AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Make me be an human

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 26 Juil - 5:57


Make me be an human
FT. HASE ORI

Tenue - L'été avait fini par bien s'intégrer dans notre vie tous les jours sans réellement nous demander notre avis. Le temps était l'une de ses choses que l'on ne pouvait pas contrôler, c'était hors de notre portée ; et tant mieux dans un sens, il y aurait pu avoir des mauvaises utilisations pour le temps. Mais là n'était pas le sujet, bien qu'il fasse chaud, c'était encore vivable à Tokyo par rapport aux autres pays ; du moins de mon point de vue. Je ne savais pas comment les autres réagissaient face à cette chaleur, mais pour moi c'était vivable pas besoin d'en faire tout un cirque. En ce moment, il y avait une ambiance étrange qui était autour de moi, constamment. Je n'étais pas de nature méfiante ou à avoir peur pour un rien, c'était même tout le contraire. Je ne me préoccupais de rien, mais je me faisais peut-être légèrement paranoïaque suite aux événements que j'ai vécu avant mon retour à Tokyo. Je n'étais peut-être plus en sécurité, ou peut-être que si. Seul le temps me le dirait. Mais je n'étais pas réellement inquiète, je sentais juste une ambiance différente autour de moi, et je me faisais un peu méfiante. Je gardais tout de même mon calme légendaire ; cela en rendait fou plus d'un. Mais bon, en faire trop, c'était trop pour moi.


Aujourd'hui, j'avais eu pour projet de sortir, je n'allais sûrement pas rester enfermée chez moi toute la journée. Et j'avais quelques affaires à régler dehors, alors autant sortir. Je devais me rendre à l'université. Je prenais ainsi la direction de l'université en sortant de chez moi, il n'était pas très tard, on devait être en début d'après midi me semble-t-il. J'avais pris le chemin le plus court pour m'y rendre, même si l'université n'était pas bien loin de mon quartier. Je marchais ainsi pendant quelques minutes jusqu'à arriver devant l'université. J'y entrais sans grande difficulté par le petit portail qui était toujours ouvert même pendant les vacances. J'entrais ainsi dans l'antre qui allait me servir d'école pour une nouvelle fois, je me rendais à mon casier pour récupérer quelques affaires que j'avais oublié. J'avais l'impression de ne pas être seule ou qu'on me suivait mais je devais avoir des hallucinations. Je laissais un léger soupir s'échapper d'entre mes lèvres tandis que je regardais calmement autour de moi dans réellement faire attention. Je refermais mon casier après avoir repris les affaires qui étaient encore dedans, qui dataient quand même d'avant mon départ précipité, qui avait déclenché ensuite mon absence. Alors que je marchais avec mes affaires dans un sac que j'avais pris exprès pour ces dernières, et je me souvenais que j'avais aussi un rendez vous avec le directeur et mes parents adoptifs à cause de mon absence pas réellement justifié, ça allait encore faire des discussions pour rien et j'aurai bien voulu éviter cela. Je gardais un regard inexpressif tout en marchant dans la cours de l'université, j'allais m'asseoir sur un banc quand une jeune fille que je ne reconnaissais pas tout de suite entra dans l'enceinte de l'université. Sans comprendre pourquoi je me mettais sur mes gardes en pensant que ce n'était pas une fille de l'université, je continuais de marcher tranquillement en direction d'un banc avant de m'y asseoir, faisant mine que je n'étais pas là et qu'on ne me voit pas. Je me sentais légèrement bête, je me cachais peut-être de quelqu'un que je connaissais, mais bon mieux valait être sûre maintenant. Pas que j'avais peur,  j'aurai pu m'en sortir aisément, mais il fallait mieux être prudente. Je plissais mes yeux à cause du soleil qui était en face de moi, je n'arrivais pas bien à distinguer la silhouette de la personne qui était entrée dans l'université maintenant, c'était très malin de ma part, j'aurai pu choisir un autre endroit.
Code by Joy

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 3 Aoû - 2:20


Make me be an human
Anastasia & Ori

☼ Tenue ☼ -  Les vacances scolaires battaient leurs pleins et pourtant, malgré le beau soleil, l’université me manquait déjà. Seule chez moi je m’ennuyais et bien que mon travail de technicienne me prenait du temps, cela n’était pas suffisant pour combler mon ennuie. Je voulais bouger, voir du monde, rire…  Alors, nous nous étions mis d’accord avec quelques amis pour se voir au campus. Drôle d’endroit pour passer une bon après-midi entre potes, mais la Royal est un si grand et bel endroit que l’on peut voir cela comme un parc. Je me préparais donc pour cette journée qui s’annonçait banal mais bien sympathique. J’avais mangé quelque chose de bon le midi et il été grand temps de se laver parce que oui, j’étais encore en pyjama. C’est ainsi que je partis sous la douche me rafraîchir, avec cette chaleur j’en avais vraiment besoin, c’était un été chaud. Serviette propre autour du corps, je sélectionnais les vêtements que j’allais porter en cette journée. Je n’étais pas vraiment compliqué ni une fashion victime même si j’aime me démarquer des autres. T-shirt, short, je prenais ce qui me venait sous la main. Du genre simple, à ne pas se prendre la tête, c’est moi, Hase Ori. J’enfilais quelques bagues pour accessoiriser et voilà qu’en dix minutes j’en avais déjà fini. Je n’ai jamais été du genre à prendre du temps pour me préparer parce que pour moi, la vie n’est qu’un compteur à rebours. Mon sac en main, je partais à pas franc à la Royal pour passer une bonne après-midi. Une fois de plus, je choisissais les transports en commun parce que de 1) j’adorais le monde, dire bonjour, et de 2) je n’avais –comme très souvent- aucune envie de prendre ma voiture. Voiture qui prenait la poussière petit à petit tant je ne la prenais jamais. Elle ne me servait que pour le long trajet, le reste du temps, je le faisais en bus, métro ou même train. Marcher me faisais du bien et le doux vent venant à moi était agréable.

J’arrivai donc devant les portes de l’université où j’entrai d’un pas déterminé. J’étais heureuse, le sourire bloquée aux lèvres. De la tête, je cherchais ma bande d’amis mais c’est alors qu’un joli visage attira mon attention. Hwang Anastasia, assise tranquillement sur un banc. Je pouvais reconnaître au loin son joli minois. Elle avait de beaux traits, différents de ceux des autres filles qui se ressemblent toutes. Je l’aimais bien, pour une raison inconnue mais je l’appréciais. Elle était une de mes camarades de classes, en éco et gestion. Seulement, elle ne m’avait pas l’air d’avoir la joie de vivre. C’est ainsi qu’elle m’a intriguée. Bizarrement, je me suis surprise à (un peu) l’observer, l’inspecter. J’avais fait une ou deux approches, c’était froid, mais je ne comptais pas en arrêter là. Je voulais lui décrocher un sourire, ou voir même une amitié. Je voulais qu’elle s’ouvre à moi. C’était des vœux étranges, et je ne suis pas la première à aller vers les timides, mais cette fille m’intriguait étrangement. Elle m’inspirait quelque chose de bien, quelque chose d’inexplicable. Alors, dès que je la vit sur ce banc, je ne pouvais pas m’empêcher de décrocher un sourire. Cela faisait un moment que je ne l’avais plus vu dans les parages et même si j’avoue l’avoir un peu oublié pour la peine, la revoir là, j’en étais heureuse. Je m’avançais donc vers elle, tout gaiement, puis je la saluais joyeusement en m’avançant vers elle. « Tu vas bien Anastasia ? » Dis-je d’un grand naturel. « Ça fait un moment qu’on ne s’est pas vu ! Je suis contente de te voir là». Je disais à haute voix ce que je pensais au fond de moi. Sans demander, sans même attendre de réponse de sa part, je m’installais sur le banc, côte à côte avec Anastasia.  Mes amis attendraient, pour l’instant, je voulais me concentrer sur la jolie étudiante. Je voulais continuer à lui montrer ce qu’est le contact humain.
Code by Joy

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 8 Aoû - 2:00


Make me be an human
FT. HASE ORI

Tenue - La silhouette se rapprochait, c'était une silhouette féminine, merci au soleil de me laisser distinguer cela c'était très aimable de sa part. Elle semblait me connaître étant donner la confiance et la conviction qui se lisait à travers ses pas, et c'est quand elle fut à une distance suffisante que je reconnus le visage de la fille. C'était Ori, une fille qui était dans ma classe et qui semblait intriguée par moi, ce que je dégageais. Je ne comprenais pas réellement ce pourquoi elle voulait creuser avec moi, mais bon, elle devait avoir ses raisons. Mais elle a l'air de vouloir m'humaniser, même si je ne comprends vraiment pas pourquoi elle cherche à vouloir me rendre plus humaine que je ne le suis déjà. Je n'y arrive pas, c'est pas naturel chez moi, mais elle insiste, je crois que c'est la troisième fois que je la vois et qu'elle cherche à me parler. Elle me trouvait peut-être froide ou distante, mais c'était juste que je n'aimais pas réellement parler, je ne trouvais pas cela essentiel, c'était plutôt superficiel, on le faisait parce qu'il n'y avait que cette manière de communiquer ; avec le langage. Mais il ne fallait pas juste faire de la communication lorsqu'on parlait, sinon nos paroles finiraient juste par être robotisées, et ce serait vite lassant. Avec le langage, on peut mentir, penser, manipuler, mettre des mots sur des choses qui nous échappent. Peut-être qu'elle me croyait timide, mais non je ne l'étais pas, je répondais et intervenait quand je pensais que c'était nécessaire, sinon je m'en fichais et ne m'en préoccupais pas. Ca n'allait pas m'empêcher d'en dormir la nuit, je m'en portais très bien de mener une vie comme cela. Ori était une personne très enthousiaste et mignonne, c'était une personne réellement humaine qui savait être attentive aux autres.

Je ne savais pas ce qu'elle avait à gagner en parlant avec moi ou en voulant me montrer les bons cotés de l'humain, mais je trouvais ça amusant. On aurait dit du bénévolat, est-ce qu'elle voulait me venir en aide ? Aucune idée. Et même, en quoi pourrait-elle m'aider en fait ? Je n'en sais rien, j'arrive pas à comprendre ce qu'elle veut, je devais vraiment l'intriguer. Elle se rapproche, et là elle me salue plutôt joyeusement avant de me poser la question la plus banale du monde. "Tu vas bien ?" J'étais toujours bien, du moins, bien à ma manière, je n'étais pas une personne extravaguante, mais j'étais très bien comme j'étais et je le savais je n'avais pas besoin d'en faire plus alors, pourquoi le ferai-je ? A sa question, j'hoche tout d'abord ma tête d'un air neutre et calme.

- Oui, je vais bien, Ori. Et toi ? Rétorquais-je avec un ton calme et posé en la regardant du coin de l'oeil.

Contente de me voir ? Pourquoi pas après tout, elle pourrait être une carte intéressante dans mon jeu, mais vouloir changer le jeu, c'est assez compliqué lorsqu'on est qu'une pièce du jeu. Mais pourquoi pas, j'aime cette audace qu'elle a. Je n'avais pas réellement cherché à l'ignorer ou à la recontacter, j'en ressentais pas le besoin, je n'étais pas attachée à elle d'ailleurs, mais elle n'était pas désagréable alors cela ne me dérangeait pas de l'avoir avec moi. Elle avait aussi un certain courage à vouloir m'humaniser, c'était pas quelque chose de simple, j'aimais plutôt observer les humains plutôt qu'être "humaine", bien que je l'étais, je n'avais pas réellement les caractères d'une humaine normale. Je ne me prenais pas la tête, et je ressentais pas le besoin d'être gentille avec les gens, je préférais leur dire la vérité ; je ne sais pas m'attacher aux gens, du moins j'y arrive pas c'est plutôt ça. J'aime les humains, mais cela ne veut pas dire que j'en aime un en particulier, tout être humain est intéressant à analyser dans ce qu'il fait ou dit. Ori devait être utopiste, mais je prenais la chose, cela pourrait m'être favorable et bien m'aider.

- C'est vrai. Que fais-tu ici ? Je pense pas que tu étais entrain de me suivre, donc j'en viens à la conclusion que tu avais un autre projet. Disais-je à son attention en tournant mon visage complètement vers elle.
Code by Joy

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 19 Aoû - 11:36


Make me be an human
Anastasia & Ori

☼ Tenue ☼ J’adore passer du temps avec des personnes que je ne peux voir que rarement ou que je n’ai pas tellement l’occasion d’approcher. Si je ne suis pas tellement proche d’Anastasia, j’aime beaucoup –pour une raison inconnue- sa compagnie. Elle semble inaccessible, imprenable, comme s’il fallait trouver une clé secrète pour ouvrir son cœur et ses pensées. Je m’étais mis au défi de trouver cette clé, juste comme ça, peut-être parce que j’aime l’aventure, peut-être parce que j’apprécie beaucoup cette camarade. Peut importe, je voulais juste que l’on finisse par devenir de bonnes amies. Alors je m’étais installé près d’elle, à mon aise. Pourrait-il que cela ne lui plaisais pas ? Je ne lui avais pas vraiment posé de questions, et elle ne me rejetait pas non plus, me demandant même si j’allais bien également. Un bon début, n’est-ce pas ? J’en étais heureuse qu’elle me retourne ma précédente question ! Tout sourire, je lui répondais affirmativement que oui, j’allais super bien. « Il fait beau aujourd’hui, c’est agréable ! » lançais-je en m'étirant le dos, les bras pliés.

Elle s’intéressait alors à ma venue, ici, à l’école. Oui, Anastasia venait bien de me poser une question. C’était un avancement, un bon avancement pour notre apprentissage d’humanisation. Parce que oui, en effet, j’avais pour projet d’humaniser la jeune femme, lui montrer ce qu’il y a de bien à s’ouvrir aux gens, lui faire part des bons côtés mais aussi des mauvais, -parce qu’il y en a un bons nombre. Du genre, on ne sait jamais de qui on s’entoure et s’ouvrir trop aux humains peut également s’avérer dangereux- . Mais j’avais l’intention d’en faire ma dernière leçon, pour ne pas trop l’effrayé.  C’était marrant comme " mission " d’aider la brunette à trouver le goût de parler aux gens, de converser. Alors j’étais partie pour faire cela.
« Boh, rien de spécial, je devais peut-être rejoindre des amis, m’enfin, ils se passeront bien de moi ! » lui répondis-je toujours en souriant à pleines dents. « Et toi alors ? Quelles bonnes chose tu as prévu pour cet après-midi avec ce soleil ? » Il fallait commencer en douceur, parler de la pluie et du beau temps était un bon début, oui !

Code by Joy

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 28 Aoû - 4:52


Make me be an human
FT. HASE ORI

Tenue - J'avais cette impression que Ori était du genre à être une sorte de bénévole dans l'âme, ou qu'elle souhaite réussir une mission, mais laquelle ? Peut-être me rendre plus humaine, trouver des blocages en moi, mais elle allait sûrement tomber sur pas grand chose à vrai dire. Je savais d'avance que l'humanité n'était pas quelque chose de compatible avec ma personne, je n'étais pas du genre à être extravagante ou à vouloir à tout prix l'attention sur moi, j'étais plutôt du genre à observer, prendre en note et analyser. Toujours je faisais ça, mais je n'exprimais pas souvent les choses avec une quelconque émotion, voire jamais. J'étais comme ça, les émotions étaient quelque chose qui fascinaient, comme les humains en général. Mais j'en étais fortement dépourvu, c'était mieux sur les autres que sur moi. C'était comme certains vêtements qui vont mieux à certains que d'autres. Pour moi, c'était les sentiments qui ne m'allaient pas. J'étais handicapée en quelque sorte, mais je m'en portais très bien, je m'en fichais. On aurait pu presque croire que j'avais une maladie qui m'empêchait de ressentir quoi que ce soit, mais c'était normal pour moi, j'avais toujours été comme ça, et j'avais jamais cherché à changer pour le plaisir des autres. Elle me répondait qu'elle allait également bien, je lui avais retourné la question par naturel,  bien que j'aurai très bien pu ne rien lui demander. Je plissais légèrement les yeux avec le soleil, et à son affirmation. Oui, il faisait beau, c'était asse clair et voyant. Il y avait sûrement en ça quelque chose de plaisant, oui probablement.

- C'est quelque chose d'assez banal en été qu'il fasse beau. Mais c'est sûrement bien quand même lorsque ça arrive. Rétorquais-je avec neutralité et logique, je croisais ainsi ensuite mes jambes tandis que j'étais toujours assise sur le banc.

La curiosité devait bien être la seule chose qui me rendait un temps soit peu humaine, mais cette curiosité était destinée à mieux comprendre les humains en général et pour améliorer ma vision d'analyse. C'était peut-être un avancement pour Ori, vu que je la voyais sourire. Mais elle était assez souvent joyeuse et pleine de vie, alors il lui fallait peu pour qu'elle soit quand même souriante. Elle avait décidé de me guider dans la chose qu'est de me confier un peu plus aux gens, je ne voyais pas vraiment l'intérêt à vrai dire, ma logique était peut-être trop rigide, elle voulait me montrer des bons côtés, je les prenais en compte des fois sans comprendre l'intérêt ou la logique ; mais c'était purement humain de raisonner de façon illogique et irraisonnée quand ils sont motivés par des sentiments. Je l'écoutais me dire ce qu'elle faisait dans le coin, elle devait rejoindre ses amis. Je ne savais pas si c'était triste ou non, mais le mot ami était assez étrange pour moi, je ne comprenais pas la définition de ce mot en fait je crois. Je n'arrivais pas à qualifier quelqu'un comme étant mon ami ou non, je sais quand j'ai besoin d'une personne sur le moment, mais après garder un lien sur le long terme tous les jours, c'était tout bonnement surréaliste pour moi. Même mon "frère" Raylai et moi ne sommes pas collés h24 ensemble, il sait que j'aime la solitude assez souvent. Elle me retourna alors la question, me demandant ce que j'allais faire cette après midi.

- Pour le moment je n'ai encore rien à faire, mais j'ai un rendez vous avec le directeur et mes parents adoptifs, pour justifier ma longue absence. Répondais-je simplement, elle voulait qu'on parle de banalité, pourquoi pas même si je n'en voyais pas vraiment l'intérêt.
Code by Joy

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 4 Sep - 15:10


Make me be an human
Anastasia & Ori

☼ Tenue ☼ « C'est quelque chose d'assez banal en été qu'il fasse beau. » Sa phrase me glaçait. J’en perdis tous mots. Je m’étais pris comme un vent. Tout semblait vide et calme, autour de nous, autour de ce banc, dans le campus de la Royal. Je la regardais, les yeux écarquillés, puis je regardai les environs, fixant mes yeux sur un arbre, la bouche en O. Que pouvais répondre à cela ? Elle m’avait bien eu. Et malgré tout, ces propos n’étaient que plus juste, de plus logique. Seulement, cela m’avait fait perdre le fil et il me fallu bien cinq/six secondes avant de me reprendre. Je me tournais de nouveau vers mon interlocutrice, commençant à ouvrir la bouche, mais j’abandonnai alors même que le son de mon premier mot ne se fit entendre. Un rire, voilà ce qui me sortait. Je riais, parce que ce qu’elle venait de lancer était comique, et que ma situation l’étais également même si je paraissais piteuse. Peut-être est-ce la raison pour laquelle j’apprécie tant Anastasia. Parce qu’elle n’est pas comme tout le monde et même si elle ne semble pas humaine par moment, ce détail la rend aussi attractive que fascinante.
Mine de rien, contre toute attente, nous avions fini par avoir discussion, comme deux personnes normales, entre être humain. J’en étais sincèrement heureuse et je me sentais presque honoré que l’étudiante met accordée sa parole même s’il ne s’agissait que de banalités. Elle commençait même à s’ouvrir à moi en confiant qu’elle avait un rendez-vous. Je voulais en savoir plus, j’étais curieuse, de nature, et ce qui peut-être comme un défaut qu’une qualité me guidé à lui demander plus d’information.
« Un rendez-vous ? C’est vrai que ça faisait un moment qu’on ne te voyait plus en cour… il s’est passé quelque chose ? » Leçon n°1 : s’ouvrir aux autres en parlant de soi ! C’est ce que j’avais décidé de lui apprendre indirectement, en lui demandant plus sur cette mystérieuse absence. Après tout… elle m’avait lancé la perche, et c’était un très bon avancement que de dévoilé une telle chose, j’étais très fière d’elle ! Je voulais y aller doucement, ne pas la brusquer, mais je voulais tout savoir et j’étais également très impatiente de voir si elle allait bien réagir à mon premiers cour !

Code by Joy


Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 7 Sep - 23:17


Make me be an human
FT. HASE ORI

Tenue -Je l'admettais, je n'étais pas du tout la délicatesse en personne quand il s'agissait de parler aux gens, qu'ils me disent des banalités je voulais bien, mais je n'allais pas leur dire des banalités en retour, ou j'allais pas faire semblant que ça m'intéressait ou que c'était extraordinaire, quelque chose de banal le reste, point. C'était de la logique pure et dure, je préférais vivre dans la logique, c'est peut-être vivre sans fantaisie diront certains ? Aucune idée, mais ma vie est très bien comme elle est, je n'ai pas à me plaindre à ce sujet en tout cas. Je ne savais pas si j'avais cassé son truc de conversation ni si je l'avais fait beugé, je la regardais donc d'un air toujours aussi neutre en me demandant si elle a oublié la parole maintenant que je lui ai après que c'était banal qu'il fasse beau. Surtout en été. Finalement elle se mit à rire, c'est un rire nerveux ou un rire pour la situation ? Aucune idée, j'analyse encore et toujours, c'est pas toujours simple pour moi de comprendre toutes les réactions des gens, des fois j'ai l'impression d'être étrangère à ce milieu, des fois je comprends vraiment pas ce qu'il se passe dans leurs têtes ou dans leurs humanités, mais ça me laisse souvent dans l'incompréhension. Mais enfin, il semble que je l'intéresse assez pour qu'elle continue de vouloir me parler et essayer de me rendre un peu plus humaine j'imagine. Bon je l'avoue, c'est pas encore gagné mais peut-être qu'un jour elle arrivera à me rendre un peu plus humaine ou me faire mieux comprendre les humains. Bon courage Ori, tu t'es lancé dans un chemin compliqué pour me faire comprendre l'humanité.

On échangeait quelques mots afin de faire durer la conversation, et j'avais avoué que j'avais un rendez vous avec le directeur et mes parents. J'allais pas non plus lui dire que j'allais bronzer toute l'après midi ou je ne sais quoi si ce n'était pas le cas. La vérité était toujours la meilleure option avec moi, quoi qu'il arrive. Même si ça pouvait blesser, je suppose, la personne en face, je m'en fichais un peu, la meilleure chose était la vérité. Le mensonge n'avait rien de bon, c'était souvent les personnes qui mentaient le plus qui étaient appréciés, car je ne sais pas quoi, ils savaient jouer de leur image, ils savaient jouer avec les mots. C'était tout un système pour rendre l'autre complètement dépendant. Mais là n'était pas le sujet, Ori me demande alors ce qu'il s'est passé, pourquoi avais-je été absente pendant si longtemps ? Je lui en veux pas vraiment de me demander ça, je peux pas lui reprocher le fait d'être curieuse, puisque moi-même je le suis. Du moins, avec les sujets qui m'intéressent. Je crois que c'est bien ça mon défaut, la curiosité. Ca me perdra peut-être un jour. Je ne sais pas ce qu'elle voulait que je fasse, mais bon, j'allais lui répondre.

- J'ai été rendre visite à ma mère à Seattle, je ne l'avais pas vu depuis 5 ans. Rétorquais-je calmement et de manière neutre, sans trop en dire, c'était déjà bien. De toute manière elle a pas besoin de savoir les autres choses qui se sont passés là-bas, ça ne le concerne pas. Moins elle en sait à ce sujet, mieux c'est.

Code by Joy

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 19 Sep - 13:42


Make me be an human
Anastasia & Ori

☼ Tenue ☼ Je rentrais peut-être un peu trop dans l’intimité d’Anastasia et cela fait partis de mes quelques défauts incorrigibles. Si la curiosité peut m’être parfois utile, elle est vraiment dérangeante pour certaines personnes et j’espérais que la jeune femme à mes côtés sur ce banc n’en soit pas du même avis. Je n’allais pas dire : « ne te sens pas obligé de répondre », parce que je voulais vraiment savoir, mais, du mieux que je le pouvais, je pris le sujet avec des pincettes. C’est d’un des plus grand naturel que la brunette me répondait, affirmant qu’elle allait revoir sa maman, non vu depuis cinq ans d’après ses propos. J’appris de plus que cette dernière ce trouvait à Seattle. Voilà qui m’intriguait encore plus, je ne pouvais pas m’en empêcher. « Seattle ? Les Etats-Unis ? Woaaaaa, alors tu viens de ce graand pays ! » Il est vrai qu’avec le prénom « d’Anastasia », il était difficile de l’imaginer purement Japonaise ou même Chinoise. Tout de même, je ne m’étais réellement jamais posé de questions à ce propos et il était grand temps d’y remédié, cela montrerait de plus à ma camarade ce qu’est d’échanger naturellement, sans que le sujet soit forcement inintéressant ou intrigant. Parce que c’est ça, l’humanisme, c’est ça être un humain à peut près comme les autres. Parler de choses dans tout genre, parler en juste milieu. « Tu as déjà vécu là-bas donc ? » Sans évoquer forcement la question de la mère non vu depuis un bon bout de temps, je voulais que la jeune femme s’ouvre d’avantage à moi, en détail. J’approchai de plus en plus du but de cette première leçon. « S’ouvrir aux autres en parlant de soi », j’avais hâte de voir si Anastasia allait bien remplir son devoir, ou si elle enverrait balader le professeur que je suis, l’instant d’une après-midi au soleil.

hj - je suis désolée pour le temps que j'ai mis, j'avais oublié :/ :-0141-:
Code by Joy


Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 12:52
 

Make me be an human

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» Well behaved women rarely make history ~ Jo Free (uc)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-