AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I pay close attention to people who don’t clap when i win.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 5 Sep - 19:56


Can’t say no to a challenge.
kawee j. madison + nakta iwao


Sortant une petite liasse de billets de son porte-feuille, il remercia le chauffeur du taxi d’un signe de tête, puis lui tendit l’argent qu’il lui devait pour la course. Il ouvrit la portière et sortit du véhicule, l’air frais de ce début de soirée le frappant au visage. Il enfonça ses mains dans ses poches, et avec un sourire, il fixa l’enseigne qui se présentait quelques mètres plus loin, devant lui. Cela faisait plusieurs semaines qu’il n’était pas venu boire un coup dans ce bar aux airs irlandais, tenu par le père d’un des internes avec qui il s’entendait particulièrement bien. Le sourire qu’il avait aux lèvres ne le quittait plus depuis qu’il avait quitté l’hôpital en milieu d’après-midi. Sa semaine de vacances débutait, et il avait bien l’intention d’en profiter. L’air à la fois doux et pollué de la capitale nipponne le fouettait en pleine face, les effluves de moteurs de voiture, de vêtements neufs et d’alcool ingurgité emplissaient ses poumons alors qu’il se dirigeait vers l’entrée du bar. Il monta les escaliers qui menaient à la salle principale, sortant les mains de ses poches, et ajustant sa veste. La mère de son ami l’accueillit en haut des marches, à l’entrée du bar familial. Un air de jazz sortait du tube du saxophone jouait par un homme d’une cinquantaine d’années sur la scène éclairée de deux lampes dans les tons rougeâtres. Des hommes et des femmes étaient attablés, certains savouraient leurs boissons tout en se confrontant dans le blanc des yeux, d’autres préféraient admirer le musicien qui épuisait son souffle afin de leur apporter de la musique qui ravissent leurs oreilles. L’ambiance était à la fois chaleureuse et intime. La faible luminosité permettait uniquement de voir clairement la personne en face de nous, mais le bois ciré du comptoir et la douceur des meubles rappelaient à certains l’endroit chaleureux au coin du feu de leur passé.

Contrairement à la dernière fois où Iwao était venu ici, les tabourets du bar n’étaient pour la plupart pas occupé. Seuls deux hommes y étaient accoudés, leurs regards divaguant entre leurs boissons et le musicien sur la scène, leurs bouches s’ouvrant et se fermant, les mots dévalant leurs langues. Peut-être parlaient-ils affaires, c’était assez courant d’après le patron. En parlant de celui-ci, il était derrière le comptoir et nettoyait des verres entre deux cocktails. Iwao s’approcha du bar et le salua d’un signe de tête, auquel le vieil homme répondu avec un fin sourire aux lèvres. « Ça fait longtemps qu’on ne t’avait plus vu par ici, Iwao. Tu as des nouvelles de mon fils ? » Iwao hocha la tête. Le vieil homme était très accueillant et chaleureux, c’était un plaisir de parler avec lui. « Il va bien, ne vous en faites pas. » Iwao s’accouda au comptoir et s’assit sur le tabouret qui se présentait à lui. Son regard divagua une nouvelle fois sur les personnes présentes dans la salle, avant qu’il ne remarque une jeune femme accoudée non loin de lui, un verre à cocktail presque vide devant elle. Il se leva en douceur, ne faisant aucun geste brusque, prenant son temps sans être trop lent pour s’approcher de la jeune femme. Son avant-bras se posa sur le comptoir et il pencha légèrement la tête sur le côté. « Je peux vous offrir un verre ? » dit-il d’une voix rauque, qu’il prenait dès qu’il passait en mode séduction. Puis, il se tourna vers le barman qui était habitué à son manège, et il leva deux de ses doigts, et le barman hocha la tête, sachant pertinemment ce qu’il devait préparer. Iwao prenait toujours la même chose lorsqu’il venait ici, un Gin Fizz. En attendant, Iwao se hissa sur le tabouret derrière lui, et posa ses coudes sur la surface lisse du comptoir. Son sourire charmeur présent sur ses lèvres, il se tourna vers la jeune femme, ni trop ni moins. Il n’ajouta rien, il préférait toujours attendre qu’elles disent quelque chose qui trahissent leur façon de pensée, et alors Iwao pouvait s’adapter, et finir la soirée en beauté.
©TENNESSEE.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 8 Sep - 0:46



Madison & Iwao

La capitale japonaise, elle nous promettait et offrait monts et merveilles. Entre les différents divertissements que la ville nous proposait, il y avait le choix, boîte de nuit, bar, pub, salle d'arcades, agence, et bien d'autres choses. Tokyo avait pour habitude d'être animée, sûrement dû au fait que cette dernière soit extrêmement peuplée. Ce soir la jolie Madison avait décidé de se rendre seule dans un endroit, mais elle ne savait pas encore où, elle avait envie de tranquilité, pour une fois dans sa vie. La liberté de faire ce qu'elle voulait à n'importe quelle heure, ça la faisait vivre et exister dans ces rues éclairées de Tokyo, elle laissait l'air frais se coller sur sa peau légèrement halée, un air enfantin sur le visage, elle continuait de marcher comme si tout ça ne représentait presque rien à ses yeux à part un banal jeu qu'on finirait par se lasser. Mais pour le moment, elle continuait de jouer à ce jeu de faire croire qu'elle était innocente en apparence, mais il n'en était presque rien, elle se savait capable de beaucoup de choses. Elle s'arrêta devant le bar qui avait des allures irlandaises, ça dégageait une aura calme et apaisante, une aura qui se voulait pas comme l'ambiance qu'il pouvait y avoir en boîte de nuit, ça semblait plus calme et soft en extérieur, mais ça n'enlevait rien à son charme. Elle fit quelques pas avant d'atterir devant la porte qui donnait accès au bar, elle la tira alors avant d'entrer à l'intérieur de ce dernier, la température devint légèrement plus agréable, un peu plus réchauffée et on pouvait entendre le son du saxophone joué par un assez vieil homme qui était très agréale à écouter, il méritait sûrement qu'on prête une attention particulière à écouter ce qu'il jouait. Le bar était dans une ambiance assez discrète, il n'y avait pas beaucoup de personnes aujourd'hui, tant mieux dans un sens, se disait Madison, elle pouvait apprécier les grosses soirées comme celles qui étaient beaucoup plus calmes, elle glissa les mains dans les poches de sa veste avant de se prendre la direction d'un tabouret libre, une fois qu'elle fut arrivée à l'endroit voulu, elle s'installa sur le tabouret en hissant son corps fin sur ce dernier.

Un serveur prit sa commande, elle avait voulu prendre un tequila sunrise pour cette douce soirée, elle n'avait rien prévu de fou pour ce soir, en fait elle était entrain de prévoir ce qu'elle allait faire de sa semaine, il fallait qu'elle s'organise entre ces deux jobs, dont un qu'elle devait garder secret ; mais elle le faisait plutôt bien et sans difficulté. Elle étira ses bras vers le plafond avant de pencher la tête légèrement en arrière, avant de venir boire quelques gorgées de son cocktail, elle pianota quelques minutes sur son téléphone pour répondre aux messages avant de le ranger, elle but de nouveau quelques gorgées de son cocktail, le verre était presque vide, il ne restait qu'un fond de verre. En fait c'état ennuyant de ne pas avoir de jouets pour s'amuser, elle n'aimait pas trop cette sensation de solitude, qu'on ne s'intéresse pas à ce qu'elle faisait. Cette narcissique au dernier degré adorait accaparer l'attention des autres, mais pour ce soir ça semblait mort. Jusqu'au moment où un jeune homme s'approcha de la brunette, elle tourna lentement son regard vers lui lorsqu'il prit la parole. Il se hissa par la suite sur un tabouret à côté d'elle, à sa question, elle laissa un léger sourire amusé se dessiner sur ses lèvres. Le divertissement pour une soirée avait pointé le bout de son nez pour piquer la place à l'ennui cela ravit cette chère Madison.

- Bien sûr, je ne vais pas vous en empêcher. Rétorqua-t-elle avec un air amusé, à l'intention de l'homme qui se voulait mystérieux et légèrement silencieux après sa demande. Il voulait peut-être voir comment Madison allait réagir ou  ce qu'elle alla faire. Espérons que ce dernier n'en attende pas trop d'elle, bien que ça puisse amuser Madison de voir les hommes s'attacher à elle, croyant bêtement qu'elle pourrait vouloir autre chose qu'une histoire d'un soir. Même les relations amicales étaient compliquées avec elle.

La brunette tourna légèrement son regard vers le serveur qui alla chercher la commande que le jeune homme avait commandé silencieusement, il devait avoir l'habitude du jeu de ce dernier, présuma-t-elle. Ca devait être un habitué alors, contrairement à Madison qui n'avait jamais mis les pieds en ce lieu avant ce soir. Même si elle se dévoilait légèrement à cet inconnu ce soir, il ne saurait que ce qu'elle veut bien montrer, elle resterait mystérieuse même si après ils ne reprennent plus contact, il ne pourrait jamais savoir toute la vérité sur Madison.

- Tu es un habitué, on dirait. Dit-elle avant de tourner de nouveau son visage vers ce dernier, il fallait pas qu'il croit qu'elle était bête et qu'elle ne voyait pas clair dans son jeu, mais bon elle n'allait pas refuser non plus ce petit jeu ça n'avait jamais tué personne de jouer, surtout pas elle ; elle adorait ça.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 20 Sep - 0:01


Can’t say no to a challenge.
kawee j. madison + nakta iwao


Ses lèvres s’étirèrent en un sourire un peu plus grand, montrant cette fois l’éclat de ses dents blanches contraster avec le rouge de ses lèvres. Jamais aucune femme ne l’avait empêché de leur servir un verre. Et il appréciait ça. Qu’on ne lui résiste pas, qu’on lui montre que son charme est toujours aussi efficace. Et peut-être que c’était ça, le problème. Personne ne lui résistait, personne ne refusait son offre avec un air narquois sur le visage. Tout cela devenait trop facile pour Iwao, ses soirées se ressemblaient toutes plus les unes que les autres, et ça en devenait… lassant. Terriblement lassant. Son regard se fit plus perçant, ses lèvres se pincèrent et s’étirèrent en un petit rire presque inaudible. « On dirait, oui. » Iwao n’était clairement pas du genre à dévoiler la quelconque information sur lui. La seule chose que ses conquêtes d’un soir, au bar ou dans un lit, pouvaient éventuellement savoir sur lui, était qu’il était chirurgien. Quel gâchis de dire qu’il était encore un interne. Personne ne s’intéresse aux internes. Mais tout le monde semble s’approcher d’un peu plus près, s’ils vous imaginent en blouse blanche, avec la confiance en soi et l’arrogance d’un chirurgien. Il apporta le rebord de son verre à cocktail au bord de ses lèvres et but une gorgée, savourant l’irritation brûlante que laissé trainer l’alcool dans sa gorge jusqu’à son estomac. Iwao aimait l’alcool. Il n’était pas un alcoolique, à boire chez lui, seul dans le noir. Il aimait boire en compagnie, deux ou trois verres lui paraissaient bien. Il n’aimait pas l’alcool en soi, à vrai dire. Il n’aimait pas cette sensation de brûlure qui le fit grincer des dents maintes et maintes fois les premières années où il se mit à goûter la boisson défendue. Il aimait la sensation après. Celle où on a l’impression que son corps revit après la brûlure, où on a l’impression que son cœur pompe le sang un peu plus rapidement, et alors tout notre système s’accélère juste comme il faut, et alors on se sent frais, neuf. Prêt pour affronter ce qui suit.

« Et pourtant… » Il reposa son verre sur le comptoir, tournant la tête en face de lui. Il traça le bord du verre de son doigt fin et habile, avant de se lever son regard à nouveau sur la jeune femme. Un sourire revint se loger sur ses lèvres. « Je ne suis qu’un homme dans un bar. » C’était comme une présentation. Il n’y avait aucun prénom ou nom, aucun échange de salutations, aucun échange d’informations privées, ou autres, mais c’était une présentation de la part de Iwao. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui réponde, à ce qu’elle se présente de la quelconque manière qu’elle souhaite à son tour. Et il ne s’en formaliserait pas. Au lieu de ça, il indiqua d’un mouvement de tête l’endroit un peu plus éclairé où le quinquagénaire jouait du saxophone les yeux fermés. « Vous aimez le jazz ? » La musique. Son collègue, le fils du patron du bar, lui avait dit à plusieurs reprises, que la musique n’était pas une bonne entrée en scène s’il voulait avoir du sexe à la fin de la soirée. Iwao ne faisait pas ça pour le sexe, du moins pas à chaque fois. Et, de toute manière, il arrivait toujours à avoir ce qu’il voulait, même en commençant par parler de musique. « C’est parce que t’as un charme de fou, j’peux pas rivaliser contre toi Iwao. » lui avait dit un jour son collègue. Iwao s’était contenté d’hausser les épaules et de retourner travailler, un sourire en coin impossible à retirer de son visage.
©TENNESSEE.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 12:51
 

I pay close attention to people who don’t clap when i win.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-