AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 be grateful, it's only because of him

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 4 Oct - 13:42
Tenue Ça se passait mieux. Il ignorait pourquoi mais on l'embêtait moins ces derniers temps. Cela venait probablement du fait qu'il s'entourait des bonnes personnes. Ou plutôt, de la bonne personne. Depuis que son chemin avait croisé celui de Tsubasa, les têtes brûlées ne s'acharnaient plus autant sur lui. Et puisqu'il séchait beaucoup les cours en ce moment, cela leur laissait aussi peu d'occasions pour le martyriser. Faut dire qu'il ne se sentait pas très bien. On ne cessait de lui mettre devant le nez des vérités qu'il ne désirait pas entendre et qu'il refusait surtout de comprendre. Alors il ne parlait plus. Pendant ses séances chez sa psy, il taisait ce bourdonnement continu qui lui vrillait le cerveau. Elle ne savait plus comment s'y prendre avec lui. Tel un spectre, il déambulait dans les couloirs sans but et ne parvenait pas à se concentrer sur ce que ses enseignants racontaient. Il regardait dans le vague, perdu et déconnecté de la réalité. Aujourd'hui, sa mère l'avait forcé à retourner à l'université. Il ne s'y était pas rendu une seule fois en l'espace de deux semaines. Ce n'est pas la solution, voilà ce qu'elle lui répétait. Il n'y a pas de solution, c'est ce qu'il mourrait d'envie de lui répondre. Car Li Shen avait raison, il était bel et bien résolu, il refusait de se battre pour exister. Il ne pensait pas mériter une place dans ce monde. Il ne se donnait pas les moyens de s'en sortir. Il n'en cherchait pas. Il subissait juste en espérant survivre et voir les choses s'améliorer d'elles-mêmes. Mais comme le diable l'avait si bien rappelé, c'était comme croire au Père Noël. Il n'y croyait plus de puis longtemps. Cette magie là, il ne s'en rappelait plus.

La sonnerie annonçant la fin des cours de la mâtiné retentit et le tira de ses songes. Maladroitement, il rassembla ses affaires avant de les fourrer dans son sac. Il quitta la salle le premier pour se précipiter jusqu'à son casier. Au milieu des gens, il slalomait pour éviter de les toucher. Il croyait que ça allait mieux, qu'il pouvait enfin accepter de rentrer en contact avec eux mais sa phobie revenait plus puissante que jamais. Minoru réussit à se planter devant son casier et il composa le petit code de son cadenas pour l'ouvrir. Il n'avait pas envie de rester. Il voulait rentrer. Tout de suite. Il respirait difficilement. La foule l'intimidait. Il comprit que s'il ne réussissait pas à se calmer, il allait encore faire une crise et se retrouver à l'infirmerie. Il referma la porte de son casier et colla son front à celui-ci essayant de reprendre son souffle. Le froid du métal sur sa peau lui éclaircissait bizarrement les idées. « Zander ! Hé Zander, ça te dit de venir manger avec nous ? » Il se redressa d'un coup et tourna la tête vers la personne qui venait de parler. « Allez Zander, tu viens jamais, fais un effort. » Ce nom. Il le connaissait. Il l'avait déjà entendu. Et il se rappelait très bien où. Son cœur s'affola dans sa poitrine tandis qu'il essayait de distinguer au milieu du petit groupe de personnes celle qui se faisait appeler ainsi.

À quelques mètres de lui, se tenaient deux étudiants qui faisaient face à un troisième, le fameux Zander. Il ne pensait plus aux petites voix dans sa tête. Ni à l'angoisse. Il n'avait plus envie de rentrer chez lui non plus. Son instinct l'appelait à autre chose. Il ne réfléchit pas longtemps et s'avança vers eux. Il s'arrêta juste devant le dit Zander et se pencha en avant dans une courbette respectueuse. « M-merci. Il m'a dit que j-je devais te dire merci. » Bredouilla-t-il, intimidé malgré tout. Il se redressa pour le regarder et eut le temps de lire l'incompréhension la plus totale sur le visage du concerné. Il ne devait pas voir de qui il parlait. Est-ce qu'il pouvait le dire devant les autres ? Il jeta un coup d’œil vers les deux étudiants inconnus. Il n'avait pas envie de leur dévoiler pourquoi il remerciait Zander. Pourtant, à moins de lui livrer un indice, il ne risquait pas de les congédier. Il se pinça les lèvres et ancra cette fois son regard à celui de Zander. « Li Shen m'a dit de te remercier. » Peut être qu'il allait réussir à attiser sa curiosité, peut être qu'ils allaient pouvoir parler ensemble de Li Shen justement.
 

be grateful, it's only because of him

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-