AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas. | Anastasia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Lun 6 Juil - 23:03

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Tenue

Il ne m’est désormais plus franchement commun de trouver du temps libre dans mon emploi du temps, à vrai dire, j’ai l’impression que ce dernier s’est considérablement telle une pauvre petite peau de chagrin. Entre les cours et les devoirs, les répétitions à l’agence pour notre collaboration avec Xun et les divers examens médicaux à passer pour me rappeler que je suis toujours dans une situation délicate, je n’ai plus beaucoup de temps à m’accorder ou à accorder aux autres, c’est tout juste si je peux m’effondrer sur mon lit de dortoir pour passer une nuit digne de ce nom. Je m’étais doutée que mon quotidien ne serait plus de tout repos une fois le contrat signé mais honnêtement, je pense que j’ai un peu sous-estimé la chose à ce moment-là. Il ne me reste ainsi plus qu’à encaisser et prier pour que le plus dur soit derrière moi, chose peu certaine quand on songe aux regards emplis de suspicion auxquels j’ai droit tous les jours à l’université. A croire qu’ils pensent tous que les paroles de Royal Shit sont des serments sacrés alors que la plupart d’entre eux doivent être bien placés pour savoir qu’il est rare que ses accusations soient réellement fondées. Enfin, en l’occurrence, ça l’est, mais ce n’est pas quelque chose que mes camarades sont supposés savoir.

Bref. Heureusement, dans cet amas de tâches à réaliser qui me paraît interminable, je trouve enfin un jour de paix sublime où je peux décréter que je ne bougerai pas de ma chambre si j’en ai envie. Magnifique n’est-il pas ? En ce moment, je n’ai en fait pas envie de voir grand-monde puisque je serai inévitablement confrontée à au moins une question concernant cette fichue rumeur. Or, je n’ai pas pour loisir d’aimer mentir aux gens à longueur de journée, je préfère encore ne voir personne si c’est pour en arriver là. Quant à la solution de dire la vérité, je ne songe pas pouvoir vraisemblablement l’envisager. Admettre la chose à voix haute suffit à m’effrayer alors l’annoncer à quelqu’un c’est comme demander à quelqu’un qui a le vertige de grimper l’Everest. Sans compter que la réaction de la personne en l’occurrence pourrait friser le choc psychologique intense, car, avouons-le, ce n’est pas tous les jours qu’on vous annonce qu’on est tombée enceinte – d’un professeur qu’on connaît à peine de surcroît – à vingt ans. J’ai dû le révéler à Xun par nécessité mais ça s’arrête là, de toute façon, je ne peux déjà pas compter sur ma prétendue famille pour cela, je ne vois pas pourquoi j’irais pleurer sur l’épaule d’une tierce personne.

Cependant, mes plans d’ermite déterminée volent en éclat au moment même où je jette un coup d’œil à mon téléphone, qui vient de m’annoncer que j’ai un nouveau message. Pourquoi donc un message peut-il avoir un tel impact ? Voyons voir, sans doute parce que son expéditeur est porté disparu depuis plusieurs mois ? En effet, je viens tout juste de recevoir un texto d’Anastasia, mon mentor pour m’adapter au milieu de la jetset avant que cette dernière ne se volatile mystérieusement dans la nature. C’est même un euphémisme, personne à l’université ne savait où elle était partie ni si elle comptait revenir un jour ou l’autre, je suis donc pour le moins étonnée qu’elle finisse par donner signe de vie en plein après-midi ensoleillé, d’autant plus que je n’ai pas entendu dire qu’elle était de retour. Ce qu’elle me veut ? Que je passe chez elle, à Shibuya, elle m’a même envoyé l’adresse. En temps normal, je lui aurais sûrement demandé plus d’explications avant de me jeter dans la gueule, et encore, je n’ai pas bronché d’un pouce la dernière fois qu’elle nous a organisé une sortie, mais pour le coup, je ne cherche pas midi à quatorze heures. Ce qui me plaît dans cette histoire, c’est qu’en étant revenue depuis peu, elle ne doit pas être au courant des bruits qui courent à mon sujet et je vais donc avoir peut-être l’occasion d’avoir une discussion « normale ». On y croit.

Je m’efforce ainsi de lever mon séant du lit, rassemble mes affaires et me dirige, sans grande conviction toutefois, hors de la pièce, parée pour une petite promenade. Ou pas. Je me la joue un peu plus agent secret en toute honnêteté, je passe mon temps à vérifier qu’il n’y a personne dans les environs qui serait prêt à me lancer une vanne mesquine. Je crois que je suis devenue un chouïa paranoïaque avec cette histoire, plus qu’avant je veux dire, c’est presque si je ne songe pas à me promener avec un taser désormais. Au bout de quelques minutes d’anxiété injustifiée, je me trouve enfin hors de l’école. Il ne me reste plus qu’à marcher, les lunettes de soleil savamment posées sur le nez pour éviter qu’on ne me reconnaisse, ma teinture blonde aidant, jusqu’au domicile indiqué par Anastasia. J’espère simplement qu’elle ne loge pas au fin fond de la ville, ma mémoire n’ayant pas encore parfaitement mémorisé les quartiers de la ville.

A ma grande chance, Shibuya est en fait un des quartiers les plus animés de Tokyo, je suis donc loin de me retrouver dans un coin perdu, isolé, angoissant comme je l’ai redouté. Après plusieurs minutes de recherches intensives, je tombe enfin sur ce qui apparaît être le lieu d’habitation de la jeune femme. Je sonne sans trop me poser de question, puis ôte mes lunettes de soleil, histoire qu’elle ne pense pas que je suis quelqu’un qui s’est trompé d’adresse. Après tout, Anastasia ne m’a toujours connue qu’en brune, il lui faudra certainement quelques secondes avant de pouvoir s’habituer à ma nouvelle coiffure. En attendant qu’elle se décide à m’ouvrir, j’entreprends des centaines d’hypothèses quant à la raison qui la fait quémander ma présence. A-t-elle déjà envie de faire la fête ? Je sens que je ne vais pas tarder à être fixée sur la question.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 9 Juil - 17:36

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   


Voilà quelques semaines que j'étais revenue de mon voyage improvisé, je n'avais prévenu personne, j'avais même disparu comme ça du jour au lendemain sans prévenir ma famille d'accueil. J'avais même pas prévu de revenir à vrai dire ; d'où le fait que je n'ai prévenu personne de mon retour. Je m'étais contentée de passer mes examens de fin d'année en mode incognito sans trop éveiller les soupçons. Mais vu comment était cette école, cela n'allait pas tarder à savoir que j'étais de nouveau dans les parages. Ce n'était qu'une question de temps. Donc il fallait faire le moins de bruit possible quant au fait de mon retour soudain. Pourtant, pendant mes examens je m'étais un peu promenée toujours en mode "invisible" comme si je n'étais pas la vraie Anastasia et juste une fille normale qui se fait discrète. J'avais eu vent de quelques rumeurs au sujet de YunHua, ce nom m'était familier, et je n'étais pas du genre à oublier les noms comme ça, donc ces rumeurs à son sujet m'avaient légèrement intriguées. J'y avais prêté mon oreille quelques instants pour m'informer de sa situation. Il paraîtrait que la jeune femme était devenue une idole et qu'elle cachait quelque chose. Mais quoi ? Connaissant la jeune femme, je me disais que ça ne pouvait pas être si terrible que ça, elle était si pure et calme. C'est moi qui l'avait initié à tout ça, elle ne pouvait pas être devenue une grande dévergondée qui ne se soucie plus de rien. Cela m'aurait étonné d'elle. Est ce que pendant mon absence, elle aurait eu un présent tumultueux ? Bonne question.

Je ne tenais pas plus que ça à elle, c'était pas de la mauvaise foi, mais il m'était difficile de m'attacher à quelqu'un à vrai dire. Je ne comprenais pas franchement ce mot ; rares sont ceux qui arrivent à avoir mon attention dans un premier temps, alors m'attacher à eux c'était un peu comme me demander de clôner quelqu'un. C'était presque impossible et "inhumain", enfin c'était peut-être plutôt moi la personne la plus inhumaine, alors ce serait plus de l'humain qui m'échappe. Enfin bref, même si il m'était très difficile de m'attacher à quelqu'un, je comprenais pas le concept. Je décidais d'envoyer un message à Yunhua quelques jours plus tard pour lui dire de me rejoindre chez moi en lui indiquant l'adresse. J'espérais franchement qu'elle n'allait pas me poser de questions suite à ce message, elle devait me connaître,  et les questions inutiles n'étaient pas vraiment mes copines. De ce fait, elle ne m'avait pas renvoyée de message pour me demander quoi que ce soit, maintenant à voir si elle allait venir pour satisfaire sa curiosité ou si elle n'allait pas venir pour une raison inconnue. Je regardais alors l'heure sur mon téléphone, il n'était pas très tard. En espérant également qu'elle viendrait seule, je n'aimerai pas qu'un autre personnage apprenne mon retour. Il faisait légèrement chaud ces derniers jours, j'avais alors décidé pour un tee-shirt blanc et un short en jean, rien de plus banal. De plus, j'étais chez moi alors je n'allais pas chercher midi à quatorze heure pour avoir une tenue élaborée, je m'en fichais.

Je patientais ainsi sur mon canapé en jonglant mon regard entre mon téléphone et le plafond. Je ne me posais pas trop de questions quant à la soi-disant transformation de YunHua. Tout le monde finissait par changer ou par évoluer en restant soi-même. Mais les gens avaient le don pour en faire des histoires et des montagnes, parce qu'ils n'aimaient pas le changement, ils n'aimaient pas qu'on bouscule leurs habitudes. Ils aimaient le train train quotidien, ils vivaient parfois dans le passé en ne réalisant pas qu'ils en oubliaient le présent et que de ce fait, cela allait empiéter sur leurs futurs. Mais ils s'en fichaient, car ils voulaient préserver ce "bonheur", du moins ce qu'ils croient être le bonheur alors que c'est juste un moment de joie. Le bonheur c'est bien plus complexe, il fallait juste se rendre compte qu'on avait de la chance. J'entendis la sonnette retentir, tiens cela devait être YunHua. Je me levais ainsi de mon canapé en me dirigeant vers la porte d'entrée. Une fois arrivée à cette dernière, je me décidais à l'ouvrir pour découvrir YunHua derrière.

Surprise, elle n'était plus brune. C'était la première chose que je remarquais chez elle, mais je la reconnaissais avec sa bouille enfantine et toujours aussi pure qui n'avait pas encore tout découvert. Je l'examinais rapidement, quelque chose d'autre chez elle avait changé, c'était quelque chose qui m'échappait car je n'arrivais pas tout de suite à mettre le doigt dessus. Peut être, ce fameux secret. Je gardais un air calme et neutre, comme à mon habitude, moi je n'avais pas changé d'un poil même avec mes péripéties.

- Entre, cela faisait longtemps. Je crois qu'on a à parler toi et moi. Disais-je d'un ton très calme et avec une logique inébranlable.

Je la faisais ainsi entrer dans mon antre sans plus de cérémonie, là n'était pas le sujet. Je n'allais pas lui faire un tour du propriétaire non plus. Je refermais la porte derrière elle, avant de me diriger de nouveau vers le canapé en me disant qu'elle en ferait de même, je l'observais s'asseoir à mes côtés. Je croisais ainsi mes bras d'un air détendu en la regardant.

- Tu veux quelque chose à boire ? Demandais-je.

YunHua devait être habituée, je ne posais pas des questions de courtoisie, je préférai nettement aller droit au but et il était vraiment très dur de m'intéresser à autrui alors, m'intéresser à son bien-être tout court, c'était au dessus de mes forces. Bien qu'il y ait des exceptions. Je me levais en direction de ma cuisine pour aller me chercher des verres et du jus à la framboise que je versais dans mon verre, que je buvais par la suite avant de reprendre la parole. C'était rare que je prenne autant la parole en peu de temps.

- Je t'ai fait venir car j'ai eu vent de deux-trois rumeurs à ton sujet, je suis revenue il y a peu et on dirait que je suis partie pendant 50 ans vu le niveau auquel tu as évolué. Je te demande d'être franche avec moi, que s'est il passé chez toi pendant mon absence ?

Soyons clairs, j'étais légèrement intriguée par l'être humain en général,  je l'observais avec neutralité et absence de jugement ou de conscience. J'étais plutôt je m'en foutiste. Mais un être humain en particulier ne m'intéressait pas vraiment. Je ne me considérai en rien supérieur, car des fois j'étais complètement étrangère aux sentiments humains, cela ne m'attristait pas mais je n'aimais pas ne pas comprendre tout. Je comprenais rapidement les choses, sauf quand il était question d'humanité, quelques fois des choses m'échappaient. Enfin bref, je ramenais deux verres avec diverses boissons à la main sans grande difficulté et les déposais sur la petite table du salon. Puis je venais me rasseoir à ses côtés, buvant mon verre, je la laissais à présent parler. Je trouvais que j'avais trop parlé pour la journée. Je préférai mon silence, je n'aimais vraiment pas beaucoup parler.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 9 Juil - 19:20

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Je ne sais absolument pas à quoi m’attendre avec Anastasia, il faut dire que la jeune femme est toujours pleine de surprises de mon point de vue. Aussi n’avais-je été que moyennement surprise le jour où j’ai appris qu’elle avait mystérieusement disparu sans donner de nouvelle à qui que ce soit, aussi bien aux élèves qu’à l’administration de l’université. Dans un sens, je l’admire, j’irais même jusqu’à dire qu’elle a le don de me fasciner à agir si librement, sans contrainte comme si tout était facile et sans la moindre obligation vis-à-vis de qui que ce soit. Je ne me fais pas d’illusion, elle n’aura certainement aucun mal à réintégrer la Royal Private School et peut-être est-ce déjà le cas sans qu’aucun étudiant ne l’ait encore remarqué. Je ne saurais dire si c’est en raison de son charme naturel ou de son contexte social mais elle a le talent de faire oublier chaque pas de travers qu’elle peut éventuellement commettre et il ne serait pas curieux qu’elle ait réussi à amadouer la dame de l’accueil sans même être obligée de lui fournir le motif d’une si longue absence. Oui, Anastasia est décidément le genre de fille mystérieuse qui sait piquer ma curiosité et qui, en plus, en est parfaitement consciente, sinon elle ne s’amuserait pas à me convoquer de la sorte à sa porte.

L’attente me paraît interminable tant cet instant me semble irréel. Un retour d’entre les disparus, cela n’est pas commun et je n’en avais jusqu’alors jamais fait l’expérience, aucun de mes amis ne s’est amusé à s’évaporer sans m’en informer au préalable. Cela dit, je ne suis pas certaine de pouvoir considérer la jeune femme comme une « amie », c’est un peu plus complexe que cela, on est sorties ensemble dans divers endroits, on a discuté plusieurs fois mais je n’irais pas jusqu’à dire que nous sommes réellement proches toutes les deux, peu importe la situation. C’est sans doute la raison qui explique le fait que je sois si nerveuse à patienter devant cette porte pour le moment close, en me tourmentant à force de me demander si l’Anastasia que je vais avoir en face de moi a changé ne serait-ce qu’un tout petit peu. Vu que je suis plutôt bien placée pour savoir qu’on peut avoir une charge émotionnelle importante en un laps de temps réduit au vu des évènements, je me demande si elle aussi a vécu autant de choses.

Enfin, la porte finit par s’ouvrir et je retiens immédiatement ma respiration. Qui va se présenter à moi ? Eh bien, Anastasia, toujours la même en apparence, pas un changement en vue à première vue, chose qui me rassure même si je suis consciente que ce n’est pas forcément révélateur. En revanche, j’ai l’impression d’avoir subi une transformation inouïe en la voyant me dévisager de la tête aux pieds, comme si j’étais devenue une vague connaissance qu’elle peinait à identifier. Cependant, je m’aperçois bien vite qu’elle a toujours sa maîtrise d’elle-même légendaire, puisqu’elle m’annonce avec un calme olympien que nous devons parler. Ah ? Souhaite-t-elle m’entretenir des raisons de son départ et de ce qui s’est passé durant son absence ? Ce serait une première en vérité et je songe qu’elle doit avoir autre chose en tête, détail qui ne manque pas de m’inquiéter, car s’il ne s’agit pas de parler d’elle, c’est qu’il faut parler de moi et je n’en ai pas vraiment envie. Ce qui ne m’empêche pas de m’exécuter quant à son invitation à entrer chez elle-même si une personne qui n’a pas le cœur à se confier serait probablement partie.

Je ne fais pas vraiment attention aux détails même du domicile d’Anastasia, ce n’est franchement pas l’objet de ma curiosité, je suis plus attentive à ses faits et gestes, guettant le moindre signe qui pourrait me fournir un indice quant à ses intentions, en vain. Je me contente ainsi de la suivre docilement jusqu’à son canapé, où je m’assois comme elle vient de le faire, même si elle ne m’y a pas ouvertement invité. Il n’y a jamais vraiment eu besoin de conventions explicites avec elle, je ne vois pas pourquoi elle commencerait à s’en soucier maintenant. En revanche, mon hôtesse parvient à me surprendre quelque peu au moment où elle me demande si je veux boire quelque chose. Est-ce une question piège pour voir si je peux encore boire de l’alcool ? Je ne saurais le dire.

« Je veux bien un diabolo cerise si tu as, je demande avec un léger sourire. »

Néanmoins, je suis consciente que cette question n’est que l’annonce que les choses sérieuses ne vont pas tarder à commencer, aussi la suis-je attentivement du regard quand elle se dirige vers la cuisine pour se servir elle-même dans un premier temps. Avant d’en venir droit au but. Outch. Je ne m’attendais pas à ce que ses interrogations sur mon compte soient si claires et mon bref espoir que je n’aurais pas à parler des rumeurs circulant à mon sujet se brise instantanément en mille morceaux. Je ne pensais vraiment pas avoir ce genre de conversation avec Anastasia un jour, je ne savais même pas que ma vie l’intéressait pour être honnête. C’est donc après un bref soupir d’abattement que je me décide à lui répondre.

« Je vois que tu as vite récupéré le fil de l’actualité, lui fais-je remarquer avec un petit rire nerveux, disons qu’il m’est arrivé deux-trois bricoles, rien de bien méchant… »

Oui parce que coucher avec son professeur – même non officiel – et tomber enceinte par la même occasion, ce ne sont que quelques bricoles, bien entendu. Je ne tiens pas tant à lui étaler le désastre de mon existence, sans compter la découverte de mon demi-frère, tous ces petits trucs qui en s’accumulant ont commencé à former un sacré poids sur mes épaules. Non, je préfère détourner son attention sur une nouvelle moins néfaste.

« Ah et j’ai décidé de me lancer dans le showbiz aussi, j’ajoute en haussant les épaules, par un surprenant hasard, Mai Xun a entendu parler de mes vocalises passagères et m’a poussée à intégrer son agence. Etonnant n’est-ce pas ? »

J’espère que ça suffira à combler ses attentes quant à mes récentes péripéties, je n’ai pas vraiment envie de tout lui révéler alors qu’elle vient à peine de rentrer.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 12 Juil - 5:56

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Je n'étais pas une fille franchement prévisible, beaucoup m'avait dit que je devais être la fille la moins prévisible du monde, personne ne savait dire comment j'allais réagir. Ils savaient juste que je ne réagirai jamais de manière excessive ou très enjouée. J'étais toujours très calme et insensible. Je pense que YunHua devait avoir l'habitude avec moi, je n'aimais pas la banalité mais je la tolérai assez facilement. J'avais appris à le faire avec les années à vrai dire. Je pouvais l'affirmer, je n'avais pas changé d'un poil pendant mon absence, j'aurai très bien pu, j'en avais la possibilité. Mais je ne trouvais pas ça très important, et je me voyais mal devenir une autre fille. Je n'arrivais pas du tout à être émotive, et ça n'allait pas être demain la veille que j'allais arriver à l'être. Trêve de précisions sur mon sujet alors que je n'avais pa changé le moins du monde. Ce qui m'intéressait quelque peu en ce jour c'était ta personne. Du moins, plutôt ce qu'il s'était passé en mon absence pour que la jeune YunHua naïve et pure soit devenue aussi... Comment dirais-je, changée ? Oui ça devait être ça le mot juste, changée. Il y avait quelque chose de différent chez la jeune femme, et ce n'était pas dans son caractère, non en tout point elle était similaire à la YunHua d'avant à part quelques folies capillaires et une meilleure assurance, et un air d'être plus renseignée sur les choses. Il n'y avait rien de changé, rien d'inhabituel. Elle n'était pas réellement une étrangère puisque je la connaissais, mais il fallait un certains temps pour s'acclimater au changement. Il avait été rapide pour ma part, je n'aimais pas me prendre la tête pour savoir si Pierre, Paul ou Jack avait décidé de développer une nouvelle personnalité pour x raisons. De plus, elle n'a pas vraiment changé puisqu'elle est venue me voir directement sans que je lui précise la raison pour laquelle je voulais la voir. Elle aurait très bien pu refuser si elle avait tant changé, mais elle était venue sans réellement me demander pourquoi. Elle se contentait d'attendre mes directives et cette fameuse raison inconnue que je lui avais pas encore révélé.

J'étais revenue avec diverses boissons en main que j'avais déposé sur la table basse, j'avais ramené les bouteilles nécessaires afin de réaliser un diabolo à la cerise comme tu avais demandé. Je me disais qu'elle devait pas demander d'alcool car elle n'avait probablement pas envie, puis YunHua n'avait jamais été très tournée vers l'alcool, alors un diabolo cerise ne m'avait pas plus surprise que ça. J'avais versé du sirop à la cerise dans ton verre puis de la limonade en quantité suffisante pour que ça ait un goût. Une fois que j'eu fini mon mélange, je te tendais ton verre de diabolo à la cerise avant de m'asseoir de nouveau sur le canapé. De plus l'effet de ma question semblait avoir eu l'effet que j'avais prévu. Je savais que je ne prenais pas de pincettes pour parler ou pour poser des questions, j'aimais connaître la vérité et je n'hésitais pas à la dire. Je n'allais pas par 4 chemins pour cela. Mon verre de jus à la framboise en mains, je t'écoutais me dire ce que tu avais à dire sans broncher ni émettre un quelconque sentiment sur mon visage, j'avais le sentiment, non j'en étais même convaincue, que tu étais entrain de faire un euphémisme sur ta situation actuelle, tu disais qu'il y avait quelques petits trucs mais tu ne les précisais pas. Je  tournais mon regard vers toi en buvant une gorgée de mon jus à la framboise.

- J'ai été à mes examens sans alerter personne, en mode espion on peut dire et j'ai entendu ça, c'est rien d'extraordinaire. Et, Yunhua, tu es entrain de banaliser ta situation en faisant un euphémisme alors qu'il semble qu'il y a plus que ça derrière tes mots et ton rire nerveux. Je me trompe ? Affirmais-je d'un ton calme et posé.

J'étais loin d'être bête et je savais quand quelqu'un banalisait sa situation pour pas avoir à dire la vérité. Je posais ainsi tranquillement mon verre sur la table basse à ta révélation sur ton entrée de show business, j'avais eu vent de tes talents artistiques, mais je n'aurai pas pensé que tu te serais lancée là dedans, c'était une sorte de surprise bien amenée. A ta question, j'haussais les épaules.

- Je pense que tu dois avoir du talent, donc il t'a repérée pour les bonnes raisons et t'a choisi, il n'a rien d'étonnant, il a juste bien fait son boulot. Je pense pas que tu sois nul en chant, donc il a bien fait de te choisir. Tu as du potentiel à revendre, tu t'en rends juste peut-être pas totalement compte. Rétorquais-je sans un brin d'hésitation.

En quelque sorte, ces mots étaient une sorte de compliments made in Anastasia. Je n'allais pas en faire des tonnes juste pour la féliciter ou autre, je préférais la complimenter à ma manière, sans en faire trop. Elle le savait que je n'étais pas du genre à en faire trop et à reconnaître comment les gens étaient. Et j'avais cette impression qu'elle ne me disait pas tout et qu'elle espérait que je la laisse croire que j'allais gober tout ce qu'elle venait de me dire, qu'il y avait eu quelques broutilles. Elle devait me dévoiler que la face voyante de l'ice berg, il manquait la face cachée de l'ice berg selon moi. Je n'étais pas du genre à me tromper, même si je ne comprenais pas tout le temps l'être humain, il savait me fasciner.

- Je suis rentrée y a quelques semaines, c'est pas quelques nouvelles sur ta vie qui vont me tourmenter. Je pense que tu dois le savoir, je ne suis pas du genre à être impressionnée par n'importe quoi. Donc pas besoin de me le cacher. Mais libre à toi de me le dire si tu ne veux pas m'en parler, tout de suite.

Je n'avais pas vraiment de tact et je ne savais pas comment prendre les gens avec des pincettes je le savais. Mais c'était un mal pour un bien, je pense. Mais quelque chose chez Yunhua me paraissait changer, mais je n'arrivais pas à mettre le doigt sur ce fameux changement. Je le sentais il était sous mon nez, mais c'était quoi ? Un véritable mystère humain.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 21 Juil - 18:15

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Je ne pensais pas être découverte si tôt, qu'Anastasia découvrirait si vite les rumeurs qui circulaient sur mon compte. En y rélféchissant bien, je me rends vite compte que c'était totalement idiot de ma part comme pensée, puisqu'un jour lui aurait amplement suffi pour rattraper la liste des divers potins concernant la Royal Private School. J'aurais dû me douter dès le départ que son invitation n'avait rien d'innocent et qu'elle préparait simplement le petit entretien que nous sommes en train d'avoir en ce moment même. J'ai toujours su qu'Anastasia est une fille intelligente et perspicace alors avec le recul, oui, je me dis que la chose est plutôt évidente en fin de compte pour elle, bien plus que pour quelqu'un d'autre. Ce qui ne m'empêche pas d'éviter volontairement d'amorcer le sujet fatidique et de faire dériver la conversation sur un tout autre sujet, chose que la brune remarque aisément. Un euphémisme ? Totalement et bien plus encore mais je préfère siroter mon diabolo cerise et parler de l'audition que Xun m'a arrangée plutôt que de revenir là-dessus. A vrai dire, j'espère qu'en ignorant ses dires elle finirait pas oublier cela et qu'elle s'intéresserait davantage à l'aspect positif de mon existence en son absence, même si j'en suis moyennement convaincue.

Cela dit, je ne suis pas sans apprécier le compliment de la jeune femme à mon égard au moment de répondre à mon annonce. Elle ne paraît pas particulièrement surprise ou alors a-t-elle choisi de ne pas le montrer, à en juger sa réaction cela ressemble plus à un choix évident et bien pensé. Je ne me souviens pas avoir démontré mes supposés talents à Anastasia, aussi je fronce légèrement les sourcils en l'entendant parler de mon « potentiel ». Je n'ai jamais pensé être totalement nulle, cela va de soi, sinon je ne serais pas allée me pointer à cette agence pour passer l'audition, j'aurais fui à toute allure comme toute personne sensée. Et dans d'autres circonstances, c'est aussi sûrement la réaction que j'aurais eue, celle de la Yun Hua qui se plaisait à affirmer haut et fort que le showbusiness n'était qu'un amas de gens vicieux et de saltimbanques incompétents. Mon regard est à présent tout autre, à croire que ma situation chaotique me fait faire des choix irréfléchis, pas forcément idiots cependant je pense. Peut-être n'ai-je réellement pas conscience de ce que je vaux comme l'a si bien dit Anastasia et qu'au fond, j'avais toujours eu peur de me faire jeter si jamais je décidais d'auditionner par moi-même, qui sait ?

Pourtant, loin d'être endormie, la curiosité de ma vis-à-vis revient bien vite à la charge, au moment même où je finis tranquillement ma boisson. Contrairement à ce que j'aurais pu m'attendre, ce n'est pas une invitation vive et autoritaire qu'elle me lance, mais un ton calme et posé. Et des mots qui me poussent à bien vouloir lui faire confiance à cet instant. Bien sûr que je sais que ce n'est pas Anastasia que je vais choquer avec mes histoires, quoique, sait-on jamais, ce n'est pas parce qu'on passe son temps à boire en soirée qu'on est imperméable à tous les incidents qui peuvent survenir au cours d'une vie. Je n'éprouve simplement aucun plaisir à lui faire état de ma situation actuelle pour le moment,  ce n'est pas le genre de chose dont j'aime particulièrement parler alors si on peut éviter d'en arriver là. Toutefois, au moment où je m'apprête à le lui dire dans l'optique de m'en aller d'ici peu, je m'arrête dans ma lancée. Et si au fond lui en parler pouvait être une bonne chose ? Je ne suis pas tant du genre à me confier aux gens et à leur étaler toutes mes peines mais si je ne trouve pas même las force de parler à quelqu'un à cet instant, c'est quand même le comble.

C'est donc après plusieurs minutes de réflexion et un profond soupir que je me résigne à passer aux aveux. Si quelqu'un peut bien me fournir un regard éclair et objectif sur la situation, c'est bien Anastasia et je suis également curieuse en vérité de voir comment elle réagira suite à cela. Alea jacta est comme disait l'autre.

« Très bien, j'ai peut-être un peu vite résumé les choses, je reconnais en levant les yeux au ciel, j'ai effectivement dérapé un soir. Avec un enseignant d'informatique, certes. J'étais supposée avec un cours particulier parce que j'avais des difficultés, ça a mal tourné, voilà, je te passe les détails, j'expose en faisant des grands gestes évasifs, n'ayant moi-même pas vraiment envie de me souvenir de cette soirée en détails, et oui par-dessus le marché je suis malencontreusement tombée enceinte. Voilà le tableau. »

Il me semble que c'est la première fois que je l'annonce à quelqu'un de façon aussi claire et limpide, de sorte que la personne n'ait absolument besoin d'aucun effort mental pour comprendre la situation. En même temps, ça la rend un peu plus concrète à mes yeux puisqu'à force de devoir le cacher au monde entier – et surtout à Royal Shit – j'ai parfois l'impression que le « problème » s'est évaporé dans la nature du jour au lendemain, alors que non, il est toujours bel et bien là, caché dans mon ventre, pas encore visible pour le monde. C'est plus fort que moi, je deviens nerveuse et je suis obligée de me triturer les doigts.

« Satisfaite?, je demande avec un rire nerveux, si ça t'intéresse je peux aussi te montrer le résultat du test ou la première échographie... »

Je vais un peu loin sur ce point, je ne pense pas qu'elle voudra en arriver là, bien évidemment, mais cela aide à dédramatiser la situation. De plus, elle n'aura plus besoin de me demander ce que je compte faire par rapport à la situation, il est évident que je ne m'amuserais pas à faire une échographie si j'avais décidé d'avorter. Il ne me reste plus qu'à attendre patiemment ce qu'elle a à me dire à ce sujet, prions.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 27 Juil - 2:45

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
On pouvait me considérer comme quelqu'un de calculateur ou que sais-je, mais je ne me considérais pas réellement quelqu'un comme tel. En effet, je ne calcule pas tout à l'avance, je pense juste comment un humain pourrait réagir, bien que j'applique pas sur moi-même ce que les autres pouvaient faire. Je prévoyais les réactions des autres, il était difficile d'être imprévisible avec moi en fait, ça pouvait être problématique et énervant pour la personne d'en face mais c'était comme ça et pas autrement. Je ne changerai pas, j'étais comme ça, imperméable au monde qui m'entourait sans pour autant être émotive, je l'avais montré devant mon "frère", et bien d'autres. Je ne me laissais pas être triste pour rien, de toute manière il était dur de m'atteindre, voire impossible. La vérité était une chose sur laquelle je pouvais compter et je le savais, les sentiments étaient quelque chose de bancale et d'illusoires ; d'indescriptibles,  et surtout qui pouvaient changer. C'était la vie, on ne pouvait pas stagner en ressentant toujours la même chose, pour moi en tout cas, il fallait souvent changer pour évoluer. Le micro-changement de Yunhua était déjà une avancée pour elle, je le pensais, depuis mon départ et durant mon absence elle était toujours caractériellement la même sur certains points de son caractère, ça elle ne pouvait pas le changer comme moi je ne pouvais pas changer ma façon rigide d'analyser les situations ou les gens. L'objectivité même, bien que ce soit mon point de vue ; c'est un peu bizarre quand même.

Sa réussite dans l'entrée du monde des idoles ne me surprenait pas réellement, j'avais eu écho qu'elle avait une belle voix, mais elle ne se lançait pas pour réaliser son "rêve", je savais qu'elle se sous-estimait sûrement, elle sirotait son diabolo sans dire un mot ; elle devait sûrement réfléchir à si j'avais raison ou tort. Mais je pense qu'elle savait que j'avais raison sur ce point. C'était une bonne chose pour elle de se lancer bien que l'industrie de la musique soit affreusement corrompue en apparence et dans le coeur des choses, mais il y avait certaines agences qui faisaient exceptions à la règle. Heureusement, mais bon pour faire marcher ce business, il fallait bien faire des concessions ; sûrement. On ne pouvait pas être le meilleur en claquant des doigts, même si nous avions des facilités. Il fallait se démarquer par quelque chose, sinon on tombait dans la banalité, chose que beaucoup d'artistes font ; c'est pour cela que je ne m'intéresse pas vraiment aux artistes du type "commun", c'est vu et revu. Mieux vaut donner notre attention aux gens qui ont un vrai talent mais qui n'ose le montrer, les gens originaux qui veulent apporter quelque chose au monde de la musique.

Mais passons au vif du sujet qui m'intriguait, cette chose changeante que je n'arrivais pas à discerner chez elle. Elle a posé son regard sur moi tandis que j'avais pris la parole pour m'exprimer d'un ton calme et posé. Je lui avais donné le choix, me le dire maintenant ou préférer attendre. J'aurai peut être fini par deviner par moi-même après tout. Ma patience se construit en attendant que YunHua semble réfléchir à s'il est bon de me le dire ou non. Je sirotais mon jus de framboise en attendant, j'étais toujours aussi calme et détendue. Je pense que j'étais l'une des personnes qui était assez objective pour dire la vérité sans ménager la personne en face de moi. Mes pupilles inexpressives et calmes restent sur la blonde. Les humains en général était une source de fascination pour moi, j'aimais les voir prendre différentes expressions, les voir prendre certaines stratégies, et tout autre genre de choses. Chacun était différent dans sa façon d'agir, ils avaient tous des raisons mais est ce que tous les humains étaient motivés par leurs passés ? Pas tous, on peut changer par rapport à notre passé, notre passé ne fait pas forcément ce qu'on est ; tout est relatif. Enfin bref passons, je crois que YunHua va enfin m'avouer ce qui m'intriguait depuis que j'ai revu sa tête blonde sur le seuil de ma porte. Je portais alors mon attention sur ses paroles tout en gardant mon air calme. Dérapage avec un prof ? Mauvais tournure ? Enceinte ? Mon teint porcelaine restait le même, mon air était toujours aussi détaché et calme. Pourtant, mes yeux se plissèrent, pas parce que je la jaugeais, non, on aurait pu le penser quand on me connait pas ou lorsqu'on ne m'a jamais vue surprise. Mais lorsque je le suis, je plisse les yeux en assimilant les informations.  Bien que les choses inattendues soient les aléas de la vie, je ne m'attendais pas à une telle annonce de la part de YunHua bien que ça allait lui arriver un jour de tomber enceinte, se marier etc. Je pensais que c'était un de ses désirs. Un sourire amusé se dessina alors sur mes lèvres, la vie était un jeu, ou la vie était contrôlée par quelqu'un qui nous est supérieur ; tout dépendait du point de vue. Pour moi elle était un jeu, les personnes étaient des pions sur un échiquier. En fait, voir qu'elle s'était un peu lâchée m'avait en quelque sorte fait "plaisir" ou du moins, ça m'avait apportée un sentiment de satisfaction.

- Et bien en mon absence, tu n'as pas fait les choses à moitié. Disais-je finalement avec un léger amusement. Oui, satisfaite. Mais non, je te crois il n'y a pas besoin de preuves matérielles, tu ne vas pas m'inventer une chose aussi grosse pour mon bon plaisir. Mais c'était imprévisible venant de ta part, je dois bien l'avouer. Tu comptes faire quoi avec le "père" ? Finissais-je par demander.

Je pense que le père avait dû être mis au courant, connaissant YunHua, elle a du mal à mentir, c'était sa franchise qui me plaisait chez elle en quelque sorte et son goût de nouvelles découvertes. Et pas besoin de demander si elle allait le garder, YunHua a un trop grand coeur pour se détacher de quelque chose, surtout si c'est son enfant, de plus, si elle aurait voulu s'en débarrasser, pourquoi faire une échographie ? Est ce que YunHua avait bien ou mal joué son jeu ? Tout dépendait de son point de vue, si elle était "heureuse" pour ce nouvel événement dans sa vie, alors elle avait en quelque sorte bien joué sa partie puisqu'elle aurait pu bluffer n'importe qui même elle-même avec ses cartes. J'attendais alors sa réponse sur le sujet suivant ; le futur envisagé par cette dernière. J'avais repris mon air calme et posé de toujours, sans réelle difficulté. YunHua avait été quelque peu surprenante pour moi avec son annonce, tant mieux si ça sortait du quotidien.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Lun 27 Juil - 15:26

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Je ne sais pas tant ce qui me pousse au fond à me confier à Anastasia, beaucoup diront que ce n’est certainement pas un choix judicieux quand on se réfère à la personnalité de la demoiselle. Il faut avouer que pour la majorité, ce n’est pas à quelqu’un qu’on peine à cerner, qui apparaît aussi froide que possible, presque incapable de ressentir la moindre émotion. Pour ma part, je dirais simplement qu’elle ne souhaite simplement pas les montrer, je ne pense pas qu’elle soit purement insensible, même si je suis consciente de pouvoir me tromper à ce sujet. Quoiqu’il en soit, Anastasia serait pour un bon nombre de personnes à la Royal Private School la dernière à laquelle ils souhaiteraient confier leurs mésaventures et leurs problèmes existentiels. Sauf que ce sont précisément ces mêmes personnes qui me pointent souvent du doigt dans les couloirs avec leurs chuchotements agaçants, en pensant que je ne les vois pas ou que je ne les entends pas, alors ce n’est certainement pas à leur jugement que je vais m’en remettre. Mon hôtesse du jour n’est peut-être pas la personne la plus expressive ou la plus compatissante du monde mais je suis au moins certaine d’une chose à son sujet, c’est qu’elle ne m’assaillira pas de remontrances et de sermons inutiles. Peut-être même qu’elle m’aidera à avoir un regard éclairé sur la situation, un regard dénué de toute interférence extérieure qui pourrait m’influencer.

De plus, elle ne s’embête pas à mettre les formes dans ses propos et même si elle n’affiche pas clairement ce qu’elle pense sur son visage, elle ne manque jamais de donner son opinion sur la chose. Après tout, ne vient-elle tout juste pas de me féliciter à sa manière pour mon entrée dans le monde des idoles ? Si elle est capable de faire, elle peut aisément réagir tout aussi spontanément à l’entente de ma révélation, je ne me fais pas d’inquiétude là-dessus, encore moins quand je la vois plisser les yeux en digérant la masse d’information que je viens de lui fournir. Cela peut paraître anodin quand on ne la connaît pas, mais en vérité, cela trahit une vraie réaction de sa part, en revanche je ne saurais dire si c’est de la surprise ou de l’incrédulité. On ne peut jamais être certain de ce qui se passe dans la tête d’Anastasia, chose qui ne me dérange pas plus que cela, tant qu’elle n’a pas envie d’user de cette arme contre moi. Si on y réfléchit bien, si elle souhaitait m’arracher des aveux pour les exposer sur la place publique, elle m’aurait donné rendez-vous dans un autre lieu, genre à l’école, et m’interroger devant une foule de paires d’yeux qui ne voudraient rien perdre de la scène. Pas en catimini chez elle où personne ne peut nous entendre. Et si elle voulait m’enregistrer ? Je ne crois pas qu’elle ait vraiment envie de perdre son temps avec des manigances pareilles, elle est plutôt du genre à rester distante avec ces histoires si vous voulez mon avis.

Puis soyons francs s’il y a bien une raison pour laquelle je me décide à lui en parler sans trop de crainte – enfin un peu mais moins – c’est parce que je sais bien que ça ne lui fera ni chaud ni froid. Le semblant de réaction qu’elle vient d’avoir est davantage lié au fait que ce soit moi, la fille souvent perdue dans les bars où elle m’emmenait, qui ait réussi à m’entraîner dans une affaire pareille, pas les faits en eux-mêmes. Franchement, le fait que ça l’amuse me soulage un peu, disons que ça m’aide à dédramatiser et à relativiser la situation. Oui il s’en est passé des choses pendant qu’elle avait disparu de la circulation, c’est un fait indéniable. Et oui c’est imprévisible venant de moi, je veux bien le croire, je m’intéressais davantage à réussir en classe qu’à faire les quatre cents coups même si je n’ai jamais été totalement innocente. Mais je dois bien reconnaître que sa question me prend de court. Ce que je vais faire avec le père ? Rien de particulier dans l’absolu, ce n’est pas comme si on avait grand-chose à se dire de toute manière et je n’en vois pas bien l’intérêt.

« Rien, je réponds en haussant les épaules et en lâchant un soupir, il était là quand j’ai appris la nouvelle, donc voilà. C’est pas comme si on était proches de toute manière, c’est… c’est juste un accident. »

Bien sûr, et tes lèvres qui se sont collées au siennes avant de t’enfuir de l’hôpital ça aussi c’était un accident ? Chut, conscience d’où que tu viennes. Il n’y a pas de raison pour laquelle je doive avoir une conversation sérieuse avec Ryû, on a déjà dit tout ce qu’il y avait à se dire, inutile d’y revenir pendant dix siècles. De toute façon, je n’ai pas de compte à lui rendre, je ne vois pas pourquoi il devrait se sentir concerné et je n’ai aucune envie qu’il s’implique à vrai dire. Je vais gérer ça très bien toute seule et on n’en parlera plus, voilà.

« De toute façon, je vais le faire adopter, je reprends, notant que ça peut être bien de clarifier ce point, je ne me sens pas l’étoffe d’une maman parfaite pour le moment, ça sera mieux ainsi. »

Je n’attends pas spécialement qu’elle approuve de but en blanc mes dires mais je ne veux pas qu’elle pense un instant que je puisse être aveugle au point de penser que j’arriverais à jouer aux supers mamans à côté de mes études et de ma carrière à venir. Il est évident que c’est incompatible, on ne va pas se mentir. C’est mieux pour tout le monde de cette façon tout simplement.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 9 Aoû - 20:01

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Beaucoup de gens pensent que me confier un secret ou leurs malheurs n'est pas une bonne chose à faire. Pour d'autres, ils se contentent de rester perplexes sans réellement dire quelque chose. Ils se contentaient de rester sur la réserve en fait. Et puis d'autres ne savaient pas encore quoi en penser. Il était vrai que j'étais assez inexpressive et assez insensible, je ne pouvais le nier mais tout ce qui touchait au sentimental ne m'atteignait pas. Les problèmes normaux avaient tous une solution pour moi, mais chez les humains, c'était compliqué étant donné que leurs sentiments faisaient souvent irruption et changeaient complètement leurs avis. Les sentiments influençaient souvent la personne au gré de la raison, mais moi ça ne m'était encore jamais arrivé. Pour moi, les sentiments humains étaient bien trop complexes, je me contentais de les observer avec objectivité pour mieux les comprendre. Ils étaient souvent amusants à voir, les réactions différaient des personnes, de leur passé, de leur émotions. Il y avait beaucoup de choses qui rentraient en compte pour une décision. Mais là n'est pas le sujet. Les gens en général ne pensent pas venir à moi pour se confier ou pour dire quoi que ce soit, ils pensent sûrement que je réagirai sans un brin d'émotion ou "pire encore" que je m'amuse à jouer de leurs malheurs. Mais je m'en fichais beaucoup, bien qu'il soit intéressant de se servir des faiblesses des uns et des autres pour voir leur limite. Je préférais ne rien en dire sur ce sujet, pour le moment. Et je n'avais pas assez d'informations amusantes à mon goût pour m'en servir contre une personne ; bien que je le pourrai. Alors, que YunHua me confie le "secret" sur sa grossesse, était-ce une mauvaise idée ou une bonne idée ? Tout dépendait d'elle, si elle pensait que c'était une bonne idée, alors ça devait en être une. De toute manière, cela m'aurait rien apportée que de le répéter. Elle a l'air si perdue et toujours aussi candide ; mais je l'admets elle a évolué.

Qu'elle me parle de son problème, ça m'a quelque peu surprise lorsqu'elle m'a dit de quoi il en était, mais ça me faisait rien, ça m'atteignait pas. Ca m'amusait juste, et ça semblait la détendre, donc tant mieux. Ma question semble la prendre de court, elle ne semblait pas s'y attendre, mais pour moi cela semblait logique, il fallait bien savoir ce qu'il en était du côté du père, comme de son côté. On pouvait pas se contenter d'ignorer cela, surtout connaissant YunHua, elle avait pas le caractère pour ignorer qu'elle avait créé un être avec un autre, si elle m'avait dit qu'elle aurait voulu avorté, je pense que ça aurait sonné faux venant d'elle. Mais ça aurait été son choix quand même. Elle me dit sans conviction et en cherchant ses mots. Un accident ?  Je n'étais peut-être pas une experte en ce qui concerne les relations humaines, mais il semblait que ce soit plus qu'un accident à ses yeux. Mais peut-être que je me trompais, j'étais pas très douée pour l'amour et son sujet. Je la regardais avec calme comme à mon habitude, elle faisait ce qu'elle voulait de toute manière alors si elle pensait que c'était un accident. Peut-être que sa conscience lui souffle tout autre chose ou sa conscience pense comme elle, c'était elle qui le savait de toute manière et personne d'autre. Autant se lancer et lui dire ce que j'en pense, car sa façon de chercher ses mots à la fin de sa phrase m'intrigue.

- Je vois. Tu es sûre que ce n'est qu'un accident pour toi ? A la fin de ta phrase la tonalité de ta voix a baissé comme si tu n'étais pas sûre que ce ne soit qu'un accident à tes yeux. Tu as aussi cherché tes mots pendant quelques secondes, mais ça ce n'est pas très important. Rétorquais-je avec un air analytique et calme dans ma voix.

Sa phrase suivante où elle m'apprend qu'elle va faire adopter son enfant me semble judicieuse. Il ne faut pas oublier que YunHua est encore étudiante et qu'elle n'aura sûrement pas le temps de s'occuper de son futur enfant, alors vouloir le garder aurait été une idée assez courageuse de sa part. Adopter est un choix judicieux pour elle et son avenir, de toute manière, elle saura toujours où est l'enfant si elle souhaite éventuellement le voir, je ne pense pas que ce soit un problème. Mais, sera-t-elle capable de se détacher de cet être qui a vécu en elle pendant neuf mois ? Tout dépend d'elle, pour moi ça aurait été vite régler, je m'en serai détachée assez facilement, je le sais sans aucun problème. Je bois alors une gorgée de ma boisson en la regardant avant de reprendre la parole.

- C'est ton choix, et à mon sens, ça me paraît être judicieux que tu fasses cela. Disais-je avec clarté. Le père est d'accord pour l'adoption ? Ajoutais-je après une légère pause.



(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 20 Aoû - 16:47

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Alors que je pensais que parler avec Anastasia m’aiderait à dédramatiser les choses en constatant qu’au fond, ce n’est pas si grave et qu’il y a pire dans la vie, au final, me voilà confrontée à l’évidence : ma situation n’a rien d’anodin, sa simple question a réussi à me faire comprendre, qu’en fait, tout cela est bien atypique. Je veux dire, combien de filles tombent enceintes d’un homme lambda ? Il me semble que dans la majorité des cas – du moins pour celles qui ne recourent pas immédiatement à l’avortement je présume – elles ont un copain, un copain pour les épauler et avec lequel réfléchir à la question de façon sérieuse et responsable. Je ne pense pas qu’Anastasia ait voulu me piéger en me questionnant sur le père du bébé, sans doute cela lui paraît-il normal de poser la question, après tout on conçoit rarement un enfant toute seule et je ne me trouve pas dans un cas où j’aurais pu avoir l’idée de recourir à un don de sperme, ça va de soi. Sinon il ne s’agirait pas d’un accident comme je viens de le lui expliquer. A vrai dire, je ne vois pas comment résumer autrement une soirée alcoolisée avec un professeur qui a fini sur son canapé. Les choses ont dérapé tout simplement et il n’y a pas de sens caché à y voir là-dessous, Ryû s’étant même fait un plaisir de me le rappeler bien clairement.

Cependant, Anastasia n’a pas l’air d’être sur la même longueur d’ondes que moi. J’hausse un sourcil en l’entendant douter de ma parole, invoquant le ton de ma voix qui a baissé et mon hésitation. J’avais presque oublié à quel point elle aimait analyser le moindre détail lorsque quelqu’un prenait la parole, mais je ne sais dire si ça m’a manqué ou non. Disons simplement que je n’en avais plus l’habitude et que, pour le coup, j’ai été prise de court. Ce qui ne m’empêche pas de rebondir en annonçant ma décision quant au futur de l’enfant à naître, l’adoption me paraissant la solution la plus adéquate dans un tel contexte. Ce n’est pas non plus comme si Ryû et moi allions nous transformer en parents modèles du jour au lendemain, rien que d’imaginer ce tableau, ça me donne le tournis. Non, j’ai beau analyser les choses de fond en comble, il n’y a rien à faire, ce fœtus n’est que le triste résultat d’une erreur, il n’y a rien à cacher là-dessous, peu importe ce que ma vis-à-vis croit décrypter dans mes paroles. Il ne manquerait plus que ça tiens, pour que ça se transforme en drama digne de ce nom, j’en rirais presque si les conséquences en soi n’étaient pas si terribles. Mais passer son temps à dissimuler la vérité aux yeux du monde n’a vraiment rien de drôle.

C’est plus fort que moi, je roule des yeux suite à sa nouvelle question. S’il est au courant ? Je le lui ai bien mentionné mais comme je lui ai fait comprendre qu’il n’avait pas son mot à dire, je ne sais franchement pas ce qu’il en pense. Et je n’aurais sans doute plus l’occasion de le lui demander désormais, sans que cela ne m’attriste vraiment.

« Sincèrement ? J’en sais rien. Je n’ai rien trouvé de mieux que de lui faire croire que j’ai avorté pour qu’il me fiche la paix, je lâche avec un léger ricanement, c’est peut-être mieux comme ça de toute façon. Comme je te l’ai dit, c’est un accident. Moins de gens sont impliqués, mieux c’est. »

Pour moi en tout cas. Non je n’ai pas envie que Ryû se remettre à jouer les nounous inquiètes, à me questionner sans arrêt à ce sujet comme si j’étais une petite fille qui n’avait aucune idée de ce qu’elle traversait. Je n’ai pas besoin de son aide ou de sa préoccupation, encore moins après la façon dont le séjour scolaire a fini. Je suis si plongée dans mes pensées que je me rends à peine compte que je viens de finir mon diabolo.

« Je suppose que je peux compter sur ta discrétion et ton silence ?, je demande, un minimum préoccupée par ce point, je pense que tu peux comprendre que je n’ai pas vraiment envie que ça se sache. »

Non pas que je doute d’elle sur ce plan mais je préfère que ce soit bien clair. Je n’ai pas envie qu’elle en parle, même avec quelqu’un en qui elle aurait confié, si cette personne existe, on n’est jamais trop prudent avec Royal Shit qui a des yeux un peu partout. Je tiens à ce qu’un cercle – très – restreint de personnes soit au courant, voilà tout, et je crois que c’est plutôt compréhensible.

« Et toi les nouvelles alors ?, je relance, me rappelant tout de même que ça fait une paire de mois que je ne l’ai pas vue, il y a une raison au fait que tu sois partie si longtemps ? On t’a engagée comme agent secret ?, j’ajoute sur un ton plaisantin. »

Même si j’ai un sacré palmarès en termes de déboires depuis quelques temps, il ne faut pas oublier que ce n’est pas moi qui ai disparu de la circulation du jour au lendemain. Je me demande bien ce qui a pu lui prendre aussi longtemps, qui sait, ce sera peut-être intéressant ?


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 23 Aoû - 17:49

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Sa situation aurait été anodine qu'importe le siècle où elle aurait vécu, que ce soit le Moyen Âge, le 18ème siècle, beaucoup se faisait violer et devait porter un enfant dont elle n'avait sûrement pas voulu. Mais là, c'était arrivé par un accident, beaucoup de femmes étaient tombées enceinte comme cela, c'était devenue presque monnaie courante, c'était encore une minorité dans la société, mais ça arrivait assez souvent. Des femmes tombant enceintes d'hommes qu'elles aiment peut-être pas, des femmes étant prêtes à tout pour avoir un enfant, avec l’insémination artificielle par exemple. Mais la société voulait se forger à l'image de la famille avec le père, la mère et l'enfant ou les parents du même sexe avec l'enfant à l'heure d'aujourd'hui. Mais bon, le cas de YunHua avait sa particularité car c'était elle, c'était YunHua, une personne à part entière. Alors quand elle ne relève pas ma question pour rebondir sur l'avenir de l'enfant, je ne relève pas, elle ne voulait pas répondre à des questions où les réponses sont évidentes, c'était son choix et non le mien, je n'intervenais que pour lui donner un brin d'aide sur son cas actuel. Même si je l'avouais, c'était pas mon fort les trucs d'humains, pour moi tout était simple, mais je mettais pas mes sentiments en avant aussi, je raisonnais de manière logique et intelligible sans prendre en compte les sentiments bien souvent. C'était peut-être un défaut pour certains, mais pour moi c'était une qualité, des fois mieux valait avoir un regard objectif sur le monde plutôt que subjectif en laissant rentrer en compte les sentiments. Des fois, dans certaines expériences, les sentiments sont néfastes et n'aident pas à réfléchir et dans d'autres cas, ça aide.

Lorsqu'elle m'apprit pour son mensonge à propos de son prétendu avortement, je la regarde d'un air légèrement perplexe. Depuis quand YunHua mentait ? C'était inédit, mais j'étais aussi légèrement dubitative quant au fait qu'elle ait menti, pour moi le mensonge n'était pas toujours une solution judicieuse, même si c'était pour qu'on nous foute la paix pendant un temps, la vérité finissait toujours par resurgir, il aurait été mauvais pour elle que ce fameux Ryû apprenne qu'elle lui a menti, le jeu changerait, ça pourrait être intéressant. Mieux vaut que je lui dise le fond de ma pensée sur son choix, comme pour lui donner toutes les options qui s'offrent à elle dans le cas présent.

- Je vais te dire la vérité quant à ton choix de lui avoir fait croire à ton avortement. Le mensonge n'apporte que très rarement des choses bonnes, la vérité arrive toujours à ressortir d'une manière ou d'une autre. Il te laissera sûrement tranquille pendant un temps, mais quand ton ventre va grossir, va falloir être une spécialiste pour cacher ça. Et n'oublie pas, les accidents dans l'histoire ont souvent changé beaucoup de choses, alors même un accident a son importance dans une vie. Tu fais ce que tu veux, honnêtement je m'en fiche. Je te dis juste les paramètres de ta situation, c'est une analyse. Disais-je de façon posée et calme, lui expliquant les choses sous "mon point de vue".

Lorsqu'elle me demanda si elle pouvait compter sur mon silence, j'haussais les épaules tout simplement. Je ne voyais pas l'intérêt de parler de ça à toute la population, c'était futile et inutile, ça ne pourrait pas aider mes futurs projets, bien que ça pourrait apporter de l'animation dans la vie de certaines personnes, il n'y aurait rien à en tirer, alors je resterai silencieuse pour son bien, en quelque sorte.

- Si tu souhaites garder le secret, je ne dirai rien. Je peux comprendre ce que c'est de vouloir garder des secrets.

De nos jours, il était dur de garder ses secrets, sa vie privée sans que les gens s'en accaparent par besoin de savoir, enfin savoir est un grand mot, ce serait plutôt du voyeurisme, sous une certaine forme. Ils aiment les potins en tout genre, juste pour avoir un semblant de connaissance, mais à vrai dire, c'est bien plus malsain que ça. Mais enfin, YunHua reprenait mon attention avec sa question, des nouvelles ? Pourquoi étais-je partie si longtemps ? Tant de questions, je me souviens encore quand Raylai a déboulé chez moi pour savoir pourquoi je l'avais abandonné, c'était vrai que j'avais pas dit aux gens que je partais, je suis partie du jour au lendemain. Un agent secret, ça aurait pu être crédible, mais c'était disons plus banale que ça. Enfin "banale" était un bien grand mot.

- Non je n'étais pas agent secret, c'est bien plus anodin que ça, au début ça l'était du moins. J'étais retournée à Seattle pour rendre visite à ma mère. Rétorquais-je sans trop en dire dans un premier temps.

Si elle voulait en savoir plus c'était son choix, pour le moment je ne faisais que mettre en place l'histoire sans trop en dire comme la 4ème de couverture d'un livre.



(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Dim 23 Aoû - 23:06

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
En vérité, je dois bien admettre que je suis soulagée qu’Anastasia m’ait appelée car mine de rien, parler de toute cette histoire à quelqu’un me fait énormément de bien. Je ne sais pas si elle en a conscience mais elle me permet de vider mon sac pour ainsi dire et ce n’est pas peu de choses à mes yeux. Je ne cherche pas son approbation, je ne cherche même pas un semblant de remontrances traduisant un quelconque besoin d’attention maternel, et pas même du réconfort encore auprès d’elle. Je souhaite simplement en discuter, posément, sans avoir l’impression d’être une bête de foire qui sera au centre de ses prochains échanges de potins entre amies. Car si d’un point de vue extérieur je parais avoir amplement réfléchi à la situation, avoir anticipé tout ce qui m’attend, il n’en demeure pas moins que je suis extrêmement nerveuse et, reconnaissons-le, un peu paumée. Et cela parce que j’ai décidé de supporter un fardeau peut-être un peu trop important pour moi, en partie parce que je suis trop jeune pour cela. Quand je pense qu’il fut un temps, il était considéré comme normal de devenir mère à treize ou quatorze, ça me fout les chocottes. Ce n’est pas plus mal au fond que les choses aient évolué sur ce point, je pense, mais mon « problème » n’en reste pas moins compliqué.

Néanmoins, je ne m’attendais pas à voir Anastasia si surprise en apprenant mon « petit » mensonge envers Ryû. Il est vrai que ce n’est pas dans mes habitudes, j’ai clairement brisé l’une de mes plus précieuses règles d’or, comme quoi, tout finit par arriver dans la vie. Je n’aime pas mentir, je préfère dire les choses telles qu’elles sont, mais je ne sais pas, j’ai eu un élan d’impulsivité qui m’a fait dire cette bêtise et ensuite, une envie irrépressible de m’éloigner de lui tant que possible et pour cela, le laisser dans l’ignorance m’a paru être la bonne solution. Quelle n’est pas ma surprise quand j’entends de la bouche d’Anastasia que ce n’est pas la meilleure chose à faire. Qu’il finisse par l’apprendre ? Je ne vois pas comment, à moins que Royal Shit s’acharne désespérément sur mon cas faute de scoop plus juteux à se mettre sous la dent, il y a peu de chances qu’il le remarque. Ce n’est pas comme si on allait se croiser souvent de toute manière à l’avenir, à part dans un couloir si je n’ai pas la présence d’esprit de faire un détour pour ne pas croiser son chemin. Il est évident que je ne vais plus assister à ses cours de toute façon.

« Merci, je réponds après qu’elle m’a confirmé sa discrétion sur la chose, ne t’en fais pas, pour ce qui est du ventre, je m’y suis préparée. Je vais rester chez ma mère quelques mois en Corée du Sud jusqu’à terme. Ni vue ni connue. »

Merci Xun pour m’avoir soufflé l’idée. Mine de rien, je ne suis pas mécontente de voir que je peux toujours trouver des gens dignes de confiance dans une telle école, ce n’est pas sans me faire plaisir. Anastasia a beau être ce qu’elle est, soit plus analytique qu’émotive – ce qui est son droit d’ailleurs - , elle m’aide actuellement plus que les trois quarts des gens que je côtoie au quotidien. Si je ne la connaissais pas, je me laisserais certainement emporter par l’émotion et la serrerais dans mes bras pour la remercier, mais bon, c’est Anastasia quoi. Je suppose qu’un sourire reconnaissant et sincère fait l’affaire en fin de compte, non ? Trêve de plaisanterie, il est maintenant question de la jeune femme et je suis on ne peut plus attentive à ses paroles lorsqu’elle se décide à me répondre. J’arque un sourcil, un peu étonnée, alors qu’elle me révèle être allée voir sa mère, à Seattle – vu la consonance bizarre, je crois que c’est aux Etats Unis, en plus j’ai dû en entendre parler dans une série. Je ne savais pas qu’elle avait de la famille là-bas, il faut dire que je ne sais rien de sa famille tout court, alors c’est normal que je sois si étonnée.

« Oh… Ça fait longtemps que tu ne l’avais pas vue ?, je demande, redoublant de curiosité, ça s’est bien passé ? Désolé, je m’emporte un peu, tu n’es pas obligée de me répondre. »

Bon, soit, je viens de lui confier un des plus grands secrets de ma vie, mais ce n’est pas pour autant qu’on est obligées de se la jouer « séance de confessions » si elle n’en a pas envie. Moi non plus je ne me suis pas confiée à elle quant à ma situation familiale, même si je ne doute pas un instant que ça la divertirait. Tout cela pour dire que si elle veut garder ça pour elle, je ne lui en voudrais pas, même si j’aimerais beaucoup savoir ce qui s’est passé exactement. Je veux dire, ce n’est pas comme si elle était partie trois jours ou une semaine, elle s’est tout de même absentée pendant plusieurs mois alors il a dû s’en passer des choses.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 29 Aoû - 22:32

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Les mensonges étaient parfois bons dans certaines situations, mais ils nous revenaient souvent en pleine figure, comme un effet boomerang, cela pouvait être amusant de voir certains humains se prendre en pleine face leurs mensonges qu'ils avaient fraîchement inventés pour se sortir d'un pétrin quelconque. Pour ma part, je n'ai quasiment jamais eu à mentir à quelqu'un, je crois même ne jamais avoir menti de ma vie, je préfère la vérité au mensonge, des fois la vérité pouvait être plus blessante qu'un simple mensonge. La vérité est cruelle, pure, irréversible, dure et pourtant également si soulageant. Je n'étais donc pas une prôneuse du mensonge, bien qu'on pourrait le croire, non je pouvais manipuler les gens sans le mensonge, jouer avec eux en utilisant la vérité sur ces derniers. C'était aisé lorsqu'on s'informe sur quelqu'un, lui donner la vérité sur lui-même peut-être bien pire que n'importe quoi. Belle carte que nous avons là, c'était fascinant de voir les humains pouvoir mentir pour ne pas blesser quelqu'un ou au contraire pour pouvoir le blesser et le faire sortir de notre vie. Je ne tardais pas à faire savoir mon avis sur la chose à cette chère YunHua, je n'allais pas lui dire que le mensonge était une chose qui ne faisait aucun effet. Le mensonge finissait toujours par nous rattraper, même si nous sommes la meilleure menteuse du monde, surtout en notre siècle, les gens parlent encore beaucoup.

Elle me remercia pour garder son secret, de toute manière, le confier à quelqu'un aurait été une perte de temps et je ne voyais pas l'intérêt qu'il pourrait m'apporter de le dire à quelqu'un. Elle m'informa par la suite qu'au sujet de son ventre qui allait sûrement grossir, qu'elle allait séjourner pendant plusieurs mois chez sa mère en Corée du Sud, espérons pour elle que le père n'ait pas l'idée de venir lui rendre visite pour s'excuser ou que sais-je encore. Son petit plan tomberait certainement à l'eau. Je me contentais alors d'hausser les épaules à sa réponse, admettant que c'était tout de même une bonne idée.

- Cela me semble être une idée, mais reste quand même discrète même là-bas. Conseillais-je avec prudence, on pouvait facilement se faire avoir quand on se pensait en sécurité et dans la facilité. Méfiez-vous de la vie car elle vous bouffera quoi qu'elle arrive, non ? C'était assez probable dans la plupart des cas. Il suffisait juste de faire les choses intelligemment et non humainement ; ça marchait plutôt bien parfois. En fait ça marchait tout le temps dans mon cas, mais c'était mon cas et pas un autre.

Elle me pose la question qui devait l'avoir mené ici, pourquoi avais-je été absente un si long moment ? Si seulement elle avait su sur le moment, elle aurait voulu prendre un avion et me rejoindre pour savoir ce qui m'était passée par la tête, je lui rétorquais donc que j'étais allée voir ma mère. A sa question, je restais neutre, longtemps ? Oui, cela avait fait un long moment depuis qu'elle avait été placée en hôpital psychiatrique. Puis elle me demanda si ça c'était bien passé, à cette question, je ne pus m'empêcher de retenir un sourire ironique qui se faisait sur mes lèvres. Je n'étais pas obligée de lui dire la vérité, j'avais le droit de laisser des zones sombres, pour le moment la seule personne au courant de la vérité c'est Raylai.

- 5 ans. Répondais-je automatiquement à sa question avant d'ajouter. Cela aurait pu se passer d'une autre manière, je sais que je ne suis pas obligée de te répondre. Mais pour te mettre dans la confidence, je suis restée plus longtemps pas à cause de ma mère, mais pour un souci, plus médical. J'étais dans le coma, donc je pouvais pas réellement donner de nouvelles.

J'avais le choix, j'aurai pu lui dire un simple "Ca c'est passé d'une manière, mais ça aurait pu se passer autrement" Rester dans le flou, rester dans le mystère. Mais étant donné qu'elle m'avait confiée sa grossesse, pourquoi pas lui avouer la raison de ma si longue absence ? Ca n'allait pas la tuer de toute manière, je garderai un oeil s'il devait se passer quelque chose de toute manière, c'est à moi que l'homme s'en prendrait.



(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   
[/quote]

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 1 Sep - 16:27

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Ce qu’il y a de bien avec Anastasia, c’est qu’en dépit de tout ce que je m’évertue à cacher aux yeux du monde entier, je suis certaine de ne pas l’impressionner avec mes déboires. Je voyais déjà tous les doigts de la Royal Private School pointés vers moi si jamais j’avais pris le risque d’en parler à quelqu’un d’un peu moins fiable, déjà qu’ils n’hésitent à chuchoter de manière peu discrète quand j’en croise certains, on me lapiderait sur la place publique si jamais j’en venais à confirmer la terrible rumeur.  Pourquoi ? Parce qu’il est évident dans une école qui accueille majoritairement des jeunes issus de familles bien nées avec le pouvoir dans leurs mains avant même d’être entièrement devenus adultes, un « écart de conduite », comme ils disent, est forcément une insulte ultime dans leur monde. Il va de soi que pour la majorité, leur avenir est déjà tout tracé : un super emploi à la sortie de l’université, un mariage en or qui permettra la prospérité de l’empire duquel ils prendront la tête et une jolie famille nageant dans l’hypocrisie la plus mémorable. Que les autres ne suivent pas leur exemple, je ne suis sûre que cela les importe vraiment – après tout il faut bien qu’ils se sentent spéciaux parmi tout ce monde – mais qu’on s’amuse à prendre un tout autre chemin sous leur nez, ça ne leur plaît pas tellement. Encore une manière pour eux d’affirmer qu’ils font la loi et qu’on doit suivre leurs règles, quand bien même nos affaires personnelles ne les regardent pas, au fond.

Mais, je ne sais si c’est parce que tout cela l’ennuie profondément, mais la jeune femme face à moi ne paraît pas du tout d’accord pour suivre cette façon de penser. Sans doute avait-elle fini par prendre conscience de combien c’est insensé et sans intérêt. Ou bien parce que sa façon d’analyser rigoureusement les choses a fini par se lasser de tous ces idiots qui affichent un air supérieur proportionnel à l’argent qui se trouve dans leur porte-monnaie. Elle a beau paraître insensible, il n’en demeure pas moins qu’Anastasia voie souvent plus l’essentiel des choses que la plupart des gens. Comme le fait que je n’ai pas « créé » ce bébé toute seule par exemple, léger détail que j’ai voulu mettre de côté parce que ça m’arrange de devoir gérer cette situation par moi-même. Je sais bien que sur le papier Ryû a autant de droit que moi de savoir où en est la situation et de s’occuper de cette histoire de grossesse, mais j’en ai franchement assez des prises de tête récurrentes. L’avantage quand on se charge d’un fait en solo, c’est qu’on évite les désaccords et les objections à répétition et honnêtement, ça me fait des vacances. Même s’il m’arrive de penser parfois que ce n’est pas juste pour lui, mais bon, ça lui fait un problème en moins à penser, non ?

Il m’est difficile de retenir un petit sourire satisfait au moins où j’entends la brunette me confirmer que mon plan « se planquer en Corée chez Maman » est une bonne idée. Il est évident que je ne vais pas m’amuser à m’afficher en tant que future maman à l’université dans les mois à venir, ce n’est pas raisonnable, autant annoncer la nouvelle tout de suite et, comme je l’ai expliqué, on ne resterait pas les bras croisés. J’apprécie même le petit conseil qu’elle me donne, à savoir de demeurer la plus discrète possible même dans mon pays natal. Cela va de soi. Je ne compte pas passer mes journées à traîner dans les magasins de vêtements pour grossesse ou de jeux, non, je resterai bien tranquillement sous ma couette à regarder des émissions idiotes et devant les cours qu’on m’enverra et peut-être devant quelques devoirs à faire. Au pire, je pourrais toujours m’amuser à dessiner pour le plaisir mais il est évident que je m’arrangerai pour sortir le moins possible de chez moi. Royal Shit a des yeux partout, c’est bien connu.

J’écarquille les yeux sans réfléchir, au moment où j’entends Anastasia me révéler que ça faisait cinq ans qu’elle n’avait pas vu sa mère jusqu’à son départ pour Seattle – même dans ma tête je butte sur ce fichu nom de ville américain ! – je me doute donc que ça devait être important pour elle, assez pour partir sans réfléchir. J’aurais certainement fait la même chose si j’avais un parent que je n’avais pas vu depuis longtemps et qui vaille la peine que je me déplace pour lui. Cela dit, je ne m’attendais pas à ce qu’elle m’apprenne avoir été dans le coma durant tout ce temps. Je veux dire, ce n’est pas commun tout de même !

« Pardon ? Ah carrément. Oui je me doute que tu ne pouvais pas vraiment passer de coup de fil du coup, je réponds avec un petit ricanement, c’était grave ? Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? »

On peut dire ce qu’on veut mais je préoccupe d’elle. On a beau ne pas être forcément très proches, il n’en demeure pas moins qu’en se voyant régulièrement, je me suis un peu attachée à elle malgré tout et donc quand j’apprends qu’elle a pu rester inconsciente pendant un moment, évidemment que je m’inquiète ! Et je suppose qu’elle ne se serait pas embêtée à m’inviter si elle se fichait également des rumeurs qui circulaient sur moi. On a beau avoir chacune notre petite vie dont on ne parle pas forcément, dans de telles circonstances, il me paraît évident de demander des détails.

« J’ai tout mon temps donc n’hésite pas si tu veux en parler. Je sais bien qu’en ce moment je suis pas vraiment un modèle pour donner mon avis ou discuter, mais je suis là malgré tout. »

Mouais, je ne suis pas certaine que ça l’incitera vraiment à se confier à moi, c’est un peu maladroit tout de même. Mais je veux qu’elle sache que je suis sincère quand je dis ça et que je suis prête à rester le temps qu’elle souhaitera si jamais elle a besoin d’une oreille attentive.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Sep - 4:01

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Le monde dans lequel nous avons évolué et qu'on quitte n'arrête pas d'évoluer car nous ne sommes plus là, alors qu'il se passe des choses durant notre "absence", c'est tout à fait normal, il faut bien que des choses changent pour gagner ou perdre quelque chose, comprendre une erreur, assurer son futur. Tout dépend de la personne, mais toute action à une conséquence sur le jeu qu'est la vie. Alors quand je suis partie pour Seattle, je ne m'attendais pas à ce que le monde que j'avais quitté était comme je l'avais quitté, mais je ne m'attendais pas non plus à ce que Yunhua m'annonce qu'elle soit tombée enceinte. J'étais plutôt du genre à ne pas réellement prévoir les choses, ça venait et ça partait comme bon le semblait, il fallait faire ses propres expériences pour comprendre comment manipuler notre jeu pour nous rendre les choses favorables et agréables. Mais les humains préféraient privilégier protéger le jeu des autres et peut-être briser leur jeu que de garder leur jeu en bonne évolution. C'était de l'humain, pur et dur. Je pouvais comprendre que Yunhua se méfiait des gens et que la rumeur de sa grossesse ne s'ébruite trop, elle ne voulait sûrement pas que tout le monde soit au courant, elle préférait garder ça pour elle. Est ce qu'on pouvait considérer une naissance comme un fait mauvais ? La naissance est pourtant un symbole de renouveau, de bonheur et de bonne chose. Mais pas dans tous les cas, pas dans toutes les situations, tout le monde s'évertue à dire qu'un enfant est toujours une bonne chose pour chacun. Mais je me voyais mal avec un enfant, je ne saurai sûrement pas comment m'en occuper ni comment ressentir quelque chose pour un autre être, surtout de l'amour. Je n'avais rien ressenti envers mes parents à part du respect peut être. Mais je ne les aimais pas à tuer n'importe qui, ce n'était pas mon style.

Alors quand YunHua commence à parler sentimental, on aurait dit qu'elle pensait que ça m'avait touchée de la revoir et d'avoir des nouvelles d'elle, mais à vrai dire ça m'avait rien fait. C'était juste ma mère biologique, celle qui m'avait mis au monde, rien de plus. Je n'étais pas réellement attachée à elle, mais il était vrai qu'on puisse croire que j'étais vraiment attachée à ma mère étant donné que j'ai tout plaqué pour la rejoindre, mais c'était plus de la curiosité que de l'amour à proprement parler. En fait c'était surtout de la perplexité, pourquoi était-elle sortie tout d'un coup ? Je devais aller vérifier par moi-même, j'avais réfléchi avant d'y aller, mais je m'étais quand même jetée dans une sacré histoire, je n'avais pas pensé que ma mère avait prévu tout ce qui m'était arrivée. Même si je savais que quelque chose allait arriver, je ne savais pas que ça allait arriver cela. Je la savais qualifiée comme "folle" depuis la mort de mon père, elle était maintenant très loin de l'image qu'elle avait avant la mort de mon père. La douceur et la bienveillance qu'elle avait pu avoir avait sûrement disparu pour finir en tristesse amer et en une haine bien placée vers moi. Certains diront qu'il est impossible qu'une mère déteste ou haïsse son enfant, mais quand un être humain porte de l'intérêt à quelqu'un pour une faute qu'il a comise, entre guillemets, alors il peut se ficher de qui est la personne en face. Et ma mère était persuadée que j'avais tué mon père, j'étais la seule et unique fautive pour elle. Qu'est ce que ça me faisait ? Certains auraient la boule à la gorge en pensant à ça, mais moi ça m'était égal, je m'en fichais un peu, voire beaucoup. Je ne pouvais pas lui en vouloir, elle pouvait penser ce qu'elle voulait, elle avait ses raisons, j'avais les miennes. On ne peut pas toujours être d'accords même si nous sommes de la même famille, du même sang.

Lorsque j'appris à Yunhua que j'avais été dans le coma, la raison du pourquoi je n'avais pas donné de nouvelles par la suite pendant si longtemps, elle écarquilla les yeux, de surprise sûrement, oui. On entend pas ça tous les jours, et peut-être encore moins YunHua. Elle le prit légèrement avec humour sur mon silence radio qui était amplement justifié pour le coup, si je comprends bien. Heureusement qu'elle ne le prend pas trop au sérieux, j'aurai eu du mal à comprendre le pourquoi elle serait effondrée ou pourquoi elle se serait mise en mode "mais tu es folle d'y être allée", j'aurai sûrement lever les yeux au ciel si ça s'était passé. Mais Yunhua préfère se renseigner sur ce qui m'est arrivée. Je la regarde de manière neutre, je lui dois pas la vérité, mais bon pourquoi pas lui dire, ça ne changerait rien à mon jeu, et elle ne va pas répéter tout ça aux autres, bien que je m'en fiche qu'ils l'apprennent.

- On m'a tirée dessus, j'ai perdu beaucoup de sang avant d'arriver aux urgences et après je ne me souviens plus. Mais les médecins m'ont dit que j'avais été dans le coma pendant 2 mois. Répondis-je calmement en lui expliquant ce qui était arrivé sans trop en dire pour le moment.

Par la suite, elle me dit que si je veux en parler, je peux le faire avec elle. Je ne suis pas du genre à vouloir parler des choses avec les gens, c'est pas comme si j'en avais quelque chose à faire de ce qu'il se passait. Mais énoncer les choses ne me dérangeait pas, mais ça ne me touchait pas personnellement, je n'allais sûrement pas m'effondrer en disant ce qu'il m'était arrivée à Seattle à Yunhua, non c'était impossible. Même Raylai avait trouvé que j'étais restée un peu trop insensible face à ce qu'il m'était arrivée, mais j'y pouvais rien, cela ne me touchait pas, enfin si d'un certain point, mais ça ne me faisait ressentir aucune émotion positive ou négative. Certains auraient pu penser que ça réveillerait quelque chose d'humain en moi, mais non ce n'était pas le cas. Loin de là, ce n'était pas encore aujourd'hui que l'humanité allait s'éveiller en moi. Je poussais une longue expiration avant de reprendre la parole.

- Je suis allée à Seattle pour vérifier les dires de ma mère, je suis tombée sur ma mésaventure de mon séjour. Tout semblait bien se passer, mais je sentais que quelque chose était bizarre. Puis un homme est arrivé, je le connaissais pas, j'ai même oublié son visage en fait. Mais il avait été engagé par ma mère pour me tuer, car elle est persuadée que c'est de ma faute si mon père est mort. Et j'avais appris un peu plus tôt que l'asile la cherchait car elle s'était évadée, donc c'est à ce moment que je me suis prise une balle dans l'épaule et que je me suis enfuite dans Seattle. Après tu connais le reste de l'histoire. Expliquais-je à la blonde, je n'avais rien oublié, j'avais même résumé toute l'histoire. Je voulais pas m'étendre sur cette histoire.



(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 4 Sep - 15:24

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Je n’ai jamais eu l’occasion de voir Anastasia vraiment à nu ou d’en savoir plus sur elle, sur son histoire personnelle. Pourtant, plus la conversation avance, plus j’ai la sensation que ces quelques mois d’absence ne constituent pas seulement une surprise pour elle à son retour. Moi aussi j’ai droit à des découvertes pour le moins atypiques. Tout plaquer pour aller sa mère à Seattle qu’on n’a pas vu depuis cinq ans, autant dire qu’elle m’apprend beaucoup de choses sur elle en une seule entrevue, alors que je ne me souviens pas l’avoir entendue mentionner sa famille lors de l’une de nos sorties habituelles. Certes, je ne suis pas du genre indiscrète, et je comprends aisément qu’on puisse vouloir conserver son jardin secret pour soi, surtout auprès de quelqu’un qu’on peine à considérer comme une amie. Comble de l’affaire, il se trouve que la jeune femme a également passé quelques mois dans le coma, et je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour elle. Nous avons ne pas être proches, j’ai la sensation que je n’arrive pas à faire autrement que de me sentir concernée. Je ne sais dire si c’est en raison de son intérêt vis-à-vis de mes propres problèmes mais j’ai besoin d’entendre l’intégralité de l’histoire. Après tout, malgré le fait que nous ne soyons pas les meilleures amies du monde, la confiance demeure un point d’honneur.

Malgré ma préparation psychologique intense quant à ce qu’elle pourrait me révéler, je tressaillis immédiatement quand elle m’annonce qu’on lui a tiré dessus. Autant tomber dans le commun est singulier, autant se prendre une balle relève de l’extraordinaire. Je devrais me dire que la vie d’Anastasia doit être mouvementée et donc que ce n’est pas si terrible que cela – il m’est déjà arrivé de l’imaginer en guerrière secrète – mais quand même, elle a frôlé la mort tout de même. Je ne pense sincèrement pas que le type qui lui a tiré dessus voulait simplement lui faire peur, cela m’étonnerait. Alors, la première chose qui me vient à l’esprit est sans doute la plus évidente : pourquoi ? Je fais de mon mieux pour la rassurer et affirmer que je suis là si elle veut parler, en dépit de mes frasques récentes, cette question me brûle les lèvres plus que je ne l’aurais imaginé. Heureusement, en bonne connaisseuse de la nature humaine, la brunette ne tarde pas à répondre à mes interrogations. Elle est décidément douée pour anticiper les attentes des personnes face à elle.

En réalité, le scénario qu’elle me résuma paraît tout droit sorti de la dernière série télévisée à la mode. On pourrait en faire un drama sans rire. Je reste stoïque, encaissant le choc de la nouvelle, encore une fois. Je sais déjà qu’on peut tuer pour des énormités dérisoires, les confidences de Jun Min me l’ont déjà démontré. Mais je pensais qu’il n’y avait que des êtres infâmes comme mon père pour recourir à de telles méthodes, je ne comprends pas comment la mère d’Anastasia peut être convaincue un instant qu’elle est à l’origine de la mort de son père et qu’elle doit donc le payer de sa vie. Après, il est vrai qu’elle est internée dans un asile, ce qui explique sans doute son acte insensé, mais quand même. Je ne pensais pas qu’on pouvait en arriver à vouloir tuer son propre enfant en le tenant responsable du décès de son conjoint. Et Anastasia doit vivre en permanence avec ça dans l’esprit. J’en viens à me demander comment elle arrive à tenir, comment elle fait pour se tenir aussi droite qu’un roc, sans jamais faillir peu importe les circonstances. Dire qu’elle m’impressionne est un euphémisme.

« Pour ce que ça vaut, je suis désolée. Je sais bien que ça ne sert pas à grand-chose au fond, je poursuis avec un petit rire maladroit, je ne sais pas comment tu fais pour arriver à tenir le coup. Tu m’épates. Vraiment. »

Je ne sais dire si c’est juste une façade devant les gens ou si elle parvient facilement à faire abstraction de ce problème, mais dans les deux cas, elle est forte. Chose peu étonnante de sa part, mais je connais des gens qui paraissent intouchables et qui deviennent faibles comme tout dès qu’il est question de démons familiaux. A commencer par moi, bien que je ne sois pas sûre de réussir vraiment à paraître insubmersible.

« Fou comme les parents peuvent différer complètement de nos attentes, n’est-ce pas ?, je reprends avec sarcasme, si ça peut te conforter, je n’ai vu mon père qu’une fois et c’était pour menacer son fils – mon demi-frère – en lui disant qu’il ne se tenait pas à carreau, c’est moi qui hériterais de l’entreprise. Charmant hein ? Je crois que ça ne fait que me conforter dans ma décision de le faire adopter, j’achève en disant mon ventre du doigt. »

Il va de soi qu’avec des antécédents familiaux pareils, il est plus sage pour moi de confier l’enfant à des personnes extérieures, saines d’esprit et qui sauront le choyer comme il se doit. Je pense que c’est ce que je peux faire de mieux pour lui, après tout, être auprès de sa famille biologique n’est pas toujours bénéfique, on l’aura bien vu.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 5 Sep - 17:04

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
Oublier son passé ou vivre en pensant constamment à ce dernier n'était pas une bonne chose à faire, qu'est ce que j'en faisais moi de mon passé en fait ? J'y pensais pratiquement jamais, sauf quand on me demandait de le raconter, et je le racontais de manière neutre sans y mettre de sentiments, on aurait dit que j'étais complètement hermétique au monde, fermé aux sentiments humains. Ce n'était pas "on aurait dit" en fait, je l'étais. Et cela depuis ma naissance, qu'importe le temps que je passe avec quelqu'un, je n'arrive pas du tout à avoir des sentiments pour quelqu'un, j'arrive pas à aimer, à trouver d'intérêt à aimer quelqu'un. Peut-être bien que j'avais une maladie qui justifiait ce manque d'humanité qui était en moi, mais je ne pensais pas ça. Je trouvais juste que les sentiments étaient tout bonnement inutiles dans beaucoup de situation. Ça semblait légèrement choquée YunHua d'entendre que je me suis fait tirer dessus, enfin légèrement, je minimisais sûrement sa réaction. Mais elle était bien plus réceptive à ce que je lui disais que moi-même je l'étais avec ce que je disais. D'accord on ne se faisait pas tirer dessus tous les jours, mais je ne semblais pas choquer par mon état, j'étais toujours vivante, il y avait eu d'autres personnes qui se sont fait tirer dessus, je ne suis pas la première dans ce cas. J'avais une vie pour le moins tranquille, je n'allais pas pleurer sur mon sort car quelqu'un m'a tirée dessus sous les ordres de ma mère car il voulait gagner de l'argent et faire sa vie comme il l'entend. Je n'avais pas à juger ce genre de vie, ce n'était pas mon style. Et pourquoi se prendre la tête avec des questions sans réponses réelles, c'est du temps perdu et de l'énergie perdue également. D'accord, il faut des fois vouloir résoudre l'inconnu, mais je n'étais pas intéressée par cet inconnu précis, ça ne touchait ni la science ni l'évolution du monde alors ça n'avait pas de réel intérêt. J'aurai peut-être dû faire psychologie pour mieux comprendre les humains, parce que des fois ils me mettent dans le flou, ils agissent trop souvent à cause de leurs sentiments et non par intelligence. Mais je peux pas leur reprocher, ils ont quelque chose que je n'ai pas.

Je lui raconte donc mon aventure à Seattle avec neutralité, c'est pas comme si j'allais me découvrir un côté humain en lui racontant ça, peut-être que si ? Non, ce n'était vraiment pas mon genre. Je savais que YunHua n'allait pas simplement réagir par un simple "Je vois." ou une phrase qui voudrait qu'elle ne soit pas  étonnée, stupéfaite ou encore mal pour moi. Je crois qu'elle a l'habitude avec moi, j'arrive pas à ménager les gens en leur disant la vérité avec gentillesse, je le dis toujours avec neutralité et calme sans me demander si ça va faire quelque chose à la personne en face. Certains n'aiment pas trop ça, d'autres apprécient au contraire ça, mais la chose se discute pas, je serai toujours comme ça, même si ça peut en blesser certains, je n'y peux rien. J'ai jamais essayé de changer, ou plutôt, je ne vois aucun intérêt à changer pour la majorité, je ne veux en aucun cas être un mouton qui ne comprend rien à ce que la société lui veut ; même si je l'avoue, je ne sais pas trop comment les humains peuvent faire pour se laisser manipuler de la sorte, mais c'est mécanique et psychologique après. Il y en a qui savent avoir plus d'éloquence que d'autres, c'était une question de présentation si on peut dire ça comme ça. Cette histoire ne m'atteignait pas réellement, étonnant ? Pas à mon humble avis, il allait sûrement en falloir bien plus pour me traumatiser ou pour me faire réagir de manière sentimentale, me faire exploser comme aime bien dire les gens. Beaucoup m'avaient dit qu'un jour j'allais exploser et j'allais pas m'en sortir, ça me faisait rien honnêtement, j'avais mieux à faire que de m'apitoyer sur mon sort, et bon courage pour réveiller des sentiments en moi. YunHua prend enfin la parole, elle me dit qu'elle est désolée, pourquoi ça ? J'hausse légèrement un sourcil à l'entente de ce qu'elle dit, je comprenais pas pourquoi elle s'excusait, peut-être qu'elle n'avait rien d'autre à dire donc elle sortait ça comme ça ? Aucune idée. Puis elle ajouta que je l'épatais, à cette phrase, je me contentais d'hausser les épaules par la suite.

- Ne t'excuse pas alors que tu as rien à voir là dedans. Commençais-je par dire. Je me dis qu'il y a toujours pire comme mieux, ou du moins je pense rarement à cette aventure, ça m'indiffère en fait. Ce n'est que la réalité, il n'y a rien de fantastique là dedans. Ajoutais-je avec calme.

Cela pouvait paraître assez inhumain que je parle comme ça ou que je sois comme ça face à cette situation, mais c'était pourtant bien la réalité, il n'y avait en rien de surréaliste là dedans, ce n'est pas comme si j'étais tombée en face d'un extraterrestre ou d'un personnage mythique. On pouvait peut-être saluer ma bravoure et mon courage pour être partie en courant pour échapper au problème, quoi que quand on y pense, j'aurai pu l'affronter mais je savais d'avance que si je l'affrontais je serai déjà morte, j'avais sûrement moins de force que lui. Cette fuite avait été purement stratégique pour survivre et continuer mon jeu en déplaçant les bons pions pour gagner cette longue partie qu'était la vie. Elle me sortit une phrase avec un certain sarcasme, elle en vient même à me parler de son père et de son demi-frère, un demi-frère ? Je n'étais pas au courant que YunHua avait un demi-frère, elle me raconta une petite histoire à leur propos, des menaces, du chantage. C'était typiquement humain pour faire capituler quelqu'un lorsqu'on connaissait ses points faibles. Est-ce que ça me conforte ? Franchement j'avais pas besoin de réconfort, je m'en fichais comme avec beaucoup d'autres choses. Cette histoire d'assassinat montée par ma mère ne me faisait ni chaud ni froid.

- Demi-frère ? Et tu penses que tu serais capable de tenir une entreprise ? Je trouve ça quelque peu illogique de donner sa société pour faire chanter son propre fils, il perdrait beaucoup. Mais il voulait le menacer je suppose ? Rétorquais-je.

Elle m'avoue ensuite qu'après avoir vu cette scène, ça la confortait dans l'idée de faire adopter son enfant en me pointant son ventre du doigt. Je fis alors mine de réfléchir, l'idée d'adoption de YunHua était une bonne chose, espérons qu'elle ne le regrette pas par la suite, je ne serai pas une personne adéquate avec qui elle viendrait pleurer et je ne serai d'aucune aide pour elle, je ne sais pas réconforter les gens et être "humaine", disons le nous bien.

- L'adoption est meilleure pour toi dans ta situation, mais même si tu n'avais pas voulu adopter, je ne pense pas que tu aurais été pareille avec ton enfant, et le père non plus. Je ne te vois pas du tout tyrannique ou centrée sur le business. Lançais-je avec sincérité et analyse.

Honnêtement, je voyais vraiment mal YunHua à la tête de plusieurs personnes et qui contrôle tout comme un tyran, c'était pas dans son caractère, elle était un peu trop naïve et gentille pour devenir froide et rigide à l'image d'un directeur d'entreprise qui contrôle tout avec froideur et logique sans émettre de sentiments la plupart du temps.




(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Dim 6 Sep - 16:55

   
Anastasia & Yun Hua
   
   
Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas.
   
C’est assez incroyable en y repensant qu’Anastasia et moi soyons capables d’entretenir une telle conversation. Il faut déjà dire que je ne l’imaginais pas tellement en mesure de se confier à quelqu’un – ce n’est pas pour rien qu’elle invite souvent les gens au Ice Bar -, mais peut-être ne voit-elle pas les choses de cette façon et que ce qui lui est arrivé à Seattle ne représente qu’une petite anecdote à ses yeux. Enfin j’ose espérer qu’elle ne pense pas qu’il est normal de raconter cela à quiconque lui poserait des questions sur le sujet, cela ne les regarde pas au fond, et d’un point de vue extérieur, on peut également juger que ce ne sont pas mes affaires. Mais puisque nous avons déjà passé pas mal de temps ensemble, je pense que cela explique pourquoi je ne suis pas étonnée que nous nous en soyons venues à nous confier nos récentes épreuves respectives. A vrai dire, j’ai le sentiment qu’avec elle, il n’y a jamais rien de grave et qu’on peut toujours montrer beaucoup de recul par rapport à un évènement en se disant qu’au fond, ce n’est pas si tragique et qu’on peut aisément passer au-dessus. Nul doute qu’elle n’aurait pas compris si je m’étais effondrée devant elle en lui apprenant la nouvelle, c’est vrai, ce n’est pas parce que je suis tombée enceinte d’un professeur que ma vie va s’arrêter. Vu comme ça, tout paraît vite dérisoire. Disons que sans ce mentor de rêve, je serais certainement toujours perdue et occupée de me lamenter sur mon existence.

Cela dit, je suis encore loin d’être à son niveau – même si j’ignore si on peut vraiment dire que je puisse devenir comme elle un jour, c’est quand même inédit – puisqu’elle hausse un sourcil en entendant mes excuses. Certes, ce n’est pas à moi de m’excuser, je n’y peux pas grand-chose si elle a manqué de mourir d’une balle, mais je ne sais pas, je ne peux pas réprimer ce sentiment de compassion à son égard. Anastasia a beau être froide au premier abord et beaucoup diraient que ça lui ferait du bien d’avoir un bon choc tel que celui-ci, elle ne mérite tout de même pas cela, si on peut juger qu’un être humain mérite de vivre ça un jour bien sûr. En tout cas, je ne cesse d’être surprise par l’incroyable sang-froid dont elle fait preuve en évoquant cet épisode. J’en viens à me demander sérieusement si elle se rend vraiment compte que sa vie s’est jouée à un fil à cet instant, pourtant, ça ne lui fait ni chaud ni froid. Elle a beau dire que c’est la réalité et non pas de la fantaisie, je n’arrive à pas concevoir que ça l’indiffère. Tant mieux pour elle dans un sens, j’espère simplement qu’elle n’essaie pas de prendre sur elle pour me convaincre à tout prix, c’est tout.

Ce qui ne m’empêche pas de parler de mes propres malheurs – encore – pour essayer de la rassurer, en lui montrant qu’il n’est peut-être pas rare qu’un parent puisse nous haïr et nous mépriser. Sauf que mon père a bien toute sa tête quand il agit et qu’il parle, ce qui est peut-être pire encore que de voir sa mère nous détester parce qu’elle a perdu la raison. Enfin, je suppose que ce sont deux cas bien distincts et que le pire ou le mieux ne se juge que selon la personnalité même de l’enfant. C’est sans doute plus facile pour Anastasia parce qu’elle sait faire avec et passer à autre chose sans problème.

« Oui c’est une nouveauté que j’ai apprise aussi, je lance avec sarcasme, je sais plus si je t’ai dit mais mon père est un homme marié et donc il a jugé pertinent de nous présenter moi et son fils légitime à cette occasion. C’était charmant, j’explique avec ironie en levant les yeux au ciel, et je ne pense pas un instant convenir au rôle de PDG modèle, je n’y connais absolument rien et je n’ai pas envie de faire partie de ce milieu. Mais oui, il voulait utiliser ça comme menace parce qu’il sait que mon demi-frère tient énormément à ce poste. Il espérait le tenir en laisse de cette façon sauf que j’ai immédiatement décliné l’offre. »

Et pas de la manière la plus polie qui soit. On ne peut pas vraiment dire que la visite de mon géniteur et de Jun Min se soit passée dans les meilleures conditions et ce que j’ai appris ce jour-là me reste toujours en mémoire. Mais il ne me paraît pas adéquat d’ajouter que le meilleur ami de mon demi-frère est mort à cause de notre paternel et qu’en fait il n’est pas vraiment mon demi-frère puisqu’il a été adopté. Elle finirait par croire que je vis dans une série télévisée. Je me contente de hausser les épaules suite à son intervention, pas vraiment fixée sur la question.

« Qui sait ? On est souvent surpris par la façon dont les gens peuvent changer. Et puis je n’ai vraiment pas envie qu’il soit mêlé à toutes ces histoires. Au moins, je pense que dans la famille où il ira, sa vie sera sûrement plus tranquille. »

Parce que niveau drames familiaux, je pense qu’on atteint tout de même des sommets, il me semble qu’il y a peu de chances qu’il tombe, comme par hasard, sur des parents avec un vécu aussi chargé. Mais la réflexion d’Anastasia m’a tout de même fait tiquer, au point que je suis curieuse de son opinion sur un point.

« Mais… Imaginons que je décide de le garder, ce qui n’arrivera pas. Est-ce que tu penses que je serais capable de m’en occuper convenablement ? »

Si je veux un avis objectif et réaliste, c’est l’occasion idéale. C’est juste par curiosité, puisque je ne me vois pas endosser une telle responsabilité, disons que son opinion peut toujours m’être utile, plus tard, dans quelques années, sait-on jamais.


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah


   

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 22:50
 

Retrouvailles en bonnes et dues formes. Ou pas. | Anastasia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonnes ou mauvaises retrouvailles ? [Kate]
» À quoi ont servi les réformes économiques en Haïti ?
» Des retrouvailles tragiques...
» Ratification de la Convention sur les pires formes de travai
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-