AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 17h, Shibuya, compris ?! ft. Niko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 30 Sep - 23:28
Fixant cette chemise à carreau trônant sur la chaise au fond de ma chambre, je me rongeais les ongles me demandant que faire. L’idée première qui me vint est évidemment d’appeler le propriétaire du vêtement afin qu’il récupère son bien. Mais cette personne en question n’est personne d’autre qu’un homme de fort caractère, assez intimident. Il s’agit en réalité de mon binôme lors du voyage dans la forêt, ces vacances dernières. Avec cette facilité que j’ai à me porter vers les autres, j’avais évidemment réussi à l’apprivoisé. Mais deux mois se sont écoulés depuis, je me sentais un peu effrayé à l’idée de le contacter comme ça, de façon improvisée. Heureusement, j’avais insisté à ce qu’il me laisse des coordonnées, parce que je n’aime pas en finir complètement avec les gens que je rencontre, j’aime à ce que les relations ce développe et ne voir une personne qu’une fois est quelque chose qui me dérange. Seulement, avec les études, le boulot et la musique, je n’avais pas encore eu le temps de faire usage de ce numéro de téléphone que j’avais un peu « arraché » à cet homme, Sasazaki Niko. Il est grand temps, oui, c’était aujourd’hui ou jamais, après tout, je ne pouvais pas rester pour toujours à regarder cette chemise qu'il avait oublié en partant et que j'avais récupérer derrière lui. Alors je m’étais lancée et après deux essaies et quatre bip, j’avais enfin eu l’homme au bout du fil. Avec un peu de forcing, beaucoup de mots, j'avais finalement réussi à le mettre d’accord sur un horaire et un point de rendez-vous. Je ressemblai à une harceleuse, il avait beau me dire que ce vêtement ne lui était pas important, qu'il n'en avait rien à faire, je n'avais pas abandonner en le forçant à se pointer ici. Mais finalement, j’étais satisfaite. Métier, études, famille, loisirs, à vrai dire je ne connaissais rien de ce Niko et la curiosité qu’est mon vilain défaut me force à en savoir plus. Je veux la réponse à toute ces questions et cette remise d’objet est bien le meilleur des moments pour lui demander un peu tout ça.
Voilà la raison pour laquelle je suis dans le quartier de Shibuya tournant en rond pour trouver mon ancien binôme d’été. C’est un quartier très populaire et bon nombre de touristes se trouvent dans les grandes rues, notamment grâce au tour 109. Mais je m’éloigne un peu de tout ça espérant trouver Sasazaki Niko.
Un jolie voix accompagnée d’une guitare attire alors mon attention. Un rond humain s’est formé autour de cela, réunissant une atmosphère chaleureuse. Mais tout à coup, par le fruit du hasard et de la chance, je semble croiser un regard familier. Heureuse de ne pas avoir trop eu à cherché, je m’empresse d’aller à la rencontre de ce dernier. Lui saisissant les épaules de mes deux mains, je le surprends d’un petit « bouh ! » avant de continuer : « Tu vas bien depuis la dernière fois Niko? »

Pseudo : Helly Mes messages : 98 Yen (¥) : 30 Avatar : Yamashita Tomohisa Schizophrène? : / Age : 25 ans Date de naissance : 23/03/1990 Métier : host Résidant à : un petit studio un peu miteux non loin de son boulot Navigation : .
# Voulez-vous me connaître ?
# Venez faire partie de mes amis
# Contactez-moi sur mon phone
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 8 Oct - 12:24
Quelle me semble loin cette histoire, pourtant elle ne date que de deux mois. Ces petites « vacances » passées dans une forêt hostile, où tout avait si mal commencé, je n’aurais jamais dû y aller. A cause de ce client qui avait à tout prix voulu se payer mes services pour ce voyage, mon patron avait accepté, quelle mouche l’avait piqué lui aussi ? En plus ce client s’était enfui juste après être arrivé. Non mais quelle idée je vous jure… Et quand j’avais raconté ça au patron quand je suis revenu, il s’est foutu de ma gueule pendant un bon moment. Arf si je pouvais, je lui aurais montré ma façon de penser, il aurait bien moins rigolé. Mais bon, c’est mon boss, j’ai besoin de sous, alors ne pas taper sur le boss, c’est pas bien… N’empêche que j’en pense pas moins.

Mais pourquoi je repense à cette histoire déjà ? Ah oui, cette petite escapade en terres hostiles s’était finie moins mal qu’elle n’avait commencé, j’avais eu une autre binôme, une jeune femme plutôt marrante mais incroyablement pot de colle. Enfin ça avait rendu le séjour plus agréable. Elle avait même grandement insisté à la fin pour avoir mon numéro de téléphone. Je voulais pas lui donner, mais j’ai fini par craquer devant son insistance. Têtue cette demoiselle… M’enfin, elle ne l’a pas beaucoup utilisé mon numéro, c’était bien la peine de me le demander. En deux mois pas une nouvelle, jusqu’à ce matin. Elle voulait qu’on se voie, pour une chemise que j’avais oubliée en partant du campement. En fait je m’en fous un peu de cette chemise. Je n’ai pas autant de fringues qu’avant, mais mon salaire d’hôte me permet de m’habiller convenablement, alors faire tout ce chemin pour une simple chemise… Non bon en fait c’est aussi que je n’ai pas l’habitude de rencontrer des gens en dehors du club, cette habitude de mon ancienne vie avec laquelle je n’ai encore pas renoué, sortir, faire la fête avec des amis, se faire des amis tout court, en dehors de mes collègues.

Mais bon vu son insistance, je n’ai pas trop eu le choix, et voilà que je déambule dans Shibuya en attendant mon ancienne binôme. Elle pouvait pas choisir un endroit avec moins de monde ? Où c’est plus facile de se retrouver ? Non forcément. Et comment on va se retrouver dans cette cohue ? Je la cherche un moment dans la foule avant de me laisser distraire par un chanteur de rue. J’aime bien les artistes de rue, ils rendaient mes journées moins mornes et déprimantes quand j’étais dans la rue. En plus celui là se débrouille plutôt bien. Alors que je me laisse doucement happer par la chanson, quelqu’un m’attrape par les épaules, me faisant sursauter. J’allais me défendre et faire dégager l’importun, quand je remarque que c’est ma binôme. Je soupire, ça commence bien. En plus elle m’appelle Niko…

« Ori… Salut… J’t’ai déjà dit de pas m’appeler Niko, mais Nao… » Voui bon c’est comme ça que je m’appelle, mais j’aime pas… « M’enfin… Voui, je vais bien. Et toi ? »

A première vue, elle a l’air d’aller bien. Je la gratifie tout de même d’un sourire, qu’elle ne pense pas que je sois si hostile à cette rencontre, finalement je l’aime bien cette demoiselle. C’est juste que… Je ne me sens pas trop à l’aise ainsi au milieu de la foule. Aller Niko essaie de te montrer agréable, tu sais bien le faire au club ! Un petit sourire, agréable on a dit… Voilà c’est mieux.

« Je pense que tu n’es pas venue juste pour me redonner ma chemise et repartir, non ? Que veux-tu faire alors ? Un programme de prévu ? »

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 19 Oct - 17:51
J’aime prendre soin des gens en général, de mes proches évidemment, mais des nouvelles connaissances également. Et puis, c’est important, de montrer à l’autre qu’il peut nous faire confiance, qu’il se sente bien. J’aime que mon interlocuteur soit à l’aise avec moi, alors, je fais toujours de mon mieux pour aider à cela. Un sourire, de gentils mots, tout est bon pour marcher, il suffit de maîtriser. J’aime les relations humaines plus que tout, et je parlerais avec la terre entière si je le pouvais.
Enfin bref, ces derniers temps, alors qu’une chemise ne m’appartenant pas trônait dans ma pièce, je repensais à ce Sasaeaki Niko, ou cet homme qui était devenue le temps d’un séjour, mon binôme. Dire que nous sommes proches et ayons gardé contact serait mentir. Seulement, je veux pouvoir le dire, alors, j’ai décidé de tout faire pour que ces paroles puissent devenir concrètent. A vrai dire, lors de ce voyage, j’avais eu du mal à le cerner, comprendre le personnage qui me semblait bien trop secret et renfermé. Mon but est donc d’en apprendre d’avantage sur lui, en plus de le faire devenir mon ami ou du moins, en une personne qui pourra facilement sourire en ma présence. Parce que c’est important, et j’avais comme eu une impression de solitude de sa part, de renfermement par rapport aux autres, voilà pourquoi je m’intéresse tant à Niko et pourquoi je l’ai un peu poussé à le rencontrer aujourd’hui.
Alors, quand il m’offre ce premier sourire, j’en suis plus qu’heureuse. « Oups, pardon… Nao ! » A vrai dire, j’avais oublié ce détail, mais il ne semble pas trop m’en vouloir. Le principal est que je corrige cette erreur à l’avenir. “Ca va super! Tu avais l’air d’apprécier le concert, tu aimes bien les artistes de rues ? » Oui… je ne perds pas une seconde, mais son sujet me rend vraiment très curieuse. Finalement, il en vient à me parler d’un probable programme de la journée. Voilà qui est cool, au moins, il n’a pas l’intention de s’échapper. « C’est comme tu veux ! S’asseoir dans un café, marcher, rester ici, tout me va ! » Lui souriant franchement, je lui fais comprendre ma gratitude : « merci beaucoup d’être venu, j’espère que ça ne te dérangeais pas trop ! »

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 17:25
 

17h, Shibuya, compris ?! ft. Niko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La récomprense de Niko Bellic ( Terminé )
» Pour ceux qui n'ont toujours rien compris à Matrix ^^
» Vous n'avez pas compris le Seigneur des Anneaux si...
» « Nous avons compris qu’il faut agir dans les meilleurs délais », réaffirme Mich
» Niko, aussi appelé Dragu, Coil, The Walking Dude, Bibichon.
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-