AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Twinkle Twinkle Little Star ★ Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Pseudo : eunhee Mes messages : 146 Yen (¥) : 18 Avatar : Komatsu Nana (小松 菜奈) Schizophrène? : UC. Date de naissance : 11/11/1994 Métier : stagiaire dans un commissariat de police Année : première, le banc des bleus Résidant à : Royal, dans l'un de ses dortoirs avec de la compagnie. Navigation : [img][/img]
Enfermée dans l'obscurité, je rêvais inlassablement de lumière. Lorsque la lumière s'est diffusé dans mon univers, j'ai vu mille et une couleur peindre l'extérieur. Naïvement, j'ai tenté de les graver pour ne pas oublier. Parce que je viens d'une étoile, j'envoie des SOS dans l'espoir qu'une navette vienne me récupérer.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Dim 27 Sep - 22:45


Une journée du mois d'octobretenue

★☆★


Comment dans l’obscurité, ses étoiles pouvaient-elles briller aussi intensément ? Maintenant qu’elle pouvait les voir, elle se posait toujours cette question. Elle qui était incapable de les apercevoir, se retrouvait fascinée. Dans l’obscurité la plus totale, lorsque la lumière n’était qu’un rêve, jamais elle n’avait vu de corps céleste gazeux de la sorte dans son univers. Mais apercevoir les étoiles, mêmes à ciel dégagé était difficile avec la pollution lumineuse que présentait la capitale nippone. Les panneaux en led, les lampadaires géants ou encore tout simplement les bâtiments aussi haut que des gratte-ciels, dépeignaient à présent le nouveau paysage nocturne à la pointe de la technologie. C’était pour cette raison qu’elle s’était rendu au planétarium du quartier de Shibuya. Au début par curiosité grâce au pass annuel qu’elle avait gagné, puis c’est devenue une habitude, une halte qu’elle faisait avec le même entrain. Inlassablement, elle venait observer ses étoiles qui de jour comme de nuit, ne dormaient jamais.

C’est de cette façon qu’elle l’avait remarqué, ce jeune homme qui tout comme elle se rendait régulièrement dans l’établissement, qui tout comme elle s’asseyait à la même place. Hormis les simples échanges de salutation poussés par la politesse en début de séance, ils n’avaient jamais réellement communiqué. La demoiselle n’avait pas besoin de lui poser la question pour savoir qu’il était passionné d’étoiles, peut-être plus qu’elle, et elle se plaisait à l’idée d’avoir un tel ami. Silencieux et calme tout au long de la séance, même lorsque la lumière illuminait la pièce en fin de séance, souvent, elle le voyait rester assis sans osciller, certainement à continuer d’imaginer toutes ses étoiles.  De cette façon, elle ne pouvait pas l’imaginer ailleurs que dans ces lieux. Il était comme le lapin blanc d’Alice au pays des merveilles lorsqu’il se levait, il disparaissait aussitôt de son champ de vision. Ici, au planétarium, elle était certaine de le retrouver. Là où il y avait des étoiles, elle le verrait, debout, les yeux rivés vers celles-ci. Inlassablement. Elle avait cette image de lui, idéalisée et rêveuse, il semblait presque venir d’une autre planète. Elle qui aimait dire venir d’une étoile, elle avait la sensation d’avoir retrouvé un camarade perdu sur la Planète Bleue.

Et puis un beau jour, alors que l’automne venait de commencer, alors qu’elle se rendait vers le planétarium elle le croise au détour d’une avenue bondée. Le choc se lisait sur son visage, le voir ainsi, au milieu de cette foule, de ses immeubles infinis, lui semblait étrange. Il y avait comme un décalage. Il ne pouvait pas être ailleurs que dans le planétarium. Elle se sentait stupide de se sentir ainsi, mais elle était perdue. Il avait droit à une vie, mais pour elle, c’était tout simplement étrange. Sous l’éclairage diurne, il avait perdu son charme mystique. Du moins, pas suffisamment, car elle le reconnaissait, alors qu’il était à cinq mètre d’elle.  Elle continue d’avancer vers lui, nerveuse et toujours aussi troublée, et lorsque leur regard se croise. Timidement, inconsciemment, elle lève la main et d’un geste simple, lui dit comme coucou. « Je ne pensais pas te voir ici » réussit-elle à articuler de façon saccadé. Il brisait tout un mythe sur sa personne sans le réaliser. Et elle, elle détruisait son propre personnage qu’elle avait fait de lui.  


© cn.june

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Sep - 16:24


Une journée du mois d'octobretenue

★☆★


Han Joshua est passionné par les étoiles. Il tient cette passion de ses parents et c'est peut-être la seule chose qu'ils lui ont jamais donné. A l'âge de 4 ans, il a appris à reconnaître chaque constellations. Deux ans plus tard, il a observé sa première étoile filante. Il se rappelle l'avoir admirer pendant quelques secondes avant qu'elle disparaisse; sans laisser de trace. Depuis ce jour, Joshua rêve de toucher les étoiles. Elles sont libres et majestueuses et lui font ressentir l'amour qu'il n'a jamais eu. Elles veillent sur lui et le bercent chaque soir. A l'âge de 9 ans, lorsqu'il a constaté être assez grand pour se servir des équipements de son père, il a pris racine dans la pièce aménagé à cet effet. Lorsque personne n'était à la maison, il se faufilait dans le jardin et se refugiait à l'observatoire. Observer le ciel lui remplissait le cœur et l'apaisait. Cela lui permettait de trouver le réconfort qu'il avait perdu auprès de ses parents. Ceux-ci étaient rarement à la maison et le laissait à ses occupations librement. Enfant, il n'est jamais à l'école. "Des dépenses inutiles" rétorquaient ses parents. "Joshua est assez intelligent", "Joshua est presque un génie", "Il n'a pas besoin d'aller là-bas". Combien de fois il a entendu sa mère se vanter de ses compétences intellectuelles. Il sait que c'est quelque chose qui devrait le rendre fière mais il ne supporte plus ce genre de compliment. Cette supposé intelligence supérieure l'a laissé seul et en pleure de nombreuses fois. Il ne voulait plus que cela se reproduise et malgré la tendresse de sa nourrice, Rose, Joshua s'est évertué à cacher son talent. A 15 ans seulement, il a décidé que s'en était trop et a fait les démarches nécessaires pour s'inscrire au lycée. Il a réussi à extorquer une signature et a filé, sac sur le dos, dans les méandres d'une scolarité normale. Malheureusement, cela ne s'est pas passé comme il aurait aimé. Mais ça, c'est une autre histoire. Le plus important, c'est qu'elles soient là-haut et qu'elles soient toujours là, où qu'il aille.

Depuis son déménagement à Tokyo, il s'est résigné à ne pas pouvoir observer les étoiles depuis son 20m². Les buildings sont trop longs et la nuit est obscure. Il ne peut rien voir et cette découverte l'a mener à se rendre au planétarium de Shibuya. La première visite l'a rendu anxieux. Il n'aime pas les endroits bontés et avait donc choisi la dernière séance de la journée. Ce fut un spectacle merveilleux. Abasourdi, il se rappelle être resté cloué sur son siège avant de ressentir le poids d'un regard sur sa personne. La jeune fille se tenant à ses côtés lui souriait et à, immédiatement, indiquer la sortie d'un geste rieur. Gêné, il s'est excusé d'un mouvement de tête et ils se sont tout deux levés, quittant les lieux sans se retourner. Depuis ce jour, leurs échanges sont calmes et réconfortants. Il n'a jamais cherché à en savoir plus et vice et versa. Il apprécie le moment de silence qu'elle lui offre à chaque fin de projection et la compréhension dont elle fait preuve. Elle appartient à cette endroit, tout comme les étoiles appartiennent au ciel. Et il aurait aimer que les choses restes ainsi, mystérieuses et intangibles.

A aucun moment, il n'a imaginé pouvoir la rencontrer au détour d'une rue. Il se tenait là, près à traverser le boulevard bonté de Shibuya lorsqu'il a senti un regard familier. Il a levé les yeux de son téléphone et croisé le regard de la jeune filles aux longs cheveux noirs. Soudainement, le bruit des voitures, le brouhaha des passants et la lumière du jour sont devenus insupportables. Elle n'avait pas le droit d'être ici et d'appartenir au même quotidien maussade. Joshua n'a pas su pourquoi il était si furieux mais une part de lui refusait qu'elle puisse exister autre part qu'au planétarium. Qu'elle puisse tout simplement avoir une histoire, une vie, une identité quelconque. Perdu dans ses pensées et paralysé, elle s'est rapproché d'elle en le saluant et cette timide initiative le laisse de marbre. « Je. Pardon ? » bafouille-t-il. Il est incapable de trouver les mots justes, les mots qui confirment les siens. Lui non plus ne pensait pas la croiser autre part. Lui aussi est déçu, voir accablé. Ce sentiment de tristesse, il l'a ressenti des années auparavant. Lorsqu'il a observé ses parents briser la magie qu'ils avaient eux même créer. « Excuse-moi ! » renchérit-il en faisant quelques pas en arrière. « Bonjour, déjà. Oui, c'est bien ça, c'est normal de dire ça. » se murmure-t-il à lui même. Il est fichu. Elle va le prendre pour un idiot.


© cn.june

Pseudo : eunhee Mes messages : 146 Yen (¥) : 18 Avatar : Komatsu Nana (小松 菜奈) Schizophrène? : UC. Date de naissance : 11/11/1994 Métier : stagiaire dans un commissariat de police Année : première, le banc des bleus Résidant à : Royal, dans l'un de ses dortoirs avec de la compagnie. Navigation : [img][/img]
Enfermée dans l'obscurité, je rêvais inlassablement de lumière. Lorsque la lumière s'est diffusé dans mon univers, j'ai vu mille et une couleur peindre l'extérieur. Naïvement, j'ai tenté de les graver pour ne pas oublier. Parce que je viens d'une étoile, j'envoie des SOS dans l'espoir qu'une navette vienne me récupérer.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Sam 24 Oct - 23:33


Une journée du mois d'octobretenue

★☆★


Cette main si audacieuse tantôt trouva timidement une place sous son épaisse chevelure noire de jais, frottant du bout des doigts presque nerveusement sa nuque. Pendant un court instant, Tsubame regretta d’avoir levé cette main, d’avoir interpellé de la sorte le jeune homme alors qu’elle aurait pu se contenter de l’observer, comme à son habitude. Peut-être le suivre, voir où il pouvait errer en dehors du planétarium, par curiosité, sans jamais entrer en collision avec son univers à lui. D’un autre côté, elle se sentit stupide, que peut-être il ne la reconnaîtra, dans la pénombre dans lequel ils étaient plongés à chaque séance, elle ne pouvait être qu’une parmi tant d’autre. Mais cette seconde crainte s’évapora lorsqu’elle lit dans le regard du jeune homme, de la surprise. Les pensées tantôt négatives qui lui avaient traversé l’esprit s’emplirent de joie, au plus profond d’elle, cela la rassura de trouver écho dans le regard du jeune homme, un écho à sa déception. La sensation de n’être plus la seule à penser aussi égoïstement, aussi naïvement, la réjouissait ; elle suppose, elle n’est pas vraiment certaine mais secrètement, elle espère que c’est réellement le cas. Un sourire s’étire sur ses lèvres trahissant les émotions positives, elle se mordille la lèvre inférieure ne voulant pas qu’il se méprenne car il cafouillait des mots, même deux.

La japonaise l’observe avec beaucoup de curiosité, avec la même fascination qu’elle avait chaque fois qu’elle découvrait une chose jusque-là inconnue. « Excuse-moi ! » et il recule d’un pas, étrangement elle ne se vexe pas. Elle aussi voulait faire plus d’un pas en arrière mais c’était trop tard maintenant. Elle reste immobile, les pieds bien posés en se réprimant de se balancer des talons sur la pointe des pieds puis de la pointe des pieds vers le talon. Encrée solidement sur le ciment du trottoir, elle porte simplement sa main fermée devant ses lèvres rieuses, elle n’ose pas faire plus de peur qu’il s’envole loin. « Bonjour, déjà. Oui, c'est bien ça, c'est normal de dire ça. » Sa maladresse lui ressemblait, elle-aussi ne savait vraiment pas comment continuer, ce qu’elle pourrait lui dire ou faire. Mais en le voyant ainsi, elle se disait qu’elle ne pouvait pas se refermer sur elle-même, sinon cette rencontre serait un échec. Elle devait être entreprenante, cela ne lui ressemblait pas, mais elle était prête à faire cet effort. Elle ne voulait pas le perdre, au risque que leur semblant d’histoire disparaisse et n’appartienne plus qu’au passé.  «Oui, bonjour, c’est vrai qu’on commence par un bonjour » répondit-elle en reprenant infidèlement ce qu’il venait de dire, elle passe sa main de nouveau dans ses cheveux, avant d’ajouter d’une voix qui se voulait presque confiante. « Et peut-être par un enchanté ? Enchantée, je m’appelle Tsubame ? »  Plus elle parlait et plus elle rougissait, bien malgré elle, la seule chose dont elle se félicitait c’était de ne pas bégayer. Son assurance s’envolait au fur et à mesure, elle essayait te tenir bon. « Oui Tsubame… » C’est bizarre de se présenter lorsque que J’ai l’impression de te connaître depuis plus longtemps. Elle devait être rouge écarlate, n'être plus certaine de son propre prénom. fait. la honte. « Désolée, je ne sais tellement pas quoi dire… j’ai l’impression d’être face à une étoile… » Étoile, dans tous les sens qu’on pouvait lui donner. C’était à son tour de paraître stupide, confession maladroite, spontanée.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 20:18
 

Twinkle Twinkle Little Star ★ Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» twinkle twinkle little star ϟ ft. yellow
» Twinkle twinkle little star - pv Anna
» Twinkle twinkle little star ✧ Kim Brothers
» Joshua Jackson - Assistant personnel et super qui s'ignore
» Twinkle Little Star [PV Connor]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-