AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Little Muay Thai. /Shin/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 24 Sep - 21:33
TENUE ֍ Le dernier élève se mangea les cordes du ring en douceur sous le sourire en coin du prof qui se redressa, pour jeter un coup d'oeil à l'horloge de la salle réservée aux arts martiaux, attenantes au gymnase. En contournant la piste d’athlétisme on pouvait rentrer par une porte annexe de secours, ou bien passer par les couloirs. Il lui arrivait de faire cours ailleurs quand la pièce était monopolisé pour une quelconque raison, mais vu qu'il s'agissait du club là, il l'avait de réservé donc inutile de trimballer une flambée de gosses insouciants qui bien souvent prenaient le cours pour une défouloir de chiens de rue. Les claques filaient souvent sur les crânes pour leurs conneries et vu que Rao était loin d'être petit et frêle, il réfléchissait à deux fois avant de réitérer leur audace violente. Mais bon... il était bien évident que le cours suivant, c'était rebelotte, ce qui quelque part permettait aussi au prof de se défouler. Non pas qu'il tabassait ses élèves, quoi que certains avaient besoin d'une putain de correction, mais on lui devait le respect et tous le savaient jusqu'à ses collègues. Le dernier en date à avoir voulu se mesurer à lui avait mal fini, même s'il avait réussi à le planter... Loki.. Il était encore blessé à l'avant-bras, bandé du poignet au coude et entouré d'une protection plate et incassable.

Certes, ça lui avait fait mal les rares fois où on l'avait heurté en plein dedans, mais il avait assez de techniques et de réactivité pour éviter les impacts sur les points de sutures qui dormaient sous le pansement de taille. Il aurait pu s'arrêter pour ça ? Prendre quelques jours de congé ? C'est quoi ça. Connait pas. Rien à foutre de se reposer, il allait déprimer s'il ne foutait rien, alors oui, il bossait blessé depuis bien une semaine et le premier qui le forçait à s'arrêter pour ça prendrait une claque. Il  déclara le cours terminé, et s'assura que l'élève qui l'avait défié juste avant allait bien. Il fallait dire qu'ils avaient de l'ambition et l'affronter faisait partie de l'apprentissage. Surtout pour ceux qui voulaient se diriger là dedans. Bien entendu qu'il mesurait sa force. Ils avaient beau être de très bons élèves, leurs cuisses ne faisaient pas l'épaisseur de celles de Rao, ce qui au Muay Thai était une chose un peu problèmatique. Mais vu qu'il existait également des catégories en poids aujourd'hui, il était normal qu'il entraine aussi des poids plumes. Et puis certains étaient aussi là pour le plaisir, pour apprendre à se canaliser, ou bien se défouler également, du coup, Rao leur faisait extérioriser tout ça. La douleur de leurs coups ? Ce n'était pas s'il n'avait pas encaissé depuis plus de quinze ans n'est-ce pas ?

A présent seul, il avait rangé le matériel dans un coin, dans trois énormes sacs, et monta sur une chaise pour décrocher l'énorme sac de frappe qui trônait dans une partie de la pièce. Il ne devait pas laisser le matériel amovible à portée du premier venu de toute façon, c'était un coup à se le faire chourer au final. Qui dit école de gamins friqués, ne dit pas forcément gamin bien élevés, au contraire et certains avec les couilles plus grosses que la raison. Des couilles que Rao s'empresseraient de réduire à l'état de pruneaux s'il choppait les petits malins mais autant ne pas prendre le risque et puis... il avait besoin d'être entretenu aussi. La chaîne du sac surtout. Il s'assit sur un banc, posa le sac de frappe en cuir noir au sol. Un sol recouvert de tatami bleu et noir, sur toute la grande surface. Sur le coté de la pièce, un ring assez imposant pour les combats réalistes. Il attrapa un tissu et un pot de graisse et commença sa besogne sans se douter qu'il aurait de la visite.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 25 Sep - 0:02


TENUE ~ (Sans la fille hein XD) ~ Shin marchait dans la rue, se mordant la lèvre, pour aspirer le sang qui y couler, il s'était encore battue, et encore avec la même personne. Il rit intérieurement, c’était TOUJOURS la même personnes, à croire que ce dernier ne pouvait pas vivre sans le faire chier, avait-il que ça à faire de sa putain  de vie ? Pas Shin en tout cas, il regarda autour de lui et soupira quand il se rendit compte d'où il se trouvait. Il marmonna << Non mais sérieusement >> Il souffla un bon coup, en ayant vraiment marre de cette foutue journée. Il avança vers la première porte et souris grandement une fois à l’intérieur avant de se poser contre le mur et observa le spectacle qui se passer en face de lui, habituellement c'était lui qui donner les coups, mais ce n'était pas pour s’entraîner, alors oui, Shin se délecter de cette scène, le sourire aux lèvres.

Shin se demandait sa force, était-il réellement fort ? ou l’élève complètement nul ? Les deux. L'homme pouvait être fort mais l’élève semblait ne pas être très fut fut non plus.. Shin n'était pas le plus fort, mais pour en avoir frappé plus d'un il connaissait sa force, il savait que l’élève le battait, mais si ils se battent à mains nues et sans technique Shin était sûr d'avoir une grande chance de le battre, il sourit encore plus a cette réflexion, rigolant doucement. Il pensa rapidement a ce qui venait de se passer, il passa son pouce sur sa lèvre inférieure et baissa les yeux avant de râler et de porter son pouce a sa bouche, il secoua sa main et se reconcentra sur ce qui était apparemment le prof, il l'observa quelques temps en penchant la tête, s'imaginant combattre avec lui. Oh non, il ne durerait pas longtemps, mais pour une fois ça serait un minimum drôle.

Il regarda l’élève sortir, passant juste à côté de lui, il s'inclina légèrement et lui fit un sourire amusé, il le suivit du regard puis reporta son regard envers la même personne depuis le début. Il rangeait, Shin se demanda pourquoi il se fatiguait à ranger, pourquoi se fatiguait-il ? Ce mec devait se péter le cul tous les soirs à faire ça, ce qui le fit bien rire, au grand jamais il ne rangeait. Il y avait des personnes pour, alors pourquoi s’embêter ? C'était leurs travail, ils étaient payés pour alors pourquoi il le ferait ? Il le vit attraper un pot et se dit que c'était le bon moment pour faire son entrer. Il se releva du mur sur lequel il était appuyé, mit ses mains dans ses poches et s’avança tout en observant légèrement se qui l'entourait, il arriva devant lui << Besoin d'aide peut être ? >> Tout ça avec son éternel sourire amusé.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 27 Sep - 12:45
Calmement, ses mains entamaient le rituel habituel d'entretien du matos. En soin, ça ne lui posait pas de problème de conscience. Il laissait la flemme à la génération d'aujourd'hui. Les trois quarts des gamins de cette école était pris de flemmingite aigue chronique, pour tout et rien. Ça pouvait aller du fait de faire un devoir comme il voyait avec les autres profs, au fait de faire ses lacets, de dire bonjour, de faire des actions bénéfiques pour les autres ou tout simplement de fermer une porte. Par contre pour faire des conneries, ils n'avaient jamais la flemme. Rao n'avait pas été élevé comme ça, ni formaté comme ça. Il était un des rares spécimens pour qui se bouger le cul était une gratification personnelle. Automatiquement, aucune action n'était interprété comme étant un fardeau, elle était juste là, il fallait la faire, point barre. Sans compter qu'il considérait que ceux qui avaient la flemme, étaient ceux qui avaient le temps de s'ennuyer, donc dont la vie était tout sauf passionnante. Ou ceux qui avaient du tout pour se faire plaindre. Lui n'en avait pas. Et certains pas du temps à perdre. Il avait du respect pour ceux qui avaient des couilles. Et dans ses élèves, ceux qu'il estimait le plus étaient d'ailleurs biens souvent des bagarreurs de base, mais qui avaient juste été mal guidés, mal formés à la vie et qui se défendaient ou se manifestaient comme il pouvait. Ceux qui venaient là juste pour se la péter ne l'intéressaient pas, bien qu'il était clairement obligé de leur apprendre, mais il faisait juste sa fonction de prof avec eux, rien d'autres. Les privilégiés étaient donc rares.

Le calme, et juste le bruit des chaînons qui clinquaient dans ses doigts enduits de graisses. Il se les essuya, et vérifia la soudure de l'attache au sac de frappe quand il entendit une voix masculine plutôt jeune. Il tourna lentement les yeux. Tiens donc, il ne l'avait pas vu celui-là. Aussi loin qu'il se souvienne, il ne se rappelait pas l'avoir eu en élève. Un intéressé ? Il commençait avec un bon point s'il se proposait son aide. C'était déjà une preuve de bonne volonté, ce qui était d'ailleurs peu courant. Il l'observa un court instant de haut en bas. Il semblait solide ce gamin. Plissant les yeux, intrigué, il se releva sans le lâcher du regard , ne le quittant que pour redresser le sac de frappe noir, débout et y poser le bras. Même taille que lui, ça changeait de ces nains. Avec un peu de boulot, il pouvait faire un bon combattant ce petit gars. Rao sortit de ses pensées avec un sourire en coin. « A qui ai-je l'honneur ? »

La voix résonna dans la pièce gravement comme un lent ricochet... « Si tu proposes, tu peux attraper un de ces sacs là bas ? Fais gaffe, ils sont bien lourds. » Test de capacité? Comme on dit , mieux vaut prévenir que guérir. Il ignorait pourquoi il était là, et peut-être bien qu'il venait juste de la part d'un autre prof, même si Rao n'était pas dupe. Vu le visage du gamin, il était là pour le sport et pas pour causer fille ou formalité administratif. Il chargea le sac de frappe sur son épaule et le lâcha enfin du regard, entre deux mèches noires.
« Sois ta copine est une sauvage et ça m'regarde pas, soit tu t'es battu. Qu'est-ce qui t'amènes ici ? »

Il s'éloigne et ouvre la porte de la réserve qui garde à clef tout le matos de la salle. Histoire qu'il aille pas faire chier l'administration pour remplacer du matos volé. En fait, il s'en foutait qu'on vole tout ça, ils avaient les moyens de remplacer. Non ce qui le soûlait c'était la paperasse, et d'attente que le matos arrive. Autant s'épargner l'énervement inutile. Certains lui tapaient déjà assez sur le système comme ça. Quoi que ça pourrait être marrant de remplacer le sac de frappe par un élève. Genre Ko, la capitaine de l'équipe de boxe. Ça lui remettrait peut-être le cerveau en place, si tant est qu'il en est un bien sûr. Il posa le sac de frappe dans la pièce et revint chercher les sacs restant, balançant tout ça sur les étagères.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 27 Sep - 15:24


Il le regarda et lui sourit quand ce dernier se retourna, il mettait du temps à réagir lui. Ou à le mater, tout dépend du point de vue, même s'il penchait plus vers la première position . Oh non, pas qu'il doutait qu'il puisse le mater, Shin était canon et le savait, par contre, ce mec, pas sur qu'il est gay... Par contre, Shin n'était pas patient.. Il le regardait faire, jusqu'à ce qu'il se relève, maintenant qu'il était en face de lui, il pouvait confirmer qu'il était balaise, ça il n'en doutait pas. Était-il dans la merde ? Ouais, ce prendrait-il des coups ? Oh que oui, et il sent qu'il va aimait ça. Non Shin n'est pas masochiste... Il aimait juste ce battre, et quand tu passe ton temps a te battre et toujours gagner, la baston devient fatiguant, lassant même. Il avait envie de se battre pour de vrai, les coups ne lui faisaient pas peur, il en était pas à son premier, était-il fou ? Sans doute. Il revient à la réalité quand il entendit sa réponse.

Qui je suis ? Il avait envie de rire, qui était-il ? Mh, alors, joueur ? Ou comme d'habitude, détaché ? Aller va, pourquoi changé les bonnes habitudes ? Il lui répondit donc d'un ton détaché. << Kagawa Shin, et toi qui es-tu ? >> Il enleva ses mains de ses poches et les regarda l'espace d'une seconde, une d'elles saigner encore un peu, il soupira doucement. Il ne soupira pas longtemps, un léger rire s’échappa quand il entendit sa requête. Pourquoi il avait proposé son aide déjà ? Il avait toujours des bonnes idées lui. Et puis merde quoi, on n'avait rien sans rien pas vrai ? Il dirigea son regard vers sacs et soupira franchement avant de se diriger vers ces dernier, lourd ? La bonne blague, le prenait-il pour quelqu'un sans force ? Il prit un des sacs et le porta, le calant correctement pour qu'il ne tombe pas avant de le ramener vers lui.

Une fois revenu il alla poser le sac, mais il le lâcha et il retomba sur son pied, ne s'attendant pas du tout à ce genre de question. << Putain ! >> Il fit un bruit bizarre et regarde son pied avant de râler, puis remonta son regard vers ce mec. Déjà, une fille ? Sérieusement ? Même si s'en était une, il ne l'aurait pas laisser le touché, même pour du sexe. Et de deux, en quoi ça le regardait ce qui ait pu se passer ? Essayait-il de lui faire croire que ça pouvait un minimum l’intéresser ? Il s'enleva rapidement cette idée, personne ne le faisait, alors pourquoi lui, un inconnu le ferait. Il répondit quand même, d'un ton plus sec cette fois-ci. << J'touche pas aux filles, j'aime les mecs. Et ouais, j'me suis battu. Qu'est ce que je viens faire la à ton avis ? J'viens pas pour mater, même si je pourrais. >> Il le regarda amusé a cette pensé, il était vrai qu'il y avait sans doute de quoi mater, mais Shin n'était pas ce genre de mec, enfin si, rien qu'un peu, mais ce n’était pas ce qu'il l’intéressait ici. Pas aujourd'hui en tout cas.

Pourquoi il était ici ? C’était logique. Pourtant, il remit sa cause en question, pourquoi était-il la ? Lui qui ne fait jamais partie de rien et qui reste toujours dans son coin avec ses potes. Il en avait pas la moindre idée, il a entendu parler de ce club ya même pas deux jours, il  ne voulait pas y aller, mais la curiosité est plus forte que tout, il quand il est passé juste à côté, il n'avait pu s’empêcher d'y rentrer, il ne savait pas si c'était une bonne chose ou pas ? Shin n'était pas du genre à écouter et obéir, même si ce mec ne donnait pas envie de désobéir. Mais il avait désobéi plus d'une fois a son père, donc même s'il ne fait pas ce que dit ce mec, ce qu'il pourrait lui faire n'était rien comparé à ce que lui faisait son père, il grimaça avant de frissonner légèrement à cette penser. Ta gueule Shin. Pourquoi pensait il a ça maintenant ? Il se frapperait s'il le pouvait. Il se reconcentra et imita les gestes de la seule personne présentent ici à pars lui.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Sep - 1:59
Et toi qui es-tu ? C'était une plaisanterie ? Ce gosse venait ici, sans avoir la moindre idée de qui tenait les rênes ici ? Ne pas connaître un prof encore ok, mais il enseignait les arts martiaux et la boxe au lycée et à l'université et était entraîneur dans les deux clubs liés à ces matières. Il débarquait d'où ? Et en plus il le tutoyait ? Ah... encore un petit prétentieux, fils à papa qui ignorait les règles de respect, les hiérarchies dans l'enseignement art martial et l'humilité face aux ainés. On ne dit pas « tu » à son sensei bordel ! Rao ne dit rien pour le moment, pour voir jusqu'où ce Shin compte prendre ses aises. Il commence à en avoir un peu ras le cul de les remettre à leur place, mais c'était aussi son rôle, alors il le prenait avec flegme et maîtrise. Le grand brun l'aida à porter un sac, mais ça ne se finit pas en douceur. Facile à déstabiliser. Manque de concentration et de canalisation. Impulsivité. Tout pour plaire ce putain , mais en soi c'était de bonne base, mal gérées, mais bonnes quand même. Ne jamais penser que Rao donne une ordre ou fait une requête au hasard. Tout est sujet à observation, déduction et adaptation. C'était aussi pour ça que les élèves ne lui marchaient pas dessus comme beaucoup de profs se laissaient faire ici. Ils savaient pertinemment que le prendre pour un con ou essayer de le dupé, c'était risqué sa tête. Le boxeur ne dit pourtant rien. Toutes ces informations étaient pour lui, et lui servirait.

Et quelles informations. Quelle connerie (ou pas) n'avait-il pas dit sur le sujet des filles. Cela ressemblait plus à du prêcher le faux pour obtenir le vrai. Alors il était gay. Rao ne se formalisait pas sur ce genre de détail, il ironisa même sur le sujet en hissant un sac qui n'avait rien à foutre au sol d'un autre jour, sur des crochets en hauteur : «Mecs ou filles, ça change pas grand chose, tu peux finir dans le même état. Tu fais c'que tu veux tu sais.» Il eut un sourire en coin et repartit chercher les autres sacs. Rao était certes strict et brutal, mais chiant pour autant sur les sujets de discussions et encore moins coincé. Il en avait vu des vertes et des pas mûres avec ces gosses, y compris des élèves qui se tripotaient dans les vestiaires. Il avait été obligé de les surprendre pour qu'ils flippent et respectent les autres. Ils s'en foutaient en soi qu'ils soient gay, c'était pas son cul. Il était même très ouvert d'esprit vu le précepteur qu'il avait accepté pour sa fille, mais il l'avait fait pour eux surtout. Le boxe est un sport pas mal misogyne, et les sportifs en général le sont. Ils n'avaient aucune envie d'aller devoir ramasser deux trois protégés à la petite cuillère parce que leurs camarades les avaient passé à tabas pour leur préférence sexuelle.

Une fois qu'il eut ranger le reste des sacs, il s'approcha pour de bon de Shin, très sérieux. Il lui colla une paire de gants de muay thai sur le torse, et le fixa clairement dans les yeux.

« Pour ta gouverne, je suis le prof et l’entraîneur des deux établissements. A l'avenir, adresse-toi mieux à moi et je serai on n'peut plus conciliant. Comme on dit : si tu me respectes, je te respecterai. Reparles-moi comme ça, et je te fous sur le ring avec une bonne droite comme bonjour. Ici, les règles sont simples. Pas de manières, t'es là pour te battre dans les règles de l'art, apprendre et respecter tes aînés. J'n'humilie jamais personne, mais j'aime quand on est droit et bosseur. Si je te dis de faire cinquante pompes parce que t'as merdé, tu les fais. Si je te demande sur le ring pour m'affronter, tu montes. C'est à prendre ou à laisser. Je vois assez de branleurs qui viennent ici pour ne rien foutre et me prendre de haut. » Il lâche les gants, la sienne sur l'épaule et sort de la pièce en disant : «  Tu pars avec de très bons points. Vu tes blessures, t'es pas du genre à te plaindre, tu tiens encore debout, donc t'es endurant et t'as des couilles et tu dois probablement aussi aimé ça.  A toi de voir. Je te laisse réfléchir, je finis de ranger. »

Rao jeta la paire de gants sur le ring et s’éloigna pour décrocher d'autres sacs plus petits et ramasser des sangles de tissu qui traînait par ci par là.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Sep - 4:39


Non mais..Non mais.. Il rêvait pas vrai ? Mecs ou Filles, je peux finir dans le même état ? Et puis quoi encore... Il le regarda partir et l'observa. Il ne savait pas s'il devait l'appréciait ou le détester, que ça pouvait le perturber... Il ne savait absolument pas comment réagir, se taire ? Rester calme ? S’énerver ? Ouais non, oublions la dernière solution. Et putain qu'est ce qu'il avait mal, ça pesait lourd c'te merde. Ce n'est que maintenant que l'informa lui vint au cerveau, "tu fait ce que tu veux" Encore heureux tu me dira... Mais pas de rire ? Rien ? Ok, ce mec l'intriguait encore plus. Parce que oui Shin etait gay et l'assumé entièrement n'ayant aucune honte, de toute façon le premier qu'il lui faisait une réflexion ce manger un joli poing en pleine face, ou au pire il finit avec un nez cassé. Mais des réflexions sur sa sexualité, il en prenait tous les jours, et lui, quedal. En vrai, la de suite il était surpris, ça ne se voyait pas, mais il l'était, il s'attendait a un 'qu'est ce que tu fous la si tes gay' ou un truc dans ce genre... Le pire dans cette histoire c'est si son père l'apprenait, a cette réflexion il mord sa lèvre. Si son père l'apprenait il serait, déshériter et virer. Enfin... La n'est pas le sujet.

Non mais... Mon dieu, quelle situation horrible, pour la première fois de sa vie il ne savait absolument pas comment réagir en face de lui, il n'allait pas tenter le diable et le chercher, ou l'énerver, bien qu'une petite baston ne le dérangerait pas, mais ce soir, c'est soirée chez lui, et il se douta que si son père le vit arriver dévisagé, ça n'allait pas lui plaire. Et puis merde.. Depuis quand se préoccupait il de ce que son père pouvait dire ou pensait ? Au pire il se prendrait une bonne baffe devant tout le monde et tout sera réglé. On verra bien comment ça se passe. Il vit l'homme se rapprocher de lui, et recula légèrement quand se dernier lui colle les gants au torse et le fixa.

Subjugué. Ouais, c'était son état, jamais, au grand jamais il n'avait connu quelqu'un comme lui.. Il était carrément imposant. Il laissa échappait, a son grand malheurs, un hoquet de surprise. Même son père n'était pas comme ça.. Fin c'était différent, son père lui, était cruel. Il n'osa pas, pour la première de sa vie, répondre. Bien que s'il l'aurait fait, ça n'aurait fait qu'empirer la situation. Prof de.. Non mais... Il s'en doutait bien, il marmonna dans sa barbe « Pas ma faute si je connais pas son nom » Qui aurait pensé qu'il se trouverait la aujourd'hui ? Pas lui. Le respectait ? Sérieusement... Il respectait même pas son propre père bon sang... Non, enfaîte, il respectait personne.. Shin failli se baffer quand un rire allait sortir pour la réplique du ring, il aimait ça... Ce mec était énorme, et n'hésitez absolument pas a le renvoyer chier.. Personne ne le renvoyait chier.. Il soupira, oh que oui il risque de se prendre des tonnes de claque alors... Pas qu'il ne voulait pas le respectait, mais c'était plus fort que lui.

Droit et bosseur hein ? Bosseur oui.. Droit, ça reste a voir, quand il veux quelque chose, il fait tout pour l'obtenir. Donc ça, ce n'est qu'un détail. Et c'était quoi cette règle ? 50 pompes parce que j'aurais merdé ? Vraiment ? Ouais, non, il ne savait décidément pas comment réagir a tout ça.. Alors il se contenta d’écouter, sans bouger. Il sourit amusé. Il voulait donc quelqu'un qui bossait et qui l'affronte.. Il allait être servi, Shin aimait se battre, prendre des coups ne le dérangeait pas, donc ouais il a pas a s’inquiéter pour ça, s'il veux qu'il monte, alors il montera. Il le regarda partir.

Endurant, oui. Il aimait ça ? Oh que oui. Finalement, cette situation, il l'appréciait, ce mec était extra, il n'avait pas peur de l'envoyer chier et de le frapper s'il le faudrait. Shin releva la tête souriant, avant de se tourner et marcher en direction du dit, prof, avant de lui lancer sa réponse.

<<  Pour votre gouverne, et je vous ai bel et bien vouvoyé. Je ne connaissais pas votre position étant donné que je ne savais absolument pas que j'allais passais par la. Je peux pas vous promettre de vous respectait mais j'peux au moins essayait >> Il grimaça, même lui n'en revenait pas d'avoir dit ça. << Néanmoins, vous n'avez pas le moindre du monde a vous inquiéter sur le fait d’être bosseur, j'ai beau être un sale con et tout ce qui s'en suis, j'aime apprendre. Ne vous inquiétez pas pour le fait de montait. S'il le faut je monterais, et sans rien demander. Et sachez que jamais je ne me plains, j'ai tellement l'habitude de me battre que oui, je suis plutôt résistant. Et pour finir, j'adore ça. Pas besoin de réfléchir, je sais ce que je veux. Vous êtes..différent, j'vous aime bien >> Shin lui souria grandement et amusé. << Estimez vous heureux, j'aime pratiquement personne, oh et je peux pas non plus vous promettre de vous vouvoyer tous les jours. Je hais ça. Sur ce, je suis censé faire quoi, la ?>>

Tuer, il voulait se tuait. Avait il prit sa tirade pour de l’insolence ? Aucune idée, mais en tout cas, il en a eu des frissons tellement il a détesté dire ça, alors non, il avait été sincère, mais que c'était horrible de vouvoyer quelqu'un.. Par contre pour les pompes, jamais il ne les ferait. Ou peut être que si ?

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Sep - 12:36
Shin avait souri, mais Rao voyait dans son regard que le gosse attendait des preuves, comme s'il avait l'habitude d'être déçu ou mal traité, peut-être avec dédain... il ignorait l'entourage de ce dernier , donc difficile de déterminer ce qui l'avait forgé. Mais dans ce genre d'endroit, les gamins vraiment solides en ont généralement chier avant. On ne peut pas mimer la rudesse d'une personnalité. Bien que jeune, Shin semblait taillé dans ce métal qu'on voit souvent chez les fils de PDG dont on attend tout trop vite, trop tôt et pas avec la bonne matière... ce qui en fait d'excellents hommes d'affaires souvent impitoyable mais aussi des hommes foncièrement brisés. Qu'est-ce que venait cherché ce gamin ici au fond ? Un besoin d'exister pour de vrai, se sentir vivant ? Une raison à laquelle se raccrocher de son propre chef et non selon la volonté d'une supérieur familial ? Il avait l'autorité naissante en lui, mais pas la charisme, la volonté mais pas la force... en gros, Rao avait eu un large sourire intérieur. Il avait un chiot hurlant de l’intérieur en face de lui, mais qui souriait, un temps soit peu sarcastique et … un brin menteur pour sauver les apparences ? En face de lui. Il se revint sur ses pas, les mains remplies pour entendre sa tirade.

Oh il l'avait vouvoyé ? Il haussa un sourcil. Il eut envie de lui dire : hey oh gamin, je suis plus âgé, mais pas sénile ok, je sais ce que j'ai entendu. Mais ce genre de discours de sourds ne mènerait à rien, autant passer dessus pour le moment et écouter la suite. Il allait essayer à défaut de promettre. Voilà une phrase bien réaliste. Le gamin se connaissait, c'était un excellent point, il allait voir s'il se connaissait si bien que ça une fois que le boxeur l'aurait un peu secoué. En fait, ses phrases étaient simples, logiques et sincères, à tel point qu'il en sembla lui-même perturbé sans vraiment le montrer. Il n'y avait pas à dire, il valait le détour. Rao sourit en coin, puis baissa les yeux pour poser le reste de matériel en coin d'une étagère. Il attrapa deux bandes de tissus blancs. Rentrant dans son jeu, il lui fit un signe de tête, direction le ring et un banc de métal à coté. «J'aime pas grand monde non plus. Pour avoir mon estime, faut la mériter... Rao Hantawe... Mais les gamins ici m'appellent Sensei Hantawe ou Monsieur. Si tu veux me tutoyer ce sera en privé. Sinon tu feras comme les autres, question de principe. Ici, certains sont abrutis. Tu leur tends la main, ils t'arrachent le bras, donc j'évite tout désordre inutile. Viens. » Il se débrouille plutot pas mal le grand brun pour marquer d'autres points auprès du prof. « J'te demande pas d'être parfait... juste d'être toi. Et d'accepter de ne pas tout savoir. Tu m'as montré c'que j'voulais voir sans même t'en rendre compte. Assis toi, j'vais t'expliquer deux trois trucs. Si tu passes ce test, et que tu es toujours motivé alors j'te prendrai comme élève... A toi de voir, si tu préfères être avec les autres ou en particulier, dans quel cas l’entraînement sera différent. »

Il enjamba le banc, se posant lourdement, et attendit qu'il soit assis en face. Puis sans manière, il lui prit le poignet dans sa main épaisse et marquée par sa carrière, et lui montra une des bandes. « Le Muay thai, tu connais ? Tu es grand, et vu que tu as de l'endurance et de la hargne, la puissance suivra avec de l'exercice. Tu veux faire un essai ? » Il tourne légèrement la main de shin pour voir les blessures. Il frappait fort mais il manqua d’aplomb vu leur état dérapé. Il allait corriger ça si le gamin acceptait de suivre son entraînement.
« Conseil d'ancien bastonneur... si tu aimes vraiment te foutre sur la gueule avec les autres, évites de laisser ton ADN partout sur les autres, y'a rien de mieux pour finir en taule. Et j'entraine pas les délinquants. Donc que tu le sois j'm'en fous, je l'ai été pendant pendant longtemps avant toi, et pire, mon père est commissaire dans la police de Tokyo. Mais prévois toujours des mitaines de cuir sur toi ou des gants. Tu t'épargneras les mains, ça limite les fractures et tu t'fais pas griller. Après j'dis ça, j'dis rien. »

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Sep - 15:50


Il haussa un sourcil quand ce dernier eut un sourire, intérieurement il souffla, il ne l'avait donc pas pris mal, et se risque donc, de ne pas se faire dévisage ce soir. Il tourna la tette vers le ring. Il n'aime pas grand monde ? Au moins un point commun tient, euh par contre Sensei... On va partir pour Monsieur hein. Il sourit a sa dernière phrase, le prof avait l'air désespéré avec les autres, ce mec allait aimait et détestait Shin, c'était vue d'avance, son caractère va lui valoir je ne sais combien de claques. Il avait envie de répliquer qu'il était parfait donc ce n'était pas un problème, mais bon, il ne l'était pas. Il n'était pas sur qu'il veuille vraiment voir le vrai lui, et même lui n'avait pas envie de le montrer, et pour finir, Shin n'était pas comme les autres. Il s'assit et ne bougea pas quand il lui prit le poignet, attend... le quoi ? Il le regarda sans comprendre avant de sourire.

<< Je sais absolument pas c'est quoi... Et ouais, pourquoi pas. >> Il le regarda retourner sa main, la regarda lui aussi, c'était moche. Shin rêvait ou il venait de lui donner des conseils pour se battre avec les autres ? Ouais il était définitivement énorme. Bon il n'allait pas souvent au poste, il n'y est atterri que deux fois, et les deux fois, les deux cons ont insulté sa mère ainsi que lui au passage, repensant a ça, sa main trembla légèrement avant de serrer son poing et se calmer. Il pensait toujours aux mauvaises choses au mauvais moment. Bref, qu'il s’entraîne tout seul ou avec les autres il en avait rien a faire, Shin est quelqu'un de solitaire, donc des deux côtés ça sera la même chose.

La question qu'il se posait est, allait il y arrivait ? A se contenir ? Pas qu'il pensait qu'il pourrait le blesser, il soupira légèrement, il savait comment ça allait marcher, il va le pousser a bout pour qu'il donne tout, et le connaissant, il va péter un câble et s’énerver, il allait repenser a tout ce qu'il y put se passer et ça va encore dégénérer.  Tant qu'il ne parlait pas de sa mère, tout irait bien. Il n'avait pas l'air horrible, ni méchant, ouais, Shin pouvait l’apprécier, manque plus qu'a voir comment cela va se passer, par contre, note a sois même, que son père ne sache jamais ça. Il re soupira et le regarda.

<< Pourquoi tu..vous me donnez des conseils sérieusement ? Et puis, ça peut vous faire quoi que je me fasse choper ? J'vous appellerez Monsieur. J'me fous de m’entraîner avec ou sans les autres, ce n'est pas eux qui m’intéresse. >> Ouah, ça c'est pouvez porter confusion. << J'en reviens pas de ce que je vais dire, mais vous avez l'air de vous foutre complètement de  ce que je fais en dehors, j'accepte. >> De toute façon, ce n'est pas comme s'il avez autre chose a faire, qu'il se batte ici, ou dehors ça revenait au même.

Il ne rigolait pas. S'il était ici, ce n'était pas rien. << Je te préviens direct, le premier qui me fait chier, il prend cher. >> Il était quelqu'un de plutôt calme, mais quand on venait le faire chier alors qu'il était occupé, il péter un câble. On fond de lui, il espérait que ça le canalise, marre de péter un câble pour pas grand chose. Finalement ce mec montait dans son estime sans le savoir.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Sep - 1:21
Pourquoi il lui donnait des conseils. « Pour que tu sois moins con avec toi-même. Beaucoup se battent pour expier quelque chose, se défouler ou se punir d'un truc. Je me fous de ta raison, mais fais le intelligemment. Je pourrais pas t’arrêter donc, je t'évite juste de mal finir. Et si tu cherches la raison ? Y'en a pas. J'suis comme ça c'est tout, faudra t'y faire. » Il regarde l'autre main, après avoir posé la bande. « Le corps humain a ses limites. Tu vas devoir apprendre à connaître les tiennes. Je parle de vraiment les connaître, pas simplement faire style de savoir, alors que t'es pas encore à genou. C'est un de mes rôles.» Mettre les gens à genoux? Ah bah bravo Rao, on se demande pourquoi. Il commençait à sentir ce qu'attendait Shin de cette venue hasardeuse ici.

Le boxeur ote l'accroche de la bande blanche et la retourne pour commencer à bander adroitement la main droit du brun. Il contourne la main, serre juste ce qu'il faut. Bien entendu que ça serre. Ça ne lui coupera pas le sang pour autant. Il a écouté ce qu'il lui a dit mais il réfléchit deux minutes. « Un entraînement privé te conviendra mieux. D'ordinaire, j'ai des tarifs mais on va considérer que je vais faire une exception. Un autre élève plus vieux que toi est dans ton cas. Je pense que tu en vaux la peine. Ne me demande pas pourquoi. J'ai mes raisons comme toi. » Il considère la base du poignet et remonte plus haut pour une fois, histoire qu'il se défonce pas un poignet dès le premier coup. Il remonte entre les doigts. Étonnante adresse pour des paluches comme les siennes. Ne pas se fier aux apparences n'est-ce pas ? Il lui fait la seconde main et se doute que vu les égratignures qu'il a les bandes font chauffer ses plaies, il risque de douiller, mais il l'avait fait pour deux raisons. Tester sa résistance à la douleur, et pour lui servir de leçon pratique pour les erreurs à ne pas faire à l'avenir. S'il voulait apprendre le muay thai, il devait apprendre à se protéger les mains s'il venait à se battre dehors. Rao ne lui ferait pas de cadeau s'il se pointait avec les mains abîmées, il les banderait de force s'il fallait. Il eut un sourire plutôt amusé et malsain à la fin de la déclaration du jeune. Il haussa un sourcil et se redressa pour sortir du banc, les mains terminées. Sa poigne se posa sur l'épaule de Shin et il dit avec une certaine provocation.
«Alors je vais prendre cher. » ça l'amusait ? Au plus haut point oui. Il laissait son cadet se faire une idée de ce qui pouvait l'attendre sans lui dire qu'au final, il était loin du compte.

Puis il lui attrapa le coté de sa veste de deux doigts. « Allez, torse poil et pieds nus et après, je m'occupe de tes pieds. » Il se leva pour aller chercher des bandes supplémentaires, et revint pour lui filer un short de fight neuf, qui lui tomberait au dessus des genoux. . « Change toi, on va voir ce que t'as dans le ventre. Il est neuf. Garde le, tu t'en achèteras d'autres après ta session initiale. D'ici deux semaines, il sera mort t'façon. » Par principe, il se dirigea vers la porte de la salle de boxe, choppa un manche de balai en métal, jeta un coup d'oeil dehors. Personne et le soleil commençait à décliner. Il referma la porte et passa le manche à balai dans les poignets de la porte battante. La flemme de chercher la clef pour le moment, et fallait pas que le gosse se sente piéger, il voulait juste éviter aux gens de se pointer comme des fleurs. Est-ce que lui se changerait ? Autant faire les choses bien. Il sortit un de ses short de boxeur pro qui tenait des années lui, mais c'était un autre niveau et ça se voyait direct. Il disparut deux minutes par respect dans la réserve et ressortit même pas trente secondes après, sapé en boxeur. Il jeta le jogging et se posa sur le banc qu'il avait précédemment quitté, pour se bander à son tour les mains. Il avait son avant bras bandé, et alors ? Après les mains, il se banda les plantes de pieds et les chevilles, puis jeta un regard à Shin. «  A ton tour. »

Après quelques minutes de bandages, il se leva, monta sur le banc, choppa une des cordes de rings d'une main ferme et passa entre, pour se hisser sur le ring sans aucun effort. « Allez grimpes et mets tes gants. »
Entre les deux carrures, il n'y avait pas photo.  Restait à savoir si Shin n'allait pas se laisser impressionner et en redemander. Rao ne dit plus rien pendant de longues secondes, fixant ses gants , le sol et enfin Shin. Finie la parlotte. « Tu te renseigneras pour samedi soir sur le muay thai. Si tu tiens le coup, ce sera ton premier entraînement. Maintenant.... » il prit appui calmement sur ses appuis en marchant vers sa droite, histoire de le faire bouger de son coin...  «  Essaie de me foutre un genou au sol. » En gros, il lui demandait de le frapper. Est-ce qu'il allait esquiver ? Absolument. Et tous les coups, histoire de le faire galérer et de le faire bien râler.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Sep - 3:40


Con, avait il dit con ? Oui, bon, il devait avouait qu'il l'était un minimum. Sa raison ? Oh ça, il la connaissait très bien, mais il refusait de se l'avouer. Mal finir ? Avec tous les efforts du monde, il savait qu'il allait finir comme ça. Ses limites? Il n'y avait jamais vraiment réfléchi, il frapper encore et toujours parce qu'il était énervé ou en colère, mais jamais il ne faisait attention a ça. Il rit doucement a sa dernière réplique. Alors on allait continuer avec ces allusions. Bon certes, il avait commencé mais a la base, ce n'était pas le but, il le regarda de haut en bas et se racla la gorge. La plupart du temps les gens essayaient d’éviter ce genre d'allusion quand il était autour, apparemment ils avaient trop peur qu'il leur saute dessus, comme un chien en manque de sexe. Shin avait une règle, il pouvait mater mais pas toucher. Donc bon, l'excuse du fait qu'il soit gay était devenu un disque rayé. Il releva la tête et se reconcentra.

Il le laissa lui bander la main. Il le regarda faire. Privé ? Ça lui aller. Il ne payera pas ? Il haussa un sourcil, pourquoi ? C'est n'est pas comme s'il n'avait pas les moyens pour... Bon il n'allait pas se plaindre hein, s'il ne devait pas payer c'était un petit plus. Il écarta ses doigts quand ce dernier glissa la bande entre eux avant de lui tendre sa deuxième main une fois celle ci terminer. Il grimace légèrement quand la bande toucha ses plaies encore toutes fraîche, mais bon, s'il y faisait abstraction tout aller mieux. A peine cinq secondes plus tard, la "douleur" se calma, il n'était pas vraiment douillé mais bon la... Une fois qu'il lui lâche la main, il la secoua légèrement essayant de retirer les picotements qui la parcourer . Il souria a sa phrase, allait il prendre cher ? Peut être mais il ne risquera pas de lui faire mal « Tu pense que j'y arriverais ? Pas sur ! » Et merde.. Il venait de le tutoyer. Il pria intérieurement pour que ce dernier ne l'est pas remarqué, même s'il se doutait qu'il avait parfaitement attendu.

Il regarda ses doigts sur sa veste. Me déshabiller ? Il soupira, et beh, il allait paraître bien ridicule a ses côtés, mes pieds... Comment ça mes pieds... Pourquoi ? Il prit le short qu'il lui tendait, souriant légèrement avant de le regarder se diriger vers la porte et de la fermer pour ensuite la bloquer, euh... Que faisait il la ? Il commença a retirer sa veste quand il partit de la pièce, il fait glisser son t-shirt, le retirant avant de commencer a déboutonner son pantalon puis le retire a son tour après avoir retiré ses chaussures, il fit ensuite passer son short puis prit ses vêtements et les balança sur une chaise non loin de lui. Il re soupira et passa une main dans ses cheveux, se recoiffant légèrement avant de fixer son "sensei" qui était déjà revenu. Attends, pourquoi il avait un short carrément plus cool que le sien ? Et il avait bien raison, il se sentait ridicule en face de lui. Il le regarda se bander avant de venir se mettre a ses côtés et lui tendre ses pieds.

Il le laissa terminer puis se releva, le suivant jusqu'au ring. Il prit les gants et posa un pied sur le ring avant de prendre appui sur celui ci, écartant de sa main libre une corde pour ensuite passer entre. OK, il a presque failli se manger le tapis il mais il était arrivé a se maintenir, il n'aurait peut être pas du mettre autant d'élan. Il enfila ses gants, l'écoutant, pour Samedi ? Pas de problème. Il hocha la tête pour acquiescer avant de bouger pour se mettre en face de lui, souriant, un genou au sol ? Il allait sans doute pas y arriver mais il aimait les défis, donc, pourquoi pas. Bon.. Par contre il ne savait pas comment frapper, alors il fera comme d'habitude. Bon alors.. Comment s'y prendre ? Il réfléchissa quelque temps avant de s'avancer vers lui et de frapper, son poing en direction de sa tête, sachant qu'il allait esquivait il donna un autre coup sur son coté droit, espérant qu'il esquivera du bon côté. Il ne prit pas le temps de regarder et frappa sa jambe avant de remonter son genou vers son torse.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 30 Sep - 10:22
Est-ce que Shin allait réussir à le maraver ? Il y avait peu de chance, mais il pouvait essayer. Pour Rao, peu importait de gagner, il appréciait bien plus les affrontements pour l'acte que pour le prix et c'était justement ce qui l'avait hissé en haut. Sa passion pour le combat, le fait qu'il mette chaque parcelle de son corps dans ces actes, qualifiés de barbares pour beaucoup mais salvateurs pour lui. Il avait besoin de cette violence, besoin de se défouler pour sortir sa rage intérieure, et l'âge n'y changeait rien. Il était toujours le même qu'à 17 ans, à l'exception qu'il avait acquis un sang froid phénoménal avec le temps. Bon sauf quand on vient lui défoncer sa bagnole en pleine nuit et qu'en plus c'est un de ses élèves qui pensent avoir tous les droits. Pire encore vu que c'était le capitaine du club de boxe. Celle-là, il allait mettre longtemps à la digérer. Tout comme la blessure à son bras, faite par un autre élève, mais c'était un autre sujet.

Pour l'heure, sa trouvaille était tout autre. La tenue du boxeur lui allait plutôt pas mal d'ailleurs. Un certain style. Bon par contre, pour la montée sur le ring, on repassera. Ça avait tiré un sourire en coin au prof qui en avait conclu qu'il devrait lui faire travailler sa stabilité et ses appuis. Mais de toute évidence, chez tous les débutants, les appuis étaient défectueux, et c'était normal, quand on ne sait pas comment faire. S'il lui avait demandé de le frapper sans rien lui expliquer, c'était déjà pour voir s'il était droitier ou gaucher. Ses préférences en coups, de quelle manière il se déportait, comment il tenait son dos. Et s'il était du type à frapper le visage ou s'il avait compris que d'autres points vitaux existaient aussi. En somme, voir s'il était un bastonneur aguerri, même totalement bordélique au pire, mais aguerri, ou bien juste un petit branleur qui faisait style.  Après tout, dans un élan de colère, on pouvait se faire les blessures qu'il avait sur les mains en frappant un mur. Si Rao prenait des précautions quant à tout ça, c'est qu'il en connaissait et en avait connu des tarés, en tout genre. Alors chaque élève se faisait passer au détecteur « raotique » à chaque entrée en scène. Et il commençait fort le gosse. Il esquiva pour la tête, ôta son bras du coup qui venait au flanc, contracta ses muscles de flanc et encaissa le premier coup sans mal. C'est bien, il avait de la force, et il réfléchissait, il n'y allait pas dans le tas comme un crétin. Sauf qu'il ne s'attendait pas à ce qu'il se serve de ses jambes, et le coup tapant sa jambe, sans grand mal non plus, avant d’enchaîner le coup dans l'abdomen. Il étouffa un son, dents serrés, par habitude, le ventre dur comme du bois. La raison de sa capacité à encaisser était simple. Rao ne payait pas de mine comme ça, tous les pensaient juste musclés, mais il avait été entraîné à l'ancienne... Frapper cent mois un sac de sable, avec le tibia, et ça 10 fois par jour, entre d'autres exercices, voilà le quotidien d'un pro de muay thai qui suivait un apprentissage comme son enseignant tailandais lui avait appris. Il ne craignait plus les coups dans les tibias, dans les cuisses, ou dans les flancs. Ses os endurcis par plus de quinze ans de carrière, et des entraînements acharnés lui avait procuré un corps on ne peut plus apte à ne pas sentir outre mesure les coups de Shin. Même si en soi, c'était très bien pensé. Il sourit carrément même.

Alors comme ça, il utilise ses jambes. C'était parfait. Le muay thai lui irait. Il se frotta le flanc une courte seconde. « bien joué pour un début. » Et sans prévenir, il envoya sa cuisse en bonne puissance dans le flanc de Shin, après avoir dégagé le bras du brun par le haut pour libérer l'espace à frapper. Cela n'avait durait que trois secondes. Son pied se reposa au sol lentement, il avait un équilibre certain. Shin, lui avec la puissance du coup, bien que ce soit l’intérieur de la cuisse qui lui est percuté les cotes, prit l'impact et les cordes. Rao se rapprocha en expliqua : « Une règle de trois que tu dois retenir. Dégagement,   Puissance, Impact. Le muay thai est un combat qui prend ses sources dans plusieurs autres disciplines. A la différence qu'il marie bien souvent la puissance. Les meilleurs combattants de Muay thai sont les plus lourds ou les plus rapides et puissants. Dans d'autres disciplines, les combos de coups sont nécessaires, mais parfois insuffisants. Au muay thai, si tu places bien un coup, un seul, tu fais un oneshot, il tombe et tu gagnes. Et il n'existe pas que la tête. Frappe le foie, et tu as l'avantage pour enchaîner ce que tu veux pendant un délai de cinq secondes. En baston, cinq secondes, c'est ta victoire. C'est vrai qu'en frappant la mâchoire tu pourras le foutre au tapis. Mais il a huit chance sur dix d'esquiver. Tout simplement parce que c'est une extrémité du corps et qu'elle bouge plus vite qu'un corps tout entier. Si tu vises le foie ou les reins, il n'a que deux chances sur dix d'esquive ou de contrer, ce qui au final, rend le combat un peu plus long, mais assure ta victoire. Sans compter qu'au muay thai, six fois sur dix, on ne vise pas le nez avec le poids, mais la mâchoire avec le coude. Plus radical. Tu voulais de l'action, c'est pour ça que j't'ai proposé ce sport. Il est violent et tu vas devoir apprendre à canaliser toute la puissance de ton corps en un seul endroit à la fois. Avec le temps, tu vas trouver un équilibre, tes aplombs seront plus stables et tu finiras pas maîtriser cette rage que tu as là... » Il posa son gant sur le ventre du plus jeune, son autre main se posant sur la corde du ring, juste contre le flanc de ce dernière. «  Est-ce que tes ainés sont au courant que tu es là, ou bien tu es venu sans rien dire à personne. Par ainé, je parle parent. »

Rao avait besoin de savoir où il mettait les pieds. Il ne bougea pas, plissant les yeux en face de ce gosse qui avait visiblement envie plus que tout d'apprendre, ou de se sentir valloir quelque chose. Tout son comportement le trahissait. Ce n'était pas pour déplaire au boxeur. Il se recule et l'observe: "Double devinette. Quel est ton poids faible actuel? Et quel est le mien?"

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 30 Sep - 17:54


Shin souria, il avait réussi a le toucher, deux fois, pas sur que ça lui avait fait quelque chose mais c'est déjà ça. Bon par contre il s'entendait pas du tout au coup, il le laissa donc faire, n'ayant même pas eu le temps d’éviter, il laissa sortir un léger son et se redressa en grimaçant. Il était taré ou ? Il aurait au moins pu prévenir, même s'il était sur que c'était fait exprès. Ça phrase avait était rapidement étouffé... Bien joué.. Ouais fin, il c'est quand même bouffé un bon coup, et un pas doux en plus.. Il souffla et le regarda se rapprocher avant d'écouter sa tirade. Puissance ? Il avait mit de la force dans ses coups... Peut être pas assez.. Un oneshot ? Il rêvait de ça. Au moins ce connard arrêterais de le faire chier tout les jours. Le foie ? Jamais penser... Il frapper sans vraiment réfléchir d'habitude.. C'était juste au feeling. Un sport violent ? Mon dieu, qu'il allait adorer ça... Il le regarda s'approcher encore lui posant le gants sur le torse. Mes aînés ? Mes parents ? La bonne blague.. Il le regarda sérieusement avant de répondre. << Non. Mon père n'en sais absolument rien, et il ne le saura jamais, tu pourra me forcer et tout ce qu'il te plait mais je ne lui dirais pas. Je suis con mais pas fou je tiens a ma vie, et je n'ai pas envie de crever pour ça. Et l'autre qui me sers de belle mère n'a pas a le savoir. Donc ouais, je suis venue sans prévenir personne. >>

Mon point faible ? Facile. Devait il lui dire ? Ou pas ? Personne ne le connaissait, sinon ça serait trop facile a le battre. Il soupira franchement et le regarda. Il savait très bien pour quelle raison ça allait lui servir. Et il ne pensait pas avoir le choix donc autant le dire sans faire d'histoire. << Ma mère. Ma mère est mon point faible. Ne me demande pas pourquoi, ça la toujours était et ça le sera sans doute toujours. >> Ce n'était pas un point faible actuel, c'était le seul qu'il avait, et qu'il aurait toujours, c'était hallucinant de voir a quel point, lui, Shin, habituellement intouchable et "calme" ouais on va dire ça comme ça... Pouvait se montrer faible devant de simple parole quand cela touché sa mère. Oui il ne l'avait pas connue, et alors ? Ce n'était pas pour autant qu'il ne l'aimait pas.. En vrai, c'était bien pire. Son père lui en a parler une seule fois, et il l'avait décrite, et il aurait vraiment aimé qu'elle soit encore la aujourd'hui.. Il ne serait sans doute pas comme il était aujourd'hui, apparemment elle était douce et gentille.. Il rigola intérieurement, ouais, il voyait bien comment il serait. Gentil, attentionné, il ne se battrait pas, il ne serait pas si imbu de lui même, ça c'était clair.. Et même que son père ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui, ça c’était une certitude..

Bon, revenons au vrai sujet. Son point faible, a lui ? Non mais comme s'il le savait... Il l'observa quelque temps,son bras ? Non... pourtant en le voyant comme ça, c'était la seule chose qu'il avait en tête.. On jouait a quoi la ? Aux devinettes ? Non mais.. Sérieux.. << Je sais pas.. La seule chose que je vois, c'est ton bras...>> Mais c'est vrai quoi... Comment il saurait ça ? Il le regarda alors, attendant sa réponse.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 2 Oct - 13:56
Ainsi donc la voilà la source de rage intérieure. C'est marrant, mais les parents étaient souvent un puits de bienveillance envers ces gamins. Rao se souvenait lui même avoir sombrer dans ce sport pour fuir la folie de sa mère et le coté archi strict et vindicatif de son père à l'époque, sauf que lui avait aimé ça dés l'age de douze ans.... Et dans ses élèves, les meilleurs d'entre eux étaient de loin ceux qui vouaient une colère certaine contre leur famille, du moins un membre et si ce n'était pas de la haine, c'était une amertume profonde. Mais on ne peut pas radier un parent de son champ de vision, c'est une chose tabou. Les intouchables du sang comme on pouvait définir ça. Donc faut de pouvoir le faire, on cherchait d'autres solutions pour possiblement l'accepter ou exorciser cette colère... Shin avait-il conscience qu'elle ne partirait pas ? Parce que c'est ancré dans ses veines ? C'était une amertume certaine qu'il semblait vouer à son père, mais elle était aussi inépuisable, parce qu'un père ne change pas. Même s'il fait des efforts par moments, il ne changera pas. L'humain est ainsi, modelable jusqu'à la trentaine dans le meilleur des cas, mais après, rares sont ceux qui changent radicalement. Parce que c'est trop dur. Parce qu'on a fait trop de chemin et qu'on a pas que ça a foutre de suer en plus de son quotidien pour avoir le temps de regretter, de changer, d'évoluer. Certes, on continue de vivre avec les modifications que ça apporte et le changement peut se faire dans le temps... des années... mais on ne peut pas changer un parent. On change par amour, par un choc émotionnel violent, mais pas pour ses gosses. Un gosse ça s'aime dès le début. Si l'alchimie ne se fait pas, elle ne se fera jamais, c'est comme ça. Du moins, c'était le point de vue de Rao. Son père n'avait jamais eu cette alchimie à son égard, mais il l'avait eu d'office envers sa fille. Peut-être la magie du lien papy à petite-fille, mais il avait accepté l'idée de ne pas être choyé par son géniteur, juste respecté après trente années de galère, ce qui en réalité était récent au final. Shin avait encore bien des années à endurer. Il n'avait pas idée d'à quel point il serait déçu, encore et encore, mais ces choses là ne le regardait pas. La source de la motivation connue, il allait pouvoir travailler la dessus de manière détournée. Il le craignait en plus ? Cet homme devait être puissant ou charpenté comme une bête, vu la carrure du gamin. Rao ne dit rien de spécial, il plissa juste les yeux à l'explication avant de se reculer et de refixer un scratch de poignets. Ces gants se faisaient vieux, il changerait un de ces quatre.
« Il n'en saura rien. Tu es majeur ? »

C'est quand la question du point faible arriva que Shin en dit un peu plus sur lui, alors que ce n'était pas de ça dont parlait le boxeur. Sa faiblesse. Sur le combat, pas sur sa vie. Il était de nouveau reconcentré sur le cours, cherchant effectivement à lui faire perdre ses repères sans pour autant ne lui dire directement. Et ce serait le plus gros déboire de Shin : il devrait apprendre à tout analyser en même temps, à faire la part des choses. Il releva un regard intrigué sur lui. Sa mère... ?Il n'avait pas parlé d'elle juste avant, alors que logiquement s'il tenait à ce point à elle, il lui en aurait possiblement parler, mais il n'en avait pas fait mention. Les parents étaient-ils séparés ? En général, dans un divorce, le gosse va par défaut à la mer, sauf si le jugement évoque le contraire, que la mère n'est pas apte, ou qu'elle n'est plus là... Dans tous les cas, tous ces motifs étaient bon pour perturber l'étudiant. Rao inspira lentement sans le lâcher des yeux puis fixa ses gants. Il ne devait pas se laisser entraîner dans la compassion, bien qu'il semblait avoir pas mal de points communs avec le môme à une génération de différence. Ça aurait pu être son fils à bien y réfléchir. Sa langue passa sur l’intérieur de sa joue et il replanta un regard calme et neutre sur lui.
« Non ta faiblesse, ce sont tes chevilles. Ta mère j'm'en fous. »
Radical ? Tranchant ? C'était volontaire. Il devait apprendre à s'endurcir, et à ne pas parler de son cœur. On ne pense pas avoir le cœur au muay thai, ça ne ferait que le fragiliser davantage. « Tu n'es pas stable sur tes pieds, on va devoir bosser tes appuis. Le coup de cuisse que t'as pris, t'en prendras beaucoup d'autres. Ton corps doit encaisser, et même si tes pieds glissent sur le tapis, tu ne dois pas perdre l'équilibre. J'aurais pu t'attraper la nuque avec l'autre main pour t'empêcher de t'éloigner et te flanquer mon coude dans la mâchoire, c'était une chance sur deux pour que je te tue. »

Il regarda son bras en coin et fait un léger oui de la tête. «Tu as bon pour ça. » Il expira et réfléchit deux secondes, avant de s'appuyer sur les cordes en face de lui.

«J'veux que t'arrêtes de penser à ton père. Ta colère te fera échouer. C'est une bonne chose pour la source d'énergie qu'elle te procure, mais tu dois la canaliser par un sentiment positif. Plutôt que de penser à ton père, penses plutôt à ta mère. Fais le pour elle, pour qu'elle soit fier d'avoir un homme comme fils, et pas l'enfant que voit ton vieux. Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ? Certains entrainements vont t'épuiser au plus haut point. Quand on utilise la colère, vient un moment où les nerfs sont passés et la fatigue prend le dessus et on laisse tomber parce qu'on estime que ça va mieux. Sauf qu'on ne pratique pas le muay thai pour aller mieux, on le pratique pour défendre une chose... par passion, pour devenir plus fort, et meilleur autant physiquement que mentalement. C'est autant une philosophie qu'un sport. Ton esprit doit même tenir  plus longtemps que ton corps. Si je te vois abandonner parce que ta source était mauvaise, tu doublerai ton entrainement. Tu as un bon potentiel. Ce serait dommage de gâcher ça à cause d'un vieux con. " Il parlait de son père bien entendu.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 2 Oct - 19:05


Shin avait envie de se frapper, il la laisser échappé une information inutilement. Majeur ? Non, pas encore, il soupira. Il serra les poings avant de le regarder. Ses chevilles ? Il avait de l’équilibre pourtant.. Non ? Les coups, ça le déranger pas, mourir par contre.. Même si il manquerait a personnes, il ne voulait pas crever non mais.. Il regarda son bras, alors il avait juste ? Il l'écoutait. La ferme.. La ferme... La ferme putain... Elle est morte putain. Tu veux qu'elle soit fier de quoi en étant morte.. Me père me vois en enfant ? Non. C'est bien ça le problème, son père la pris pour un adulte des le plus jeune age, si ça tiendrait qu'a lui, Shin serait déjà en Amérique a faire des études supérieure, et dans deux ans maxi il serait déjà engagé ou dans un hôpital. Quoique.. En y réfléchissant peut être que si.. Il commençait a se rentre compte que Shin n'était qu'un sale gosse, il se battait, sortait, se bourrer, rentrer a des heures pas possible, toujours en retard, insolent, sarcastique, c'était sans doute pour ça que son père était plus dur en ce moment avec lui, d’après lui, il lui apprenait ce qu'était la vie. Il avait envie de rire, dans une vie normal, ton père te frappe pas tout les jours pour je ne sais quelle raison. Et c'était pas en le frappant qu'il allait apprendre, c'était même pire, ça lui donnait envie de le faire chier encore plus qu'il ne le faisait maintenant, c'était un passe temps. Apres tout ce n'est pas de sa faute. Il aurait aimé une enfance comme les autres, mais non, lui il en a eu une plus que pourris. Il retira ses gants et lui plaqua contre le torse.

<< Pour commencer, non je ne suis pas encore majeur. Les coups, je me répète, je me fou de les prendre, si faut que je les prennes alors je les prendrais, j'ai l'habitude, un peu plus ou un peu moins, ça change absolument rien pour moi. Essais quand même de pas me tuer, je tiens a ma vie. La colère contre mon père, je m'en sers, je pense pas h24 a lui et encore heureux, il est pas encore arriver a me faire péter un câble. Vue qu'on est en plein dedans je continue. Ma mère ne sera jamais fier de moi quoique je fasse, elle est morte. J'ai pas de passion, je fais juste ce que j'ai envie, je passe mon temps a sortir et étudier donc ouais, niveau passion, tu peut passer, ce que je veux c'est être plus fort. >> Il lui souris, amusé. << Ouais, un con, tu peut le dire. Mais ce con reste malheureusement mon père. Je m’inquiète plus du fait qu'il sache que je suis ici, que d'autre chose. Si il le sait, il viendra me chercher et tu ne me reverra sans doute plus jamais, ça serait dommage pas vrai ? Je suis sans doute un des plus doué, je sais que le petit con que je suis te manquerais. >>

Il ne savait pas pourquoi il avait déballer ça, c'était son côté sarcastique et joueur. Même si en disant qu'il était un des plus doué, il était sur de ne pas avoir tord, non il était pas prétentieux, ou un peu sur les bords, mais il savait ce qu'il valait. Et il savait qu'il n'était pas nul. Il était sincère pour le petit con aussi. Par contre pour le fait qu'il lui manquerait il doutait fortement, jamais il lui manquerait, pourquoi en premier temps Shin lui manquerait ? La bonne blague. Il le regarda encore avant de reculer et de lui sourire. << Bon, alors ? Y'a autre chose a faire ou pas ? >> Beh oui, histoire qu'il se rhabille quoi, parce que bon.. Et une douche aussi... Une bonne douce. Mais bon, autant suer un bon coup.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 6 Oct - 0:55
Il le voyait se torturer l'esprit. Il avait fait une erreur, bien sûr qu'il en avait fait une et ? Il était jeune. Ne pas en faire à son âge était une chose rare, mais ce qui le marquait le plus c'était son incapacité à accepter cette idée. L'échec comme une gangrène intérieure, l'envie de toujours avoir raison, de toujours avoir juste aux questions. Est-ce que c'était pour ne rien avoir à se reprocher ? Pour se sentir fort ensuite ? Ou bien juste par prétention ou arrogance, toujours est-il que Rao vit les gants du gosse lui arriver sur le torse. Il les arracha d'un plat du sien contre son torse, l'observant impassible, curieux de voir sa réaction.

Ce brave garçon ignorait donc la fameuse technique du « prêcher le faux pour obtenir le vrai ? » Piégé. Shin s'était laissé avoir. Rao était un enfoiré. Il se plaisait à tester jusqu'au bout ses victimes, victimes ou élèves, il y avait-il une différence ? Puisqu'au final, ces élèves se portaient à 90% en victime d'eux-même et finissaient par lâcher prise. Alors plutot que de perdre son temps, il avait jugé bon de faire le ménage direct. Et pourtant il avait mélangé à tout ça des vérités absolues sur Shin, comme le fait qu'il était persuadé que son père le traitait comme un môme, et que le plus jeune le savait puisqu'il essayait inconsciemment de se faire valoir auprès de l'homme qu'il était. Comme un besoin de reconnaissance de sa valeur, car plus encore que de savoir qu'on vaut quelque chose, c'est de l'entendre de la bonne d'un autre qui prend toute son ampleur.

Eh bien eh bien, il en avait gros sur la patate le petit brun. Tant d'aveu en si peu de temps ? Quel honneur. Rao écoutait attentivement. Alors comme ça son paternel le frappait ? C'est vrai que ça doit mieux rentrer en tapant dessus n'est-ce pas ? Pas étonnant que Shin soit si vindicatif et cynique à ses heures. Avec un père pareil et … une mère morte. Il comprenait tout. Ce n'est pas pour autant qu'il avait pitié ou tout autre sentiment du genre. Rao venait d'un monde où les sentiments sont déjà limités, alors ceux là, même pas la peine d'y penser. Il ne dit rien, écoutant jusqu'au bout. Quand il recula, Rao le détailla encore quelques secondes et finit par répondre en lui jetant de nouveau la paire de gants : « A par t'asseoir là où tu es et m'écouter non. » Il s'appuya à une corde et se posa lui aussi en expirant un peu. Il avait plus de huit heures d’entraînement de boxe lui dans les pattes, donc il est endurant mais faut pas déconner, il commence à traîner la patte parfois après vingt années d’entraînements , et certaines années de manière très acharnée. Alors oui, il posait son cul, parce qu'en plus il n'avait pas fumé de clope depuis midi et que ça lui manquait.

« D'un... ton langage. Ne t'adresse plus comme ça à moi, même si j'dis une connerie. C'est même pas négociable. De deux, tu parles de respect envers ta mère, mais je te trouve bien arrogant, pour quelqu'un qui aimait sa mère. Tu devrais l'honorer pour qu'elle ait pu être fière de son fils si elle avait été encore là. Là aussi ça s'appelle du respect. Elle t'a conçu, sans elle, tu ne serai pas là, alors si du moins tu avais un minimum de sentiments pour elle, chose qu'apparemment tu sembles avoir vu ta réaction, fais lui honneur. Si tu n'es pas capable de ça, alors j'peux rien pour toi. Si tu n'as pas de passion, et que tu veux juste prendre sur la gueule, reste dans la rue, les choses sont claires. Pourquoi tu veux être plus fort ? Dans quel but ? Tant que tu n'auras pas trouvé de réponse, je ne t’entraînerai pas. Trouve un club à Tokyo, où y'a tout un tas de petits cons qui se fight pour avoir la plus grosse queue c'est pas ce qui manque. Si tu veux apprendre à te battre correctement avec moi, va falloir changer tes plans. Je veux voir un homme en face de moi pas seulement un mioche à peine sorti de la puberté, qui pense que parce qu'il a des muscles et une queue multitâches, il peut se permettre de prétendre mériter cette place. Tu as le potentiel, mais t'es un idiot. A toi de me prouver que je peux te faire confiance et que je peux te respecter comme il se doit. Réfléchis-y d'ici samedi. Choisis ta motivation, et tes limites morales. Qui tu dois respecté, qui tu dois ignorer, pourquoi tu vas frapper et ton objectif à long terme. Si tu n'as pas tout ça Samedi, pas la peine de venir. »

Il était sec, intransigeant et foutrement salaud pour le coup, à le mettre encore plus sur la corde raide, mais si ce gosse ne tenait pas la route ce soir, il ne la tiendrait jamais. Et il comptait bien commencer sur des bases solides et droites. Pas seulement des espoirs ou des faux semblants. Son propre entraîneur l'avait traité ainsi. Il ferait pareil.
"Les douches sont derrière la troisième porte là bas si tu veux y aller. Je ne te retiens pas." Il commençait déjà à oter calmement ses gants, réfléchissant un peu aux choses.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 6 Oct - 2:49


Shin allait craquer. Il le sentait mais le refuser. Je ne serais pas la si mon père n'avait pas couché avec ma mère ouais. L'honorer ? Et comment mh ? De toute façon, ça ne servait a rien. Il a passé son enfance a tout faire pour que sa mère et son père soient fier de lui. Bien sur sa mère était morte mais même, et ça ne marcher pas, il se disait que s'il continuait de faire des efforts, un jours, dans sa vie, il allait se passer quelque chose de bien, pourtant, rien, absolument rien, alors quand Shin a eu l'age de comprendre, que jamais son père serait fier de lui et que sa mère ne pourra jamais l’être il a tout arrêté. Shin était têtu, arrogant sans doute, sarcastique, méchant sur les bords, mais s'il y a quelque chose qu'il n'est certainement pas, c'est patient. Enfin, tout ça, dépend de la situation. Juste m'en prendre plein la gueule ? Aller dans la rue ? Shin laissa échapper un léger rire. Pas besoin d'aller dans la rue pour s'en prendre. Il était sur que si il demandait a son père il le ferait avec grand plaisir. Mais non, ce n'était pas son truc. Et puis ce n'était pas de sa faute s'il n'avait pas de passion après tout ! Il n'avait jamais eu l'occasion d'en avoir. Il voulait pas craquer, il était pas faible, pourtant chacun de ses putains de mots lui donner envie. Il savait qu'il avait raison, a une exception faite. Il savait pourquoi il faisait ça. Il n'allait pas avancer la, définitivement pas, devait il tout lui déballer maintenant ou était ce trop tôt ? Sans doute, mais bon, s'il ne le faisait pas, il allait craquer a n'importe quelle phrase, ce mec avait les mots pour te faire chier et il savait les utilisait. Bon allait. Autant tout balancé aujourd'hui, au moins ça sera fait. Et il en revenait de ce qu'il allait faire. Il allait baissait sa garde pendant l'espace de cinq minutes et ça avait intérêt de marcher parce que sinon il partirait se terrer a l'autre bout du monde et n'en partira plus jamais. Il le regarda quelques secondes avant de souffler et de prendre la parole.

<< Yah ! Alors, déjà, excuse moi si j'te manque de respect, mais t'oubliera pour cette fois, je n'ai pas vraiment envie de faire durer. D'un, je n'ai jamais dis que je n'étais pas arrogant, je le suis sans doute sur les bords. J'ai du respect pour ma mère, j'le montre juste pas. Et ma mère m'aurait pas conçu si mon père n'existerait pas. Et comment pourrais je avoir de passion mh ? J'ai passé mon enfance a tout faire pour rendre fier mon connard de père, ce qui n'a en soi, absolument pas marcher. Crois tu vraiment que j'ai eu le temps de réfléchir a qu'elles étaient mes passions ? J'ai jamais rien fais qui pouvait m'aider a le savoir, et même aujourd'hui. Je veux pas suivre les pas de mon père. Bien que ça me fasse légèrement chier parce que s'il me forçait pas autant son putain de travail de chirurgien je l'aurais fais. Je passe mes journées dehors, me battre, et étudier, parce que je n'ai pas envie de faire un métier que lui a envie que je fasse. Et j'me donne les moyens. Donc ouais, comme tu vois, j'ai pas vraiment eu le temps d'avoir de passion. Je ne suis pas intelligent de base, pour savoir tout ce que je sais aujourd'hui j'ai du passer mes putains de journée enfermer a les apprendre. Alors ouais, je n'ai pas de passions. A pars si étudier en est une alors la je suis un pro dans ce domaine. Je n'ai jamais respecté quelqu'un parce que personne ne la fait pour moi. Niveau confiance j'peux pas te dire que ça va marcher. C'est a peine si je connais ce mot. Je l'ai jamais donner, et personne me la jamais donner, même si, je suis sur d'en être digne. Je suis sans doute arrogant ouais, je suis sans doute un con, sa j'le sais. Mais j'suis pas née comme ça. J'men fou que tu veuille savoir ou pas enfaîte, j'le fais pas forcement pour toi, mais pour moi. Je te hais. Vraiment, enfin, j'crois. Tu m'pousse a dire et faire des choses que jamais je n'aurais dit ou faite avant, et rien que pour ça, j'ai un minimum de respect, je suis sur le point de craquer et péter un câble, alors avant que ça arrive, j'balance tout. >> Il le regarda avant de prendre une bouffée d'air et de reprendre. << J'étais un gosse adorable, et gentil, j'ai passé mon putain de temps a faire tout ce que voulait mon père parce que j'étais beaucoup trop naïf et penser que si je faisais tout ça il allait forcement être fier de moi et m'aimer. Mais non, même temps. >> Un rire amer sort de sa gorge. << Non, ça il s'en foutait. Complètement. Lui tout ce qui lui importait, ce n'est pas que je faisais de bonne choses. Mais que j'en fasse pas de mauvaise. Alors non, il ne m'a jamais enlacé, ou souris, ou aimer, même quand je faisais ce qu'il me disait, il se contentait de me frapper encore et encore quand je faisais les choses mal, ou si j'oser le décevoir. Et croit pas qu'aujourd'hui c'est fini mh. Hier encore j'me suis pris une bonne raclée. Ça marche comme ça dans ma famille, enfin si on peut appeler ça une famille. Tu fais les choses bien ou tu en paie le prix. Tes en retard ? Tu t'en prend plein la gueule. Tu reviens blesser ? Aussi. Tu dit une chose de travers, pareil. Tu ose parler quand il ne le faut pas, alors la, ta tout gagner, tu t'en mange plein la gueule, mais si non seulement tu ose répondre ou répliquer, je te garantis pas de pouvoir marcher le lendemain. Alors ouais c'est extrême mais c'est comme ça. J'ai eu le bras cassé plus d'une fois. Même étant gosse. La pitier, ça n'existe pas. Oh et oui, il a bien compris que frapper ne mener a rien. Mais il me fait payer la mort de ma mère. Apres tout c'est de "ma faute" en quoi ça l'est.. Je n'étais même pas en vie.. J'aurais aimé la connaitre, avoir un vraie famille et une autre personnalité mais j'ai arrêter de croire en toute cette merde le jour ou mon père s'est acharné sur moi le jours ou je suis rentré en retard pour je ne sais quelle raison et que c'était le jour ou ma mère est morte. C'était la première fois qu'il avait lever la main sur moi. La première d'une longue série. Je le savais horrible mais pas au point de me frapper de la façon qu'il la faite. Ensuite quand j'ai été en age de "comprendre" il a commençait a me faire entrer dans son monde. Gala, soirée ect.. Il me foutait la pression tout les jours, tellement que je me sentais oppressé, un jour j'en ai eu ras le cul et j'me suis barré j'ai croisé un pauvre mec qui a essayé de me frapper mais j'étais tellement énerver que j'me suis acharné dessus. Tu veux savoir pourquoi je suis la ? Parce que tu vois, tout ça, cette colère, et le fait d'aimer frappé les autres, elle n'est pas seine. Quand je frappe je fais ressortir ce que je ressens, et ouais, j'ai peur de finir comme mon père, et ça, c'est mon pire cauchemar. Sauf que j'aime me battre, et que je n'ai pas envie d’arrêter. Et toi, la, tu me pousse a te dire tout ça, et c'est pour ça, que je te hais. Même si au fond de moi.. Je sais que je t'apprécie. Mais j'te déteste, parce que tout ça, personne ne le sais. Et encore, j'me trouve plutôt chanceux aujourd'hui. Parce que si un jour mon père ou ma belle mère sait que je suis ici, et pire, que je suis gay. Je te promet vraiment pas d’être encore en vie. Et si je suis chanceux, je serais juste exilé a l'autre bout du monde, la ou personne ne le connait et ne peut pas avoir honte de lui, mais surtout, la ou moi, je serais loin de lui. Maintenant c'est a toi de choisir. Si tu m'veux ou pas, enfin me garder quoi. Si tu veux savoir autre chose c'est maintenant ou jamais parce qu’après ça, j'en re parle plus. J'vais pas te supplier de me garder. >>

Pendant tout ce long discours, il avait gardé les poings serrer, et un visage sans émotion.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 10 Oct - 18:44
Eh bien eh bien, il ne lui avait pas fallu longtemps pour craquer. C'était courru d'avance. tout n'était qu'une question de timing et une fois de plus, Rao avait fait strike. Il n'avait pas beaucoup de qualité, mais sa capacité à faire craquer les gens était de loin d'une meilleure, si tant est qu'on puisse considérer ça pour une qualité bien entendu. Ce qui était discutable. Mais quand il s'agissait de faire craquer dans un but positif à la longue, c'en était une, tout du moins d'un point de vue extérieur, parce que ce n'était jamais trés agréable pour la personne qui le subissait. Il venait de le recadrer. Il attendait un retour violent il ne se faisait pas d'idées, certains avaient même essayer de le frapper en retour. Mais peu importait, il aimait vivre dangereusement. Assis contre les cordes, il retirer calmement ses gants, quand le discours du gamin commença. Au début Rao ne tilta pas, son visage ne changea pas, il savait de toute façon se maitriser. Sur le ring pendant des années, on lui avait interdit de les montrer et avec le temps, le fait de cacher ses émotions était devenu un marque de fabrique.

Les mots défilèrent et au fur et à mesure de la conversation, Rao releva un peu les yeux sur Shin, mais ne se releva pas pour autant. Il posa sa tete en arrière contre un début de pilier et se frottant machinalement le torse de sa main râpeuse. Il a du respect pour sa mère et il le montre pas. C'est quoi cette logique pourri. C'est comme un meurtrier qui dirait: Je l'ai tué mais je l'aimais, je l'ai juste pas montré. Douteux avouez. Bon même s'il se doutait bien que Shin n'était pas un meurtrier, c'était juste pour la comparaison. Ce gamin était non seulement le souffre douleur gratuit de son père mais il avait été formaté de A à Z contre son insu pour devenir une chose qu'il ne voulait pas être... Rao l'écoutait mais l'envie d'aller casser la gueule à son père n'était pas petite. Pas étonnant qu'il soit paumé et instanble le petit brun. Avec ce qu'il subissait comme pression n'importe qui d'autres aurait été perturbé et même traumatisé. Il en avait vu plus d'une finir en asile pour moins que ça. Cela ne faisait que confirmer que Shin était malgré tout solide. Mais toute pierre finit par exploser un jour ou l'autre et c'était ce qui se passait pour lui. Après, la grande questions, c'était , disait-il vrai... Il attendrait d'avoir des preuves pour se prononcer. Il se leva, le visage froid et inspira lentement, se frottant le visage. Rao savait trés bien que Shin ne le haïssait pas, bien au contraire. Il croisa son regard à plusieurs reprises dans la fin du discours du lycéen, avant de s'approcher et de lui poser une main sur l'épaule et la main sur la bouche. La poigne sur son épaule était assez imposante mais sans lui faire mal.

" Je te garde. Du moins pour le moment. Et je vais te filer mon numéro et mon adresse. Je ne te laisse pas le choix. "
Il ota sa grand main de sa bouche et le montra de deux doigts à ras le menton. " Mais crois bien que si je m'engage à te couvrir, tu as interêt à être intègre avec moi. Tout ce que tu m'as dit restera entre nous. Considère que je prends tes aveux pour acquis. Si jamais tu m'as menti, tu n'auras jamais eu autant mal au cul de ta vie. Que les choses soient claires, je n'fais jamais dans le détail." Il se détacha de lui et plissa les yeux. "Si jamais ton père te fracasse et que tu es un de mes disciples, il a interêt à changer de continent, j'espère que t'en as conscience... Ce que tu subis, c'est de la maltraitance, peu importe le motif. Une chose que je ne tolererai jamais... Je ne m'en mèle pas pour le moment mais j'espère pour lui qu'il a une putain d'assurance vie...Tu devrais aller prendre une douche, au moins pour que tes nerfs redescendent. Tes arguments quant à ta motivation, ils me vont, même si tu n'as probablement pas percuté à ce que tu m'as dit."

Il devait respirer maintenant, et arrêter de parler, parce qu'il allait se sentir mal et Rao n'avait pas trop envie de le ramasser. Il passa entre les cordes et sauta au sol plus bas, attrapant la paire de gants, pour se diriger vers son sac de changes. "Allez je ferme d'ici une demi heure, tu as le temps de te laver. Est-ce que tu veux que j'appelle ton père pour te trouver une excuse vallable?"

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 14 Oct - 1:05


Il regarda sa main sur sa bouche avant de lever le regard et de le regarder lui et l'écouta. Pourquoi lui donnait il son numéro.. ET son adresse ? Enfin la question ne se posait même pas, il le savait, mais le ferait il ? Aucune idée. Lui mentir ? Il rigolait la pas vrai ? Lui aurait il menti sur un truc comme ça.. Non mais ! Quand même Shin était pas aussi con pour mentir sur ce sujet, de plus il avait assez de cicatrices pour le prouver, bon.. C'est vrai qu'il pourrait croire que c'est du aux nombreuse bagarres mais quand même. Il avait envie de rire a sa phrase suivante.. Son père n'avait peur de personne, mais bon, du toute façon il savait qu'un jours ou l'autre ça aller se retourner contre lui, la question était quand, et quelque chose lui disait que ça ne serait pas pour de suite. Il baissa légèrement la tête a la suite de la conversation, ça il le savait bien, très bien, trop même. Mais que pouvait il faire mh ? Il n'avait personne d'autre que son père alors bon, même s'il le balancé, il se retrouver je ne sais ou, tout seul. De plus, son père pourrais s'en sortir et la, il risquait sa peau. Il hocha la tête et se dirigea vers les douches. Avant de s'arrêter net et de se mordre la lèvre, mauvaise habitude. Appeler son père ? Non ! Enfin.. Si ? Et merde, il savait pas.. Qu'est ce qu'il pourrait lui dire de crédible aussi... Mon dieu.. Que devrait il faire ? Oui ? Non ? Il soupira.. Comment une question aussi.. Simple, pouvait être compliqué pour lui ! Il se retourna vers lui et le regarda.

<< Vas y, appelle.. De toute façon j'ai rien a perdre, sois il te croit, sois il te croit pas, et ça finira comme ça fini toujours. J'ai l'habitude, c'est pas un problème. Merci. >>

Il le regarda une dernière fois avant de se diriger vers les douches et prend une serviette avant de se déshabiller et de se mettre sous l'eau une fois cette dernière régler a bonne température, y restant quelques temps.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 17 Oct - 1:04
Rao fut surpris que Shin ne soit pas arrogant après ce qu'il lui avait dit. Ni l'évocation d'un possible mensonge, ni la possibilité que son père prenne cher, ne souffla la stabilité du gamin. Sans s'en rendre compte, Shin avait apporté une preuve supplémentaire au fait qu'il s'était réellement confié. Dans quel cas, les choses allaient possiblement se compliquer pour lui. Dans quoi se foutait-il encore ? En croire que le boxeur aimait risquait son cul. Jusqu'où ? Il verrait bien. Là n'était pas la question. Rao avait été satisfait de cet entretien. Le gamin avait un bon potentiel physique, mais son mental restait fragile, à reconstruire, et là où beaucoup auraient pensé que c'était un défaut, Rao lui prenait ça comme un atout dans le sens où Shin accepterait d'écouter, et de ne pas tout savoir. En contre partie sa force de caractère fonctionnerait pour le reconstruire et lui faire tenir le coup. Mais pour cela, il avait besoin d'un environnement calme et stable, ce qui ne semblait pas être le cas. Les menaces étaient-elles en l'air ? On verrait avec le temps, mais il s'était confronté à bien des salopards quand il était boxeur pro, surtout des hommes de « pouvoir » qui pensait pouvoir l'acheter par tous les moyens, d'autres qui avaient appuyé en chantage sur son coach. En général, ça s'était solder par une bonne mâchoire pétée et une grosse baleine en taule. Mais avec le temps, c'est problématique parce qu'on ne peut pas sortir dehors sans se demander si on va se faire agresser ou non. Au final, Rao s'y était fait. Même sa femme dépassait de loin tous ces enfoirés en costume de haut couture alors en ce qui concernait le père de Shin, si lui n'avait pas peur de quoi que ce soit, et bien il avait trouvé adversaire à sa taille et puis quand même il réussirait possiblement à lui tomber sur la gueule avec plusieurs hommes, et que Rao finissait à l'hosto (encore une fois), c'était le vieux commissaire Hantawe de Tokyo, qu'il se boufferait dans la gueule. Shin n'avait pas besoin de savoir à quel point Rao trainait du lourd autour de lui, c'était une chose qui à la rigueur ne le concernerait qu'en temps voulu.

Pour l'heure, il laissa le jeune aller prendre sa douche et chopper son téléphone en réfléchissant. Un coup d’œil à l'heure et il appela une jeune collègue au secrétariat. En général, l'un d'entre elles finissaient toujours plus tard. Elle décrocha. Il lui demanda le numéro du responsable légal de Kagawa Shin. Elle lui fournit après une brève explication. Bien. Cela ne dura que quelques minutes. Rao n'était pas du genre à passer par quatre chemins de toute façon. Le ton autoritaire et professionnel, il expliqua à son père qu'il avait retenu son fils pour discuter un peu de son avenir (même si c'est pas vrai mais on s'en fout). Il lui présenta donc des excuses franches, sans détour, chose qui semblait passer auprès du paternel. Après quoi Rao raccrocha calmement après avoir entendu le père le faire. Mouais, on repasserait pour la bonne impression. Pour ce soir du moins Shin allait pouvoir échapper à une quelconque correction, mais pour le reste il leur faudra trouver une autre parade.

Rao attendit que Shin ait fini de prendre sa douche, rangeant le reste et se rechangeant. Lui, se doucherait chez lui. Il regarda le gamin sortir, un peu et lui tendit un morceau de feuille plié en deux, sur lequel était inscrit numéro et adresse. « Planque le. N'hésites pas. Peu importe l'heure.  Tu devrais y aller il t'attend. » Grand bien lui fasse de vérifier qui il était. Cela arrivait à tout le monde de croiser un élève dans un couloir et de discuter avec. Il ne voyait pas le problème. Tout dépendait de Shin à présent et à sa capacité à lui dire qu'il l'avait justement croisé dans un lieu basique. Et pas ici. C'était aussi un genre de mise à l'épreuve de sa volonté. La salle fut bientôt fermée et chacun retourna à son foyer respectif.

- END -

[MP moi pour qu'on voit pour le prochain!]

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 1:50
 

Little Muay Thai. /Shin/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boxe
» Le MUAY THAI
» Businessmen they drink my wine, Plowmen dig my earth [Shin&co]
» Compte de Kairo Shin
» Recrutement agréssif [ Quero et Shin ]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-