AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Cover your nightmares, put them away.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 4 Sep - 23:54
cover your nightmares


maybe you need to know the darkness, so that you can appreciate the light.

Les pas de Junmin se faisaient lourds alors qu’il marchait dans les rues éclairées de la capitale nipponne. Les mains dans les poches, il marchait droit. Les rues étaient pratiquement désertes à cette heure. Les vieux étaient tous rentrés chez eux. Les jeunes étaient occupés dans les boîtes de nuit, la soirée ne faisant que commencer pour eux. Et les ivrognes zigzaguaient sur les trottoirs, se mangeant parfois un poteau, déviant sur la route. Mais Junmin n’en avait que faire, de ce que faisait les gens à cette heure, et du fait qu’il ressemblait à un zombie, à l’âme perdue au lointain. Au lointain bien trop loin pour qu’elle ne revienne un jour. Son regard était vitreux, son crâne lui faisait un mal de chien horrible, un étau se resserrait tout autour de lui. Il était perdu, complétement déstabilisé. À quoi tout ça rimait, ça n’avait aucun sens ?! Et pourtant, il était là, marchant, sentant le froid du goudron du trottoir s’infiltrait dans ses chaussures, se dirigeant vers un endroit précis de la ville. Il n’avait pas pris la peine d’y aller en voiture, il avait besoin de réfléchir, encore, avant d’affronter ce démon du passage, ce fantôme qui resurgissait des enfers. Junmin ne savait quoi en penser, son cœur et son esprit étaient tiraillés, les deux se battaient dans une danse effrénée et sanglante. Que devait-il croire, que devait-il penser ? Ce que son cœur lui criait, ce que son esprit lui martelait. Les deux étaient tout aussi effrayants, tellement peu rassurants que le sang de Junmin risquait de briser ses veines tellement il circulait à pleine puissance. Il le sentait tambouriner à l’intérieur de son corps, ses jambes avaient du mal à avancer, ses mains s’ankylosaient, ses phalanges blanchissant à cause de l’étroitesse des poches de son jean.

La route défilait devant ses yeux mais il ne voyait rien. Les lettres, les mots, les phrases s’assemblaient devant ses yeux, il revoyait les messages échangés plus tôt dans la soirée. Et il ne comprenait pas. Il ne pouvait pas comprendre. Pendant deux ans, il était persuadé que Juno était mort. Sa mère lui avait dit, c’était passé aux infos. Mais Junmin n’avait jamais vu le corps de Juno. On ne montrait rien à la télévision, juste les gyrophares des voitures de polices, les banderoles qui gardent de la scène de crime. Aucun corps, aucune preuve pour Junmin. Il ne s’était pas rendu à l’enterrement, alors plongé dans un court coma, la faute revenant toujours au même. Mais était-ce vraiment de la faute de Monsieur Oh, ou de celle de Junmin ? Il doutait, il n’était plus sûr de rien, tout se confondait dans son esprit, ça en devenait incompréhensible. Les questions fusaient dans sa tête, mais pourquoi revenait-il seulement maintenant, comment avait-il fait pour s’en sortir vivant alors que tout le monde affirmait qu’il était mort ? Ou alors, c’était pour se protéger du père de Junmin qu’il avait mis en place cette mise en scène ? Alors, il avait vécu un enfer pendant ces deux ans, et il blâmait Junmin. Au final, peut-être que le démon de Juno qu’il voyait dans ses cauchemars n’était pas qu’un fruit de son imagination, mais bien une vérité qui s’est trop longtemps caché dans les recoins sans sortir de l’ombre. Mais alors, Junmin revenait à la même question. Pourquoi maintenant ? Et surtout, qu’allait-il se passer lorsqu’ils seraient tous les deux devant la tombe de Juno.

Mais Junmin n’eut pas le temps de réfléchir plus longtemps, il était devant la grille du cimetière. Alors, il sortit la main de sa poche, bougea ses doigts légèrement, faisant de nouveau circuler le sang à l’intérieur. La froideur de la nuit frappa sa peau nue, et il enfonça un peu sa tête dans son col. La grille grinça alors qu’il la poussait du bout de ses doigts. Un pied après l’autre, il avançait au milieu des sépultures, n’osant pas regarder les photos. L’endroit de jour l’effrayait, alors imaginez sa frayeur lorsqu’il faisait nuit noire, les lumières de la ville faisant grandir les ombres en d’immenses monstres sans formes fixes. La tombe où la photo de Juno prônait au centre n’était plus qu’à un trois mètres de Junmin. Il avait juste à faire deux pas, et il se trouvait devant. Mais quelque chose l’arrêta. Les deux pots de fleurs qu’il avait posé il y’a deux jours étaient renversés au sol, la terre se mélangeant à celle initialement ancrée ici, les fleurs écrasées, réduises en lambeaux de pétales. La rose qu’il avait posé le matin même était dévêtue de ses pétales, celles-ci brûlées, reposaient sur la pierre tombale alors que de la terre mélangée à de l’herbe fraichement arrachée les recouvraient, brisant leurs éclats rouges étincelants. Seule la photo de Juno n’avait pas été abimée, seulement salie par la terre qui avait été balancé furieusement ça et là sur la tombe. Les jambes de Junmin ne tinrent plus, et il s’accroupit, ses mains foulant la terre froide et le marbre glacé de la pierre tombale. Sa gorge était serrée. Il venait s’y recueillir presque tous les jours depuis qu’il avait appris la mort de Juno, et la voir ainsi saccagée, ainsi détruite, c’est comme si on s’attaquait directement à Juno. Les genoux au sol, ne prenant pas garde à son pantalon qui se salissait de vert et d’humidité, les mains sur la pierre tombale, la tête entre les épaules, recourbées, Junmin essayait de respirer. Tout cela était déjà trop pour lui. Ce ne pouvait être qu’une mauvaise blague, ce ne devait être qu’une mauvaise blague, Juno ne pouvait pas être vivant et y retrouverait celui qui a profané la tombe de Juno.

made by roller coaster

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 8 Sep - 14:49
Cover your nightmares, put them away.
your reality is not my reality
Tenue. Haku avait réussi à mettre la main sur son numéro. Il avait retrouvé ce visage, cette personne qui avait tout de même changé depuis ses quelques années. Pas beaucoup, pas assez pour qu'il ne le reconnaisse pas, mais assez pour qu'il puisse y trouver quelques différences. Sur les photos, Junmin avait l'air joyeux, heureux de vivre. Les photos qu'il gardait précieusement sur lui. Un souvenir pour y voir la tête de son frère Juno, mais un trophée pour y voir également celle de Junmin. Sur une seule photo, il avait gardé la tête de Junmin intacte, sur toutes les autres il lui avait gratté le visage de diverses coup de lame de cutter. Il aurait aimé pouvoir lui trancher la gorge comme il l'avait fait sur les clichés mais ça serait trop facile. Le tuer ne lui attirerait que des ennuis, le torturer en revanche serait bien plus satisfaisant. Mentalement, moralement, physiquement, il le ferait souffrir autant que lui-même avait pu souffrir de la disparition de son frère. Cette mort, il la lui remettait directement sur les épaules. Si Juno n'avait pas connu Junmin, il serait encore vivant à ce jour. Il ne serait pas sous cette pierre froide, perdu sous la terre, rongé par les vers. Rien qu'en s'imaginant ça, il retomba dans une crise de rage et arracha tout ce qui pouvait être arraché au marbre. Les fleurs, il les réduisit en lambeau, s'écorchant parfois les mains sur les épines des roses. Les pots se retrouvèrent cassé, écrasé par la semelle de sa chaussure. S'il avait pu, il aurait fait disparaître toutes ombres des cadeaux déposés par Junmin. Comment osait-il encore se rendre sur la sépulture de Juno alors qu'il était celui qui l'avait tué ? Quand Haku sortit de sa rage inhumaine, il était sali par la terre jusqu'à en avoir sur le visage. Son regard rencontra la photo de son frère, photo qu'il caressa du bout de ses doigts sales. Il aurait tant aimé, il aurait tout donné pour revenir en arrière, l'empêcher de connaître Junmin. Peut-être vivraient-ils ensemble à ce jour ? Peut-être seraient-ils en train de jouer à un jeu de société, à rire comme des idiots ou peut-être à regarder un film d'horreur et aller se coucher en se faisant peur. Jamais il ne pourrait faire ça. Plus jamais à cause de Junmin. Un bruit strident le fit sursauter, se lever et s'éloigner, se cachant derrière une autre pierre tombale à quelques pas de là.

Il n'avait pas oublié le rendez-vous qu'il avait donné à Junmin, se faisant lui-même passé pour Juno sortit tout droit des enfers. Ce qui n'était pas faux. En grandissant, beaucoup lui avait dit qu'il lui ressemblait, le plus flagrant étant son regard, ses yeux, qui étaient les même. C'était alors devenu sa seule fierté chez lui. Il remonta son écharpe sur son nez, cachant le bas de son visage et releva sa capuche sur sa tête, ne laissant visible que ses yeux et son front. De là, nous pouvions facilement le confondre à la photo sur la pierre tombale. Imaginer que ça soit la même personne tout en se doutant bien que ça ne pouvait pas être réaliste. Les pas sur le gravier s'était stoppés. Il sortit sa tête de derrière la pierre tombale et observa le dos de Junmin, à genoux au sol. Est-ce qu'il souffrait d'y voir le désastre ? Haku se leva, silencieusement, le plus discrètement possible. Sa main s'était refermé sur une pierre qu'il attrapa dans son geste. Il s'approcha, de plus en plus, jusqu'à n'être plus qu'à quelques centimètres de lui. Son bras se leva et s'abaissa, la pierre cognant contre le crâne de Junmin. Tâchée d'un peu de sang, la pierre retomba au sol quand il la lâcha et il admira le corps inerte de Junmin, espérant ne pas avoir frappé trop fort pour ne pas l'avoir tué. Il se pencha au-dessus de lui, le tournant sur le dos, et approcha son visage du sien. Le souffle de sa respiration s'écrasa contre sa peau qui n'était pas recouverte et il échappa un petit rire. « Nous allons enfin faire connaissance. » Il fouilla dans son sac qu'il avait déposé plus en amont et en sortit deux cordes dont il se servit pour lui entraver les poignets et les chevilles avant de le tirer jusque sur la pierre tombale dépourvue de fleurs à présent. Il admira le corps de Junmin sur le marbre gelé et se posa une seule question. Pourquoi ça n'était pas lui à la place de son frère ? Ça aurait du être lui...

Il ne sait pas combien de temps il s'écoula avant que Junmin ne se réveil. Dans tous les cas, dès qu'il bougea, Haku retourna vers lui, restant debout face à la sépulture comme s'il se recueillait lui-même, faisant abstraction du corps ligoté qui se trouvait dessus. Il soupira, fermant un court instant les yeux. S'il avait pu, ne serait-ce qu'une fois, avoir des pouvoirs et inverser le court du temps... Junmin vivait quand Juno n'y avait pas eu le droit. Ses poings se refermèrent et il observa Junmin qui commençait à gigoter un peu. « Bonsoir Junmin. » Il s'approcha de lui, au-dessus de lui, posant ses fesses sur les hanches du jeune homme. « Qu'est-ce que ça fait d'être à ma place ? » Il était dommage que Junmin ne puisse pas voir son sourire, caché sous son écharpe. Il approcha sa main du visage opale de son visage et effleura à peine les cheveux sur son front, frôlant à peine sa peau du bout de ses doigts gelés. Il faisait froid et l'heure y était sûrement pour quelque chose. La nuit, il faisait bien plus frais que le jour. Haku soupira et descendit ses doigts le long de sa joue puis de son cou, comme s'il essayait de redessiner, sous sa main, chaque trait du visage de celui qui n'y était pas pour rien dans la disparition de son frère. Graver, dans sa mémoire, ce toucher. La sensation que ça pouvait faire de l'avoir enfin physiquement devant lui. C'était jubilatoire. Il poussa un soupire et releva ses yeux sur la photo de Juno. « Tu n'y croyais pas mais maintenant qu'on en est là... je n'ai plus aucune preuve à te donner. » Il reposa à nouveau ses yeux, les figeant dans ceux de Junmin. « Qu'as-tu fais pendant que j'étais mort ? Est-ce que tu vivais sereinement ? Je pensais que tu serais bien plus heureux de me voir réapparaître puisque tu te disais être mon ami. C'est à croire que tu m'as trompé puisque, déjà, tu m'a tué. D'ailleurs, est-ce que c'était jubilatoire ? » Ses doigts posés sur le cou de Junmin, chatouillèrent le creux à la naissance de son épaule avant de changer de direction et que sa main ne se referme sur sa gorge, sans pour autant serrer. « C'était jubilatoire de m'imaginer six pieds sous terre à me faire bouffer par les vers ? A quoi je pourrais ressembler maintenant ? Je ne serais qu'un peu de poussière tu crois ? Pendant que toi, tu es encore fait de chaire et de sang. »
template coded by always and forever of atf

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 26 Sep - 17:05
cover your nightmares


maybe you need to know the darkness, so that you can appreciate the light.

Il n’avait rien vu venir. Tout était allé si vite. Aurait-il dû s’en douter ? Peut-être. Mais ça ne lui avait pas effleuré l’esprit que cela se passerait de cette manière. Il n’avait jamais pensé recevoir ce genre de message un jour, alors ce qu’il se passait maintenant, jamais il n’aurait pu l’imaginer. Il était là, à genoux, l’herbe humide salissant son pantalon, mais il s’en fichait. Il sentait la fraicheur, mais cela n’avait pas d’importance. Il était à genoux, devant la tombe de son meilleur-ami, son frère de cœur. Celui pour qui il aurait tout donné, mais pour qui il n’avait rien pu faire, il n’avait même pas été là pour le sauver, et il était mort par sa faute. La tombe de son meilleur-ami sur laquelle il déposait de nouvelles fleurs chaque semaine. Il savait bien que Juno n’était pas un gars à fleurs, qu’il préférait largement un bon ordinateur et une connexion internet, qu’il préférait un réseau électronique, plutôt qu’un bouquet d’herbe qui sentait bon seulement pendant quelques heures et puis qui se fanaient. Mais c’était le rituel. C’était ce que les vivants étaient supposés offrir aux morts sur leur tombe, la décorer. En y pensait plus sérieusement, tout ceci ressemblait à des conneries. Mais sur le moment, cela semblait tellement être la bonne chose à faire. Junmin, il n’en était pas sûr à 100%, mais il le faisait tout de même. Un signe de respect pour Juno, lui montrait qu’il ne l’oubliait pas. Il ne l’oublierait jamais. Chaque semaine, il prenait soin de venir ici, de se recueillir, auprès de Juno car il ne croyait en aucun dieu. Il nettoyait le marbre grisé de la poussière de la ville qui se déposait sur la surface lisse, et il remplaçait les fleurs fanées par de nouvelles, fraîches. Il ne savait pas s’il était le seul à venir se recueillir sur la tombe de Juno, jamais il n’y avait croisé personne. Et jamais ce qu’il y déposait avait été saccagé de cette manière. Junmin était choqué, et énervé, devant ce spectacle. Comment avait-on osé abimer la tombe de Juno ? C’était comme si on touchait à Juno lui-même. Comme si, une fois de plus, on l’avait blessé et Junmin n’avait rien pu faire pour l’en empêcher. Dans son effondrement, il n’avait pas remarqué l’ombre qui se tenait derrière lui, il n’avait pas remarqué la masse se levait doucement, mais avec fermeté. Il n’avait pratiquement pas senti la douleur. Il avait juste senti ses yeux se fermer, ses paupières devenir incontrôlables, et son corps partir sur le côté avant que cela devienne un total black-out.

Un terrible mal de crâne le tirait de la noirceur de l’évanouissement, pour le plonger dans la presque noirceur du cimetière. Ce n’était surement pas mieux. Ses paupières vacillaient, ça lui faisait un mal de chien. Il ne lui fallait qu’un bref instant avant de se rappeler ce qu’il faisait, son état d’esprit. Et malgré son mal de tête, il essaya brutalement de se relever. Sans grand succès. Il tourna la tête à droite, essayant de lever son bras mais son poignet restait inlassablement près de la pierre froide. Un frisson d’horreur le prit aux entrailles, sa respiration s’accéléra et il ouvrit grand les yeux, regardant devant lui. Aucun son ne sortit de sa gorge alors que la personne en face de lui le saluer. Junmin n’arrivait pas à se calmer, respirant toujours plus fort. « C’est p-pas… » Les mots se mélangeaient dans sa gorge, il voyait flou, les larmes brouillant sa vue. « Dét-détachez moi ! » cria-t-il lorsqu’il sentit le poids du jeune homme sur ses hanches. Il essaya également de bouger ses jambes, mais elles étaient également liées entre elles. Il tourna la tête sur le côté, ne voulant pas regarder ces yeux qui le fixaient. La voix le faisait trembler d’horreur, il n’avait pas la force de regarder ce visage qui lui parlait. Il frissonna sous le contact glacé des doigts de l’inconnu qui se proclamait être Juno. Se sentir toucher par cette main, cette même main qui s’était fait passé pour Juno par messages, cette main qui avait profané la tombe de Juno, lui donnait terriblement envie de rendre ses tripes. Mais au lieu de ça, il tourna la tête, affrontant enfin ce regard, seule chose qu’il était en mesure de voir. À chaque mot, à chaque parole, il sentait un peu plus la pierre tombale rentrer dans sa chair, et le froid engourdir ses muscles jusqu’à les congeler. Ne parlons pas de la douleur dans sa tête. Il contractait sa mâchoire au point de la rendre en cendres, son esprit était en train de se consumer. Une torture, Junmin était clairement en train de vivre une torture mentale. Il ferma les yeux et ressentit un violent frisson de dégout quand les doigts de l’autre vinrent dans son cou, contre sa clavicule, pour finalement se resserrer autour de son cou. Il puisa dans la force mentale qui lui restait pour ouvrir la bouche et parler. « Juno est dans cette tombe. » C’était une affirmation, Junmin ne voulait y laisser paraitre aucun doute. Il voulait se convaincre lui-même bien plus que convaincre l’homme en face de lui. « Qu’est-ce que tu veux de moi ? » Il ouvrit à nouveau les yeux, faisant face à son agresseur. Il était beau tremblant de peur et de confusion, sous la torture mentale, son regard était noir, froid, enragé. Toute un ouragan de sentiments s’assemblaient dans son esprit et il ne savait pas laquelle dominer les autres. « Parce que, j’ai vraiment rien à offrir. »

made by roller coaster

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Sep - 13:04
Cover your nightmares, put them away.
your reality is not my reality
Tenue. Haku le regardait sortir de son sommeil forcé. Il ne cessait de détailler le visage de celui qu'il considérait comme étant le tueur de son frère. Celui qui avait participer à sa disparition. Il ne cessait de se répéter que, sans l’existence de Junmin, Junho serait encore vivant à l'heure actuelle et les deux frères pourraient encore partager de nombreuses choses. Aujourd'hui, Haku en était privé et c'était sûrement ce qu'il trouvait le plus dur. Personne ne pourrait guérir ce maux-là. Alors maintenant qu'il avait en face de lui la personne qui était la cause à sa douleur, il ne comptait pas le laisser là, sans rien faire. Le laisser vivre paisiblement sans au moins tenter de déranger le court de sa vie. Quand Junmin se mit à réagir, sans nul doute qu'un sourire des plus cruels se dessina sur ses lèvres. Il s'installa délibérément sur lui, non sans peser de tout son poids sur son corps, bien qu'il ne soit pas bien lourd. « Te détacher ? Pour quoi faire ? » Il inclina la tête tout en continuant de le détailler avec cette expression presque léthargique. Le toucher, le dévisager, tout apprendre de lui bien qu'il en sache déjà plus que n'importe qui. C'est fou ce qu'un journal intime peut contenir. Encore heureux que son défunt frère lui avait laissé ça sous le coude pour lui permettre de le venger. Il pouvait, ainsi, connaître le moindre secret de cet asiatique, étalé sous lui. Son expression ne changea pas, pas même lorsque Junmin ouvrit la bouche pour parler d'une façon bien désagréable à son oreille. Oui, Juno était dans cette tombe. Ça avait beau être une vérité, Haku n'allait pas le laisser se voiler la face plus longtemps. Il lui voulait une torture intense au point qu'il ne sache plus démêler le vrai du faux, le bien du mal, le réel de l'imaginaire.

« Je suis vraiment dans cette tombe ? Alors comment tu expliques que je me retrouve sur toi ? Est-ce que ça veut dire que toi aussi tu es dans cette tombe ? » Il releva la tête, l'écharpe glissant légèrement sur son nez mais ne dévoilant pas grand chose de différent avec le visage de Juno, ce qui pouvait presque ne laisser aucun doute sur sa prétendue identité. « Tu n'as rien à m'offrir, mais moi j'en ai des tas ! » Il planta son regard dans le sien et abandonna son cou pour glisser sa main dans la poche de sa veste. Il en ressorti une arme. Une petite arme à feu qu'il posa sur le torse de Junmin sans sourciller, comme s'il venait de lui poser un jouet sur le corps. « Tu te souviens de ça ? J'étais si heureux quand je l'ai acheté grâce à un bon plan sur le net. Faut dire que je suis plutôt doué, je n'ai eu aucun mal à déjouer les plans du site web pour changer les prix et avoir un rabais made in Juno. » Il tapota son index sur l'arme tout en enchaînant. « Après le casse, je l'ai planqué pour que personne ne le trouve. Et j'crois même qu'il est encore chargé. » Il se saisit de l'arme et posa le canon sur la tempe du jeune homme, non sans garder ses yeux figés dans les siens. « On va voir ça de suite. On compte jusqu'à trois ? Un... deux... trois. » Il appuya sur la détente. Un clique ce fit entendre et aucun coup ne partie. Un petit rire lui échappa et il ramena l'arme à lui. « Quel idiot, j'ai oublié que j'avais enlevé les balles plus tôt... » Il fouilla dans sa poche et en ressorti une douille qu'il glissa dans l'arme avant de la refermer d'un mouvement bref du poignet. Cette fois, elle était chargé, ça ne faisait plus aucun doute. Il attrapa les mains liées qu'il leva en l'air avant de pointer l'arme sur la paume de l'une d'elle. Il inclina la tête et parla à voix plus basse. « Je crois que, maintenant, elle est bel et bien chargée. On teste ? » Il appuya sur la détente et le coup partie dans un bruit fort et sourd qui se répercuta en écho dans ce lieu sinistre, froid. Et, alors qu'il tenait les poignets de Junmin d'une main, un liquide chaud se rependit sur ses doigts. Le sang. La chaleur du sang vengeur. Lui faire mal ne l'avait pas vengé mais l'avait soulagé et bon dieu qu'il devait souffrir là, à cet instant. Il devait souffrir à tel point que Haku rêvait de lui en faire subir davantage mais il n'avait plus de balles à user, et l'arme ne devait pas servir à le tuer. Sa mort sera un suicide exclusivement prodigué par Junmin lui-même. Il allait le pousser à cette faute, peu importe le temps que ça prendra. Il lui relacha les poignets et essuya sa main sali par le sang sur le visage du blessé, lui donnant alors une tout autre expression. Il était presque sexy maintenant.
template coded by always and forever of atf

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 14:37
 

Cover your nightmares, put them away.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I will cover your nightmares. ☾ Tessa
» 05. Get a slushy ? Well ... c'est la vie ! (Kurt)
» Jesse-Rose Greenwood __ Don't juge a book by his cover. [100%]
» Cover
» Rodolphus Lestrange ☠ Nightmares Personified
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-