AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 what a time to be alive (feat. king jiao)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 27 Sep - 22:08
DARLING...

Well, there are lots of things I want to say, but I think I don’t need to say them, because I think you know what they are Δ Edna St. Vincent Millay







La jeune femme n'a jamais été aussi nerveuse depuis trop longtemps, elle espérait que ce sentiment ne refasse plus jamais surface mais elle est là, à nouveau, à attendre dans l'ascenseur, faire les cent pas, le bruit de ses talons  assez présent pour tuer le silence. Pour être honnête, elle n'a pas vu ses tantes depuis tellement longtemps, elles vont devenir hystérique quand elles vont voir Jiao ; parce que sa mère a surement et évidemment parlé de lui bien avant ce dîner en famille. Ce qui fait le plus peur à Amy pour être honnête, c'est le père de Jiao, et les réactions excessives de ses tantes. Toujours dans l'ascenseur, elle relève la tête vers le jeune homme avant de lancer mi-amusée et mi-sincère et surtout angoissée  ;


Amy - Si tu veux partir tout de suite, promis je ne t'en voudrais pas, je... On monte dans le premier taxi et... Et on va prendre un grand bol d'air frais ...


La jeune femme n'y pense pas sérieusement, mais si Jiao lui dit oui alors il n'y a qu'un bouton nécessaire pour sortir de l'immeuble du grand appartement de sa mère. Malheureusement pour elle, il n'a pas vraiment le temps de répondre que les portes de l'ascenseur s'ouvrent et qu'elle se retrouve à inspirer profondément tout en attrapant la main du jeune homme. Le père de Jiao est probablement déjà arrivé. Elle passe la main dans ses cheveux, ajuste sa longue robe avant de sortir de l'ascenseur. Elle se dirige vers la terrasse et ne tarde pas à entendre sa tante Hye Rin dire à haute voix ;


Tante Hye Rin - Amy d'amouuur !


Cette dernière agite la main à l'attention de Jiao et Amy alors que sa mère discute avec le père de Jiao. D'un pas plus ou moins tranquille, la jeune femme vient dire bonsoir à ses tantes. Comme elle s'y attendait sa tante Jung In est toujours aussi tactile et prend Jiao dans ses bras dès la première rencontre ;


Tante Jung In - Aigo Amy'a, tu as tellement grandi elle s'écarte doucement de Jiao avant de dire and jiz awesome maneu must be Jiao !


L'éclat de rire est presque immédiat du côté des deux tantes suivit de quelques "Omo !" et des remarques dans un chuchotement comme "incroyable". Mais tante Jung In est connue pour n'avoir honte de rien du tout. La tante Soo Ah finit par simplement venir saluer les deux invités et puis sa mère fini par arriver accompagné du père de Jiao qui doit sans doute en avoir entendue des bêtises.


Amy - Bonsoir, je suis A-Amy, Jiao m'a beaucoup parlé de vous.


La mère d'Amy, la pire selon la jeune femme, c'est la plus jeune de toutes parmi ses soeurs. Elle a trente-neuf ans tandis que la plus vieille a quarante cinq. Elle se dirige vers Jiao et Amy est de toute façon beaucoup trop concentrée pour la voir se conduire amicalement avec le jeune homme et chuchoter à son oreille ;


Yerim - J'ai vu ton concert sur internet, elle s'écarte et lui donne une tape à l'épaule avant de lever son pouce avec une expression satisfaite qui parle d'elle même. Puis elle retrouve une expression sérieuse quand Amy pose son attention sur elle Bonsoir, je suis la mère d'Amy, Yerim, on s'est vus sur Skype, j'ai beaucoup entendu parlé de toi~ Elle dit un peu plus bas d'un ton amusé Merci d'aimer autant ma terrible fille..


Et ce n'est certainement pas Amy qui en a parlé. Elle regarde autour d'elle, elle ne se souvenait pratiquement plus de l'appartement à force de ne pas venir assez souvent. Elle a changé la couleur, du blanc pour tous les murs, et des couleurs chaudes sur les meubles. Sa mère aime tellement changer les choses de toutes façons. Jiao et Amy s’éclipsent un moment juste le temps d'aller se laver les mains avant de passer à table. L'expression sur le visage d'Amy parle à sa place. Elle lève les yeux vers Jiao avec une faible moue et murmure ;


Amy - Ton père doit être bouleversé à cause de toutes ces personnes bavardes... Un soupir quitte ses lèvres alors qu'elle lance après s'être séché les mains Viens... C'est trop tard pour fuir de toutes façons... Elle dépose un baiser sur ses lèvres et à l'aide de son pouce efface la marque de rouge à lèvre au niveau des commissures de ses lèvres.


Et comme sa mère a déjà décidé des places sur cette longue table légèrement ovale elle a choisi de s'asseoir à côté de Jiao et mettre Amy à côté du père de Jiao tandis que les trois tantes sont séparées, Jung In à côté d'Amy, Soo Ah à côté de Jiao et Hye Rin à côté de la mère d'Amy.


Yerim - Bon, puisque tout le monde est bien installé... Est-ce qu'on devrait prendre une photo ? Un petit rire s'échappe de ses lèvres avant qu'elle rajoute Désolée... J'adore les photos, et puis cet appartement est rarement remplit vous savez, tout en sortant son portable pour prendre un selfie Alors je compte jusqu'à trois, un, deux, trois ! Elle marque une pause et regarde la photo avant d'ajouter Très bien. Encore une autre.


Le dîner débute après quelques paroles de la mère d'Amy et les conversations ne manquent pas et la curiosité de la tante Hyerin fini par refaire surface ;


Hye Rin - Comment est-ce que vous vous êtes rencontrés tous les deux ?

Parce qu'il était impossible d'avoir un dîner sans dix mille questions de cette tante là. La tante Soo Ah quant à elle est si silencieuse, que s'en est inquiétant.


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Sep - 0:38
i heart u

Well, there are lots of things I want to say, but I think I don’t need to say them, because I think you know what they are Δ Edna St. Vincent Millay



« Ca va aller. »

Est-ce qu’il le dit plus pour lui ou pour elle ? A vrai dire, il a très bien en tête le portrait de la famille d’Amy, et même s’il est bien loin du genre à vouloir plaire aux autres, là, c’est comme si toutes les années passées à ne se soucier de rien revenaient d’un coup. Peut-être que s’il avait déjà connu ce sentiment, il aurait pu faire mieux. Probablement la seule idole sur Terre qui ne cherche pas à plaire au plus de monde possible, parce qu’il croit et qu’il sait évidemment qu’il plait aux gens naturellement. Enfin, c’est ses propos, et s’il ne plaît pas, c’est le dernier de ses soucis. Maintenant, un peu moins. Et s’ils décident que Jiao ne doit plus jamais revoir Amy ensuite, et s’ils doivent vivre cachés après ne l’être plus depuis si peu de temps, et si tout se passait normalement ? Et c’est quoi normalement ? Au moins, Amy a l’air assez angoissée, et il ne devrait pas être satisfait de cela, vraiment pas.

Arriver en dernier n’est pas non plus pour le rassurer, et légèrement en retard, et ne pas avoir eu son père en live pour pouvoir le briefer pendant plus de deux heures –il avait dû se contenter de 20 minutes au téléphone, tout ça s’ajoute alors qu’ils avancent et qu’il serre par moment un peu plus fort la main d’Amy. A ce stade, il pourrait entendre la voix d’Andrew au loin se moquant de lui, mais l’australien n’est stressé par littéralement rien donc il range cette pensée et avance en souriant.

Même que son sourire ne disparaît pas en se faisant prendre sans ménagement dans les bras de, on va dire, tante numéro 2. Pourtant il avait essayé d’apprendre qui était qui, mais rien à faire. Non, son sourire ne disparaît pas et s’agrandit même en entendant l’anglais à presque couper au couteau de la femme en face de lui. Si ça avait été quelqu’un d’autre, il aurait probablement explosé de rire, mais honnêtement ? Il apprécie l’effort, il apprécie l’ambiance autour d’eux, il est définitivement aveuglé d’amour.

« Exactly, mannaseo bangapseumnidaaa »

Il y a moins d’accent que la tante à Amy mais en tendant l’oreille, et malgré qu’il ait pu sortir cette phrase presque autant de fois que bonjour lors de ces déplacements en Corée, on peut entendre des effluves de sa langue natale. Pourtant, ça, bonjour, je t’aime, et au revoir, sont à peu près son vocabulaire coréen. Devrait-il demander à Amy de lui apprendre à parler sa langue ?

Il rigole doucement en l’entendant bégayer sur son propre nom, et se penche vers elle, « Il va pas te manger tu sais ? » mais assez bas pour qu’elle seule l’entende. Effectivement, son père ne mange pas Amy, il lui répond même de son ton habituellement enjoué d’américain sous les yeux de Jiao qui essaye de transmettre par la pensée qu’avec un seul faux geste il le jette du balcon, « Oh, tutoies-moi s’il te plaît, je suis Christopher mais Chris suffit. Je suis étonné que Jiao… Ta mère m’a parlé de toi aussi » Il lui fait un clin d’œil et Jiao meurt un peu plus intérieurement « Je suis enchanté de te rencontrer enfin » et meurt encore. Comment ça ‘enfin’, il va donc devoir le jeter par la fenêtre.

Pas le temps de le jeter par la fenêtre, la mère d’Amy a vu son concert et il ne sait pas s’il devrait encore plus mourir de honte. Enfin, c’est sa mère. Qui lui annonce ça ainsi. On dirait qu’elle va bientôt appeler un prêtre et organiser leur mariage. « Bonsoir » dit-il légèrement distraitement, évidemment qu’il se rappelle d’elle, il sent son père presque râler à côté que elle a droit à le voir sur Skype et lui n’a pas pu voir une seule fois Amy, que la vie est injuste. « Merci à vous, j’ai vraiment du mérite vous savez ? » toujours aussi distraitement avant qu’il ne se rende compte que ce n’est probablement pas une phrase à sortir à sa mère. Trop tard. Peut-on mourir autant de fois en si peu de temps ?

« Hm, qui est le plus bouleversé, lui ou moi ? » des gouttes d’eau tombent contre sa chemise alors qu’il se sèche les mains lui aussi. Il pourrait rétorquer que non, ils peuvent très bien fuir là maintenant s’il le faut, regarde c’est pas difficile il suffit de mettre un pied devant l’autre… Et ils se retrouvent devant la table à chercher leur place. Tiens, prendre des photos à n’importe quel moment semble donc venir des gènes de sa mère, Jiao sourit à cette pensée et aux millions d’albums qu’entrepose Amy dans l’appart. Il regarde cette dernière alors que Jung Ah ? Soo Rin ? aimerait connaître probablement des détails croustillants de leur rencontre. Le jeune homme rigole et hésite à leur dire que ce fut un an d’engueulades par la suite quand même. Enfin, il répond

« Hm, ce n’est pas très romantique à vrai dire » et ça ne le mets surtout pas du tout en valeur « On était dans une salle de repos de l’université. J’ai tout de suite était attiré par l’incroyable beauté de votre fille et elle pas, du, tout. Vous vous rendez compte ? » Non Jiao, non, garde ta modestie pour toi, continue sobrement, essaye de ne pas tourner tout ceci en ta faveur malgré tout, ce n’est pas comme si tu lui avais demandé avec beaucoup d’assurance de te donner son café façon Jean Dujardin pub Nespresso et qu’elle avait rigolé et s’était foutu de toi. Cela a pour mérite de provoquer des rires dans l’assemblée, même un « C’est pas vrai ? » très étonné de la part d’une des tantes, ce qui l’encourage plus qu’autre chose, « Elle s’est même moqué de moi » il hoche la tête, décidément, irrécupérable, « j’ai donc dû vivre un coup de foudre à sens unique jusqu’à ce qu’elle se rende compte de ses sentiments. »

Hye Rin semble vouloir continuer à poser des questions sur eux –puisqu’elle a été très bien servie par Jiao, pourquoi s’arrêter là ?- mais est coupée par Ye Rim « Et nous avons rencontré ton père mais où est ta mère, Jiao ? Ça aurait été un plaisir de la rencontrer pourtant » Rire nerveux, cette question, il l’a pourtant déjà entendue, la réponse est presque automatique « Elle est très occupée, je suis désolé » son père n’a pas de réponse automatique par contre et ajoute « En fait nous ne sommes plus ensemble et nous n’avons plus de nouvelles de sa part. » Jiao voulait éviter le malaise et les excuses de la part des coréennes, c’est tombé à l’eau, nouvelle raison de jeter son père du balcon, qui continue « Ne vous excusez pas, vous ne pouviez pas savoir, » puis se tournant vers Amy « Dis-moi, tu arrives à le supporter ? Qu’est-ce qui a provoqué ton coup de foudre ? » il change du tout au tout et reprend un ton assez enjoué. Au moins, ne lui a pas demandé à propos de son père, mais Jiao l’avait déjà averti. Mais Jiao va quand même provoquer un homicide involontaire en rentrant.



© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Sep - 2:00
DARLING...

Well, there are lots of things I want to say, but I think I don’t need to say them, because I think you know what they are Δ Edna St. Vincent Millay





Etonné que Jiao quoi ? Encore une phrase qui restera un mystère pour Amy. Il ne va pas la manger comme dit Jiao, c'est vrai mais elle ne peut pas s'empêcher d'être nerveuse. Elle passe doucement sa main libre dans ses cheveux alors qu'un sourire se dessine sur ses lèvres. Sa mère lui a parlé d'elle ? Oh non, pitié... Pour être honnête, la jeune femme ne sait pas vraiment comment se sentir à propos de ça et se contente de sourire tout en jetant un regard bref à sa mère. Le niveau d'angoisse chez Amy est sans précédents, alors que sa mère semble plutôt à l'aise ; cette dernière éclate même de rire avant de poser sa main au niveau de l'épaule de Jiao et hocher doucement la tête ;


Ye Rim - Mon enfant, si tu savais... Elle murmure avant d'ajouter Aigo tu dois travailler tellement dur, tu as l'air tellement fatigué... Elle dit avec une mine inquiète en posant sa main sur sa propre joue J'ai pris une journée de congé et j'ai cuisiné avec mes soeurs. J'espère que ça va vous plaire, c'est le moment d'oublier les régimes. Il n'y a pas de place pour de telles choses ici. Elle dit faiblement amusée



Quand ils se retrouvent dans la salle de bain, elle ne peut pas s'empêcher de rire faiblement à sa réponse. Pour être honnête, elle avait imaginé les expressions sur le visage du père de Jiao mais ses attentes étaient peut être trop hautes et heureusement, il semble se porter plutôt bien. La jeune femme ne lui répond rien si ce n'est de le suivre, de toutes façon, c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Fuir est inutile avec eux. Ils se retrouvent donc séparés et Amy sait que ce n'est pas le hasard du tout qui fait les choses. Et les questions arrivent au cours du repas, tellement de questions. Oh Amy se souvient bien de la façon dont ils se sont rencontrés, ce qui explique ce sourire face à la question,  elle se pince doucement les lèvres pour le réprimer mais rien à faire et Jiao n'arrange rien du tout.



Amy - Y..- Tu pensais que je voulais un autographe ! Elle d'un ton amusé dit pour se défendre.


Jung In - Aigo... Et tu n'as pas voulu d'autographe ? En voyant l'expression quasi neutre sur le visage d'Amy elle se met à rire avant de rajouter Omo... Cette nièce


Elle secoue doucement la tête avec un faible sourire avant que le sujet ne change et que son sourire ne s'estompe pour laisser place à une mine un peu plus sérieuse. Elle sait à peu près ce qu'il en est à propos de tout ça. Elle aurait voulu qu'elle soit là, c'est sûr mais on ne peut rien y faire non ? Et Jiao ne lui jamais vraiment dit du bien d'elle... Et le sujet change à nouveau. La jeune femme lève les yeux vers le père de Jiao avec une expression assez étonnée au départ puis ne peut pas s'empêcher de légèrement rire ;


Amy - Ah... Non non, il prend vraiment soin de moi et essaie de faire en sorte que tout aille pour le mieux... Elle lève les yeux vers Jiao et se remet doucement à rire avant d'ajouter Je devrais m'arrêter là, ces chevilles sont en train d'enfler Elle marque une pause et ajoute Juste... Il a complètement bouleversé ma vie, m'a fait me remettre en question et m'a poussée à être un peu plus confiante en quelques sortes. Peut être que sans lui à l'heure actuelle je... Ce serait totalement différent.


Elle sourit faiblement sans ajouter quoi que ce soit puis un silence pas plus long de deux secondes règne avant que la mère d'Amy et ses tantes débarasse la table pour laisser place au déssert. Puis elle ajoute alors ;


Ye Rim - Je suis la seule à m'être mariée, mes soeurs ont des goûts assez difficiles elle plaisante Mais comme j'ai eu Amy assez jeune et que je tenais malgré tout à poursuivre mes études, elles m'ont permit de bien vivre, je leurs doit tout. J'ai rencontré le père d'Amy quand j'étais à peine au collège, mais j'ai changé d'établissement et on a perdu contact jusqu'au lycée. Là alors, dès qu'il a posé les yeux sur moi, tac ! ... Il ne m'a absolument pas reconnu elle sourit quand elle entend ses soeurs se mettre à rire Donc il a voulu m'impressionner en me disant qu'il était le meilleur de son cursus et qu'il finirait dans la meilleure université qui soit - des bêtises, il était vraiment le pire de sa classe... Mais un trimestre est passé et puis un deuxième, et à la fin de l'année il a fini premier de sa promo... Mais j'étais la meilleure du lycée


Hye Rin - Le père d'Amy aurait vraiment aimé être ici et pouvoir vous voir


Jung In - C'est vrai, c'est vrai, tellement gentil... Christopher are you okayy ?


Les deux tantes se mettens à nouveau à rire avant que Hye Rin lance d'un ton de reproche bien qu'elle soit amusée ;


Hye Rin - Ai'... Sérieusement, parle juste en japonais


Jung In - Rigolez tant que vous le voudrez, beaucoup de personnes sont tombés à cause de cet accent, vous savez ?


Hye Rin - En effet, ils ont du être très choqués, elle dit d'un ton sérieux en hochant doucement la tête.


Le rire de la mère d'Amy ainsi que ses deux tantes suivent alors que la fin du repas approche. Et qui dit fin de repas, dit album photos chez les Baek, et Amy n'est curieusement pas pressée d'en arriver là.

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 30 Sep - 1:13
i have to praise you like i should

Well, there are lots of things I want to say, but I think I don’t need to say them, because I think you know what they are Δ Edna St. Vincent Millay



Décidément, il va quitter Amy pour se marier avec Jung Ah, à moins que ce ne soit Hye In. Enfin des personnes raisonnables qui considèrent elles aussi qu’avoir l’autographe de Jiao est indispensable à toute survie. Puis, par simple raison économique, elle aurait pu le revendre après, à y réfléchir, il est tombé sur la mauvaise personne et devrait tout quitter maintenant. Non ? Non.

Il ne sait pas s’il doit être embarrassé de la question de son père ou si la curiosité l’emporte. Jiao est habitué, enfin, tout comme Amy est habitué à ses tantes et à sa mère assez haute en couleur, mais cela peut surprendre. Ils ne se ressemblent pas physiquement, Jiao est le portrait craché de sa mère et s’est demandé plus d’un milliard de fois s’il était vraiment son fils, mais ils ont les mêmes traits de caractères, des manies, des manières de parler. Peut-être est-ce juste parce qu’il l’a élevé ? En tout cas, les gènes de souffler le chaud et le froid sont bien communs, tout comme l’atteste son visage devenu sérieux malgré le ton léger de la question. Jiao l’oublie, et oublie un court instant où ils se trouvent car il a failli lui donner un coup de pied sous la table. Il ne parle pas mais aimerait ajouter tellement. Elle aussi a complètement bouleversé sa vie, elle aussi a fait beaucoup, et il s’est passé tellement de choses qu’il n’imagine pas, ne comprend pas sa vie avant ou après elle, et c’est si simple, si évident.

Il y a un court flottement puis les tantes se mettent à débarrasser la table trop rapidement pour que Jiao n’ait le temps de proposer son aide, encore perdu dans ses pensées. Il commence à se lever mais est remis sur sa chaise illico. Tant pis. Un point en moins dans ta carrure de gendre idéal, ne pleure pas trop Jiao.

Soyons heureux, Jiao ne pleure pas et écoute Ye Rim parler d’une oreille absente tout en regardant Amy, il connaît les grandes lignes, mais un sourire et un rire léger l’emporte par moments. Tiens, donc. C’est les gènes de la famille Baek de repousser la perfection quand elle apparaît ? Tout s’explique.

Christopher rigole en même temps que les tantes d’Amy mais reprend comme si un sujet d’une importance capitale se jouait là maintenant, c’est peut-être leur différence, ou peut-être est-ce retransmit dans le côté drama queen de Jiao, « Je suis quand même reconnaissant, vous parlez si bien japonais, et désolé de ne connaître aucun mots coréens.. » Bon, tu veux décerner une médaille maintenant ? Jiao garde ses remarques alors que le dessert arrive, il ne lève même pas les yeux au ciel. Parce que son père continue, faut pas croire, « et Jung In-ah, je peux vous apprendre plus d’anglais if you ever want » attends. Il draguerait pas la tante à Amy ? Ce qui ferait qu’Amy deviendrait sa cousine ? Wtf ?

Jiao tousse pour attirer l’attention et empêcher toute tentative de réponse, aussi, parce qu’il s’étouffe sur sa part de gâteau, simplement. Il sent des mains lui tapant dans le dos, des propositions de boire de l’eau suivi de mais non il va s’étouffer encore plus, il faut faire la manœuvre de Heimlich, de quoi, de Heimlich, mais finalement il arrive à retrouver de l’air tout seul comme un grand. Il fait signe qu’il va bien avec la main, qu’on peut arrêter de le taper comme s’il allait mourir.

« - Ca va ? Tu es sûr que tu ne veux pas boire de l’eau ? Mon pauvre, je suis sûr que tu es trop fatigué au point que tu n’arrives plus à manger correctement, depuis quand n’as-tu pas mangé de gâteau hm ? » la voix à sa droite s’inquiète encore alors qu’il arrive à parler à peu près,

« - Nooon » crédible avec une voix comme ça. Sa voix, son outil de travail. Quelque chose tilte, il sent qu’elle ne revient pas correctement, « Ça va aller, vraiment, finissez le repas » il sourit mais sa voix est vraiment enrouée. On ne peut pas briser ses cordes vocales en s’étouffant sur un dessert non ? Non, il cherche trop loin. Il n’a plus faim de toute façon, il a vraiment beaucoup trop mangé. Des regards suspicieux, mais les discussions reprennent avec la présence amoindrie de Jiao dans les conversations, puis les tantes se remettent à débarrasser la table et impossible une nouvelle fois de proposer son aide vu qu’il doit se reposer, voyons, on n’aimerait pas que tu meures sur notre tapis refait il y a une semaine.

Ce qui fait qu’il se retrouve avec Amy, parce qu’il faut quelqu’un pour veiller sur lui pendant qu’on range, on aimerait toujours pas qu’il décède seul, à attendre que l’agitation se calme, sur un canapé plus blanc que blanc. Il ne réfléchit pas à la suite vraiment et fait des vocalises dans sa barbe. On a dit drama queen ? Ça se modère, il s’arrête pour déposer un baiser innocent sur la joue d’Amy et « Merci pour ce que tu as dit tout à l’heure » Non, en fait, drama queen quand même. « Tu sais que je t’aime hm ? » Au cas où, faudrait pas oublier ça. Il entend le clic d'un portable. Est-ce surprenant?

« Pardon, vous êtiez vraiment trop mignons~ »

Est-ce vraiment surprenant ?

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 30 Sep - 23:06
DARLING...

Well, there are lots of things I want to say, but I think I don’t need to say them, because I think you know what they are Δ Edna St. Vincent Millay





Elle ne peut pas s'empêcher de regarder Jiao et puis son père en essayant de trouver des traits en commun mais il n'y a rien qu'elle puisse voir en lui si ce n'est le comportement. Lorsque Jiao se met à tousser à cause de la phrase de son père elle réprime alors un faible sourire ; ses pensées doivent être contagieuse, mais elle ne peut pas s'empêcher de le traiter d'idiot dans sa tête. Et son sourire part pour de bon laissant place à un mine légèrement inquiète quand tout ça dure un peu trop longtemps, mais surtout au son de sa voix. Le pied de la jeune femme touche distraitement le sien dans le but d'avoir un peu d'attention et alors elle lui lance un sourire réconfortant avant de détourner le regard. La table ne tarde pas à être débarassée alors qu'ils sont tous les deux assis sur le canapé. Elle passe doucement son bras sous le sien puis lance dans un murmure -pour qu'il soit le seul à l'entendre-d'un ton faiblement amusé ;


Amy - Après être venu jusqu'ici, je n'en doute pas une seconde... Elle lève les yeux vers lui avant de lui demander Ca va mi-


Hélas, le bruit de l'appareil photo capte toute son attention. Est-ce qu'elle est surprise ? Non, même pas un tout petit peu.


Amy - Ah... Elle couvre simplement son visage sans rien dire


Ye Rim - Jung In'ah, il y a assez de photo comme ça...


Jung In - Qu'est-ce que tu raconte ? Est-ce que c'est possible ?


Les mains d'Amy glisse doucement juste pour regarder la scène et bien entendu, elle a eu trop d'espoir sur ce coup. Sa mère sort alors l'album photo caché derrière son dos ;


Ye Rim - Parce que Amy était mon mannequin personnel et que j'ai plein d'albums~

Soo Ah - Elle en a prit des photos, il y a même des cassettes pour vous dire, cette femme était vraiment folle d'Amy


Remarque accompagné des rires des tantes, dont la mère d'Amy.


Ye Rim - Et malgré tout, je regrette de ne pas en avoir prit d'avantage, un faible rire s'échappe de ses lèvres


Sérieusement ? Il y a un album pour chaque année jusqu'à ses dix-huit ans ici. Est-ce que vous imaginez le truc ? La mère d'Amy prend simplement l'album photo de famille et vient s'asseoir à côté de Jiao tout en lançant ;


Ye Rim - Ca c'était le jour de ses sept ans... Oh, est-ce que ce n'est pas Erin ici ? Elle a tellement changé depuis le temps ! Inséparable ces deux là. Elle lève la tête vers Jiao en ajoutant Elles se sont même retrouvées au Japon. Je vais prendre un café de temps en temps avec sa mère.


Elle tourne la page et la tante d'Amy lance alors ;


Jung In - Aaah le karaoké !


Cela suscite le rire de ses tantes et sa mère se contente de sourire car elle trouve cette photo tellement mignonne. Amy quant à elle, couvre les yeux de Jiao avant de finalement abandonner. Rien de plus qu'une photo de la petite Amy avec une péruque blonde et une robe à pailettes micro à la main. Elle avait aussi sept ans à ce moment là.


Amy - Génial vraiment génial... Je vais devoir te mettre dans la liste des personnes dont je dois me débarasser maintenant. Elle lance d'un ton las et désespéré.


Ye Rim - Non attendez, la vidéo est parfaite, je dois l'avoir dans...


Amy - Non non, tu n'as pas à faire... Elle n'a même pas le temps de finir sa phrase que sa mère est déjà levée en train de chercher dans les tiroirs. Tout est si bien organisé.


La jeune femme pose sa tête sur l'épaule de Jiao et cache son visage alors que sa mère allume la télé pour mettre la vidéo. Vidéo où Amy chante avec beaucoup d'énergie, sa mère ne tarde pas à la rejoindre déguisée en homme, avec un costard qui est tout juste à sa taille et une perruque. La jeune femme lève les yeux pour regarder la vidéo et fini par doucement rire malgré tout.


Amy - Ah sérieusement...


Soo Ah - Mais Amy est devenue calme comparée à sa mère


Jung In - Ce n'est pas une bonne chose ? Elle rit doucement Elle doit tenir ça de sa tante Soo Ah, on est toutes...


Hye Rin - Tout ça fait elle dit en hochant la tête l'accompagnant dans son rire


La vidéo montre alors un autre jour ; l'anniversaire, un des seuls où son père a pu venir. Amy regarde silencieusement la scène et sourit doucement au passage où il pose son chapeau trop grand pour elle sur sa tête avant de déposer un baiser sur sa joue. Il y a tellement de souvenirs sur un CD, ils défilent et elle se rend compte que le temps passe tellement vite...


Jung In - Mais Jiao-ssi...- omo, j'allais te parler en coréen elle dit en couvrant sa bouche. Elle poursuit d'un ton soudainement sérieux Est-ce qu'il serait possible de me passer le numéro de ton coiffeur personnel ?

Soo Ah - Song Jung In...


Jung In - Wae ? Je suis encore jeune, j'ai bien le droit d'essayer de nouvelles choses ! Pas vrai mon chou ? Elle lance en s'adressant à Jiao J'ai entendu un employé de ma boîte un jour dire... Ah, comment est-ce qu'il l'a dit déjà... Yol... Yolo ? Yeu oneuli liveu once, c'est comme ça que je veux vivre


Remarques qui ramène à nouveau le rire dans la pièce.


Jung In - Je suis sûre que mes employés-


Hye Rin - Ei~ Ils vont être choqués, qui est-ce que tu essaie de séduire dans ta propre boîte, ils ne doivent pas dépasser les vingt-cinq, trente ans

Jung In - Qui essaie de séduire qui ? Aigo... Tu n'as pas vu ce drama ? La femme a bien quarante balais et pourtant elle est bien avec-

Hye Rin - Aigo Jung In'ah, les dramas...

Jung In - Quoi qu'il en soit, avant de partir, n'oublie pas de me donner son numéro de téléphone mon chou

© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 6 Oct - 0:25
not okay

Well, there are lots of things I want to say, but I think I don’t need to say them, because I think you know what they are Δ Edna St. Vincent Millay



Il le savait. Il aurait pu mettre sa main au feu qu’Amy tenait cette manie de prendre des photos de sa mère. Il l’avait présumé quand elle avait pris une photo tout à l’heure mais là c’est clair et net en voyant l’album arriver. Ah, il a bien ressenti un peu de peine en la voyant se cacher, as-t-elle honte de lui, puis il a compris et a manqué d’exploser de rire ou de joie ou des deux à la fois. Ce serait mal de demander s’il peut emmener des photos ? Ou les prendre avec son portable à la limite ? Tiens, Erin ! Il se retient vraiment de demander, mais la question lui brûle les lèvres. Il ne peut pas en placer une, évidemment, elles parlent beaucoup trop, puis de tout façon il essaye de ne pas trop parler pour autant préserver sa voix que se préserver des conséquences, de ne pas mourir étranglé d’amour par exemple, alors se limite à placer des « Ah ? » et « Vraiment ? » mais Amy sait probablement ce qui se passe dans son esprit, si elle est encore en vie et pas morte de honte.

Surtout lorsqu’elle essaye de l’empêcher de regarder. L’envie de regarder augmente et donc ses attentes augmentent et finalement le résultat est vraiment à la hauteur. Il rigole.

« Moh ? Tu es pourtant adorable sur cette photo ? » puis se tourne et on ne pourrait pas imaginer un air plus ravi sur son visage, « Une vidéo, c’est pas vrai ? »

Vient-on de lui annoncer qu’il a gagné au loto ? Il sort discrètement son portable, et jure qu’il faut qu’ils arrêtent de les faire si gros, bonjour sa réputation après, il faut aller déposer une plainte, vraiment. Il n’a pas besoin de le filmer, chaque instant restera probablement gravé pendant des heures et des jours et des mois dans son esprit, mais c’est beaucoup trop pour louper de sauter sur l’occasion. Jiao se retiens beaucoup en si peu de temps, il se retient par exemple de rire lorsqu’une de ses tantes annonce qu’Amy est devenue calme, se retient de vérifier si Amy va bien, se retient d’embrasser sa tête toujours posée contre son épaule, se retient ensuite d’exploser de rire lorsqu’une de ses tantes annonce qu’elle veut vivre qu’une fois. Un coup d’œil en biais lui annonce que son père est aussi à deux doigts d’exploser de rire, bon, on dirait que les King sont sur la même longueur d’onde, mais quelque chose est louche. Un mouvement de tête balaie sa frange tombant devant ses yeux, frange parsemée de mèches roses. Est-ce vraiment ce qu’elle veut ? Etre blonde platine aux mèches roses ? Rien que cette pensée le fait sourire. Il sourit et acquiesce, il aime bien son coiffeur, vraiment, après avoir testé plus de la moitié des coiffeurs de la capitale. Son agence voulait lui attribuer un d’office, cette blague. C’est le seul à ne pas trop parler, à ne pas être trop gay, trop joyeux, à se focaliser sur sa tâche qu’est de coiffer la magnifique crinière de Jiao, et on ne peut pas imaginer les critères de Jiao concernant ses cheveux. C’est un des rares clients qui ose dire quand l’eau est trop chaude ou trop froide, par exemple. Est-ce qu’ils s’entendront ? Et plus important, va-t-il donc croiser sa tante pendant qu’il ira se coiffer, pendant son instant de détente ?  Il n’a pas vraiment le temps de réfléchir.

« Vous savez, je pensais qu’on allait arriver là et j’ai aussi préparé.. » Comment ça il savait ? Comment ça ? Jiao savait qu’il y avait quelque chose de louche depuis le début. Non, non, non, ça prend des tournures qu’il ne faut pas que ça prenne, c’était drôle avant mais plus maintenant, il le supplie du regard. Vraiment supplier. Ce n’est même plus des menaces, il commence à secouer la tête et aucun son ne sort mais c’est trop tard parce que son père commence déjà à brancher son portable sur la télé et c’est au tour de Jiao de cacher sa tête contre Amy, parce que c’est pas juste, la vie est injuste. « Mon appartement est en travaux en ce moment et comme je ne sais pas quand je pourrais vous inviter, j'ai fait numériser des photos et vidéos de Jiao étant petit et les ais transféré sur mon portable. » Si c’est pas génial, il pourrait l’entendre rajouter, de sa voix étant déjà de base beaucoup trop joyeuse et fausse et injuste.

« Oh mais quelle bonne idée ! » oui vraiment quelle bonne idée, « Vous êtes si attentionné Christopheur, it ize amazingeu » tiens donc, l’autre qui n’en profiterait pas pour essayer de le charmer. Pourtant, Jiao n’a aucun souvenir de quelconques photos prises à son insu, il aime bien être pris en photo pourtant, pour ne pas dire raffole ça, pour ne pas dire quand ce n’est pas une troupe de folle furieuse communément appelés sasaengs dans le pays d’Amy, mais aucun souvenir ne marque son esprit particulièrement. Ca tilt, ce n’est pas son père qui le prenait en photo, surtout s’il apparaît sur ladite photo. Parce que celles-ci commencent à apparaître sur l’écran. Jiao à sa naissance, Jiao sur un piano dix fois trop grand pour lui, en suivant la vidéo et heureusement que le son n’est pas trop fort parce que ce n’est pas aussi beau que s’il en jouait maintenant, il chante même et cela rattrape peut-être la qualité de son jeu, puis une voix féminine s’ajoute et le félicite. Wo de Jiaozi, wo de bao bei, wo de baobei jiaozi. Littéralement, mon bébé ravioli, et ses déclinaisons. Il rigole légèrement, comment comprend-il ce qu’elle continue de dire ? Personne ne semble comprendre heureusement, les photos continuent de défiler et il s’étonne qu’on puisse s’extasier à ce point sur des photos.

« Omo ! Jiao, tu étais déjà très mignon enfant ! Je suis sûre que ton père était pareil »« Ahahah » … C’est la première fois qu’il regarde ces photos, il n’avait aucune idée de leur existence auparavant. Il y avait bien quelques photos traînant dans des cadres dans l’appartement à son père mais pas d’album. Devait-il les cacher ? Avait-il eu peur de la réaction de Jiao ? La fin des photos arrivent puisqu’ils reviennent au début.


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 7 Oct - 22:10
DARLING...

Well, there are lots of things I want to say, but I think I don’t need to say them, because I think you know what they are Δ Edna St. Vincent Millay





Malgré tout Amy se sent plutôt bien ici ; elle s'est toujours sentie bien en compagnie de ses tente malgré leurs excentricité qu'elle a perdu en cours de route et le fait qu'elle soit en train de mourir de honte. Ce ne serait pas vrai si elle disait qu'elle ne s'attendait pas à quelque chose du genre, mais elle n'avait pas tout à fait vu tout ça venir. Les mains recouvrant son visage, elle reste silencieuse un moment avant de finalement regarder tout ça sans rien dire. Il n'y a rien à dire de toutes façons. Mais quand finalement c'est au tour de Jiao de passer à la casserole, elle le regarde d'un air étonnée avant qu'un faible sourire amusé se dessine progressivement sur son visage. Tiens donc, qui a l'air le plus dévasté maintenant ? Mais lui n'est pas ridicule et est adorable si on devait comparer. Tout ça passe trop rapidement pour Amy, elle s'attendait à ce qu'il y en ait plus et elle va certainement demander au parternel de Jiao de lui envoyer tout ça. Mais discrètement, sinon, elle en connait un qui va lancer son portable par la fenêtre. Tiens ça ne vous rappelle pas quelque chose d'ailleurs ?



Yerim - Ah, ils grandissent vraiment trop vite elle dit en secouant doucement la tête. Je me souviens comme si c'était hier du jour où Amy m'a demandé pourquoi elle n'avait pas la tête d'une cigogne...-, elle rit doucement avant de rajouter "Mais si ce sont les cigognes qui m'ont posées ici, je devrais avoir la tête de ma deuxième maman, non ?" Ah... j'en ai entendu des choses


Un faible sourire se dessine sur les lèvres d'Amy qui se contente de détourner le regard silencieusement.


Jung In - Mah, la vieillesse c'est dans la tête de toutes façons, je n'ai pas raison ?


Les tantes de la jeune femme se mettent doucement à rire avant de hocher doucement la tête en guise de réponse. Elle passe son bras sous celui de Jiao puis décolle sa tête de son épaule tout en discutant avec ses tantes par-ci par-là avant de finalement regarder l'heure et regarder Jiao et annoncer qu'ils vont devoir partir. Le temps passe plutôt vite quand ils s'y mettent tous. Elle se lève doucement sans pouvoir éviter ses tantes et leurs étreintes plus celle de sa mère, sans doute la plus longue. Elle n'oublie pas de prendre le numéro du père de Jiao, parce que voila, parce qu'elle doit vraiment se justifier ? Ce serait bien de vous voir plus souvent. Ils se retrouvent à nouveau dans l'ascenseur après quelques minutes à sortir de l'appartement. Elle lève la tête vers Jiao avant de se réfugier dans ses bras puis quelques secondes plus tard taper doucement sur ses épaules ;


Amy - Tu, toi... Oublies tout ce que tu as pu voir sur cette télé... Un faible rire s'échappe de ses lèvres quand elle lance Ah sérieusement... Pourquoi elle montrerait une des pires...


Il ne peut pas voir son visage mais peut sans doute imaginer la légère moue qui se dessine sur celui-ci à l'heure actuelle vu le ton désespéré sur lequel elle parle.


© GASMASK

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 18 Nov - 23:29
ola j'avais oublié ce gif cute moi

Well, there are lots of things I want to say, but I think I don’t need to say them, because I think you know what they are Δ Edna St. Vincent Millay



Ils grandissent vite, c’est ce qu’elle dit, et il se demande l’espace d’un instant si c’est vrai. Oh, ce n’est qu’une expression, il le sait quand même, malgré son intelligence limitée. Il regarde Amy en se demandant si ça aurait été plus romantique s’il l’avait connu durant leur enfance. Il est persuadé qu’il l’aurait détesté cependant, mais bon, la plupart des dramas commencent comme ça. Est-ce qu’il a grandi vite ou est-ce que le temps est passé trop vite ? Pourtant, Jiao est persuadé que le temps s’arrête quand son regard rencontre le sien.

Au moins, le reste se déroule plus comme il l’avait imaginé, il a même répété des formules de politesses pour ne pas apparaître tel un Andrew dans la soupe, c’est-à-dire, beaucoup trop grand et encombrant et personne n’en veut comme gendre idéal. Ah, c’est qu’il a une réputation à tenir, on déconne pas avec les réputations. Puis surtout, il aimerait pas décevoir sa belle juste à côté. Une de ses tantes lui redemande l’adresse de son coiffeur et est-ce vraiment une bonne idée, parce que le jeune homme ne la voit vraiment pas avec les cheveux roses fuchsia dégradés bleus, mais c’est trop tard et son téléphone circule entre des mains Baekienne. C’est toujours le même téléphone qu’il regarde une fois dans l’ascenseur, se demandant si tout ceci était bien réel, avant de tourner la tête vers la brune qui le frappe d’une violence sans nom tout en étant dans ses bras. Est-ce possible un tel paradoxe vivant, lui il rêvait avant d’une femme soumise et gentille qui fasse la cuisine et le ménage. Mais à vrai dire, ça aurait été beaucoup trop chiant. Il rigole doucement et omet de préciser qu’elle devrait faire pareil.

« Mh, une des pires ? J’ai pourtant vu plus moche », oui, il a hésité un millième de seconde à lui dire qu’elle était adorable, c’est moins drôle. Il entonne rapidement l’air chanté précédemment, c’est certain, c’est gravé dans sa mémoire à tout jamais. On sait jamais, elle pourrait détruire les pièces à conviction, il faut vite qu’il aille voir sa mère en privé et faire des copies et il montrera ça à leurs enfants plus tard. Vous voyez, ça c’est votre mère en train de faire la mongole, oui si jeune, mais ne vous inquiétez pas, vous avez surtout hérité de moi. Le jeune homme dépose un baiser sur le front de la brune, laisse échapper un soupir en voyant les portes s’ouvrir, il paraît que c’est pas pratique de marcher en étreignant sa partenaire. Puis dehors, Jiao appelle un taxi, un bras quand même placé autour d’Amy avant d’entendre quelques mètres plus haut des voix indistinctes qui marmonnent probablement « Qu’ils sont mignons ! Aigoo, Jung In, soit plus discrète quand tu prends une photo. Je fais ce que je veux. Faites attention les enfants » mais le bruit des voitures couvrent par moments leurs paroles, et on les vois faire au revoir en agitant presque d’une manière larmoyante leur bras, comme si elles n’allaient plus les revoir. Jiao souris, fait un signe en retour, « Dis tu crois que tu seras comme elles plus tard ? Je peux demander le divorce maintenant ou c’est trop tard ? » Le taxi arrive qu’ils s’engouffrent dedans.


© GASMASK

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 15:32
 

what a time to be alive (feat. king jiao)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sara Howe - Time to be Alive...
» [+18] it's almost time to play, it's time to be afraid. [feat. Siddil]
» First time I met you (feat. Effy Hale)
» This is the time and place feat.Maxie [Event Eclipse]
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-