AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [flashback] don't cry little panda (feat bae yun hua)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 1 Sep - 19:58
YOU LOOK SO BEAUTIGUL

We were together. I forget the rest Δ Walt Whitman 





Une soirée de plus dans le compte de mademoiselle Chô. "Indispensable" elle dirait. Elle ne peut décidément pas dormir plus tôt pour avoir du sommeil en plus. Elle veut profiter de chaque minutes, même si le sommeil aussi c'est important. Doucement, elle ajuste sa robe noire et travese la foule en essayant de ne bousculer personne. Décidément, l'odeur de la nicotine à l'extérieur, c'est comme la kryptonite sur Superman ; elle ne le supporte vraiment pas. Alors il lui faut un endroit à elle où elle pourra souffler un peu ; de préférence, une pièce où personne ne s'envoie en l'air, ce serait pas trop mal. Maladroite comme elle est, elle a refermé la porte d'un coup sans rien pouvoir dire. Puis, qu'est-ce qu'on dit dans ce genre de situations de toute façon hm ? Rien, on passe juste son chemin.


Mei a besoin de faire une pause, à force de parler, de bouger de partout. Elle n'a pas envie de faire de rechute, surtout ici ; ce serait le pire endroit où ça pourrait arriver. Elle n'a pas besoin que tout le lycée sâche qu'elle est mourrante. Elle veut que les gens continuent de la voir de la même façon, sans l'influence de sa maladie. Trop de personnes ont changées après avoir apprit qu'elle était malade. Elle ne veut pas de gentillesse hypocrite, elle ne veut pas être surprotégée, elle ne veut pas de tout ça. Posant doucement la main sur son front, elle inspire doucement en poussant la porte d'une pièce où elle n'avait encore jamais mit les pieds. Elle aperçoit alors une fille en train de pleurer et s'empresse de doucement fermer la porte derrière elle.


Mei - Tout va ...- Se rendant compte qu'elle n'a même pas besoin de poser la question, elle lui demande finalement Qu'est-ce qu'il se passe ? Tu as besoin que je te ramène quelque chose ?


Elle s'accroupit devant la concernée, mord légèrement sa lèvre inférieure en la regardant


Mei - Ton maquillage est en train d'être gâché elle dit en plongeant sa main dans son sac pour en sortir un paquet de mouchoirs. Un faible soupir triste s'échappe de ses lèvres alors qu'elle prend place en tailleurs en face d'elle et ajoute Ei~ Essuie moi ces larmes avant de ressembler à un panda et raconte moi tout hm ? Vide ton sac et profite de la soirée ! ... Dis moi, pour commencer, c'est quoi ton p'tit nom ?


© GASMASK

Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 1 Sep - 21:34


   
   Don't cry little panda
   Mei & Yun Hua
Tenue
C
ela fait déjà plusieurs mois que j’ai intégré cette prestigieuse école et, pour une raison évidente, je ne me sens toujours pas dans mon élément, j’ai l’impression d’être un poisson qu’on a violemment arraché à son milieu naturel, à savoir l’océan. J’ignore pourquoi j’ai accepté quand ma mère m’a proposé de m’inscrire à cette école, non en fait, je sais pertinemment pourquoi je n’ai su lui dire non. Je pensais que c’était la meilleure façon pour moi de mettre toutes les chances de mon côté d’avoir un bel avenir avec un métier de rêve, d’accéder à mes ambitions juste grâce à l’éducation. Mais au final, ce qui me frappe depuis le début de la rentrée, c’est la façon dont je dépends cruellement des revenus de mon géniteur, inconnu, dont je ne sais rien et que je ne souhaite en rien connaître. Chaque jour passé dans cette université me donne l’impression qu’il se trouve près de moi en permanence et je dois avouer que je n’aime pas cette idée. Le simple fait qu’il paie mes frais de scolarité suffit à le rendre omniprésent dans mon quotidien alors qu’il est absolument hors de question qu’il en fasse partie, ne serait-ce que pour quelques minutes. Et j’ai beau chercher, je n’ai encore trouvé de petit job me permettant de me débrouiller par moi-même, malheureusement.

A vrai dire, je ne sais même pas pourquoi je me suis entêtée à venir à cette soirée. Peut-être parce que mes colocataires d’étage n’ont pas arrêté de m’en parler et de me presser de m’y rendre, en me disant que c’est la soirée à ne manquer quand on est à la Royal Private School. Aussi parce qu’il paraît qu’on peut crâner quand on est en première année de fac parce qu’il y aura aussi les lycéens. Personnellement, je ne comprends pas tant pourquoi on peut faire les fiers devant eux, mais admettons. De toute façon, je ne passerai certainement pas de meilleurs moments dans ma chambre de dortoir en jouant à Kingdom Hearts de nouveau non ? Eh bien en y réfléchissant, peut-être que si. A peine me trouve-je dans la demeure où se déroule la fameuse soirée – je ne sais même pas qui l’organise – que je sens immédiatement que je ne suis pas à ma place. Je vois tous ces visages heureux, parfois ivres, et je ne me sens pas sur la même longueur d’ondes. D’ailleurs, mes colocataires ne m’ont pas attendue pour aller chercher un verre et discuter avec des gens que je n’ai jamais vus. Me voilà perdue.

A peine ai-je bu un verre que j’en ai déjà assez. Je ne supporte plus les cris aigus des filles qui s’extasient parce que c’est leur chanson de BFF ou des mecs collants qui essaient de m’inviter à danser de façon peu subtile. La seule chose à laquelle je pense, c’est comment j’en suis arrivée là, à aller à une fête où je ne connais personne et où je ne m’amuse pas. Je repense à mon satané père que je n’ai pas envie de connaître ni de voir, et à cause duquel je me suis fait enlever il y a moins d’un an de cela. Et plus je marche pour trouver un endroit calme où me réfugier, plus j’ai l’impression que ma trace de brûlure me pique douloureusement. J’étouffe, j’ai besoin de tranquillité, là maintenant. Finalement, je parviens à trouver une pièce vide, assez étroite mais déserte et donc paisible. Je referme soigneusement la porte derrière moi, je n’ai pas envie qu’on me voie, je n’ai pas envie qu’ils viennent me consoler avec leurs belles paroles en me disant que ça passera. Parce que c’est faux. Et c’est plus fort que moi, à peine quelques secondes plus tard, je fonds en larmes.

Je croyais pourtant ne pas être si bruyante que cela quand je pleurais, mais il faut croire que mes idées s’avèrent parfaitement fausses aujourd’hui. Je cherche presque à me cacher quand j’aperçois une fille entrer dans la pièce, mais je ne suis pas assez rapide. Elle me voit et pire encore, elle me voit pleurer. Elle s’arrête alors qu’elle s’apprête à me demander si je vais, comprenant d’elle-même que la question est vaine. Quand on pleure, on ne va pas bien en général. Je fis un signe négatif de la tête quand elle me demande si je désire quelque chose. Non je n’ai besoin de rien, je veux seulement être seule, voilà tout. En revanche, sa remarque concernant mon maquillage fait que je ne peux réprimer un petit sourire en coin et je ne suis pas capable de refuser lorsqu’elle me tend un paquet de mouchoirs. Il est vrai que je n’ai pas songé à emporter les miens.

« J’m’appelle Yun Hua, je réponds entre deux reniflements, la classe, et t’inquiète, c’est pas important. Tu peux repartir faire la fête, ça va aller. Merci pour les mouchoirs. »

Je ne me sens pas convaincante pour un sou, non ça ne va pas et je ne suis pas sûre que ça aille mieux. Mais je n’ai pas envie de raconter mes malheurs à quelqu’un ni de gâcher sa soirée, elle a l’air gentille en plus, elle ne mérite pas ça.
WILDBIRD
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 2 Sep - 1:03
YOU LOOK SO BEAUTIGUL

We were together. I forget the rest Δ Walt Whitman 





Mei n'aime pas voir les gens dans un état pareil. Non, si éventuellement elle peut faire quelque chose, elle le fera. Mais elle ne partira pas sans avoir essayer au moins. Et puis elle est déjà assise en face d'elle, ne lui demandez pas de se relever aussi rapidement. Elle hoche doucement la tête et répète alors ;


Mei - Yun Hua, un faible sourire se dessine sur ses lèvres alors qu'elle ajoute c'est un joli prénom. Moi je m'appelle Mei, généralement les gens m'appellent Liah parce que "Delia" c'est trop long et qu'ils ont la flemme elle plaisante. Appelle moi comme tu veux


Passant la main dans ses cheveux, elle ajoute d'un ton plutôt calme ;


Mei - Ecoute petit panda, j'ai été chargée de veiller sur tout le monde ici, c'est mon rôle de la soirée elle dit en haussant doucement les épaules Personne ne m'a demandé de le faire, mais tu imagines si je passais vraiment cette porte et que je te laissais ici ? Ce serait moche elle dit en hochant doucement la tête d'un air faussement grave. Elle marque une pause et ajoute en attrapant doucement les mains de la jeune femme Hmm... Dis moi, qu'est-ce qui te rend aussi triste au beau milieu de cette soirée hm ? Un faible rire s'échappe de ses lèvres alors qu'elle ajoute C'est vrai, je ne suis qu'une lycéenne, mais beaucoup de personnes viennent me parler quand ils se sentent mal. Parce qu'ils savent que j'emporterai tout dans ma tombe de toutes façon.


Elle serre doucement ses mains dans les siennes puis les relâche avant de finalement dire ;


Mei - Mais aussi parce que j'arrive à les aider à se sentir mieux à propos d'eux même si ça a du sens


Elle passe à nouveau la main dans ses cheveux et appuie doucement sa tête contre le mur.



© GASMASK

Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mer 2 Sep - 12:39


   
   Don't cry little panda
   Mei & Yun Hua

J
e n’aime pas me confier aux gens, c’est un fait avéré qui n’a plus besoin d’être prouvé. C’est plus fort que moi, je ne supporte pas l’idée de me trouver à la merci de quelqu’un, ne serait-ce que durant deux pauvres petites minutes pour lui confier mes malheurs. Ma psy disait que c’était à cause du contrecoup de l’enlèvement et je mentirais si je disais que ça n’a rien à voir là-dedans. Evidemment, quand deux individus surviennent de nulle part pour vous embarquer sans explication dans une voiture en pleine rue, il y a de quoi se méfier du monde entier qui nous entoure. Non pas que je pense que cette dénommée « Mei » puisse un instant faire quelque chose de semblable, je ne suis pas idiote, la majorité des êtres humains ne sont pas des kidnappeurs, mais qu’est-ce qui me prouve réellement qu’elle n’essaie pas de me soutirer un scoop intéressant ? Elle a l’air gentille, très angélique même, mais s’il y a bien une chose que je n’ai pas tardé à comprendre ici, c’est que les apparences sont énormément trompeuses. Elle pourrait tout à fait vouloir fournir un scoop à ce blog infernal – dont j’ai oublié le nom – afin que ça circule dans toute la fac. Et je n’ai vraiment pas besoin de cela.

Déjà, elle m’embrouille l’esprit avec son histoire de prénoms. S’appelle-t-elle donc Mei ou Deliah ? On ne peut pas avoir deux prénoms pour désigner une même personne, je veux dire, il y a le premier prénom et un deuxième éventuellement, mais pas les deux en même temps. Je n’y comprends et franchement, je ne suis pas en état de lui poser la question là-dessus, pour l’heure, j’ai l’impression que le monde s’effondre autour de moi, alors c’est bien le cadet de mes soucis. Et puis c’est quoi son problème avec les pandas ? Mon maquillage a tant coulé que ça ? Par précaution, je tamponne de nouveau mes yeux avec le mouchoir qu’elle m’a donné et constate effectivement qu’il y a encore pas mal de noir qui vient s’y déposer. Bravo Yun Hua, tu vas ressortir de cet endroit avec les yeux bouffis, très classe. Pour être tout à fait honnête, je saisis à peine un mot sur deux de ce qu’elle raconte, mais, pour une raison inconnue, la dernière phrase de sa tirade résonne aussi clair que de l’eau de roche dans ma tête. Elle emportera tout dans sa tombe ? Pourquoi ? Je n’y comprends vraiment, vraiment rien, en même temps, je crois que mon cerveau a appuyé sur la touche « Stop » au moment où je me suis effondrée dans la pièce.

« Ecoute Mei, je reprends comme je peux, la voix un peu tremblante, je ne sais pas pourquoi les gens te font tellement confiance, mais dans mon cas, je ne fais pas confiance à grand monde. Pour ne pas dire personne. Alors excuse-moi si je n’ai pas tellement envie de partager mes misères avec toi, j’explique avec un léger ricanement, et puis pourquoi tu emporterais ça dans ta tombe ? Tu vas bientôt mourir peut-être ? »

Il est évident que je ne songe pas un instant que cela puisse être le cas. Elle l’a dit elle-même, c’est une lycéenne, elle a donc encore plein de belles années devant elle – même si moi non plus je ne suis pas au bout de ma vie – alors cela lui laisse pas mal d’années avant d’emporter tous les secrets dans sa tombe. Je ne suis pas sûre de pouvoir affirmer qu’elle tiendra tout ce temps sans parler du mien. Mais visiblement, la jeune fille n’a pas l’air résignée à me laisser tranquille, comme sa longue intervention me l’a démontrée. Il va donc bien falloir trouver un compromis à un moment ou un autre.

« Disons que c’est personnel, tu vois ? Histoire de famille compliquée, tout ça. Crois-moi, tu n’as vraiment pas envie de passer ta soirée à m’entendre me larmoyer sur le sujet. »

Je pense en effet qu’une lycéenne digne de ce nom n’a pas envie de troquer une fête où on s’amuse comme des fous à une séance de confidences de l’enfant mal aimée. Il est donc évident que pour moi elle va rapidement tourner les talons et me laisser à ma crise existentielle.
WILDBIRD
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Sep - 21:08
YOU LOOK SO BEAUTIGUL

We were together. I forget the rest ? Walt Whitman 




C'est assez étonnant de voir la jeune femme aussi patiente, alors qu'avant c'était comme si elle n'avait jamais entendu parlé de ce mot. C'est venu petit à petit, elle a fini par comprendre que les choses arrivaient peu importe les efforts qu'on pourrait faire pour l'éviter et ça l'a en quelques sorte apaisé. C'est vrai, avant elle était tellement en colère contre tout le monde. Maintenant c'est passé. Maintenant elle se retrouve assise en face d'une inconnue dont elle ne connait que le nom. Et la remarque de cette dernière a touché pile dans le mile, mais elle ne répond pas tout de suite, elle la laisse poursuivre. Distraitement sa main passe sur son poignet tandis qu'elle écoute la jeune femme jusqu'à la fin. Elle fini par hocher doucement la tête avant de lui répondre ;


Mei - Je vais bientôt partir, c'est vrai, c'est peut être pour ça d'ailleurs, que les gens me parlent un peu plus facilement. Un faible sourire vient se dessiner sur ses lèvres alors qu'elle ajoute Mais je ne suis plus aussi triste qu'avant parce que... Parce que je sais que je vais profiter le plus possible de mon temps ici. Les médecins ont dit que je ne pourrais pas fêter mon dix-huitième anniversaire et qu'ils avaient fait de leurs mieux. Mais le monde ne cessera pas pour autant de tourner pas vrai ? Simplement, si c'est possible, je voudrais aider le plus de personnes, éviter que d'autres se transforment en panda, et ... Elle hausse doucement les épaules avec un sourire Et alors je serai satisfaite.


Ses doigts pianotent doucement contre le sol tandis qu'elle rajoute après quelques secondes de silence ;


Mei - Parfois, on a l'impression qu'un évènement va totalement déterminer ce qu'on sera, ce qu'on fera plus tard. Mais le temps passe et nous fait réaliser que ce n'était rien. Le plus difficile c'est de se dire que ça va aller, même si ça va prendre du temps, tu ne pense pas ?


© GASMASK

Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 4 Sep - 15:56


   
   Don't cry little panda
   Mei & Yun Hua

I
l m’est difficile de comprendre ce qu’elle me veut, je n’arrive pas à concevoir pour que pour la première fois de l’année, quelqu’un se préoccupe sincèrement de moi. Il fallait vraiment que ça arrive le jour où je m’effondre comme une loque et que je fais couler tout mon maquillage au point d’être qualifiée de « panda » ? Qu’on ne s’étonne pas ensuite si je me montre si sceptique face aux bonnes intentions de la demoiselle même si elle paraît pleine de d’honnêteté et de bonne volonté. Pour une raison que je ne saisis pas d’ailleurs, sans doute parce que je suis beaucoup trop occupée à savoir comment essuyer mes pleurs et ne pas renifler trop bruyamment plutôt que sur les états d’âme de ma vis-à-vis. Après tout, je n’ai pas demandé à ce qu’on vienne vers moi, je peux prendre soin de moi par moi-même, je l’ai toujours fait jusqu’ici et je pensais vraiment ne pas m’en tirer trop mal. Il faut croire que je suis plus fragile que je ne le croyais. Ou que certaines choses sont simplement trop difficiles à supporter pour les épaules d’une seule personne et ont besoin d’être partagées. Je ne sais plus vraiment quoi en penser en fin de compte.

La réponse de Mei me fait l’effet d’une douche froide, ou carrément congelée en fait. J’ouvre grand les yeux en l’entendant énoncer les faits avec un tel calme, comme si elle me racontait simplement une sortie au cinéma ou un tour dans un fast-food. Alors qu’en fait, elle vient tout juste de m’annoncer qu’elle n’a peut-être plus beaucoup de temps devant elle. Quel âge a-t-elle au juste ? C’est une lycéenne et je devine à la louche qu’elle doit avoir seize-dix-sept ans, quelque chose comme ça. Ce qui signifie qu’il lui resterait tout au plus deux ans à vivre dans ce monde. Outch. Et moi qui me plains de mes problèmes existentiels, je fais bien piètre figure à côté de cela. Je ne sais même pas comment elle fait pour garder le sourire, même un petit sourire, ça me paraît déjà être un exploit inouï. Elle a beau reconnaître que le monde continuera d’exister après elle et que cela la ravit d’aider les autres autant qu’elle le peut tant qu’elle est encore là, la situation n’en demeure pas moins terrible à mes yeux. Je n’arrive pas à prendre conscience du fait que si ça se trouve, dans quelques mois, elle ne sera plus là.

« Je suis désolée, je reprends après m’être mouchée, aussi discrètement que possible, et même si ça ne vaut certainement pas grand-chose, j’espère qu’ils se trompent et que tu pourras en profiter un peu plus longtemps. Qu’est-ce que tu as exactement ? Si ce n’est pas trop indiscret. »

Beaucoup de maladies expliquent pourquoi les jours d’un individu se trouvent tout à coup raccourcis malgré lui. Même si me le dire n’y changera rien, je suis malgré tout curieuse de savoir exactement ce dont est victime la jeune fille, je me vois déjà taper le nom sur Internet demain pour en savoir davantage sur la chose. Dommage que je ne sois pas magicienne pour pouvoir l’aider, en l’occurrence, ce serait bien en plus de mon propre intérêt personnel. D’ailleurs, il me semble qu’après avoir écouté une telle révélation, le moins que je puisse faire, c’est de répondre à ses attentes. Si elle tient tellement à savoir ce qui me tourmente au point de confier son propre calvaire, je peux bien faire un effort.

« Je ne sais pas si ça passera avec le temps, je reprends en réponse à sa précédente question, mais après tout, il ne doit pas avoir de mal à en parler déjà, je suppose, j’explique avec un petit rire, je n’ai jamais connu mon père. Il ne peut pas trop me rendre visite, il est déjà marié, il a une famille je suppose, donc c’est compliqué. Il n’y peut pas grand-chose je pense, encore que… Bref. »

Même pour moi la situation est compliquée, je peine donc à l’expliquer correctement à quelqu’un. Ce n’est pas facile comme affaire, même si cela semble vite futile en comparaison à celle de Mei. Je suppose donc qu’elle ne sera pas choquée une fois que je lui aurais expliqué la totalité de mon problème.

« Le truc c’est que y’a quelques mois, j’ai été enlevée. Mon père est un type important, alors les ravisseurs pensaient pouvoir m’utiliser pour percevoir une grosse rançon, je reprends, aussi calmement que possible, je n’ai jamais rien attendu de lui, je concevais qu’il devait avoir d’autres priorités dans la vie que sa fille illégitime. Le truc c’est que j’aurais au moins aimé qu’il fasse quelque chose. Ils m’ont retenue pendant trois jours et il n’a pas bougé le petit doigt, il n’a pas bronché. Je m’en suis sortie juste parce que ces crétins ont déclenché un incendie ! »

Et les larmes reprennent de plus belle et mon corps se remet à secouer sans que je ne puisse rien y faire. Mei a beau m’avoir appris qu’il existe des cas pires dans la vie, c’est plus fort que moi, dès que j’y pense, je m’effondre de sitôt.
WILDBIRD
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 5 Sep - 0:06
YOU LOOK SO BEAUTIGUL

We were together. I forget the rest ? Walt Whitman 




Ce faible sourire s'étirre d'avantage quand elle s'excuse et Mei secoue alors doucement la tête avant d'ajouter ;


Mei - Non tu n'as pas à t'excuser pour ça Elle inspire doucement avant d'ajouter Les médecins pensaient au départ qu'il s'agissaient d'une tumeur, alors ils m'ont opérés et de suite refermée en comprenant qu'il n'y avait rien à faire. De temps en temps, je fais des rechutes, mon corps s'affaibli et je ne suis pas vraiment présentable elle dit avec un faible rire nerveux avant d'ajouter un peu plus sérieusement Mah, c'est la vie, et maintenant il faut en profiter.


Elle écoute attentivement les paroles de la jeune femme, hochant doucement la tête par moment. Le faible sourire de Mei a été remplacé par une expression légèrement inquiète. Elle n'est pas là pour juger qui que ce soit ; elle n'en est pas capable. Pour la jeune femme, il n'y a pas de problème en dessous ou au dessus d'un autre. Tout le monde vit les choses d'une façon différente. Puis Yun Hua fini par fondre en larmes, les bras de la jeune femme viennent l'entourrer avant qu'elle ne lance ;


Mei - Tu sais, parfois, la notion du mot famille peut se résumer à des personnes qui te donnent l'impression de te sentir à la maison, en sécurité, sans pour autant partager le même sang. Elle marque une pause et ajoute Hm... Tu sais, mes parents m'ont envoyés ici quand j'avais douze ans et ne m'ont plus jamais contactés. Mais ce sont toujours mes parents ; je leurs suis reconnaissante de pouvoir être ici. Pourtant, maintenant, je me sent mieux avec des personnes qui n'ont pas le même nom que moi. Elle inspire doucement avant d'ajouter Ce que j'essaie de te dire, c'est que tu dois te libérer de certaines choses pour pouvoir vivre sans culpabilité. Il faut que tu fasse ce que tu juges juste pour pouvoir passer à autre chose...


Elle passe doucement la main dans son dos pour l'aider à se calmer un peu.


Mei - Tu n'as pas à te sentir triste pour moi Yunny, je vis les meilleurs moments possible dans cette ville.

© GASMASK

Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Sam 5 Sep - 15:58


   
   Don't cry little panda
   Mei & Yun Hua

A
u fond, c'est peut-être vrai, il se peut tout à fait que Mei soit la personne toute désignée pour m'écouter raconter mes malheurs sans sourciller. Après tout, ce qu'elle vient de m'apprendre relève d'un tout autre niveau dans la catégorie « problèmes contre lesquels on ne peut pas lutter et qui nous bouffent ». A la voir si souriante, si pleine de vie, je ne peux pas concevoir qu'elle va s'éteindre du jour au lendemain sans prévenir. Je me montre on ne peut plus attentive alors qu'elle m'explique qu'on lui a diagnostiqué une tumeur, mais qu'au final, il n'y a rien à faire pour elle. C'est presque si je ne me mettrais pas à pleurer de plus belle à l'entente de ses dires, je n'ose pas imaginer une seconde à quoi peuvent ressembler ces fameux épisodes de rechute. Est-ce qu'elle a la sensation qu'elle est sur le point de mourir dans ces moments-là ? Sans doute, mais je ne me vois pas vraiment lui poser la question, j'en sais déjà bien plus que nécessaire à ce stade de la conversation. Je me demande comment elle fait pour se livre si librement, si spontanément comme si ce n'était pas grand-chose au final. Alors qu'il s'agit tout de même de sa santé, c'est capital me semble-t-il et pourtant elle en parle comme d'une anecdote banale. En tout cas, tant mieux si elle est capable de mettre cela de côté pour profiter un maximum de sa vie, c'est sûrement la meilleure chose qu'elle peut faire de toute façon. Se morfondre jusqu'à la fin n'empêchera pas l'inévitable de se produire je suppose.

Dire qu'elle trouve encore la force de me consoler après que je me suis confiée à elle, cette fille doit être une spécialiste en herbe des cas désespérés. Je ne repousse pas son étreinte, j'ai beau jouer les filles fortes et indépendantes, j'ai besoin de ce soutien qu'elle m'offre en cet instant et je lui en suis profondément reconnaissante. Mais le comprend-elle sans doute au moment où je pose ma tête sur son épaule, voilà, je commence à saisir le sens de l'expression « avoir une épaule sur laquelle pleurer ». J'ai beau ne pas la connaître, ne pas être proche d'elle et ne pas lui avoir tout expliquer en détails, je dois admettre que c'est plus réconfortant que de se lamenter toute seule dans son coin. Quelle n'est pas ma surprise quand j'apprends qu'elle est séparée de ses parents depuis ses douze ans et qu'elle n'a plus jamais eu de leurs nouvelles. C'est à se demander comment elle fait pour tenir encore sur ses deux jambes.

« Je vois oui, je reprends après m'être un peu calmée, disons que ça fait beaucoup à gérer en même temps. Ma psy dit que je ne devrais pas reporter la faute sur lui, que ce sont deux faits bien distincts tout ça..., j'explique en imitant l'air que cette dernière prend quand elle se lance dans un baratin qui ne veut pas dire grand-chose, ça ne rend pas les choses moins douloureuses. Et, honnêtement, je n'ai jamais été très douée pour me faire des amis donc... »

Chose qui ne risque pas de s'arranger si je continue à me montrer aussi méfiante envers les gens, et peu ont la patience et la gentillesse de Mei. Le fait est que je ne peux oublier que chacun peut constituer une menace à mon égard, c'est peut-être de la paranoïa infondée et uniquement justifiée par des antécédents regrettables, mais c'est comme ça. Ce qui ne m'empêche pas de rire doucement en repensant au curieux surnom que m'a trouvé la jeune fille.

« C'est mignon « Yunny ». J'aime bien,lui fais-je remarquer en tenant de m'essuyer les yeux tant bien que mal, tant mieux si tu arrives à profiter autant que possible malgré tout. Je t'avoue que j'ai un peu de mal à relativiser les choses en ce moment. Peut-être que je me suis trompée en venant dans cette école... »

J'ignore si cela m'aiderait vraiment à passer outre mes problèmes mais je me demande si l'atmosphère qui règne ici n'est plus destructrice qu'elle ne m'aide vraiment à passer à autre chose. On a beau m'avoir répété que changer d'air me ferait du mieux, pour l'instant, je n'en vois pas encore les résultats.
WILDBIRD
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 17 Sep - 20:00
YOU LOOK SO BEAUTIGUL

We were together. I forget the rest ? Walt Whitman 






Mei est persuadée que ça aide les autres de parler, de se sentir écouté et moins seul. Elle aime bien aider les gens quand elle en a l'occasion et si elle ne trouve pas de solution, elle en cherchera ; elle est tout simplement comme ça. Mei comprend que ce n'est pas facile de faire confiance à une simple inconnue comme elle. Elle a de la patience et puis elle est convaincue que les choses s'arrangent au final ; ce qui peut s'arranger s'arrange. Elle hoche doucement la tête avant de lui répondre ;


Mei - J'ai eu du mal aussi en arrivant au Japon, mais les choses finissent par s'arranger petit à petit tu sais ; et puis ce soir tu m'as moi elle dit faiblement amusée avant d'ajouter d'un ton plus sérieux Ne t'enferme pas toute seule avec tous ces problèmes hm... D'une certaine façon soit ils t'étouffent, soit ils t'empêchent de respirer.


Un faible sourire se dessine sur ses lèvres quand elle sourit. C'est déjà un peu mieux que tout à l'heure. Puis ce n'est pas de sa faute si elle a la manie de donner des surnoms à tout le monde sans s'en rendre compte. Mais soudainement, elle sent que l'inquiétude remonte à la charge. Alors elle se lève doucement avant de lancer en entendant la musique ;


Mei - C'est normal d'être stressé à propos de l'université, ce serait bizarre de ne pas stresser même un peu. Elle lui tend la main pour l'aider à se relever puis ajoute Mais pour le moment, on va oublier tout ça et danser sur cette musique, c'est ma préférée. Et on va oublier tout ça le temps d'une soirée compris ? ... Moh, je suis pas douée pour menacer les gens elle dit faiblement amusée avant de doucement la tirer puis se retourner et lui demander Prête ?


Elle ouvre finalement la porte et puis se dirige vers le salon où la musique est plus forte. L'agitation de Mei, sa danse originale en fait sourire certain et ramène une humeur un peu plus positive alors que des personnes la rejoignent progressivement.

© GASMASK

Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Sam 19 Sep - 15:21


   
   Don't cry little panda
   Mei & Yun Hua

L
a présence de Mei et ses conseils à mon égard me donnent déjà la sensation que le poids sur mes épaules paraît un peu moins lourd, plus léger et moins difficile à supporter. Je ne sais dire si elle arrive à savoir exactement comment redonner un peu d’optimisme à quelqu’un parce qu’elle a eu la chance d’avoir une personne attentionnée envers elle au moment où elle en avait besoin, ou simplement si c’est inné chez elle. Le fait est que contre toute attente, elle parvient réellement à m’aider à dédramatiser et, bien que je sache parfaitement que tout ne s’arrangera pas du jour au lendemain, je me prends à songer que demain sera sans doute un jour meilleur. Aussi son petit surnom affectueux me redonne enfin le sourire, pas un grand sourire resplendissant de joie, mais un sourire quand même. « Yunny » est assurément un surnom mille fois plus agréable que « marionnette », comme se plaît à m’appeler l’horrible personne à qui j’ai eu le malheur de confier mes problèmes dans un élan de faiblesse et qui s’en sert désormais contre moi. Dans un sens, je suis un peu soulagée de voir que Mei est loin de ressembler à cette dernière et qu’elle est vraiment sincère quand elle affirme vouloir m’aider à surmonter cela. Qui sait, après tout ce chemin, peut-être ai-je enfin trouvé ma bonne fée ?

Et ça me touche profondément quand elle certifie qu’elle est là pour moi, au moins pour ce soir. Honnêtement, c’est presque si je n’en arrive pas à penser qu’elle n’est qu’une illusion tout droit sorti de mon imagination, qui témoignerait d’un début de déficience de mon cerveau. C’est presque trop beau pour être vrai, combien de personnes viennent vous voir pour vous consoler avec une sincérité déconcertante alors qu’ils ne vous connaissent même pas ? Plus je l’écoute, plus j’ai la sensation qu’elle a pris la place de ma conscience qui paraissait s’être éteinte jusqu’ici, elle a raison au fond, si je garde ce fardeau pour moi toute seule, il risque de me dévorer petit à petit, mais il n’est pas facile de trouver des personnes dignes de confiance aujourd’hui, j’en ai la preuve un peu plus tous les jours. Mais Mei n’est probablement pas la seule personne qui puisse être en mesure de garder un secret et de vouloir m’aider à le surmonter, enfin je suppose. Si une lycéenne de la Royal Private School telle qu’elle existe, il doit certainement y avoir des gens biens sur le campus aussi, non ?

J’hausse les sourcils alors qu’elle m’invite à me lever, ce que je fais en acceptant volontiers l’aide de sa main qu’elle me propose. Cela dit, je ne suis pas certaine d’être très enthousiaste quant à sa proposition d’aller danser, déjà parce que j’ai l’impression de toujours ressembler à un panda en loques, et ensuite parce que même si j’ai de nouveau un peu de baume au cœur, je n’ai pas forcément envie d’aller me dandiner au milieu des autres invités. Mais comme elle me confie qu’il s’agit de sa chanson préférée et assure que c’est un bon moyen d’oublier toute cette histoire l’espace d’un instant, je n’ai pas vraiment d’argument pour protester. Je me contente donc de hocher faiblement la tête quand elle me demande si je suis prête, après tout, avec tout cela, ce n’est pas quelques pas sur une piste de danse qui peuvent m’achever. Je ne peux réprimer un sourire amusé en l’observant danser d’une façon peu commune, je n’avais pour ainsi dire jamais vu cela avant, bien que je ne trouve toujours pas la motivation nécessaire pour me mettre à danser de mon côté.

« Si je peux me permettre, tu es meilleure confidente que danseuse, je viens lui dire à l’oreille, parlant suffisamment fort pour qu’elle m’entende malgré la musique assourdissante, au moins, tu as l’art de te faire remarquer, j’ajoute d’un air taquin en désignant des yeux les quelques personnes qui s’étaient rapprochées d’elle. »

C’est fou comme elle a le don d’attirer naturellement l’attention et la sympathie des personnes qui l’entourent. On dirait presque de la magie. Perdue dans cette foule qui commence à devenir de plus en plus compacte autour de moi, j’avertis la jeune fille que je vais me réfugier du côté de ce qui fait office de bar pour me chercher à boire. On ne dirait pas comme cela mais pleurer assèche terriblement la gorge et un jus de fruit me ferait le plus grand bien. Je préfère ne pas trop miser sur l’alcool après une crise de larmes, évitons de rechuter le plus possible. C’est donc depuis le stand des boissons, un verre de jus de pomme en mains que j’observe Mei s’amuser, ne pouvant m’empêcher d’admirant la force de vie dont elle fait preuve, malgré sa condition. De quoi donner de la force à quiconque qui aurait un coup de blues. Je mets à peine quelques minutes à finir ledit verre avant de revenir vers elle, ayant repéré une activité qui pourrait l’intéresser.

« Dis, si ça t’intéresse et que tu n’as rien de mieux à faire, on peut tenter une partie de Just Dance ?, je lui propose en désignant l’endroit aménagé pour le jeu en question, enfin, si tu n’es pas trop occupée bien sûr. »

Elle en a déjà suffisamment fait pour moi, je ne voudrais pas lui donner la sensation d’avoir un boulet accroché à la cheville. Après tout, je ne suis pas forcément la fille la plus agréable et la plus sociable qu’elle ait pu rencontrer.
WILDBIRD
 

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 1:44
 

[flashback] don't cry little panda (feat bae yun hua)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» La Compagnie Panda
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Merveille, qui es-tu? [Flashback- PV Cecilia]
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-