AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 roses are red, violets are blue, and damn, let me kiss you (w/ ryu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 26 Nov - 1:08


words       tears       chocolate


393 2.5k 15kgs
mi + ryu
1-800-HOTLINE BLING
Quelques heures s’étaient épuisées, puis les heures se sont transformées en jours s’essoufflant, puis deux mois. Comment pouvait-on être si forte, mettre autant de volonté et d’effort pour éviter cette personne qui habite juste en face ? Je ne sais pas, mais j’ai réussi. Mais en fait, j’ai un secret : je ne suis pas forte. Non, absolument pas. Les élèves ont probablement remarqué mes joues gonflés, mes yeux parfois rouges en venant en cours, c’était le dernier de mes soucis. Je fous ma vie en l’air, au moins j’ai réussi ça. Voyons positif : moins de distraction pour pouvoir écrire plus tranquillement. Qui est-ce que je trompe ? il me manque. Je pourrais même dire qu’avec lui dans les parages, j’écrivais mieux, j’écrivais plus vite, j’étais bien.

Oh, c’est simple, j’y ai pensé. Revenir, me pointer comme une fleur, comme une fève dans une galette sortie de nulle part. Il s’étoufferait sûrement. C’est ma faute tout ça, et c’est moi qui ai proposé le voyage à Las Vegas.

Je n’avais pas l’intention de l’éviter à la base. Je sais pas, mais ça s’est fait naturellement et je n’avais plus envie de le revoir. Maintenant relisez tout, et dites-vous que je parle toute seule à voix haute, et que je me suis retrouvée devant la porte de Ryû. Pas compliqué quand on habite en face. Compliqué quand on a pas l’habitude de boire, quand je sais que je regretterais ça demain, et mon visage, mes joues humides, mes cheveux en pagaille, ma chemise trop grande que j’ai emprunté à mon frère, j’ai pris des shots et d’autres shots en souvenir de ce jour. Je sonne et me cache au cas où il pourrait voir au travers du truc qu’ont les portes pour voir le dehors vous savez, je n’ai pas la tête de penser à rechercher le nom de ce truc et pourtant j’y pense encore quand je vois la porte s’ouvrir. Il ne doit rien comprendre n’est-ce pas ? Est-ce que je me défile ? Non, je profite de son incompréhension pour suivre mon instinct. J’ai plus rien à perdre, je suis déjà venue et j’ai sonné, si je repars en courant il me verra quand même partir en courant et ça sera encore pire. Suivre mon instinct, peut-être ne devrais-je pas l’embrasser, mais il est là et je ne sais plus.

J'ai encore la bague à ma main.




Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 26 Nov - 1:44


words tears chocolate


407 2.5k 15kgs
ryu + mi
1-800-HOTLINE BLING
C’est fou ce que l’indifférence fait mal, comparée à la haine. Je me suis pris la tête avec énormément de monde au cours de ma vie, Hikari la première, et ça ne m’aura certainement pas autant dérangé que le comportement de Mi depuis que nous sommes rentrés. Ça va faire quoi, deux mois ? Il y a deux mois, tout allait bien, en fait. Les premiers jours, j’ai attendu de la croiser. Les suivants, j’ai espéré. Puis j’ai tout simplement fini par me dire que j’avais merdé, une fois encore. À croire que je passe mon temps à détruire les relations que je crée, parce que je suis trop stupide pour protéger les gens qui comptent pour moi.

Si j’y pense encore, c’est bien parce qu’il fait calme aujourd’hui. Yun Hua est sortie je ne sais pas où. Ce qui en vérité m’arrange beaucoup, puisque je peux travailler tranquillement, sans avoir à supporter une autre présence. Enfin, si travailler vraiment est possible en n’arrêtant pas de penser à toutes les conneries que j’ai faites. Et pas seulement aux conneries d’ailleurs. J’aurais du aller voir Mi, essayer de lui parler, quitte à attendre à jamais dans la salle des profs dans l’espoir qu’elle s’y pointe. Je sais pas. N’importe quoi. Et je supprime tout ce que j’ai fait jusque-là. De toute façon, j’avance pas.

Puis je me lève, je cherche à voir qui vient de sonner, personne. J’ouvre la porte et mon cœur semble comprendre ce qu’il se passe avant moi, s’emballant comme un idiot lorsque mes lèvres accueillent celle de Mi. Et non, ce n’est pas le goût d’alcool de ces dernières qui me met dans cet état. Mi est là, après deux mois. Visiblement ivre.

Et comme un imbécile, je suis incapable de la repousser. La volonté me manque cruellement, mais je finis par le faire au bout de quelques secondes, avant de la balayer du regard en cherchant à comprendre pourquoi. Pourquoi elle vient chez moi dans un tel état ? Ça lui ressemble pas. En fait, j’aurais presque l’impression que c’est le monde à l’envers, là, maintenant. C’est moi qui arrive bourré chez les gens, d’habitude.

« Mi, qu’est-ce qu’il se passe ? » Pourquoi t’es venue, d’un coup, après deux mois ? « T’as bu toute seule ? »

Jusqu’à preuve du contraire, on dirait. Mais… Quand je vous dis que je suis une nouille pour aider les gens à qui je tiens.




Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 26 Nov - 1:59


words       tears       chocolate


328 2.5k 15kgs
mi + ryu
1-800-HOTLINE BLING
J’aurais dû me douter qu’il allait me repousser, c’était prévisible. Moi je l’aurais repoussé, mais moi, ça fait deux mois que je l’évite. Ou formulé différemment, si j’avais été à sa place, je m’aurais repoussé moi. C’est compréhensible ? C’est vrai quoi, je débarque et je l’embrasse comme si c’était normal. Mais qu’est ce qui est normal. J’ai jamais été normale, et je le serais jamais, c’est comme ça je suppose. Je le regarde, je suis à deux doigts de pleurer je suppose. Mes mains glissent de sa nuque à son tee-shirt, avant de retomber le long de mon corps. J’ai un peu froid, venir en chemise en même temps. Tant pis si l’autre vieille du 4ème débarque.

Ah, ses questions semblent enfin s’enregistrer. C’est simple pourtant : je ne sais pas ce qu’il se passe. Je commence à marcher pour rentrer chez moi, j’ai eu mon compte, j’ai eu ce que je voulais voir plus. C’est bon au final, je pourrais encore tenir deux mois et refaire pareil et tout ira bien dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce que je l’oublie. Ou mieux, je déménage. Bon, je ne pourrais jamais me marier parce que sinon ça sera de la polygamie, mais c’est le risque de la vie. Je fais demi-tour, et le pousse légèrement en forçant pour rentrer. Facile de passer quand on est petite, on se faufile, c’est tranquille. Mais en fait, une fois à l’intérieur, je ne sais pas plus. C’est bien, ça m’avance cette histoire.

« Non, j’ai bu avec Mochi. Mais il m’a surtout laissé boire en fait. J’ai pris des shots, c’est bien les shots, tu te rappelles ? » Je rigole d’un rire sans vie, un rire sans âme, un rire mort. « Ca a pas changé ici. T’as pas changé non plus. Tu me manques toujours autant, oui, même si t’es juste en face.. C’est illogique n’est-ce pas ? » Je parle sans le regarder, c’est plus simple ainsi.





Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 26 Nov - 14:15


words       tears       chocolate


467 2.5k 15kgs
ryu + mi
1-800-HOTLINE BLING
Qu’est-ce que je fais ? Ça doit être la question de ma vie. La question à laquelle personne ne doit répondre sinon je meurs, vous voyez ? Si ce n’est pas vrai alors il faudra peut-être m’expliquer pourquoi j’ai toujours l’impression d’avancer en plein brouillard alors que je suis censé être un adulte responsable de trente-et-un ans ? Mi est là et je suis incapable de trouver comment agir sans avoir l’air du dernier des idiots. Je devrais recevoir un prix Nobel pour ça. Prix Nobel de l’inutilité, décerné à Katsura Ryû pour cette année et toutes les suivantes. Reste à inventer ce prix, ce qui à mon avis n’arrivera juste jamais. J’ai juste envie de la prendre dans mes bras. Maintenant.

Pourquoi elle ne répond pas ? Pendant un moment j’ai l’impression qu’elle va partir sans explication. Encore. Mais j’imagine que je suis trop lent pour la rattraper avant qu’elle ne revienne vers moi. Et je me retrouve rapidement à l’intérieur avec elle. Et je me demande ce qu’il se passe, mais je n’ai peut-être pas envie de le savoir. Mais j’ai déjà demandé, juste avant, c’est vrai. Et il n’y a toujours personne pour me dire ce que je dois faire. Scénariste ? Souffleur ? N’importe qui ? Arisu ? Même elle, elle sert à rien.

« Oui, je me rappelle, je…  » Putain mais non. «Putain, Mi. »

Je la prends contre moi. Juste ça. Elle a raison quand elle dit que je n’ai pas changé, je suppose. Je suis toujours le même idiot incapable de réagir correctement. Et tout ce que je peux faire, c’est la serrer dans mes bras en réalisant à quel point je ne la reconnais pas. On parle de Mi. Mi souriante, qui raconte des choses drôles ou intéressantes, qui passe sa vie à manger des pockys à la fraise. Pas Mi qui débarque chez moi en chemise et ivre. C’est de ma faute, tout ça. Parce que j’allais mal, j’ai répandu ma poisse partout. N’importe qui, mais pas Mi, bordel. Pas elle.

Quelqu’un n’a pas envie d’inventer les solutions instantanées, un truc du genre ? Non parce que j’en aurais bien besoin, là. Je cherche son regard pendant quelques secondes après m’être éloigné d’elle légèrement. Ses mains piégées dans les miennes. L’envie de la laisser partir n’y est pas non plus.

« Assieds-toi. »

Et pour l’y inciter, je la guide jusqu’au canapé. Elle a l’air totalement perdue ; si j’étais mieux, peut-être que je pourrais l’aider, mais j’ai encore du mal à me remettre de son arrivée ici. Pourtant, c’était habituel, avant.

« Pourquoi t’es pas venue avant ? Tu sais que je t’aurais ouvert. »

L’alcool a du aider. J’en sais rien. J’aurais du aller frapper à sa porte en premier. Voir comment elle allait. Je sais pas.




Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 6 Déc - 16:51


words       tears       chocolate


328 2.5k 15kgs
mi + ryu
1-800-HOTLINE BLING
J’entends mon nom dans sa bouche et ne peut me retenir de rentrer ma tête telle une tortue effrayée. Oui, putain, oui, j’ai merdé, oui, je merde souvent. J’ai l’impression d’être un enfant qu’on va gronder à tout moment. Alors je suis légèrement surprise qu’il me prenne contre lui, mais ne dit rien, ne fait rien. Je regarde nos mains, ensemble sans vraiment l’être. Est-ce que je suis vraiment là ? Je l’écoute quand il me demande de m’asseoir, ai-je vraiment le choix, j’ai envie de partir pour être honnête… Et en même temps rester ici. Ça n’a plus de sens mais je n’ai jamais été très douée pour mettre du sens dans ce que je fait.

Je réfléchis. « Parce que j’en avais pas envie » autant appeler un chat un chat. Je n’ai non plus jamais été douée pour cacher la vérité, il paraît que je mens très mal, et je n’aime pas mentir. Je hausse les épaules et n’arrive toujours pas à le regarder, tire sur ma chemise qui me semble soudainement trop courte, c’est d’un pathétique sans nom. Alors, je regarde autour de moi, et relève quelques détails. Finalement, ça a un peu changé ici. Par exemple, ce foulard que j’ai déjà vu auparavant sans pouvoir mettre un nom sur la personne qui le possède, ou ce manteau rose pétant qui je suis sure n’appartient pas à Ryu. J’aurais dû me douter quand même un peu, et pourtant. « Non, en fait, je croyais que faire l’autruche était la meilleure solution, comme si rien avait existé. Parce que j’ai pas envie que les choses changent entre nous, mais j’ai l’impression que c’est déjà fait et que rien sera comme avant. » Je pense à une bulle spéculative qui explose et que c’est franchement pas le moment pour penser économie, mais vous savez, dans des krash, y’a parfois des remontées après. Et parfois des entreprises qui meurent à tout jamais. J’hausse, une nouvelle fois, les épaules. « Ça m’énerve » on sent le ton très énervé ? Pas trop, ma voix est tellement monocorde. Et je ne me rappelle presque plus de rien ce qui m’a laissé un bon paquet de questions en attente, mais je vais attendre un peu avant de lui poser tout ceci. Déjà, oui, avant que j’oublie. « Je te dérange peut-être, tu as quelqu’un ici ? » Je le regarde, deux, trois secondes, qui semblent trop durer.





Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 6 Déc - 19:48


words       tears       chocolate


347 2.5k 15kgs
ryu + mi
1-800-HOTLINE BLING
Normal. J'ai envie de dire que c'est normal. Pourquoi elle voudrait voir le con qui fait n'importe quoi? Putain de merde. Ça devrait pas me faire de peine qu'elle dise ça, mais je sais qu'elle a raison. Et je soupire. Et je cherche quoi dire. Et je trouve rien. Oui, tout a changé. Je peux pas lui dire. On s'est mariés sur un coup de tête, mais pour les bonnes raisons. Enfin, pour moi. J'aurais jamais du faire ça, on aurait pas du partir, on serait pas mariés et j'aurais fait comme si de rien n'était à jamais. Elle aurait jamais su ce que je pense tout bas. Jamais. Je cherche quelque chose à dire, mais sa question m'arrête. Je baisse les yeux. Un mensonge? Non. Pas à Mi.

« J'héberge quelqu'un. Elle est pas là ce soir. »

Ce qui n'est pas faux. Certes, elle est enceinte de moi, mais je crois pas que Mi ait besoin de le savoir maintenant. De toute façon, elle le sait peut-être. Je devrais lui dire. Mes lèvres se pincent et je ferme les yeux. Inspire Ryû, expire Ryû. Situation de merde.

« Tu me déranges pas. »

Pas du tout, en fait, mais je sais pas si ça change quelque chose pour elle. Je sais même pas ce que je raconte, en fait. Je suis perdu. Enfin, pas vraiment. Je sais juste pas si je peux lui dire ça. Qu'est-ce que vous diriez à ma place, hein? "écoute Mi, on est mariés, mais j'ai mis une femme enceinte il y a presque 9 mois, elle va accoucher bientôt, j'vais être papa"? Bonne idée tiens, qu'on lui dise ça. Mais pas moi hein, je vais me cacher dans le trou de la honte plutôt.  

« Je suis désolé. » Désolé? Oui bien, génial, ça va changer tout ce qu'il s'est passé. «  Enfin... Oui, non, je suis désolé. »

Dans le rôle du mec le plus apte à sauver sa situation, Katsura Ryû. On a comme un doute quand à l'oscar. Je crois qu'il y a une faute de casting.




Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 6 Déc - 20:05


words       tears       chocolate


328 2.5k 15kgs
mi + ryu
1-800-HOTLINE BLING
Ma bouche en forme de ‘o’ exprime bien mon désarroi. Ou pas assez quand même à mon goût, car mon cœur loupe malgré tout un battement quand j’entends le pronom, féminin donc. Ca aurait été une sœur ou, ou sa mère, il l’aurait précisé. J’imagine qu’être vite remplacée est normal. Peut-on parler de remplacement puisqu’il n’y a rien eu ? Mon regard retombe sur ma chemise que je tire une nouvelle fois et je me sens vraiment de trop même si elle n’est pas là. Je souris quand il indique que je ne le dérange pas, mais bien sûr. Je suis l’exemple du cheveu dans la soupe, l’incarnation du soupir quand on voit arriver la personne qui dérange sans qu’on ne la connaisse, je suis ce vêtement qu’on aime bien mais qui ne va jamais comme il faut, je suis : ratée.

Et il est bien trop gentil de d’être désolé vraiment, c’est moi qui devrait être désolée en fait. Désolée d’exister probablement. « Désolé, mais de quoi ? » je m’entends parler de loin, de toute façon au point où on en est, à quoi bon. « C’est normal. Si tu vois quelqu’un d’autre, et si, si je n’ai jamais représenté quoi que ce soit. Je m’en doutais un peu. C’est normal si tu ne m’aimes pas comme moi je t’aime, ce n’est pas grave. J’espère que elle, tu ne la fera pas souffrir au moins, j’espère que vous serez heureux » je ramène mes jambes contre moi. Oh, peut-être vois-je trop loin, on m’a souvent reproché de compliquer tout. On m’a aussi complimenté dessus, comme quoi c’était un raisonnement nouveau, tout ça, vous savez, fais de ta faiblesse ta force. Je m’en passerai bien. J’ai envie de partir mais je n’en ai pas envie non plus, je ne sais pas. Et, au moins, il est désolé et je ne le dérange pas.






Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 6 Déc - 20:48


words       tears       chocolate


354 2.5k 15kgs
ryu + mi
1-800-HOTLINE BLING
Voilà, voilà ! Je le savais, j’ai encore dit de la merde, une belle grosse merde. Je crois que je devrais fermer ma gueule à jamais, genre, m’enfermer dans un monastère et ne plus jamais en ressortir. Quoique, remarquez, même le silence pourrait avoir honte de moi vu comment les choses tournent. Je retiens un soupir quand elle dit des conneries.

« Mi, dis pas des choses pareilles. C’est pas vrai.  » Dis-le. « C’est compliqué.  » Pas ça. Dis-le. « Mais je t’aime, d’accord ? Je t’aime vraiment. » Vraiment, hein ? « C’est juste que j’ai fait une connerie il y a quelques mois, je dois m’en occuper jusqu’à ce que ça soit fini. »

Pourquoi je n’ose pas la toucher ? J’ai peur qu’elle s’en aille. Et j’ai quelques problèmes de maths, visiblement, car dire que j’ai fait une connerie, c’est vraiment minimiser les problèmes. Je réfléchis un peu plus longtemps. Au moins, elle, je la ferai pas souffrir. J’ai bien cette phrase en tête. J’aimerais bien ne pas l’avoir entendue, d’ailleurs.

« On se serait pas mariés si je t’aimais pas. » Oui, bon, j’ai l’air con à dire ça. « J’aurais du venir te voir avant, mais j’ai pas eu l’occasion. »

Mais il y a eu l’alcool, il y a eu l’accident, il y a eu le bébé. Je peux pas lui dire ça, elle a pas besoin de savoir ça. Pourtant je sais que je devrais lui dire. Je préférerais qu’elle l’apprenne de moi plutôt que de quelqu’un d’autre. Imaginez si elle voit Yun Hua. Elle aurait peut-être jamais du savoir que je l’aimais, en fait. Peut-être que ça aurait été mieux, oui. Un soupir m’échappe finalement.

« Je voulais pas que tu souffres à cause de moi, Mi. »

Oui, je sais, j’aurais du moins faire le con pour ça. Ça aurait sûrement été beaucoup mieux, putain. J’ai comme l’envie de me taper la tête contre les murs à l’heure qu’il est. Je crois que ça vaudrait mieux, genre je me tape la tête contre les murs, je me blesse, je perds la mémoire, j’oublie tout.




Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 8 Déc - 0:16


words       tears       chocolate


375 2.5k 15kgs
mi + ryu
1-800-HOTLINE BLING

C’est nouveau, je n’avais pas remarqué que la vie était compliquée. Si j’étais sarcastique, je pourrais le remercier de cet apport fondamental à notre discussion, je l’applaudirais peut-être, ferais encadrer sa phrase et la lui offrirait à Noel. Malheureusement je ne suis pas comme ça. Ou heureusement, je ne sais pas. Je n’arrive même pas à le croire quand il continue, est-ce que lui arrive à comprendre à quel point… Enfin, arrive-t-il à se mettre à ma place ? C’est la première chose qu’on m’a apprise dans la vie : mets-toi à la place des autres et tu pardonneras leurs erreurs, ou quelque chose comme ça. Et, plus je le regarde, plus je comprends qu’il fasse une erreur sur moi et moins je comprends où on en est. Mais, il n’a pas l’air de me comprendre. Suis-je en train de parler une autre langue inconsciemment ? J’ai l’impression de raisonner dans le vide et sans aucune logique.

Je l’écoute. Ah, c’est donc moi la connerie, je comprends, mais s’il veut que ça soit fini il aurai pu le dire plus simplement et depuis le début ? Je n’arrive vraiment plus, je me répète. « Hm, on a toujours l’occasion. On m’a dit : au lieu de parler d’occasion ou de temps, parle de priorité. » Soit : je ne suis pas ta priorité. Soit : comment veux-tu que je te crois.

« Et bien, c’est fait. » Lourd silence, même pour quelqu’un habitué aux silences. « J’arrive pas. Je peux pas faire ça. Je suis peut-être normale au final, ne pas aimer souffrir… ? » enfin, ce n’est pas ce que je veux dire, j’espère qu’il a un traducteur avec lui. Vous voyez les images machistes qu’on voit sur les réseaux sociaux, impliquant l’idée qu’on a besoin d’un traducteur homme femme ? Venez le livrez illico. Non, mieux, un traducteur Mi et Monde, ça serait gentil. « Mais, j’aime bien les choses simples » je l’ai dit, incompréhensible, parole sortie de la bouche de la personne qui complexifie tout quand ça l’arrange. « Et c’est comme si tout était déjà fini quelque part » même avant d’avoir commencé. J’ai l’impression que c’est un débat à sens unique des deux côtés, mais je suis aveugle volontairement.





Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 9 Déc - 0:56


words       tears       chocolate


342 2.5k 15kgs
ryu + mi
1-800-HOTLINE BLING
De priorité ? Oui, mes yeux viennent de cligner d’incompréhension quand elle a prononcé ces mots. Je ne comprends pas trop le rapport, ou plutôt je n’ai pas envie de le comprendre. C’est quoi cette histoire de priorité ? Mes paupières se ferment lentement, je réfléchis. Bien. On rembobine, on se rappelle des messages que je lui ai envoyés et auxquels elle m’a répondu que je devais l’oublier. Ok ? J’ai comme qui dirait un peu de mal à comprendre, là. Laissons parler l’adulte borné et impulsif, bien sûr. « C’est pas une question de priorité.  » Meilleure idée du siècle.

Pourtant, je jurerais que c’est pas de l’énervement que je laisse paraître, là, tout de suite. En fait, je ne comprends pas. Je l’ai faite souffrir, ok. Ça, allez savoir pourquoi, je l’ai compris directement. Mais pourquoi elle m’a évité avant tout ça ? Tout allait bien là-bas. Tout allait bien avant. Avant, oui. C’est ça le problème, c’est que tout ça, c’était avant.

«Quoi ? Tu peux pas faire quoi, Mi ? Arrête de parler par énigme. »

Dit l’homme qui s’adresse à une femme ivre, évidemment. Je crois qu’il manque une aile logique dans mon quartier cérébral. Une main passe dans mes cheveux et je pousse un soupir en levant les yeux au plafond, incapable de comprendre tout ce qu’elle dit. J’ai quand même saisi. Comme si tout était fini. J’aimerais qu’elle ait tort, vraiment. On aurait du rester à Vegas, quitte à passer le reste de notre vie ivre. Au moins, là-bas, tout allait bien. Ou sur cette île, peut-être. Là-bas aussi, tout allait encore bien. Maintenant, j’ai l’impression que tout part en couilles. Nouveau soupir.

«Je préférerais que les choses soient simples, moi aussi. Avoir une vie normale sans m’attirer des ennuis tout le temps.  » Elle va mal le prendre… « Et je ne parle pas de toi. »

Les problèmes sont autrement plus gros. Et littéralement, à vrai dire. Je suis vraiment le dernier des imbéciles lorsqu’il s’agit d’aider les autres, en fin de compte.





Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 22 Déc - 1:14


words       tears       chocolate


375 2.5k 15kgs
mi + ryu
1-800-HOTLINE BLING

Ah, je parle par énigme maintenant. Une fille qui a trop bu parle par énigme. On en apprend tout les jours, ça devrait apparaître aux informations, au journal télévisé, je serais coincée dans la rubrique fait divers entre un chat écrasé et cinquante-sept mort dans un accident quelconque que tout le monde oubliera le lendemain. Je me recroqueville un peu, mais pas trop, parce que je suis quand même venu jusqu’ici et c’est pas pour me faire réprimander. Pourquoi d’ailleurs ? En fait, je crois qu’à la base c’était pour lui dire que oui, aller, vivons ensemble, faisons des enfants, c’est pas grave si c’est différent. Puis mon esprit a mis une couille dans le processus, ou quelque chose comme ça.

« Ah »

… C’était officiellement la phrase la plus utile ici, mais, est-ce vraiment une phrase ? Je crois que si ça a déraillé, c’était peut-être à cause du manteau rose que je vois encore plus clairement que le nombre de doigts que j’ai, alors que franchement, ça vacille un peu déjà.

« Mais en fait. » J’hoche la tête avant de me dire que parler à voix haute serait mieux qu’attendre une réponse sans avoir poser la question qui tourne en rond dans le néant actuel de mon esprit. « J’ai entendu que tu avais eu une relation avec une élève. » Je rigole toute seule, « c’est fou non ? J’y croyais pas. Puis j’ai entendu qu’elle était enceinte et actuellement bientôt à terme. Et je me suis dit, non, Ryû n’est pas comme ça, il me l’aurait dit n’est-ce pas ? Puis je me suis dit, en fait, qui est Ryû ? » Et voilà, tu crois connaître les gens puis ils t’enculent par derrière, phrase sorti de la bouche d’une adolescente émo, phrase à laquelle je ne pense pas non, mais qui pourrait, dans une certaine mesure, puis, ok, définir ce que je ressens, à peu près. J’ai vraiment du mal à parler plus cruement. Et à reconnaître que Ryû ait pu faire ça. C’est pas possible n’est-ce pas ?






Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 23 Déc - 0:11


words       tears       chocolate


324 2.5k 15kgs
ryu + mi
1-800-HOTLINE BLING
Bon, on résume la situation ? Je suis dans la merde. Voilà, fin de l’histoire, je me réveille et ce n’est qu’un putain de cauchemar. Non ? D’accord, allez vous faire foutre, puissances supérieures ou je ne sais quoi. J’ai une poisse monstre. Mais c’est peut-être un peu moi qui la cause ces derniers temps, il faut le dire. Sauf que je ne m’attendais pas à ce que ça soit la merde à ce point, en fait. Je pince les lèvres et fuis son regard instantanément. Et je reçois ses mots. Je les reçois, mais je ne sais pas si je peux trouver quelque chose à répondre maintenant.

« Mi, ce que tu as entendu, c’est…   » Un mensonge ? Je peux vraiment en inventer un maintenant, tout de suite ? Même ma conscience aime le suspense. « C’est la vérité.   »

Et je regrette immédiatement. Vous connaissez cette impression désagréable ? Vous voulez retourner en arrière pour changer quelque chose, mais vous savez que vous ne pouvez pas. Si Yun Hua avait avorté directement, sans faire d’histoires, on ne serait pas dans une telle situation. Si elle ne m’avait pas menti non plus. Si je n’avais pas bu, non plus. Et le silence devient un peu trop pensant, vous trouvez pas ? Dix secondes, c’est long.

« Elle doit accoucher dans un mois et demi.  » Bien, bonne explication. « C’est le problème dont je parlais.  » Et là. Là, c’est comme si le cerveau ne répondait plus. « Mais on doit le faire adopter, enfin, c’était pas voulu, à la base. J’veux dire…   » Non, en fait, ça sert juste à rien. Un soupir m’échappe. Le désespoir. « J’ai des problèmes d’alcool et j’ai fait n’importe quoi ce soir-là. Je voulais pas…  »

Je voulais pas, mais c’est arrivé. Je le sais. Au final, je suis incapable de me justifier, et la simple idée de lui dire tout ça me rend malade.




Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 23 Déc - 1:41


words       tears       chocolate


309 2.5k 15kgs
mi + ryu
1-800-HOTLINE BLING

Je m’étais efforcée de ne pas avoir d’espoir et pourtant ceux-ci s’envolent. C’est bizarre, peut-être est-ce l’alcool, mais je n’ai pas mal ni envie de pleurer ni rien. Je me sens au contraire étrangement soulagée ? Demain cela disparaîtra sûrement.

Sauf que maintenant je ne sais pas exactement quoi dire. Je réfléchis. Je ne peux pas lui dire que c’est pas grave, c’est impossible, et le faire adopter et tellement triste… Des idées défilent que je balaye, je ne suis pas assez soûle pour proposer d’adopter moi-même et on sera un ménage à trois joyeux, ou on peut encore tuer l’enfant rien n’est impossible, j’ai regardé beaucoup d’épisodes de Grey’s Anatomy qui prouve que les complications existent. Pour le moment, je dois me forcer à être égoïste je pense. Réfléchir. « Ce soir-là aussi ? » J’ai dis réfléchir pas poser toute les questions que tu veux poser parce que tu en as envie. Tu tiens à lui malgré tout, c’est assez dur à voir. « Est-ce que.. ? A Vegas ? Je ne me rappelle de rien.. » Je soupire avant de revenir sur notre sujet précédent, je m’en fiche de la cohérence, je suis pas très clean actuellement, « Pourquoi tu m’en as pas parlé plus tôt ? Je sais que c’est pas facile mais j’aurais compris » c’est sincère. Mince. J’ai envie de le réconforter et de lui dire que tout va s’arranger et que les problèmes arrivent vite que c’est pas sa faute et qu’elle aussi est responsable, la pilule ça existe, et pourquoi elle n’a pas avorter, pourquoi est-ce qu’elle existe, c’est pas sa faute à lui, mais je ne dois pas, je dois me retenir. Je finirais par lui dire à un moment, je veux juste quelques réponses pour le moment. Juste ça, après je céderais encore un peu, après plus du tout.






Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 23 Déc - 20:16


words       tears       chocolate


326 2.5k 15kgs
ryu + mi
1-800-HOTLINE BLING
Qu’est-ce que je peux lui dire ? Que je suis désolé ? Je crois que je pourrais être aussi désolé qu’un désert que ça ne changerait rien à la situation. Il y aura toujours ce putain de bébé. Cette putain d’étudiante. Cette putain de soirée où j’ai fait de la merde de haut niveau. J’aimerais juste pouvoir effacer tout ça, le passer sous silence une bonne fois pour toutes. Un soupir m’échappe à sa question, je lève les yeux vers elle et tente de comprendre ce qu’elle cherche à savoir. Ce soir-là ? Vegas. Ah. Oh. Si on s’attardait sur la seconde partie du questionnaire ?

« Elle m’a dit qu’elle n’avait pas avorté après mon accident de voiture, après Vegas. Je me voyais mal arriver chez toi et t’expliquer ça. Je sais même pas comment je l’aurais fait, en fait. »

Avec des mots, comme tout le monde. Oui. Je sais. Sauf que c’est bien beau de dire les choses, mais les faire est nettement mieux quand même. Profond soupir alors que je passe une main dans mes cheveux et pince les lèvres en essayant de trouver un peu de contenance dans ces quelques gestes. On appelle ça réduire ses chances à néant en quelques minutes. Je crois que je suis le plus doué dans le domaine, à vrai dire.

« Je pensais vraiment ce que j’ai dit à Vegas. Sur l’île aussi, reprends-je assez difficilement, j’ignore moi-même où je vais comme ça, je pensais tout. »

On déglutit, on inspire, on expire. Len-te-ment. C’est pas la mer à boire, si ? Faut juste que j’essaie de réfléchir.

« La seule chose que je regrette c’est que ça se soit passé comme ça. »

À Vegas, rapidement, comme ça, sur un coup de tête, sans qu’on soit vraiment conscient de ce qu’il se passait. Ça aurait pu être plus beau. Ça aurait du être plus beau, même. On aurait du s’en souvenir tous les deux.




Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 3:11
 

roses are red, violets are blue, and damn, let me kiss you (w/ ryu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Les Roses De Versailles
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Le parfum des roses d'hiver
» Blue max
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-