AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Like a fool ∞ Daebak le kk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 22 Nov - 23:35
Tenue  ☇ Plusieurs mois se sont écoulés depuis leur dernière aventure, ils se voyaient presque chaque matin mais cela tournait souvent autour de conversation du quotidien, histoire de simplement se dire bonjour. Joah était prise par son boulot et ne revenait que très tardivement lorsqu’elle n’était pas en déplacement ; tandis que lui, il devait certainement jongler entre ses responsabilités de secrétaire et ses apparitions en tant que cascadeur. Parfois, lorsqu’elle était à bord d’un avion ou d’un train, qu’elle avait quelques moments pour se poser et réfléchir, souvent elle regrettait le côté colocation ait pris le dessus de leur relation, il ne faisait que partager un loft, rien de plus.  C’est pour cette raison qu’elle se décida enfin à briser ce mur de glace qui s’était dressé entre eux. Connaissant vaguement son emploi du temps par le petit dialogue matinal autour de toast partagés quatre-cinq jours auparavant qu’elle posa un jour de congé. Pas n’importe quel jour, le jour où il était déchargé de ses fonctions de secrétaire. De ce qu’elle avait compris, il devait retrouver les tournages et donc reprendre les entraînements avec ses collègues pour coordonner les scènes, ainsi elle comptait lui rendre visite sur les lieux, en guise de soutien. Elle avait passé une commande pour qu’elle puisse arriver, à l’aide du coursier, de boissons et petit encas à partager (ou distribuer) avec toute l’équipe de tournage histoire qu’ils ne travaillent pas travailler le ventre vide et qu’accessoirement, sa présence ne gêne personne si ce n’est Dae Bak. Elle avait envisagé d’un food truk, mais c’était bien trop démesuré du fait de leur relation, quelle colocataire le ferait pour un simple ami ? Rare serait les volontaires.

Afin de garder l’effet de surprise ainsi que tous les autres sentiments que cela pouvait susciter, elle voulut se faire discrète et envoya simplement un sms à l’intéressé lui demandant s’il tournait toujours à X et envisageait d’y rester la journée. Bien évidemment, elle emballa la réponse dans un petit paquet pour qu’il passe inaperçu, en prétextant devoir recevoir un colis dans la journée mais que si personne n’était présent puisqu’elle bossait toujours, elle avertirait la compagnie de livraison de déposer le carton chez le voisin. Même s’il n’était pas forcément explicite sur les lieux, la demoiselle comptait bien mettre à profit son réseau de connaissance pour savoir exactement où il tournait car des tournages de série, au Japon, cela se faisait partout. Une fois la la réponse reçue, elle monte dans un taxi qui rapidement s’engage dans une autoroute pour l’emmener en dehors de la capitale nippone.

Une fois le trajet terminé, la course payée, elle sortit les mains chargés et commença à distribuer les boissons (café, thé) ainsi qu’une petite boîte où chacun pouvait trouver un part de gâteau, une viennoiserie et un sandwich. « Merci de votre travail, prenez-soin de vous » elle répéta la même phrase en la tournant de mille et façon possible à chaque membre de l’équipe et aux acteurs, avant de découvrir Dae Bak. Un sourire se dessina sur son visage, incapable de lui dire bonjour normalement, il fallut qu’elle se glisse derrière lui avant de lui planter son index dans le dos « donne-moi une raison pour t’épargner la vie »  


Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 24 Nov - 12:58
tenue. ∆ Me frottant les mains, je soufflais doucement dans celles-ci après pour les réchauffer. Le tournage avait commencé assez tôt et j’étais déjà plus ou moins crevé. C’était un tournage assez dur et surtout avec beaucoup de cascade. Cascade parfois même dangereuses. Seul les plus expérimentés avaient été sélectionnés. Impossible de mettre des débutant sur ce tournage, ce serait du pur suicide sinon. Soupirant, j’attrapais une bouteille d’eau avant de souffler un coup. Enlevant la veste, ayant chaud malgré tout, je me remis à faire une cascade pour m’entrainer. Ce n’était pas si facile. Tout se déroulait en hauteur. Du toit du bâtiment, je devais sauter, pour atterrir deux étages plus bas sur le balcon, de là, sauter sur le balcon voisin afin de pouvoir sauter sur le balcon en dessous. Rien de bien méchant jusque-là. Enfin, ça se passait quand même à plus de vingt mètre du sol. La scène suivante était une scène de bagarre. Je devais casser la vitre de mon coude, entrer dans l’appartement, sortir dans le couloir et me battre dans un endroit étroit. De là, au lieu de descendre, ne le pouvant pas, je devais remonter trois étages et contourner tout le bâtiment, pour au final, sauter à l’aveugle par une fenêtre et atterrir sur le balcon. Bien évidemment atterrir sur le dos. Certes il y avait des matelas et tout ça. Mais c’était tout de même dangereux au niveau de la réception. Soupirant, je me mis à faire le parcours une fois, deux fois, trois fois, une quatrième, avant de faire le tournage officiel. Habillé comme l’acteur principal, on se mit à tourner avant de me poser sur une chaise et prendre mon téléphone portable pour le checker. Répondant au message de Jo Ah, je penchais la tête en arrière avant de soupirer. La scène suivante était à faire. Descendre les balcons un par un pour quitter cet immeuble. Ce n’était pas bien compliqué. J’osais l’espérer. Sans perdre de temps, je me mis à faire les enchainements avec précaution tout en suivant les instructions de mon chef, qui me conseillait de faire ainsi et pas comme ça, afin de minimaliser les dégâts en cas de problème. Parce que certes, il y avait des matelas de réception, mais c’était tout sauf super réceptionnant. Première prise. Niquel. Lente, mais niquel. Je devais aller plus vite. Recommençant, je descendis un peu plus vite et c’est surement ce qui me porta préjudice. Glissant, sur la rambarde de l’avant dernier balcon, je partis en avant, n’ayant pas le temps de me rattraper pour tomber deux étages plus bas dans les buissons orant l’immeuble. Gémissant sous la douleur, j’entendais les gens venir vers moi pour m’aider. Me relevant, je grimaçais en touchant mon buste. T-shirt déchiré, du sang qui coulait sur mon torse, je soufflais doucement en me laissant transporter vers notre tente. Plus de peur que de mal ceci dit. Les branches n’avaient fait que m’ouvrir la peau sans pour autant me blesser plus sérieusement. Enfilant une veste pour ne pas attraper froid, n’ayant plus de t-shirt, je laissais mes compères désinfecter tout ça. Ça piquait. Non, ça me détruisait. « Donne-moi une raison pour t’épargner la vie. » Cette voix… ? Grimaçant sous son dos, ayant encore mal au dos, je tournais le visage pour voir Jo Ah. Qu’est-ce qu’elle fichait ici ? Elle m’avait dit bosser toute la journée. « Jo Ah ? Qu’est-ce que... » « Bouge pas ! Ça pisse le sang. » Grimaçant en me remettant droit je donnais un coup à Toshiro. « Dégage, elle va s’en occuper. Oust. » Dis-je en le poussant pour me tourner vers Jo Ah. « Je suis sûr que tu seras bien plus doux que cette brute. » Quoi que… ? « Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu m’as envoyé le message pour savoir où j’étais ? Petit diablotin, c’est toi tout craché. » Dis-je en pinçant doucement sa joue.


Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 18 Déc - 20:15
Tenue  ☇ C’était sans scénario fantasmé à l’avance qu’elle s’était préparée à le revoir après tout ce temps. Pourtant elle ne s’attendait pas pour autant de le retrouver dans un état aussi lamentable, la présence du tournage freina son inquiétude, la question de savoir si les égratignures abimant le visage qu’elle voyait chaque jour étaient réelles ou non. Sans même avoir à formuler son interrogation à voix haute,  l’un des hommes répondit à sa curiosité tut. Le sourire qu’elle abordait se transforma bien vite en une grimace, sans pour autant paniquer, du moins ce fut de courte durée car elle perdit un peu de sa contenance lorsque Daebak décida unilatéralement de la promouvoir, infirmière temporaire. Le supposé Toshiro lui tendit la boite de secours avec confiance, de la même façon qu’un coureur passait le témoin au relayeur suivit, comme s’il espérait qu’elle ferait un meilleur travail que lui. D’où lui venait cette certitude infondée ? La jeune femme était perdue, à peine venait-elle de débarquer qu’elle avait déjà des responsabilités, du travail sur la planche. « Je suis sûr que tu seras bien plus doux que cette brute.  » En guise de réponse, elle se contenta de le fusiller du regard, pour la double raison que c’était un imbécile de s’être retrouvé dans cet état-là – pouvait-il encore clamer qu’il était un cascadeur professionnel ? – et qu’elle n’avait pas demandé à jouer les  secouristes. Si elle avait été à sa place, elle aurait rapidement rappelé le jeune homme qui s’était éclipsé en ricanant pour venir prodiguer des soins, il était beaucoup plus fiable qu’elle.

« Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu m’as envoyé le message pour savoir où j’étais ? Petit diablotin, c’est toi tout craché.  » Elle tente de sourire mais cela ressemble davantage à un rictus, médusée, elle est fâchée contre lui, elle n’avait pas imaginé un instant qu’elle le reverrait en petit morceau. Maintenant qu’elle y pensait, il était certainement la raison du petit mouvement de foule tantôt. C’était lui, le fameux cascadeur qui avait chuté. La coréenne lui attrape la main avant d’un mouvement, lui tordre légèrement le poignet ; ce genre de discussion pouvait attendre, elle n’allait pas sagement le voir se vider de son sang. « Tu devrais plutôt t’inquiéter sur ta condition, on verra ça plus tard… », elle ne pouvait pas cacher son inquiétude non plus, après une inspiration et une expiration pour tenter de retrouver son calme olympien, elle lui demande d’une voix moqueuse : « Es-tu certain de vouloir laisser ta vie entre mes mains ? » Elle n’était pas certaine d’être la solution, loin de là. Du regard, elle cherche un endroit où ils pourraient simplement s’asseoir, le temps qu’elle puisse s’occuper de ses blessures. Le tournage continuait, mais il ne pouvait pas être retardé indéfiniment a priori. « On devrait trouver un endroit plus calme, et peut-être des vêtements plus épais aussi… si en plus de te vider, tu attrapes froid, le directeur ne risque pas de te rappeler pour son prochain tournage  », ajouta-t-elle avant de retirer son écharpe et le lui enrouler autour du cou maladroitement, de sa seule main libre. La prochaine fois, au lieu de demander au staff de prendre soin d’eux-même, elle notait qu’elle devrait plutôt les prier de prendre soin de ce cascadeur casse-cou.


Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 23 Déc - 15:08
tenue. ∆ Le petit diablotin était énervé ? Ou alors elle était irritée de devoir me soigner ? En tout cas, c’était l’un des deux. Je pouvais le voir sur son visage. C’était marqué, il y avait un gros panneau ou il était écrit qu’elle était irritée. Ni plus ni moins. M’attrapant la main pour me tordre le poignet, je ne bronchais pas en soupirant. Qu’est-ce que je disais ? Je la connaissais par cœur. A force de vivre avec elle, je ne pouvais que la connaitre. « Tu devrais plutôt t’inquiéter sur ta condition, on verra ça plus tard… » Oh ? Elle s’inquiétait pour moi ? Vraiment ? C’était trop mignon tiens. « Tu t’inquiètes pour moi ? Trop mignonne. » Dis-je en lui faisant un petit clin d’œil amusé et complice à la fois. Ça me touchait droit au cœur, je ne pouvais pas non plus le nier. « Es-tu certain de vouloir laisser ta vie entre mes mains ? » Ca faisait déjà un peu plus « Jo Ah » c’était là, sa marque de fabrique. Elle pouvait se montrer cruelle quand elle le voulait. Voir même sans cœur. La petite sorcière sans cœur et sans sentiments. Enfin, non j’exagérais un peu là. La fois ou je m’étais coincé dans la fenêtre, elle avait tout de même pris soin de mon pauvre petit cou, histoire que je ne puisse attraper froid. Alors je savais que Jo Ah pouvait se montrer cruelle, mais pas tant que ça non plus. « Pourquoi devrais-je avoir peur ? Tu ne vas pas me tuer, je le sais. » Bon, je savais qu’elle serait capable aussi d’agir sous ma phrase, par simple provocation, mais quand même. « On devrait trouver un endroit plus calme, et peut-être des vêtements plus épais aussi… si en plus de te vider, tu attrapes froid, le directeur ne risque pas de te rappeler pour son prochain tournage » La laissant enrouler son écharpe autour de mon cou, je me baissais un peu, même si elle était grande et n’avait pas réellement besoin que je me baisse. Soupirant, je regardais autour de nous, avant de lui faire signe de me suivre. Filant vers les tantes qui étaient plantés pour qu’on puisse se changer sans trop de problème, je rentrais dans la mienne en demandant alors aux maquilleuses et autres de partir. Une fois fait, je fermais la tante avant de me laisser tomber sur une chaise. « Alors ? Que fais-tu ici ? Tu voulais me voir en action ? Il fallait arriver dix minutes plus tôt, tu m’aurais vu en pleine action. » Dis-je amusé. Attrapant un plaid e le mis sur mon dos pour me couvrir un peu avant de soupirer quelque peu. « Et ne t’inquiète pas pour moi, c’est courant de se blesser, c’est bien pour ça qu’on fait appel à nous. Pour pas que les acteurs se blessent. On le fait à leur place. » Ajoutai-je en me grattant la joue d’un mouvement lasse. Elle devait s’attendre à ça, elle n’était pas habituée, et même si je ne disais rien, ce n’était pas la première fois que je me blessais. On était humain, et parfois sur le tournage, il pouvait y avoir des cascades assez risqués. Celle-ci en l’occurrence, n’était pas donnée pour tout le monde.


Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 23 Déc - 22:57
Tenue  ☇ Le temps a été le témoin privilégié de l’histoire pour prouver qu’aucun homme, peu importe son influence, son pouvoir ou sa carrure, ne pouvait se relever d’un coup mortel dans le dos. Même la littérature classique, presque la moitié des personnages de Shakespeare mourrait poignardé. S’il n’y avait pas autant de monde autour d’eux, autant de témoins, peut-être aurait-elle pu envisager un plan pour abréger les souffrances de son colocataire, mais pour le moment elle devait faire profil bas. Quand bien même ils étaient seuls, elle sentait le regard amusé de certains collègues de Dae Bak les suivre jusqu’à ce qu’ils disparaissent derrière le drap épais servant de porte. C’était la première fois qu’elle pénétrait une zone de tournage et même l’intérieur de la tente qui servait pour le maquillage l’émerveilla ; après tout il suffisait de peu pour la fascinée tout comme pour attiser son exaspération. Tandis que lui se laissa tomber sur la première chaise qu’il vit, elle fit le tour de la tente, du moins son regard avait déjà parcouru l’ensemble de local. « Alors ? Que fais-tu ici ? Tu voulais me voir en action ? Il fallait arriver dix minutes plus tôt, tu m’aurais vu en pleine action.  »  La jeune femme eut un rictus et leva les yeux au ciel comme pour dire bon dieu, qu’ai-je entendu… Elle attrape la trousse de premier soin et tire une chaise vers elle, la fait tournoyer avant de s’assoir à l’envers. « Si j’étais venue plus tôt, qu’aurais-je raté dis-moi. Un imbécile qui aurait pitoyablement raté sa cascade ? »

Le voir en action, loin de son costume serré de secrétaire, aurait été intéressant, mais il avait terminé sa scène par une chute, rien de grave bien heureusement, mais le pire était toujours à prévoir. Que désirait-il, que son cœur fasse les montagnes russes en le voyant se blesser ? Pas question. Elle s’estimait limite heureuse de ne pas l’avoir vu tomber, elle l’aurait peut-être davantage détesté. « Et ne t’inquiète pas pour moi, c’est courant de se blesser, c’est bien pour ça qu’on fait appel à nous. Pour pas que les acteurs se blessent. On le fait à leur place. » Elle plissa des yeux, réfléchissant un instant si elle avait vu à la une d’un journal le nom de son acteur fétiche se blesser, le drame. Pour le coup, elle lui donnait un point, mais elle se garda de lui partager cela. « Épargne-moi ces conneries, montre-moi tes blessures. À ce que je sache, ce n’est pas pour autant qu’ils vont venir te remercier et te soigner  » siffla-t-elle, les dents serrées, en cherchant de manière désorganisée l’antiseptique et les compresses. « Ce n’est pas que tu es cascadeur que pour autant, tu es payé pour finir en petit morceau » murmura-t-elle, abandonnant un instant son expression sévère. « Regarde-toi...  »


Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Déc - 12:06
tenue.« Si j’étais venue plus tôt, qu’aurais-je raté dis-moi. Un imbécile qui aurait pitoyablement raté sa cascade ? » Ça c’était dit. Comme ça, c’était fait. J’aurais dû m’y attendre venant d’elle. C’était miss j’envoie des piques. C’était marrant à force, on s’habituait très vite. Plus vite qu’on ne pourrait y croire. Si Jo Ah n’était plus ainsi, il manquerait surement quelque chose dans ma vie. Ou alors c’est qu’il y avait un souci avec elle et c’était alors inquiétant non ? En tout cas, elle me plaisait quand elle était comme ça. Je ne pouvais pas le cacher. Je l’avais toujours connu ainsi, c’était pour ça. « Un bel imbécile, ça change la donne, non ? » Dis-je avec un peu d’humour, mon sourire s’étirant longuement sur mon visage. J’aimais bien sortir des conneries moi aussi, et ça elle le savait parfaitement. « Épargne-moi ces conneries, montre-moi tes blessures. À ce que je sache, ce n’est pas pour autant qu’ils vont venir te remercier et te soigner » Elle avait raison. Je souris doucement en me redressant pour qu’elle puisse mieux voir mes blessures. « Ce n’est pas que tu es cascadeur que pour autant, tu es payé pour finir en petit morceau. Regarde-toi... » L’observant longuement en ne quittant pas son visage qui s’inquiétait pour moi, je tendis doucement la main pour la poser sur sa joue en soupirant. « Je vais bien. D’accord ? Ne t’inquiète pas pour moi. » Dis-je alors que ma main se glissait dans ses cheveux afin de lui attraper la tête. La faisant se pencher vers moi, je souris doucement avant de déposer un baiser sur sa joue. Mon regard se plongeant dans le sien, je la tenais toujours alors que je ne bougeais plus. Jo Ah était une belle femme et j’avais toujours l’impression… Parfois… De m’être un peu plus rapproché d’elle, comme s’il suffisait de franchir une ligne invisible pour passer à autre chose. Déglutissant longuement, je souris de plus belle avant de fourrager ses cheveux et la lâcher avec douceur. « Promis, je ferais un peu plus attention à moi la prochaine fois, comme ça, tu n’auras pas à t’inquiéter pour moi. » Ma main posée sur son bras, je soupirais alors qu’elle attrapait machinalement sa main, mes doigts s’entremêlant légèrement aux siens avant de faire bouger son bras pour la taquiner. Mon regard se voulait amuser et taquin. Je voulais la voir sourire. « Si je meurs avoue, que tu te ferais chier sans moi. Plus personne au loft pour faire chier ton petit monde hum. »


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 16 Jan - 12:35
Tenue  ☇ « Je ne m’inquiète pas, ne te fais pas trop d’illusion » défendit-elle en lui décochant un regard moqueur, repoussant par la même occasion la main posée sur sa joue. Main qui lui fila, glissant dans ses cheveux, lui arrachant un frisson qu’elle mit sur le compte de la froideur de celle-ci ou le baiser soudain. Parfois, elle n’arrivait pas à le calculer, il était imprévisible à sa manière ou alors, elle avait manqué un épisode sans le savoir. Dubitative, elle le scrute du regard, cherchant la faille, le pourquoi du comment, mais il lui ébouriffe les cheveux, lui arrachant un rauque « argh ». À sa façon, il l’agaçait. Elle levait le poing, menaçant de le frapper mais elle le baissa d’elle-même, il était déjà assez moche pour cela. Quoique, l’idée lui frôla l’esprit de l’amocher davantage, personne ne pourrait l’accuser de coups et blessures.  « Promis, je ferais un peu plus attention à moi la prochaine fois, comme ça, tu n’auras pas à t’inquiéter pour moi. » Elle détestait ce genre de promesse, rien ne pouvait garantir l’avenir, au lieu de la rassurer ça avait l’effet inverse. Peut-être parce qu’elle ne lui faisait pas aussi confiance qu’il ne se l’aurait imaginé. Qu’importe. Plutôt qu’entendre ce genre de parole au vent, elle devait déjà s’occuper des blessures pathétiques de son locataire mais il était d’humeur taquin, il jouait d’elle, il ne tenait pas en place. « Si je meurs avoue, que tu te ferais chier sans moi. Plus personne au loft pour faire chier ton petit monde hum. » La coréenne le foudroie du regard, un rictus s’étire sur ses fines lèvres « décidemment, c’est ta bouche qui pose problème. Trop bruyante » Il parlait sans s’arrêter, il était pire qu’une femme par moment. De son index, elle lui tapote la bouche, comme pour la faire sceller. « Arrête de bouger, tu dois retourner tourner non ? » Ayant trouvé les compresses et l’antiseptique, elle lui tira l’oreille, le sourire railleur « rapproche-toi et ne bouge pas. Ça va piquer un peu. »



Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 16 Jan - 15:45
tenue.« Je ne m’inquiète pas, ne te fais pas trop d’illusion. » Je roulais des yeux en souriant en coin. « D’accord, je calme mes illusions chère demoiselle. Même pas tu t’inquiètes pour moi. Quel piètre colocataire que j’ai là. » Je me moquais bien évidemment d’elle, je n’étais pas sincère. C’était tout de même une colocataire pas mal du tout. Certes un peu folle sur les bords, je ne préférais pas citer d’exemples. Il y en avait trop en fait. Parce qu’avec elle, il était clair qu’on ne s’ennuyait jamais. Non absolument jamais. Mais soit, on était là pour autre chose que discuter mais pour qu’elle me soigne, ou m’aide à me soigner, à l’abri des regards, l’endroit où nous étions tranquille et où il faisait un minimum plus chaud que dehors. La voyant me foudroyer du regard alors que je discutais avec elle je fronçais les sourcils. Qu’est-ce que j’avais fait encore ? « décidemment, c’est ta bouche qui pose problème. Trop bruyante » La laissant tapoter mes lèvres, je me reculais légèrement en plissant les lèvres. « Arrête de bouger, tu dois retourner tourner non ? » Pas le temps de répondre qu’elle me tire par l’oreille pour que je me rapproche d’elle. Lâchant un gémissement de mécontentement je me frottais l’oreille une fois qu’elle fut libérée, sans pour autant me redresser. « rapproche-toi et ne bouge pas. Ça va piquer un peu. » « Je suis un blessé qui se fait maltraiter… Je devrais le signaler aux hommes battus. » Mon regard se faisait taquin et légèrement sournois. La sentant me soigner, je sentis ma peau frissonner sous les picotements que cela provoquait. « Plus sérieusement, pourquoi tu es venue ici ? Je croyais que tu bossais pas mal en ce moment. » Ma voix était plus douce, calme, sincère. Posant une main sur sa taille pour me tenir un peu à elle, car rester penché n’était pas forcément agréable, je la regardais faire en soupirant quelque peu. « Tu restes jusqu’à quand ? On rentre ensemble ce soir ? » Rentrer ? J’avais bien envie de sortir avec elle tout d’un coup. Depuis quand on n’était pas sorti ? Des lustres.


Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 21 Jan - 19:05
Tenue  ☇ S’il envisageait réellement d’appeler le service des hommes battus, il l’aurait fait depuis bien longtemps. Son cas de maltraitance était particulièrement sévère, elle le voulait bien le lui concéder, mais il le cherchait bien aussi ; elle ne faisait que saisir le gourdin qu’il lui tendait. Parce qu’il avait osé la menacer aussi puérilement, elle s’appliqua à encore mieux le soigner, se montrant pas à un délicate pour désinfecter les blessures plutôt superficielles de son colocataire. Il était à présent trop tard pour lui de rappeler son collègue, maintenant qu’elle avait commencé à lui prodiguer les premiers soins, elle était décidée à aller jusqu’au bout ; il fallait souffrir pour rester beau. « Plus sérieusement, pourquoi tu es venue ici ? Je croyais que tu bossais pas mal en ce moment. » Elle lève les yeux, s’arrêtant un instant pour le dévisager. Voulait-il réellement entendre la réponse à vive voix ? Était-ce réellement nécessaire de s’épancher dessus ? Elle décide de l’ignorer, continuant à répéter méthodiquement les mêmes gestes en espérant que cela cicatrise sans laisser de trace. Sans être fin observateur, on pouvait voir de nombreuses traces sillonner son corps et sans être fin connaisseur, on devinait d’où elles provenaient. « Tu restes jusqu’à quand ? On rentre ensemble ce soir ? » Une chose qu’elle appréciait, c’était le fait qu’elle n’ait pas besoin de réellement s’inquiéter pour lui, de lui poser la question de savoir comment il allait car tant qu’il parlait, c’était un signe qu’il allait bien. « Hm, ce n’était pas dans mes projets de rester bien longtemps, mais je n’ai rien d’autre à faire. J’imagine que je resterais tant que le directeur ne sera pas trop ennuyé par ma présence ? » Finit-elle par dire, brisant son propre silence, en lui donnant une petite tape sur l’épaule pour lui indiquer qu’il pouvait se redresser, elle avait terminé. « Donc oui, on peut rentrer ensemble » ajouta-t-elle en souriant, avant de continuer, le regard pétillant. « Quel est le casting de ton drama ? J’ai cru voir l’acteur principale tout à l’heure »

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 18:15
tenue.« Hm, ce n’était pas dans mes projets de rester bien longtemps, mais je n’ai rien d’autre à faire. J’imagine que je resterais tant que le directeur ne sera pas trop ennuyé par ma présence ? » Pourquoi le directeur serait ennuyé de sa présence ? Il s’en foutait complètement. Tant qu’elle ne faisait pas la groupie, qu’elle restait sagement dans un coin, sans gêner dans le tournage du film, il n’y avait aucun souci. « Donc oui, on peut rentrer ensemble » Un doux sourire se logea sur mes lèvres. Rentrer avec elle c’était bien. Depuis le temps où nous n’avions pas trop passé de temps ensemble. C’était plaisant oui. On pourrait discuter un peu plus comme cela. Me tapotant l’épaule, signe qu’elle avait fini, j’attrapais mon haut pour l’enfiler et l’arranger quelque peu. « Quel est le casting de ton drama ? J’ai cru voir l’acteur principale tout à l’heure » Clignant des yeux, j’haussais les épaules. Ce n’était pas non plus un casting méga important. « Super. Je t’amène au restaurant alors ce soir. Je t’interdis de prévoir autre chose que moi ce soir. Sinon, je me fâche. » Je n’étais pas réellement sérieux non plus, mais un peu tout de même. Attrapant une bouteille d’eau, je bus rapidement la posant avant de souffler un bon coup. Lui donnant une pichenette sur le front je secouais la tête. « Tu crois que je ne te connais pas ? Si je te dis les acteurs, tu vas lâchement m’abandonner pour aller mater les autres. Ne regarde que moi. T’as pas honte de tromper ton unique et beau colocataire ? » Je mimais de gonfler mes muscles avant de laisser mes bras tomber sur long de mon corps. L’attrapant par les épaules, je souriais lentement avant de la faire sortir de là pour qu’on puisse retourner sur le plateau de tournage. La gardant contre moi, comme pour montrer dieu sait quoi, je l’amenais avec moi près des producteurs et autres scénaristes etc qui étaient derrière les caméras à tourner des scènes. « Mon amie peut rester ? » demandai-je en souriant poliment. Une fois la réponse positive eux, je me tournais vers elle en pinçant doucement sa joue. « Tu vois. Je t’avais dit. Tu restes sage ? Je vais aller m’entrainer. » Dis-je doucement en déposant un baiser sur son front.


Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 25 Jan - 9:11
Tenue  ☇ Exagérant chacun de ses gestes, elle imita son colocataire en haussant les épaules, rajoutant une touche personnelle de grimace. Elle aimait se moquer de lui, elle puisait en lui une source infini de raillerie, c’était plus fort qu’elle, elle ne pouvait réellement s’en empêcher ; il était trop tendre avec elle. « Call ! C’est une invitation, donc c’est toi qui paie mais c’est moi qui choisis. Restaurant quatre étoiles, carte libre, ça ou rien » rétorqua-t-elle d’une voix espiègle, dans son regard se logeait des lueurs rieuses. À imaginer l’air désenchanté qu’il allait aborder en payant l’addition, ou simplement en survivant au repas,  en avait déjà une crampe à l’estomac. Il allait rapidement désenchanter, regretter ses mots, lui proposer de sortir diner était un pari risqué, surtout lorsqu’on savait qu’à la place d’un estomac, elle avait un puit sans fond. Il était trop tard pour lui de rétracter son offre, elle avait accepté, le contrat était formé, s’il le faisait, il ouvrait droit à des dommages et intérêts. Quand il fallait extirper le bien d’autrui, elle savait s’y prendre. « Aïe » cria-t-elle, se frottant rigoureusement le front, frustrée de s’être fait gratuitement frappé. C’était injuste, sa question était innocente. À ce rythme, appelé le service des hommes battus n’allait pas être une option mais une réalité. « Tu crois que je ne te connais pas ? Si je te dis les acteurs, tu vas lâchement m’abandonner pour aller mater les autres. Ne regarde que moi. T’as pas honte de tromper ton unique et beau colocataire ? » Tout comme elle avait commencé, en même temps qu’il parlait, elle s’amusait à rectifier ses mots. « …pour discuter avec les autres… affligeant et pathétique colocataire ». Elle croisa les bras et claqua sa langue contre son palais, dégoutée.  Sa mine boudeuse disparut aussitôt qu’ils sortirent de la tente. Après tout, il fallait qu’elle fasse bonne mine, maintenant qu’ils étaient observés. Lui pinçant le bras, elle siffla « lâche-moi, je sais marcher », une fois face à l’équipe de tournage, elle sortit son plus beau sourire commercial. Après la pichenette, il lui pinça la joue, elle finit mine de vouloir lui mordre ses doigts insolents. « Tu vois. Je t’avais dit. Tu restes sage ? Je vais aller m’entrainer. » Pour autant, le baiser frontal ne suffit pas à l’amadouer, du moins, l’idée d’être seule la réjouissait soudainement. Tout comme elle l’avait fait aux producteurs et scénaristes, elle lui offrit son plus beau et faux sourire. « Va, va ~ Je vais sagement faire le tour du plateau » susurra-t-elle en agitant la main, comme pour lui intimer l’ordre de déguerpir. Elle attendit qu’il lui tourne le dos pour commencer à repérer ses prochaines cibles. S’il n’était pas fichu de lui donner les informations qu’elle désirait, elle irait les pécher elle-même.  

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 25 Jan - 22:38
tenue.« Call ! C’est une invitation, donc c’est toi qui paie mais c’est moi qui choisis. Restaurant quatre étoiles, carte libre, ça ou rien » Mon regard se porta sur le sien avant de rouler les yeux. Elle n’était pas sérieuse là ? Si ? Elle l’était. Avec Joah c’était plus que sérieux même. Gout de luxe et j’en passe. « Tu sais pas bouffer à bas prix ? C’est moins cher plus copieux et meilleur. On n’a pas le même salaire je te signal. T’as décidé de me plumer ? » Dis-je en lui faisant un regard rempli de reproche. La prochaine fois, je ne l’invite pas. Autant fermer ma bouche ouais. « La prochaine fois, je dis rien et je te kidnappe. On ira dans un bouiboui. » Râlais-je en secouant la tête. Heureusement que j’avais de l’argent. J’étais riche, mais ce n’est pas pour autant que j’allais faire le beau dans des restaurants quatre étoiles alors qu’on y sort en ayant encore faim. Soit. Pas grave. La prochaine fois je ne me ferai pas avoir, c’est tout. « …pour discuter avec les autres… affligeant et pathétique colocataire » Mais bien sûr. J’y croyais autant qu’un homme politique en train de faire des promesses. En clair, j’y croyais pas du tout et je me méfiais même de tout. « Ça pue l’hypocrisie ça très chère colocataire. » D’un ton narquois je la regardais amusé avant de la trimballer dehors. Parce que je voulais la faire chier et puis parce que je voulais la faire chier. Voilà. J’étais chiant et e partageais. « lâche-moi, je sais marcher » « Tais-toi femme ! Non mais. » J’en profitais pour lui pincer le bras l’air de rien. Une fois arrivé devant les producteurs et toute la panoplie qui s’occupait du tournage, je demandais s’il était possible qu’elle reste. L’accord eu je la narguais l’air de rien. Dans tous les cas, moi, je devais retourner sur le plateau du tournage pour finir les scènes que je devais filmer. J’avais assez perdu du temps comme ça. « Va, va ~ Je vais sagement faire le tour du plateau . » Me stoppant, je plissais le nez. « Y’a marqué démon sur ton visage ! Je t’ai à l’œil ! » Je ne la sentais, absolument pas. Elle allait courir partout et chercher qui était les acteurs. J’en mettais ma main à couper bon sang. L’abandonnant, je filais sur le plateau de tournage, discutant avec mon patron vis-à-vis de mes blessures et de ce que je pouvais faire et ne pas faire. Me tournant pour la chercher du regard, je ne la voyais déjà plus. Ça commençait bien. Claquant ma langue contre mon palet, ne pouvant pas la chercher, je filais dans le bâtiment pour reprendre la scène raté. Au boulot.


Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 26 Jan - 15:19
Tenue  ☇ Derrière son entrain et son sourire innocent, la demoiselle savait exactement quoi faire pour enquiquiner son colocataire. Ils n’étaient pas les meilleurs amis du monde, mais la cohabitation et le temps faisait qu’ils ont appris à se connaître, davantage à chacune de leur interaction. Avec lui, elle se montrait terrible, elle lâchait toute la frustration accumulée par sa journée de travail. Sincèrement, bosser dans un bureau n’était pas fait pour elle, si elle avait eu le choix, elle aurait choisi un autre métier, beaucoup plus dynamique et moins contraignant.  « La prochaine fois, je dis rien et je te kidnappe. On ira dans un bouiboui. » Elle haussa les épaules de la même façon qu’il avait fait tantôt,  avant d’ajouter d’une voix grinçante « ce n’est pas moi qui va finir par chier des arc-en-ciel. » Si lui pouvait user de la force, elle usait des mots et pour se faire désagréable, il n’y avait pas réellement besoin de la prier. Le pire dans tout cela, c’était qu’il était responsable de son sale caractère, parce qu’il avait cédé du terrain, elle en avait profité. Avec lui, elle n’y allait pas par quatre chemins, elle faisait les choses au feeeling, spontanément.  Pour autant, elle le laissait aussi être lui-même, un macho-goujat qui fanfaronnait sur la moindre chose. Elle ne s’en plaignait pas, il était drôle à sa façon, sauf lorsqu’il se permet de la pincer. S’il n’était pas déjà assez amoché, elle lui aurait foutu un coup de coude dans les côtes. Fulminant silencieusement, elle ravala sa rancœur pour le moment, guettant l’opportunité pour lui faire payer sa sournoiserie. « Y’a marqué démon sur ton visage ! Je t’ai à l’œil ! » Elle roula des yeux, et touna ses paumes vers le ciel. « Où ça ? Je ne vois pas ! Tu ne serais pas un peu parano dans ton genre ? Je crois que tu devrais te faire soigner pas celui ici, mais aussi là-dedans. » Par ici, elle désigna son corps et par dedans sa tête. Joah eut néanmoins un sourire amusé, il la connaissait trop bien, mais dommage pour lui, les mots n’étaient pas ce qui la retenait.  « Tu devrais davantage t’inquiéter pour toi que pour moi » rétorqua-t-elle, en fronçant les sourcils avant de soupirer. « Va bosser, essaie de revenir avec un bras en moins pour que je te casse l’autre. Tu sais que la symétrie m’obsède en ce moment. Ouste Ouste, du vent, tu me pompes l’air avec tes bêtises. » Les doutes de Dae Bak se confirma, dès qu’il partit, un grand sourire s’étira sur ses lèvres et presque en sautillant, elle s’en alla rejoindre le groupe d’acteur. Portable en main, elle se renseigna sur le casting. Rêvait-elle, ou il y avait Park Shi Hoo ? Chalalalalala. En une heure, ils allaient devenir les meilleurs amis du monde, c’était certain.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 28 Jan - 20:37
tenue.« ce n’est pas moi qui va finir par chier des arc-en-ciel. » Roulant des yeux, je claquais la langue contre mon palet en lui lançant un regard faussement désespéré. « Que tu parles mal mon dieu. Normal que tu n’aies personne dans ta vie. Qui voudrait d’une femme qui parle gras ? » Je la taquinais bien évidemment. Parce que bon, soyons honnête ça ne me dérangeait pas du tout moi. Sortant sur le plateau du tournage, je vis bien qu’elle voulait se débarrasser de moi afin de savoir le casting qu’il y avait mais surtout discuter avec. Elle croyait que je ne la connaissais pas ? Mais si je la connaissais ! C’est justement pour ça que je me faisais du souci… Et y’avait réellement marqué démon sur sa tête. « Où ça ? Je ne vois pas ! Tu ne serais pas un peu parano dans ton genre ? Je crois que tu devrais te faire soigner pas celui ici, mais aussi là-dedans. » Secouant la tête, je levais les yeux au ciel. « Va bosser, essaie de revenir avec un bras en moins pour que je te casse l’autre. Tu sais que la symétrie m’obsède en ce moment. Ouste Ouste, du vent, tu me pompes l’air avec tes bêtises. » Mais quelle sale peste. L’imitant en faisant une grimace je l’abandonnais là sans rien répondre, parce qu’elle ne méritait pas que je réponde. Montant dans l’immeuble, je parlais avec mes collègues, et le patron sur le fait que je devais faire un peu plus attention. Ca je le savais. C’était les risques du métier. Je savais très bien que je pouvais mourir aux moindres faux mouvements. Les sécurités ? Ce n’était pas ce qui importait le plus. Le prix des matériels étaient bien trop élevé, alors on faisait sans. Montant sur le toit de l’immeuble, je me chauffais rapidement avant de refaire le parcours assez doucement histoire de ne pas faire la même faute que tout à l’heure. Après quelques prises, on se mit à faire le tournage complet. Après plusieurs minutes, la scène totalement bouclé, j’attrapais une serviette pour m’essuyer le visage. Cherchant du regard la petite diablesse, je ne la trouvais pas. Et ça m’agaçait. Tournant un instant, je la vis enfin au loin avec… L’acteur principal du casting ! Bon dieu. Claquant la serviette sur mon épaule en grimaçant, sentant la douleur sur mes blessures se réveiller je m’approchais d’eux, avant de me positionner à côté de Jo Ah en passant mon bras autour de son épaule. « T’as fait connaissance ? Je suis désolée, elle est peu trop bavarde. » Dis-je à mon collège avant de pencher la tête en signe d’excuse.


Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 31 Jan - 20:58
Tenue ☇ Le temps devenait une simple conception, une vague notion, tellement il passa rapidement. Discutant, riant, chuchotant, l’acteur principal s’avérait être un homme plus que charmant, son image de gentleman n’était pas un mensonge, il l’était même davantage dans la réalité. Pour preuve, il était celui qui animait la conversation, beaucoup plus qu’elle ne le faisait. La coréenne s’amusait et ils riaient ensemble. Toujours ensemble, ils s’étaient promenés, du moins, le temps se rafraichissant, il lui avait proposé de marcher un peu, la menant vers le stand de boisson chaude. Chocolat pour les deux, elle trouva enfin quelqu’un qui appréciait cette boisson, sans être un enfant. Chocolat dans les mains, il en profita pour lui montrer les alentours, prenant le temps de lui expliquer les choses tout en répondant à ses questions. De cette façon, elle fit le tour du lieu de tournage avant de retourner au point où ils s’étaient rencontrés. Remarquant du coin de l’œil, une silhouette à la démarche si particulière qu’elle devenait déjà qui cela pouvait être. « Que cela reste entre nous, il est là » eut-elle tout juste le temps de souffler en lui faisant un clin d’oeil, avant de sentir le bras de son colocataire sur son épaule. Affichant un sourire gêné, lui pinçant le dos de cette main indésirable avant de la dégager. « T’as fait connaissance ? Je suis désolée, elle est peu trop bavarde. » Le sourire gêné qu’elle abordait se transforma en sourire crispé, elle lui assena un coup de coude dans les côtes sous le regard amusé de Park Shi Hoo. Gardant néanmoins son calme, ravalant surtout ses envies de meurtre, elle attrapa non sans délicatesse le bras de Dae Bak, « je crois que je vais te laisser, on s’appelle ! » déclara-t-elle avant de pivoter sur ses talons et l’éloigner du lieu qui aurait pu être une scène de meurtre. Glissant son regard de gauche à droite, elle le lève vers son ami, sans toutefois s’arrêter de marcher. Où ils allaient ? Elle n’en savait rien, et s’arrêta. « Tu as terminé de tourné, non ? Choisi entre tête, torse ou le bas, soit tout ce qu’il y a en dessous de la ceinture » siffla-t-elle d’une voix sèche.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 3 Fév - 17:41
tenue. ∆ Et un pincement dans le dos, un ! Et un coup de coude un ! J’étais un homme battu à ne pas en douter ! Elle n’en avait pas marre de me battre franchement ? Bonne question. « je crois que je vais te laisser, on s’appelle ! » Oui, c’est ça. Comment ça on s’appelle ?! Elle avait déjà SON numéro de téléphone ? Elle était sérieuse ? Cette petite chipie ! Elle n’en ratait pas une. Mon dieu, j’avais l’impression d’être en compagnie d’une gosse et pas d’une adulte ! A moins qu’on m’ait menti et que l’âge de l’adolescence se soit agrandi à la vingtaine, je ne voyais pas d’autres explications à son comportement. Bon dieu. Qu’elle gamine. Tournant les talons pour me tirer dieu sait où, la laissant faire je soupirais en restant silencieux. Ah… Les femmes c’était vraiment des choses incomprises. Ah enfin on s’arrêtait ? « Tu as terminé de tourné, non ? Choisi entre tête, torse ou le bas, soit tout ce qu’il y a en dessous de la ceinture » Fronçant les sourcils je la regardais longuement avant de rire légèrement. « Ouais j’ai terminé mais… »[/color] Je lui fourrageais les cheveux avant de m’éloigner. « N’ose même pas me frapper ! J’en ai marre d’être un homme battu ! En plus je suis blessé ! T’as pas honte ! » Je savais que non, elle n’avait aucunement honte. Quelle garce. « Bon allez, magne toi ! Je suis venu en moto ! On va pouvoir rentrer assez vite. » C’était l’un des avantages d’avoir une moto comme moyen de locomotion. Sans l’attendre je parti chercher mes affaires, en tout vitesse, parce que franchement, elle faisait un peu peur quand elle était autant énervé. Sac sur le dos et casque dans une main, je filais à la moto avant d’ouvrir le vide poche et en sortir le second casque. M’adossant contre celle-ci, je la regardais en soupirant. « Si tu veux me frapper… Frappe-moi le bras. Gauche. Ou la jambe droite. J’ai besoin du reste pour bien conduire. » ça serait contraignant de souffrir tout en conduisant. « Mais je te préviens. Je vais me venger ! » J’allais pas me laisser frapper gratuitement non plus.


Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 5 Fév - 16:23
Tenue  ☇ Lâchant le bras de Daek bak, laissant le boulet marcher de son propre chef maintenant qu’ils avaient quitté le champ de vision de l’acteur. Jo Ah se mit à rire. Ricanant de la même façon qu’une sorcière de conte de fée le ferait, exagérant même pour mieux se moquer de son camarade, elle frotta ses mains entre elles. Plutôt qu’être un homme battu, il n’était même pas un homme punchingball mais un homme tapette, ou pire encore, elle ne le considérait pas vraiment comme un homme. « La honte ? Qu’est-ce que c’est ? Quelque chose qui tue ? Quelque chose qui se mange, Quelque chose d’utile ? Molla, je ne sais pas » rétorqua-t-elle en haussant ses épaules à deux reprises pour montrer sa désinvolture et son désintérêt le plus total en la matière. « Et puis, ne me donne pas d’ordre, j’ai horreur de ça » siffla-t-elle en lui attrapant la joue pour la tirer. L’écoutait-elle réellement ? Jamais suffisamment, elle n’entendait et ne retenait que ce qu’elle voulait bien retenir. Le reste, ça passait d’une oreille et ça sortait de l’autre. « Bon allez, magne toi ! Je suis venu en moto ! On va pouvoir rentrer assez vite. » La coréenne le trouvait bien ronchon soudainement, ou du moins, il remarquait que depuis son arrivée sur son lieu de travail, il cherchait comme à mener la danse. Se plier aux règles du brun n’était malheureusement pas dans ses habitudes. « Roh, ça va ! Si tu me trouves trop lente, je peux très bien rester ici. Après tout, je me suis fait des copains » argua-t-elle avec un grand sourire fendant ses lèvres, laissant entrevoir une rangée de perle nacré. Le voyant prendre les devants, elle ne peut s’empêcher de crier « Yah ! Attends-moi goujat ! » Lorsqu’il s’arrêta devant sa moto, elle ralentit le pas, trainant même des pieds pour le provoquer. Après tout, il avait ignoré sa question. « Si tu veux me frapper… Frappe-moi le bras. Gauche. Ou la jambe droite. J’ai besoin du reste pour bien conduire. » Pour un homme battu qui réclamait des frappes, elle n’allait absolument pas refuser. Il avait donné son consentement, c’est tout ce qu’il lui important. « Si je te frappe le bras, comment tu vas conduire ta bécane ? Avec les dents peut-être ? Baisse-toi, relève-moi cette frange » murmura-t-elle, en soufflant ses doigts afin de bien les réchauffer pour une pichenette mortelle. « Mais je te préviens. Je vais me venger ! » Elle ne put s’empêcher de rire, sans s’excuser quand elle eut terminé bien évidement. « Ne te transformerais-tu pas en ce petit garçon qui crirait au loup ? Essaie pour voir, je te le rendrais au centuple. » Joah est une enfant terrible, difficile de croire qu’elle ait pu être un jour, une sage fille que son défunt grand-père chérissait plus que tout, plus que son propre sang.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 5 Fév - 18:19
tenue.« La honte ? Qu’est-ce que c’est ? Quelque chose qui tue ? Quelque chose qui se mange, Quelque chose d’utile ? Molla, je ne sais pas » Ah, c’était bien du Jo Ah tout craché ça ! « Et puis, ne me donne pas d’ordre, j’ai horreur de ça  » Levant les yeux en l’air je lui tirais la langue l’air de rien, plus pour la narguer qu’autre chose. Ne rien faire ou ne rien dire ? Non, ce n’était pas possible. Pas avec elle. Donnez-lui la main elle vous bouffe en entier. « Tu devrais écouter tes aînés sans rechigner surtout ! » Mais bon dire ça à Jo Ah, c’était… Improbable. Elle ne le ferait jamais. Il ne fallait pas rêver. Elle était d’une désobéissance extrême. Mais à côté, elle pouvait très bien se montrer mignonne aussi. Mais peut-être pas tant que ça avec moi. C’était toujours comme ça. Les gens proches on leur fait subir le pire de notre caractère. En attendant moi je me barrais, si elle ne voulait pas se dépêcher c’était son problème, pas le mien. « Roh, ça va ! Si tu me trouves trop lente, je peux très bien rester ici. Après tout, je me suis fait des copains » Je soupirais en roulant les yeux au ciel. « Dis surtout que t’as gratté l’amitié ouais ! Ils ont l’habitude de voir des gens comme toi tous les jours. » Et puis certains ne donnaient même pas leur vrai numéro de téléphone. C’était le pire. Certains les appelaient et puis tombaient sur une autre personne. Ahaha, ce troll. « Yah ! Attends-moi goujat ! » Je lui fis un signe d’au revoir de la main pour bien la narguer. Et puis je la connaissais. Elle allait se dépêcher, mais une fois près de la moto elle allait faire son mollasson. J’étais prêt à mettre ma main à couper. Casque en main, je la regardais …. Faire son mollasson ! Voyez ! Je la connaissais par cœur cette nana. Et comme j’étais gentil, ou pas, et que je savais, qu’elle ne lâchait jamais l’affaire. Je l’autorisais à me frapper. Qu’on en finisse une bonne fois pour toute ! « Si je te frappe le bras, comment tu vas conduire ta bécane ? Avec les dents peut-être ? Baisse-toi, relève-moi cette frange » Et voilà. Elle voulait me frapper le front. Ah mais quelle peste ! Je me vengerai de toute façon. Me baissant en soulevant la frange, je la laissais faire avant de froncer les sourcils et me frotter le front. « Ne te transformerais-tu pas en ce petit garçon qui crirait au loup ? Essaie pour voir, je te le rendrais au centuple. » Mon sourcil s’arquant sous sa provocation, je ne pus m’empêcher de ricaner un peu. « Le garçon qui crie au loup ? T’as cru que je parlais dans le vide ? » Sans même lui laisser le temps de répondre, je plaquais mes lèvres contre les siennes lui volant alors un baiser. Casque dans la main, je le lui mis d’un coup en baissant la visière avant de taper doucement dedans. « Attache le et en route ! » sans attendre je montais sur la moto et mis mon casque.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 6 Fév - 23:39
Tenue  ☇ La vengeance est un plat qui se mange froid, un frisson lui parcouru bel et bien l’échine tandis qu’elle sentit son cœur manqua de rater un battement. De la surprise, elle eut rapidement une expression dépitée. Les yeux plissés, elle le regarda en se demandant de quel planète il arrivait car il était plus que puérile qu’elle ne pouvait l’être pour le coup. À le voir monter sur sa moto, tout content de lui avoir joué un de ses petits tours de collégiens, elle poussa un soupire exaspéré. Il y avait définitivement quelque chose qui ne tournait pas rond chez lui, il lui manquait certainement une case, et bien plus qu’elle. Plutôt que monter à l’arrière, elle se planta tout juste devant l’engin, bras croisé. Relevant la visière, un sourire amusé se dessina sur ses lèvres sans qu’il ne puisse le voir. Posant son pied contre la roue avant de la moto, avant de se pencher légèrement, pour s’accouder à son genou et poser son visage sur son poing, elle le toisa. « Finalement, ce serait irresponsable de ma part de te laisser conduire dans cet état » déclara-t-elle sans lui laisser le temps de l’interroger, sa question, elle l’a connaissait et elle ne voulait pas s’éterniser dessus. Il savait très bien qu’elle était bonne conductrice, elle-même avait sa précieuse machine, juste qu’elle se trouvait à des milliers de kilomètre. « Dis-moi la destination, je nous conduirais sain et sauf. Ne t’inquiète pas pour ta moto, elle ne sera absolument pas égratignée si c’est ce qui te rebute à me la confier » ajouta-t-elle en insistant sur le dernier mot. Cela pouvait ressembler à une proposition, mais l’apparence était trompeuse, c’était davantage un ordre plutôt qu’autre chose. Jo Ah est bornée, pourtant elle sait utiliser à son avantage une situation. Certes, elle se vengeait, mais elle partait d’un élément solide, monsieur était toujours blessé. Ce n’était pas avec un peu de baume et des pansements qu’il était guéri pour autant. « S’il te plaît ? »

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 11 Fév - 17:24
tenue.« Finalement, ce serait irresponsable de ma part de te laisser conduire dans cet état » Elle était là, devant la moto, complètement à son aise. Et pour être à son aise, ça elle l’était clairement. Penchée, le pied sur la roue, comme si je lui en avais donné le droit, elle prenait la pause, tel un magazine de motard avec les bécasses dessus pour attirer la populace pucelle. J’avais envie de le lui faire remarquer, mais bizarrement, je savais que si je lui balançais cette idée, elle allait encore me faire la vie dure. Pire qu’un homme battu. « Dis-moi la destination, je nous conduirais sain et sauf. Ne t’inquiète pas pour ta moto, elle ne sera absolument pas égratignée si c’est ce qui te rebute à me la confier » Claquant ma langue contre mon palet je l’observais longuement. Je n’avais pas le choix. Cette phrase sonnait comme un ordre, sans aucune autre issue possible. Les bras croisés sur mon torse, je la regardais sans rien répondre. Je n’avais pas envie de répondre. Et puis franchement, un mec à l’arrière d’une moto conduite par une femme, ça la foutait mal… Je trouvais ça limite horrible, non ? Ah…. L’image que j’avais en tête était plus qu’affreux même ! Soupirant quelque peu, je descendis de la moto avant de lui lancer les clés. Pas besoin qu’elle me supplie plus avec son s’il te plait là. Ne tombons pas dans le mélodrame. « Grouille, et de toute façon sauf si tu veux te suicider, vaut mieux rien faire à la moto. » Pas besoin d’être le captain obvious là. Montant à l’arrière, là où elle aurait dû être, je posais mes mains derrière mon dos, mes pieds sur les cales exprès avant de siffloter. « On va dans le vieux Tokyo. Près de parc Yoyogi. » Et je n’en dirais pas plus. D’ailleurs, si on arrivait au parc c’était déjà une bonne chose… Avec elle, je m’attendais à tout…


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 20 Fév - 0:13
Tenue  ☇ Avec le recul, elle réalisait qu’elle avait de la chance d’avoir Dae Bak pour colocataire, d’être tombée sur jour-là sur lui. De tous les appartements qu’elle aurait pu squatter, ce fut le sien. Pour autant, si c’était avec une certaine nostalgie qui l’enveloppait lorsqu’elle pensait à leur rencontre, elle restait fidèle à elle-même, une chieuse. Depuis qu’elle avait pris ses aises, elle avait aussitôt abandonné l’image de gentille fille qu’elle conservait. Si c’était avec un certain plaisir qu’elle s’amusait à l’écraser, elle savait néanmoins qu’elle n’avait le dessus parce que lui acceptait de se plier, une force tranquille en somme. Jo Ah, une fois surexcitée, était difficile à contrôler, il ne fallait pas la faire imploser au risque de dire adieu aux jours tranquilles. Un rictus s’étire aux commissures de ses lèvres, lorsqu’elle vit le cascadeur descendre de sa moto et lui lancer les clefs, clefs qu’elle rattrapa aisément. « Grouille, et de toute façon sauf si tu veux te suicider, vaut mieux rien faire à la moto. » Ce n’est qu’à cet instant qu’elle décolle le pied du pneu de l’engin et attrape le casque. « Ce ne serait pas toi plutôt qui va te suicider ? » En y repensant, la phrase ne voulait pas dire grand-chose, l’affirmation était confuse, si bien qu’elle n’en comprenait que l’idée et non le sens. La demoiselle s’installe, insère les clefs avant d’ajuster correctement son casque. « Meurtre avec prédilection, homicide volontaire, assassinat, je doute que tu te relèves d’un tel scandale. » Une fois prête, elle fit gronder à trois reprises le moteur, « on va dans le vieux Tokyo. Près de parc Yoyogi. » Elle lui fit ok d’un signe de la main, avant de soupirer et quitter le lieu de tournage. « Tu sais que tu peux t’endormir » souffla-t-elle avant de s’engager sur l’autoroute. Parce que la circulation était plus que fluide, elle en profita pour accélérer et se faufiler avec aisance entre les véhicules. Sauf qu’au lieu de prendre la bonne sortie et rejoindre la route vers Tokyo, elle se trompa. Volontaire ou non ? Personne ne le saurait, mais lui, il allait certainement s’en rendre compte lorsqu’elle s’arrêta sur une aire de repos, à la station-service de celle-ci plus particulièrement pour faire les pleins d’essence.  Au fond, elle n’avait pas envie de rentrer, retrouver le rythme, métro-boulot-dodo. Tokyo lui inspirait cela au fond, depuis qu'elle avait mis le pied là-bas, son quotidien était devenue une routine malgré ses nombreux voyages à l'étranger qui restaient dans le cadre de l'entreprise.


Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 23 Fév - 18:22
tenue.« Ce ne serait pas toi plutôt qui va te suicider ? » Hein ? Quoi ? Je la regardais en fronçant les sourcils. Mais qu’est-ce qu’elle racontait encore ? Parfois je ne la comprenais pas. Pourquoi je me suiciderais ? C’est elle qui avait dit qu’elle ne ferait rien à la moto. Et valait mieux pas. C’était elle la conductrice, pas moi. « Meurtre avec prédilection, homicide volontaire, assassinat, je doute que tu te relèves d’un tel scandale. » Je voyais ou elle voulait en venir maintenant… Levant les yeux au ciel, je souris en coin. C’était une idée, mais je ne comptais pas la tuer pour assouvir mes envies de vengeances… Ce n’était pas mon but premier. Jo Ah n’avait rien à voir là-dedans que je sache. « Ma foi, je n’aurais qu’à dire que mon cher et tendre patron m’avait ordonné de te tuer car il me faisait pression. Pas le choix, et c’est lui qui ira en prison pour tout ça. » Après tout je n’étais qu’un pauvre petit secrétaire de rien du tout. On pouvait facilement me faire la pression. Oh ça je le savais, et je savais aussi que je pouvais fournir des preuves que même lui ne saurait pas dire d’où ça pouvait provenir. Des preuves bidon qui pourtant pourraient être recevable. Lui susurrant l’endroit où je voulais qu’on aille, je soupirais en la laissant mettre le contact. « Tu sais que tu peux t’endormir. » « Non, je risque pas de m’endormir avec toi comme conductrice. » C’était dit. Mais je m’en fichais. Qu’elle le prenne bien ou mal, je m’en foutais. Je n’allais pas pioncer quand quelqu’un conduisait ma moto. Hors de question. La route défilée et elle s’engageait enfin sur l’autoroute. On ne tarderait pas à arriver si elle roulait bien et qu’il n’y avait pas trop de monde sur la route. Regardant la route, je me redressais un peu tout en regardant les voitures défiler. De toute façon en moto il n’y avait pas grand-chose à faire d’autre. Me tenant bien, sans trop remarquer le temps qui passait, je baillais un instant avant de soupirer. J‘étais fatigué mine de rien. Cette journée m’avait… Hey. Elle venait de rater la sortie ! Plissant le nez, je soupirais. Gueuler ? Avec les casques et la vitesse ça ne servait à rien. Autant parler à un sourd. Se garant dans une aire de repos pour mettre de l’essence, je descendis de la moto avant d’enlever le casque. « Tu m’expliques où on va là ? J’avais dit Shinjuku pas… Au nord de Tokyo. » Et encore… On avait pas mal dépassé Tokyo là. « Je savais que je ne pouvais pas te faire confiance. »Un vrai diable.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 12 Mar - 16:27
Tenue ☇ « Pourquoi chercherait-il à me tuer ? Je ne l’ai jamais rencontré » demanda-t-elle, légère offusquée pour dissimuler sa curiosité car son patron était son cher petit neveu et depuis qu’elle était entrée dans l’entreprise, elle avait scrupuleusement pris le soin de ne jamais croiser son chemin. Même si les années avaient passés, il la reconnaîtra à coup sûr, sa chère tante qui, apparu au milieu de nulle part, avait la main mise sur le précieux héritage. « C’est plutôt toi qui devrait avoir peur, tes compétences de pseudo secrétaire doivent craindre à max » concluait-elle sans attendre de réponse, faisant simplement ronronner le moteur de la moto. Le trajet fut plutôt long, surtout lorsqu’on se rate de sortie que ce soit volontaire ou non, mais la notion du temps est déformée pour le conducteur comparé au passager. S’arrêtant à l’air de repos la plus proche, c’est avec un sourire amusé qu’elle ôta son casque. «Tu m’expliques où on va là ? J’avais dit Shinjuku pas… Au nord de Tokyo. » Elle ne put s’empêcher d’hausser ses épaules, posant le casque sur le siège. « My bad my bad, je devais être crevée au final » se contenta-t-elle de dire en secouant ses cheveux, avant d’ouvrir son petit sac magique et sortir une brosse, histoire d’éviter les gros sacs à nœud. Il lui suffisait de quatre-cinq coups de brosse pour que la question soit réglée et qu’elle range sa brosse dans son petit sac, ni vu ni connu. «Je savais que je ne pouvais pas te faire confiance. » Retirant les clefs, elle les glissa dans la poche de la veste de son colocataire. « Au moins, on est entier ! » Le temps est plaisantin, jamais elle ne comptait avouer son erreur ou sa prise de décision unilatérale. C’était bien plus amusant pour elle de faire tourner en bourrique dès qu’elle le pouvait, Dae Bak. « Fais le plein ~ je vais voir s’ils vendent quelque chose d’intéressant à grignoter »



Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 13 Mar - 12:00
tenue.« Pourquoi chercherait-il à me tuer ? Je ne l’ai jamais rencontré » Ah bon ? Je n’avais jamais fait attention. Mais bon entre directeur c’était vite facile de trouver un moyen pour mettre le doute. La concurrence, les postes, l’argent… Il y avait tellement de possibilité. Et je devais tout de même avouer que voir l’autre en prison me ferait doucement rire. Il faudrait peut-être que je pense à faire un truc de ce genre… J’étais prêt à tout pour me venger. Faire du mal à quelqu’un en faisant croire qu’il s’agissait de mon « patron » alors oui, j’étais prêt à le faire. « C’est plutôt toi qui devrait avoir peur, tes compétences de pseudo secrétaire doivent craindre à max » Je souris doucement. Elle était mignonne. « Si j’étais si nul que ça tu crois qu’il me garderait depuis tout ce temps ? Ça fait plus d’un an… Et il a augmenté mon salaire ce mois-ci. » C’était un bon point d’ailleurs. Fallait dire qu’il me brisait tellement les couilles et je ne me cachais pas pour le lui faire comprendre. J’étais plus qu’un secrétaire pour lui. J’étais sa bonne, son cuisinier et j’en passe. Parfois j’avais envie de le jeter par la fenêtre de son appartement. Mais le self-contrôle était de rigueur. En attendant, on était au nord de Tokyo, bien plus loin que ce qui était prévu. Dans le fond ça ne m’étonnait même pas venant d’elle… Je commençais à la connaitre depuis tout ce temps. « My bad my bad, je devais être crevée au final » Je l’observais longuement. « Arrête de mentir, ça ne te va pas. Je te connais comme si je t’avais faite. C’est presque désolant. » Et ouais. Elle ne m’aurait pas aussi facilement ! « Au moins, on est entier ! » Ouais, très drôle. Je levais les yeux au ciel en soupirant. « Fais le plein ~ je vais voir s’ils vendent quelque chose d’intéressant à grignoter » « A vos ordres sa majesté. » La regardant partir, je souris en coin avant de sortir ma carte et l’insérer dans la machine. Elle voulait que e fasse le plein hum ? Amusé, et parce que je comptais bien me venger, je pris la pompe l’insérant alors dans le trou pour mettre le gazole. Restant un moment en sifflotant, je ressortis la pompe avant de récupérer ma carte. Rangeant le tout, je pris les clés de la moto avant de la rejoindre à l’intérieur. Sa tête quand on tombera en panne. Mettre que deux litres dans le réservoir, c’était strictement rien du tout. Dans trente, quarante kilomètres on serait en panne. « T’as trouvé quelque chose d’intéressant ? » Dis-je en la rejoignant pour voir ce qu’elle regardait.


Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 30 Mar - 21:02
Tenue ☇ Si on devait faire un schéma de la représentation du monde, vu par Jo Ah, ce serait aussi simple que le dessin d’un enfant à qui on vient de lui montrer grosso modo le système solaire. Remplacer le soleil par la Jo Ah et faites-y graviter ses intérêts, ceux qui l’intéressait le plus au plus près d’elle. À la différence que jamais la terre ne pourra un jour échanger de place avec mars et vice versa ; mais dans le système de la coréenne, le classement des planètes changeait aussi souvent que ses humeurs et ses envies. Mercure, la planète la plus proche du soleil et la plus exposée, brûlant de jour en jour tant par sa proximité que la négligence de l’astre lumineux, pouvait facilement s’assimiler à Dae Bak. Dae Bak qui gardait plus au moins la même place avec le temps et plus que jamais, il était exposé à ses humeurs frivoles. Le quittant, elle traversa le peu de mètre qui la séparait de la mini-supérette pour flâner dans les rayons à la recherche de l’article qui lui taperait dans l’œil en lui disant : si tu ne m’achètes pas, tu le regretteras. «T’as trouvé quelque chose d’intéressant ? » Elle sursauta et porta aussitôt sa main sur son pauvre cœur chamboulé. « Tu peux pas manifester ta présence comme tout le monde ? Pourquoi faut-il que tu approches comme un possédé ? » Siffla-t-elle en claquant sa langue contre son palet avant de refermer la vitre coulissante du mini-réfrigérateur qui contenait les glaces. « T’as plutôt été rapide dis-moi ! » dit-elle en prenant un air suspicieux avant de continuer à mettre dans son panier, tous les articles qui lui tombaient sous la main, du moins il fallait savoir qu’au niveau nourriture, elle n’était pas compliquée. « Ce n’est pas que je grignote tout ça, que je n’aurais pas de place pour le restaurant quatre étoiles », elle s’arrête et l’observe un moment avant de s’approcher de lui et susurrer au creux de son oreiller « ce n’est que l’apéritif. [/color]» Plus que copieux, mais qu’importe, elle avait un creux, un trou noir dans l’estomac que rien ne semblait réellement combler. Elle oubliait sa faim en torturant son colocataire à vrai dire, mais ça, c’était secret et elle ne comptait pas le lui avouer de sitôt, il risquait de mal le prendre à coup sûr. « Tu peux aussi choisir des trucs, car je ne partage rien » dit-elle en haussant avec désinvoltures ses épaules.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 19:00
 

Like a fool ∞ Daebak le kk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» fool them [PV]
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» see her come down through the clouds, I feel like a fool ✈ 16 MAI, 18H21, SASHA.
» [Ultra Ouvert, ramenez vos potes!!!] Un matin...
» played the fool (sydney)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-