AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 1 panier, 2 paniers... hey coucou !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 21 Oct - 22:48
Posant lentement le ballon au sol avant de poser ses mains sur ses genoux, Ryo souffla un bon coup. Il ne savait plus exactement depuis combien de temps il était là, à jouer, seul contre lui-même. Il n'avait pas fait attention à l'heure qui passait et se concentrait uniquement sur son jeu.
Ce n'était pas bien, qu'il pensait. Ce n'était pas sérieux, qu'il se disait. Evidemment, avec son genou, il peinait parfois à jouer plusieurs heures d'affilées. Et pourtant, aujourd'hui, il s'en fichait.
Il voulait jouer. Il voulait sentir la sensation du ballon contre ses mains. Il voulait sentir l'adrénaline grimper au fur et à mesure qu'il s'approchait du panier. Il voulait ressentir cette joie sifflante quand il marquait un panier.
Il effectua quelques dribbles, tournant parfois sur lui-même comme pour éviter un adversaire fictif, avant de s'élancer. Le ballon quitta lentement ses mains, volant jusqu'au panier. Il retint sa respiration ; allait-il marquer ? Allait-il louper ? Il avait peut-être perdu son talent ; même si d'après ce qu'on disait, ça ne se perdait pas, un peu comme le vélo.

Un souffle légèrement remplit l'air devant lui alors qu'il soupirait tranquillement. Le ballon entra dans le petit cercle à la perfection. Plus de crainte qu'autre chose, il n'avait rien perdu... ou alors était-ce un coup de chance ? Non, il ne marquerait que des paniers par coup de chance depuis qu'il avait commencé à jouer alors.
Mais il devait s'en assurer. S'assurer qu'il n'avait vraiment rien perdu et qu'il pouvait toujours jouer aussi bien.

Une légère grimace vint tordre son visage alors qu'il allait récupérer le ballon. Il appuyait trop, il le savait. Sauf qu'en bon Nijimura Ryo qu'il était, il était déterminé à jouer jusqu'à l'épuisement. Jusqu'à tomber de fatigue sur le sol. Et tant pis s'il restait là toute la nuit, tant pis s'il s'endormait comme un ivrogne solitaire à même le sol.
Il voulait jouer, sans s'arrêter.

Le ballon à nouveau entre ses mains, il recommença. Quelques dribbles par-ci, quelques autres gestes techniques par-là.  Il trotta doucement jusqu'au milieu du terrain. Là, il continua ses dribbles un instant avant de s'arrêter. Il tint fermement le ballon entre ses mains, le regard rivé sur le panier. Non, ce n'était même pas la peine d'essayer d'ici, il était trop loin. Il avança d'un pas et plissa les yeux. Toujours loin. Un autre pas. Puis un autre. Et il se stoppa une nouvelle fois.
Il était là pour jouer, non ? Alors autant jouer jusqu'au bout.
Il prit plusieurs inspirations avant de lever le ballon au-dessus de sa tête. Ses mains se placèrent automatiquement de la bonne manière. Et l'objet rond s'en vola. Lentement, fouettant l'air sur son passage dans une douce caresse.
Ryo se pinça les lèvres, patientant avec un léger espoir... jusqu'à ce que la balle n'en dans le cercle. Il avait réussi à marquer.

Un sourire victorieux étira ses lèvres alors qu'il élançait joyeusement ses bras en l'air, tout en commentant plus pour lui-même qu'autre chose « Et la foule en délire applaudit le fantastique joueur qui se tient devant elle ! »
Son regard voyagea alors vers les petites tribunes à sa gauche, un sourire débile aux lèvres. Il le savait, il n'y avait personne, mais il aimait bien s'imaginer parfois que quelqu'un était là pour l'acclamer.
Un rire un peu idiot le secoua alors qu'il s'applaudissait lui-même ; on était mieux servi par soi-même après tout.

Il alla récupérer le ballon et se tourna à nouveau vers les tribunes, les saluant d'un signe de main quelque peu princier. Petit moment de gloire.

Et petit moment de solitude intense quand il la remarqua, là-bas. La demoiselle assise pile en face de lui sur les tribunes. Ryo, ou comment passer pour un ivrogne schizophrène en liberté. Chouette.
Il se racla faiblement la gorge tout en se frottant l'arrière de la tête, tout en soufflant un « Euh... bonjour », avec un petit sourire accroché aux lèvres.

« J'ai... j'ai réussi à marquer ! », elle avait vu oui, et elle t'avait vu faire l'abruti ensuite aussi... Mais c'était une manière de justifier son comportement ; et en soit, ça justifiait pas grand chose : il n'y avait que Ryo qui n'avait pas compris ce détail.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 25 Oct - 20:00
Il y avait des soirs comme cela où la jeune femme aimait sortir, se caler quelque part et appréciait cette douce brise qui soulevait ses cheveux bruns. Ca lui permettait d’oublier ce calvaire qu’elle vivait chaque jour, ce double jeu qu’elle s’entêtait à jouer et qu’elle se demandait si elle ne finirait par perdre d’ailleurs. Sa faiblesse s’agrandissait au fil des jours à un point qu’Hikari peinait à ne plus supporter sa vie. Elle en avait assez d’être une poupée, un pantin et de servir ces clients odieux dans ce bar, sans parler de l’après qui était, soit dit en passant, une activité illégale. Mais ça aussi, elle était certaine que si elle dénonçait Shota à la police, il trouverait le moyen de s’en sortir parce qu’il avait de l’argent et surtout des contacts. Ce soir, elle n’avait pas envie de penser à son petit ami, ni à son ex-fiancé, elle voulait juste souffler et se détendre. Avant, elle avait la musique pour cela cependant à présent, c’était devenu une activité ancienne et un violon rangé dans le fin fond d’un placard. Cela lui manquait parfois cependant dés qu’elle le ressortait, elle le rangeait aussitôt. Cet instrument lui rappelait tout ce qu’elle était par le passé et qu’elle n’était plus aujourd’hui. C’était son bonheur. Son monde à elle mais elle n’était même plus certaine d’être capable d’accorder deux notes correctement.

A défaut, la barmaid préférait observer d’autres passionnés et il y avait bien ce gars là, ce basketteur. Hikari ne pouvait pas expliquer mais la première fois qu’elle l’avait admiré jouer, il l’avait fasciné. Elle ne le connaissait pas cependant il dégageait une certaine aisance, un charme qu’elle ne saurait décrire et le contempler s’amuser sur le terrain l’apaisait souvent. Ca non plus, la jeune femme ne saurait dire pourquoi, juste que son jeu la rendait stupéfaite et qu’elle pourrait passer des heures assises sur un banc à le regarder. La plupart du temps, elle se plaçait dans un coin et restait discrète tandis qu’elle dessinait ou pianotait sur son téléphone pour ne pas montrer qu’elle n’était pas uniquement là juste pour lui. Ce qui était bien évidemment le cas. Si elle avait eu plus de courage et moins de problème, certainement qu’elle l’aurait déjà accosté depuis un moment. L’adolescente qu’elle était autrefois ne se serait pas gênée pour l’aborder, pour le complimenter aussi cependant désormais, des tas de choses la bloquaient.

Assise à sa place habituelle, Hikari l’admirait encore. Il était à nouveau là et réussissait brillement chaque coup qu’il entamait. Ce garçon avait vraiment de la classe, que rien que pour l’observer, s’il avait sa propre équipe, elle n’était pas contre le fait d’assister à ses matchs. Hors, elle fut couper dans ses rêveries face à l’attitude du joueur et elle dût se retenir pour ne pas rire en le voyant jouer aux idiots. Surtout qu’il ne semblait pas avoir remarqué qu’il n’était pas seul alors plutôt que s’en amuser, la demoiselle sourit simplement. S’il avait du charme, de la grâce, il était aussi mignon.

Ses pupilles s’arrondirent subtilement toutefois tandis qu’il se rendit compte de sa présence pour la première fois. Elle se sentait comme un enfant pris sur le fait en train de faire une bêtises néanmoins elle n’en dit rien puis se levant, elle laissa échapper un doux rire cette fois-ci.

- J’ai vu ça, Déclara-t-elle en s’approchant de la barrière où elle y déposa soigneusement ses bras, applaudissant ensuite, Bravo ! Si ça avait été moi, le ballon aurait sûrement volé à des kilomètres de là.

Certes, ceci était très exagéré mais c’était sa façon d’expliquer qu’elle ne savait pas jouer puis qu’en réalité, elle ne connaissait pas grand chose au basket.

- Je vous vois souvent vous entraîner ici. Ce n’est pas triste de jouer tout seul ?

Elle avait voulu lui demander s’il n’était pas professionnel ou s’il n’avait pas sa propre équipe seulement sans réellement savoir pourquoi, Hikari s’était refusée de poser cette question.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 29 Oct - 22:15
C'était certainement la première fois de sa vie qu'il avait l'air d'un terrible idiot imbécilement bourré sans avoir bu une goutte d'alcool. Enfin, à bien y réfléchir, non, ça ne devait pas être la première fois... mais c'était la première fois qu'il était pris en flag' pendant qu'il jouait au basket. C'était terrible. Terrible, terrible, terrible...
Gardant un léger sourire aux lèvres, il ne savait pas s'il devait encore parler du fait qu'il avait marqué pour déterminer l'attention de ce qu'il avait réellement fait. Il pouvait détourner l'attention autrement, il pouvait s'élancer et marquer là maintenant de suite. Oui, bonne idée ! Ca allait lui occuper l'esprit, elle allait oublier qu'il était un peu bête, et elle allait se concentrer sur le fait qu'il était doué au basket.

L'idée était bonne. La mise en pratique moins. Le ballon lui échappa des mains quand la jeune femme s'approcha de la barrière, finissant sa petite balade contre cette dernière dans un léger bruit sourd. Il la regarda, un faible soupir s'échappant de ses lèvres, mais il ne se baissa pas pour la ramasser. Il était un as su ballon. Le ballon ne pouvait pas lui échapper des mains comme ça, alors qu'il maîtrisait tous les gestes techniques à la perfection. Oui, voilà, il avait juste voulu poser le ballon. Tout à fait. Le ballon ne lui avait pas glissé des mains, jamais. Lui avait-on déjà dit que vivre dans le déni, c'était mal ? Enfin...

Répondant un peu trop tard au rire de la jeune femme, un léger rire vibra au fond de sa gorge, un air peu sûr sur le visage. Il avait fait l'abruti depuis qu'il était venu ici, elle devait le prendre pour un fou. Un fou furieux, un peu simplet certes, mais un fou quand même. A sa place, il aurait déjà fui jusque chez lui où il aurait barricadé la porte ; c'était un monde de fous.
Cependant la jeune femme resta là, s'accoudant même à la barrière devant lui. Il l'observa un moment sans rien dire avant de rire, plus sincèrement cette fois. Il baissa le regard sur son ballon ; pouvait-il vraiment prendre le large à des kilomètres de là ? Il fallait avoir une sacré force... ou un sacré talent. Ou alors pas de chance du tout.

Et enfin, il se baissa pour récupérer l'objet rond. Il le tenait fermement entre ses mains et le fixait tranquillement. Puis ses doigts bougèrent d'eux-mêmes et commèrent à s'amuser avec le ballon. C'était plus fort que lui, dès qu'il tenait un ballon entre les mains, il se sentait presque obligé de jouer avec. C'était encore pire qu'un réflexe.
Il releva doucement la tête à la question de la demoiselle, ouvrant la bouche pour la refermer. S'il jouait seul, c'était pour éviter quelques « accrochages » avec ses adversaires. Et puis, ce n'était pas non plus comme s'il y avait foule pour jouer contre lui. Il devait être mal aimé, le pauvre enfant.
En soit, jouer seul ne le dérangeait pas. Au contraire, il adorait ça. Il adorait ces moments qu'il passait sur le terrain. Il était plutôt du genre solitaire alors c'était tant mieux s'il n'y avait pas foule. De temps en temps, certains s'arrêtaient pour lui demander de jouer contre eux, mais à peine Ryo posait le regard sur eux qu'ils s'en allaient en s'excusant presque. A croire qu'il avait un démon dans le regard ou quelque chose comme ça...
Enfin, jouer seul contre lui-même c'était ce qu'il préférait. C'était sa manière à lui de combattre ses démons intérieurs, ses questions existentielles et tout ce qui suivait. Pourtant, il savait qu'il ne devrait pas jouer aussi souvent... mais que voulez-vous, l'appel du ballon était bien trop fort, il avait le basket dans le sang, et dans la tête.

Sa tête se tourna alors vers le terrain vide autour de lui. Il était vrai que jouer contre quelqu'un aurait été plus intéressant. Mais pour ça il avait déjà quelques élèves, qui avaient un bon niveau et qui lui servaient d'adversaires. Quand il venait ici, c'était vraiment que pour lui. Pour lui, et contre lui.

« Je trouve pas ça triste, non », déclara-t-il en reposant son regard sur la jeune femme, « J'aime bien jouer seul », puis le loup solitaire qu'il était appréciait aussi cette solitude répétitive, « C'est bizarre de jouer seul ? Ou plutôt de voir quelqu'un jouer seul ? »

Ca devait surtout être bizarre de voir un grand gamin de son âge s'amuser à être à la fois le joueur, la foule, l'adversaire et le commentateur sportif, mais passons ce détail très peu élogieux à son égard.

« C'est la première fois que je vous vois », déclara-t-il ensuite, « Vous êtes tellement discrète que je vous ai loupé les autres fois », finit-il en riant.

Ou juste parce qu'il était trop à fond dans son match. Ou parce qu'il était un peu con, aussi.

« Vous aimez le basket ? », pas besoin de préciser que lui adorait ça, hm ?, « Ah, j'en oublie la politesse. Je m'appelle Ryo, et vous ? »

Ce serait quand même plus agréable pour discuter de savoir au moins son prénom... non ?

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 0:46
 

1 panier, 2 paniers... hey coucou !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» panier de remorquage
» Hermy: Un vrai panier percé.
» Coucou me revoilà!
» Petit Coucou de la Guilde des Allobroges
» un petit coucou d YVA
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-