AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Oups! Mon poing a ripé! -pv Hermès-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Sep - 1:20
Hermès. Ça faisait combien de temps qu'il le connaissait... ? Un an ? Non deux. Oui voilà deux, à peu près. Il savait encore compter. L'alcool qu'il avait laissé couler dans ses veines depuis quelques semaines étaient restés. Oui. Là au fond. A se marier avec son cerveau sans raison aucune, à squatter le peu qu'il lui restait de vie saine, parce que Li Shen plongeait. Il plongeait en silence. Personne n'avait besoin de savoir. Il souriait. Il était un peu plus impulsif que d'habitude certes, mais ça Hermès ne le savait pas, il n'avait pas à le savoir. Pourquoi faire ? Il en avait probablement rien à foutre. Zander avait pleurer en disant que lui s'en foutait pas, et ça n'avait qu'aggraver la douleur que Li Shen avait à l'intérieur. Est-ce que Zander, son bro depuis cinq années, avait été la cause de tout ça ? Non. Non , c'était pas ça. C'était autre chose. Il avait appris là veille que son père avait disparu. Encore plus douloureux. MERDE ! Tout sa vie à encaisser dans l'ombre d'un frêre ainé qui l'avait abandonné, pour finalement retrouver une place qui lui revenait au coté de son paternel, il y avait deux ans, après que ce même soit tombé dans le cancer. Une place bien mal acquise, mais il l'avait, le reste n'était pas si important. Ah bon ? Alors pourquoi n'avait-il pas été comblé ? Pourquoi ce vide était encore là ? Et quand Zander avait chuté jusqu'au fond, tu l'as certes envoyé en cure, mais après ? Après tu l'as laissé tout seul, pensant qu'il avait plus besoin e toi, pensant qu'il était trop bien pour toi. Lui ne l'a pas pris comme ça, il l'a pris pour un abandon, la même chose que toi t'as subi de ton ainé. Bravo, t'es un vrai frère, et il est ressorti complètement explosé, détruit, en petites miettes, et toi tu lui pètes le nez en guise de bonjour. C'était un accident, certes, mais les faits sont là.

Et hier, c'est le vieux qui disparaît. Un enlèvement dans sa chambre. C'est passé aux médias comme un autre, et on fait passé son père pour un enfoiré en moins de 24 h. Mais merde, c'est un ambassadeur !
Sauf que Li Shen... tu ne sais rien... Bien sûr qu'il ne sait rien, on lui a caché, tout. Pour son bien ? Pour éviter qu'il soit dans un état pire ? Pour d'autres raisons ? Il ne sait pas. Il a été voir sa mère, et elle s'est comporté comme une veuve éplorée, donc c'est pas elle. Ca peut pas être elle. Et puis Tâm, il est chez lui et apparemment il va pas bien du tout non plus. Alors il ne sait pas qui c'est. Tout ce qu'il sait que lui, ce n'est qu'un mec de dix neuf ans, qui voit son univers entier se morceler et il ne sait pas quand ça va arriver, sans compter qu'il attend les répercussions de l'établissement scolaire. Ils avaient été formels... c'était le dernier avertissement ou il se faisait virer... pas ça... Il espérait que ça n'arriverait pas. Et puis pourquoi ! Il n'avait rien fait d'autres que de se défendre !

Assis devant son verre, il écoutait Hermès, mais il n'allait pas bien. Il y avait deux trois autres mecs aussi. Des potes de musique... Mais là aussi, il était un peu ailleurs. Il répondait, mais l'alcool commençait à lui monter au cerveau et sa gorge se serrer. Il avait les nerfs à vif... Et envie de chialer, mais rien ne sortirait comme d'habitude. Li Shen, l'éternel mec qui se fait voir insensible. Mais Hermès n'est peut-être pas dupe. Qui est-il pour lui ? C'est compliqué.
Faute d'avoir un frêre digne de ce nom, le petit Lu Fheng s'était plus ou moins rabattu sur une découverte étonnante après un concert, où bossait Hermès. Ce mec, il l'appréciait. Il était agréable, sympa, compréhensif, et pas prise de tête et surtout, il ne le jugeait pas. C'est vrai que c'est pas évident quand on a Li Shen en face, il a tellement un caractère pourri et des réflexions cinglantes, lui et sa manie de toujours dire ce qu'il pense, qu'au final... c'était aussi difficile de le canaliser, et pourtant Hermès n'avait jamais eu à lever le ton. C'était un peu comme un grand frère de substitution, mais en plus cool. Du coup, les moments qu'il passait avec lui, lui laissait de bons souvenirs. Ils ne se voyaient pas si souvent que ça, les deux ayant une vie chargée mine de rien, mais, au final... c'était une bonne chose.

Li Shen avait besoin de beaucoup d'air et c'était pour ça qu'il avait réussi à aimer ce type. Son entourage s'était beaucoup restreint depuis quelques temps, mais lui... était resté. Quelque part, le taïwanais avait aussi peur de le voir disparaître... Tout se cassait la gueule... Est-ce qu'il avait peur de l'avenir. Putain oui, mais il ne le montrerai pas. Jamais. Il était fort, il tiendrait. Enfin, pour l'heure, c'était un peu mal barré. Le barman regarda le verre vide du jeune étudiant puis adressa un regard à son aîné... du genre... vaudrait mieux qu'il évite de boire davantage... Li Shen regarda le barman et plissa les yeux... pourquoi il ne lui en ressert pas.... ça l'énerve. Ça y est , il a assez bu , il le sait mais il n'en a juste pas conscience. En réalité, il ne voulait pas sortir de ce bar. Il ne voulait plus que cette soirée s'arrête. Tout mettre sur pause pour assurément oublier qu'il est dans une période de sa vie juste dégueulasse, et qu'il refuse d'en parler. Bah oui, il a dit à Hermès qu'il allait bien. Il lui a jamais menti, alors une fois c'est pas si grave non? Il est plus trop sûr en fait. Il se passe une main sur le visage en serrant les dents... ça tape trop fort la dedans.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 4 Sep - 22:10



Ça fait un bon moment maintenant qu’Hermès avait planifié sa sortie avec Li Shen. L’ingénieur avait pas mal de boulot en ce moment pour préparer tout le matériel des groupes qui devaient passés ce mois-ci. Mais heureusement leur tournée venait de se terminer et il avait tout le temps nécessaire à consacré à son ami et protégé ! Il avait rencontré ce gamin il y a un petit moment dans un bar, très gentil ce petit gars. Le courant était tout de suite passé et vu qu’il n’en faut pas beaucoup à Hermès pour s’attacher à quelqu’un il était même parvenu à se faire apprécier de cette tête de mule. Un garçon avec pas mal de soucis, il en savait un peu sur ce qui se passait dans sa vie et il voyait à quel point il était dans la merde. Bien entendus vu le passé d’Hermès, il est hors de question qu’un de ses jeunes vive le même enfer que lui. C’est ainsi que le plus grand à eut comme un coup de cœur pour ce gamin et à voulus être un modèle pour lui. Le remettre sur la bonne voie, et il essaye tous les jours sans relâche. C’est ainsi qu’ils se sont connus et Hermès ne regrette en rien cette rencontre.

Cela faisait presque une heure qu’ils étaient installés au bar et qu’Hermès lui parlait des bons plans pour les métiers avenir qui pourrait l’intéresser ou encore des fêtes organisés auxquelles ils pourraient participés tous les deux. Pace que ce n’est pas faute de bosser il faut aussi profiter de la vie et s’amuser ! Le brun avait assez de problème en ce qui concerne Nao son autre petite protégé qui était tout aussi stone que lui et qui elle aussi vivait la misère avec les psychiatres. Puis n’oublions pas son petit problème de médiumnité … Il ne l’a pas voulus quand on y réfléchit mais partout où il va ÇA le suit … Il ne souhaite même plus se remémorer la nuit qu’il a passé la veille souhaitant en effacer la moindre parcelle … C’est pour cette raison que sortir un peu lui ferait du bien, cela lui permettait d’ignorer les esprits qui tenteraient d’entrer en contact avec lui. Puis cela lui permettait de passé du temps avec Li Shen alors ça lui allait parfaitement ! Hermès termina la description de cette "baraque" si top dans laquelle aurait sans doute lieu la prochaine grosse soirée. Mais il voyait que son protégé était ailleurs. Il cessa de parler, le regardant boire son énième verre d’alcool.

« Ben alors mon pote qu’est-ce qui t’arrive ? T’as l’air dans la lune. » Le taquina gentiment le brun en lui donnant une tape sur l’épaule. Il sourit un peu plus en buvant une gorgée de son verre. « T’as pas entendus ce que je t’ai dit sur le nombre de nana qui aurait là-bas ou quoi ? » Demanda-t-il sachant que c’était un sujet qu’ils aimaient bien parler tous les deux.

Mais avant que le Taïwanais n’ait eus le temps de répondre un serveur s’approcha de leur table. Hermès en profita pour terminer son verre et faire signe au barman qu’il avait eu son compte pour ce soir. Malgré son côté fêtard le guitariste savait rester raisonnable. Ce qui n’était pas du tout le cas de Shen qui en redemanda encore un verre. Pas besoin du regard du serveur ou du regard déjà perché du plus jeune pour comprendre qu’il avait bu bien plus qu’il ne fallait et qu’un verre supplémentaire serait très peu responsable de sa part. Une fois encore le brun allait se manifester pour empêcher le jeune de se mettre minable. Puis le plus grand voyait bien dans les yeux de son ami que ça n’allait pas ce n’était pas la peine de continuer si c’est juste pour se rendre malade … L’ingénieur soupira après avoir fait signe discrètement au serveur de les laisser seul. Le Japonais sortit une cigarette de son paquet et la posa en face de Shen tandis qu’il en mit une deuxième derrière son oreille.

« J’en ai marre de rester assis et le bruit va me faire exploser la tête, on va se balader ? » Demanda Hermès tout en se redressant et en rassemblant ses affaires. Il paya sa note ainsi que celle de son protégé et laissa l’argent sur la table. « Tu sais je suis vieux moi, il ne faut pas trop m’en demander ! » Plaisanta le musicien en prenant Li Shen par les épaules une fois ce dernier debout. « Aller on se casse. » Dit-il avec le sourire.

Il en profita pour tourner dans une rue adjacente et mettre sa cigarette entre ses lèvres. Il alluma cette dernière et respira cette fumée toxique. Tandis qu’ils marchaient dans les rues calmes, seul le bruit de leur pas était audible. Le brun tira une nouvelle fois sur sa cigarette et tourna le visage en direction du plus jeune qui restait désespérément silencieux.

« Qu’est ce qui t’arrive gamin ? Tu sais que tu peux tout me dire. Et ne me mens pas je vois bien quand quelque chose ne va pas. » Dit-il sans même hésiter. « Depuis le temps que je te connais je sais comment tu fonctionnes. »

© helvia

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 9 Sep - 23:55
Les filles. Si si qu'il avait entendu. Mais encore sa dernière copine qu'il avait injustement jeté comme une merde, d'autant plus qu'elle était bien celle là... celles qu'ils avaient baisé ensuite sans même savoir leur nom, et parfois même en étant complètement torché, à ne pas savoir si elle était blonde ou brune et s'il avait foutu une capote, il ne savait plus... Il soupira lourdement après avoir incendier le mec du bar. Il avait été faire des test après, flippé comme pas deux, mais il commençait à percuter qu'il ne devait pas baiser tout ce qui traînait. Le problème avec Li Shen, c'est que sa perversité n'était parfois pas trop contrôlable, sans compter qu'il préférait tester de beaucoup baiser à défaut de se battre, plutôt que de finir en taule pour avoir trop taper. De manière extrapolée, c'était quand même chaud de choisir entre 30 ans de taule pour homicide ou une MST. Quand son ainé lui tendit une clope, il ne refusa pas , bien au contraire. Il se leva quand il lui dit qu'il en avait marre. Dans son état, il n'avait pas sorti un seul merci, pas parler, il n'avait compris que l'essentiel. Dans ses moments là, le taïwanais affichait un visage entre l'innocence et le sérieux de sa détresse, concentré entre le fait de ne pas se casser la gueule et celui de comprendre son environnement.  Le sol était penché ou courbé vers le haut comme un gros ballon de baudruche. Sauf que celui là, c'est nul, il est pas mou, ses chaussures s'enfonçaient pas dedans, du coup c'était difficile d'accrocher ses semelles, il allait biens s'envoler non ?

Li Shen se cala machinalement la clope dans les lèvres, frôlant la table de sa main et se dirigeant vers la sortie. Il y parvient sans grand dommage, mais si tôt le pied sur le pavé, il trouva le monde un peu trop grand pour son cerveau. Il regarde en coin Hermès. Pourquoi il le laisse pas dans sa merde comme les autres lui ? Il n'a plus les idées claires. Dans cet état, il aimerait refaire le monde, en niquer la moitié plutôt, dans tous les sens du terme. Il aimerait éradiquer toutes les tortues de la planète aussi , c'est moche les tortues, et méchant et c'est trop dur voilà, il l'a décrété ce soir. De toute façon, il n'avait jamais pu les blairer ces tortues. Et puis merde, il faisait ce qu'il voulait. Il dépassa une fille et laissa traîner une fille. Elle s'offusqua mais sous son sourire quelque peu flippant, elle n'osa pas lui rentrer dans le lard et se décala derrière un pote à elle. Si le monde était si courbé, alors les règles de d'habitude étaient encore moins valables, donc Li Shen  s'en foutait. Il était le roi du monde, autrement dit, il toucherait ce qu'il voulait, dirait ce qu'il voulait et prendrait tout n'importe comment, son oreille était étrangement sélective sous l'effet du trop plein d'alcool. Il merdait ? Bien sûr et alors. Qu'est-ce que ça pouvait leur foutre à tous. Il se répétait. Mais c'est bien de se répéter les choses quand on est bien pété. Non ? On se souvient mieux après ! Si si.

Oh... quelle jolie jupe qu'elle a elle... Il n'avait même pas allumé sa clope, complètement perché. Il avait entendu les paroles de Hermès. Il les avait trop bien entendu, mais Li Shen en ce moment, c'était celui qui ne voulait rien dire. Il arrive un moment où quand on encaisse trop et que ça devient trop difficile ou compliqué à raconter, on se dit que c'est plus facile de faire l'impasse. Et vu qu'il fixe la fille, là , sans percuter qu'elle est au milieu de trois autres mecs. Il sourit en coin et Hermès pourrait facilement grillé qu'il n'écoute déjà plus, en plus de ne pas marcher droit. Son sourire s'étend un peu plus haut sur le coté quand un des mecs, plutot punk grunge et grand bien que mince, le voit et s'approche, sévèremment : « Pourquoi tu reluques ma sœur connard. »
Oh une sœur. C'est bon ça les sœurs. Sauf que non, le compliment est de trop et Li Shen penche la tête, plissant ses yeux qui ont changé d'expression. Il maugrée :
«  Elle a besoin d'une tapette comme toi pour se protéger ? Quand tu veux ou tu veux gros con, si je gagne, j'la baise. »

La délicatesse de Li Shen dans toute sa splendeur primitive. Il avait envie de s'en faire une, elle était sur son chemin. Et là, la première mandale part de la part du gars en face dans une grognement de rage, alors que les deux autres se précipitent pour le retenir en lui disant de laisser couler , qu'il est beurré. Mais trop tard, il l'a frappé, et Li Shen... on ne le frappe pas, où il devient fou, surtout quand il a bien bu. Il se jette sur l'autre, alors que les deux camarades essaie de le repousser en contrôlant le plus grand. « Vas y viens ! Tafiole ! T'as besoin de tes potes en plus ?!! » « Bâtard j'te baise quand tu veux !! Lachez moi que j'le défonce ! » Li Shen réussit à lui en collait une bonne dans le ventre et ça le plie en deux. Il se marre comme un crétin et repart à la charge, sous le regard des deux autres qui lancent un regard un peu paniqué à Hermès. Merde, ça part totalement en couilles là , faut les séparer. Et les deux qui continuent à s'insulter, en beuglant comme des furieux. S'ils réveillent les habitants du quartier, c'est les flics assurés.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 18 Sep - 11:12



Juste à la manière de le voir marcher ça suffisait pour comprendre qu’il avait certainement bu un verre de trop. Hermès gardait un œil attentif sur lui tout en fumant sa cigarette. On ne sait jamais ce qu’il peut encore nous faire comme connerie celui-là. Néanmoins il était plutôt calme ces derniers temps, ou alors c’était la dépression qui faisait ça … Malgré tout Hermès tenta de creuser avec le jeune homme, il y a forcément quelque chose qui n’allait pas … Mais malgré que le brun se tape un monologue depuis bien deux bonnes heures, il remarque que Shen est tout sauf attentif. Un soupir montre le désarroi du plus grand avant qu’il ne tourne le regard dans le même sens que celui de son protégé. Ouais les filles … Il est normal qu’on y pense à son âge et qu’on regarde aussi beaucoup, pour un jeune homme de son âge c’est tout à fait évident. Hermès mentirait en disant qu’il ne l’avait pas fait quand il avait son âge. Mais de là être complètement coupé de tout ce qu’il se passe autour, il devait être torché au centième degré !

Mais Hermès sentit le coup venir à des kilomètres … La fille qu’il matait était avec deux hommes, dont l’un lançait des regards mauvais à Shen et la suite n’était pas compliqué à imaginer … Oh non pas ce soir, sérieux … Hermès soupira et tira une dernière fois sur sa cigarette avant de la laisser tomber par terre et de l’écraser. Il savait parfaitement qu’il aurait à agir et il savait comment ça allait se terminer. Comme il s’y attendait l’homme s’approcha d’eux pour demander à Shen de mettre ses yeux ailleurs que sur sa sœur mais comme s’y attendait Hermès, son protégé avait du répondant et n’hésita pas à se mettre dans la merde tout seul … Mais il a quoi à la place du cerveau ce petit ?! Et comme s’il avait déjà vu la bande annonce de ce film de baston, le mec en face frappa en premier, et frapper Shen Hermès savait parfaitement comment ça allait finir … Le médium se précipita alors sur son protégé après qu’il est rendus le coup et le poussa à l’aide de son bras pour le faire reculer. Hermès y mit toute sa force et retint les bras de Shen dans son dos tout en l’éloignant. Il voyait qu’en face c’était un peu le même scénario et il était content de voir que tous les jeunes ne sont pas totalement cons. C’est vrai ils auraient pu suivre dans la baston, au lieu de ça ils retiennent leur pote.

« Shen arrête, calme-toi ça sert à rien. » Demanda Hermès tout en le reculant encore pour l’éloigner. Le médium avait été calme mais ferme, sachant qu’il était bourré il allait devoir passer le cran au-dessus. En l’entendant encore balancer des insultes au gars d’en face il devinait que ça ne servait à rien la manière douce, de plus il ne l’avait pas écouté de la soirée et si Hermès peut être gentil et doux comme un agneau il peut aussi se mettre en colère. « Bon Shen maintenant ça suffit ! » Cria Hermès tout en serrant avec force ses poignets. Le brun le tira encore vers l’arrière et voyant qu’il ne réagissait pas lui donna une tape derrière la tête. « Ferme ta gueule et écrase, faut que tu décuve là ! »

Mais rapidement c’est les gars d’en face qui partirent les premiers car les sirènes de la police retentissait non loin de là. Hermès tenait toujours son protégé et une voiture de flics s’arrêta non loin d’eux. Trois agents en sortirent pour maîtriser Shen et Hermès les prévenant qu’ils les emmenaient au poste de police. Le médium n’avait même pas eu le temps de voir ou de tenter quoi que ce soit, tout était allé si vite … De toute manière depuis le moment où le brun avait vu ce regard du gars il avait compris que cette histoire finirait au commissariat …


« Bien joué mon pote … » Annonça ironiquement Hermès tout en lançant un regard en direction du plus jeune. « Maintenant t’arrête les conneries et tu la ferme, tu me laisse parlementer pour que je nous sorte de là. T’en a assez fait pour ce soir. » Glissa le brun avant d’être entré de force dans la voiture des flics.

© helvia

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 21 Sep - 21:36
Dans son élan de fou furieux, Li Shen ne comprit pas trop ce qui lui arrivait, se sentant tiré en arrière et les bras restreint, tenus avec force. Il envoya sa tête en arrière pour voir qui c'était. Ah oui. Hermès, c'est vrai qu'il était son pilier de la soirée. Li Shen percuta alors qu'il parlait peu avant, mais il ne savait plus de quoi. La rue tournait et il ne voyait en cible que ce bâtard de punk en face de lui qui voulait le tuer, et le taïwanais qui défiait la mort par tous les moyens en ce moment se retrouvait à vouloir se confronter à ce type là. Soul, il était ingérable. Déjà qu'il était hyper violent quand il était énervé, ça n'arrangerait rien. La voix de Hermès glissait sur ses tympans sans grande importance, comme une caresse secondaire. Non pas qu'il ne veuille pas y faire attention. Non bourré, elle aurait été même prioritaire, il avait l'habitude de l'écouter, ses conseils étaient souvent salvateurs en plus. Mais pas là. Il se tortillait avec violence dans ses bras, balançant des insultes, autant que celui d'en face. Il choppait la nausée, c'était horrible. Il ne savait plus pourquoi il gueulait en fait. Une fille ? Tout se brouillait et disparaissait. Il avait mal aux yeux, aux oreilles, ses dents grincèrent sous la colère, mais ses bras se resserrèrent en arrière et il échappa un cri de douleur, la souffrance étant plus accrue dans son cas, quand il était beurrée. « Arrête putain lâche-moi!!! » qu'il lança vindicatif envers son ainé. Il n'avait jamais été dans cet état. Ça lui arrivait de boire, ça lui arrivait de se bastonner, mais pas comme ça. Il ne cramait jamais de durite à ce point, il y avait vraiment quelque chose qui déconnait, c'était impossible autrement. « Mon nom c'est Li Shen putain, pourquoi personne ne comprend !! » beugla-t-il en rageant sur place, pour se défaire de son emprise, mais la claque sur la tête, le fit partir en avant et lui mit une nausée de malade d'un coup... Il allait vomir. Il allait … il se mit en respirer fort, une main sur le ventre.

Les sirènes de flics. Ça mettait encore plus le tournis à l'étudiant, qui n'arrivait plus à marcher sans se tenir... ça y est , la descente aux enfers. Elle s'était faite attendre. Il ne percuta rien quand on l'attrapa, son regard parti en vrac dans tous les sens, cherchant une cible du regard mais elles bougeaient toutes. Putain de troll, elles le faisaient exprès, il en était seul. Même la portière de la bagnole bougeait... bougeait … bougeait... ola... ola.... Il se plia en deux entre les bras des flics et ils s'écartèrent sans pour autant le lâcher. Il vida ses tripes alors que Hermès se faisait embarqué dans la bagnole... Il tapissa le sol, à moitié dans les vapes. Le fait de gerber lui redonner un peu de vigueur et de conscience. Un flic passait de l'essuie tout salvateur de la boite à gant. Le plus petit des flics lui essuya la bouche et jeta le papier dans une poubelle près d'un banc, avant de lui faire éviter son œuvre. « Lâchez-moi... j'ai pas commencé... » murmura-t-il en se faisant charger dans la bagnole, dans les vapes, menottés en vrac dans le dos. Il n'aimait pas cette sensation... Assis, sa tête parti en arrière sur la planche arrière et il respirait bruyamment par la bouche... Il avait mal dans le torse... mal au crâne... mal au cœur mais pas pour des raisons physiques... Son regard dans le vide, il resta la , tordu et finit par fermer les yeux, avalant sa salive... Il a entendu ce qu'a dit Hermès... il a entendu? Oui, mais ça fait des vagues dans sa tête la petite phrases, au point de mélanger les mots et d'en former d'autres.

Le silence quand la bagnole démarra. Sa tête bascula sur le coté gauche, le front contre l'armature de la portière. Fier. Trop fier Li Shen. Pourquoi tu laisses pas sortir les choses comme tout le monde l'aurait déjà fait depuis longtemps. Des années entières que tu emmagasines toute cette douleur, refusant de ne pas te montrer infaillible. Tu voulais être parfait pour lui et il est mort. Pour lui plaire à ton paternel, t'as tout ruiné autour de toi, jusqu'à ton meilleur ami, le seul qui t'a jamais laissé tombé et regarde-toi aujourd'hui, tu n'es plus qu'une putain de ruine humaine, qui vomit sa douleur par tous les trous. Et pour quoi au final... puisqu'il est mort... tu le sais qu'il l'est , tu le sens. Tu n'as plus rien... Et tu te détruis pour te punir. Avoue le putain... Il ferme des yeux embués, le visage fermé, sans un seul signe du faciès... la seule chose qui le trahit c'est qu'il pleure sans même sans rendre compte. Les larmes du silence... les nerfs qui lâchent... même son corps ne lui obéit plus... Il est bourré, il pense peut-être que ça ne se voit pas. Il pense que personne ne le voit t'façon. Il aurait préféré ça... Il sent juste qu'il a mal partout , enfin partout pour lui, c'est les bras et le thorax... ou la gorge. Il sait plus... il a encore envie de vomir t'façon... Il baisse un peu la tête, ses mèches en vrac lui tombant sur le visage... ça tangue, il a envie de s'allonger...

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 1 Oct - 16:45



C’était un cauchemar … Un putain de cauchemar, et en rapport avec ceux que Hermès faisait cela n’avait clairement rien à voir … Il préférait encore voir l’esprit d’un défunt tout de suite plutôt que d’accepter ce qui était en train de se produire … Néanmoins il c’était juré de prendre le jeune sous son aile et il tiendrait parole jusqu’au bout quel qu’en soit les conséquences encourus. Son protégeait hurlait comme s’il voulait se faire entendre de tous mais dans son état Hermès comprit bien rapidement que cela ne servait à rien d’essayer de le raisonner … Quoi qu’il dise le musicien paraissait impuissant face au comportement de Li Shen. D’habitude il faisait le nécessaire pour essayer de lui faire comprendre qu’il allait vers un mauvais chemin mais là rien ne servait d’essayer de le remettre sur la bonne voie. De toute façon avec l’arrivée des flics cela allait régler les choses bien vite …

D’ailleurs ces derniers ne firent pas plus de cérémonies pour les chopper tous les deux et les embarquer. Cependant l’homme qui tenait l’étudiant eut quelques soucis lorsque ce dernier se mit à vomir par terre. Le brun le fixa avant de lever les yeux au ciel se disant que de toute manière il y avait bien un moment où ça devait arriver … Tout le monde c’était figé l’espace d’un instant avant que chaque personne reprenne son action. Le flic qui tenait Hermès le poussa dans la voiture et ne suivit pas le reste de la scène. Mais cet incident aura permis aux policiers de comprendre que Li Shen ne faisait pas tout ça de manière sobre. Le cœur de l’ingénieur battait la chamade avec toute cette agitation ainsi que tout ce stresse. Il espérait que tout cela se terminerait bien rapidement. Fort heureusement, une fois l’autre homme installé dans la voiture cette dernière démarra. Hermès regarda le paysage défilé réfléchissant à ce qu’il allait pouvoir dire pour leur libération. Il tenta de bouger ses mains mais ces dernières étaient bien liées.

« Les menottes c’était vraiment obligé ? » Demanda le plus grand à l’adresse des policiers à l’avant de la voiture. Le brun posa son regard sur le plus jeune et vit que celui-ci était dans un état pitoyable. Les yeux d’Hermès se posèrent à nouveau vers l’avant du véhicule. « Vous ne pourrez pas accélérer un peu ? » Questionna le Japonais sans qu’aucune réponse ne lui soit donnée. « Sans déconner ça ne va pas du tout derrière, mon ami a besoin de s’allonger ! » Insista l’ingénieur du son en s’avançant sur la banquette. Mais il eut le droit à un très aimable "tenez-vous tranquille" suivit de mots très fleuris … « Putain, si j’avais su que les flics étaient aussi aimable … » Murmura le guitariste en se remettant au fond de son siège.

Hermès sentait la colère monter en lui mais tenta de la laisser enfouit au fond de lui histoire de ne pas tout gâcher en la faisant exploser. Le médium soupira avant de laisser sa tête retomber sur le dossier de la banquette. Dans quelle merde ils s’étaient mis encore … Malgré les réflexions des policiers il sentit que la voiture accéléra quelque peu comprenant qu’il ne fallait pas attendre plus longtemps. Ils étaient longs à la détente mais au moins ils arrivèrent rapidement au poste. Hermès resta dans la même position le temps que les flics sortent du véhicule pour évacuer les deux "prisonniers". Hermès sentit qu’une main entoura son bras et le fit sortir de la voiture. Il avait l’impression d’être un criminel malgré le fait qu’il n’est rien fait pour se retrouver là.

« Un peu plus de délicatesse ça existe chez vous ? » Demanda le musicien en donnant un coup d’épaule pour faire comprendre qu’il pouvait marcher tout seul. Son regard se posa sur son protégé qui était traité de la même manière malgré son état. « Vous ne voyez pas qu’il est dans un sale état, pas besoin d’être aussi brutal ! » Se manifesta Hermès. Il avait l’impression de rêver ou plutôt d’être en plein cauchemar. Il aurait dû convaincre Li Shen de rester à la maison bien tranquillement au lieu de sortir, c’était décidément pas son jour …

L’ingénieur se retrouva bien vite assis juste en face du chef de police tandis que son ami fut amener dans une cellule afin d’y être allongé comme l’avait demandé Hermès quelques minutes plus tôt. Le brun ne le lâcha pas du regard, il savait qu’ils allaient avoir une longue soirée au poste et Hermès continuait de cogiter pour trouver des excuses à donner à la brigade pour expliquer tout ça et en endosser l’entière responsabilité … Après tout Li Shen était peut-être encore mineur mais pas Hermès.

© helvia

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 3 Oct - 20:54
L'équilibre dans un être est si fragile quand on arrive à rupture. Une vie semée de doutes... de douleurs, pour finir fragile, explosée dans les doigts d'un ado mal formaté. Juste affalé en arrière, les bras tordus dans le dos, il a mal à la nuque, mais il a surtout mal à l'intérieur. Il n'aimait pas rentrer le soir, peur de la solitude, peur de ne pas se réveiller, peur d'être oublié, et ça commence à s'effacer. Tout. Il ne rentrerait pas ce soir. Son quotidien, sa vie, ses souvenirs. L'alcool embrume tout, lui donnant l'impression qu'il n'est qu'une copie merdique de ce qu'il aurait voulu être. Désemparé intérieurement, défoncé. N'importe qui aurait pu tenté de prendre le mesure de l'ampleur des dégâts mais qui aurait compris ? Zander ? Hermès ? C'était utile ? Pourquoi Hermès l'avait empêché de se battre... Dans cet état, il se serait peut-être bien fait péter la gueule et alors ? C'était peut être ce qu'il cherchait au final ? Puisqu'il n'arrivait pas à détruire le monde autour de lui et qu'il se reconstruisait à chaque fois, peut être était-ce une meilleure solution de se faire détruire alors. A un moment tout explose. Les doses d'adrénaline violemment injectées par les violences répétitives ne marchent plus. Il étouffe en lui-même, à moins que ce soit la sensation d'envie de vomir qui lui fasse cette effet mais non il y avait autant chose. Il ne voulait pas passer, sa voix aurait été cassé par les larmes refoulées, même si certaines sortaient seules... Il tourna la tête sur le coté, entendant Hermès parler. Et parler. Et parler. Il ne savait pas trop ce qu'il disait mais il n'était pas content. Des fois, il aimerait être comme lui, aussi fort ou comme son frêre à faire un fuck à la mort, alors qu'au final, il la cherchait , la provoquait débilement comme si ça le ferait se sentir plus puissant, mais il avait faux sur toute la vie, il se mentait et il le savait. Il murmure juste un « ça va... » rayé.

Oui Li Shen, ça va toujours, même la gueule dans la boue n'est-ce pas ? Il avait pourri la soirée de son ainé, le savait et avait envie de se prendre des baffes de sa part. Il lui avait volé sa dose de violence. Masochiste ? Il n'en savait plus rien, il pensait le mériter. Il avait envie qu'on le force à certaines décisions, qu'on le tire vers le haut , il aurait voulu avoir une nana du feu de dieu, et un frère qui claque comme Hermès. Il aurait voulu avoir un père solide et une mère aimante. Ou juste une vie ordinaire. Mais il avait eu tout le contraire. On aurait pu se foutre de lui, lui dire qu'il était pitoyable, mais c'était ce qu'il était dans cet état. Le trajet lui semblait être une éternité. Long et infernal.... pour ses intestins autant que pour son crâne. Il vit le poste de police dans un coin et prit conscience de ce qui allait se passer. Il savait qu'il n'était pas apte à répondre à quoi que ce soit. Il se contente de tira son portefeuille de sa poche arrière et le donna au flic qui le sortit de la bagnole comme un steak , lui disant un simple « Pour... mes papiers... » Il acquiesça de la tête. Un petit jeune qui avait capté les larmes en coin. En fait, il avait déjà croisé Li Shen, c'était une aubaine, mais pour le reste, c'était la découverte pour Li Shen, il avait toujours évité les flics. Plus pour longtemps. Titubant de policier en policier, il se fit irradier les rétines par les néons du hall et séparé de Hermès. Il le savait, il était trop fait. Le petit jeune suivit Hermés avec son collègue et donna le portefeuille de Li Shen à son supérieur , en face de qui avait été assis Hermès. A l'intérieur, une carte qui déclarait Li Shen officiellement émancipé. Il était à deux mois de sa mahorité japonaise, mais pour les autorités Taiwanaises (et chinoises), il l'était donc ses parents avaient fait en sorte qu'il figure comme émancipé aux yeux des autorités japonaises également. Ça avait été le cas pour son frère à l'époque. La double nationalité était parfois bien pratique en soi. Le supérieur observa Hermès en face et lui demanda ses papiers. Un flic le détacha laissant Hermès faire ce qu'il avait à faire, et le chef prit connaissance des papiers du plus jeune. D'une voix autoritaire et intrigué, bien que peu concerné par tout ça, il lui dit :
« Visiblement, le gamin a un casier vierge, ils viennent de vérifier, donc on considère que c'est un accident ou bien vous avez vous aussi une autre explication à fournir ? »

Fallait dire qu'il avait autre chose à foutre un soir de sorties des jeunes que de s'occuper trop longtemps de ces deux clowns alors peut-être que c'était le jour de chances de Hermès. Il lui suffisait de dire au mec qu'il allait le ramener sans encombre. Le type expliqua calmement que le plus jeune était émancipé et donc responsable de ses actes, ce serait donc notifié dans un coin de son casier et que si récidive, il se prenait 48 h en cellule de dégrisement, voir pire si les conséquences étaient plus grandes. Tapage nocturne et trouble de l'ordre public, ça pouvait aller loin.

De son coté, Li shen avait été poussé dans une cellule, où il y avait déjà pas mal d'autres mecs. Il se cala la tête en arrière sur un mur, contre la grille, dos au couloir, et se laissa descendre le long des barreaux, les yeux fermés, les mains pendantes entre ses cuisses. Hermès allait le tuer. Tant mieux. Son père allait venir le chercher ? Comment ? Il faudrait qu'il crêve. Sa mère ? Pas joignable. Tâm ? Il était souffrant. Si Hermès le laissait là, ce serait bien fait pour sa gueule. Il pourrait appeler Zander... non. Il ne voulait pas le déranger pour ça. Alors il attendait là. A l'opposé, un mec gerba ses tripes sur le sol, et les cris graves montèrent. Les flics intervenant et Li Shen ne bougeait pas. Il s'en branlait qu'ils se battent à deux mètres de lui. S'il avait pu dormir ici, il l'aurait fait...

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 11 Oct - 15:50



Hermès avait entendus la faible voix de son ami lorsqu’ils étaient encore dans la voiture. Il lui disait que ça allait, un murmure si peu audible que le jeune ingénieur avait dût tendre l’oreille pour l’entendre. Non justement ça n’allait pas, Hermès était à deux doigts de péter un câble et malgré le fait qu’il se contienne on pouvait sentir dans sa voix qu’il n’était plus très loin de l’énervement. Déjà le fait d’être ainsi retenus par les flics et traité comme du bétail et le fait que son ami ce soit mis aussi minable. Pourquoi fallait-il toujours qu’il mette sa vie en danger ? Est-ce que c’était bien utile d’agir de manière aussi immature ? Malgré le plomb que le brun essayait de le mettre dans la cervelle, le plus jeune n’en faisait qu’à sa tête. Pourtant Hermès a de nombreuse fois essayé d’être comme un grand frère pour lui, d’être à ses côtes quand ça n’allait pas et de lui venir en aide lorsqu’il en avait besoin. Malheureusement par moment Li Shen paraissait plus être une coquille vide refusant de parler.

Ils ne tardèrent pas à arriver au poste de police où le médium n’hésita pas à donner son avis sur la manière dont les traitaient les flics. C’était évident que les gendarmes n’avaient pas que ça à faire et que la nuit n’était pas facile pour eux, mais il y en avait beaucoup dans ce cas, comme Hermès actuellement mais l’homme essayait de garder contenance quoi qu’il advienne. Le musicien vit que son protégé tendit les papiers aux flics, il avait l’air tout de suite plus fragile, peut-être l’alcool faisait de moins en moins effet et il commençait à réaliser où ils étaient. Cette vision peina le brun qui voulait être à ces côté pendant ces moments de faiblesse mais le policier qui le tenait l’en dissuada en l’installant en face du chef de brigade une fois à l’intérieur de l’office. Le médium regarda impuissant, les forces de l’ordre amené son jeune ami en cellule. Si seulement il avait pu faire quelque chose. La voix du commandant résonna dans la pièce et Hermès sentit qu’on le détachait pour qu’il puisse récupérer ses papiers qu’il venait de lui demander. Après un soupire le médium fouilla dans la poche arrière de son jeans y sortant son portefeuille qu’il jeta de manière nonchalante sur la table en face de lui. Pourquoi faire preuve de délicatesse dans ces circonstances ? Le commissaire commença ses questions, Hermès ne regardait pas directement l’agent dans les yeux et semblait ne pas être disposer à parler.

« Le gamin n’y est pour rien dans cette histoire. » Avoua enfin le brun avant de lever les yeux vers l’homme en face de lui. « Il vient à peine d’avoir la majorité dans son pays ne le blâmait pas pour une faute que j’ai commise. » Poursuivit le musicien dont son but premier était d’abord de tirer le jeune de cette histoire. « Il était sous ma responsabilité et je ne l’ai pas empêché de boire, ce qui conclut ce débordement, j’aurais dû faire plus attention à ses consommations. » S’excusa le brun inclinant légèrement le haut de son corps. « C’est un brave garçon, sobre il n’aurait jamais fait toutes ces actions. » Expliqua le brun. « S’il y a quelqu’un qui encoure des sanctions c’est moi, laissez le petit en dehors de ça. »

Li Shen était son protégé, il était la personne qui comptait le plus pour lui, le laisser dans une telle situation c’était hors de question. Le musicien se mura dans le silence suite à ça, fixant le commissaire de police dans les yeux. Il avait juré de le protéger quoi que cela lui coûte, et même s’il encourait des risques pour sa carrière, il ne voulait pas que son ami soit fiché dans les dossiers de la police pour quelque chose d’aussi absurde … Les questions s’enchaînèrent mais Hermès avait de moins en moins la force d’y répondre. Il continuait de défendre la cause du jeune, les agents paraissaient perplexe mais après délibération furent d’accord de laisser s’en tirer le gamin après une nuit de garde à vue.

« Vous voulez combien pour le laisser rentrer chez lui maintenant et me disculper de toutes peines ? » Demanda Hermès qui était prêt à payer la somme nécessaire et régler l’amande des actes commis par son protégé. Il vivait plutôt bien avec ce qu’il gagnait et même si l’argent était limité pour lui, il n’en avait pas besoin pour vivre heureux. « Donnez-moi le montant de l’amande et je règle tout en une fois. » Affirma le brun qui posa sa carte bancaire sur la table.


© helvia

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 14 Oct - 1:25
Le flic avait écouté tout ce qu'avait dire Hermès avec une grande attention, un peu aigri par sa manière de donner ses papiers. C'était à se demander si ce n'était pas l'ainé qui avait influencer Li Shen, mais non, Li Shen était tellement pire que Hermès en réalité, sauf que ce dernier ne le savait pas. Jusque là, Li Shen n'avait pas plus merdé que ça, ou bien lui avait caché. Bon, ok, il lui avait caché une grosse partie, mais c'était aussi pour ne pas avoir à se justifier. Plus encore que d'être pris pour ce qu'il n'était pas, Li Shen avait particulièrement horreur de se justifier. Et pour cause, généralement les gens ne comprenaient pas quoi il était passé. Pouvait-il mettre Hermés dans le lot ? Il ne devrait pas, mais il l'avait fait , parce qu'il était dans une passade ou on ne cherche pas à faire des différences entre les gens et qu'on en a tellement plein le cul qu'on se dit qu'on est mieux seul que de se faire chier à avoir de la compagnie et de la mériter. S'il n'en méritait pas sans faire d'efforts, soit. C'était con, c'était n'importe quoi mais c'était Li Shen. Il aurait voulu être différent mais on l'avait rendu comme ça. Il accusait les autres ? Il ne savait plus.

L'officier observa calmement Hermès, attentif, et lui rendit ses papiers, tout comme ceux du plus jeune. Il fit signe à son collègue d'aller rechercher le gamin.
« Si jamais je vous revois à foutre le bordel dans la semaine qui suit, je vous coffre tous les deux pour tentative de corruption d'agent et troubles de l'ordre publique, me suis-je bien faire comprendre. Pas la peine de vous la jouer gros dur avec moi, j'ai maté des bêtes bien plus grosses que vous. Dégagez moi le plancher. »

En réalité, le timing était bon, très bon même. Une brigade venait de faire une descente dans le quartier de Shinjuku et d'ici une demi heure, il y aurait du grabuge dans le commissariat et il avait besoin de place dans les cellules. Alors s'il pouvait en libérer quelques unes, c'était pas de refus.

Des flics rentrèrent dans la cellule, en choppèrent deux pour les calmer à coups de matraques, et attrapèrent un autre jeune, et Li Shen, qui rouvrit les yeux, brusqués et suivit le mouvement sans broncher. L'alcool chez lui donnait d'abord un calme intense, puis une violence exacerbée et enfin une docilité amer et dépressive. La belle preuve qu'il n'était qu'une putain de puzzle aux pièces défoncées et mélangées que personne ne voulait vraiment arrangé. Zander essayait bien, mais Li Shen lui interdisait quelque part. Trop fragile, trop frais de la desintox, il refusait que son bro' ne se mouille de nouveau et prenne des risques inconsidérés. Ça lui avait déjà couté un nez la dernière fois. Il s'était juré de ne plus jamais le frapper lui non plus.

Il se laissa amener dans le couloir principal en face de Hermès à qui il jeta un coup d'oeil ? Avait-il honte au point de ne pas le regarder dans les yeux ? Non, Li shen même en tord ne baissait jamais les yeux, ni par timidité , ni par soumission ou autre idée du genre, il laissait ça à son frangin bien plus gentil que lui. Il se contenta de ne rien dire. Il titubait encore un peu mais il était calme. Il fourra ses mains dans ses poches de futal et se décolla du mur vers la sortie... le regard encore brumeux. Devrait-il lui dire... ? « Ils ont dit quoi... » demanda-t-il simplement, et très calmement, conscient qu'il avait merdé. Il était sorti, il ne comprenait pas pourquoi...

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 20:48
 

Oups! Mon poing a ripé! -pv Hermès-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oups! Mon poing a ripé! -pv Hermès-
» Instruction Technique Armes de Poing
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]
» Mathilda De Cologne ♠ « Écrase d'un poing rageur ton œil humide Le temps ronge l'amour comme l'acide. »
» Compagnie blindée le poing de GORK!
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-