AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 let's go to the party tonight • |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 16 Oct - 20:28
Trop de choses se chamboulaient dans sa tête et la jeune femme avait besoin se changer les idées, penser à autres choses. Elle en avait assez que tous les gens autour d’elle lui rappelle qui elle était avant de perdre la mémoire, qu’on lui reproche presque d’avoir changé sans se souvenir de rien et elle en voulait également à ses parents qui n’arrêtaient pas de la tourmenter avec ça. Rencontrer Shin aussi l’avait perturbé plus que de raison mais Karen avait préféré ne pas se soucier de ça, de laisser l’avenir faire son compte et aviser ensuite. Cette histoire avec ce garçon l’avait longtemps chamboulé et aujourd’hui encore, ça la perturbait de ne pas être capable de mettre des images sur les moments qu’ils avaient passé tous les deux. Il était probablement la première personne pour qui l’étudiante doutait quant au fait de vouloir se souvenir ou non. Peut-être car il avait été le premier à ne pas la forcer. Ce soir, elle n’avait envie de penser à rien, passer une bonne soirée et oublier le reste. Des camarades de classe l’avaient invité à sortir avec elle, disant que cela ne serait qu’une petite sortie entre filles, rien de bien dramatique et au vue de comment elles avaient insisté, Karen n’avait su refuser.

Voilà la raison pour laquelle elle se retrouvait assise autour de cette table dans ce fameux bar, qu’elle soupirait à chacune des « conneries » qui sortaient de leur bouche et grimaçait en les voyant boire de la sorte. Elle avait envie de leur faire la morale, de leur dire que ce n’était pas la solution de se rendre minable juste pour s’amuser cependant elle ne les connaissait pas, elle n’avait pas de jugement à poser. Puis elle voyait déjà la réponse grosse comme une maison où on lui dirait qu’elle était trop vieux jeu parce qu’elle était plus âgée qu’elles. Ce qui en soit était vrai et que la plupart en ignorait les véritables raisons. La jeune femme souffla discrètement, jeta des coups d’oeil autour d’elle, ne serait-ce qu’un moyen pour fuir ces filles mais elle n’en avait aucune. Au bout du compte la seule excuse qu’elle trouva était qu’elle allait se commander à boire. Les unes après les autres, elle lui criait quel type de boisson elle devait prendre mais si elle leur avait répondu d’un sourire, Karen n’avait nullement l’intention de les écouter. Elle ne toucherait pas à l’alcool. Cela avait failli causer sa perte par le passé et il était hors de question qu’elle refasse la même erreur.

Appuyée au comptoir, elle attendait patiemment que le serveur lui amène sa commande. Elle avait opté pour un somptueux cocktail plein de vitamines et non alcoolisé. Avec une esquisse au bord des lèvres, elle le remercia poliment ensuite, se saisissant de son verre qui était décoré avec une jolie petite ombrelle. Prête à rejoindre les autres, la demoiselle était allé trop vite dans son geste qu’en se retournant, son pied s’était coincé à une chaise, la faisant trébuché littéralement en avant. Sa bouche avait fait un grand « o » sous la surprise alors que le liquide de sa boisson venait de s’étaler sur son voisin avant qu’elle-même ne se rattrape sur ce dernier pour ne pas tomber.

- Oh mon dieu ! Je suis désolé ! S’excusa l’étudiante en se reculant prestement, son verre vide en main, Vous allez bien ?

Il n’en avait pas vraiment l’air cependant sur l’instant, Karen ne prêta pas attention à ce détail qu’elle se saisit aussitôt de la serviette gentiment offerte par le barman. Un brin impulsive, elle n’avait pas réfléchi à la situation qu’elle avait commencé à tenter vainement d’essuyer la chemise de son vis-à-vis.

- Ca ne veut pas partir... Je crois que vous devriez l’enlever, ça sera plus simple !

Le tact ? Non, elle ne connaissait pas. Mais elle se rendit bien vite compte de sa remarque quelque peu déplacée et c’était l’embarras qui vint marquer sa joue avant qu’elle ne balance la serviette dans la tête de la pauvre victime.

- Ca sera mieux si vous le faîtes vous mêmes. Désolé. Je fais n’importe quoi.

Oh la honte. N’y avait-il pas un trou quelque part afin qu’elle puisse s’y cacher dedans.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 19 Oct - 2:22
Un, deux, trois... puis de nouveau... un, deux trois... le mec à coté de lui dans le métro taper des doigts contre le tube de métal. Il puait l'alcool frelaté et la pisse. Il sentait ce Tokyo d'en bas, celui qu'on ne connait que quand on passe son temps à le frôler. Les autres auront beau vous dire qu'ils savent... ceux qui savent vraiment ne le disent pas. Parce que le tokyo d'en bas fait mal, on en a souvent honte ou peur et il réveille de nous les plus vils instincts. Ces même instincts qui guidaient violemment la vie du taïwanais depuis plusieurs mois maintenant et plus le temps avançait, plus il avait mal, et plus trébuchait sur ses propres conneries mais pas face aux autres. La face haute devant eux et une fois chez lui, il était pire qu'un drogué, accroc à la souffrance intérieure, voulant l'arrêter sans pouvoir. Elle grossissait et il la voulait, il l'enviait, la sentait, la voulait toujours plus forte comme attendant le verdict de son trépas final... Plus de parents, un frère mourant qu'il n'osait pas approcher, sa propre personne qui paraît en couilles, et quand il s'était pensé remonter enfin... s'être trouvé un objectif... aider Zander, il avait reçu un message comme quoi ce dernier partait. Qu'il ne pouvait pas rester à l'endroit où il avait vécu trop de choses, cet endroit où il ne pouvait plus rien faire sans avoir peur de retomber. Et lui alors ? Ne comptait-il pas ? Le rendait-il responsable d'être chuter dans la drogue, alors qu'il avait tenté de le remonter ? Li Shen était perdu. Il voulait frapper, fort, très fort, n'importe quoi qui puisse lui rendre au centuple. Il n'avait pas été assez bien pour tous, il avait échoué, et il se haïssait... Avec des conditionnels, on pourrait refaire le monde, mais au fond, Li se disait qu'il n'avait pas été assez puni, pas assez violenté pour estimer avoir le droit de recommencer à zéro. Il avait déçu son père, un père qui avait disparu. Il n'avait jamais été assez mignon ou gentil pour être aimer de sa mère. Il n'avait pas su être à la hauteur pour son meilleur ami... du coup, il le pensait important... trop important peut-être … Il avait fait du mal à tellement de gens... Yeo Jin lui en voulait encore. A quand l'heure de sa rédemption...

Les minutes étaient passées, puis les heures. Il avait pensé, trop pensé. Au point d'en être épuisé comme jamais. Il n'aurait pas l'envie de se battre ce soir, ni de ce battre, ni de rentrer chez lui. Il en avait marre d'être seul. Marre comme le clébard trempé qui traine dans une rue en automne, trempé et qui se dit qu'il aimerait bien avoir un toit pas tout seul, un endroit où il trouve une raison d'exister. Sa vie rimait à quoi maintenant... Il n'était pas déprimé. Il n'était pas en colère. Il était perdu et vide. Il ne pouvait que subir le monde ce soir et attendre.

Et ce fut dans un bar, accoudé à un comptoir, un grand verre de coca dans la main , du coup à coté de lui, qu'il repartit dans ses pensées. Il ne pourrait pas dormir de toute façon... Il faudrait qu'il tombe de fatigue pour ça. Que ses paupières lui fassent la nique et qu'il finisse par s'assoupir dans un parc, allongé dans l'herbe, en dépit du froid. Il s'en foutait, pour le peu qu'il était frileux... Il commençait à se dire que RPS finirait par savoir pour les bagarres qu'il n'avait pas pu éviter... en même temps, ils avaient cherché. Pourquoi aurait-il du se laisser foutre au tapis alors qu'il ne les emmerdait même pas à la base ? Il y peut rien lui si quand il est tranquille, les autres ressentent le besoin de venir se fritter avec lui. Sauf que ça commençait à devenir lourd... Il s'apprêta à finir son verre de coca, n'ayant même pas remarque la demoiselle à coté de lui, chose qui était étonnant pourtant, lui qui les voyait toutes, comme s'il avait un radar de greffer et qui était constamment à l'affût. Chien un jour, chien toujours. Il était sappé d'une chemise noire, débardeur de même ton, son manteau noir sur le rebord du comptoir, ainsi que son keffieh à rayures grises et noires. Jean bleu foncé et converses noires montantes. A peine eut-il le temps de protéger son verre, l'empêchant de tomber, que son autre bras par réflexe rattrapant la contrevenante. Woh. Elle nous faisait quoi elle. En quelques secondes, il se retrouva avec l'inconnue à moitié sur le torse, et... oh nom d'un chien, comment c'est froid. Il ferma un œil, serrant les dents, sentant le liquide sucré descendre sur son ventre et à l'intérieur de son futal. Argh... c'était... désagréable et perturbant. Ok, il avait jusqu'au boxer... d'imbibé. Pour autant, son regard se figea sur l'endroit du délit et la poitrine pile contre. Elle se détacha et de fines mains vinrent lui coller des serviettes, lui faisant hausser les sourcils... Étonné ? Ah pour sûr. A frotter comme ça, elle va lui faire un trou jusque dans le foie. Bah oui, forcément que ça ne part pas. Faut qu'elle se stoppe, elle va hyperventiler à cette allure. Sa main plus grande se pose sur la sienne, et se redresse sur le tabouret sans avoir sortie un mot. Il entend des rires venant d'une table de filles au fond. Ses copines probablement. Elles n'avaient rien d'autres à foutre qu'à se marrer sur une maladresse de ce genre ? Voilà pourquoi Li Shen ne faisait que baiser ce genre de fille. Se marier avec c'était se suicider d'avance. Petites garces. Pas doux en pensées ? Il devrait l'être ? Jamais. C'était à prendre ou à laisser. Pour autant, elle semblait vraiment gêné et maladroite. Le stress ? Il faisait peur à ce point ? Il lui ota doucement la serviette des mains là redonna au barman après qu'elle lui ait dit qu'il serait préférable qu'il vire sa chemise. Mh. C'était une technique de drague ou bien... ? Li Shen plissa les yeux avec un petit sourire en coin et rit un peu.

"Me demander de passer la soirée avec vous aurait été plus direct. j'aurais dit oui vous savez... , dit-il gentiment avec un air taquin sur le visage. Puis il lui perdit et retrouva son sérieux, virant sa chemise semi fermée par le haut, finissant en débardeur devant elle. Qu'aucune d'elles ne le traite de pervers juste parce qu'il montrait ses muscles, elles avaient cherché. Si du moins c'était le but. Si ça l'était pas , et bien tant pis, mais ce truc collait en plus. Il foutait combien de kilos de sucre là dedans ? Il épongea comme il put son ventre et son jean et fit signe au barman de lui remettre la même chose et à lui aussi pour le coca. Il s’exécuta sans un mot. « Vous stressez pas, ça va. Et vous, votre pied ? Vous vous êtes fait mal ? » Il pencha la tête sur le coté et découvrit de jolies jambes, oui bon, le li shen bestial n'est jamais loin, mais il n'en tient pas vraiment compte, et la regarde de nouveau dans les yeux, payant le barman qui a ramené les deux verres. « Vous êtes avec ces filles, ou j'peux vous piquer un peu de votre maladresse pendant quelques minutes...? » demande-t-il en lui tendant son verre... Il baisse les yeux sur son ventre sous une ombre étrange qui ne vient pas de la lumière. Elle a été aussi touchée par le liquide. En même temps, à moitié affalé contre lui tout à l'heure, le verre entre, forcément qu'il y avait une chance sur deux pour que ça donne ça... Dans son stress soudain, elle ne l'a pas peut-être pas senti...  « ... votre ventre va être tout collant si vous voulez mon avis. »

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 29 Oct - 22:37
Il y avait des jours comme cela où elle se mettrait des claques pour sa maladresse. Non parce qu’elle n’avait rien trouvé de mieux que de renverser son verre sur un inconnu et de lui demander de retirer sa chemise. Pour enchaîner les bourdes, Karen remporterait très certainement une coupe tellement elle était forte dans ce domaine. Et le malaise se lisait littéralement sur sa figure alors qu’il ignorait comment réagir ni quoi dire. S’excuser des tas de fois n’effacerait pas le fait que le vêtement du garçon était fichu à présent par sa faute et que même s’il l’enlevait, elle doutait d’être en mesure de faire quoi que ce soit de toute manière. Une machine à laver n’aurait pas été de refus mais elle doutait trouver cela ici. A défaut, elle se mordillait la lèvre, cherchant vainement un moyen pour réparer sa faute.

Ses joues rosirent tout à coup à la réflexion du jeune homme qui était encore plus direct qu’elle et ça la rendit plus embarrassée qu’elle ne l’était déjà. L’étudiante avait envie de lui dire que ce n’était pas ça, qu’il se trompait et qu’elle était affreusement maladroite autant dans ses mots que dans ses gestes mais qu’elle n’avait pas l’intention de l’accoster. Puis, si elle l’avait voulu elle aurait fait autrement que renverser la boisson qu’elle venait tout juste de payer sur lui. Bêtement, la jeune femme se voyait perdre ses moyens et elle n’avait pas été capable de répliquer, terriblement hébété par la situation, par ce garçon également par la même occasion. Elle qui d’habitude était forte d’esprit puis répondait au tac au tac, elle paraissait avoir perdu la parole. Sa main secoua nerveusement ses cheveux tandis qu’elle observait sa cheville puis ensuite son haut qui était, en effet, tâché également. Peu importait. Elle avait déjà connu pire qu’un vêtement collant, elle survivrait. Simple ? Pire. Karen n’aimait pas se prendre la tête puis de toute façon elle n’avait pas d’affaires de rechange donc elle allait faire avec.

- Ne vous en faîtes pas, ça va, Finit par répondre l’étudiante en souriant timidement, La cheville aussi d’ailleurs. J’ai les os solides !

La tête, c’était une autre histoire. A se demander si son accident ne lui avait pas grillé quelques neurones au vue de comment elle se comportait stupidement parfois. Est-ce qu’elle était autant maladroite par le passé ? Elle devait ressembler à une véritable greluche en cet instant, ce qui la fit soupirer discrètement.

- Ah et mon intention était pas de passer la soirée avec vous. Enfin je veux dire c’est pas parce que je vous ai demandé d’enlever votre chemise que voilà...

Enfonce-toi, tu as raison, idiote. Machinalement, elle cogna sa main à son front en s’insultant à voix haute alors qu’elle s’excusait pour ce qu’elle venait de dire, précisant qu’elle n’avait aucune intention mal placée dans son attitude. C’était vraiment sa maladresse.

- Mais je peux rester avec vous si vous voulez, Ajouta-t-elle en s’asseyant sur le tabouret à côté, d’un ton quelque peu ronchon, Ces filles se passent très bien de ma présence, ne vous en faîtes pas.

Ou alors était-ce l’inverse ? Ca n’avait aucune importance de toute façon.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 3 Nov - 13:47
Li shen sourit en coin, le regard suivant. Elle était à croquer cette inconnu. Non pas pour son physique, quoi qu'elle était quand même super jolie, et agréable pour les yeux en tout points, mais surtout pour ses réactions. Ses rougeurs sur le visage et ses gestes maladroits, avec ce petit répondant tout aussi incongru, c'était au goût du Lü Fheng. Il plissa les yeux en la regardant faire, intrigué. Il aimait l'aspect global en réalité à son grand étonnement. Pas de mini jupe de pouf, pas de décolleté béant à en laisser voir le bout de seins, pas de maquillage « tepu » comme disaient les racailles, et un style simple mais joli et sexy. Tout pour plaire. Ah... si en plus elle se met à l'essuyer partout, non, c'est décidément une petite maladroite qui finit par le remarquer et se sentir encore plus gênée ce qui convint le jeune étudiant à lui offrir un verre. Le même qu'elle venait de lui renverser dessus. Il allait avoir les couilles collantes -que c'est romantique- et bien sucrées mais que voulez-vous, c'est pas sa faute, ça allait sêché. Pour l'instant c'était surtout assez désagréable, vu que le liquide s'était un peu imprégné à son jean et ses hauts. Ah... Et les filles là bas, qui avait tout vu... Il entendit les rires, mais un seule regard noir et malsain de sa part et elles se turent direct. Après quoi il redevint agréable avec la mésange du soir. Il avait bien compris qu'elle n'était pas stupide, c'était juste un simple accident banal et s'en gravité aucune. Comparé à ce qu'il vivait au quotidien depuis quelques temps, cette petite « gauche » était presque une sensation agréable, alors pas la peine de s'énerver et puis il n'en avait pas l'envie ce soir. Il avait envie de choses simples et agréables....

Il avait un peu ri quand elle avait tenté vainement de se justifier. Aucun quiproquo là dessus, il se doutait bien qu'elle n'avait pas voulu le dessaper en public, ce qui l'aurait au passage bien fait rire si ça avait été le cas, mais elle ne semblait pas de ce bord là. Plutôt du genre à … préférer le calme et la chaleur... Il ne disait rien, l'observant juste en coin, attendant les verres du barman. Il aimait bien son petit coté bougon. Ça l'en fit doucement sourire alors que le barman lui remettait la même chose, ainsi qu'à Li. « J'ai vu ça... pas très solidaires d'ailleurs de ce que j'ai pu voir. Aucune n'est venu t'aider... excuse-moi... si je te tutoie...ça te gène ? Tu t'appelles comment ? » Il s'était mis à la tutoyer...pour rompre un peu la notion d'inconnu entre eux deux. S'ils devaient discuter, autant que ce soit sans trop de distance. Il lui donna son prénom en retour. De fil en aiguille, ils parlèrent tranquillement de choses banales, comme du pourquoi ils étaient sortis ce soir, de leur humeur du soir, et c'est marrant, mais pour une fois, Li Shen ne voyait pas la fille avec qui il passait ce moment comme une poule de foire. Il l'aimait bien cette fille, elle est gentille et sans complication. Jolie et autant maladroite que douce. C'était agréable de lui parler, ça le détendait. La discussion se prolongea doucement, quand il remarqua son verre finit et lui proposa en jetant un œil à ses copines. Une bonne heure déjà. «  ça te dit d'aller se balader un peu... ? J'ai les jambes engourdis et le jean encore trempé » dit-il en riant un peu, tirant un peu sur son haut. « J'ai bien envie de me prendre un grand café au starbuck d'en bas de la rue et d'aller me poser dans un parc dans l'herbe... je fais souvent ça quand j'ai des insomnies. Tu veux venir ? » Il lève les mains. « Promis, j'suis un gentil », qu'il dit avec un sourire sincère, pour s'innocenter de tous les pensées ou peur qu'elle aurait pu avoir à cette proposition... Il baisse les yeux et enfile son manteau, gardant sa chemise à la main.  Il se lève et pose son keffie sur les épaules nus de la demoiselle. « Tu viens te droguer avec moi avec de la caféine, en parlant de si le monde vient à se finir demain ? » Rigolez pas! Y'a vachement à faire sur ce sujet!

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 1 Déc - 20:49
On ne pouvait pas avoir l’air intelligente tout le temps. Karen n’y pouvait rien si elle était extrêmement maladroite parfois, qu’elle ne pesait pas ses mots et parlait toujours sans réfléchir. Cet inconnu devait la trouver tellement bizarre. Peut-être même qu’il prenait plaisir à se moquer d’elle cependant la jeune femme n’en avait que faire, elle n’avait pas envie de se prendre la tête. Elle était là ce soir pour profiter, pour s’amuser et ce n’était pas grave si elle n’était pas avec ses camarades de classe. Elle n’avait aucune attache avec elle, elle ne les aimait pas tant que ça et les avait suivi plus pour la forme que par réelle envie. Si ce garçon voulait de sa compagnie, l’étudiante n’était pas contre. Il ne lui semblait pas méchant puisque ça lui coûtait de rester près de lui et de discuter un peu. Si jamais le jeune homme essayait d’être dangereux ou trop proche avec elle sans qu’elle ne soit consentante, elle n’aurait qu’à lui mettre un coup de pied là où ça fait bien mal puis s’enfuir. Et oui... Karen avait déjà tout prévu. D’un naturel méfiant, elle se préparait toujours mentalement à l’avance au cas où. Pour ce soir, elle acceptait de baisser un peu ses barrières néanmoins que cet individu ne se voile pas la face, elle n’en était pas au point de lui offrir toute sa confiance. N’importe qui à sa place serait assez fou pour le faire d’ailleurs. Qui serait assez naïf pour avoir foi en un inconnu ? On lui avait dit que par le passé, son coeur était si froid qu’elle ne s’attachait à personne, qu’en quelque sorte, elle fuyait le monde. Son accident lui avait permis d’être plus sociable toutefois cela ne l’avait pas rendu plus naïve donc cet homme n’avait pas intérêt de se moquer d’elle ou d’avoir de mauvaises intentions. Ce n’était pas parce qu’elle était maladroite qu’elle ne détectait pas les pervers à des kilomètres. En soit, quand elle l’observait et qu’elle voyait ce reflet qui brillait dans ses pupilles, l’étudiante n’avait pas l’impression de voir un garçon cruel et obscène mais plus comme quelqu’un qui avait juste besoin d’un peu de compagnie. Alors bêtement, elle se disait pourquoi pas.

« Non ça ne me gêne pas » Avait-elle rétorqué alors, un fin sourire au coin des lèvres « Moi, c’est Karen, et toi ? »

Les formalités, la demoiselle n’en avait que faire. Elle était libre dans sa tête - pas besoin de s’appeler Diego pour ça - et ne se souciait de pas grand chose. A quoi bon se disputer parce qu’on n’avait pas ajouté un suffixe honorifique et qu’on lui avait soit disant manqué de respect ? Elle n’était pas ce genre de personnes puis ils étaient tous les deux jeunes, pourquoi perdraient-ils leur temps à se formaliser de futilité ? Le reste s’était fait naturellement. Ils avaient continué de converser, la gêne de la rencontre la quittant peu à peu alors qu’elle appréciait de constater qu’elle ne s’était pas trompé. Ce jeune homme ne lui semblait pas méchant et il la faisait plutôt rire. Pour sûr que sa soirée aurait été tellement plus ennuyante si elle était resté avec les filles de son université. Elle n’avait pas les mêmes centres d’intérêt. Pas du tout.

En silence, lorsqu’il lui proposa de sortir, pas plus inquiète que ça, Karen l’avait regardé dans les yeux, ne pouvant s’empêcher de se plonger dans diverses pensées. Elle n’était pas certaine d’avoir envie de parler de la fin du monde. Malgré elle, cela lui rappelait certains souvenirs. Comme ce réveil à l’hôpital où on lui avait appris qu’elle avait perdu quatre ans de sa vie. Si elle ne s’en rappelait pas, son coeur le ressentait lui, cette douleur qu’elle avait du éprouver face à la mort. Elle avait dû avoir tellement peur... Elle avait du réfléchir sur sa vie qu’elle avait elle-même gâché. Aujourd’hui elle voulait juste profiter, penser au plaisir d’être vivante et non pas au fait que la mort n’était jamais loin.

- J’accepte pour la caféine, Reprit la jeune femme en se levant à son tour, Mais pas pour la discussion sur la fin du monde. Il y a des sujets bien plus joyeux que ça tu ne crois pas ?

Un faible rire s’échappa de ses lèvres avant qu’elle ne le remercie pour la veste puis prenne la direction de la sortie, son nouvel ami probablement sur ses talons. L’air frais lui frappait les joues mais qu’est-ce que ça faisait un bien fou ?! Le ciel était noir, décoré d’étoile et elle ne put résister à les observer en silence. Elle avait comme le sentiment d’avoir toujours aimé un tel paysage, ça avait le don d’apaiser son coeur. Elle pourrait rester ici pendant des heures rien qu’à les contempler sans que cela ne l’ennuie.

- Alors ? On va où ? Je vous suis. Mais attention, si vous tentez quelque chose de mauvais, je le saurais !

Sur ses paroles, la jeune femme l’avait dévisagé de ses sourcils froncés en guise de provocation seulement elle ne fut pas capable de garder cette expression sérieuse trop longtemps. Le taquiner sur le sujet était juste drôle. Voilà tout.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 19:18
 

let's go to the party tonight • |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» + i'm gonna live my life. no matter what, we party tonight. (ft. louiséa.)
» You wont get no sleep tonight // Glee party
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-