AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Don't come please [ft. Shôta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 27 Aoû - 17:02
SMS + Tenue

Relisant une énième fois ce message, je soupirais longuement. Heureusement que j'avais réussi à faire en sorte qu'il ne débarque pas alors que j'étais dans cet état. Ce n'était pas que je n'avais pas envie de le voir bien au contraire. Ce serait mentir que de dire que je n'avais pas envie qu'il vienne me faire l'amour toute la nuit. Non, il y avait une toute autre raison derrière ça. Je n'étais absolument pas présentable. Après cette petite soirée bien arrosée avec mon Hyung je gardais quelques séquelles plutôt voyant. Un bel œil au beurre noir et un bleu au coin des lèvres. Autant dire que j'étais affreux. Je me cachais depuis deux longs jours aux yeux de mon agence et de la fac. Je n'avais envie de voir personne. Prétextant être malade, je n'étais pas sorti de mon appartement depuis . Affalé dans mon fauteuil toute la journée à mater la télé ou plutôt à m'abrutir devant, je subissais là le châtiment ultime pour avoir provoqué une bagarre. Heureusement qu'on avait gagné ce ridicule petit duel de coq mais c'était beaucoup de peine pour peu de plaisir. Jouissif sur le moment mais tellement ennuyant sur le long terme. J'avais quand même une réputation de beau gosse à entretenir. Et avec la tête que je me payais, il n'y avait pas trente six solutions. Un replis stratégique s'imposait. Zappant furieusement comme pour chercher à me vider la tête, je finissais par jeter la télécommande sur la table basse rageusement. Cet idiot m'avait donné envie de le voir. Frappant alors plusieurs fois ma tête contre le dossier du fauteuil, je soupirais encore et encore avant de finalement relire à nouveau son message. J'avais envie de me baffer.

Shôta semblait s'inquiéter pour moi. Ça ne m'étonnait qu'à moitié. Est-ce qu'il était à ce point amoureux de moi ? Je pouffais de rire à cette pensée là. Quel idiot. Mauvais choix. Si j'avais un conseil à lui donner c'était justement de ne pas tomber amoureux. Collant alors mon portable contre mon torse en aspirant ma lèvre pour jouer avec, je me levais pour aller m'allonger comme un sac à patate sur le canapé, me moquant bien de ruiner l'arrangement des coussins. A vivre comme un reclus, je me sentais bien seul. J'avais envie d'appeler mon bestouille mais je savais que j'allais avoir droit à une leçon de morale et je n'avais pas envie de ça. D'ailleurs ça faisait un bail que je n'avais pas entendu parler de lui. Il était occupé avec son nouvel amoureux, son coup de cœur. Mode licorne et papillons activé. C'était parfois insupportable même si je l'aimais profondément cet idiot. J'étais content pour lui mais c'était quand même une situation assez compliquée à gérer. J'étais perturbé. Shôta me prenait la tête et mon coloc' ne me voyait pas. L'amour à sens unique c'était franchement la galère. Le bras ballant, j'observais le plafond longuement en appelant le sommeil. Peut être qu'une petite sieste allait faire passer le temps plus rapidement. Ou alors peut être qu'une partie de playstation allait faire l'affaire ? J'avais la flemme de me déplacer pour aller mettre en route la console. VDM. Je n'étais qu'une loque qui cherchait de quoi faire passer le temps qui était incroyablement lent. La prochaine fois j'allais réfléchir à deux fois avant de foncer tête baissée dans une bagarre.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 29 Aoû - 20:02
tenue + C'était plus fort que moi. J'avais cette attraction irrépressible vers lui. Est-ce que j'étais amoureux de lui pour autant? Je ne sais pas, je ne sais plus quoi penser. Il m'excite plus que n'importe qui, il arrive en quelques secondes à me mettre dans tous mes états. Plus que n'importe quelle fille. Plus que n'importe qui en fait. Il avait cet effet sur moi. J'avais déjà embrassé des gars en soirée, et j'avais déjà couché avec un ou deux, pour essayer. Ça m'avait plu, mais avec le coréen, c'était différent. Tout était amplifié, fois dix, fois cent, fois mille. J'ai déjà été amoureux, et ce n'était pas ce sentiment là. Je n'ai jamais autant désiré quelqu'un. Je n'ai jamais autant été possessif avec une personne. Je voulais que personne ne le voit, être le seul à pouvoir le toucher comme je le faisais. Je ne voyais plus personne depuis que je le connaissais. Mais c'est plus parce que je n'ai pas de temps à consacrer à une relation. C'est ça, hein? Je n'ai pas le temps. Ce n'est pas parce que je ne veux que lui.

Ces derniers temps, j'étais plus qu'inquiet. Il ne voulait me voir, je ne le croisais plus dans les couloirs ou à la cafétéria. Séchait-il les cours? Regrettait-il de m'avoir donné une seconde chance, finalement? Il fallait que je le vois, que j'embrasse sa peau, que je m'emplisse de la délicieuse odeur de son cou. Que je m'assure qu'il va bien. Je n'avais pas vraiment réfléchi aux conséquences, à la tête qu'il tirerait en me voyant débarquer à l'improviste à nouveau. Serait-il fâché? C'était trop tard pour réfléchir, j'étais déjà devant sa porte. Je tapais trois coups, prenant une voix aiguë d'ado entrain de muer pour lancer : « Monsieur Baek, un colis pour vous ! ». Bon, c'était pas trop crédible. Mais si je l'avais interpellé, il ne serait pas venu, je le connais. Il aurait fait semblant de ne pas être là. Il me cachait quelque chose, et il fallait que je m'assure que tout allait bien. Dès que la porte s'ouvrit, j'entrais aussitôt sans lui laisser le choix. Oh. Mon. Dieu. « Putain, qui t'a fait ça? », m'écriais-je avec haine en voyant l'étendue des dégâts sur son visage. Un œil au beurre noir et une sorte de tâche bleue et rouge au coin des lèvres. Comment avait-il pu se faire ça? Qui en était l'auteur? Un règlement de compte ou une simple bagarre comme il m'arrivait d'en provoquer moi-même? « C'est pour ça que tu ne voulais pas que je vienne? », dis-je, plus doucement, en passant une main sur sa joue. Main qui dériva vers ses lèvres, les frôlant en un contact léger mais grisant.

J'attrapais doucement son menton et déposais mes lèvres sur les siennes. C'était un baiser doux, rassurant, juste pour ressentir le plaisir de sa bouche touchant la mienne. Un soupir de soulagement m'échappa avant que je ne l’approfondisse, laissant ma langue se mêler à la danse. Il devenait de plus en plus langoureux, mais je me reculais avant d'être dans l'obligation de le prendre contre la porte. « Parle-moi, la prochaine fois, je me suis fait un sang d'encre. ». Allait-il le faire pour autant? J'en doutais. Il avait un sale caractère, ce mec.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 7 Sep - 12:07
SMS + Tenue
A moitié happé par le sommeil, l'ennui et le silence ambiant j'étais parti pour enfin céder à l'appel d'une bonne petite sieste quand un bruit sourd résonna. Trois fois. C'était comme si quelqu'un frappait à ma porte. Me redressant alors en sursaut, un soupire rauque me quitta. M'étirant comme un félin, je baillais à m'en décrocher la mâchoire. « Putain.. » Me frottant alors les yeux, je grognais alors que j'avais oublié mon œil au beurre noir. Fuck. Me dressant alors sur mes pieds, je tendais l'oreille. Peut être avais-je rêvé ? « Monsieur Baek, un colis pour vous ! ». Ou peut-être pas. Traînant des pieds comme un petit vieux, une question me trotta dans la tête. Avais-je seulement commandé quelque chose ? Un colis ? Peut être que mon coloc' avait encore trainé sur amazone. « Il aurait quand même pu me dire.. » Une moue agacée sur le visage je continuais d'avancer en direction de la porte jusqu'à finalement poser ma main sur le poignée. Sans même vérifier par le judas, j'ouvrais finalement la porte pour tomber nez à nez sur un visage ô combien familier. Ce n'était pas un livreur. Ce n'était pas un étranger. Mes yeux ronds comme des billes scrutaient l'individu. Mon sang se figea dans mes veines et ma bouche n'arrivait pas à articuler ne serais-ce que le début d'un mot. La surprise m'avait rendu muet. Déboulant dans l’appartement comme une tornade, je refermais la porte derrière lui encore abasourdi par sa visite impromptu. « Putain, qui t'a fait ça? » Clignant plusieurs fois des yeux, je l'écoutais d'une oreille plus ou moins attentive. Il fallait dire que j'étais à moitié dans le coaltar. Il semblait si énergique. Il me cassait les oreilles.« C'est pour ça que tu ne voulais pas que je vienne?» Sa main était froide lorsqu'elle frôla ma joue. Un frisson me fit légèrement reculer. Il s'y prenait avait douceur et retenu. Il avait sans doute peur de me faire mal. Hochant machinalement la tête, je n'avais pas le temps d'en placer une car déjà ses lèvres étaient sur les miennes. Les bras ballants, je me laissais faire comme à mon habitude jusqu'à ce que mon dos heurte la porte et que la pression de ses lèvres ne soit douloureuse. Couinant de douleur, je posais une main sur son torse pour le repousser légèrement en passant ma langue sur mes lèvres. La sensation n'était pas insupportable juste surprenante. « Parle-moi, la prochaine fois, je me suis fait un sang d'encre. »


Baissant les yeux un moment, je cherchais mes mots. Il n'écoutait rien, n'en faisait qu'à sa tête. « Shôta.. pourquoi tu n'écoutes jamais ce que je te dis. » Levant les yeux vers lui, je ne savais pas vraiment comment réagir. Plus on abordait le sujet, plus je l'analysais, plus je sentais que ça n'allait pas fonctionner comme je l'avais espérer. Ce qu'il y avait entre nous. Ce n'était plus qu'une simple histoire de cul. A chacune de nos rencontres, je pouvais le voir dans ses yeux. « C'est rien, juste une bagarre.. » Passant sous mon bonnet, je le retirais pour me recoiffer les cheveux. Le roulant en boule entre mes mains, je jouais avec avant de soupirer. « Je voulais pas qu'on me voit dans cet état là.. J'suis moche comme ça et j'ai une image à entretenir. Mon manager m'aurait certainement passé une de ces savons. Donc je fais le mort et tu t'es quand même pointé.. » Passant sous ses bras, je me dirigeais vers le salon. « Mais qu'est ce que je vais faire de toi.. ?» soupirais-je en me laissant tomber lourdement sur le canapé. La tête dans un coussin, je fermais les yeux en soupirant. « Content d'avoir pu voir le monstre ? On peut pas baiser comme ça.. désolé mais je suis pas d'humeur pour ça. Pas avec cette tête. » Lui tournant le dos, j'avais envie de mourir. Moi qui voulait toujours rester parfait aux yeux de mes plans cul. Raté.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 12 Sep - 15:40
tenue + Non, clairement non, je n'étais pas décidé à l'écouter. C'est comme si une force supérieure me poussait à n'en faire qu'a ma tête. Sa façon de réagir si faiblement à mon baiser me fendit le cœur ; il n'avait pas aimé? Il n'aimait pas m'embrasser? Je fronçais les sourcils en me décalant, histoire de lui laisser plus d'espace. Quel con. J'étais vraiment trop con. Qu'est-ce que je foutais là, bordel? Il n'avait clairement pas envie de me voir, au delà de ses blessures. Je me mordis l'intérieur de la joue en détournant le regard de son visage. Blessé ou non, il était vraiment irrésistible, et si je m'approchais encore, je risquais de l'embrasser à nouveau et de me faire mettre à la porte. Au lieu de ça, je fixais le sol en le laissant parler, pour me dire une enième fois que je n'avais rien à faire ici, que je devais perdre cette manie de rentrer chez les gens. Qu'il était moche, qu'on ne pouvait pas « baiser » alors qu'il avait cette tête là, et que de toute façon il n'étais pas d'humeur. Il était désormais vautré sur le canapé, décidément pessimiste et démoralisé. Un lourd soupir m'échappa, et je m'approchais de lui, m’accroupissant pour pouvoir lui caresser les cheveux. « Premièrement, t'es loin d'être un monstre. Quoi que tu dises, t'es beau, c'est comme ça. Même si t'avais la gueule tatouée, même si tu t'habillais avec des sacs poubelles, même si t'avais les cheveux gras, tu resterais beau, très beau, parce que c'est tout, et c'est comme ça. », bon, ça au moins, c'était dit. Mes doigts descendirent de ses cheveux à sa nuque pour la masser lentement. « Deuxièmement, on est pas obligés de baiser dès qu'on se croise, hein. On peut avoir un conversation comme des gens civilisés, regardez des films en mangeant du pop-corn, ou sortir en boîte. T'es pas d'humeur, ok, dans ce cas moi non plus. Mais c'est pas pour ça que je vais partir. ». Il m'avait trop manqué pour ça.

« Tu as faim? Je peux te préparer à manger pendant que tu fais la sieste. Dis-moi si tu as besoin d'aide pour ranger ou quoi, j'ai un peu de temps aujourd'hui, et je comprendrais que t'es pas envie de faire la vaisselle ou passer l'aspi. ». Et oui, Il Nam compte beaucoup sur son physique dans la vie de tout les jours ; il en est fier, il en joue. Il doit se sentir désemparé par cette situation. Je le regarde comater en souriant. Il est définitivement mignon quand il est comme ça. A jouer avec son bonnet tout à l'heure, c'était pareil. Je n'ai aucun mal à l'imaginer, enfant, entrain de jouer et de rire avec les autres enfants. Je jette un œil à son appartement, plus particulièrement à sa cuisine, l'endroit où on a couché ensembles comme des bêtes la dernière fois. Je secoue la tête pour chasser mes pensées lubriques, préférant lui prêter attention. Lui, celui qui pourrait faire ce qu'il veut de moi sans que je ne puisse rien faire pour l'en empêcher.

Spoiler:
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 21 Sep - 17:55
SMS + Tenue
 « Premièrement, t'es loin d'être un monstre. Quoi que tu dises, t'es beau, c'est comme ça. Même si t'avais la gueule tatouée, même si tu t'habillais avec des sacs poubelles, même si t'avais les cheveux gras, tu resterais beau, très beau, parce que c'est tout, et c'est comme ça. » Pouffant de rire à l'entente de ces mots, je ne relevais pourtant pas tout de suite la tête. Sentant sa main dans mes cheveux, ses doigts fins se faufilant assez facilement pour atteindre mon cuir chevelu, le massage qu'il me prodiguait était le bienvenu. Soupirant alors d'aise sans même m'en rendre compte, je l'écoutais d'une oreille presque attentive. « Deuxièmement, on est pas obligés de baiser dès qu'on se croise, hein. On peut avoir un conversation comme des gens civilisés, regardez des films en mangeant du pop-corn, ou sortir en boîte. T'es pas d'humeur, ok, dans ce cas moi non plus. Mais c'est pas pour ça que je vais partir. ». Le menton collé contre mes avants bras, je faisais la moue et ruminais sur ce qu'il était en train d'insinuer. Excuse moi de te prendre pour mon plan cul Shôta. Oui, il n'était qu'un plan cul et bien entendu le propre d'un plan cul c'était la baise, pas les sorties en amoureux. Mais peut être fallait-il que je me penche sur un début de relation amicale ? Un long soupire m'échappa alors que de penser autant commençait à me filer mal à la tête. Fermant les yeux, je mordillais gentiment ma lèvre en me faisant tout un petit film dans la tête. Ce n'était peut être pas tant une mauvaise idée que ça d'élargir mes horizons. Et en même temps, si je commençais à changer de comportement vis à vis de Shôta ça allait rapidement devenir encore plus compliqué à gérer. Il attendait bien trop de moi même s'il se persuadait du contraire. « Tu as faim? Je peux te préparer à manger pendant que tu fais la sieste. Dis-moi si tu as besoin d'aide pour ranger ou quoi, j'ai un peu de temps aujourd'hui, et je comprendrais que t'es pas envie de faire la vaisselle ou passer l'aspi. ». Ouvrant subitement un œil, je me tournais sur le côté en le jugeant d'un air amusé. « Aurais-tu secrêtement envie de devenir ma femme de ménage personnelle ? » Un rire franc m'échappait déjà. ]b]« Haha.. je ne savais pas que tu avais ce genre de skill là.. CONCHITA ! »[/b] L'imaginant plutôt facilement avec un petit tablier blanc en dentelle, une coiffe de bonne et le plumeau à la main, l'image était plus risible qu'alléchante à vrai dire. Une main sur mon ventre, j'étais littéralement en train de me taper un beau fou rire. « Tu m'as tué.. tu m'as tellement tué.. ma conchita ! Hahaha ! » Cherchant un peu d'air entre chaque crise de rire, j'essuyais mes yeux d'un revers de main, encore pris de quelques soubresaut. « Nan mais j'ai pas faim d'emmerde pas.. et puis généralement je commande à manger. Le frigo est vide alors de toute façon oublie. » Inspirant un grand coup, je m'allongeais et m'étirait en me grattant nonchalamment le ventre.  

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 3 Oct - 23:48
tenue + Je fronce les sourcils en l'entendant pouffer de rire. Je suis si pathétique? Mes mots continuent de couler tout seuls, pourtant, et mes mains glissent jusqu'à sa nuque pour le masser avec application. Je suis fou de ce mec, et c'est entrain de me transformer en quelqu'un d'autre. Ressaisis-toi, Shôta. C'est juste ton plan cul, putain de merde. Je lui donne plus d'importance qu'il n'en a réellement. Pourquoi? Parce que j'arrive pas à faire autrement. Aussi étrange que ça puisse paraître, je suis parfaitement naturel avec lui. Alors je continue de me comporter comme la bonne poire, lui offrant mes services pour le soulager un peu. Je me rabaisse pour ses beaux yeux, et ça me chamboule totalement. Qu'est-ce qui me fait me comporter comme ça? Il ouvre les yeux à mes propositions, visiblement très amusé. Aie, j'aurais jamais du ouvrir le champ. Donnez une main à Il Nam et il vous prendra le bras. Tsss. Je souris en le laissant se foutre ouvertement de ma gueule, même si je ne peux m'empêcher de le prendre un peu mal. Ça partait juste d'une bonne intention, et il est entrain de tout gâcher avec ses conneries. Je soupire et détourne le regard, attendant qu'il ai terminé son manège.

« Tu veux manger quoi? Pizza? Sushis? Poulet pané? », changeais-je de sujet immédiatement. Il s'étire en se grattant le ventre, et je pouffe à mon tour.  « Espèce de chat. ». Je souris doucement et lui gratte le dessous du menton avant de me lever pour saisir le téléphone. L'air de rien, je commence à avoir faim, moi aussi. J'attend qu'il choisisse, commande, et m'affale ensuite à ses côtés sur le canapé. « Y a vraiment que toi pour sécher les cours et jouer les abonnés absents parce que tu te trouve « défiguré »... Yah, t'es vraiment un cas Nam. ». Je lui ébouriffe les cheveux, soupire doucement et ferme les yeux quelques instants. Je suis bien, là.

Spoiler:
 

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 14:47
 

Don't come please [ft. Shôta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-