AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Bad secret - Han Byul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 1 Oct - 18:53

Bad secret
Han Byul

««« TENUE »»»
Trois mois. Juste trois mois pour voir le monde s'affaisser. Comme debout sur une pierre indestructible, à regarder le sol se fissurer et les blocs choir dans le néant. Le soleil en haut et la terre en feu. L'enfer n'était peut-être pas si laid, mais il était cruel de par son mensonge. Se déguiser en beauté pour mieux détruire ce qui se faisait de mieux. Les humains, dans leur globalité ne voyaient pas l'ampleur de la chose. Qui s'en souciait ? Qui pourrait trouver intéressant de se demander s'ils avaient fait les bons choix, s'il n'était pas trop tard, ou tout simplement si on avait un quelconque pouvoir sur son destin. On y pensait tous mais on oubliait vite. Tâm commençait à douter. Durant toute une vie, il avait lutté. Plus jeune, il subissait son père, un ambassadeur imposant qui exigeait le mieux de ses fils et il couvrait son petit frère contre lui. Plus tard, on avait décidé pour lui. Fils tu feras politique. Il n'avait pu que se résoudre à faire un double cursus niquant sa santé au passage, entre son cœur dans l'art et son intellect dans la politique et les finances pour son vieux. Et quand la maladie était venu frappé son corps à ses 18 ans.... quand il avait été hospitalisé et qu'en moins de six mois, tout avait basculé, il n'avait plus servi à rien. Son père l'avait renié, son frère lui en voulait toujours d'avoir quitté la maison sous les ordres de son père. Un père qui avait menti au plus petit se faisant passer pour un héros et qui avait humilié sa mère en l'envoyant régler ses dettes de jeu. Parce que Monsieur était imbu de lui-même. Monsieur l'ambassadeur de Taïwan méprisait les yakuza et toute autre forme d'autorité du pays. Et Monsieur voulait se débarrasser d'un fils défectueux. Il y avait trois mois de ça, Tâm avait été choppé par des yakuza, humilié, traumatisé jusqu'à céder et payer la dette de son père. Épuisé de cet homme cruel qui les détruisaient lentement pour son plein contentement, il avait pris la décision de se sacrifier pour le bien du reste de sa famille sans rien leur dire. Il avait payé, et commandité la mort de son père, et y avait assisté. Un événement monstrueux, il en avait conscience. Tout ce bordel lui avait chamboulé le corps entier. Et le rapprochement avec un de ces fameux yakuza, n'avait rien arrangé... il avait été faible. L'ange attiré par le démon. Qui ne l'aurait pas été... il pensait pouvoir le rendre meilleur, mais on n'arrange pas l'acide chlorhydrique avec du sucre. Un sucre dissolu dans la douleur... Il essayait de le fuir, de l'éviter, avait peur de le recroiser... Il ne tiendrait pas à d'autres semaines avec cet homme. Son cœur refusait. Son corps aussi. Tâm venait de toucher ses limites et elles étaient moches. Tellement moches. Il y avait cramé ses ailes avec une violence inouïe, et il avait cru aimé ça. Il ne savait plus. Il était perdu. Qui ne le serait pas ?

Fatigué, le chien de son frère qui cherchait à jouer, il ne savait même pas ce qu'il allait faire de cette pauvre bête. Li Shen ne savait pas qu'il l'avait pris avec lui. Sa mère avait décidé de retourner en Taiwan avec sa petit sœur. Elle disait que c'était trop dur, qu'elle ne pouvait pas prendre le risque d'aller en prison et que la plus jeune se retrouve sans mère... Et eux deux alors dans le tas ? Ils avaient payé le prix fort de tout ça. Et elle laissait ses fils dans le sang et l'errance ? C'était quoi ces parents putain ! Elle leur avait cédé chacun la moitié de la fortune du père et voulait retourner à un vie plus paisible. Pour Tâm ce n'était qu'une trahison de plus. Et son corps se manifestait sadiquement à son tour. Il paraît que la roue tourne ? Le rouage devait être rouillé pour lui... Tâm se sentait épuisé. Il regardait cette enveloppe dans sa main, celle de l’hôpital. Il n'avait pas osé l'ouvrir. Cinq jours déjà, et il avait peur de ce qu'il allait y trouver. Si les taux étaient trop élevés, cela voulait dire qu'il y avait possiblement de nouveau le cancer... après autant de temps à se battre, à se déchirer avec lui-même, il lui avait suffi de trois mois pour se tuer sur place. Des ailes qui avaient commencé à repousser pour un ange définitivement déchu.

Les gens pouvaient dire que Tâm était adorable, serviable, dévoué aux autres et qu'il n'existait pas plus gentil que lui... mais Dieu ne semblait pas d'accord. Il devait avoir été un sacré connard dans une autre vie pour en payer le prix fort dans cette vie là. Le chien courrait partout autour de lui, un bel husky croisé un autre truc mais on s'en foutait un peu. Ce chien vivrait plus longtemps que lui de toute façon. Même en n'étant qu'un pauvre bâtard. De temps en temps, Tâm lui relançait la balle qu'il ramenait sans cesse. Et cette enveloppe, cachetée au nom de l’hôpital , du service de cancérologie.

Il était pâle... assis dans l'herbe au soleil, en appui sur un bras tendu, l'enveloppe sur une cuisse... Il avait constamment envie de dormir en ce moment, et son corps le tirait, il sentait qu'il avait foutrement mal à la gorge. Mais il ne disait rien. S'il devait mourir, autant que le moins de personnes possibles soient au courant. Pourquoi ? On aurait pu pensé que c'était absurde, irréfléchi, égoïste, lâche.  Tâm voyait ça autrement. S'il ne se liait pas trop avec les gens, ils ne souffriraient pas de son départ... Alors pourquoi il avait envoyé un message à Han Byul...

Il avait répondu à une de ses recherches de model. Bodypainting de mains. Il en manquait cruellement. C'était bête, mais ce genre d'art là était bien plus difficile que le fait de peindre un dos, pour le model. On a toujours le réflexe de bouger les mains, on en a besoin pour tout et ici, cela demande de la patience et du calme, pour ne pas bouger et tenir une posture particulière. Han Byul avait rempli les critères et leur travail avait été à plusieurs reprises concluants, bien qu'au départ, il ne savait même pas de quoi il s'agissait. De fil en aiguille, ils s'étaient un peu rapproché et il était devenu un ami, bien que Tâm restait discrêt sur lui-même et qu'il n'osait pas l'ennuyer. C'était Tâm après tout. Il savait que sa vie pouvait être un sacré fardeau. Mais comprendrait-il ce qui lui arrivait ? Était-ce raisonnable de lui dire pour sa maladie ? Il soupirait et se mit à tripoter l'herbe de ses doigts bagués, pensif. S'il le regardait avec pitié, Tâm savait qu'il partirait... Il ne pouvait pas leur en vouloir de toute façon. Et était-il capable d'en vouloir à qui que ce soit, sauf à lui-même ? Il sourit gentiment quand le chien lui sauta dessus pour finir allongé, avec le chien à moitié sur lui. Ses doigts passèrent dans les poils du chien, essayant de se défausser de cette langue baveuse. Dégueu... Il se figea d'un coup en voyant une silhouette au dessus de lui.
 

Bad secret - Han Byul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» secret of mana
» SUIVI-HAÏTI:SECRET POLITIQUE-COMPLICITÉ OU SOUMISSION?
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-