient ce qu'ils étaient, point, inutile d'aller chercher plus loin.

Ils étaient à la piscine, à se jeter des immondices à la figure, cherchant chacun à faire réagir l'autre. Il n'était pas difficile de voir qu'ils étaient accro l'un à l'autre rien que par leur jalousie qui les animait à chaque instant. Dès qu'une personne s'approchait de trop près, ils sortaient les griffes, peu importe si les mots pouvaient blesser. Ying et Junmin n'étaient pas vraiment des pro en l'amour et ils s'y prenaient toujours très mal. Mais au final, ça ne changeait rien au fait qu'il ne cessait de s'attirer. Il fallait trouver un terrain d'entente et maintenant que tout avait été dit, il fallait leur trouver comment agir à présent. Ying se trouvait idiot. Seul dans les vestiaires, troquant son short de bain pour ses habits, il ne cessait de se poser la question : ils s'aimaient et ils se l'étaient dit mais maintenant, qu'est-ce qui se passerait ? Il fallait peut-être que Ying continue d'agir comme il l'avait toujours fait ? Pourtant, les paroles de Junmin ne cessait de résonner dans son crâne « amoureux de toi » et voilà, il avait de nouveau ce sourire aux lèvres qui le rendait particulièrement niais. Il s'habilla rapidement et sortit des vestiaires pour rejoindre Junmin qui l'attendait. Ils avaient prévu d'aller manger un bout quelque part. Peu importe où c'était, bien que Ying avait faim, c'était surtout une excuse pour rester plus longtemps avec lui.

Tout deux sortir de la Royal et se rendirent dans la ville. A pied. Ying refusait de monter dans quelque transport en commun qu'il soit. Marcher à pied, juste à ses côtés, laissant le silence parler pour eux. C'était comme dans un rêve, comme ceux qu'il faisait souvent, et il avait l'impression que ça ne durerait pas, alors il en profitait autant qu'il le pouvait. Malheureusement pour lui, ils arrivèrent bien vite à un petit restaurant traditionnel. La soirée n'était pas finie pourtant il avait de quoi en profiter encore un peu. Ils entrèrent et s'installèrent à une table. Ying avait ses mains posés sur ses genoux et un petit malaise le pris. Ils étaient là, tout les deux, dans un restaurant, tout seul, pour la première fois. Ils s'étaient clairement déclaré leur sentiments peu de temps avant... Etait-ce alors un rendez-vous amoureux ? Ying releva son regard sur Junmin à cette pensée et ses joues prirent feu. Un rendez-vous amoureux ? Malaise. Comment devait-il agir et que dire pour combler ce silence gênant ?

« Tu... sais ce que tu veux manger ? » C'est tout ce qu'il avait trouvé à dire. Il gigota un peu sur sa chaise et attrapa rapidement le menu pour se cacher derrière, lisant, sans trop lire, le titre des plats servis ici. Non de non, c'était la première fois qu'il avait un rendez-vous comme celui-là alors c'était franchement gênant de ne pas savoir quoi faire. En était-ce vraiment un après tout ? Pour Ying, ça l'était forcément. Ils n'avaient pas à se tenir la main, si ? Il hocha rapidement la tête. Non, pas besoin, de plus, il n'y avait même pas de chandelles au milieu de la table ! La serveuse approcha et alluma la bougie qui se trouvait entre eux d'eux, figeant Ying. Finalement, si, ils en avaient une... Le regard rivé sur la flamme se balançant délicatement, Ying était comme... bloqué. Arrêt sur image. Un rendez-vous, ça y ressemblait trop bien maintenant. « Euh... » Il quitta la bougie pour le visage de Junmin et il avala difficilement sa salive. « ... il était bien le cours d'aujourd'hui, non ? » Trouver quelque chose à dire qui ne lui ferait pas penser à ce qui se passait maintenant. C'était la meilleure des solutions.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 3 Juin - 23:38


i want to burn with you tonight
hui ying + oh jun min




Depuis combien de temps Junmin se cachait derrière son visage impassible, sa carapace d’acier, mentant aux autres et à lui-même ? Depuis combien de temps mentait-il à Ying sur ses sentiments, depuis combien de temps les faisait-il souffrir ? Junmin avait été aveugle, un réel con égoïste, ne pensant qu’à lui-même. Et il s’en était rendu compte peu à peu, alors que la vérité faisait surface, que les mots sortaient de sa bouche sans qu’il ne puisse les contrôler. Il s’était traité de tous les noms, de toutes les insultes. Et même s’il avait encore du mal à accepter le fait que Ying soit la personne qui compte le plus à ses yeux, il ne peut pas rester sans rien faire, agissant comme avant. Alors qu’il était en train de se changer dans les vestiaires, il s’était promis qu’il ferait des efforts. Cela n’allait pas être facile de changer sa relation avec Ying du jour au lendemain. Passer de sexfriend à… À quoi, d’abord ? Il ne savait pas. Tout deux n’en avaient aucune idée. Ils ne pouvaient être un couple, mais alors qu’étaient-ils ? Mais Junmin ne s’en formalisait pas plus que ça. Finalement, c’était bien d’avoir une relation indéfinie avec quelqu’un. Aucune frontière, aucune limite. Juste comme on l’entend.

Junmin avait accepté d’aller manger en ville en compagnie du chinois. C’était vrai qu’il avait envie d’apprécier encore un peu plus longtemps sa compagnie. Le sentir près de lui le faisait se sentir étrangement bien, presque serein. Et pourtant, maintenant qu’il attendait Ying à l’extérieur des vestiaires, il sentait une boule au ventre se former et ses mains devenir moites. Il les fourra alors dans ses poches au moment où Ying sortit pour le rejoindre. Il ne perdit pas une seconde de plus pour se mettre en marche, attendant à peine le plus âgé. Mais plus ils avançaient, plus Junmin sentait ses mains trembler dans ses poches et les battements de son cœur s’accélérer. Il commençait à paniquer à l’idée de manger avec Ying. Pourtant, c’était loin d’être la première fois qu’ils mangeraient tous les deux. Mais d’habitude, ce n’était pas en public, Ying venait faire le repas chez lui et ils mangeaient plus ou moins après. En y repensant, c’était sûrement plus gênant que d’aller manger dans un restaurant. Ou du moins plus intime. Junmin avait l’impression d’être mis à nu en faisant une sortie officielle avec le chinois. Comme pour se rassurer, il se dit que ce n’était qu’une sortie normale, entre potes. Sauf qu’ils n’étaient pas potes. Des potes ne se déclarent pas leurs sentiments amoureux.

Juste avant d’entrer dans le bâtiment, Junmin inspira un bon coup, se calmant du mieux qu’il pouvait même si à l’extérieur, il ne laissa rien voir de son trouble. Il suivit la serveuse qui leur indiqua une table et s’y assit, sans vraiment quitter des yeux le chinois qui faisait de même en face de lui. Le silence qui régnait entre eux était presque solennel. Et terriblement gênant. Junmin devait faire quelque chose, il se devait de dire quelque chose, mais pourtant rien ne sortait de sa bouche. Il avait beau l’ouvrir, il la refermait aussitôt, les sons ne voulant pas sortir de sa gorge. Il avait son regard rivé sur le centre de la table, étonnement concentré sur les détails de la table. Ses mains posées sur ses genoux, trituraient son pantalon. Il était à deux doigts de se lever ou de sortir une boulette qu’il regretterait aussitôt, mais heureusement pour lui son regard se posa sur les menus posé à côté d’eux, et il en prit un, faisant mine de lire. Mais tout ce qu’il faisait, c’était jeter des regards par-dessus le livret à Ying.

Il releva brusquement la tête lorsqu’il l’entendit parler. Il le regardait quelques instants avant de comprendre qu’il devait répondre à sa question. Il replongea ses yeux dans le menu et hocha presque timidement sa tête. « Hum, oui je crois. Et toi, tu sais ? » Il ferma les yeux, se félicitant intérieurement. Sa voix n’avait pas flanché, elle était la même que d’habitude. Et c’était plutôt un exploit, vu son état de nervosité intérieure. Il leva à nouveau la tête lorsqu’une jeune femme vint allumer la bougie sur la table, et Junmin ne put s’empêcher de la maudire silencieusement. Une bougie, non mais, et puis quoi encore ? Comme si c’était un rendez-vous amoureux. « Ah » Il avait laissé échapper un son, se rendant compte de ses pensées. Il en aurait presque rit tellement la situation était épique, cependant comme il était un des personnages principaux, il n’avait pas vraiment le cœur à ça. Il se contenta de faire comme si de rien, jetant tout de même quelques regards mauvais à la bougie et à la serveuse qui avait eu la stupide idée de l’allumer. Il se trouvait con, à être perturbé par une simple bougie. Il pria pour que Ying ne voit pas son embarras face à ça, il se moquerait sûrement de lui. Ce n’était qu’une bougie après tout.

« Oui. » Bizarrement, il semblait commencer à se détendre, et Ying n’avait fait que poser une simple question. Mais c’était sur un sujet tellement banal que Junmin était soulagé. Il s’avança sur sa chaise, et posa son coude sur la surface de la table. Il appuya son menton dans la paume de sa main, et fixa Ying avec un petit sourire en coin. « J’ai hâte qu’on ait d’autres cours de sport en commun. » Il resta comme ça pendant plusieurs secondes avant de se redresser. « C’est rare qu’on puisse être dans le même cours. » Il se laissa retomber sur sa chaise, posant une main sur son ventre. Dans son geste, son pied heurta celui de Ying. Il toussa légèrement, gêné. En fait, il était plus gêné d’être gêné que par le geste en lui-même. « Hrm. J’ai faim, j’espère que c’est bon ici. »

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 4 Juin - 13:18

It's dangerous to fall in love
 
But I want to burn with you tonight.
Ça faisait longtemps que Ying s'était rendu compte de ses sentiments. Lui aussi avait pensé les cacher longuement et jusqu'à un certain point, il y était bien arrivé. Mais il y à un moment où ce n'est plus possible de cacher ce que l'on ressent. Du moins, c'était le cas de Ying qui avait très vite changé de comportement, devenant plus imposant dans la vie du plus jeune. Quoi qu'il ne révèle rien, Junmin avait pu se douter, voir même dans son regard, toute l'importance qu'il lui accordait. Toute l'importance qu'il était dans sa vie. Le seul. L'unique. Il s'était amouraché de ce qui semblait être un sans cœur, un insensible, tout du moins avant cette journée dans la piscine de l'école. En vrai, jamais Ying n'aurait pu penser ça de Junmin. Il en avait rêvé, bien entendu, mais jamais il n'aurait pu penser que le plus jeune ose lui avouer ses sentiments, ose lui faire comprendre. Et maintenant que c'était fait, le chinois était complètement pris au dépourvu. Il ne savait même plus comment agir maintenant. Lui qui s'énervait pour si peu, devenait jaloux pour un rien, montrait une autre facette de sa personnalité : l'idiot de service qui ne sait plus quoi faire. Il avait l'air d'être hors de son temps, hors d'esprit. Il avait même l'air d'un abruti, shooté à la cocaïne. Il marchait comme un automate, hésitant entre regarder ses pieds ou les choses qui défilaient au fur et à mesure qu'ils avançait. Il trottinait pour rattraper la marche de Junmin et devait ralentir quand il le devançait, pour essayer de rester à sa hauteur. Il était comme un jeune chiot dans sa première sortie à l'extérieur de la cour dans laquelle il avait l'habitude de rester.

C'est maintenant qu'ils entraient dans le petit restaurant. Ying le connaissait bien, il y venait souvent. Ce n'était pas beaucoup peuplé, c'était même plutôt intime. Un instant, il regretta son choix et aurait préféré se retrouver dans tout un tas de monde, où ils ne s'entendraient plus parler ni penser. Un endroit bruyant qui comblerait le silence qu'ils laissaient et qui, ici, devenait pesant. Ying devait occuper ses mains et son regard, aussi il n'avait pas hésité à sauter sur la carte du menu pour voir un peu ce qui se passait question repas. Pourtant, il n'avait pas vraiment faim. Du moins, il n'avait plus vraiment faim. Ils ne pouvaient pas rentrer chez soi et se faire livrer des plats ? Mais c'était fait. Qui plus est, c'était trop tard maintenant que la serveuse avait pris soin d'installer leur table, ça serait malpoli et mal venu de déserter maintenant. Ils ne savaient tellement pas quoi dire que leur sujet de discussion tournait autour d'un je ne sais quel sujet. Le menu, le choix, ça c'était un bon début. « Je ne sais pas non plus... » Sans le vouloir, Ying fermait déjà le sujet de conversation. Il aurait peut-être pu débattre sur un plat choisi au hasard, au moins pour parler plus longtemps mais il sentit le lourd silence retomber sur ses épaules, le faisant s'affaisser encore plus sur sa chaise. Vite, un autre sujet de conversation.

Ying reposa la carte sur la table, presque en même temps que Junmin. Son choix était fait. Il porta son regard sur celui du plus jeune et son cœur manqua un battement. Il se souvenait des paroles que ce dernier avait eu pour lui et ça le rendait toute chose. Son ventre papillonnait, ses jambes devenait faible. S'il avait été debout, il aurait flagellé. Il lui sourit, presque de façon crispé et hocha la tête. « J'espère que ça ne sera pas un sport de combat. » Pourquoi avait-il dit ça ? « parce que si j'arrive à te battre, tu seras dégoûté. » Détendre l'atmosphère. Il sourit, plus sincèrement cette fois. Peut-être parviendrait-il à se calmer et à se détendre lui-même. Ying sursauta au contacte du pied de Junmin contre le sien et il ne su pas si c'était intentionnel ou non. Alors il ne bougea pas. Il laissa son pied tout contre le sien. En fait, au départ, il avait eu l'idée de retirer son pied mais ce dernier n'avait pas bougé. Il n'était pas parvenu à le retirer malgré le signal de son cerveau. Il baissa un court instant les yeux. « Normalement, c'est bon. Je suis déjà venu ici. On mange à notre faim déjà, c'est pas mal. » A savoir s'il avait vraiment faim ou non. Son pied bougea légèrement, frottant contre celui de Junmin, sans vraiment en avoir conscience. Il lui faisait du pied sans même s'en rendre compte et Junmin pourrait sérieusement se demander s'il le faisait exprès.

La serveuse approcha et prit leur commande. Ying lui donna son choix tout comme Junmin, puis elle repartie aussi vite qu'elle n'était venue. Ying attrapa sa serviette, histoire de s'occuper les mains, la triturant entre ses doigts tout en balayant la salle du regard. C'est vrai que c'était désert, mis à part quelques couples ici et là. C'était bizarre de se retrouver au milieu en sachant qu'ils étaient. Non pas un couple mais quoi ? Ils étaient quelque chose d'indéfinissable, ça c'était perturbant aussi pour Ying mais, d'un côté, il n'avait vraiment pas envie de se prendre la tête. Pas maintenant. Plus tard, d'accord, mais pas maintenant. Il ne voulait vraiment pas gâcher ce moment.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 7 Juin - 9:06





Junmin ne voulait pas penser à la situation, il ne voulait y réfléchir. Pas tout de suite, du moins. Il savait que s’il le faisait, s’il se questionnait, remettait en question ses gestes, s’en était fini. Il ne pourrait pas s’arrêter avant d’avoir trouvé une réponse correcte à ses doutes. Il ne profiterait pas du moment avec Ying, il s’éloignerait le temps de remettre ses esprits en ordre, et ça ne ferait que les blesser encore plus tous les deux. Et il ne pouvait plus se permettre de faire souffrir le chinois. Malgré son air glacial et ses mauvaises actions, Junmin n’était pas un sans cœur. Il était peut-être con, égoïste et aveugle, mais s’il était comme ça, c’était bien parce qu’il avait un cœur, et que ce cœur avait un peu trop souffert. Il ne voulait plus souffrir, alors il s’était construit une barrière. Il ne voulait plus rien ressentir. Il voulait effacer cette douleur constante, présente dans son cœur. Mais il n’avait jamais vraiment réussi. Même au bout d’un et demi, elle était encore présente, l’empêchant de vivre sa vie pleinement. Cette douleur, mélangeant peine, culpabilité, détresse, orgueil. Cette douleur, qui le réveillait en sursaut la nuit, trempé de sueur, tremblant de tous ses membres, appelant à l’aide. Cette douleur, il espérait que Ying serait capable de l’enlever définitivement de son cœur.

Junmin n’avait rien dit lorsque Ying lui avait répondu. Il était bien trop occupé à se dire que ce n’était pas un rendez-vous amoureux. Comment se comportait-on durant un rendez-vous amoureux ? Il n’avait aucune expérience, et s’il faisait mal, que cela blessait Ying ? Et voilà qu’il recommençait à se mettre en doute. Son moment de répit, sans réflexion intérieure, n’avait pas duré bien longtemps. Il ria intérieurement, d’un rire amer. C’était le fait de s’être déclaré un peu plus tôt, d’avoir ouvert les yeux, qui le rendait aussi niais ? Il n’en avait pourtant eu rien à faire de la douleur de Ying, de ses pensées à son égard, lorsqu’ils n’étaient encore que des sexfriend. Il pouvait bien blesser le chinois physiquement ou psychologiquement, il avait été bien trop aveuglé par sa propre douleur pour s’en apercevoir, pour s’en préoccuper. Mais ça semblait si différent maintenant, depuis qu’il avait enfin ouvert les yeux, arrêtant de se comporter comme un con égoïste et aveugle. Imaginer le plus âgé souffrir par sa faute devenait de plus en plus insupportable.

Et puis, Junmin se rendit compte d’une chose. Il ne savait pas vraiment grand chose de la vie de Ying, comme lui ne savait que très peu de choses de la sienne. Ce n’était pas un truc de couple, de savoir ce par quoi l’autre est passé pour en arriver là ? Ce n’était pas un truc de couple, de se raconter les petits détails sans importance de la vie ? Junmin grimaça à l’idée de Ying sachant sa vie. Cependant, il aurait bien aimé connaître la sienne. Cette soudaine envie d’en savoir encore et toujours plus sur le chinois, afin qu’il soit réellement sien, qu’il n’ait plus de secret pour lui. Peut-être qu’il lui posera la question au cours de ce repas. S’il avait assez de courage. Junmin se serait bien mis une claque, mais il était en public. Depuis quand avait-il peur de dire les choses ?

« Parce que si j’arrive à te battre, tu seras dégouté. » Ying avait souri, et Junmin n’avait pas pu s’empêcher de fixer ce sourire. Avait-il seulement déjà remarqué à quel point le sourire de Ying était chaleureux, magnifique ? « J’aimerai bien te voir te battre, tu dois être sexy. » Il lui rendit son sourire. « Mais je risque pas de perdre contre toi, c’est un jeu d’enfant pour moi de te maintenir au sol. » Junmin lui fit même un faible clin d’œil, et son sourire s’agrandit. Ying avait réussi à complétement détendre l’atmosphère, du moins du côté du coréen, et il lui en était reconnaissant. Ainsi, plus relaxé, il s’était laissé retomber contre le dossier de sa chaise, s’installant plus confortablement. Son pied heurta celui de Ying, et sa gêne revint légèrement. Mais elle se transforma en étonnement lorsqu’il sentit son pied frotter contre le sien. Junmin haussa un sourcil en regardant Ying, et un petit sourire en coin apparut sur son visage. Sous la table, à l’aide de son autre pied, il enleva sa chaussure, se retrouvant en chaussette. Et alors qu’il se redressait sur sa chaise, posant ses avant-bras sur la table, son pied remonta sur la cheville et le début du mollet de Ying, faisant des aller-retours. Junmin ne laissait rien paraître sur son visage et il parla d’une voix calme. « Tu pourras toujours me faire un petit plat une fois rentré à la maison. » Il avait dit ça avec un léger sourire, et on aurait pu jurer qu’il avait légèrement rougi. Implicitement, il avait invité Ying chez lui. Après tout, n’était-ce pas ce qu’il voulait, vivre avec lui ? Étant donné que c’était leur premier jour de relation officielle, même s’ils ne se nommaient pas un couple eux-mêmes, on aurait pu croire que c’était un peu trop rapide pour vivre ensemble. Mais cela faisait presqu’un an qu’ils se connaissaient, qu’ils partageaient le même lit, que Ying venait parfois s’installer pendant un ou deux jours chez le coréen. Alors, non, ce n’était pas trop tôt.

La serveuse arriva, demandant ce qu’ils souhaitaient commander, et Junmin en profita que Ying était occupé à parler à la serveuse pour remonter son pied jusqu’à son genou, puis à l’intérieur de la cuisse du chinois. Mais une fois que ce fut à son tour de commander, il retira son pied, délaissant complétement le chinois. Une fois la serveuse repartie, il se retourna vers Ying et lui afficha un petit sourire innocent. Junmin ne se rappelait pas l’avoir vu mal à l’aise comme ça, et c’était assez mignon. Cependant, le silence qui s’était installé n’avait rien de mignon, et commençait même à gêner Junmin. Il se décida à parler, même s’il ne savait pas vraiment quoi dire. « Tu voudras qu’on fasse un petit tour en ville ? » Il avait parlé lentement, réfléchissant à ce qu’il pourrait dire en même temps. « Après. » Il n’avait aucune idée de pourquoi il lui avait proposé ça, mais au moins il avait brisé le silence.

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 12 Juin - 22:49

It's dangerous to fall in love
But I want to burn with you tonight.
Dîner amoureux ou pas, c'était du pareil au même. Ying tentait à croire qu'il était là, avec Junmin, pour un premier rendez-vous. S'il se sentait mal à l'aise face à Junmin, au fond de lui il n'en était rien. Une grosse boule d'adrénaline s'était formé au milieu de sa cage thoracique et ne semblait pas décidé à disparaître. Il aurait pu resté là, face à lui, avec un sourire qui montait jusqu'à ses oreilles mais il savait se faire discret. Il aurait pu parler plus fort, s'extasier sur la moindre petite chose qui composait leur table. Leur table. C'était le cas de le dire. Ça n'était pas comme un dîner entre copain, ça n'était pas un fast food. Non, c'était un restaurant, avec une table pour deux, à l’écart, comme un couple. Couple. Ce mot résonnait bizarrement. C'était même trop bizarre pour les qualifier eux. Ils n'étaient pas bizarre, ils étaient compliqué, nuance. Alors ils n'étaient pas un couple mais ils étaient quelque chose que seul eux pouvait à peu près définir. Ce que les autres auraient appelé un couple, eux ils ne l’appelleraient pas, ils le vivraient à fond, sans se poser de questions, tout du moins essayer de ne pas trop s'en poser pour éviter de penser à des choses qui ferait dériver tout ça. Leur ressentiment était profond, rêveur. Il n'y a rien qui pourrait entacher tout ça. Il ne fallait absolument pas qu'ils laissent quelque chose entraver à leur soirée, leur relation, toute nouvelle qui s'était bâtit.

Si Junmin désirait parler de lui, Ying en serait très heureux. En vérité, il est vrai qu'il ne connaissait pas sa vie. Il connaît les choses primordiales, bien entendu, mais ne connaît pas tout de lui. Il n'arrivait même pas à savoir s'il avait déjà sû quelle plat il préférait déguster le plus. En gros, Ying n'avait même pas prit le temps de savoir toutes ses petites choses-là. Alors quant au reste de la vie de Junmin, Ying était complètement largué. Il ne savait rien. Pas la moindre chose de quand il était plus jeune. Quel meilleur ami il avait, où était ce meilleur ami maintenant, qu'avait-il fait à l'école, quel genre de garçon c'était. Travaillait-il bien ? Toutes ces choses-là, il le saurait en temps et en heure, parce que maintenant, il avait tout le temps pour le découvrir. Par contre, pour ce qui est de Ying, il ne pourra pas lui dire grand chose de son enfance. Depuis son accident de voiture, il ne se souvenait de rien. Pas du moindre petit souvenir. Rien. Il ne se souvenait pas de l'endroit où il vivait, ni de quels amis il avait, rien. Le noir complet. L'amnésie de son accident, lui avait tout reprit. Même si ça perturbait encore beaucoup Ying, il avait oublié le fait même qu'il avait oublié, parce que personne ne lui demandait jamais de lui parler de ça. Personne ne lui demandait de s'en souvenir, alors il ne cherchait pas à savoir.

« Tu ne devrais pas chanter victoire trop vite. Si je te laisse gagner, parfois, c'est bien parce que je le veux. Ne pense pas que ça soit parce que tu es plus fort. » Un sourire en coin se dessina sur ses lèvres, le défiant. Il ne pouvait pas s'empêcher de lui chercher des noises, de le pousser au défis. Quoi ? Qui n'aimerait pas se faire plaquer contre quelque chose, sol ou mur, par Junmin franchement ? Ce n'est pas Ying qui allait dire le contraire. Il fallait pourtant que Ying soit très en colère pour que ses forces lui permettent de contrôler quelqu'un. S'il n'a pas l'adrénaline qu'il lui faut, il est rare qu'il soit le gagnant. Mais passons, cette vérité, ne serait pas bonne à dire à Junmin qui prendrait sûrement encore plus d'assurance. Son pied avait heurté le sien, mais il n'en avait pas fait grande histoire puisqu'il était trop absorbé par le sourire de Junmin. Comment pouvait-il être aussi attirant ? Aussi beau ? Mais quand son pied remonta le long de son molet, Ying réagit. D'abord, il pensa à un geste anodin, mais il comprit rapidement que Junmin n'avait même plus sa chaussure... Il rougit, n'osa même pas jeter un coup d'oeil sous la table. Il resta parfaitement immobile, mais l'on pouvait parfaitement apercevoir sa nervosité soudaine. « Un... Un plat ? Bien sûr. » Bon, il semblerait que face à ce qui se passait, il n'avait pas vraiment fait de rapprochement entre ce que Junmin lui disait et le fait que ça soit une proposition à venir chez lui.

Quand Ying du prendre sa commande, il bafouilla plusieurs fois et du se reprendre part trois fois pour dire à la serveuse le plat réel qu'il désirait manger. Pourquoi un tel comportement ? Parce que le pied de Junmin était remonté. Trop haut. Bien trop haut qu'à un moment donné, il voulu l'esquiver et son genoux heurta le dessous de la table, faisant résonner le bruit de vaisselle dans toute la salle. La serveuse s'en retourna vers Junmin pour connaître son choix, pendant que Ying jetait un regard meurtrier à Junmin. Vraiment, qu'est-ce qu'il lui prenait de le mettre dans un tel embarras ? Souhaitait-il que Ying lui arrache les yeux devant tout le monde ? Passé le moment de gêne intense, il se racla la gorge et le copia instantanément. Alors que la serveuse demandait à Junmin quel boisson il désirait, Ying glissa son pied déchaussé au niveau direct des cuisses de son amant, les caressant du bout de ses doigts de pieds, cherchant même à l'intérieur de ses cuisses, pressant sur son entre-jambe très délicatement. Même si, pour ce faire, Ying du se positionner de façon nonchalante et enfoncé sur son siège. Pas grave, ça pouvait passer comme quelqu'un désirant se décontracter après une journée fatiguante. La serveuse repartie et Ying se réeinstalla comme il faut, ôtant alors son pied de Junmin. La vengeance est un plat qui se mange froid, et Ying ne s'arrêterait pas là. La proposition de la promenade nocture n'était pas vraiment mauvaise, au contraire. Ying s'imaginait qu'il n'aurait pas à le quitter tout de suite après le repas. Il hocha la tête et répondit rapidement. « ça serait bien, et ça nous aidera à digérer. » ça aiderait surtout Ying à ne pas être séparé de Junmin aussi vite. Il retrouva son sourire, et Junmin pourrait presque sentir le bonheur qu'il vivait, comme un gamin qui a apprit qu'un cadeau d'anniversaire l'attends à la maison.

« Dit Junmin, c'est quoi tes autres fantasmes ? » Il releva son regard et planta ses prunelles dans les siennes. Question tout à fait sérieuse, pour une fois, avec un ton tellement sérieux que ça pourrait en être complètement déconcertant. Et puis, ça pourrait être une occasion pour tester les dits fantasmes... En l’occurrence, Ying aurait pu trouver un autre endroit pour parler de ça, surtout que, fatalement, il n'avait pas baisser le ton de sa voix et on aurait pu craindre qu'on ne les entende. Mais c'était tellement naturel pour Ying de savoir ça, qu'il ne s'en était pas vraiment rendu compte. Et puis d'abord, qui avait commencé avec son pied, là, sous la table, hein ?

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 3 Juil - 16:33





Malgré la gêne et tout autre sentiment qui se bousculait en Junmin à cet instant précis, il se sentait bien en compagnie de Ying. Peut-être était-ce cliché de dire que plus rien autour ne comptait pour lui, mais c’était le cas. Regarder le chinois dans les yeux, le savoir près de lui, rien qu’à lui, pouvoir observer chacun de ses traits, sentir son odeur, rigoler avec lui. Il n’avait jamais imaginé qu’un jour, ils se retrouveraient en tête à tête dans un petit restaurant, engagés dans une relation. Et même si cette dernière n’était pas définie, parce qu’il n’était pas question qu’il se considère comme un couple, elle était bien présente. La déclaration de Junmin n’était pas du vent, et il comptait assumer un peu plus chaque jour ce qu’il lui avait dit. Et ça commençait maintenant.

Junmin haussa un sourcil, un sourire en coin s’affichant sur son visage. Les paroles de Ying n’étaient pas complètement dénuées de sens, parfois Ying pouvait se montrer véritablement fort et puissant, comme il pouvait ressentir à une petite poupée de porcelaine dont il faut prendre le plus grand soin la seconde d’après. Il se pencha au dessus de la table, s’approchant du chinois. « On aurait qu’à voir ça, une fois rentrés. Qui de nous deux arrive à garder sa position de dominant le plus longtemps. » Un nouveau clin d’œil.

Junmin s’amusait, laissant son pied caresser le plus sensuellement possible le mollet de Ying. Ce dernier avait beau ne rien vouloir laisser paraître, le trouble dans sa voix le trahit et Junmin n’en fut que plus ravi. Un léger sourire prit même place sur son visage lorsque Ying heurta la table, certainement sous le coup de la surprise ou pour stopper le geste du coréen. Junmin enleva alors son pied, mais ne prit pas la peine de le remettre dans sa chaussure. Il adressa un large sourire à la serveuse alors qu’elle lui demandait ce qu’il désirait boire. Sur le point de répondre, Junmin ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit et il la referma aussitôt sous le coup de la surprise. Il aurait du se douter que Ying ne resterait pas sans rien faire. Il se racle la gorge, voulant reprendre contenance alors que le pied de Ying s’approchait dangereusement de son entre-jambe. Il voulut le stopper, plonger ses mains sous la table pour retirer son pied beaucoup trop curieux, mais son geste serait paru trop louche. D’une voix pantelante, il indiqua à la serveuse la première boisson qui lui vint à l’esprit. Le pied de Ying avait atteint son entre-jambe et effectuait de légères pressions dessus. Junmin se mordit la lèvre, évitant un quelconque gémissement de frustration –ou de plaisir. À peine la serveuse repartie que la pression sur son entre-jambe disparue, laissant place à un vide peu agréable. Junmin faillit grogner de frustration, mais se retint. À la place, il lança un regard plein de sous-entendus à Ying. Il avait beau être celui qui avait commencé, il n’allait pas laisser cette petite vengeance du chinois sans retour de sa part. Il finirait par avoir le dernier mot, au moment où Ying s’y attendrait le moins.

Il se mit droit sur sa chaise, s’appuyant sur le dossier de la chaise du bas de son dos à ses omoplates. Posant son menton dans le creux de sa paume, son regard toujours fixait dans celui de son amant, il l’invita à faire un tour en ville après leur repas fini. Pourquoi pensait-il déjà à après alors qu’ils n’avaient même pas encore commencé à manger ? Junmin avait juste sorti ça comme ça venait. Son esprit avait cherché quelque chose à dire, peu importe si cela sonnait idiot ou non, du moment qu’il pouvait briser le silence qui s’était installé. Et il fut soulagé lorsque Ying acquiesça son idée d’aller se balader après avoir mangé. Il hocha distraitement la tête à la remarque du chinois. Bien digérer était vraiment la dernière de ses pensées. Du moment qu’il restait encore un peu en compagnie du chinois, car même s’il restait tout de même quelque peu gêné, de par ses sentiments, de par cette situation qui était totalement inconnu pour lui, il n’était pas sûr de pouvoir –ou de vouloir– quitter son amant. Ne serait-ce que pour une nuit. Il ne se reconnaissait plus. Avant, cela l’aurait plus dérangé qu’autre chose de rester continuellement en présence de quelqu’un. Après la mort de son meilleur ami, il lui fallait du temps seul, sans compagnie, sans personne pour pomper son air. Et pourtant, maintenant il s’imaginait vivre tous les jours avec Ying, se réveiller à ses côtés, vivre à lui. Il se mordit violemment l’intérieur de la joue et laissa échapper un petit couinement de surprise et de douleur. Était-il vraiment en train de penser à tout ça maintenant ? Il secoua la tête, ça allait bien trop vite. Et pourtant, ce n’était pas comme s’ils se connaissaient de la veille.

Junmin s’était laissé submergé par ses pensées, fixant inconsciemment le sourire qui resplendissait sur le visage rayonnant de son amant, si bien qu’il avait failli ne pas entendre sa question. Et peut-être qu’au fond, il aurait bien aimé ne pas l’entendre. Était-ce réellement un endroit pour parler de ça ? Mais bizarrement, Junmin ne fut pas gêné par sa question, ou alors que très légèrement. Un rictus amusé vint s’ancrer sur son visage, et il haussa un sourcil. « Mes fantasmes ? » Il souffla, déviant son regard derrière le chinois, faisant mine de réfléchir. Son regard perdu dans le vide, il se mit à parler. « Voler en hélicoptère au dessus de l’Islande. Faire un bain de minuit dans la mer sous les étoiles. Monter en haut de la plus grande tour du monde pour me sentir invincible et tout puissant. » Il avait énuméré ces trois choses en se mordant les lèvres. Cela faisait partie de ses rêves d’enfant, et il n’était pas sûr de l’avoir une fois dit à quelqu’un. S’il devait faire une liste de ce qu’il aimerait, devrait faire avant de mourir, ces trois là seraient définitivement en haut de la liste. L’amusement avait été remplacé par le sérieux alors qu’il avait dit ça, son regard perdu dans le vide, mais il revint rapidement lorsqu’il fixa à nouveau le chinois en face de lui. Il se rapprocha de lui, posant ses avant-bras sur la table et levant ses paumes vers le ciel. Il ne voulait pas paraître pour le mec romantique, alors il espérait que Ying comprenne le message et vienne placer ses mains dans les siennes. « Avoir un massage intégral pendant des heures. » Finalement, il n’attendit pas que Ying posa ses mains dans les siennes qu’il vint les prendre, et les reposer sur la table. Il caressa du bout du pouce le dessus de la main de Ying, regardant ses mains toutes douces. « Te surprendre alors que tu cuisines, et te faire l’amour sur le plan de travail. Je crois pas qu’on l’ait déjà fait. » Il resserra légèrement son emprise sur les mains de son amant. « Peindre ton corps avec du chocolat fondu et nettoyer ton.. merveilleux corps après. » Il se lécha les lèvres de manière sensuelle tout en continuant de le fixer dans les yeux. La serveuse revint avec leurs commandes et il lâcha les mains de Ying, s’asseyant correctement sur sa chaise, ne le quittant pas du regard. D’un faible signe de tête, il remercia la serveuse, et mit à griller les morceaux de viande. Il enfourna une feuille de salade dans sa bouche, et pencha la tête sur le côté, se demandant malgré lui un air mignon. « Parle moi de toi, Ying. »

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 6 Juil - 15:27

It's dangerous to fall in love
 

Ying avait encore du mal à y croire. Lui qui en avait rêvé depuis le début de leur rencontre, il se demandait maintenant si ça n'était pas trop bizarre tout ça, d'un seul coup. Être avec lui, dans un restaurant, en tête à tête après avoir déclaré tout son amour. D'ailleurs, est-ce que ça c'était vraiment passé ou avait-il tout imaginé ? Il observa les lèvres de Junmin. Est-ce qu'elles avaient vraiment prononcée tout ce qu'il avait entendu ? Les lèvres de Junmin... elles s'entrouvraient, se refermaient, parfois il se les mordillait, elles l'appelaient... Une vague fit frémir le corps de Ying qui du se ressaisir pour ne pas fondre sur ces dernières. Il ne fallait pas qu'il prenne trop ses aises. Il savait comment Junmin pouvait réagir s'il prenait trop d'initiative. Ça pourrait aussi bien l'exciter que l'énerver, n'est-ce pas ? Junmin était le garçon le plus compliquer de la terre, mais c'est lui que Ying aimait. Lui et personne d'autre. Même quand il avait posé ses lèvres sur celle d'Il Nam, il n'avait pas ressentit tout ce qu'il ressentait pour Junmin. Ça n'avait pas été une explosion dans son ventre ni dans sa tête. Quand Il Nam avait touché son corps, ça n'avait pas été des frissons de désir qui l'avait secoué. Quand Il Nam avait prit possession de son corps, ça n'avait pas été du plaisir mais plus du dégoût. Il Nam avait trahit la propre promesse qu'il s'était faite : ne se donner qu'à Junmin. Sans qu'il ne le veuille vraiment, forcé par la main de ce dernier, il était, ce jour-là, trop faible pour se défendre et... ses joues rougir. Jamais Junmin ne devait l'apprendre. Il serait dégoûté. Il serait sûrement déçu. Plus que Ying était dégoûté et déçu d'ailleurs. Il secoua la tête et retourna au moment présent.

« On aurait qu’à voir ça, une fois rentrés. Qui de nous deux arrive à garder sa position de dominant le plus longtemps. » Ying afficha un petit sourire. Sourire qui était à mi chemin entre l'envie, la timidité et la sauvagerie. Pour peu qu'ils seront rentrés, Junmin serait à lui. Peu importe les envies de ce dernier, c'était déjà tout décidé dans la petite tête de Ying. À peine sortiront-ils du restaurant, que le piège se refermera autour de Junmin. Il allait littéralement le violer, peu importe même que ça soit dans une rue, dans le froid ou derrière une poubelle. D'ailleurs, la vengeance avait sonné. Son pied chatouilla toute la sensibilité de Junmin. C'était vraiment jubilatoire de le voir dans cet état, lui qui, d'habitude ne se laissait pas déconcentrer aussi facilement. Il cacha sa bouche derrière sa main, cachant ainsi son sourire des plus sournois et de vainqueur. Une fois la serveuse repartie, il s'arrêta, revenant à sa position initiale, bien sage. Il fit même mine de ne pas voir le trouble de Junmin, parfaitement innocent selon-lui. Ying l'observa, faisant mine de regarder ailleurs à chaque fois que Junmin croisait son regard. Mais il n'eut pas l'occasion de revenir à lui puisque Junmin le regardait. Le regardait trop fixement. A quoi pensait-il ? Ça commençait à devenir gênant. Gênant et vraiment plaisant. Être regardé de cette façon par Junmin commençait à lui faire monter une bouffée de chaleur. Son corps se raidit sur la chaise, ses mains se refermèrent sur son pantalon, ses ongles ancrés dans le tissu. Qu'il s'arrête. Que Junmin détourne le regard. Il avait horriblement chaud. Tout l'effet que lui faisait Junmin c'était... Ses joues rosirent à peine mais son corps commençait à devenir brûlant. Il n'allait quand même pas se mettre dans un tel état, là, au milieu d'un restaurant ! Ressaisit-toi. Une question. Lui poser une question pour qu'il arrête de le regarder comme ça. La première chose qui lui vint en tête fut les fantasmes de Junmin. Autant dire que ses pensées tournés vers un sujet bien particulier n'avait pas pu lui faire poser une question sur ses hobbies ou sur la journée de demain, non, mais sur ses fantasmes. Il se racla la gorge et porta son regard sur Junmin. Il se sentait toujours bouillir mais il avait eu moins détourner l'attention de ce dernier, ça lui permettrait de se calmer entre-temps. Voler en hélicoptère.... Aller sur une haute tour... Prendre un bain de minuit... Tout ça, Ying le coinça dans un coin de sa tête. Ça ne pourrait pas être difficile de réaliser tout ça, hein ? Il pourrait peut-être se renseigner sur chacun de ses fantasmes, histoire de, peut-être, pouvoir tout lui offrir ? Ying était capable de l'impensable pour Junmin, alors lui réaliser ses rêves seraient sûrement facile ! D'ailleurs, son beau-père pourrait peut-être l'aider pour l'hélicoptère... Il l’appellerait demain pour savoir tout ça.

Massage intégral ? Là ça devenait plus réalisable, tout du moins plus facilement. Ying retourna à la réalité, reportant son attention sur Junmin et... sur ses mains sur la table. Il haussa un sourcil. Mais avant même qu'il n'ai pu comprendre ou agir, Junmin attrapait déjà les siennes dans ses paumes. Comment pouvait-il se calmer s'il n'arrêtait pas de faire ce genre de chose. Ses doigts tremblèrent légèrement sur ses paumes, aussi, il les serra de sorte à ce que Junmin ne sente pas son trouble. Il lui adressa un large sourire, sourire qui disparut légèrement à la suite de ses paroles. Lui qui rêvait tout ça, comment Junmin pouvait-il les dire avec autant de naturel ? « Le chocolat c'est sacré ! Tu n'auras pas intérêt de gâcher la moindre trace ! Je veux que tout finissent dans ton estomac. » Il venait clairement de lui dire quelque chose de particulièrement pervers. Il eut un sourire mutin, avant que tout s'arrête, le contact, la sensation, tout ça à cause de l'arrivée de la serveuse. Il ramena ses mains vers lui, non sans afficher une moue boudeuse. C'est toujours les filles qui viennent tout gâcher... Il se mit à cuir des morceaux de viandes, attrapant un peu de sauce piquante avec l'aide d'un légume qu'il glissa dans sa bouche. Il aimait tout ce qui était épicé. Il leva la tête vers Junmin, surpris de sa question. Ah. Parler de lui. Ce qu'il détestait faire pour être franc. Malgré tout, il lui répondit, il voulait que Junmin sache tout de lui. Absolument tout. « Eh bien... » Par où commencer ? Il réfléchis quelques secondes. « Je ne me souviens de rien avant mes 7 ans. Je sais juste que j'ai eu un accident de voiture et que j'ai perdu mes souvenirs et mon père. Je ne me rappel de son visage que par le biais des photos. Je suis resté dans le coma plusieurs semaines, ils ont même cru que je n'allais jamais me réveiller. J'ai aussi su que la femme qui venait me voir à l'hôpital était ma mère. La pauvre, je n'arrivais même pas à l'appeler maman au départ. » Il n'aimait pas vraiment reparler de ça. Aussi, il préféra passer rapidement sur un autre sujet.

« J'aimerais devenir chanteur, c'est pour ça que j'étudie dur. Et en parallèle, je fais également des cours d'art pour pouvoir, peut-être devenir soit acteur, soit réalisateur si je n'arrive pas à combler le monde avec mes chansons. Il y a peu, j'ai été choisi pour jouer un tout petit rôle dans un film, même si on ne me voit que deux minutes, je crois que ça a été la plus grande expérience de ma vie. » Il prit le morceau de viande qui avait fini d'être cuit et le porta à sa bouche après l'avoir trempé dans la sauce face à lui. Il dégusta le morceau de viande et leva son regard sur Junmin. « Mais je ne t'en dirais pas plus sur moi. Il va falloir que tu me découvre à présent sur mes goûts, mes envies, mes hobbies. Tout te dire serait trop facile... » Il reposa un autre morceau de viande et tira la langue à Junmin. « Et toi, tu me parles de toi ? » Il attrapa, de ses baguettes, une feuille de salade, y mit plusieurs choses à l'intérieure avant de l'enrouler. De ses baguettes, il attrapa la nourriture et le tendit en direction de Junmin. Quoi ? Ça paraissait trop idiot et trop fleur bleue ? On s'en fout, qu'il goûte, c'est tout.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 20 Juil - 19:20





Peut-être était-ce l’intonation de Junmin, ou alors son clin d’œil charmeur et pervers adressé à Ying, mais ses paroles n’avaient rien d’innocent. Et le sourire de Ying ne le laissait pas indifférent. Depuis quand était-il autant sensible à de simples détails qu’il n’avait sûrement jamais remarqué auparavant, bien trop occupé à dévorer son corps. Depuis quand avait-il commencé à porter de l’importance à cette personne, si bien qu’elle devenait chaque jour sa principale source de bonheur et de tristesse sans même qu’il ne s’en aperçoive. Junmin comprenait, et pourtant il était aveugle à ses sentiments. Il avait parfaitement conscience de l’amour infini qu’il portait à Ying, et il voulait tout de même se persuader par moments que ce n’était rien d’autre qu’une trop forte attirance physique. Au fond, c’était sûrement un mélange des deux. Car si Junmin était tombé pour Ying en premier lieu, c’était pour l’électricité entre leur corps qui les consumait à peine se frôlaient-ils. Tels des aimants, ils s’attiraient et se repoussaient, mais finissaient toujours par s’attirer l’un à l’autre à nouveau pour se dévorer dans un plaisir intense.

Il n’avait pas vraiment cherché à savoir pourquoi Ying souhaitait savoir ses fantasmes, il s’était contenté de répondre à la question. Ils se connaissaient déjà physiquement, maintenant ils apprenaient à se connaître entièrement. Alors Junmin commença à énumérer ses fantasmes, du plus basique, normal, au plus sexuel. Sans aucune gêne, ils se connaissaient plus de passion que de raison après tout. Ying le regardait attentivement, comme s’il essayait de mémoriser ce que lui disait Junmin. Et ce dernier, sans vraiment savoir pourquoi, vint prendre les mains de son amant dans les siennes, les posant sur la table. Comme si un besoin inconscient s’était manifesté et qu’il avait eu besoin d’être en contact physique avec lui. Et Ying n’avait rien dit, resserrant quelque peu sa prise autour des grandes mains de Junmin, et il lui avait souri. Oh, jamais Junmin ne pourrait se passer de son sourire maintenant qu’il avait découvert à quel point il était merveilleux et resplendissant. Et surtout lorsqu’il savait qu’il n’était destiné qu’à lui seul. Tout comme le sourire le plus naturel et sincère de Junmin était destiné à Ying.

La remarque de ce dernier le fit rire, un peu trop fort surement ; quelques têtes se tournèrent vers eux, mais peu importe. Cela faisait du bien de rire, c’était détendant. Et cela faisait bien trop longtemps que Junmin n’avait pas ri de la sorte. Et pour le faire rire ainsi, il pressa un peu plus ses doigts autour de la peau douce de Ying, le remerciant silencieusement. Son regard, complétement et entièrement destiné à son amant, reflétait l’amour qu’il lui portait mélangé à la perversité du moment surmonté par un arc-en-ciel de joie. « Ne t’en fais pas pour ça. » Il ne rajouta rien de plus, ne voulant imposer aucune gêne par des paroles trop explicites, bien que leurs précédentes paroles n’étaient aucunement innocentes. Mais il savait que Ying avait compris l’arrière de ses pensées.

Et la serveuse arriva, et ce moment s’arrêta, laissant place à une volupté d’odeurs agréables et au crépitement de la viande sur le grill. Mastiquant une feuille de salade, il s’adressa à Ying. Parler de lui, de sa vie, de ce qu’il aimait faire, de ses passions et ses frayeurs. Junmin voulait vraiment le connaître mieux que quiconque, et il s’étonna presque lui même de cette constatation. Il croisa ses mains ensemble et posa son menton dessus, prêt à écouter l’histoire de Ying. Il s’était attendu à quelque chose de joyeux, qui expliquerait l’ange qui se trouvait devant lui. Pourtant, ce qu’il entendit le peina. Il était peiné, car l’homme qu’il aimait de plus en plus chaque jour n’avait pas connu une enfance joyeuse, comme tout petit garçon se doit d’avoir. Il avait été tellement persuadé que Ying avait vécu pleinement sa vie, que rien de mal ne pouvait lui arriver, que c’était presque un choc que de savoir qu’il avait perdu ses souvenirs et sa famille si jeune ; et surtout qu’il avait croisé la mort de si près. Les mains de Junmin étaient retombées sur la table, et d’imperceptibles tremblements les secouaient. Et peut-être était-ce un peu trop égoïste, pourtant il ne put empêcher cette phrase de sortir à voix haute. « Dieu merci, tu t’es réveillé. » Il n’osait pas vraiment regardé Ying, alors il se concentrait sur la viande qui dorait progressivement à côté de lui. Lui qui était rarement déstabilisé, Ying arrivait de plus en plus à percer sa carapace pour libérer ses sentiments les plus profonds.

Et heureusement, Ying parla d’autre chose ; sa passion. Rien qu’à le voir parler, Junmin savait que c’était important pour lui, et il était content pour Ying, s’il pouvait réaliser son rêve. Et un peu jaloux, tout de même. Mais il ne le montra pas. « Tu chanteras pour moi ? » Et peut-être que Junmin pourrait lui arranger une de ses compositions encore inconnue du grand public, et lui donner. À cette pensée, Junmin sourit. Peut-être qu’ils s’accordaient réellement, au final ? Junmin fit une légère moue lorsque Ying déclara que c’était tout ce qu’il donnerait comme information sur lui. « Fais attention à ta langue. » murmura-t-il, sans être sûr que l’autre l’entende. C’était juste sorti naturellement. Junmin se tendit à la question de Ying. Que devait-il dire sur lui ? Jouer la carte de l’honnêteté ou de la sécurité et cacher certaines informations à son amant. Il ne pouvait pas se permettre de le mettre en danger en lui donnant des informations qui avaient tué son meilleur ami, et pourtant, si personne n’était au courant qu’il le savait, que risquait-il ? Ying avait dévoilé quelque chose qu’il ne devait très certainement pas raconté à tout le monde, il se devait d’être honnête lui aussi. Il cligna des yeux, faisant face à Ying qui lui tendait quelque chose à manger. Et encore intérieurement confronté à ses pensées, il ouvrit la bouche instinctivement, et enfourna la feuille de salade garnie dans sa bouche, avant de se rendre compte de leur geste. Si bien qu’il en rougit et pesta contre le plus petit tout en mastiquant.

Une fois la feuille de salade garnie ingurgitée, Junmin se racla la gorge. Il avait décidé d’y aller progressivement, et un jour, peut-être dans quelques semaines, dans quelques mois, Ying saurait toute son histoire. Mais pas pour l’instant. « Mes parents ne sont pas mes vrais parents, et je n’ai pas vraiment eu d’enfance, dans le sens où.. Monsieur Oh est quelqu’un d’important, et d’extrêmement dangereux. » Il avait réussi à en parler, sans être explicite, et cela suffira pour le moment. « Un jour, si tu veux, je t’en parlerai plus.. ouvertement, mais pas maintenant. » Une pointe d’angoisse traversa sa voix, et Junmin fut pris d’un énorme frisson de peur. Il avait osé imaginé Ying se retrouver dans la même situation que son meilleur ami, et pour ça il se détestait. Il protégerait Ying comme il n’avait pu le faire avec Juno. Il secoua doucement la tête, fuyant les sombres pensées. « Dis, tu connais le compositeur Gajja ? » Junmin prit un morceau de viande et le trempa dans la sauce, l’apportant ensuite à sa bouche. Il prit son temps pour le manger, son regard ne quittant pas celui de Ying.

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 22 Juil - 14:21

It's dangerous to fall in love

C'était indéniable, Ying ressentait des choses inexplicables pour Junmin. Il avait cette envie de le regarder trop souvent. Même si c'était inutile, il voulait juste le regarder, pouvoir le détailler du coin de l'oeil en secret, pouvoir s’imprégner de chaque traits de son visage, s'en remémorer les moindres détails. Ses joues rougissent dès qu'il imagine le visage de Junmin, tiré par la jouissance quand ils s'adonnent à un jeu beaucoup moins enfantin. Il ne valait mieux pas qu'il pense à ça. Ce n'était ni le lieu ni le moment. Il ne se voyait pas avec quelqu'un d'autre qu'avec lui. Quand il pensait au mot couple, c'est avec Junmin qu'il se voyait. Il imaginait qu'ils pourraient être plus souvent ensemble, sans pour autant s'étouffer. Il imaginait qu'ils pourraient vivre des choses qu'un vrai couple vie. Emménager ensemble, ne plus se quitter le soir, toutes ses petites choses là. Mais d'un côté, Ying avait peur. Et s'il vivait ensemble, est-ce qu'ils ne s'étoufferaient pas ? Si vivre et se voir trop souvent faisait venir la lassitude ? Ying savait que ce n'était pas lui qui avait peur de ça mais il avait peur que ça soit Junmin qui devienne ainsi. Qu'il se lasse de lui. Qu'il finisse par en avoir assez de le toucher aussi souvent. Il baissa les yeux sur ses mains, resserrant ses doigts délicatement contre. Il fallait qu'il fasse assez de chose pour que jamais Junmin ne se lasse. Inventer des jeux, changer leur vie pour qu'elle ne devienne jamais quotidienne. Le rire de Junmin le surpris mais ne lui déplut pas. Ce son lui était agréable à l'oreille. Mélodieux. C'était aussi la première fois qu'il l'entendait aussi vivement. Est-ce qu'il devra lui dire ce genre de choses assez souvent pour qu'il ai encore envie de rire ? Il se mordilla la lèvre inférieure, non sans sourire à son tour de manière amusé. Il se fichait bien des regards sur eux, il se fichait bien qu'on les observe, qu'on les prenne pour des bêtes de foire. Lui, il était heureux c'est tout ce qui comptait. Enfin Junmin aussi comptait. Et puis tout s'arrêta beaucoup trop vite à son goût, lui tirant une moue boudeuse. Cette serveuse commençait à l'agacer et il se demandait plutôt pourquoi ils n'avaient pas eu l'idée de faire un pique-nique, seul à seul, dans un lieu moins bondé...

Bien sur que Ying à eut une enfance joyeuse, seulement il ne s'en souvient pas. Il a déjà vu les photographies, perturbés de se voir sur les clichés mais de ne pas se souvenir de cet instant. C'était un peu comme si on lui avait montré les photos d'un garçon qui lui ressemble et qui vivait une autre vie. Au début, ce fut très perturbant mais ensuite, il s'y était habitué. Il cherchait encore ses souvenirs, ceux que sa mère ne pouvait pas lui donner. Comment était-il à l'école, quels amis il avait eut. Peut-être en avait-il oublié d'ailleurs ? Il aurait aimé connaître davantage de chose de lui-même mais à fouiller dans son crâne, il ne faisait que de se torturer un peu plus. Il avait donc raconté que ce qu'il savait, sans pouvoir lui en dire plus. Il pouvait lui parler que de ce qu'il avait vécut au delà de ses sept années, rien avant. La phrase de Junmin eut vite fait de l'intriguer. S'être réveillé ? Il inclina la tête en l'observant et ne fit que sourire. S'il ne s'était pas réveillé, peut-être que Junmin aurait pu jouer au prince charmant et aurait embrassé la belle au bois dormant pour le sortir de son sommeil éternel ? Cette pensée le fit rire, discrètement, se disant qu'il devra garder cette image pour lui.

Chanter n'était pas un problème, il aimait ça. C'était sa passion, sa vie, après Junmin bien sûr. Mais il vivait pour ça et s'il avait tenu tout ce temps, c'était grâce au chant. C'était bien la seule chose qui lui était resté depuis son amnésie, bizarrement. Mais chanter pour lui ? Il se sentit tout à coup très intimidé et se demandait s'il pourrait y arriver sans que sa voix ne tremble. Ses mains, d'ailleurs, étaient venus se glisser sur ses propres cuisses, lissant son pantalon de façon nerveuse. Il pourrait chanter pour lui, il pourrait même lui chanter la chanson qu'il avait créer... Non, ça il ne valait mieux pas. C'était sa chanson sur Junmin, et elle était bien trop romantique pour lui plaire, il trouverait ça niais et débile. Il hocha la tête, sans vraiment lui répondre. Oui il chanterait, un jour quand il sera bourré et qu'il ne pourra pas bégayer. Amusé par la menace sur sa langue, il la sortie, la glissant sur sa lèvre inférieure. Il n'aimait pas sa langue quand il était si provoquant ? Un sourire fier et le voilà qui mangeait à nouveau, l'air de rien. Sa langue, Ying était sûr que Junmin l'appréciait bien trop pour vouloir la lui couper ou lui arracher~ Il prépara un petit aliment qu'il fit glisser entre les lèvres de Junmin et, vue sa réaction, il n'avait certainement pas pensé à la portée de ce geste. De nouveau fier de lui, Ying enfourna un morceau dans sa bouche, l'observant les yeux pétillant de malice. Il était fier. Fier de rendre Junmin aussi idiot. Pas qu'il le soit mais plutôt que Junmin semblait changer, peu à peu, devenant peut-être plus romantique plus... amoureux ? C'était le but de Ying, le rendre fou de lui de plus en plus chaque jour. Faire en sorte qu'il soit accro et n'ai jamais l'idée de l'abandonner. C'était ça son but premier et il y parviendrait, il en était quasiment certain. Mais il ne répondait pas à sa question et ça commençait à le perturber. Que ne devait-il pas savoir sur lui... ?

Dangereux ? Son père adoptif était dangereux ? Et puis il s'était fait adopter pourquoi ? Où était ses parents biologique ? Avait-il essayé de les chercher ? Le voulait-il déjà ? Tant de questions qui voulaient passer la barrière de ses lèvres mais il ne laissa rien passer, parce que Junmin y coupa court. « Mais... » Il souhaitait en savoir plus maintenant que sa curiosité était attisé. Est-ce que Junmin se faisait battre par ce père-là ? Est-ce qu'il s'était fait battre du moins ? Et dangereux pourquoi ? Faisait-il partit d'un gang ? De la mafia ou quelque chose comme ça ? Était-il un criminel recherché ? Voilà tout ce qui passait par la tête de Ying qui ne resterait sûrement pas sur ces quelques dernières informations. Sa curiosité était piquée à vive, et il cherchait, mine de rien, à en savoir déjà plus, se demandant s'il n'allait pas fouiller, de lui-même, dans le passée de son petit ami. Gajja. Ying cessa immédiatement de manger, observant Junmin comme s'il avait dit quelque chose de complètement fou. Gajja ? Ying reposa ses baguettes sur le bord de son assiette. « Junmin, tu me poses vraiment cette question ? » Ying râla et leva les yeux au ciel en plaçant ses mains sous son menton pour s'y appuyer, l'air rêveur. « Gajja est celui qui m'a rendu accro à la chanson encore plus qu'avant. C'est un grand et merveilleux compositeur. J'ai souvent essayé de chercher pleins d'informations mais il est si mystérieux... Comment quelqu'un peut-il être aussi secret... On n'a jamais vu son visage mais j'imagine qu'il doit être très beau... Il y en a qui dise que c'est peut-être une femme mais moi, je pense plutôt que c'est un homme. Tu crois que s'en est un aussi ? » Tout à coup, c'est comme si Ying était devenu une jeune fille amoureuse d'une idole. Il semblait à la fois excité et émerveillé. « Ne sois pas jaloux, Junmin mais j'aime vraiment beaucoup Gajja. Ses textes, sa façon d'écrire les choses qui vous paraissent soudainement si évidente... Aaah. Je donnerais tout ce que j'ai pour pouvoir le connaître et le rencontrer. » Un soupire qui ressemblait à une plainte s'échappa de ses lèvres et il sembla se reprendre, se rendant compte combien il avait l'air idiot. Il s'était laissé emporté et pointa Junmin de sa baguette qu'il avait reprit. « Quand je deviendrais célèbre, je ferais en sorte qu'il écrive pour moi ! Et tu n'as pas intérêt à l'en empêcher ou je t'arrache les yeux ! » Il planta sa baguette dans un légume et le glissa entre ses lèvres. Aah, Gajja... maintenant qu'il en parlait, le voilà repartit dans ses songes. Ses joues rougient, il leva le nez vers Junmin et sembla presque être gêné. Comment pouvait-il parler de quelqu'un comme ça alors qu'il se trouvait face à quelqu'un à qui il avait déclaré son amour ? Honteux, il tendit la main et attrapa la sienne, comme pour lui faire comprendre que « Gajja à beau être merveilleux, c'est toi que j'aime le plus. »

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 23 Juil - 18:22





L’enfance de Junmin avait été gâché par son père, et il ne souhaiterait pour rien au monde que d’autres enfants voient leurs années insouciantes être ruinées d’une manière ou d’une autre. Encore moins si cela s’agissait de personnes qu’il portait dans son cœur. Il en fallait beaucoup pour qu’il accepte de briser sa muraille et donner un morceau de son cœur à quelqu’un, et lorsqu’il le faisait, c’était pleinement et sincèrement, et ce, même si cela prenait du temps, beaucoup trop de temps. Comme pour Ying. Et il était totalement inconcevable que ces personnes n’aient pas vécu leurs années insouciantes comme leurs plus belles années. Junmin n’avait jamais pu profiter du plaisir de ne soucier de rien, de n’avoir aucun problème, aucune pression importante. Il savait ce que cela faisait. Et ceux qui tenaient son cœur entre leurs mains se devaient d’avoir vécu ça pour lui. Dans le fond, c’était quelque chose qu’il portait à cœur. Et il s’était juré qu’il n’aurait jamais d’enfant, de peur de les faire souffrir, répétant les erreurs de son père.

Alors lorsqu’il a su pour l’accident de Ying, sa perte de mémoire totale, il s’en est voulu, il était triste et en colère, sans réellement savoir pourquoi. Rien n’était de sa faute, et pourtant il se sentait comme s’il était celui qui devait protéger l’être en face de lui. Ou peut-être que dans le fond, c’était l’inverse. Peut-être que c’était Ying qui était destiné à sauver Junmin, et non l’inverse. Et il était triste, car Ying n’avait pas eu l’enfance qu’il méritait, il ne se souvenait pas de sa mère, son père était mort. Ce n’était pas quelque chose que devait vivre un enfant de 7 ans. Et il était en colère, car il n’était pas arrivé assez tôt dans sa vie pour pouvoir le protéger, lui procurer la vie de bonheur qu’il méritait d’avoir. Et Junmin se surprit lui-même. Depuis quand était-il devenu si protecteur envers Ying, depuis quand voulait-il tout bien faire pour lui, jusqu’à lui décrocher les étoiles ? Il ne se reconnaissait plus, et ce changement lui faisait peur dans le fond, aussi bon soit-il. Mais il ne pouvait empêcher son cœur d’entrer dans une course effrénée dès que son regard croisé celui de son amant.

Il avait vraiment dit que le strict minimum sur lui, ne voulant pas complétement gâcher cette soirée en parlant de sa vie. Alors à la place, il avait engagé la conversation sur un secret qui lui tenait à cœur, sa double identité, sa double vie. Il avait posé juste une simple question, et il s’était attendu à un oui ou à un non, peut-être bien suivi d’un pourquoi. Et pourtant, il ne reçut rien de tout ça. Sa question avait été enseveli par l’effluve de mots et de phrases qui sortaient de la bouche de Ying. Et Junmin ne savait pas s’il devait se sentir honoré ou jaloux de tout ça. Tous ces compliments lui étaient destinés, et en même temps, ils étaient destinés à celui qu’il était derrière son masque, celui dont le nom figuré dans la colonne compositeur, et non réellement Junmin. Pourtant, celui qui écrivait les paroles était bel et bien Junmin, assis dans le noir, éclairé de la faible lumière de sa lampe de chevet, seul dans son appartement, et durant ces moments il ne portait pas le masque de Gajja. Ses deux identités étaient belles et biens différentes pour lui, comme elles l’étaient pour tout le monde, et en même temps elles semblaient si ancrées l’une dans l’autre.

Alors, les paroles de Ying lui vinrent droit au cœur comme une flèche épineuse et pourtant si agréable. Il se sentait tellement honoré d’être celui qui a influencé et inspiré son amant, d’être aussi hautement placé dans son estime. Oh oui, c’est un homme, et dieu ce qu’il est beau, tu le dévores des yeux. Junmin avait tellement envie de lui répondre, mais il se taisait. Il n’en avait pas vraiment le choix, après tout, car Ying ne faisait pas de pause, complétement pris dans son adoration pour Gajja. Et il se retint de rire lorsqu’il dit qu’il donnerait tout pour le connaître et le rencontrer. Junmin était de plus en plus impatient de découvrir sa réaction lorsqu’il le dira à Ying. Et pourtant, il ne savait pas vraiment comment lui dire, car simplement annoncer qu’il était Gajja serait trop brutal, Junmin voulait jouer un peu, que son amant le découvre de lui-même. Se faisant à moitié attaqué par une baguette, Junmin laissa un petit rire s’échapper de sa gorge. Il observa son amant devenir gêné, et il fut quand même un peu jaloux de sa réaction, car lui ne savait pas encore qu’ils étaient la même personne. Et voir son amant rougir d’admiration pour une autre personne que soit était tout de même frustrant. Mais il ne s’en formalisa pas plus que ça lorsque sa main rejoignit celle de Ying, et qu’il entrelaça leurs doigts ensemble. Il eut l’impression de devenir trop guimauve, trop niais, trop « couple » et cette pensée le fit légèrement frémir de dégout et de peur, et pourtant l’idée d’enlever sa main ne vint même pas lui effleurer l’esprit. « Tu n’as pas besoin de devenir célèbre pour ça, tu sais. Tu as juste à lui demander. » Et Junmin lui lança un de ces regards mystérieux. « En plus, tu le connais déjà. » Il ouvrit légèrement la bouche, demandant implicitement à son amant de le nourrir. Il montra leurs mains liées. « Ma main droite est prise, je peux pas manger. » Il essayait de cacher son impatience comme il pouvait, mais il ne pouvait s’empêcher de trépigner sur sa chaise et ses mains devenaient moites dans l’attente de la future réaction de Ying. Et il fut pris d’un léger doute, pourtant pesant. Si son petit-ami le prenait mal, pour quelconque raison ?

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 23 Juil - 19:13

It's dangerous to fall in love
 

Junmin avait beau penser que c'était dangereux de le dire, Ying pensait juste que son passé devrait lui être dévoilé. S'il avait quelque chose à savoir, il valait mieux qu'il ne tarde pas trop à lui dire. La peur que Ying ressentait n'était pas la peur qu'on lui fasse du mal mais que quelqu'un fasse du mal à Junmin ? Il refuserait ça. Il était inconcevable que quelqu'un touche à son bien le plus précieux, à la personne qu'il aimait le plus au monde. Même si ça devait être le père de Junmin, il ne le laisserait pas faire. Il le protégerait, quoi qu'il arrive. Alors il valait mieux que Junmin lui raconte tout avant que Ying ne fouille de lui-même pour le bien de son amant. Pour sa part, il n'avait pas vécut d'enfance heureuse ou malheureuse, puisqu'il ne s'en souvenait pas, il pensait simplement ne pas avoir vécut d'enfance du tout. C'est comme si l'on a fait un dessin et que quelqu'un l'a effacé avant qu'on ne sache si le dessin était beau à regarder ou non sous toutes ses coutures. On ignore, alors on n'est pas vraiment déçu de savoir s'il était beau ou vraiment laid. On a pas peur de la réaction, on ignore juste et parfois ça vaux mieux. Ying n'avait pas pu se rappeler de quoi que ce soit, malgré ses recherches intensives, il ne désespérait pas et continuera à creuser dans le fin fond de son esprit. Il n'a pas pu oublier comme ça, n'est-ce pas ? C'est forcément quelque part mais il faut qu'il trouve où exactement. Mais ce soir, il n'avait pas envie de chercher plus que ça, il avait envie de profiter du moment. Un moment qu'il considérait rare et précieux. Junmin est quelqu'un d'assez imprévisible, il le sait. Il peu aussi bien être adorable, tendre et amoureux... que désagréable, violent et haineux. C'est comme ça qu'il le voyait. Comme un ange dans un corps de démon. Ou l'inverse. Quoi qu'il en soit il comptait en profiter et ne rien laisser gâcher tout ça.

Viens le moment où, en détournant la conversation, Junmin s'engagea sur la voie Gajja. Au moins, il avait réussi à bien détourner l'attention de Ying qui réagit au quart de tour. Bien sûr qu'il en parlait mais seulement avec quelques camarades de sa classe, jamais avec Junmin. D'ailleurs – non pas qu'il pensait que Junmin n'avait pas de culture – il était juste surpris que ce nom passe les lèvres de Junmin dans un moment comme celui-là. Il lui aurait dit alors qu'ils venaient de lire un texte, d'accord mais là... Quoi qu'il en soit, Ying ne pu s'empêcher de déblatérer sur le sujet, pendant quelques minutes sans prendre la peine de bien respirer. Il était fan. Gajja, c'était son idole multiplié par mille. C'était quelqu'un qu'il respectait et adulait profondément. Alors oui, s'il le pouvait, un jour, il aimerait faire un ou deux travaux avec cette personne que tout le monde connaissait de nom mais personne de visage. C'était quand même intriguant. Était-ce ça qui attirait Ying au fond ? Non, sans nul doute que c'était surtout son travail. Lui demander simplement ? Junmin agissait comme si la question était très facile alors que, pour Ying, pas du tout. Il inclina la tête et soupira, tout en caressant le dos de la main de son amant du bout de ses doigts. « Junmin, c'est le meilleur moyen pour que mon culot lui fasse peur. Et puis, il travail avec des grands. Il ne peut pas se permettre d'écrire à tous les fans qui lui demande. » Il s'était résigné à cette idée d'ailleurs, voilà pourquoi il n'afficha pas vraiment de mine déçue. « Moi je le connais, oui. Mais lui, il ne sait même pas que j'existe. D'ailleurs, sur sa page personnelle, à chaque fois qu'il écrit une nouveauté ou une info, j'y réponds toujours en le remerciant d'exister. Tu parles, soit il a déjà du avoir peur de moi, soit, il ne dois jamais voir mes messages parmi tous ce monde qui lui écris... » D'une main, puisque lui aussi il avait la main occupé, il du préparer un morceau de viande, enroulé dans un morceau de légume qu'il trempa dans une sauce avant de l'approcher de sa bouche pour le faire manger. Il attrapa ensuite une serviette et lui essuya le coin des lèvres tout en souriant. « J'ai cherché son adresse mail ou postal sur internet, mais tu te doutes bien que je n'ai rien trouvé. Je ne pourrais même pas lui écrire réellement, donc de me faire connaître à lui. » Il hocha la tête en souriant, fataliste. « Il n'y a que quand je serais célèbre, donc, que je pourrais remonter jusqu'à lui. C'est pour ça que je travail dur. Alors quand je travail, évite de venir m'ennuyer. » Dit-il, avec un sourire en coin. En gros, qu'il évite de le déconcentrer sexuellement, parce que Ying ne pourrait pas résister et abandonner ses cahiers de cours pour les bras et les draps de son amant. Il glissa à son tour de la nourriture dans sa bouche et serra légèrement ses doigts sur ceux de Junmin, l'empêchant d'ôter sa main de la sienne si l'idée lui venait. Il mastiqua son morceau de viande tout en venant planter son regard dans celui de Junmin. Finalement, le plus beau, c'était bien lui. Il soupira, traçant des ronds avec son index sur la peau de sa main. S'il avait pu, il l'aurait regardé comme ça pendant toute une éternité. L'arrête de son nez, la ligne de sa mâchoire et sa bouche... à tomber. Gajja ou pas Gajja, il avait envie de lui. Peut-être que le repas se terminera vite ?

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 25 Juil - 12:13





En tournant la conversation vers le sujet « Gajja », jamais Junmin n’aurait pensé que cela irait aussi loin. Vraiment pas, et il en était heureux que le cours de l’histoire ne suive pas ses attentes. Voir son petit-ami parlait de manière si passionné à propos de lui avait fait battre son cœur encore un plus vite. Les compliments que Ying venaient de lui étaient les meilleurs compliments qu’il avait jamais reçu. On ne pouvait faire mieux. Ils atteignaient directement son cœur, y répandant une boule de chaleur agréable. Gajja était le modèle de Ying, et pour ça, Junmin se sentait honoré. Honoré que Ying ait une aussi grande estime de lui et de son travail. Junmin ne lisait jamais, ou que très rarement les messages de ses fans. Ce n’était pas par manque de respect pour eux, ou peut-être que ça l’était pour ceux qui le savaient. Mais il ne voulait pas voir l’amour que lui portait ses fans, ni les compliments, car cela voudrait que son travail est acquis, qu’il n’a rien à améliorer. C’est ce sentiment qu’il ressentait lorsqu’il recevait des commentaires. On le félicitait pour ce qu’il faisait, et on ne l’encourageait pas à se dépasser, comme si ce qu’il venait de faire était tout ce dont il était capable de faire. Et pourtant, les compliments de Ying, il les avait reçu à cœur ouvert. Peut-être parce qu’ils venaient de son petit-ami, oui, sûrement. Et il avait envie de lui dire, de tout lui révéler, et pourtant un certain doute persistait. Après tout, Ying réagirait s’il apprenait que son idole, son modèle était en fait son petit-ami ? Réagirait-il bien, ou mal, s’il savait que la personne qui l’avait violé, qui l’avait ignoré, lui et ses sentiments, qui l’avait fait souffrir, et qui finalement lui avait déclaré ses sentiments dans la piscine universitaire, n’était autre que Gajja ? Alors, il avait décidé d’y aller calmement, donnant des indices infimes à Ying. Le préparant inconsciemment à certaines hypothèses.

« Peut-être que pour toi, il fera une exception. » Et qu’il se rassure, son culot ne faisait pas peur à Gajja. Ou Junmin. Ou les deux, peu importe. Il trépignait de plus en plus, retenir ses tremblements semblait devenir plus difficile au fil que les secondes passaient. Alors, il se concentra en fixant le visage de Ying, le détaillant du regard, écoutant tout de même ce qu’il avait à dire. Et Junmin s’en voulut un peu de ne pas lire les commentaires, car il aurait vu ceux de Ying. Et puis non, il était un fan, c’était des compliments comme les autres, pourquoi tenait-il tant à les voir ? Ça aurait eu le même effet sur lui que les autres compliments, ou peut-être pas au final. Il ne répondit rien, ne sachant quoi dire. Que pouvait-il bien lui dire qui ne grillerait pas tout de suite son identité ? Rien. Rien ne lui venait à l’esprit, alors il se tut. Il observa Ying lui préparer quelque chose à manger, puis il ouvrit la bouche en grand et se mit à manger. Il leva les yeux au ciel lorsqu’il lui essuya le coin de la bouche, plus par gêne qu’autre chose. Junmin ne pensait pas que des personnes pouvaient être autant fan de ses compositions ; à vrai dire, pour lui, les chanteurs prenaient la plus grande part des compliments, et cela ne gênait pas forcément Junmin. Mais savoir que Ying avait déjà essayé de faire des recherches à son sujet l’étonna ; et son petit-ami n’était sûrement pas le seul à l’avoir fait. Il était peut-être plus connu qu’il ne le pensait. « T’aimerais rencontrer Gajja ? » Il lui fallut quelques secondes avant de se rendre compte à quel point sa question était idiote. Il se gratta la nuque. « Non, je veux dire.. Si tu te retrouvais en face de lui, maintenant, tu lui dirais quoi ? » Il sourit lorsqu’il sentit la prise des doigts se faire plus forte sur sa main. Il caressait de son pouce la peau douce de son amant, faisant des arabesques, le regardant mangeait. « Tu sais, ça ne me dérange pas tant que ça que tu parles de lui, puisque c’est ton modèle. » Junmin qui d’habitude était si possessif envers Ying, cela devait paraître bizarre sorti de sa bouche.

Junmin ne pouvait plus attendre de lui, il fallait que cela sorte. Depuis le début, il avait prévu de révéler ce secret à son amant, mais la discussion avait tourné d’une manière inattendue. Et il avait encore plus envie de lui dire. Il posa son autre main sur la table et la garda ouverte pour qu’il vienne y glisser la sienne, l’incitant du regard. « Si je te dis quelque chose, tu promets de ne pas crier, ni d’avoir peur, ni de me fuir ? » Sa voix n’avait rien d’inquiétant, elle était neutre comme la plupart du temps. Il essayait de retenir l’excitation et la peur de s’exprimer. Et ce premier sentiment qu’il ressentait tordait son ventre, brûlait ses poumons et son cœur convulsait. Lui qui d’habitude, ne parlait pas autant, lui qui gardait tout ses secrets à l’intérieur, lui qui ne se révélait pas, cela faisait bizarre. Mais depuis qu’il s’était rendu compte de ses sentiments pour le chinois, il était en train de changer, peut-être redevenir comme avant la mort de son meilleur ami, peut-être devenir quelqu’un d’autre. Et ce changement augmentait sa peur, et en y pensant il sentit ses mains trembler alors qu’il tenait celles de son amant. « C’est pas facile à dire… » Peut-être qu’il était en train de faire une erreur, se dévoiler peu à peu à son petit-ami. Après tout, qui pouvait dire si cette histoire durerait jusqu’à la fin des temps ? Qui pouvait dire de quoi son père était-il capable s’il apprenait tout ce qu’il se tramait dans la vie de Junmin, peut-être le savait-il déjà et attendait le bon moment pour agir ? Et puis, qui sait ? Ying pouvait le prendre mal, ou tout simplement pensait que c’était une blague de Junmin. Et s’il ne le croyait pas, s’il refusait de le croire alors qu’il lui dévoilait un de ses plus précieux secrets, un secret qui le fait se sentir vraiment vivant, qu’il avait vraiment à cœur. « Je suis Gajja, Ying. »

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 24 Aoû - 0:08
It's dangerous to fall in love
et si c'était un rêve ?
Tenue. Imaginer que Junmin pouvait être Gajja c'était... impenssable. Ils étaient tout deux à la fois si identiques et si différents. C'était un peu comme une tablette de chocolat et un lapin en chocolat. C'est semblable mais sous deux aspects différents. Imaginer les deux personnes sous le même masque c'était forcément perturbant. Est-ce que Ying pouvait juste imaginer ça ? Un instant, ça lui était passé dans l'esprit mais ça n'avait pas été plus loin pour lui. Aussitôt, il voyait à nouveau Gajja comme un épais brouillard insaisissable. Faire une exception à Ying ? Parce que Gajja pouvait-il seulement le regarder ? Ying eut un bref sourire à cette simple idée et hocha vivement la tête. « Junmin, tu es sérieux quand tu dis ça ? Ce n'est pas parce que tu me regardes que Gajja me regardent forcément. » s'il savait que sa phrase était pourtant très réaliste et qu'elle était vrai... il se serait sûrement étouffé ou aurait fuis loin, très loin, de honte, de gêne, de timidité. Non, Gajja ne pourrait jamais le voir et lui non plus ne pourrait jamais le voir. Gajja était un fantôme. Un fantasme bien réel qui le resterait toujours. Peu importe qu'il ne le rencontre pas, pourvu qu'il puisse continuer à le lire, en apprendre un peu plus sur lui au travers des lignes écrites. Mais s'il aimerait rencontrer Gajja c'était forcément le cas. Il en rêvait même. C'était un fan après tout, qui aurait aimé recevoir, ne serait-ce qu'un simple petit point sur une feuille blanche pour avoir un grand souvenir comme s'il avait reçu un baiser. Mieux valait ne pas dire ce genre de chose à Junmin qui pourrait bien devenir fou de rage. Sa jalousie maladive pourrait bien le rendre incontrôlable encore une fois. « Je serais sûrement incapable de lui dire quoi que ce soit. Qu'est-ce que je pourrais bien lui dire ? Je ne veux certainement pas être banale, comparable à tout ses autres fans. J'aimerais me démarquer... je pense que je ne lui dirais rien et que je me contenterais de le regarder de loin. » Il détourna le regard, observant la viande griller. Elle tréssautait à un rythme rapide, finissant par noircir dans un coin. Il se sortit de ses pensées en la retirant rapidement de sorte à ne pas la gâcher et entreprit de la manger et la mastiquer longuement.

Il n'était vraiment pas dérangé qu'il parle de Gajja de cette façon ? Voilà qui était bien surprenant... Il se souvenait d'avoir eu le malheur de parler de Suhwan et de s'être fait prendre par la gorge... alors franchement, parler de Gajja d'une façon aussi désireuse et de ne pas subir le moindre froncement de sourcils était on ne peut plus surprenant. Ying posa son regard sur lui, bien plus suspicieux qu'il ne l'aurait fallut. Est-ce que c'était le calme avant la tempête ? Peut-être qu'il le testait ? Il posa son regard sur sa main ouverte et, un peu hésitant, posa sa main dans la sienne. ça y est, la question était là... c'est qu'il allait s'énerver, non ? là, devant tout le monde, il allait littéralement péter un plomb... il allait lui hurler dessus de ne plus jamais penser à ce Gajja. De ne plus le lire, de ne plus chercher à en savoir plus de ne plus rien faire pour lui, de ne plus penser à lui et d'oublier son rêve de le rencontrer un jour ou de le "Je suis Gajja, Ying."
Son coeur avait cessé de battre, son sang s'était glacé et son regard s'était figé dans le sien comme s'il venait de dire qu'il le quittait. C'était une plaisanterie ? Elle était de bien mauvais goût. Mais l'attitude de Junmin était différente. Il ne pouvait pas jouer aussi bien la comédie. Junmin ne jouait pas de cette façon. Et pourquoi voudrait-il se faire passer pour Gajja puisqu'il avait déjà son coeur ? Il retira vivement ses mains des siennes, comme s'il s'était brûlé et se leva rapidement, faisant crisser la chaise en la reculant. Sous le mouvement, tout les regards s'étaient tournés vers eux. Ying n'était plus capable de respirer. Junmin était Gajja ? Gajja, c'est Junmin ? Il n'attrapa même pas sa veste sur la chaise, abandonnant tout là, même son sac pour partir à grandes enjambées jusqu'à la porte de sortie. L'air frais extérieur lui gifla le visage et il resta un moment là, le souffle court. Il lui avait caché ça. Il lui avait caché ça si longtemps. En même temps, il ne pouvait pas savoir que ying était fan de Gajja. Mais quand même, Gajja est célèbre. Tout le monde rêvait de le connaître et Ying le connaissait maintenant.

La porte s'ouvrit et il lui fit face à peine deux secondes avant de l'attraper par le col et de le plaquer contre le mur du restaurant. « Pourquoi il faut que tu sois lui ? » Ces paroles auraient pu être blessantes mais en fait, ça ne voulait pas être dans ce sens. En fait, la surprise avait laissé place à la colère. Une colère jalousie. Il le relâcha rapidement. « Je t'interdis de révêler ton identité ! » Non, plus que le bonheur de rencontrer Gajja, c'était la jalousie qui avait prit le pas. « Je refuse que tout ceux qui te désire, qui t'adule, t'approche ne serait-ce que d'un pas. Je tuerais tout tes fans si ces derniers t'approchent. Je refuse qu'ils te touchent, qu'ils t'aime, qu'ils te désirent. Tu entends ? Tu es sensé n'être qu'à moi ! Si tous le monde sait, tu m'échapperas. Ils te voleront à moi. Tu peux pas être Gajja, tu comprends ? » La peur. La jalousie, la colère et la peur. Gajja était face à lui, ça il en était heureux, au fond, mais plus que ça, il était profondément peureux de le voir être volé à lui. Tellement de personne l'adulait et voulait le rencontrer. Dans le lot, il y en avait forcément des plus beaux, des plus intelligent, des plus matures que lui. Savoir que l'un d'eux pourrait plaire à Gajja... c'était voir Junmin s'éloigner, le quitter. « Je ne veux pas que... qu'ils... » Il se mordit la langue jusqu'à sentir le goût âcre envahir sa bouche. Au fond, il tenait bien plus à Junmin qu'à Gajja. Là, pour le moment, il s'en fichait de Gajja. C'était la peur de voir Junmin lui être dérober qui primait sur tout.
template coded by always and forever of atf

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 26 Aoû - 18:16





Si seulement Ying savait de quoi il parlait. Junmin eut envie de laisser échapper un petit rire, mais il se retint comme il put, une grimace entre le rire et la nervosité s’installant sur son visage. Il décida de ne pas lui répondre, une autre question venant à la place. Qu’aurait-il bien pu lui répondre sans se faire cramer tout de suite ? Sa question posée, il fixa son regard sur le visage de Ying, observant chacune de ses expressions. Il l’écouta, réfléchissant à ses paroles. Un fin sourire vint se promener sur la surface de son visage, heureux de la réponse de Ying. Il ne s’y attendait pas, mais ce n’était pas plus mal. Il se rendait compte que Ying était vraiment un être à part, il n’était pas de toutes ses fans que Junmin voyait, courir auprès des idoles, les étouffant. Il ne voulait pas être banal, ordinaire. Et il ne l’était pas. Aux yeux de Junmin, il était spécial. Et aux yeux de Gajja également, il avait déjà pensé à sa relation - plus qu’ambiguë à l’époque - pour s’inspirer dans ses textes. Si Ying savait que certaines de ses compositions parlent de lui en différé. Il suivit le geste de Ying, et l’imita, coinçant le morceau de viande entre ses baguettes et l’amenant à sa bouche. Il le mangea en silence, son regard rivait sur son désormais petit-ami ?

Les battements de son cœur commençaient à s’accélérer alors qu’il était sur le point de révéler sa double identité au chinois. Il n’avait aucune garantie de sa réaction, et malgré qu’il lui ait demandé de ne pas fuir ou de ne pas s’énerver, il avait cette boule au ventre qui ne voulait pas le laisser partir. Et la bombe fut lancée. La simple phrase de quelques mots à peine fit planer un silence pesant sur la table. Il avait senti Ying se figer, et c’était comme si son corps l’avait suivi ; lui aussi ne bougeait plus, il retenait sa respiration, attendant avec appréhension sa réaction. Il n’était plus capable de penser quoi que ce soit. L’air froid qui prit la place de l’emplacement des mains de Ying sur les siennes le fit frissonner de la tête au pied. Son pouls s’accéléra jusqu’à faire exploser ses veines, il sentit chaque organe taper contre sa peau. Junmin ne bougea pas, il en était incapable, son regard fixé en face de lui alors que Ying se leva brutalement pour quitter l’endroit, attirant les regards sur eux. Junmin mit quelques secondes avant de se rendre réellement compte que Ying était parti. Il avait fui, alors qu’il lui avait demandé de ne pas le faire. C’était comme s’il tombait dans le vide, il avait l’impression d’avoir perdu, son regard contemplait la chaise vide en face de lui. Mais si, il y a quelques mois, il l’aurait laissé filé sans rien dire, sans essayer de le rattraper, ce n’était pas le cas maintenant. Il lui avait fait une déclaration plus tôt dans la journée, il se retrouvait en tête à tête avec lui. Toutes ces choses qu’il n’aurait jamais fait avant, ni avec quelqu’un d’autre, ce n’était pas par pour rien, il n’allait pas les laisser vaines. Et alors qu’une serveuse s’avança vers lui, voulant certainement s’assurer que tout allait bien, il se leva à son tour et partit à grandes enjambées vers la porte d’entrée.

Il pensait que Ying serait parti, et qu’il devrait le rattraper mais il était devant la porte, et Junmin n’eut pas le temps de faire le moindre geste, à peine la porte se refermait derrière lui qu’il se fit agripper par le col et plaquer à côté de la porte. Heureusement qu’il n’y avait pas de vitrine au restaurant, et que les fenêtres étaient éloignées de la porte. Junmin ne dit, le laissant évacuer le trop plein d’émotions enfouit en lui. Il n’était pas bon pour lire les personnes, mais il se doutait que ce devait être la bonne chose à faire. Et il ne savait franchement pas quoi dire, ni quoi faire. Ying relâcha son col, mais Junmin ne se décolla pas pour autant du mur. Et à mesure que les paroles sortant de la bouche de Ying défilaient, se répercutant contre ses oreilles, la surprise de Junmin prit de l’ampleur. Peut-être qu’un peu de colère s’y mêla aussi. La surprise d’une telle jalousie venant de Ying, une démonstration puissante des sentiments qu’il ressentait envers lui, de son caractère possessif. Et la colère, car Ying était parti alors qu’il lui avait demandé de ne pas le faire, il lui ordonnait très clairement comment diriger sa vie, qui être ou ne pas être. Cependant, il ne dit rien et resta les bras ballants à attendre que Ying ait fini de parler.

Alors il fit un pas, puis un deuxième avant de se retrouver presque collé contre lui. Ses bras se levèrent et passèrent dans son dos, l’attirant contre lui. Il le serra fortement jusqu’à l’étouffer, pendant une vingtaine de secondes avant de le relâcher, juste un tout petit peu pour le bercer contre lui, la tête de Ying reposant dans son cou. Ses mains se mirent à caresser son dos, allant de ses épaules jusqu’à la limite de ses reins. Il ignorait qu’il pouvait être aussi doux, mais cela ne le dérangeait pas. Tout ce qu’il devait faire en ce moment, c’était rassurer de n’importe quelle peur il ressentait. « Je n’ai jamais dit qui j’étais, et je compte pas changer ça de si-tôt. » Sa voix n’était ni douce, ni dure, elle était neutre comme la plupart du temps. Il se recula, tenant les épaules de Ying entre ses mains, les bras tendus. Étant légèrement plus grand que lui, il se baissa pour être à sa hauteur. « Et ce n’est pas à toi de décider si oui ou non je révèle mon identité. J’ai mes raisons pour la cacher, et ce n’est pas à cause de toi. Et si j’avais envie de dire au monde qui je suis, ce n’est pas toi qui va m’en empêcher. » Il était ferme, de part sa prise sur ses épaules. Il le regarda encore pendant un court instant avant de le lâcher, sans pour autant se reculer. Sa voix commença à descendre dans les graves, signe qu’il laissait la colère faire surface. « Tu t’en fous que des personnes m’aiment ou me désirent, du moment que moi je t’aime, c’est tout ce qui compte. » Et pourtant, lui-même ne supportait pas que d’autre personnes puissent aimer Ying. « Tu veux pas qu’ils ? » Il soupira, pour finalement reprendre Ying entre ses bras, déposant un baiser sur le sommet de son crâne. Sa voix se radoucit. « Jamais personne ne me volera à toi, Ying. »

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 28 Aoû - 13:23
It's dangerous to fall in love
et si c'était un rêve ?
Tenue. Tout s'était mêlé dans sa tête. La surprise, la joie, la peur, la colère, la possessivité. Un trop plein d'émotion qui le faisait littéralement exploser et il ne serait pas rare de voir quelques passants se retourner sous l'exclamation de voix du chinois. Il était Gajja. Junmin et Gajja n'était qu'une seule et même personne. Quel effet ça vous ferait, à vous, de savoir que votre idole est en fait votre petit ami ? Il y en a qui serait heureux, d'autres serait choqué et d'autres, encore, serait dans le même état que Ying, à avoir peur de la suite des choses. Il imaginait qu'il serait toujours le seul à aimer Junmin. Il s'était battu contre vents et marées pour avoir Junmin rien que pour lui et d'un seul coup il apprenait qu'il avait des millions de fan à ses pieds ? Ying qui imaginait devoir se battre contre deux ou trois personnes devait maintenant s'imaginer face à une horde de fan en furie et, sérieusement, c'était un combat perdu d'avance. Il ne ferait certainement pas le poids. De plus, la plupart des fans étaient totalement inconnu à son égard alors comment pourrait-il les trouver un par un ? Forcément qu'il éclatait et qu'il hurlait, se transformant en parfait hystérique incapable d'être calmé.

Malgré tout, il s'immobilisa et cessa de lui hurler dessus au moment même où son corps rencontra le sien. Enveloppé dans ses bras, il se sentait bien même si cette étreinte avait un goût de consolation peu rassurante. Le faire taire pourquoi ? Parce que ce qu'il disait était une vérité et qu'elle ne lui plaisait pas ? Qu'est-ce qui pourrait lui plaire au fond ? Il plissa les yeux, poussant un profond soupire en nichant son visage contre le torse de Junmin, non sans le maudire intérieurement. Qu'est-ce qui lui avait prit de faire de lui un Gajja ? Pourquoi ça ne pouvait pas être un voisin ou même un professeur ? Pourquoi il fallait que ça soit Junmin ? Pile le garçon qu'il aimait éperdument. Il aurait beau lui dire, a ne l'empêchait pas d'avoir peur. D'imaginer tout un tas de choses qui finirait certainement par le rendre dingue. Il soupira et posa ses mains sur le torse de Junmin, le faisant reculer d'un pas. « Bien sûr que je t'en empêcherais et tu ne sais pas à quel point. Mets-toi à ma place. Si soudainement je t'apprenais que je suis un grand artiste, adulé et désiré par beaucoup de personnes... tu ne voudrais pas que je taise mon identité pour être sûr qu'on ne m'approche pas ? » Il inclina la tête, laissant un bref silence planer, lui laissant le temps de se faire les films qu'il voulait qu'il se fasse avant de se frotter le visage. Il fallait qu'il fasse retomber la soudaine pression sur ses épaules. Il n'aurait pourtant pas eu besoin qu'on lui en rajoute encore plus... mais c'était ainsi. La vérité avait éclaté et c'était, d'un côté, soulageant de savoir qu'il pouvait tout lui dire. Qu'il était le seul à savoir ses secrets. « A l'avenir, ne me mens plus jamais. » Il releva son regard sur Junmin et se hissa jusqu'à son cou qu'il embrassa, remontant jusqu'à son oreille. « Tu ne devras plus jamais me mentir. Ni Junmin... ni Gajja. » Et il attrapa le lobe de son oreille entre ses dents, collant son corps contre le sien. C'était une bien faible punition qu'il lui donnait. Peut-être qu'il devra sévir et lui refuser son corps pendant un moment ? Est-ce que Ying pourrait seulement tenir ?

Il fit un pas vers l'arrière et le pointa du doigt. « Pour ta punition, c'est toi qui paie le repas. Tu as dix secondes pour ça... avant que je ne passe à ta deuxième punition. Tu en as trois en tout. » Il leva trois de ses doigts en reculant, pas à pas, un sourire des plus sadique sur les lèvres. « Qu'est-ce que tu attends ? Tu veux que les deux punitions suivantes soient plus horrible ? Il te reste huit secondes. Sept... » A quoi ça servait de rester en colère plus longtemps ? Junmin allait juste passer un sale quart d'heure. Il hésitera sûrement à lui mentir à l'avenir... Junmin l'aimait, oui et Ying l'aimait également horriblement depuis bien plus longtemps que lui. Finalement, ça n'est pas 100 fans qui le lui volerait... pas en lui passant sur le corps avant.
template coded by always and forever of atf

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 2 Sep - 9:33




Cela faisait longtemps que Junmin n’avait pas eu peur à ce point. Pendant les premières secondes où il était resté pantois sur sa chaise, le regard dans le vide scrutant la place où Ying siégeait quelques secondes auparavant, il avait vraiment cru qu’il était seul, que son petit-ami était parti pour de bon. Avant de se réveiller, de cligner des yeux et de partir brusquement à sa poursuite, il n’avait plus senti les battements de son cœur battre, le sang ne véhiculait plus dans ses veines, le monde s’ouvrait en deux en dessous de lui pour l’engloutir. Voir Ying partir ainsi, précipitamment, sans rien dire, sans prévenir, avait ravivé des douleurs qu’il voulait enfoui à jamais. Il avait vu, pour la deuxième fois – et bien qu’il s’agit de personnes différentes – son amour s’envoler sans qu’il ne puisse rien faire. Mais cette fois était différente, il n’était pas obligé de rester tétanisé, et il était parti à la suite de Ying, ne prenant pas la peine non plus de prendre ses affaires. Il avait même cru entendre sa chaise tomber dans sa précipitation, mais il ne s’en préoccupa pas. Tout ce qui comptait à cet instant était Ying. Il n’était pas prêt à le perdre, et ce fut à cet instant qu’il se rendit compte à quel point il s’était fait avoir une deuxième par l’amour qu’on peut porter à une personne malgré notre volonté au départ. Il s’était laissé empêtré dans les filets de l’affection, des sentiments, et il n’y avait aucun retour en arrière. Il avait de nouveau un point faible, de nouveau une inquiétude qui allait le ronger jour et nuit tant qu’il n’était pas sûr que Ying allait bien, qu’il n’y avait pas de danger à proximité. Junmin devenait dépendant du chinois, et ça lui brisait le cœur autant que ça le rendait vivant.

Junmin devait gérer beaucoup trop de choses, beaucoup trop de sentiments et d’émotions qui l’immobilisait. Il était perdu. Il avait peur, peur de voir Ying disparaître alors qu’il avait enfin compris la valeur de ses propres sentiments à son égard. Il devait gérer le fait que Ying s’était enfui à la révélation de Junmin, alors qu’il lui avait sincèrement demandé de ne rien faire de la sorte, il devait gérer avec la peur et la colère de Ying. Et également avec sa propre colère, dont il n’en connaissait pas la source. Ou peut-être que si. Il était en colère que Ying puisse penser que Junmin s’intéresserait à quelqu’un d’autre comme il s’intéresse à Ying, il était en colère qu’il remette en cause ses sentiments et surtout sa passion. Il pensait qu’il l’accepterait. Peut-être pas facilement, mais qu’il l’accepterait, puisqu’il était lui-même fan. Il pensait qu’il le prendrait en honneur, que son petit-ami soit son idole. Mais il s’était trompé, Ying était imprévisible – et dans le fond, ce devait être une des raisons pour laquelle il avait fini par tomber amoureux de lui.

Il se recula légèrement sous la pression qu’exerçait Ying sur son torse de ses petites mains douces. Il se mordit les lèvres. Aucun des deux n’étaient en tort, et Junmin venait de comprendre entièrement le point de vue de Ying, chose qu’il n’avait pas véritablement cherché à analyser. Il passa un doigt sous son menton pour remonter son visage et son regard vers le sien. « Je te l’ai déjà dit, Ying. Peu importe la raison pour laquelle je le fais, je ne dirai jamais qui se cache derrière le masque de Gajja. Très peu de personnes le savent, et c’est déjà trop. » Il encercla de nouveau le chinois de ses bras, le nichant dans une étreinte qui se voulait réconfortante. Il ferma les yeux sous les baises de Ying dans son cou, mais ses bras se tendirent à sa demande, ou à son ordre, peu importe. Junmin soupira silencieusement. Il n’avait jamais menti. Mentir est déformer la vérité, faire croire à une illusion. Junmin n’avait juste jamais évoqué ce sujet avec Ying, comment aurait-il pu lui mentir. Il ne dit rien, voulant garder ce calme mais son petit-ami ouvrit de nouveau la bouche. Il voulut parler, lui dire qu’il ne lui avait pas menti sur Gajja, mais il fut coupé par les dents de Ying attaquant son lobe. Il sentit son corps se lover encore plus contre le sien, et il resserra la prise de ses bras. Quelques passants les regardèrent, haussant les sourcils et faisant quelques remarques assez désagréables à entendre, mais Junmin n’en avait que faire. Avec Ying dans ses bras en train de lui mordiller l’oreille, il n’avait que faire de ce qu’on pouvait bien dire sur eux, et c’était bien une première. Ying lui faisait faire des choses étranges. Néanmoins, il ne laissa pas ce faible plaisir lui enlevait les mots de la bouche, il était tout de même bien décidé à se défendre pour quelque chose qu’il n’avait même pas fait. « Je t’ai jamais menti à propos de Gajja, Ying. Je ne suis jamais venu te voir et te dire que je n’étais pas Gajja. Mais jamais je ne te mentirai, sauf si c’est nécessaire à ta sécurité. » Maintenant qu’il se savait dépendant au chinois, il était prêt à tout pour le garder à l’abri du danger.

Il se recula en même temps que Ying, remettant ses bras le long du corps. Il haussa un sourcil lorsqu’il lui pointa du doigt. « Je comptais payer de toute façon. » marmonna-t-il, alors que Ying continuait de parler, un sourire sadique aux lèvres. « Comment veux-tu que j’paye en dix secondes ? » Mais en entendant Ying compter, il se dit qu’il ne fallait mieux pas plaisanter, Ying était vraiment capable de trouver une torture digne de ce nom. Il soupira tout en se dirigeant vers l’entrée du restaurant. Il n’y parviendrait pas à en dix secondes, même avec toute la bonne volonté du monde. La serveuse qui les avait servi le long du repas vint le voir alors qu’il ramassait leurs affaires, coinçant son manteau et celui de Ying sur son avant-bras. Il lui indiqua qu’il voulait payer, et qu’il était désolé du dérangement tout en s’inclinant légèrement, ce à quoi la jeune femme répondit par un sourire. Un peu plus d’une minute plus tard, Junmin ressortit, se retrouvant de nouveau face à Ying. Il lui passa son manteau sur les épaules, ce n’était pas le moment de tomber malade, même si en soit il ne faisait pas si froid que ça. Mais la piscine n’était pas si loin que ça et Ying avait encore le bout des cheveux mouillés. « On dirait que j’suis un gosse, à recevoir une punition. » marmonna-t-il, le sourire aux lèvres sans en savoir la raison, parce que celui sadique de Ying lui donnait des frissons dans le dos. Il rangea son porte-feuille qu’il glissa dans son sac à dos avant de le balancer sur son épaule droite. Ses doigts vinrent frôler ceux de Ying, et leurs mains s’entrelacèrent presque. « Tu veux aller où maintenant ? » Il se mit à marcher, la chaleur de la main de Ying se répercutant dans son corps, forçant un fin sourire discret sur ses lèvres.

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 14 Sep - 11:05
It's dangerous to fall in love
et si c'était un rêve ?
Tenue. Gajja, il pouvait enfin le rencontrer. Il l'avait face à lui et pouvait à présent lui dire tout ce qu'il avait toujours voulu lui dire. Mais comment réagir quand Gajja est, en vérité, l'homme que vous aimez ? Ying avait perdu tout ses moyens. Il en avait zappé tout ce qu'il aurait voulu dire au célèbre auteur. C'était inconcevable, pour lui, que tout soit si réel... et tout était réel, il devait bien se l'avouer. Pourquoi avait-il attendu si longtemps avant de le lui dire ? Pourquoi avait-il si longuement joué ce double jeu ? Que pouvait-il bien encore lui cacher ? Même s'il lui disait ne pas lui mentir plus, est-ce que cette phrase n'était pas un mensonge ? Ying avait beau essayé de remettre les choses dans leur contextes, il peinait à garder les idées claires. Junmin lui avait menti mais également révélé son plus lourd secret. Qu'est-ce qui était le mieux ; qu'il lui ai dit enfin ? Ou bien qu'il lui ai caché depuis ce temps ? Sans nul doute il était pardonné de lui avoir dit. Voilà pourquoi, d'un côté, Ying ne fit pas la tête plus longtemps. Il était presque soulagé que ça soit Junmin. Il était juste un peu déçu d'être passé pour un fou... de lui avoir dit ses secrets envers Gajja alors que ce dernier se trouvait juste devant lui. Il avait été mis à nu complètement.

Les remarques autour d'eux quand Ying osa se coller à lui et faire quelques gestes impudique en publique, ne le dérangea pas le moins du monde. Quand il était en présence de Junmin, il oubliait beaucoup de choses. Il oubliait même que leur relation était jugé comme immorale. Pour autant, ça n'affectait pas le chinois qui n'en avait que faire des racontards. Il était libre de faire ce qu'il souhaitait, il avait toujours vécut en faisant ce qu'il voulait, ce n'était pas quelques personnes qui allaient le changer ou dicter sa conduite, chercher à savoir qui il pouvait aimer ou non. Ying aimait Junmin et personne ne pourrait l'en empêcher, pas même le concerné. « Tu ne me l'as pas dit tout court. Ce n'est peut-être pas un mensonge mais c'est un oubli volontaire de ta part. N'oublie plus rien dans ce cas. » Le coup du « je te mentirais pas sauf en cas de danger », fit légèrement froncer les sourcils de Ying. Junmin pourrait-il vraiment lui mentir juste pour le protéger ? Le protéger de quoi ? Qu'est-ce qui pouvait être dangereux pour qu'il vienne à lui mentir ? A chaque fois, Junmin en disait trop, ou pas assez justement. Il avait le don de le frustrer suffisamment pour attiser sa curiosité. Que pouvait-il dire ou faire à ça ? Junmin était une vraie tête de mule, pourrait-il parvenir à lui faire changer d'avis là-dessus ? Certainement pas. Alors, Ying ne releva pas la phrase et se contenta de soupirer avant de le repousser. Il était temps de partir d'ici et que Ying puisse lui donner une punition exemplaire. Non pas qu'il soit vraiment fâché mais une petite leçon était permise.

Il attendit le retour de son amant, qui se fit bien trop long. Il allait réellement souffrir mais ça, ça ne serait que plus jubilatoire. Il se lova dans son blouson et secoua légèrement sa tête en constatant que sa chevelure était sèche. Au moins, il n'aurait pas froid plus longtemps. Il commença à marcher sans lui répondre sur le lieu, bien évidemment. Ses doigts se refermèrent sur ceux de Junmin, bien que cela reste presque timide comme geste. Il marchait sur le trottoir, l'emmenant avec lui sans en dire plus, toujours, sur la destination. Même sous la torture il ne dirait rien. Il se contenta de garder le silence. Un silence pesant et presque stressant pour Junmin. Il n'avait pas perdu son sourire, au contraire, il s'élargissait au fur et à mesure de l'avancée dans les ruelles. La nuit battait son plein, la lune s'élevait de plus en plus haut dans le ciel. Il n'était pas bien tard mais déjà, les rues étaient de moins en moins bondés. Ou peut-être était-ce l'endroit qui faisait ça ? Il longea une barrière et disparu par un trou dans le grillage d'une vieille bâtisse abandonnée. Les lieux n'avaient rien d'accueillant ou de chaleureux et, au contraire, semblait sortir tout droit d'un film d'horreur. On s'attendait presque à voir débarquer des zombies ou des fantômes. « Viens, on est bientôt arrivé. » Il étira le grillage pour que Junmin puisse passer sans se blesser et ils purent ensuite se diriger vers les ruines de la bâtisse qui semblait être fait de magie pour tenir encore debout. Il poussa une vieille planche ce qui lui permit de rentrer à l'intérieur après avoir chasser quelques toiles d'araignées de l'entrée non sans arborer une grimace de dégoût. Quelle idée de venir dans un lieu comme celui-ci. Enfin rentrés, Ying saisit le col de Junmin pour le tirer dans le long couloir qui semblait sans fin devant eux. « Tu es prisonnier dans un endroit éloignés, qui pourrait te secourir ici ? Je pourrais te torturer et demander une rançon pour Gajja ? Combien j'en tirerais ? » Il poussa Junmin dans une pièce, le plancher craquant sinistrement sous leur pas. Ici, Ying était déjà venu. Il n'aimait pas particulièrement ce qui était glauque – bien qu'ici ça soit vraiment glauque – mais avec ses amis, il était déjà venu ici. C'était calme, tranquille, jamais personne n'y venait. C'était un peu un repère qui servait d'abri mais également un endroit avec lequel on s'amuse à se faire peur. L'air était chargé d'odeur de moisissure et de renfermer mais balayé parfois par des courants d'air frais puisque l'isolation était pratiquement inexistante maintenant. Le dos de Junmin heurta un mur, faisant sauter quelques morceaux de la peinture murale qui se craquelait déjà. « Je vais d'abord te lier les mains... et forcément, tu dois te laisser faire. Tu as accepté ta punition, tu dois me laisser faire jusqu'au bout. » Et autant dire qu'il jubilait d'avance. Junmin n'était pas au bout de ses surprises. Il tira sur une ficelle au sol, et fit signe à Junmin de se retourner. Il fallait au moins que Junmin apprenne à ne plus jamais rien lui cacher. Ce qu'il comptait lui faire allait sûrement lui remettre les idées en place. Ou pas.
template coded by always and forever of atf

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 25 Sep - 9:35



Il aimait sentir le maigre et ferme corps de Ying entre ses bras. Il appréciait la chaleur qui s’en dégageait, la sensation de bien-être. Durant ces moments, il avait l’impression que le chinois n’appartenait qu’à lui, et que rien ne pourrait lui arriver. Que cette fois, il pourrait le protéger, contrairement à Juno. Et pour rien au monde, il ne voudrait revivre cette torture. Pour rien au monde, il lâcherait du regard pendant un millième de seconde son désormais petit-ami. Le terme était encore étrange à utiliser. Il n’y était pas habitué. Il n’avait pas eu de petite-amie avant, encore moins de petit-ami. On ne lui avait pas appris comment se comporter dans ce genre de situation. Et le terme de petit-ami semblait peu adapté à leur relation, ça ne leur collait pas à la peau. Peut-être qu’ils étaient moins, surement qu’ils étaient plus qu’un simple couple. Junmin avait l’impression d’être transformé, un peu plus à chaque seconde qu’il passait en compagnie de Ying. Le pouvoir de l’amour, dit-on. Cela ne faisait qu’effrayer Junmin autant qu’il appréciait cette sensation. C’était comme si tout ce sur quoi leur relation était basé au départ avait disparu, et leur relation pourrait disparaitre avec. Il était perdu, avec l’impossibilité de trouver la lumière au bout du tunnel. Et être mitigé entre le sentiment de peur et celui d’être paisible n’aidait en rien à son bon jugement de la situation. Mais peut-être qu’il n’y avait rien à juger.

Il soupira, ne pouvant s’empêcher de passer une main dans les cheveux de son petit-ami. C’était comme si la situation se renversait peu à peu et que c’était Ying qui donnait maintenant des ordres à Junmin, alors qu’il avait toujours eu l’habitude d’être en contrôle total de la situation. De sa main qui jouait avec quelques mèches de ses cheveux, il lui attrapa le menton et lui leva la tête, de manière un peu exagérée sans doute. Il voulait lui montrer que c’était toujours lui au dessus, qu’aucun sentiment ni aucune déclaration dans une piscine universitaire ne changerait. « Tu devrais plutôt te sentir flatté, que je te confie un tel secret. » Et c’était vrai. S’il était parvenu à lui dire maintenant, c’était parce qu’il voulait s’ouvrir à Ying, il voulait avoir confiance en lui, et surement qu’au fond de lui, il lui faisait déjà aveuglément confiance. « Et, je fais encore ce que je veux, à ce que je sache. » Son ton était froid, le même ton qu’il employait auparavant, lorsque Ying venait le rejoindre dans son appartement lorsque Junmin avait besoin d’un remontant, ou juste d’une heure de baise. Le ton autoritaire sous lequel il avait senti maintes fois Ying tremblait, alors que ses mains parcouraient son corps et que ses lèvres frôlaient son oreille, lui susurrant des paroles salaces et excitantes. Un rictus à la fois sadique et nostalgique fit place au coin de ses lèvres en repensant à leurs moments ensemble, alors que Junmin était bien trop aveuglé pour voir ne serait-ce qu’un millième des sentiments qui les animaient déjà à l’époque. Peut-être qu’il l’était encore maintenant, mais il commençait déjà à y voir plus clair.

Ying ne lui répondit pas quand il lui demanda où est-ce qu’il voulait aller. Et Junmin ne s’en formalisa pas. Peut-être qu’ils pouvaient juste marcher dans la rue, ignorant les regards des autres alors que ses doigts s’entrelaçaient à ceux de son amant. Il regardait devant lui, il se donnait un air sûr de lui, même si au fond, il était toujours aussi perdu qu’au début, voire plus. Mais il enfouit cette incompréhension dans un coin de sa tête, et décida de profiter pleinement de ce moment. Ça ne durera pas. Il y pensera plus tard, au lieu de se pourrir la tête maintenant. Alors, il marchait, serrant un peu plus la main fermement et à la fois maladroitement la main de Ying dans la sienne. Son esprit était un peu trop ancré sur la chaleur qui se dégageait de son petit-ami, qu’il n’avait pas remarqué l’endroit où il se trouvait. Il ne le vit qu’une fois qu’il sentit un courant d’air filer entre ses doigts, et Ying se faufilait à travers un trou d’un grillage. « Ying ? Tu m’emmènes où là ? » Sa voix n’avait rien de surpris ou d’effrayé, elle était froide, comme elle l’était toujours. Elle correspondait parfaitement au lieu dans lequel ils se trouvaient. Il jeta un coup d’œil derrière lui, avant de passer à travers le grillage que Ying tenait pour lui. Junmin n’eut pas le temps de regarder bien l’endroit où ils se trouvaient. De un, parce qu’il faisait noir, de deux parce que Ying venait d’ouvrir une espèce de porte. Il l’attrapa par son col et le tira à sa suite. « Wow, qu’est-ce que tu fais là ? » Il fronça les yeux aux paroles du chinois. Il le pensait tel un ange, il était son ange. Et l’endroit glauque commençait un peu à lui donner la chair de poule. Ses mains étaient quelque peu levées devant lui, comme pour dire à Ying de se calmer, et au plancher d’arrêter de craquer. Il était de moins en moins rassuré dans cet endroit. Il ne croyait pas aux fantômes, ni aux vampires. Mais la pensée de son cauchemar fit un flash dans sa tête, et il sentit ses jambes trembler. « Ying, qu’est-ce que tu fais ? » Junmin essayait d’empêcher sa voix de trembler, son regard d’exprimer la peur, et son esprit de revoir son cauchemar. Il voulut reculer d’un pas, mais il était bloqué par un mur derrière lui qui s’effritait au moindre mouvement de sa part. Un hoquet de surprise prit Junmin. Son regard était rempli d’incompréhension. Mais au fond de lui, tout cela l’excitait. Il ne savait pas à quoi s’attendre, mais Ying ne pouvait pas être mauvais. Il ne devait pas être mauvais. « Tu penses pas que tu vas un peu trop loin là, Ying ? » Néanmoins, il se retourna lentement, faisant face au mur dont la surface tombait en lambeaux et plaça ses mains ensemble dans son dos. Cette posture, et cette soumission face à Ying le fit un instant trembler de dégout. Il avait l’impression d’être en face de son père, à se plier à genoux devant lui, lui obéissant sur la moindre chose. « C’est la dernière fois que je te laisse faire quelque chose de moi. » dit-il en lançant un regard noir à Ying. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi il lui obéissait. Il n’avait aucune raison de lui obéir, après il pouvait juste s’avancer vers lui, et le tenir par les poignets, le maitriser, comme il l’avait toujours fait. Parfois, l’inconscient faisait faire des choses idiotes.

©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 1 Oct - 13:35
It's dangerous to fall in love
et si c'était un rêve ?
Tenue. Entre les bras de Junmin, Ying se sentait bien. Jamais encore il n'avait pu ressentir autant de choses. Dès le premier jour il s'était sentit comme chez lui entre ses bras. C'était comme s'il s'apercevait que son réconfort et sa protection était Junmin. Ça ne pouvait pas être autrement. Voilà, donc, pourquoi il était revenu, encore et encore, réclamant ses bras, se laissant manipuler comme un pantin pourvu qu'il le tenait contre lui, qu'il lui offre cet oxygène qui lui était devenu vital. Il ne se sentait bien qu'avec lui et il ne se voyait pas autrement maintenant. Il avait pu vivre sans lui auparavant mais au jour d'aujourd'hui, il ne pourrait plus vivre sans sa présence. Bien entendu, s'imaginer en couple avec lui était ce qu'il avait toujours souhaité mais se dire qu'ils étaient véritablement des petits amis était à la fois étrange et excitant. Il en avait toujours rêvé et maintenant que c'était le cas, il était un peu comme un adolescent. Il pourrait rougir dès qu'il oserait apporter ce terme entre eux. « mon petit ami » est-ce qu'il pourrait le dire à qui veut bien l'entendre ? Est-ce que Junmin le dirait lui ? A l'imaginer, ça aurait presque pu faire rire. Non, Junmin ne le dirait pas, il le penserait sûrement mais ne le dirait pas. Il était plutôt discret sur ses sentiments, il n'avait pas l'habitude de crier ça sur tout les toits.

Oui, Ying cherchait à prendre le dessus. C'était un peu comme un jeune chat qui voudrait soumettre le mâle dominant pour devenir lui-même dominant. Mais hélas, il n'a pas assez d'expérience dans ce domaine et Junmin savait gardé son rôle à la perfection avec un rien pour le faire redescendre de son piédestal. Il avait fallut qu'il lui agrippe le menton et lui parle de cette voix qu'il ne connaissait que trop bien pour que son attitude change en quelque chose de plus doux, de plus... soumis. Oui, il avait acquiescé tout en avalant sa salive, sans rien répondre en changeant son regard dur par un regard inquiet. Chaque fois que Junmin lui avait parlé sur ce ton, il avait finit par avoir mal aux reins ou par se faire mettre à la porte. Il savait donc que, sous ce ton, il lui fallait être très prudent pour ne pas se brûler. De plus, ce sourire là n'était pas du tout prévu dans ce genre d'endroit. Ying pensa même un court instant que Junmin aurait pu 'abuser de lui' ici même. Il osa un regard à droite puis à gauche sans bouger sa tête prise entre entre les doigts de Junmin et constata qu'il y avait encore beaucoup trop de témoin pour ça. Il entrouvrit les lèvres et chuchota. « Junmin... » Le ton et la façon dont il avait de prononcé ce prénom était une totale capitulation. Quand il disait son prénom sur ce ton, c'était qu'il était d'accord, qu'il approuvait ses paroles et qu'il abandonnait l'idée de se battre contre lui. Au fond, même si Ying voulait essayer de le dominer, il allait devoir apprendre encore un moment avant de pouvoir le faire vraiment.

Une fois le restaurant payé et leurs affaires retrouvées, Ying entreprit de diriger Junmin dans un endroit inconnu. Il fallait qu'il l'emmène dans un lieu où il serait perdu pour, peut-être, parvenir à prendre le dessus sur lui même si ça ne devait durer que quelques heures tout au plus. Il avait juste envie de lui faire subir sa petite vengeance, même si cette idée trottait dans sa tête depuis un moment déjà. Passé le grillage, il l’entraîna à l'intérieur d'un véritable taudis ceci sous les exclamations mécontentes de son petit ami. « Arrête de râler. » C'était toujours comme ça avec Junmin, il râlait et n'était jamais content de rien. Même quand il était content il trouvait le moyen de râler à un moment donné. C'est à croire que même son bonheur il le laissait échappé en râlant. Mais c'est ce qui faisait le charme de cet homme dont Ying s'était éprit. Il n'hésita pas à le malmener. Il nota que Junmin ne semblait pas mécontent de ce traitement sinon, sans nul doute l'aurait-il remis à sa place comme il savait si bien le faire. « Aller trop loin ? Jusqu'où ne voudrais-tu pas que j'aille ? » Un large sourire se dessina sur les lèvres du chinois à peine perceptible tant la pénombre des lieux laissait à désirer. Ils n'étaient éclairés que très légèrement par les fenêtres miteuses si encore il y en avait quand elles ne laissait pas simplement un trou béant. Ying s'approcha et entreprit de vouloir le ligoter ce, par quoi, Junmin répondit positivement. C'était finalement si facile de l'attacher ? Lui qui pensait qu'il allait complètement galérer pour ça... Il lui attacha donc les poignets sans mal et de manière fermement serrées de sorte à ce qu'il ne puisse pas s'en défaire mais sans non plus le blesser, là n'était pas le but. L'instant d'après, son torse se collait contre son dos, emprisonnant ses mains liés entre leurs deux corps. Il approcha ses lèvres de son oreille et y chuchota quelques mots. « Tu m'as parlé de tes fantasmes mais sais-tu quel est le mien ? » Il laissa planer un suspens, réfléchissant entre lui dire ou le laisser le découvrir... Il décida de ne rien dire du tout. Il le découvrira bien au fil du temps. Il glissa ses mains vers l'avant, l'obligeant à se décoller un peu du mur pour pouvoir glisser ses mains sur son pantalon et y faire sauter l'attache. La minute d'après, le pantalon glissait sur les chevilles de Junmin pendant qu'une main se faufilait sur son sous-vêtement pendant que l'autre remontait sous son haut pour parcourir la peau de son torse. Sa bouche était encore contre son cou qu'il embrassait par moment entre deux expirations tremblantes de désirs. Ying imaginait déjà la suite et, surprenant était de sentir dans quel état ça le mettait d'imaginer ça... Son bassin se colla contre les fesses à demi nu de Junmin, se frottant contre de façon lascive mais très significative. Est-ce que Junmin devinera finalement où il voulait en venir ? « J'ai besoin de réconfort. J'ai passé une sale journée... » C'était cette même phrase que lui balançait Junmin chaque fois qu'il voulait le corps de Ying. Et cette fois, c'était Ying qui la lui balançait comme si les rôles étaient inversés. Et là, Junmin allait-il comprendre finalement ce qui allait se passer ?
template coded by always and forever of atf

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 20:51
 

It's dangerous to fall in love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINÉ] I fall in love with you every single day. - EDWARD.
» Run, Jump, Fly fly away, Slide between planets, Sit on the moon, Fall in love with a star, Slide, Fall down on the eath, Die far from your love ♣ Confession du Colibri ♣ 29/03
» Nathan | I knew it was a great mistake for a man like me to fall in love
» And they think we fall in love but that's not it, just want to get some + Baby
» (M) JESSE LEE SOFFER - don't fall in love because everything that falls gets broken.
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-