AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Like a fool ∞ Daebak le kk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 3 Avr - 16:02
tenue.« Tu peux pas manifester ta présence comme tout le monde ? Pourquoi faut-il que tu approches comme un possédé ? » Elle était complètement folle plutôt ouais… Comme si j’étais possédé, et puis elle avait peur de quoi ? Franchement, elle se doutait bien que j’allais revenir. Olala, que les femmes, non qu’elle était chiante. « Y’a que toi ici de possédée putain. » Je la regardais blasé avant de lever les yeux au ciel. Non mais c’est vrai quoi… « T’as plutôt été rapide dis-moi ! » Mains dans les poches, je gardais mon regard dans le sien avant d’hausser les épaules. « C’est une moto, pas une voiture ça prend même pas trente secondes à remplir. » Autant dire que c’était très rapide. On perdait plus de temps à insérer la carte et taper le code que remplir le réservoir. Mais bon là, j’avais été tout de même rapide puisque je ne l’avais pas rempli. Non j’avais juste mis de quoi faire quelques kilomètres… Juste pour la faire chier et l’emmerder. Le coup de la panne ce n’était pas mon délire. Ça aurait pu, si elle avait été mignonne. Gentille… Parce que physiquement elle l’était quand même. « Ce n’est pas que je grignote tout ça, que je n’aurais pas de place pour le restaurant quatre étoiles » Oui ça je le savais très bien, c’était un gouffre cette fille. Je ne sais pas d’où elle venait mais sincèrement, elle était pire qu’un homme niveau bouffe, y’avait pas à dire. Valait mieux la voir comme ça que l’avoir à table en face de soi. Non… C’était infernal même. « Pas besoin de le préciser je sais que tu bouffes comme une grosse. » Oui, c’était gratuit, j’envoyais les piques, j’en avais envie et si ça ne lui plaisait pas, c’était pareil. Après tout elle avait tout détourné encore une fois, elle voulait vraiment tout contrôler. Comme à son habitude. « Tu peux aussi choisir des trucs, car je ne partage rien » Soupirant, mais sans trop avoir faim pour l’instant, j’attrapais plutôt une bouteille de thé à la mangue et une glace au chocolat et à la fraise. L’abandonnant là, je filais à la caisse payer mon due. Si elle croyait que j’allais payer ce qu’elle achetait elle pouvait se foutre les doigts dans l’œil. Défaisant le papier de ma glace je l’a mis en bouche pour la manger. « J’t’attends dehors j’vais fumer. » Sortant de la boutique, je me laissais tomber sur le rebord en béton contre la vitrine avant de m’allumer une clope. Clope et glace ça donnait un bon mélange.


Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 12 Avr - 19:48
Tenue ☇ « Pas besoin de le préciser je sais que tu bouffes comme une grosse », à sa remarque, la jeune femme se contenta de rire doucement, s’il pensait la piquer avec cette remarque, il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu’au coude. En guise de début de réponse, elle se contenta de faire une vague avec son corps et finir en frappant sa fesse droite. « En attendant, je ne prends rien, occupe-toi déjà de toi » fit-elle en lui tirant la langue avant d’attraper une sucette décorée sur le comptoir, retirer le plastique qui enveloppait le bonbon avant de le mettre dans sa bouche et vider sur le petit tapis roulant ses articles. Le jour où elle se soucierait de son apparence devant Dae Bak n’était pas arrivé, que ce soit lui ou les autres. Pianotant d’impatience ces doigts sur le rebord du comptoir, histoire de mettre sous pression davantage le caissier mal à l’aise, elle se contentant d’agiter la main, comme oust, à son colocataire quand il lui dit qu’il sortait fumer, glace à la main. Un vrai môme. « Hmm. Rajoutez moi ça s’il vous plaît. » Fouillant dans la poche intérieure de son manteau pour sortir un porte-monnaie, un Michael Kors couleur turquoise, elle sortit sa carte bancaire afin de régler ses achats. Poussant la porte du petit établissement, apercevant le brun squatter contre la vitrine de la boutique tel un clodo, Jo Ah lui balança un paquet de pansement sur la tête avant de viser légèrement plus bas pour le baume. « Applique ça, ce sera plus efficace pour tes prochaines crampes musculaires » maugréa-t-elle d’un ton désintéressé sans lui adresser un regard, se focalisant vers l’intérieur de son sac plastique blanc pour vérifier qu’elle avait bien. « Occupe-toi de ça comme un grand, y’a des toilettes plus loin s’tu veux » dit-elle en désignant un bâtiment pas très visible. Elle le savait pour l’avoir demandé, pour autant, elle n’était pas du genre à se vanter des petites attentions qu’elle pouvait lui porter. Bien au contraire, elle se montrait plus grincheuse et aigrie, comme si on l’avait forcée alors que ce n’était pas le cas.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 13 Avr - 21:09
tenue.« En attendant, je ne prends rien, occupe-toi déjà de toi » Soupirant je roulais les yeux au ciel. Comme si moi je prenais bien sûr. Enfin je ne mangeais pas comme elle non plus et je ne voulais pas tester de manger comme elle. De toute façon avec tout le sport que je pratiquais, j’éliminais bien vite. « Si tu le dis. » Dis-je simplement en abandonnant toute sorte de conversation avec elle. Allant à la caisse je filais mes articles avant de lui faire signe que je partais le premier dehors, pour fumer un coup surtout avant de reprendre la route. M’installant au bord de la vitrine je m’allumais sans tarder la clope tout en dégustant ma glace. L’air était frais mais doux, c’était agréable en soi. Ça changeait de l’hiver qui était bien trop froid à mon goût, même si franchement ce n’était pas encore le temps pour sortir manches courtes. « Applique ça, ce sera plus efficace pour tes prochaines crampes musculaires » Attrapant le paquet de pansement et le baume par pure réflexe, je la regardais en soupirant. Si je n’avais pas eu de réflexe quoi ? Elle m’assommait avec une foutue boite en carton là ? Manquait plus que ça tient. Que je me fasse tuer par une pauvre boite. « Occupe-toi de ça comme un grand, y’a des toilettes plus loin s’tu veux » Finissant ma clope, je me relevais, sentant mes genoux craquer avant de jeter le mégot dans la poubelle à côté. « Je plains ton futur mec putain. » Si encore elle pouvait avoir un mec bon dieu. Et avec son caractère c’était loin d’être gagné… Filant aux toilettes du coin, je pris le baume et les pansements pour m’atteler à la tâche et mettre le baume là où il devait être mis ainsi que les dits pansements. Jetant les petits papiers je me lavais les mains avant de revenir vers elle. « Voilà on peut partir. » Dis-je en allant vers la moto. « Tu comptes aller où du coup ? On rentre sur Tokyo ou toujours pas ? » Je me posais sur la moto en croisant les bras.


Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 27 Avr - 11:45
Tenue ☇ Tantôt inexpressive, un sourire railleur vint dévoiler ses dents blanches à la remarque de son colocataire. «Je plains ton futur mec putain. » Pour sûr qu’elle ne se comportait pas de la même façon lorsqu’elle était avec lui que si cela avait été quelqu’un d’autre, mais cela ne voulait pour autant dire qu’elle était plus naturelle avec lui. Bien au contraire, en plus de ne pas chercher à dissimuler ses défauts, elle s’amusait à mieux les lui faire subir. C’était plus drôle ainsi, ça la défoulait plus qu’autre chose. Elle ne se sentait pas obligé de faire attention à ses sentiments, elle les piétinait allègrement. « Heol… Et c’est toi qui dit ça ? Je peux te retourner le compliment » rétorqua-t-elle en claquant sa langue contre son palais alors qu’elle s’affaissait à ouvrir un petit paquet de chips saveur wasabi pour en manger un premier pétale. Le voyant s’éclipser, elle traîna des pieds vers la moto, loin de se douter du tour de ce dernier. Et même si elle en avait connaissance, au fond, elle l’aurait laissé faire pour mieux s’en plaindre plus tard. Ou quelque chose du genre, cela dépendrait de son humeur sur le coup. Jetant le paquet vide, elle continua avec un paquet de mikado qui ne fit absolument pas long feu. Son impatience se trahissait par ses petits mouvements de pied qu’elle avait, à tapoter le goudron en regardant vers les toilettes. «Voilà on peut partir. » Bien trop ravie qu’il soit de retour car elle commençait à se les cailler à force de ne rien faire, elle enfila son casque ou du moins s’arrêta au milieu de son action. «Tu comptes aller où du coup ? On rentre sur Tokyo ou toujours pas ? » Il l’avait cramé, mais qu’importe, le contraire aurait été désolant. Toutes ses années, résumées à un parfait anonymat. « D’où on se trouve, on est à mi-parcours entre Tokyo ou la mer. Tu préfères quoi ? » Elle lui donnait le choix sans avoir qu’il avait fait échec à ses plans, qu’ils allaient certainement tomber en panne à mi-chemin entre l’une de ses deux destinations. «De toute, je n’oublie pas le repas de luxe que tu me dois. Si ce n’est pas ce soir, ce sera demain. Ou après-demain. » La coréenne eu un sourire amusé, elle attendait patiemment le jour où elle pourrait faire aligner sur sa note de ce dernier, les zéros.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 28 Avr - 22:19
tenue.« Heol… Et c’est toi qui dit ça ? Je peux te retourner le compliment » Je roulais des yeux, sans répondre, je parti en direction des fameuses toilettes pour pouvoir mettre pansement et crème qu’elle m’avait acheté. Trop généreux de sa part. Trop de bonté. Ça cachait presque quelque chose de louche j’avais envie de dire mais soit. Bâillant légèrement en faisant craquer ma nuque, fatigué par la journée que j’avais passé, je mis ce que j’avais à faire sur mes plaies, avant de revenir vers elle. D’ailleurs je voulais bien savoir où on allait aller. Parce qu’avec elle, je me doutais bien que ça ne serait pas fixe… Elle faisait bel et bien ce qu’elle voulait quand elle avait une idée en tête. Elle ne l’avait pas ailleurs… C’était bien connu… « D’où on se trouve, on est à mi-parcours entre Tokyo ou la mer. Tu préfères quoi ? » … J’avais envie de la secouer et de la jarter à coup de pied pour pouvoir partir seul. Mais à quoi bon ? Je n’avais pas fait le plein entièrement, je n’irais pas bien loin, alors autant y aller à deux. Quoi que, elle allait me casser les oreilles jusqu’à la fin des temps. C’était officiel, je suis bel et bien masochiste. « De toute, je n’oublie pas le repas de luxe que tu me dois. Si ce n’est pas ce soir, ce sera demain. Ou après-demain.  » Soupirant, je montais sur la moto, la place arrière avant de croiser les bras sur mon torse. « Mer. » Dis-je simplement avant de tourner le visage vers elle. « Et je me doute bien oui, que tu ne vas pas oublier. Dès qu’il s’agit de me ruiner ou de me faire chier, ta mémoire est bizarrement trop efficace. » C’était plus à prouver depuis le temps qu’on vivait « ensemble » mais soit. Tapotant la place devant moi pour qu’elle vienne, j’attendais qu’elle se dépêche, parce que mine de rien, j’avais envie de bouger. Au moins on serait proche de la mer pour le coup de la panne haha.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 14 Mai - 20:03
Tenue ☇ Pour la forme et exprimer un semblant de générosité, elle lui laissait le choix de choisir leur prochaine destination. Mais ce choix était bien évidemment occulté par le fait qu’en venant ici, les opportunités étaient plus que restreinte. « Mer », elle approuva d’un demi-sourire la décision de son colocataire, pour une fois elle n’y trouvait rien à y répondre. « Si tu veux. » S’il avait dit le contraire, elle comptait de toute façon retrouver les vagues de l’océan, prétextant alors qu’elle s’était pour la deuxième fois perdue, histoire de voir les littoraux pour profiter d’un changement radical de paysage, d’une immersion directe dans un endroit non familier et différent de la ville. «Et je me doute bien oui, que tu ne vas pas oublier. Dès qu’il s’agit de me ruiner ou de me faire chier, ta mémoire est bizarrement trop efficace. » Un sourire carnassier étire ses lèvres en même temps qu’elle le dissimule en portant son casque. Il la connaissait trop bien, et puis, de mémoire, c’était la première fois qu’elle s’engageait officiellement à le ruiner. Aussi dépensière qu’elle paraissait, en vérité, elle était très minutieuse avec ses épargnes, ses économies. Alors, volontiers, si elle pouvait tenter de faire atteindre la ligne rouge à son comparse, elle le ferait juste histoire de voir, en direct live, ce que cela pouvait faire. « Oh, ne fais pas ton gripsous. » Elle n’avait pas besoin d’avoir lire les courriers que lui adressait chaque mois la banque pour deviner qu’il était plutôt fortuné, ou juste prospère. Parce qu’il tapotait sur le cuir du siège, elle prit tout son temps pour s’installer et finalement s’asseoir et démarrer le moteur. « Accroche-toi, j’pourrais rien y faire si tu finis comme une crêpe sous les roues d’un camion » dit-elle sans pour autant lui souhaiter du mal, avant de démarrer. Le trajet fut calme, à l’exception d’une quasi-accroche, mais tout se passa bien, mais au fur et à mesure que le temps passait en même temps que les kilomètres, une chose clochait. Et elle quitta l’autoroute pour alors se paumer dans un village tout juste à la sortie de celui-ci. « P’tain, ça a crevé ou quoi ? Pourquoi y’a déjà plus d’essence ? » S’il ne faisait pas nuit, elle aurait bien volontiers voulu vérifier cela, mais la lumière du seul lampadaire qui décorait piteusement la ruelle ne suffisait pas. C’était limite miraculeux qu’il soit là… le village avait l’air abandonné. Pas âme qui vive.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 28 Mai - 17:43
tenue.« Oh, ne fais pas ton gripsous. » Je ne faisais pas mon gripsous, mais avec elle, autant dire que si on lui donnait la main, elle nous prenait le bras, tout simplement. Et c’était loin d’être cool. « Je fais ce que je veux. » La réplique la plus hilarante depuis le début de l’ère humaine. Je fais ce que je veux. Réplique de nul en clair. Mais je la taquinais surtout, sachant que dans quelques minutes, ça allait être un peu… Elle allait surement s’énerver. Une fois sur la moto, je la laissais monter devant, prêt à démarrer. Nous n’irons pas bien loin de toute façon. « Accroche-toi, j’pourrais rien y faire si tu finis comme une crêpe sous les roues d’un camion » « Comme si j’étais du genre à tomber d’une moto… Tu portais encore des couches que je montais déjà sur une moto. » J’exagérais à peine. Nous n’avions pas non plus une trop grande différence d’âge. M’agrippant bien à la moto, je la laissais conduire, le ciel devenant de plus en plus sombre, la nuit s’installant sur le pays, alors que je la voyais bifurquer pour sortir de l’autoroute. L’essence commençait à nouveau à manquer, sauf qu’il n’y avait pas de station essence cette fois. « P’tain, ça a crevé ou quoi ? Pourquoi y’a déjà plus d’essence ? » Soupirant, jouant le jeu jusqu’au bout, je descendis de la moto pour regarder, enlevant mon casque. « T’as pété ma moto, voilà ce que ça fait que de laisser une femme conduire. » Dis-je en prenant mon téléphone pour faire office de lumière. Mais franchement, même avec la lampe de poche, on ne voyait pas grand-chose… « En plus on est au milieu de nulle part… Faudrait qu’on trouve un endroit où se ravitailler ? Ou crécher ? » Me redressant, je regardais un peu autour de nous mais… Rien. Personne… Désert totale. On se croirait presque dans un film d’horreur. « Pour peu qu’un tueur ne sorte du buisson derrière nous. » Je me mis à rire à cette idée.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 28 Mai - 18:26
Tenue ☇ Clignant des yeux à plusieurs reprises, elle ôta rapidement son casque pour passer sa main dans ses cheveux, presque nerveusement. La jeune femme n’avait pas prévu que les choses prennent cette tournure, cette soudaine situation était presque désagréable, car dérangeante. «T’as pété ma moto, voilà ce que ça fait que de laisser une femme conduire. » Elle roule des yeux, haussant ses épaules et levant ses paumes vers le ciel semblable à de l’encre de chine déversé sur une toile géante. « Ta bécane est bonne à la casse alors, si elle n’est pas fichue de tenir une portion d’autoroute » rétorqua-t-elle, en donnant un léger coup de pied à la roue avant, d’un air mauvais. Elle ne prit pas la peine de répondre cette phrase typiquement misogyne, au risque de lui mettre un énième soufflet car rien ne servait d’utiliser les mots pour le raisonner. C’était un homme après tout, fallait pas leur en demander trop. Elle l’observait tenter de trouver une solution au problème, ou plutôt de voir où le problème venait, mais la seule chose qu’elle remarqua, c’est l’absence de fuite, du moins, elle ne voyait pas de liquider ruisseler. Pour le coup, elle se garda de partager sa surprise. «En plus on est au milieu de nulle part… Faudrait qu’on trouve un endroit où se ravitailler ? Ou crécher ? » Elle pivote sur ses talons, pour observer ce qui lui entourait, rien, rien qui lui inspirait confiance. L’ambiance était sinistre, elle avait limite pas envie de quitter là où ils étaient, et partir à l’aventure ainsi. « Y a pas de lumière, hormis ce lampadaire paumé au milieu de champ ? Enfin… on dirait qu’on est seul » dit-elle en se raclant la gorge, les sourcils froncés en essayant de percer au travers du voile obscure qui leur bloquait la vue sur l’horizon. « Pour peu qu’un tueur ne sorte du buisson derrière nous. » Si lui pouvait rire, ce n’était absolument pas son cas, elle eut un sourire crispé qui en disait un peu long sur ce qu’elle pensait de cette très mauvaise blague. « Pft, tu parles de la mer, j’suis sûre qu’elle doit pas être bien loin, mais va falloir traîner ton épave de moto », elle s’avança d’un pas ou de dos, pour essayer de voir davantage, mais rien n’y faisait, il allait s’orienter grâce à la lumière tamisée de l’astre nocturne, des petites étoiles et du téléphone de Dae Bak dans un premier temps. Encore fallait-il que sa batterie tienne le trajet. « On fait quoi, hmm ? » Pour une fois, elle était en manque cruel d’idée.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 7 Juin - 14:59
tenue.« Ta bécane est bonne à la casse alors, si elle n’est pas fichue de tenir une portion d’autoroute » Moi je savais la vraie raison. Je n’avais pas mis assez d’essence, je l’avais fait en quelque sorte exprès pour la faire chier. Parce qu’elle voulait toujours tout commander et faire qu’à sa tête. Bah, moi j’aimais bien la contredire et faire en sorte de ne pas la suivre totalement. Mais ça je n’allais pas le lui dire. C’était un petit peu la surprise quoi. Soupirant quelque peu, je regardais ma moto en haussant les épaules. « Moto qui allait très bien jusqu’à ce que tu la prennes… Je dis ça je dis rien. » Elle savait ô combien je bichonnais ma moto. C’était un peu comme mon enfant. Je ne la négligeais jamais. Non absolument jamais. En tout cas, on était un peu perdu dans la cambrousse, dans un village qui semblait inhabité. Elle aurait pu mieux choisir la destination mais je n’allais pas lui en vouloir. J’aurais dû mettre un poil plus d’essence pour atterrir plus loin. « Y a pas de lumière, hormis ce lampadaire paumé au milieu de champ ? Enfin… on dirait qu’on est seul » « Doit bien y avoir des gens dans les maisons. Surement des petits vieux qui se couchent tôt… » On le saurait tout de même s’il y avait un village fantôme près de Tokyo non ? Ça ne passait pas inaperçu comme chose… Donc il était forcément habité. Peut-être pas énormément mais il l’était. « Pft, tu parles de la mer, j’suis sûre qu’elle doit pas être bien loin, mais va falloir traîner ton épave de moto » « Je traine rien du tout moi. J’suis crevé, la mer doit être super loin. Autant se poser. Il doit bien y avoir une auberge ou quoi. » On trouverait bien non ? Suffisait de faire un peu le tour, ça serait vite fait, vu la taille du petit village. « On fait quoi, hmm ? » « On cherche où crécher. » Prenant la moto pour la pousser, ne comptant pas l’abandonner au milieu de nulle part, je regardais un peu pour suivre la route, tout en réfléchissant ou une auberge pour se trouver. « On a qu’à s’engouffrer dans le centre du village. Y’a plus de chance de trouver du monde là-bas. » Je l’espérais en tout cas.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 11 Juin - 11:50
Tenue  ☇   Le tissu de mensonge de son colocataire était tel qu’elle ne soupçonnait pas la supercherie. Un peu naïve sur les bords ou alors négligente sur les détails, elle se laissait avoir par son petit jeu sans le réaliser. Toute personne dans sa situation finirait désolé et s’excuserait d’avoir certainement contribué à la mise en panne du deux roues, mais ce n’était pas vraiment le cas de Joah. Pour elle, la faute n’était pas sienne, c’était cette bécane et rien d’autre qui était le problème, elle ne se remettait absolument pas en cause. Les remarques de Daebak avaient l’effet inverse car au lieu de se culpabiliser davantage, elle prenait davantage de distance. « Doit bien y avoir des gens dans les maisons. Surement des petits vieux qui se couchent tôt… » S’il n’arrivait à la faire culpabiliser, en revanche il réussissait bien on coup en l’inquiétant d’avantage. Peureuse ? Pas vraiment, mais le contexte ne l’aidait pas vraiment à se sentir très à l’aise. « Espérons qu’ils ne sont pas dans un sommeil éternel. Je doute qu’il y ait une auberge sérieusement. Je ne suis même pas sûr que le GPS ait cette région dans sons système » grommela-t-elle, se raclant la gorge rien qu’en s’imaginant pousser la porte de leur petite maison et les voir en état de décomposition. Un air blasé étirait ses traits, elle n’aimait vraiment pas la situation. À vrai dire, dès qu’une chose quittait son contrôle, la jeune femme détestait cette sensation. Le besoin qu’elle ait une main sur les choses, elle y mettait un point d’honneur pour éviter les mauvaises surprises. « On cherche où crécher. » Pas sûre qu’elle puisse fermer les yeux au milieu de ces champs, il fallait dire que Joah aussi forte pouvait-elle paraître, elle avait toujours besoin de temps pour s’adapter aux choses, elle avait souvent besoin d’une bulle de confort au cas où elle n’y arriverait pas. En grandissant, elle commençait à avoir peur de l’aventure, de ses hasards. Remarquant qu’il poussait sa moto, elle ne put s’empêcher de lancer. « Tu gardes au final ton épave ? C’sa faute si on se retrouve là. » Même si elle n’oserait se l’avoue, la présence de son colocataire faisait que la situation passait moins mal pour elle. « On a qu’à s’engouffrer dans le centre du village. Y’a plus de chance de trouver du monde là-bas. » Un village ? Elle n’arrivait même pas à le discerner, déjà que le chemin sur lequel ils s’engageaient n’étaient même pas goudronné, c’était des cailloux, de la terre et des mauvaises plantes comme si personne ne passait par là. « Je te suis, et je ne dirais rien qui puisse nous apporter mauvais karma comme le fait que.. j’y crois pas trop » lança-t-elle sur un ton railleur, comme pour décompresser. « Dépêcheeeeee ! » Elle commençait à prendre les devants, fredonnant doucement.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 21 Juin - 14:11
tenue.« Espérons qu’ils ne sont pas dans un sommeil éternel. Je doute qu’il y ait une auberge sérieusement. Je ne suis même pas sûr que le GPS ait cette région dans son système » Je relevais les yeux au ciel en soupirant un peu. « De suite les grands mots. Ça se saurait s’il y avait un village fantôme dans le coin quand même… à moins qu’on se retrouve dans Silent Hill. Dans ce cas-là, je t’abandonne. » Je rentrais pas dans ce village si ça faisait comme le film. J’avais dépassé l’âge des trucs d’horreur moi. Manquerait plus que la sirène se mette à sonner. Vous pouvez être sûr de me voir courir comme jamais je n’ai couru. « Enfin, ça n’arrivera pas, c’est d’la fiction ce truc. C’est juste un vieux village. » Fallait pas se monter la tête pour rien non plus. Ça ne servait à rien. Soupirant, je pris la bécane, parce que je n’allais pas l’abandonner là quand même. Elle n’avait strictement rien, si ce n’est que je n’avais pas mis assez d’essence pour pouvoir rouler. Juste pour l’embêter, et me venger, car je savais très bien qu’elle avait fait exprès de rater la sortie. Je la connaissais à force… Jo Ah n’était pas celle que l’on pouvait croire. Elle pourrait jouer la sainte ni touche, mais c’était tout sauf ça… « Tu gardes au final ton épave ? C’sa faute si on se retrouve là. » « C’est pas une épave. C’est toi qui fais d’la merde. » Nuance. Ce n’était pas l’inverse. Enfin, accessoirement, j’avais trafiqué la bécane, mais ça, elle ne le savait pas. Je n’allais pas le lui dire maintenant… « Je te suis, et je ne dirais rien qui puisse nous apporter mauvais karma comme le fait que.. j’y crois pas trop » Je soupirais en secouant la tête. « Ça va. Qu’est-ce que tu veux qu’il nous arrive. Au pire, je suis là, je sais me battre. » Et dans trois secondes elle allait forcément rire de ma remarque. Marchant plus vite, en poussant la moto, nous nous embarquions dans le village. On pouvait même voir des poteaux électriques au bout de la rue. « On dirait une place non ? Ils doivent économiser l’électricité… » Sans attendre je pressais un peu plus le pas avant de m’arrêter sur la place. Les boutiques étaient fermées, forcément, pas un seul chat qui vivent. On pouvait entendre au loin, le bruit de la musique. « Un bar ? » Je me tournais vers elle, avant de regarder d’où provenait le bruit.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 25 Juin - 12:33
Tenue ☇ Un rire nerveux lui échappa à l’évocation du film Silent Hill. Qui allait abandonner qui ? C’était certainement elle qui le laisserait seule, qui prendrait ses jambes à son cou. Les films d’horreur, elle le vivait avec une certaine indifférence, mais lorsqu’elle était plongée dans un contexte comme présentement, où l’obscurité et la situation le prêtait bien. Alors oui, elle était mal à l’aise. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, jamais elle n’a connu pareille obscurité. La pollution lumineuse faisait que les choses restaient discernables. «Enfin, ça n’arrivera pas, c’est d’la fiction ce truc. C’est juste un vieux village. » Joah essayait de s’en convaincre aussi, mais le paysage était le lieu parfait du parfait crime ni vu, ni connu. Un peu comme ce drama coréen là, Gap Dong. Le souvenir du début du premier épisode lui revint à l’esprit. Les hautes herbes qui les entouraient ressemblaient étrangement à celui du drama. «P’tain. Fiichue bécane, attend que je la démonte quand on rentrera» murmura-t-elle d’une voix presque inaudible, un sourire cynique aux lèvres. Ce genre de réflexion pouvait être pris à la légère, avec d’autres personnes, mais pas avec la demoiselle. Dans son petit emploi du temps, elle venait de libérer du temps pour le réserver à son prochain tête à tête avec le bolide. «Ça va. Qu’est-ce que tu veux qu’il nous arrive. Au pire, je suis là, je sais me battre. » Elle pouffa de rire, absolument pas convaincu par les paroles de son colocataire. « Y’a même pas deux minutes, tu sais que t’allais t’enfuir comme une tapette. Je ne te fais pas confiance. Surtout que t’es cassé. » Haussant les épaules, elle fixa un point devant elle pour ne pas croiser celui de Daebak. Elle le charriait comme toujours, ne prêtant nullement attention à ce qu’il pouvait ressentir. Faire attention à l’égo de monsieur ? Elle avait mieux à penser. Elle le laissait même monologuer, du moins elle était concentrée sur ce qui pouvait se passer derrière eux. Une ombre furtive et ils étaient foutus. « Espérons que ce soit le cas, et non une scène potentielle de meurtre. » Elle faisait une fixette sur ce détail.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 29 Juin - 11:51
tenue.« P’tain. Fiichue bécane, attend que je la démonte quand on rentrera » Je la regardais avec un drôle d’air. « On se calme. On ne touche pas MA bécane. Est-ce que je touche à tes affaires ? Non, alors don’t touch les miennes. » Dis-je en la pointant du doigt. Non mais elle rêvait là. Personne ne touchait ma moto. Qu’elle se sente déjà bien de pouvoir la conduire. Parce que franchement… D’ailleurs c’était la dernière fois. On ne pouvait jamais, non jamais faire confiance à Jo Ah. Ce n’était pas nouveau mais bon. Enfin bref. L’objectif pour l’instant était de trouver un endroit ou pioncer. Parce qu’on n’allait pas rester dehors à la belle étoile. Il ne faisait pas assez chaud pour que l’on se permette de dormir dehors. Au risque de chopper la mort. Et je ne comptais pas tomber malade. « Y’a même pas deux minutes, tu sais que t’allais t’enfuir comme une tapette. Je ne te fais pas confiance. Surtout que t’es cassé. » Un petit sourire Colgate au bout des dents, je me tournais vers elle, d’un air innocent. « Absolument pas. Je te protègerai, au péril de ma vie. » Ou pas. Allez savoir… Est-ce qu’elle me protègerait elle ? Haha. La bonne blague. Je la voyais fuir, bizarrement sans même regarder derrière elle. Triste vie. Soit. Y’avait du bruit pas loin, on n’avait qu’à s’approcher et regarder ce qu’il se passait. Ni plus ni moins. « Espérons que ce soit le cas, et non une scène potentielle de meurtre. » « Arrête, tu vas finir par nous porter la poisse. » Manquerait plus que ça. Avançant, vers le fameux lieu ou il y avait du bruit, je poussais la porte pour… voir une troupe de vieux jouer… au loto ? Nous observant comme si on sortait du ciel, je m’avançais doucement. « Bonsoir, excusez-vous, on est tombé en panne, on cherche un endroit où dormir. » Une petite mamie se leva pour s’approcher de nous. Apparemment elle tenait une petite auberge au coin de la rue super. Faisant signe à Jo Ah que tout allait bien, je me mis à suivre la mamie en tirant la bécane jusqu’à l’auberge. Plus qu’une chambre de libre ? Ah. Pas grave. Payant, parce que je me doutais bien que Jo Ah, ne paierait pas. Elle nous mena à notre chambre. Ok, en fait, y’avait que trois chambres de disponible dans son auberge… Petit. Entrant dans la chambre je fermais la porte bien rapidement. « Bon, on ne va pas mourir ce soir hein. »


Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 13 Juil - 0:53
Tenue ☇ Dans l’art de psychoter, Joah était malheureusement une professionnelle dans le domaine. Cela jouait en sa défaveur, mais elle ne pouvait rien y faire, dès lors que l’engrenage était lancé, la machine s’emballait. Son angoisse n’avait pas encore atteint son summum, mais un mouvement brusque dans les hautes qui les entouraient suffisaient à la faire sursauter. «Arrête, tu vas finir par nous porter la poisse. » Un rire sinistre traversa le seuil de ses lèvres, rire qu’elle tentait de contrôler et qui faisait trembler ses épaules. Ainsi, elle était inquiétante, mais c’était juste le contexte (l’obscurité, les herbes folles, coupé du monde) qui rendait cela aussi étrange. « C’est toi qui me porte poisse, ce genre de chose n’arrive que si tu es là. Tout ça, c’est clairement de ta faute » murmura-t-elle en lui assenant un coup dans les côtes. Parfois, valait mieux être seul que mal accompagné, ce proverbe, elle allait y réfléchir sérieusement. Il lui fallait se débarrasser du mauvais karma dans son cercle privé pour qu’elle puisse s’épanouir. Fort heureusement, bien que paumé dans un trou perdu, la civilisation était au rendez-vous et en moins de deux, ils finissaient dans cette minuscule chambre. « Je suis sûre que si tu t’allonges, tes pieds sortiront du mur » railla-t-elle en posant son seul bien, son sac, avant de se laisser tomber sur le sol. Maintenant qu’elle pouvait se poser, elle réalisait à quel point ses jambes étaient crampées. « On a un souci, où vas-tu dormir ? Y’a clairement pas de place pour toi. » Dans le principe de colocation, chacun devait avoir son espace vital, mais l’espace était tellement petit qu’il suffisait à Joah d’étendre les bras pour toucher les murs opposés (ou presque). Enfin, elle se doutait qu’il n’allait pas sagement sortir pour coucher dans la niche du chien. Elle s’attendait déjà ses remarques, et ce, avec un rictus amusé.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 16 Juil - 18:30
tenue.« C’est toi qui me porte poisse, ce genre de chose n’arrive que si tu es là. Tout ça, c’est clairement de ta faute » Je roulais des yeux en soupirant. « Et ça n’arrive aussi que quand tu es là. Ca va dans les deux sens. Je n’ai aucun souci quand je suis seul. C’est toi qui porte la poisse ouais. Depuis que t’es dans ma vie même. » Je la pointais du doigt en la détaillant de haut en bas. C’était une fille totalement fourbe qui profitait de chaque situation pour tout retourner contre les autres. Trop calculatrice, trop maline, elle était encore enfantine à mes yeux. C’était toujours un bébé. Un bébé malin. En tout cas, nous avions, du moins, j’avais trouvé, un logement ou dormir. Une petite auberge, vraiment petite. Mais qu’une seule chambre de disponible. C’était mieux que rien non ? « Je suis sûre que si tu t’allonges, tes pieds sortiront du mur » Je la regardais faire, avant d’analyser la pièce. Elle exagérait un peu. Pour ne pas changer. J’avais bien survécu en restant coincé dans une fenêtre… Je pouvais bien survivre à dormir dans un endroit petit. « On a un souci, où vas-tu dormir ? Y’a clairement pas de place pour toi. » J’haussais les épaules avant de m’asseoir contre le mur en fermant les yeux. « T’es aussi grande que moi… Hum, je vais dormir assis. » J’attrapais un des coussins pour le caler derrière ma tête. « Une personne blessée ne devrait pas dormir ailleurs que dans une chambre. » Je soulignais ce point, plus pour la faire chier qu’autre chose. Et puis parce que je savais pertinemment que si je commençais à râler, elle allait surenchérir. Elle n’attendait que ça. Je la connaissais. Elle était prévisible. Trop même.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 30 Juil - 14:19
Tenue ☇ Son regard fit fixette sur les nombreuses toiles d’araignée qui décorait le plafond, et plissant davantage les yeux, elle remarquait que la plupart était encore habitée. Cette chambre était déjà occupée, par de petits habitants qui la peuplaient en toute clandestinité. Quel lieu miteux, mais cette pensée ne resta qu’au stade de pensée dans son esprit car elle préférait mille fois tenir compagnie à ses insectes que se retrouver à l’extérieur où on ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. Parce que sa queue de cheval fessait pression de façon indésirable à l’arrière de son crâne, elle se détacha les cheveux, restant toujours inerte sur le sol. « T’es aussi grande que moi… Hum, je vais dormir assis. » Un rictus étira ses lèvres, elle espérait bien qu’il se tienne à ses mots car elle ne comptait pas davantage partager. Égoïste ? Et pas que, avec lui, la compassion n’était que factice. Du moins, son comportement indifférent laissait bien penser à cela. Il n’y avait que lui pour connaître cet aspect de sa personnalité. D’un humour très particulier, d’une sincérité plus que douteuse. « Fais, et si tu pouvais ne pas ronfler aussi. » Avant même que la demoiselle ait le temps de repenser ses paroles, peut-être les ajuster, qu’ils fusèrent spontanément. Sans aucune retenu. « Une personne blessée ne devrait pas dormir ailleurs que dans une chambre. » Le détail oublié lui piqua en pleine poitrine, du moins, il fut soudainement dérangeant. Sourcil froncé, elle soupira en repensant que Monsieur était effectivement blessé. Cherchait-il peut-être sa compassion en venant y sonner à la porte ? Joah s’en moquait. « Et où dorment les cons dans ce cas ? » De nouveau, elle lui rappela l’origine de sa blessure, sa propre bêtise. Certes, être cascadeur n’était pas sans risque et c’était bien la raison pour laquelle la profession existait. Mais elle considérait qu’en étant des professionnels, ils étaient le mieux à pouvoir juger et mesurer les conséquences.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 31 Juil - 13:18
tenue.« Fais, et si tu pouvais ne pas ronfler aussi. » Je levais les yeux au ciel en soupirant. Elle avait toujours un truc à redire. La colocation avec elle c’était vraiment quelque chose. Je méritais la médaille de la patience et du courage. Comment j’avais fait jusqu’à présent pour la supporter ? Peut-être car j’étais tolérant et patient. Parce qu’autrement, je ne savais pas trop comment je pouvais faire. Mais soit, ce n’était pas non plus si dérangeant que ça dans le fond. Question d’habitude. « Tu sais, tu ronfles aussi. Tu crois que je ne t’entends pas de ma chambre ? » Je la fixais en jouant de mes sourcils pour bien la faire chier. Parce que oui, mademoiselle ronflait aussi de temps en temps. Tous les humains ronflaient, au moins une fois dans leur vie. « Et où dorment les cons dans ce cas ? » Un sourire étira alors mes lèvres amusé. Très belle répartie venant de sa part. Je ne m’attendais pas à mieux venant de sa part. C’était du Jo Ah tout craché. « Je ne sais pas, ce n’est pas moi qui devrait connaitre la réponse. » Oui, je lui renvoyais l’ascenseur. Et ça pouvait aller très loin parce qu’on était tout aussi con l’un que l’autre. Soupirant, je fermais quelque peu les yeux avant de chercher mon sac pour en sortir de quoi manger. Après tout j’avais faim et on avait acheté à manger, alors on pouvait bien passer le temps à manger. Et comme on dit si bien, l’appétit vient en mangeant. Soupirant, je sortis de quoi boire en attrapant la télécommande de la pauvre petite télévision pour l’allumer et mettre un des films qui passaient. Bâillant, j’étirais mes jambes l’air de rien. « C’est là qu’en fait, la mamie attend qu’on dorme pour nous tuer. » Dis-je l’air de rien, plus pour la faire chier qu’autre chose.


Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 22:11
 

Like a fool ∞ Daebak le kk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» fool them [PV]
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» see her come down through the clouds, I feel like a fool ✈ 16 MAI, 18H21, SASHA.
» [Ultra Ouvert, ramenez vos potes!!!] Un matin...
» played the fool (sydney)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-