AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 hate&hate | Hana&Ori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 29 Oct - 17:46
Les semaines chargés reprennent, cours le matin, travail le soir, je n’ai plus de temps à perdre et ma vie est une course contre la montre. Les repas se font de plus en plus courts, les instants familiaux de même et sans compter les instants de liberté. Mais ça me plait, ainsi, et je pense qu’une personne à besoin de ça pour se sentir vivant. Je n’ai pas le temps de m’ennuyer et je vis au jour le jour, appréciant ce que je fais. Bref, en cet après-midi de fin d’octobre, je me rends au lieu de rendez vous qui m’est imposé : Bunkyo ! Ca n’est pas un endroit où j’ai l’habitude de me rendre mais l’inédit n’est que bon et découvrir de nouveaux lieux est quelque chose qui me rend toute joyeuse. Alors, comme à mon habitude je partis en métro, parce que la voiture, ça n’est pas fait pour moi, mais ça, c’est autre chose. Le sourire aux lèvres, je me demande à quoi m’attendre, tournage de MV, émission de variété, évènement sportif... ? Le patron a décidé de faire durer le suspense, c’est son nouveau jeu, ne pas me prévenir et alors, je ne sais jamais à quoi m’attendre. Mais c’est marrant, et excitant.
Alors, lorsque je me rends au lieu dit, - ici le parc japonais Koishikawa Koraku-, je me pose encore plus de questions. C’est intéressant ça, de travailler dans un lieu classé de « lieu remarquable pour la beauté de son paysage », d’autant plus que j’ai pour habitude de bosser dans des boîtes, des atmosphères crée où il n’y a rien de très féérique.
Je suis alors toute contente, et rejoignant mon équipe presque en sautillant, je prends connaissance de ce que j’aurais à faire pour les heures à suivre : sonoriser un défilé de mode ! C’est une grande première et quelque chose de plutôt inattendu pour moi. C’est un énorme évènement, des tas de camions entourent les périmètres, une cinquantaine de personnes s’activent pour faire de ce moment quelque chose de magique et de mémorable. Je suis émerveillée et encore surprise par tout ce mouvement. C’est une expérience énorme, quelque chose de très enrichissant qui s’offre à moi, et je me dois de ne décevoir personne. C’est pourquoi, sans plus attendre je me mets rapidement au travail, aidant mon collègue à brancher les câbles de son un peu partout. Parce que c’est un défilé passant à la télé, on se doit d’être encore plus attentif et professionnel. En tout cas, mon boss n’hésite pas à nous le rappeler ce qui met une pression supplémentaire.
 Le show ne commence qu’en fin d’après-midi mais personne n’a de temps à perdre, caméramans, décorateurs, ingénieurs et surtout stylistes courent aux quatre coins du parc, faisant au mieux son travail.

  Pour ma part, je suis au sol, devant scotcher des câbles à terre afin qu’ils ne gênent pas. Mais je sens comme une présence face à moi, une genre d'ombre. Je lève la tête, et en me relevant, je ne peux m’empêcher de faire un bon de quatre mètres. « Hana ! Que… qu’est-ce que tu fais là ?! » Cette fille… si je m’en souviens… elle m’a humiliée, devant tout le monde, elle m’a envoyé balader, je m’en souviendrai toujours. Si en plus de m'avoir gâchée une journée d'école elle venait me gâchée une journée de travail... je n'étais pas de suite sortit de l'auberge.  

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 8 Nov - 12:17

Hate & Hate

Ori & Hana

« F
aites-nous cet honneur, Kiritani-san. »

Ladite Kiritani, du doux prénom d’Hana, leva les yeux au ciel, arrangea sa franche dans le rétroviseur de la voiture qui la conduisait à l’université, et tapota plusieurs fois ses doigts contre le cuir de l’auto. Cela l’embêtait de devoir travailler ce jour-là, elle avait bien d’autres projets en tête, mais refuser un défilé pouvait lui coûter sa carrière, alors elle n’allait pas s’y risquer. Prenant le ton le plus mielleux qui soit, elle répondit donc à l’organisateur du défilé qu’elle acceptait d’être son modèle star.

Donc, cet après-midi là, ce fut sans surprise que sa longue voiture noire se gara près du parc où se déroulerait le défilé et, en sortant élégamment de l’auto, Hana se dit qu’elle allait peut-être s’amuser en fin de compte. Elle adorait se faire voir et défiler avec de beaux vêtements de créateurs. Elle avait le corps parfait pour ça, le savait bien tout comme les personnes comme cet homme qui s’approchait d’elle avec les yeux remplis d’étoiles et de fierté.

« Merci d’avoir accepté de venir, Kiritani-san. Suivez-moi, nous allons vous montrer ce que vous porterez et faire quelques essayages. »

Il s’y prenait à la dernière minute, mais il faut dire qu’il avait mit un long moment à la convaincre de venir et de le faire. De toute façon, Hana n’avait guère besoin d’entraînement, c’était pour les débutants ça ! Elle savait défiler naturellement, c’était quelque chose d’inné chez elle, un talent qu’on lui trouvait rare. Arrivant vers le portant, la jeune femme dévisagea les vêtements de créateurs qu’on lui présentait et les approuva, après de longues minutes de stress de la part du personnel. Hana était toute aussi cruelle envers ses collègues de défilés qu’envers ses camarades de classe. Son avis comptait tellement, on y accordait tant d’importance que cela pouvait détruire tout un défilé si elle n’approuvait pas ce qu’elle portait. Et vu l’heure, ils auraient du mal à faire venir quelqu’un d’autre pour la remplacer. Et puis, avouons-le, elle ne lui arriverait jamais à la cheville !

Partant aux essayages, la jeune femme se vêtit de sa première tenue et se regarda longtemps dans le grand miroir devant elle, donnant des ordres à la couturière pour qu’elle ajuste tel ou tel bout de tissu, afin qu’il tombe le mieux possible sur son corps de déesse. Lorsqu’elle fut satisfaite, elle s’autorisa un petit tour des lieux. Le parc était splendide et rendait sa beauté encore plus fulgurante. Bientôt, la lumière naturelle serait à son apogée, et le défilé commencerait.
Puis, par terre, elle repéra une fille qui ne lui était pas inconnue. C’était une de ses camarades de classe, qu’elle avait bien pris soin d’humilier fut un temps pour lui faire savoir qui était le maître dans ce genre de jeu. La pauvre, elle était là, à se faire mal aux genoux probablement, pour faire un travail dont elle n’aurait aucune reconnaissance publique. Un sourire s’étira sur ses lèvres et elle se planta face à elle, splendide comme à son habitude.

« C’est Kiritani-san pour toi, ne l’oublie pas. Je vois que tu fais ton travail à merveille. Toujours à la même place, Hase. »

Au sol, à ses pieds.

DEV NERD GIRL


Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 15 Nov - 15:25
Devrais-je revenir sur ce jour où cette Kiritani Hana m’a ôté le sourire de la bouche ? Ce jour où mon visage s’est éteint, assombrit par la méchanceté, l’égoïsme d’une seule personne. J’étais contrariée, mais surtout blessé et plutôt sous le choc. Comment une fille pouvait être si méchante ? Ses mots m’avaient glacé le sang, moi qui voulais seulement faire preuve de gentillesse. L’humiliation, c’est ce qu’elle m’a fait subir par ses airs hautains, alors même que je tentais une approche amicale. Elle n’était pas d’accord, je l’avais bien compris, je faisais donc sorte à ce que nos chemin se séparent à jamais.

Mais en plus du cour en commun que nous avons à la Royal, le destin semblait ne pas être d’accord avec mon optique en nous réunissant à ce jour. L’ignorer comme j’en ai l’habitude de faire à l’université m’est ici impossible, elle est face à moi, de son regard méprisant, je ne peux pas m’échapper, je ne peux pas crier, je suis dans une mauvaise position. « Toujours à la même place ? » Je m’avance d’un pas en sa direction pour l’approcher, l'air sûr. Non je n’ai pas peur de ses jambes de 80mètres de haut, non je n’ai pas peur de ses yeux tueurs. « Et toi ? Qu’est-ce que tu fais là ? tu ne m’as toujours pas répondu. » Du genre sang froid, je ne vais tout de même pas me démonter, j’ai besoin de la comprendre et la voir me mets dans une boule de nerfs, c’est fou, mais réel. Depuis mon enfance, depuis le jour où je suis née, jamais je ne me suis mise dans un froid pareil avec une personne. Jamais un être humain ne m’a donné la nausée comme elle le fait. Une mauvaise aura, une mauvaise atmosphère, c’est ce qu’elle déclenche à elle seule. Le sourire que j’avais plus tôt s’est effacé pour laisser place à des sourcils froncé, des traits traduisant une mauvaise humeur.
« Peu importe, j’ai du travail. » Oui, quelque soit la raison de sa venue ici, je vais seulement y faire abstraction et continuer à vaquer à mes occupations, c’est le plus important, mon job. Pas tellement par besoin d’argent ou quoi que se soit, mais pour l’ambiance, mon bien-être personnel, c’est important. Et retrouver mes collègues me rendrait de nouveau calme du moins, plus sereine.

Mais alors que je fais demi-tour pour retrouver mon équipe, mon patron vient à nous et s’incline à 90° devant la demoiselle si détestable. Qu’est-ce qu’il fait ? Il est devenu fou ? Ma bouche forme un O pour une durée interminable, je perds les mots, la respiration. Voilà qu'il lui sort un genre de formulation de politesse, comme s'il s'agissait d'une présidente ou je ne sais quoi. Elle l’a payé pour faire ça ? Je ne comprends plus rien, mon esprit s’embrouille. « Que… ? »

hs : trop désolée de t'avoir fait attendre comme ça♥

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 24 Nov - 22:41

Hate & Hate

Ori & Hana

« E
lle manqua d’éclater de rire, tout comme les méchantes dans les films Disney. Un rire glacial et démoniaque qui aurait probablement détérioré son joli visage. Alors à la place, Hana regarda sa vis-à-vis avec un air à la fois neutre et méprisant qui témoignait de son irrespect pour elle. Non, elle n’était qu’une moins que rien à ses yeux, elle n’aurait même pas dû lui adresser la parole. Quelle perte de temps… si ce n’était pas pour s’amuser un peu, probablement qu’elle ne l’aurait même pas remarqué… Mais bon, tout acte avait ses conséquences, la demoiselle le savait malgré tout, et elle devait assumer le fait que l’autre puceron lui réponde comme si ses exigences étaient à prendre en compte. Pauvre naïve… se pensait-elle vraiment en droit d’attendre une réponse de sa part ? Elle n’avait pas à lui en donner, tout comme elle n’était pas obligée de la regarder. Erk, elle lui faisait pitié dans un sens. Simplement, Hana soupira d’exaspération, signifiant que les propos d’Hase l’ennuyaient au plus haut point et qu’elle n’y accordait aucune importance. Qui était-elle parmi la foule des badauds ? Personne. Son avis ne comptait pas et la mannequin comptait bien là-dessus.

« Ne fais donc pas cette tête, tu deviendrais presque plus laide que tu ne l’es déjà. »

Avec un air satisfait, elle la regarda s’éloigner, pour ensuite afficher un nouvel air neutre face au patron de toute l’équipe. Ah, encore un pour s’accroupir à ses pieds, génial ! Rha, qu’est-ce qu’il sentait mauvais d’ailleurs, c’était quoi ça ? De l’eau de Cologne mal dosée ? S’il pensait l’impressionner avec ça, il avait tort… Pourtant, elle lui fit un bref signe de tête, histoire de dire qu’elle lui avait respectueusement rendu son salut. Foutaises.
Il lui proposa de finir le tour du parc en sa compagnie, et elle accepta avec un faux sourire qu’il aurait dû saisir, même si ce fut loin d’être le cas. Ce patron se pensa sûrement chanceux de l’avoir à son bras, et on le serait à moins évidemment. Ainsi, elle continua son tour, forcée de supporter l’odeur trop forte de l’homme à ses côtés, qui parlait pour ne rien dire tandis que la modèle regardait autour d’elle avec un ennui à couper au couteau. Et puis, enfin, vint le moment des poses photos. Enfin, un peu d’action !

Hana fut une des premières à passer et, faisant profiter de sa beauté au plus grand monde, se mit à poser dans diverses postures successives.

DEV NERD GIRL


Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 9 Déc - 18:32
Son regard méprisant est vraiment effrayant, il me glace le sang et m’empêche toute autre manœuvre de mon corps. Comment un être humain peut-il agir ainsi ? Démontrer ce qui l’entoure, écraser tout sur son passage et surtout ! Surtout avoir un tel égo. Tout ceci me passe au dessus et je ne m’attarde pas à me poser plus de questions sur le sujet, faire abstraction à la chose reste le mieux à faire, bien que ses brèves paroles me donne l’envie de lui sauter dessus. Je n’y ferais cependant que perdre le peu de temps qui défile si vite. Alors peu importe, elle est ainsi, elle est carrément folle, pas normale, mais c’est Kiritani Hana, j’imagine qu’on ne la changera pas.

Seulement, la voir prendre cet air si faux face à mon patron adorable me fait rugir. Je ne peux m’empêcher de jeter un œil en sa direction, ce qui me m’exaspère pourtant. Mais j’ai de quoi faire et décidée, je repars à mes occupations, le facteur n°1 qui me lit à cet endroit : mon travail de technicienne.

 Quelques minutes se passent, des minutes où je discute avec l’un des employés de la chaîne diffusant ce défilé. L’heure est aux photos avant de lancer l’événement qui débutera dans deux bonnes heures. Tellement occupée par les exigences des hauts placés, le matériel à monter et faire fonctionner... j’en oublie cette fille au loin qui se pavane devant les objectifs. Alors elle est mannequin ?! Mon cœur fait un tour, j’en perds mes mots. Tout s’éclaircit, et bien trop vite à mon goût. Au simple fait de sentir sa présence constante ici, -de plus dans une telle position- me donne des frissons, un genre de truc comme des mauvaises ondes. Du coup, je le sens moyen, comme si quelque chose de mauvais se prépare. Je suis peut-être trop paranoïaque, mais au final, avec ce genre de personnes, on est jamais sur de rien non ? Mon sourire se perd, je regarde à droite, à gauche à chaque nouveau pas que j’exécute, j’en deviens folle. Je ne devrais pas être celle qui se plie à l’autre. Je ne veux pas être celle qui craint d’être prise au piège. Non, cette fois-ci, je serais celle qui élabore les pièges. C'est pas tellement mon genre d'être comme ça et c’est un risque, surtout dans mon lieu de travail, mais cet endroit, c’est également le lieu de travail de cette fille, si je comprends bien. Elle ne peut pas agir comme à la Royal et montrer son vrai visage face aux caméras ? En tout cas, dans les films ça se passe comme ça… Arf, je me sens idiote, je commence à réfléchir stratégie et je n’écoute même plus l’homme face à moi qui semble si passionnée par notre pseudo-conversation. Je ne fais que hocher la tête et bientôt, je le laisse afin de me concentrée plus sur Kiritani. Je n’ai aucune idée d’où aller ni même comment m’y prendre, mais j’ai l’intention de m’amuser un peu de lui faire comprendre que je ne suis pas celle sur qui elle s’en prendra. Ça sera différent de d'habitude, je ne serais pas la gentille fille accueillante aux milles sourires. Je serais un Ori joueuse. Je m’attaquerai à elle par derrière, c’est comme ça que je procèderai. Attendez qu'elle soit sur la scène.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 15:30
 

hate&hate | Hana&Ori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» 01. « I hate school but my father is a teacher... Ironical isn't it ? »
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-