AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [flashback] but it was nothing (feat. king jiao)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 7 Juin - 16:11
BUT IT WAS NOTHING

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn




Un éternuement, ça aurait du alerter Amy mais elle a voulu croire que ce n'était rien. Quelle idée de finir à la plage alors qu'il y avait tant de vent hier soir ? Quelle idée de tester de nouveau plats Amy ? Maintenant elle a l'impression qu'elle va mourir et que c'est le début de l'agonie. Mais elle se force à se lever et ça aussi c'était une mauvaise idée ; la jeune femme tombe et cogne doucement sa tête contre la porte. Dix heures du matin, envie d'une infusion de thé alors que sa tête va exploser. Mauvaise idée de toutes façon. Ne tenant pas à se relever, tel le mélange d'un chat et d'un escargot, elle retourne dans le lit où le jeune homme dort toujours, se faufile dans ses bras en murmurant d'un ton toujours un peu endormi ;


Amy - Je t'avais dis que c'était une mauvaise idée...


Un soupir  à peine audible s'échappe de ses lèvres, ce qui ne réveille pas le jeune homme pour autant. Le visage d'Amy est brûlant mais elle est si pâle, elle fini par s'échapper de ses bras à défaut d'être à la recherche de chaleur. Elle écarte la couverture, la laissant pour Jiao mais ça n'arrange pas les choses. Lorsqu'il ouvre les yeux, elle ferme les siens, posant une main sur son propre visage et décidant de lui tourner le dos. On peut deviner à quoi vous pensez quand quelques minutes plus tard la jeune femme commence à avoir des nausées et se diriger d'un pas plutôt calme mais pressé dans la salle de bain. Mais ce n'est pas ça. Non, Amy et Jiao sont assez intelligents, et puis, ce n'est pas arrivé.


Elle ferme la porte à clés, se brosse les dents après s'être débarbouillée. Maladroitement fait tomber quelques objets avant de les ramasser pour les reposer à leurs place, mais ne dit rien avant de quitter la salle de bain et voir Jiao. Doucement, elle s'appuie contre le mur, lui faisant signe de s'éloigner alors qu'elle se dirige à nouveau vers la chambre d'un pas moins sur. Vient appuyer sa tête contre l'oreiller avant de se recouvrir du drap.


Amy - Mes pilules... S'il te plait Elle marmonne tout en pointant la commode où se trouve une petite boîte en plastique turquoise


Elle déteste les prendre, mais quand elle n'a vraiment pas le choix, elle le fait sans enthousiasme particulier. Doucement, la jeune femme pose sa main au niveau de son ventre et puis ferme les yeux, juste le temps que Jiao revienne. Elle secoue doucement la tête lui faisant signe de s'écarter quand il s'approche trop ;


Amy - Yah... Elle dit dans un murmure Tu tiens tant que ça à tomber malade ? Ca va... Demain ce sera déjà parti... Ne t'approches pas...



De tous les moments passés au Brésil, ce jour là, fut sans doute le plus déprimant des cinq jours.


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 10 Juin - 2:22
do not die please

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn



C’est bien le Brésil, ils courrent partout, font un peu tout et n’importe quoi, mais c’est reposant. Entre chaque coin de rue, il n’a pas à se demander s’il va croiser une fan, un manager, un ancien manager, une connaissance, un ami, Erin, Erin qui lui piquerait Amy sans aucun remord, il oublie progressivement son statut d’idole et c’est si rare. C’était un être humain en vacance, pas Wang, juste un jeune adulte amoureux et malade. Malade d’amour, parce que la seule vraie malade ici, c’est la petite brunette qui se lève du lit ce qui le réveille. Enfin, pour l’instant, il ne sait pas qu’elle est malade, pense simplement qu’elle est partie chercher à manger, parce que c’est un ventre sur patte et c’est bien connu alors il se retourne et se rendort presqu’instantanément.

Presque. Parce que des bruits d’objets tombant sur le sol ne lui échappent pas, alors il se lève et fait quelques pas dans le couloir pour la voir sortir innocemment de la salle de bain, il n’est pas dupe, croise les bras, la regarde avec des yeux plus inquiets que nécessaires malgré tout. Il la suit, fronce les sourcils, ne pense cependant pas une seconde à proposer son aide avant que « Oh » grand connaisseur de la cause féminine, Jiao est persuadé sur le moment que si elle veut les pilules c’est parce qu’elle a la visite du mois de mère nature, que les pilules vont immédiatement renvoyer dans la forêt avec les nymphes et les dieux des bois et autres conneries de la nature. Jiao est un gars qui croit tout savoir, apparemment, l’anatomie humaine lui réserve encore des surprises.

Il prend lesdites pilules, une bouteille d’eau avec tant qu’à faire, et s’assoit à ses côtés en ébouriffant lentement ses cheveux, il ne va pas écouter ses conseils. « Tch, je fais ce que je veux mademoiselle crevette. » Mais écoute quand même ce qu’elle dit, et réalise qu’un peu plus tôt, elle avait éternué, et que ce n’est pas un des symptôme des problèmes féminins, et il s’inquiète un peu plus qu’il ne devrait tandis qu’il lui tend ce qu’elle lui a demandé et attend qu’elle les prends tout en continuant de passer une main lente et paresseuse dans les cheveux ébènes d’Amy.

Puis il sort son portable qu’il a toujours sur lui en toute occasion, « J’appelle un docteur, que tu le veuilles ou non. Qu'est-ce que je fais si tu meurs, t'y penses.. Ou tu préfères qu’on rentre au Japon ? On peut le faire si t’es pas bien tu sais » il dépose rapidement un baiser sur le front brûlant de la jeune femme, « Amy. Tu veux que je joue au docteur c’est ça ? Je savais pas que t’étais dans ce genre de délire » il rigole avant de s’éloigner autant pour sa propre santé, par instinct de survie, parce que même malade elle pourrait le frapper, que pour chercher un thermomètre et en même temps demander un conseil à son homme de main qui était aussi du voyage, pratique. La tourista, qu’il lui indique, ou un gros rhume. La peste ou le choléra.  Bon, ok, peut-être pas, mais Jiao a peur sur le moment et heureusement que la villa possède une armoire à pharmacie parce qu’il l’amène littéralement dans la chambre, des boîtes et des boîtes de médicaments éparpillées sur le lit et il grimpe au-dessus d’elle « J’appelle personne finalement, maintenant, le docteur Jiao va prendre ta température, retourne-toi » c’est pas tellement drôle, c’est un thermomètre frontal, en forme de pistolet, que personne n’avait besoin d’introduire à des endroits bien précis. Elle ne se retourne pas, étonnement, « on refuse d’obtempérer ? pas de massage pour mademoiselle Baek, c’est noté. »


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 11 Juin - 1:26
PLEASE UNDERSTAND ME

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn




Est-ce que Jiao a au moins comprit la situation ? Elle n'en est pas certaine. Mais elle est trop malade pour penser à tout ça à l'heure actuelle. Et puis il lui donne quand même ses pilules alors qu'elle importance hm ? Tout va bien quand il passe sa main dans ses cheveux, oh, tout est calme mais pourquoi il faut que ça change aussi subitement hm ? Jiao qui s'inquiète c'est pire que... Elle ne sait même plus à ce stade ; un soupir s'échappe de ses lèvres tandis qu'elle est désespérée par ce qu'il lui dit, vraiment, elle murmure d'un ton las ;


Amy - Je ne vais pas mourir, imbécile... Je... Ne dis pas des choses insensées comme ça, il nous reste deux jours de weekend, j'ai pas envie de rentrer Jiao...


Normalement, elle l'aurait frappé, mais elle n'a pas la force ni mentale, ni physique pour ça. Elle tente d'effacer ce ton faiblement amusé par la bêtise du jeune homme avant de dire en coréen ;


Amy - Pabo... Bravo Jiao, même si ça s'entend à peine, tu as même réussi à la faire rire, un tout petit peu.


Et puis comme ça, sans dire s'il revient ou non, il part. Elle devrait être satisfaite, mais ce bonhomme semble être parti trop vite. Pour revenir forcément, avec des médicaments. Est-ce qu'il essaie de la tuer ? Un autre soupir silencieux s'échappe de ses lèvres tandis qu'elle lui tourne doucement le dos en s'allongeant sur le ventre. Bon, la bonne nouvelle dans tout ça, c'est qu'il n'appelle personne. Mais il peut toujours attendre pour le reste. Elle ne réagit pas, non, elle n'en a même pas la moindre intention. Mais elle connait Jiao et sait à quel point il est têtu ; elle se retourne doucement, le regard encore un peu endormi, elle pose sa main au niveau de ses yeux pour les couvrir puis l'attire doucement vers lui pour le prendre dans ses bras ;


Amy - Je n'ai pas besoin de médecin, je n'ai pas besoin de médicaments, je n'ai pas besoin de massages... J'ai juste besoin de dormir un peu Elle inspire profondément avant d'ajouter d'une voix toujours aussi basse et légèrement endormie, presque un chuchotement Jiao... Jiao, mon amour, s'il te plait... Laisse moi juste dormir un petit peu plus...Hm ? D'accord ? Elle pose sa main au niveau de ses lèvres qui s'approchent trop des siennes puis secoue doucement la tête avant d'ajouter Arrête, tu vas tomber malade...

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 13 Juin - 0:05
do not die please

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn



Amy ne réagit pas immédiatement et c’est inquiétant parce qu’Amy réagit toujours face aux allusions les plus débiles de Jiao. Et ça l’inquiète encore plus que possible ça, et son visage pâle et sa température qu’il jurerait ressentir sans la toucher –un radiateur.  Il pense sérieusement à sauter dans le premier avion pour Tokyo, il compte lui dire que des voyages, il y en aura d’autres, que ce n’est pas si grave, mais elle le prend dans ses bras ce qui l’empêche de répliquer quoi que ce soit. Faiblesse, quand tu nous prends.

« Et de moi. » Non mais, elle n’allait pas finir sa phrase comme ça, elle a forcément aussi besoin de lui et lui a besoin de s’entendre désiré, même dans ce genre de moment. Est-ce que c’est désespérant ? Oui, sans doute, mais ça n’empêche qu’il en a besoin et énormément besoin.

J’ai dit qu’il était faible ? Parce qu’il est extra faible dans ses bras, il se voit obtenir l’award de faible de l’année, mention honorifique, félicitations du jury et tout ce qui va avec. Cependant, il arrive quand même à résister aux avertissements et l’embrasse quand même, simplement, tant pis pour les microbes, c’est pas un rhume qui va le tuer. Puis s’il tombe malade, c’est elle qui prendra soin de lui, et lui est justement dans ce genre de délire. Il justifie doucement son geste en dégageant des cheveux de la jeune femme qui le gênait, « Tu peux pas dormir, si tu dors et que tu te réveilles pas, je fais comment ? T’y penses ? » Si elle se met à dormir, là, maintenant, il risque juste de surveiller son souffle pendant huit heures d’affilée. Rien que ça. Il l’embrasse à nouveau pour se rassurer qu’elle ne s’endorme pas comme ça puis vint caler sa tête au creux de son cou, « Quand… Je gardais des enfants plus jeunes, quand ils étaient malades, je leur chantais des berceuses pour aller dormir et les divertir. Puis ils me demandaient aussi des massages quand ils avaient mal au ventre, et je te promet que rester deux heures à faire le même mouvement n’est pas glorieux, mais ils me lâchaient pas sinon.. Je pense pas qu’on est de bouillote, tu veux que je sois ta bouillote personnelle mon chat ? »

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 14 Juin - 21:52
ME

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn




Jiao. Bien sûr qu'elle a besoin de Jiao mais elle ne le dit pas parce que c'est évident, parce qu'il doit le savoir et surtout parce qu'elle se sent terriblement mal et que ça devient un détail pour elle de lui dire. Puis sinon, elle ne serait pas venue ici avec lui. Puis sinon, elle n'aurait pas envie de rester ici avec lui. Un faible sourire se dessine sur ses lèvres quant il complète sa phrase, mais il ne peut pas le voir. Et elle hoche doucement la tête sans ajouter quoi que ce soit.


Malgré sa remarque, il l'embrasse quand même, mais elle est trop fatiguée pour être en colère contre lui, elle est trop fatiguée pour se battre avec lui à cause de ça. Puis c'est un grand garçon après tout hm. Puis elle l'aura prévenu. Et Amy tente alors de fermer les yeux mais c'est impossible avec une personne qui pense que vous êtes la Belle aux bois dormant qui a besoin d'être réveillée à l'aide d'un baiser.


Doucement, la jeune femme pose sa main au niveau de la tête du jeune homme et caresse ses cheveux d'une main distraite comme elle a l'habitude de le faire. Elle l'écoute calmement sans rien dire. Elle ne le dit mais mais elle aime quand il lui parle de ces choses là, qui paraissent insignifiantes. Mais pour Amy c'est important. Elle tape faiblement son dos avant de murmurer ;


Amy - Ne m'appelle pas comme ça... Elle marque une pause avant de le serrer un peu plus


La présence du jeune homme est apaisante. Elle ajoute dans ce faible murmure ;


Amy - Quand j'étais malade, alors que j'avais six ans... J'ai réclamé mon père pendant des heures et des heures, en refusant de manger quoi que ce soit. Je suis presque allée à l'hôpital tu sais... Et le soir même il est arrivé sans être au courant de tout ça. Tu sais il était dans l'armée, je ne pouvais pas le voir souvent... Elle inspire doucement avant de poursuivre C'était un des derniers moments que j'ai passé avec lui. J'étais tellement contente...


C'est la première fois qu'elle lui parle de son père. Ce sont des paroles qu'elle prononce sans difficultés contrairement à d'habitude. C'est parce que c'est Jiao... Un soupir silencieux s'échappe de ses lèvres alors qu'elle le serre d'avantage contre lui. Elle pose sa main libre au niveau de son nez, du sang.


Amy - Jiao... Elle s'écarte doucement du jeune homme en gardant la main au niveau de celui-ci.


Elle secoue doucement la tête quand il lui demande s'il y a quelque chose qui ne va pas, manque de tomber et se rattrape à l'aide de sa main libre avant de revenir s'enfermer dans la salle de bain.


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 16 Juin - 1:57
open

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn



Il aime bien la main contre ses cheveux, même si elle est distraite et que c’est censé être elle qui doit être rassurée de cette manière, non, ça le calme, ça l’apaise, ça enlève légèrement l’espèce de tension qui était apparue au moment où il avait décidé de parler de son expérience personnelle et il s’était senti obligé de finir sur une note plus douce malgré tout. Plus douce étant à nuancer vu qu’elle le frappe doucement, ce qui était prévisible, mais ça aussi, autant dérisoire soit ce geste, lui permets de ce sentir un peu mieux.

« Comment tu veux que je t’appelle déjà ? Nae.. Nae quelque chose. Tu me diras ce que ça veut dire un jour j’espère… »

Il murmure faiblement, parlant presque à lui-même et ne se rends pas compte que sa tête essaye de se rapprocher doucement de sa main au fil de ses caresses, même en se réajustant contre elle pour ne pas l’écraser.

Quelque chose l’interpelle quand elle commence à parler d’elle, mais il se tait et la laisse parler, elle a fait de même alors il peut très bien ne faire aucune remarque. Cependant ne rien faire du tout alors qu’elle parle de son père et qu’il comprend progressivement qu’elle ne parle le plus souvent que de sa mère, sa mère à qui elle veut rembourser l’argent investi, sa mère qu’elle appelle souvent, sa mère qui semble présente et vivante. Une de ses mains trace des chemins inconnus le long de son bras, se voulant réconfortant, Jiao n’a jamais réconforté vraiment qui que ce soit avant. Pas le temps. Pas l’envie.  C’est complétement différent de rapporter un doudou à un enfant qui chiale. C’est dur. Alors au fond, il espère sincèrement ne pas faire les choses mal, mais a l’impression de louper, surtout par rapport à ça. Ca sautait aux yeux, elle l’avait aimé, il était parti –le jeune homme n’est pas du genre à se leurrer les yeux et à croire qu’il est simplement parti vers une autre femme, recommencer une nouvelle vie, mais parti dans le sens disparu. L’armée. Il ne connaît pas ça, il n’a pas eu le temps d’aimer les gens pour les voir partir, malgré le fait qu’Amy ait raconté son histoire il ne peut s’empêcher de penser à lui et de sentir de l’amertume dans sa gorge. Peut-être est-ce aussi dû au fait qu’il ne voulait qu’aucune injustice ne soit faite pour elle, mais c’est du passé, c’est fini, c’est une injustice finie qui ne doit plus être douloureuse, sur le papier, ça sonne bien.

« Fallait pas te sentir obligée de me raconter ça tu sais. Au moins, tu as un souvenir heureux avec lui.. Donc tu étais chiante même à six ans, intéressant » c’était histoire de détendre l’atmosphère, mais elle sait qu’il aime son côté chiant n’est-ce pas ?

Puis rapidement, les choses changent, elle le serre et ne le serre plus et il n’est pas dupe, a peur que ce soit à cause de lui pendant un court instant avant que son inquiétude remonte en flèche pour dépasser des sommets. Le jeune homme fait un geste pour la rattraper alors qu’elle manque de tomber mais elle se débrouille toute seule, et il n’est pas assez rapide puisqu’elle s’enferme dans la salle de bain. Il essaye de l’ouvrir doucement tout en étant assez anxieux, forcer la porte ne servira à rien, essaye de la convaincre, « Amy.. C’est une habitude de t’enfermer dans les salles de bains.. Ouvre-moi, tu risques de te tomber, de te faire plus de mal, d’être inconsciente et là, là ça ne sera plus drôle. Ouvre parce que tu peux le faire, je, je suis là pour toi tu sais très bien ? » c’était une évidence qui avait du mal à sortir, c’était dur pour lui d’aller demander en permanence, d’avoir l’impression d’être inutile par moment ou pas voulu. Peut-être analyse-t-il trop tout, se fait des idées, c’est nouveau et c’est frais et ça lui fait peur.

Finalement elle ouvre la porte et Jiao ne peut empêcher un regard peiné, inquiet, de la prendre doucement dans ses bras, de caresser son dos, avant de se départir en l’observant rapidement. Il l’amène contre le rebord de la baignoire, si elle se plaint de l’inconfort, il la fera basculer dedans et la noiera sous l’eau probablement. « Je ne suis pas si inquiet. Je vais essayer de me dire que tu as simplement dû te moucher trop fort, ou, l’air trop sec, ou le soleil d’hier. » Essaye-t-il de se rassurer lui-même ? Probable. « Penche-toi plus en avant, pince là »dit-il en montrant l’arrête de son nez, « et respire par la bouche. » Il pose finalement sa tête contre les genoux de la jeune femme, la pression retombant légèrement, « Tu me fais peur Am » souffle-t-il.


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 20 Juin - 0:30
BLOOD

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn




Lorsqu'il lui demande si un jour elle lui donnera la traduction de ce surnom en coréen, elle répond d'un ton faiblement amusé


Amy - Qui sait, peut être


Il semble avoir oublié et ce n'était pas plus mal enfaite. Non, si jamais Jiao avait eu la traduction, elle ne sait pas comment il aurait réagit mais peut très bien le voir se rouler par terre et rire. Mourir de rire. Merci d'avoir fait le monde ainsi, pour qu'elle puisse lui dire tout ce qu'elle veut en coréen sans qu'il n'en comprenne un mot. Bon après, il pouvait apprendre aussi, c'était possible. Mais ça prendrait du temps. Gardons l'innocence de monsieur Wang à l'abbri, profitons en. Juste un peu plus longtemps. Amy passe sa main dans les cheveux du concerné non sans légèrement rire à cause de ses remarques négatives, puis fini par hocher doucement la tête et murmurer ;



Amy - Quand il était question de mon père... Tellement...


Profite en bien Wang Jiao. Tu ne verras pas souvent vivant Bae Amy accepter des remarques négatives sans rien dire.  Puis finalement, elle ne lui donne pas vraiment le temps de réagir avant de se lever et filer dans la salle de bain. Attrappe des mouchoirs, beaucoup pour éviter qu'il y en ait sur le sol de la salle de bain. Puis elle les jette dans la poubelle avant de tout effacer du mieux qu'elle peut avec de l'eau, mais ça revient et elle prend à nouveau des mouchoirs pour faire cesser tout ça temporairement. Et elle décide d'ouvrir la porte.


Son regard croise celui de Jiao, elle y voit beaucoup d'inquiétude. Elle voudrait pouvoir dire que ce n'est rien mais ce n'est pas vrai. Alors, silencieusement, elle se retrouve dans ses bras. Il l'incite doucement à s'asseoir contre le rebord de la baignoire. Elle suit ses instructions sans rien dire, ni oser baisser sa main qui maintient le mouchoir, de peur que le sang ne coule à nouveau. Elle frissonne légèrement quand il pose sa tête au niveau de ses genoux à cause de la différence de température.



Amy - Désolé.... Elle murmure d'un ton à peine audible


Toujours assise, elle finit par jeter le mouchoir, se laver les mains avant de passer sa main droite dans les cheveux de Jiao


Amy - Où est-ce que tu avais prévu de m'emmener aujourd'hui ?  Elle demande d'un ton légèrement curieux avant d'ajouter Je suis en train de gâcher le weekend... Désolé...


Elle marque une pause avant d'inciter le jeune homme à se relever et vient passer ses bras autour de sa taille. Elle sent ses jambes l'abandonner par moment alors resserre d'avantage l'étreinte avant d'ajouter ;


Amy - Ne t'en fais pas pour moi... Ca va passer, ça passe toujours... Seconde pause Hm... On devrait en profiter pour faire des video conférence ? Il faut que j'appelle ma mère, je lui ai dit qu'on se verrai dans deux jours mais... J'ai oublié de la prévenir elle croise le regard du jeune homme puis un rire lui échappe Ne t'en fais pas, elle sait... Elle sait mais je ne sais pas grâce à quelle commère elle le sait.



© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 22 Juin - 0:34
madness

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn



Il relève doucement la tête des genoux de la jeune femme pour essayer de lui demander de ne pas s’excuser, mais n’y arrive pas. Non, ça lui faisait du bien qu’elle soit désolé, qu’elle se rende compte qu’il s’inquiétait beaucoup et énormément pour elle alors qu’il ne l’avait jamais fait avant. Il arrive quand même à marmonner, « C’est pas ta faute. », aimerait lui dire qu’il a juste simplement l’impression que des fois, elle ne l’accepte pas, elle ne veut pas de son aide, de lui. Que bien sûr, évidemment, il sait qu’elle va pas mourir pour un saignement de nez, mais ne s’était jamais autant inquiété pour personne que pour lui et encore, elle pouvait le comprendre sans qu’il lui dise non ?

Puis finalement elle passe sa main dans ses cheveux tandis qu’il repose sa tête contre ses genoux. Les gens qui sont apaisés par ce genre de gestes, c’est parce que leurs parents faisaient pareil plus jeune, ça devrait pas autant le calmer lui qui a plus dû le faire que le recevoir et pourtant, son inquiétude disparaît légèrement, la tension s’efface, il respire. « Je crois qu’on devait faire de l’équitation aujourd’hui, dans la forêt pas loin. J’aurais pu t’y perdre, c’est dommage. » Son ton est faiblement déçu même s’il essaye de lui remonter le moral en lui disant des bêtises, pour changer, il dépose un baiser sur les jambes de la brune avant de se relever sous son insistance, « Dis pas ça, tu gâches rien du tout. Tant que tu es avec moi, le week-end n’est pas gâché. » Oui, lui aussi ça lui fait du mal de dire quelque chose d’aussi, aussi, y a plus de mot. L’amour, c’est dégoûtant parfois.

« Tu dois être habitué, à tomber malade tous les quatre matins.. Faut changer ça. Penses à mon cœur qui souffre quand tu souffres » bon, cette fois, Jiao ne peut s’empêcher de rire même si c’était vrai, le dramatisme du tout était trop pour lui il faut croire. Il entend le mot ‘mère’ et ‘vidéo conférence’ et ‘confusion’ même si elle n’a pas dit confusion, son esprit lui est en train de répéter ce mot, le bourreau des cœurs n’a pas rencontré un nombre considérable de mères dans sa vie. Ses relations finissant avant ça. Logique. Un bourreau des cœurs, ça brise, des, cœurs. Ça ne rencontre pas sa belle-mère pour parler de thé et de petit biscuit. « Oh, tu ne lui as pas annoncé toi-même ? » sa voix marque une pointe de déception, qu’elle ne parle pas de lui, l’amour de sa vie avec qui elle aura deux enfants et demi, à sa mère. Tristesse. « Je ne suis pas assez important pour que tu lui en parle directement ? » Double-tristesse. Comédien. En fait, il comprenait largement qu’elle ne parle pas de lui, son statut de star nationale, et si ça mère essayait de le draguer, faut y penser.

Le jeune homme sourit pour lui faire comprendre que ça n’était pas si grave, un peu quand même, et prend sa main pour l’amener dans le salon où se trouvait l’ordinateur qu’il allume avec sa main de libre avant de s’assoir sur le canapé avec Amy.

« Bon préviens moi, comment dois-je l’appeler, est-ce que je suis présentable, enfin je le suis toujours mais, et si tu veux je peux te laisser parler en privé avec elle ? » Fuir ? Plutôt découvrir de nouveaux horizons, respecter son intimité. S’échapper.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 23 Juin - 1:08
EOMMA !

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn




Jiao Jiao Jiao. Il parle de la perdre dans la forêt et ça la fait doucement sourire parce qu'elle sait au fond qu'il n'est pas sérieux en prononçant ces paroles. Alors doucement, elle continue à carresser ses cheveux avant de l'inciter à se relever. Puis tandis qu'il joue la comédie, pour effacer ce rire du visage du jeune homme, elle lui tire doucement la joue. Une habitude. Une mauvaise habitude. Même si ces derniers jours son rire est une des seules chose à réchauffer son coeur. Oh, il y a le soleil de Rio aussi, c'est certain. Mais le soleil fini par disparaître à un moment donné. La jeune femme secoue doucement la tête tout en lui répondant d'un ton dramatique ;


Amy - Je ne peux pas rivalisé face aux commères de première catégorie, hélas... Elle marque une pause avant d'ajouter en tapant son épaule tandis qu'une faible moue se dessine sur son visage sans qu'elle n'en ait conscience Je comptais le faire, mais elle parle trop aussi...


Elle n'avait pas hérité de ce gene là, non non, pas son truc à mademoiselle Baek de parler trop longtemps des autres ; ni trop souvent d'elle quand on y pense... Elle le suit silencieusement jusqu'au salon où elle prend place en tailleurs sur le canapé. Oh, elle est bien plus à l'aise que Jiao en ce moment même. C'est justement ce qui la fait sourire ; son calme déconcertant, opposé à toute cette agitation de l'autre côté. Tandis qu'il lui pose toutes ces questions, l'appel est déjà en cours et elle passe la main dans les cheveux légèrement ébourrifés de Jiao avant de réajuster distraitement la chemise de ce dernier.


Elle a tout juste le temps de se tourner vers la caméra que sa mère a décroché. Un faible sourire se dessine sur son visage quand elle entend la voix de sa mère en coréen ;


Mère - Fille indigne, ne pas me donner de nouvelle à propos de...-

Amy - Eomma, elle dit faiblement amusé avant d'ajouter Mon copain est là, elle dit en passant un bras autour des épaules du jeune homme pour le faire entrer dans le cadre Parlons en japonais hm. Elle marqune une pause avant d'ajouter cette fois-ci en japonais Maman-Jiao, Jiao-Maman


Elle fini par passer sa main dans la sienne tandis que sa mère lance ;


Mère - Oh bonsoir ! Je suis la mère d'Amy elle marque une pause avant d'ajouter Amy ! Par hasard... Ce ne serait pas une célébrité ou quelque chose comme ça ? Je l'ai vu à la télé l'année dernière. Non ?


Amy se mord doucement la lèvre inférieure. Jiao va prendre la grosse tête alors elle lui envoie un coup de coude discrèt avant de le laisser répondre. Quelques minutes plus tard, sa mère ajoute



Mère - Oh quoi qu'il en soit, prenez soin de ma fille hm... D'ailleurs, où est-ce que tu es, il y a encore du soleil chez toi !


Amy - Ah ça... Jiao et moi on est au Brésil, c'était pas vraiment prévu mais, on avait un long weekend alors on


Et la conversation en coréen reprend ;


Mère - Omo, quoi ?! Brésil ? Amy, tout va bien ? Tu n'es pas malade ?


Et Amy continue à parler en japonais


Amy - Non maman, tout va bien...

Mère - Mais, tu es tellement pâle- Jiao, elle dit la vérité n'est-ce pas ? Et pendant ce temps là, Amy serre légèrement la main du jeune homme mais est interrompue par sa mère Yah, tu, n'essaie même pas de l'influencer. Elle va bien n'est-ce pas ?

Amy - Maman ! C'est juste la caméra, tout va vraiment bien...



© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Sep - 0:17
love
is
a sickness?

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn


Honnêtement, Jiao n’est pas surpris de constater que la mère d’Amy semble être un sacré personnage, et ce, au bout de seulement quelques secondes. Il reconnaît des traits physiques, des expressions, des ressemblances futiles face à sa personnalité qui a l’air d’être... Aux mots de l’esprit de Jiao, aussi chiante l’une que l’autre. Mais un bon chiant, si ça peut rattraper le tout, parce qu’il essaye d’assumer être amoureux d’une fille chiante et que ça reviendrait à dire qu’il a de mauvais goûts... Oui juste pour ça. Comment ça c’est pas crédible ?

C’est presque étonnant, Jiao affiche un sourire nerveux et sûr de lui en même temps qu’il se présente, il omets de préciser qu’il avait cru comprendre qu’elle était sa mère, que le mot maman était affiché sur l’écran, qu’Amy venait de le dire et – « Bonjour ! » simple efficace précis. On essaye de ne pas dire de conneries bien qu'on ne dise évidemment jamais de connerie. Surtout quand son sourire s’étend de plus en plus quand elle le reconnaît, c’est vrai, avec Amy à ses côtés, il pourrait presque oublier qu’il est internationalement connu et adulé et idolâtré. Tiens, regardez, qui est la casse-pied qui lui fout un coup de coude pour l’empêcher de profiter de ce moment de joie intense ? Et regardez qui joue le faux modeste alors que ça crève l’écran qu’il est fier de lui, « Ah, en effet » il a presque envie de crier qu’il est enfin reconnu à sa juste valeur bordel, « Je suis juste chanteur au Japon, rien de très incroyable » bien sûr, on te crois avec ce sourire-là, il rigole doucement en finissant sa phrase.

Il aime bien les voir parler ensemble, même s’il ne comprend pas tout, et aussi, le moins sa voix se fait entendre, le moins d’erreurs peuvent être faite. Sauf qu’il ne va pas rester là, sans répondre, alors qu’on lui demande clairement son avis. Merde, se dit Jiao, franchement, merde. Doit-il la rassurer ou doit-il balancer Amy parce que clairement il est inquiet pour elle et partager son inquiétude semble d’être une bonne solution. D’un autre côté, Amy lui retombera dessus après. D’autres mots d’oiseaux.

« Ehhh » puis finalement, après avoir arrêté de se mordre ses lèvres qui ne lui avait rien fait de mal, qui était là sans demander quoi que ce soit et se faisait vilainement attaquée sans raison, « Non non, c’est rien de grave, juste de la fatigue.. »

Dire que ce n’est rien de grave. Jiao. Tu étais intelligent à un moment de ta vie je crois. « Regardez ! J’ai aussi le teint pâle~ » il se rapproche d’Amy pour prouver ses faits mais sa mère semble douter,

« - Donc vous êtes tous les deux malade c’est ça !? »

Jiao sourit, encore des mots d’oiseaux défilant dans son esprit, il appelle à l’aide du regard Amy. Fortement.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Sep - 1:42
FAMILLY

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn




Amy savait que si sa mère lançait le sujet, les chevilles de monsieur Wang allaient gonffler ; maintenant que le processus est en cours, il n'y a plus rien à faire sauf être patient. Et puis qui pense t-il tromper avec cette fausse modestie hm ? Pas Amy en tous cas ; elle l'a vu se comporter de toutes les façons possible depuis qu'ils sont ensemble et ça, c'est de la comédie. Dans sa tête elle se dit en le regardant ; "profite de ton moment de gloire, ça ne va pas durer longtemps" parce que en effet, ce n'est pas elle qui joue la groupie de service. Elle ne lui a demandé aucun autographe ou quoi que ce soit. Et clairement, on pourrait dire que le fait d'être avec une idole ne lui fait absolument rien du tout. Non, c'est juste Jiao, le reste ce n'est pas vraiment important à ses yeux ; ce n'est pas pour ça qu'elle est avec lui.


Mère - Omo, Amy ne me l'avait pas dit ! Il me semblait bien que votre visage me disait quelque chose. Un faible rire s'échappe de ses lèvre alors qu'elle poursuit Aigo... Merci de prendre soin de mon insupportable fille. J'ai tellement de travail ces derniers temps que je ne peux plus la voir aussi souvent qu'avant.


Tandis que la jeune femme pose sa main au niveau du genou de Jiao et lui met une certaine pression histoire d'obtenir une réponse positive ; elle regarde la webcam comme si de rien n'était. Elle finit par doucement secouer la tête avant de lui répondre ;


Amy - Non, c'est juste la caméra et la lumière du soleil maman, ne t'en fais pas.


Mère - Mah... D'accord, elle finit par dire avec une honce de doutes tout de même. Un soupir quitte ses lèvres alors qu'elle ajoute Même si tu es en vacances, n'oublie pas de prendre des vitamines si tu te sens un peu faible hm. Elle marque une pause Quoi qu'il en soit Jiao et toi, n'hésitez pas à passer me voir sur le chemin du retour hm ? Cette maison est tellement vide que ça ne fera pas de mal de la remplir un peu de temps en temps.


Une façon de le cuisiner en live oui. La jeune femme hoche doucement la tête mais agite doucement la main hors webcam ce qui se traduirait par "crois moi, tu n'est pas prêt pour ça". Au bout de presque une heure de conversation, sa mère est finalement partie se coucher. Elle pose finalement sa tête sur les genoux de Jiao et puis lance ;


Amy - Si jamais tu ne veux pas y aller "tout de suite, tout de suite" je comprendrai et je te soutiendrai elle lance amusée Ma mère est vraiment... Vraiment un phénomène...


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Sep - 2:34
ohana

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn


Son insupportable fille… Jiao ne le montre pas mais il apprécie vraiment sa mère. Sa manière d’être légèrement surprotectrice envers cette imbécile qui ne veut pas de la pourtant géniale aide de Jiao. Puis un peu déjanté, il aime bien les gens un peu déjanté mais pas trop, ça le change des moutons noirs et moutons blancs, mais faut pas l’être trop sinon il risque de faire une overdose. La voir en vrai par exemple, il risque carrément de faire l’overdose. Il les laisse parler, ajoute son grain de sel quand on lui demande, mais ne s’impose pas trop globalement. Il aime bien la voir discuter ainsi, c’est fou comme les petits détails du quotidien arrivent à le faire perdre pied autant.  

Une heure passe et c’est déjà finit, Jiao rigole doucement en voyant Amy prendre ses aises sur lui, il passe une main dans ses cheveux et s’amuse à les emmêler et à les démêler, comme à son habitude, il sourit.

« Tu sais très bien que je ferais tout pour toi hm ? » le jeune homme se penche pour lui voler un baiser en rigolant doucement, « enfin, on va pas sauter non plus dans le premier avion, je te rappelle que tu es malade, crevette, puis il te faut du repos et je ne pense pas que la voir directement va te reposer.. » ce qui est très probablement un euphémisme, tout comme son utilisation du mot phénomène, l’euphémisme de tous les euphémismes, « Telle mère telle fille ? » Jiao cherche à se faire frapper, pour changer.  

Puis l’illumination de toutes les illuminations, ce qui n’est toujours pas nouveau, Jiao a toujours des illuminations incroyables, « Vu que tu es installée, tu veux qu’on regarde un film sur l’ordi ? » De toutes manières le panel de choix est assez limité. Ils ne peuvent pas se promener dehors, pas de balades à cheval, pas de plongée sous-marine, pas de shopping, pas de bronzage, rien. Ou en tout cas, Jiao ne tolérerait rien de tout cela à la pauvre petite créature sur le point de mourir qu’il a sur ses jambes. Trop de risques, trop de dangers, déjà qu’en temps normal il a beaucoup trop peur qu’elle se fasse mal pour un rien. Ce qui n’est pas injustifié vu sa maladresse légendaire, ce qui est encore plus désespérant pour notre pauvre Jiao qui finira un jour par mourir d’angoisse à cause d’elle.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Sep - 22:46
REMEMBER THIS

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn





Parce qu'il pense vraiment qu'elle est pressée de le voir rencontrer sa mère ? Il ne connait pas maman Baek et ses soeurs hélas ; de vraie commères. La nouvelle ne va pas tarder à circuler entre elles ; "ma fille sort avec un chanteur connu" "ma nièce va se marier avec un chanteur connu" "ma nièce est mariée" voila comment ça se dégrade, et elle n'a jamais su comment elles faisaient pour avoir une vérité différente à chaque fois. Ah, ces femmes qui n'entendent que ce qu'elles veulent entendre.


Amy - Je peux être malade encore trèèèès longtemps si c'est nécessaire elle lance calmement dans un murmure avant d'ajouter Crois moi, tu n'es pas pressé de voir ma mère... Surtout avec mes tantes un faible rire désespéré s'échappe de ses lèvres alors qu'elle ajoute Moi non plus d'ailleurs.


Elle lève les yeux vers lui tout en tapant doucement son épaule, bien que légèrement amusée ;


Amy - Je ne crois pas non...


Et pourtant, quand elles sont ensemble, il n'est pas difficile de deviner leurs liens. Elle se redresse doucement pour se faufiler dans ses bras ;


Amy - Wang Jiao, je ne suis vraiment pas à l'article de la mort... Elle appuie légèrement sa joue contre la sienne. Le ton de sa voix est toujours un peu faible quand elle ajoute Ta peau est tellement froide...


Une bonne raison de ne pas s'éloigner de lui. Et puis toutes les raisons sont valables de toutes façon. Elle ferme doucement les yeux et fini par murmurer après quelques secondes de silence ;


Amy - Ma mère a trois soeurs ; ma tante Soo Ah, ma tante Jung In et Hye Rin... Ne te met jamais à côté de ma tante Jung In, elle est beaucoup beaucoup trop tactile pour toi elle dit en réprimant un faible rire. Tante Soo Ah pourra te parler pendant des heures et des heures et ma tante Hye Rin va te poser des taaas de questions, mais si tu lui parle de sa magnifique coupe de cheveux, elle oubliera tout. Elle inspire doucement avant de rajouter Mais pour te sentir en famille, tu n'auras sans doute pas de problèmes, parcontre, si jamais tu as besoin de sortir tu n'auras qu'à me faire signe ; leurs côté affectif et protecteur peut devenir étouffant... Elle pose son menton au niveau de son épaule avant de rajouter Mais le pire, ce sera sans doute ma mère... Quand elle va te voir, je ne peux même pas prédire ce qu'il va se passer.


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 7 Sep - 1:07
i have to praise you like i should

Have I neglected to say that I love you or have you seen it in every word, every comma ? Δ Martha Gellhorn


« C’est pour être mieux réchauffée par la tienne » mon enfant, se trouve-t-on dans un conte de fée, il sourit malgré lui. C’est elle la malade, c’est lui qui ne devrait pas rigoler d’un sujet si grave, parce qu’elle pourrait mourir à tout moment. Elle pourra le répéter autant de fois qu’elle le veut, c’est pareil, elle peut mourir à tout moment et cette pensée a dû suffire à glacer le sang de Jiao, rendant sa peau si froide.

Puis elle se met à parler des sœurs à sa mère et Jiao n’a jamais été du genre à se lamenter sur le fait qu’il n’ait pas de vrai famille, pourtant, il se lamente sur tout et rien si on tend l’oreille plus de deux minutes. Non, il part du principe qu’on ne peut pas manquer ce qu’on a jamais eu, ou très peu eu. Par exemple, il pourrait manquer Amy qui s’éclipse pour aller boire de l’eau, parce qu’elle lui appartient et que c’est un fait immuable gravé dans le marbre à tout jamais. Alors qu’une hypothétique famille qui lui aurait pourri la vie ? Il sait de son père que la famille de sa mère n’appréciait pas foncièrement l’américain, trop américain, trop éloigné des valeurs traditionnelles, mauvaise influence, très mauvaise influence. Du côté de son père, il ne sait pas qu’ils vivent la plupart sur la côte, aux alentours de San Francisco, bien qu’une tante lointaine serait exilée à Los Angeles pour accomplir son rêve de toujours de devenir une actrice, mais cette même famille n’a jamais cherché aucun contact. En clair, les grands-parents ont reniés leur fils parti suite à une violente dispute, et ça date d’il y a plus de 25 ans. Mais en l’écoutant parler, il parvient à se dire en un bref éclair que ça ne devrait pas être si mal... Et il finit par vouloir connaître chaque tante et chaque animal domestique, chaque cousin éloigné et chaque grand-mère trop affectueuse de la famille de Baek Amy. Il connaît déjà un cousin particulièrement agaçant, alors le reste ne devrait pas le perturber plus que cela, non ?

« Tu oublies qu’elle vient de me voir, c’était si horrible ? »

Avec le ‘si’ le plus appuyé du monde, quel mélodrame vivant, surtout qu’il ne s’arrête pas aussi facilement. Il n’est pas obligé de parler de lui, il le sait, mais c’est comme demander à un sourd de ne plus entendre.

Il commence dans un faible rire, tout en jouant avec les cheveux de la jeune femme, parce que ses cheveux sont sa faiblesse ainsi que chaque parcelle de son existence, enfin il commence « Au moins, t’auras pas ce problème-là de mon côté.. La famille étouffante j’veux dire. Aussi, je préfère te prévenir que je n’ai retenu aucun nom, et que je compte sur toi pour me couvrir sur ce plan-là, ce qui est aussi un problème évité grâce à ma famille ! Si c’est pas génial ? » Mais il n’y a pas vraiment d’amertume quand il parle, plutôt de l’amusement. « Oh, et tu ne m’as pas dit comment s’appelle ta mère ? » il réfléchit un court instant, se dit que se serait vraiment inutile de parler de quelque chose d’aussi inintéressant que son père, puis les mots glissent tout seul, « Tu disais qu’elle était imprévisible, mon père est au moins assez prévisible. Ca sera juste hyper embarrassant et long.. Il s’appelle Christopher, était arrivé sur la péninsule en tant que Christopher Kingston mais a décidé que King c’était mieux, ça en dit long non ? » puis il rigole, « bon, on forme une paire de bras cassé avec ta famille hyper-protective et la mienne erm, moins. Le destin était donc fait pour que tu me complètes. »

© GASMASK

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 23:17
 

[flashback] but it was nothing (feat. king jiao)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Merveille, qui es-tu? [Flashback- PV Cecilia]
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» lion king spirit of war
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-