AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 home sweet home || ft minegaito raiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 13 Déc - 23:41
home sweet home

raiden & reimei
▬ please don’t hide, don’t hide, please ... how long have you been crying ? you… ♫

L’appartement lui semblait vide. Désespérément vide. Tristement vide. Il respirait le neuf, et rien ne lui donnait envie de rester là. Rien et encore moins la solitude. Il avait eu l’habitude de vivre avec la présence de son père. Il avait du prendre l’habitude de vivre avec des Yakuza tous plus mauvais les uns que les autres. Puis il avait du vivre dans une petite cellule de prison, des barreaux en guise de porte et des colocataires peu sympathiques. Il était habitué aux autres sans l’être. Il avait appris à cohabiter, pas à vivre. Et le silence lui faisait une peur bleue. Et dieu que cet endroit était silencieux. Silence qu’il haïssait. Le silence ne signifiait que des problèmes pour lui. Alors naturellement il avait allumé la chaine hifi, passant les dernières chansons à la mode au pays du soleil levant. Il ne l’éteignait même pas pendant la nuit, baissant juste le son pour avoir un fond sonore, ou mettant la télé avec une diffusion des derniers dramas. Mais s’il avait pu rompre le silence, la solitude était toujours là pesante. Il n’y avait personne ici. Et c’était devenu difficile de voir des gens, de se faire des amis, surtout dans son état. Difficile d’entamer la conversation quant on ne pouvait pas parler hein … Si hélas la prison n’avait été qu’une continuité de sa vie mafieuse, le retour à la réalité était une coupure brutale qu’il n’arrivait pas encore à accepter.

Il avait accepté de reprendre ses études pour faire plaisir à sa mère. Après tout elle l’avait bien sorti de prison. En soit il avait accepté toutes ses exigences parce qu’il savait bien qu’il ne passerait pas une deuxième année derrière les barreaux sans en repartir dans un cercueil. Alors il avait accepté les études, le changement, l’interdiction de parler à son père, les fiançailles même, tant qu’on le sortait de là. Et il en était sorti. Et n’avait pas forcément fini son enfer. Parce que sa Famille ne l’avait pas laissé non plus. Il était un bon informateur, il était doué avec un ordinateur, et le poids des dettes pesait encore lourd sur ses épaules. Non son enfer était toujours là, à portée de messages, dans la rue, quand il croisait l’un des membres, trois mots échangés, une pression au niveau de l’épaule. Non c’était une piqure de rappel chaque jour de ce qu’il était, et c’était sans doute ça qui rendait le silence effrayant.

Ca et l’attente. Parce que pour une fois, Reimei attendait. Comme les enfants attendaient Noël, il espérait quelque chose, assis sur le canapé, le regard planté vers la porte, la télévision en bruit de fond jouant un anime stupide sur le tennis qu’il avait déjà du voir au moins douze fois. Non, il attendait parce que Raiden, un autre souvenir de son passé a dit qu’il allait venir. Raiden c’était … C’était un peu son ange gardien de la rue, celui qui l’avait aidé alors qu’il n’avait rien pour, sans rien demander en échange. C’était écouter sa voix lorsqu’il retournait dans cette ruelle malfamée, lui répondant par des morceaux de papiers qui avaient souvent pris l’eau, quand la mousson tombait sur la capitale. C’était également une année en prison à se demander si Raiden avait attendu dans la ruelle son retour, ou si lui aussi il avait baissé les bras. Et c’était une histoire étrange aussi, où un Reimei curieux mais sans espoir, était retourné dans cette ruelle espérant l’y voir. Et ils s’étaient retrouvés. Et d’un geste hésitant, il lui avait tendu un papier avec une proposition de venir chez lui. Et Raiden avait accepté. Alors Reimei attendait, se demandant quand il verrait ce garçon dont il ne savait rien ou presque sonner à la porte, et passer celle-ci.


© Gasmask

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 20 Déc - 15:31
home sweet home

raiden & reimei
▬ please don’t hide, don’t hide, please ... how long have you been crying ? you… ♫

Une fine brise rafraichissante se posait sur sa peau, emmitouflé dans une grande doudoune, une écharpe autour du cou, un bonnet sur sa chevelure. Ses mains se retrouvaient coincer dans les poches en doublures polaires afin de se réchauffer, de quoi passer l'hiver dans de bonnes conditions. Seulement Raiden détestait le froid, alors disons qu'il n'était pas le plus à l'aise du monde à déambuler dans les rues de Tokyo. Pourtant, pas de point fixe en vue, pas de réel rendez vous qui l'attendait à l'autre bout de la ville. Les derniers amis à l'avoir accueilli pendant plusieurs semaines ont commencé à lui faire comprendre que sa présence devenait gênante. Un signe d'alarme qu'il comprenait mais alors où irait il dormir ? Son compte en banque n'était pas très rempli mais ca lui suffisait surement pour s'offrir une location d'un petit appartement dans une rue moyenne gamme de la ville seulement, il détestait vivre seul. Ca n'avait pas d'intérêt, sans doute trop habitué à vivre avec beaucoup de visages autour de lui, trop pour les compter, trop pour se souvenir de chacun d'eux. Un long soupir s'extirpa de ses lèvres n'ayant pas spécialement envie de faire un tour dans un foyer de jeunes travailleurs pour y trouver un lit pour la nuit. Ce n'était pas si mal mais ce ne serait que pour une nuit ou deux, rien de bien long et ensuite, même chose, il lui faudrait trouver un abri au chaud pour continuer à vivre.

Sans plus y réfléchir, l'image de Reimei finit par apparaitre dans son esprit comme une possible solution. Ses doigts sortirent le morceau de papier qui lui fut tenu, avec une adresse. Oui ! Elle était là la solution. Un gentil petit yakuza qu'il avait aidé lorsqu'il l'avait croisé en mauvais état dans une ruelle. Eurk heureusement ce souvenir suffit à l'anesthésié à vie de vouloir s'enrôler dans ce type "famille" louche au vu des dégâts qu'ils étaient prêt à faire sur leur subordonnés. A l'aide d'une carte, le japonais chercha le meilleur moyen d'arriver jusqu'à bon port à savoir le métro et une bonne dizaine de minutes de marche à pieds et s'il se dépêchait, le dernier transport ne lui filerait pas sous le nez. Alors sans plus attendre, ses pieds se mirent à courir, ses bras l'aidèrent dans sa démarchent. Son sac à dos tanguait de droite à gauche alors qu'il filait comme l'éclair jusqu'à la première rame de métro qui se trouvait sur son chemin, descendant les marches deux par deux. Sa main frôlait la barre de sécurité sur le côté de l'escalier car en cas de perte d'équilibre, elle lui sauverait probablement la vie. La dernière marche fut sautée. A peine atterrit, sa silhouette fila comme l'éclair. Ses yeux le guidait, cherchant un terminal électronique pour lui indiquer la voie à prendre à savoir la numéro une. Il bifurqua alors sur sa droite en faisant attention de ne bousculer personne sur sa route. De justesse, il entra à l'intérieur du train. Pas plus d'une demi heure de trajet suffit à l'amener jusqu'à bon port et durant toute cette pause, ses poumons en avaient profité pour calmer leurs ardeurs tout comme son rythme cardiaque. Et si finalement sa venue non annoncée gênait ? Tant pis, sa chance devait être tentée même si un changement de plan de dernière minute restait à prévoir.

En un clignement de paupière, il se retrouvait face à la porte d'entrée d'une résidence à en faire pâlir plus d'un. Ses yeux revérifiaient l'adresse sur le morceau de papier ainsi que celle du bâtiment. Pas d'erreur possible, il s'agissait bien de l'immeuble en question. Ses pupille s'agrandirent alors, surpris, alors que sa bouche mimait un "O" sans même s'en rendre compte. "Damnit. C'est une plaisanterie ? Il s'est foutu de moi ?" Il était trop tard pour faire machine arrière. Son doigt tapota un haut parleur pour demander à l'un des résidant de le laisser entrer car à part son prénom, il ne connaissait rien de l'identité de ce yakuza. Quoiqu'il avait tout de même le numéro de l'appartement. Au final, il se lança, la gorge sèche, frigorifié par la température extérieur puisqu'il n'avait pas bougé de sa position depuis un bon quart d'heure. Bip Bip Bip "Reimei ? " Il subsistait un doute sur la véracité de ces informations alors plutôt que d'attendre sans rien dire, le japonais enchaina ensuite. "Ah je ne sais pas si je suis à la bonne adresse mais ne me laisse pas dans le froid si tu m'écoute de l'autre côté. Je suis Raiden, un type que tu as rencontré dans le coin d'une ruelle. Bon ok dis comme ca je vais passer pour un psychopathe mais non je viens juste demander un toit au dessus de la tête." Il paraissait de plus en plus idiot à parler derrière un interphone, sans voir le visage de la personne qui se trouvait de l'autre côté. "Je reste là encore une petite dizaine de minutes. Si cette porte reste fermée, je pars ok pas besoin d'appeler les flics."


© Gasmask


Spoiler:
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 20 Déc - 19:38
home sweet home

raiden & reimei
▬ please don’t hide, don’t hide, please ... how long have you been crying ? you… ♫

Que c’était difficile d’attendre. Que c’était difficile de patienter sans savoir s’il se passerait quelque chose finalement. Parce que Raiden lui avait rien promis. Il lui avait simplement dit qu’il passerait. Il n’avait pas dit quand, ni combien de temps. Juste qu’il passerait. Et depuis peu, Reimei avait pris cette attitude étrange d’attendre dans son salon, le regard souvent accès vers la porte, espérant un jour, un soir, même un matin qu’importe, entendre l’interphone sonner. Mais il ne sonnait pas. Et chaque soir il se disait que son ami, étaient-ils amis au moins, avait du trouver un autre endroit pour dormir. Mais l’hiver arrivait. Et il espérait vraiment qu’il avait au moins un endroit chaud et de la nourriture pour tenir. Et pour une fois, de son côté, Reimei ne passerait pas l’hiver à la base de sa Famille. Pas de Noël chez les Yakuza cette année. Quoi qu’il n’était même pas sûr de fêter Noël non plus. Sa mère avait laissé un message sur le répondeur expliquant qu’elle était occupée avec le bal de charité d’un grand hôtel et que donc, il pouvait très bien aller chez des amis. Après tout il avait passé l’âge de fêter Noël. Mais quels amis ? Il était sorti de prison il y a à peine quelques mois, difficile de se souvenir de qui était les amis, et qui ne l’était pas.

Dehors le temps n’était pas le meilleur qui soit, et Reimei avait fini par s’enrouler dans le plaid traînant sur le canapé, poussant un peu chauffage, et détournant presque à regret son regard de la porte. Il s’était installé devant la télé, une tasse de chocolat chaud fumant et c’était décidé à passer sa soirée sans rien, sans même prendre le temps d’actualiser son blog ou encore de travailler ses traductions. Il était d’ailleurs si bien, qu’il n’avait pas tardé à s’endormir, ne s’éveillant que quelques heures plus tard au bruit de son interphone. Encore groggy, il se traîna enroulé dans la couverture jusqu’à celui-ci, avant de l’activer. « Reimei ? » demanda une voix et machinalement il hocha la tête sans vraiment prendre conscience que la vidéo ne marchait pas dans un sens. Il pouvait voir ce qu’il y avait dehors, même si présentement il ne regardait pas, mais pas l’inverse. « Ah je ne sais pas si je suis à la bonne adresse mais ne me laisse pas dans le froid si tu m'écoute de l'autre côté. Je suis Raiden, un type que tu as rencontré dans le coin d'une ruelle. Bon ok dis comme ca je vais passer pour un psychopathe mais non je viens juste demander un toit au dessus de la tête. »

Au fur et à mesure du flot de paroles, Reimei avait commencé à se réveiller, baillant légèrement, sans toute fois prendre conscience de qui lui parlait via l’interphone. Pourtant à force de regarder la petite image sur celui-ci, il eut comme un regain d’éveil, et d’un coup, il comprit que non il ne rêvait pas et que Raiden était bel et bien en bas et que c’était bel et bien lui qui était en train de lui parler. Bien sûr qu’il se souvenait de lui. Comment oublier celui qui l’avait soigné il y a trois ans de ça, celui avec qui il avait échangé avant son départ en prison et surtout le fait qu’il lui avait proposé de venir. Et finalement il était venu. Non vraiment difficile de l’oublier. « Je reste là encore une petite dizaine de minutes. Si cette porte reste fermée, je pars ok pas besoin d'appeler les flics. » Appeler les flics ? Pourquoi faire ? Et puis ce n’était vraiment pas Reimei qui allait les appeler. Non seulement il ne pouvait pas parler, mais en plus il restait tout de même un Yakuza, même si l’étiquette était dure à porter. Ouvrant la bouche pour lui répondre et lui indiquer l’étage, il s’arrêta encore une fois, quand aucun mot ne passa ses lèvres. Il n’y avait vraiment rien de pire que de se réveiller chaque jour et d’oublier que non il ne pouvait plus parler.

Ouvrant finalement sa porte d’entrée à volée, il courut le long du couloir avant d’arriver devant l’ascenseur priant pour que celui-ci se dépêche. Si Raiden était vraiment en bas, c’est qu’il n’avait sans doute nulle part où aller et il ne voulait vraiment pas que celui-ci reparte dans la rue et dans le froid surtout. Une fois dans l’ascenseur il appuya sur le bouton zéro, et se cala dans un coin de celui-ci, toujours assez bien enroulé dans son plaid, et tenta de se réveiller un peu plus. S’observant dans le miroir il fit la grimace à celui-ci. Il avait l’air bien, avec les cheveux en pagailles, des petits yeux, un gros pull tout doux par-dessus un pantalon simple qu’il mettait pour rester chez lui, et surtout sans chaussons qui bien sûr étaient restés dans l’entrée de l’appartement. Arrivant enfin en bas, il passa l’accueil saluant le gardien qui le regardait étrangement et déverrouilla le sas avant de tomber nez à nez avec Raiden. Lui souriant gentiment, il ne put se retenir un énième bâillement qu’il cacha derrière sa main, avant de l’attraper par la manche et de le tirer vers l’ascenseur d’où il venait de sortir. Autant ne pas le laisser une minute de plus dehors.


© Gasmask

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 22 Déc - 22:01
home sweet home

raiden & reimei
▬ please don’t hide, don’t hide, please ... how long have you been crying ? you… ♫

Le froid extérieur semblait le surprendre alors qu'il se trouvait en face d'une magnifique façade. A ses yeux, seuls les personnes aux moyens plutôt aisés pouvaient se permettre d'habiter dans un tel quartier, si bien que le doute planait sur la véracité de son adresse. Une nom noté rapidement au stylo, interprétable, déformable à volonté. Tsss tss ses mains venaient se positionner sur le dessus de ses bras tout en frictionnant les tissus pour réchauffer sa peau qui se trouvait en dessous. Oh la température n'était pas si basse et ses vêtements surement trop chauds pour la saison mais il était frileux de nature. Un mal pour un bien puisqu'il lui permettait de garder la santé. Ses jambes commençaient à se mouvoir doucement afin d'aider la circulation de son sang dans chacun de ses vaisseaux. L'un de ses doigts finit par appuyer sur les touches de l'interphone à la recherche d'une réponse quelconque que ce soit un bruit de fond ou encore le claquement d'un déverrouillage de la porte d'entrée de la résidence. Au final, personne ne semblait répondre à sa requête, si bien qu'il commençait réellement à se demander si toute cette histoire n'était pas un canular. Un risque à prendre bien qu'il aimerait trouver un toit au dessus de la tête pour la nuit.

Son visage se tourna un instant vers le ciel sombre qui comportait quelques étoiles de part en part, un sourire étirant ses lèvres à la simple vue de cette magnificence. Il n'en oubliait pas pour autant le résident qu'il interpellait pour une dizaine de minutes supplémentaires, rien de plus. Si après ce laps de temps, aucune silhouette ne se montrait à la porte ou si l'accès lui était toujours refusé, le japonais était prêt à partir sans faire d'histoire. Ce n'était pas son but ni même retourner en garde à vu. Alors par réflexe, il prit le temps d'indiquer que les forces de polices n'étaient pas nécessaire pour le déloger de s a place puisqu'il n'avait pas l'intention d'être un poids dans la vie de ce résident. Les faits étaient clairement dictés sans édulcorants, sans amalgame. Il ne lui restait plus qu'à fondre son visage dans son écharpe et patienter un instant. Dans ces moments là, les secondes devenaient des heures interminables; Pas le moins bruit venait éveiller ses sens. Le calme prenait place dans le quartier, protégé des petites frappes et des personnalités mal famées. Le sommeil commençait d'ailleurs à le gagner. Il fouilla dans sa poche à la recherche d'un montre pour y trouver l'heure. Plus que deux minutes avant le départ qui s'annonçait proche. Un long soupir finit par se montrer certainement déçu de ne pas avoir revu celui qui semblait être quelqu'un de fiable car outre son apparence gore le jour de leur rencontre, il n'avait pas eu d'à priori sur son apparence ni même lié à son métier. A savoir qu'il en connaissait un rayon sur les noms d'oiseaux donnés à leur espèce.

Finalement un bruit de porte l'averti d'une approche en cours. Son corps se tourna doucement dans la direction du bruit entendu afin de connaître l'identité du résident. Et alors que les mèches blondes s'approchaient, son sourire grandit d'avantage en le voyant bailler. Et puisqu'un bon bailleur réussissait à jouer les maladie contagieuse, sa main apparut face à sa bouche pour laisser entrevoir le même système automatique de défense contre la fatigue. Ce fut plus fort que lui. Sans broncher, ses pas suivirent ceux de Reimei, se baissant face au gardien pour le saluer poliment avant de monter dans l'ascenseur. Par réflexe, il observait l'étendu de l'installation qui semblait neuve voir proche du neuf, couplé à un visage ébahit. "Waow dis donc tu ne m'avais pas dit habiter dans un château fort. " D'un naturel chaleureux, le japonais le pris dans ses bras tout en tapotant doucement derrière son dos avant de le laisser en paix. "Ah ca fait plaisir de te revoir, tu as l'air crevé si tu voyais tes cernes." Ok bonjour l'approche en la matière mais il avait le don d'être amusant, les défauts ne se changeaient pas si facilement. La situation semblait risible entre un sushi emballé dans son plaid et un homme des cavernes à la recherche d'un peu de chaleur et d'un coin pour dormir, pourtant, ils s'étaient bien trouvés ses deux deux là. Les portes de l'ascenseur finirent par s'ouvrir sur un étage laissant Reimei prendre le lead sur la marche à pieds. " Hmm Merci. C'est cool ce que tu fais pour moi. Je sais cuisiner deux trois trucs je pourrais te faire profiter de mes talents."


© Gasmask


Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 23 Déc - 23:10
home sweet home

raiden & reimei
▬ please don’t hide, don’t hide, please ... how long have you been crying ? you… ♫

L’appartement que sa mère lui avait payé était sans aucun doute quelque chose que Reimei n’aurait jamais pu imaginer. A Minato, dans le quartier bourgeois de Shirogane, il y avait de quoi en dépaysé plus d’un, Rei le premier. Il avait vécu peut-être vécu dans une magnifique maison traditionnelle appartenant à la famille de sa mère depuis des générations jusqu’à ses cinq ans, mais honnêtement il n’en avait aucun souvenirs. Il se souvenait juste du petit appartement qu’il avait partagé avec son père après jusqu’à la fin du lycée, du futon dans le salon, et du kotatsu sous lequel il avait passé toutes ses nuits d’hiver. Il se souvenait de la salle de bain petite et encombrée par la machine à laver et l’étendoir, il se souvenait de la kitchenette près de l’entrée et de la seule chambre occupée par son père, tandis ses affaires à lui traînaient dans un coin du salon transformé pour la peine en une chambre avec un rideau pour le séparer du reste. Alors oui forcément ce grand appartement l’avait totalement dépaysé. Il avait eu du mal à s’y faire. Après un appartement insalubre, une chambre chez les Yakuza et sa cellule de prison, cet appartement à son nom tenait du rêve. Une cuisine américaine séparée par un bar du salon, de grandes baies vitrés, deux chambres, un bureau, une salle de bain assez grande avec des miroirs au mur et du carrelage et une baignoire incrustée au sol, et une bibliothèque. L’appartement devait au moins faire deux-cents mètres carré. Deux-cents mètres carré de solitude oui.

C’est pourquoi il avait proposé à Raiden de venir. Il n’était pas ingrat, et il avait toujours su aider ses amis dans le besoin. Il lui avait gribouillé l’adresse, lui assurant de venir quand il en aurait besoin. C’est pourquoi lorsqu’il avait enfin compris qui était sur le petit écran de l’interphone, il avait couru dans le couloir, pour être sûr d’arriver à temps et de l’empêcher de repartir dans le froid. Parce que Raiden ne l’avait pas jugé. Jamais. Il savait très bien ce qu’il était, l’engeance qu’il était, et il ne l’avait pas rejeté, l’avait soigné, lui avait toujours parlé. Et même après la prison … Même après cet enfer, alors qu’il ne pensait plus le revoir à leur « lieu de rendez-vous », il l’y avait retrouvé. Alors oui, Reimei avait tout fait pour arriver dans les temps en bas, après son long temps de réaction et de compréhension, et il fut heureux de voir que Raiden était encore là. Étouffant un bâillement derrière sa main, il avait eu le temps de déverrouiller le sas, se promettant mentalement de donner tous les codes et la clef à Raiden afin qu’il ne doive pas l’attendre tous les jours dehors. Après l’avoir tiré jusqu’à l’ascenseur il tapa machinalement sur le bouton du huitième étage, avant de se tourner tout sourire vers Raiden et être pris dans une étreinte qu’il rendit maladroitement. Plus tellement habitué à tout ça le Reimei.

« Waow dis donc tu ne m'avais pas dit habiter dans un château fort. » La phrase lui arracha un sourire avant qu’il ne hausse les épaules. Il faudrait qu’il lui explique le problème « maman » revenu dans sa vie. Après autant elle pouvait être un problème, autant, elle lui fournissait de quoi vivre, il n’avait en soit pas véritablement le droit de se plaindre. « Ah ca fait plaisir de te revoir, tu as l'air crevé si tu voyais tes cernes. » Haussant un sourcil amusé il se tourna de nouveau vers le miroir afin de recoiffer ses cheveux blonds roux délavés qui commençaient à se faire longs et se refit une grimace. En effet il avait des cernes atroces. Le problème de ne plus dormir bien sans être réveillé par un bruit ou par l’absence de bruits, mais ça c’était une autre histoire. Une fois de nouveau au huitième étage, Reimei passa devant Raiden, afin de se diriger vers la porte de son appartement, au fond du couloir. Tapant sur le boitier digital, il déverrouilla l’appartement avant d’ouvrir la porte et de laisser son ami rentrer. « Hmm Merci. C'est cool ce que tu fais pour moi. Je sais cuisiner deux trois trucs je pourrais te faire profiter de mes talents. » Souriant, il se dirigea vers le salon où traînait son téléphone sur la table basse et en profita pour y répondre à Raiden grâce à l’aide de son Smartphone.

« Pas de soucis. Tu veux visiter ? T’installer ? Manger ? Je crois qu’il me reste du chocolat chaud et ah du poulet ? Okay, ça va pas trop ensemble mais bon … » pouvait-on lire sur l’écran du téléphone, tandis qu’il déposait le plaid dans lequel il s’était enroulé sur le canapé, et enjoignait son ami à se mettre à l’aise.


© Gasmask

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 6 Jan - 21:14
home sweet home

raiden & reimei
▬ please don’t hide, don’t hide, please ... how long have you been crying ? you… ♫

Ce n'était pas tous les jours qu'un homme sans abri réel pouvait se pointer face à une grande porte d'entrée verrouillée par un code ou un passe selon les besoins. encore moins, dans l'un des quartiers les plus chers de la capitale, se demandant alors si toute cette histoire n'était pas une farce. Et même si c'était le cas, Raiden n'en n'aurait pas tenu rigueur à Reimei tout simplement parce que s'intégrer de base dans la vie des autres sans jamais rendre la pareille en tout cas de ce genre, laissait souvent un souvenir amère. Tant pis, il s'y essaya même si le froid gagnait ses mains, son nez, la peau de son visage qui se dépigmentait à vue d'oeil. Heureusement, la silhouette du blond finit par apparaitre sous ses yeux. Il ne put cacher son soulagement, déjà parce qu'il avait la bonne adresse et en plus, il avait l'occasion de revoir une "vieille" connaissance, qui visiblement s'en sortait pas si mal dans la vie s'il réussissait à vivre dans ce palace.

Ses pieds suivirent la cadence, emporté au travers d'un hall d'entrée digne d'un cinq étoile, visiblement bien gardé même la nuit. Un simple signe de tête suffit à saluer le gardien avant que ses yeux ne rejoignent les murs et le plafond dans une danse frénétiques à la limite de l'étourdissement. Tant de détail, tant de luxe mais était ce réellement possible de pouvoir rester ici ? Sa bouche prit la forme d'un "O" éberlué par les images qui lui parvenaient à mesure qu'il marchait; Finalement installé dans l'ascenseur qui les mènerait jusqu'à bon port, Raiden parlait encore et encore comme pour éviter les blancs un peu trop lourd, bien conscient que le blond, n'était pas en mesure de lui répondre là maintenant. Il n'avait pas l'habitude mais ca lui viendrait naturellement par la suite. Enfin, s'il se trouvait dans la position inverse, il apprécierait sans nul doute que ses amis ou ses plus proches lui adressent la paroles comme un être humain normale sans faire ressortir le côté handicap. Aussi, il n'était pas difficile d'apprécier les sourires qui lui étaient réservés en guise de réponse.

Un, deux trois, quatre, cinq, six, sept, huitième étage donc ? Son corps se décolla du mur pour suivre le japonais sans attendre. Il se cala derrière lui tout en regardant sur le côté afin de le laisser faire le code sans jamais jouer les indiscrets. Puis, lorsqu'un cliquetis positif finit par se faire entendre, laissant une porte assez lourde se déverrouiller, il emboita le pas afin de rentrer dans la pièce chauffée qui lui faisait face. Mais là encore, sans surprise, l'appartement était tout aussi fascinant que le hall d'entrée, dans des volumes proches de la démesure. Incroyable mais vrai ? Son sac glissa de ses épaules avant de finir sa course sur le sol, son manteau fit de même frottant alors les paumes de ses mains l'une contre l'autre afin de se réchauffer un peu plus car si la température était agréable, il ressentait également le contre coup de l'ambiance extérieur. Un clic, bruit d'un téléphone posé sur la surface de la table basse attira son attention. Aussitôt Raiden se rapprocha s'installant alors sur une place du canapé avant de tirer le téléphone vers lui. « Pas de soucis. Tu veux visiter ? T’installer ? Manger ? Je crois qu’il me reste du chocolat chaud et ah du poulet ? Okay, ça va pas trop ensemble mais bon … » Ce qui eut le mérite de lui tirer un beau sourire conscient qu'il avait une nouvelle fois de la chance d'être tombé sur quelqu'un de bien. "Et comment que je veux visiter ! Pour le repas on verra demain je peux tenir bon." Car sa priorité c'était avant tout de lui prendre le moins de temps possible afin qu'il puisse se reposer correctement. Seulement l'idée de se perdre ou d'aller dans une pièce qui lui serait interdite par inadvertance n'était pas envisageable. "N'hésite pas à me dire là où je ne dois pas mettre les pieds, tes habitude. Je me ferais tout petits et bien sur, tu me vires avec un bon coup de pieds aux fesses dès que tu en a marre de voir ma beautiful face." Ses paupières s'ouvraient et se refermaient rapidement lui donnant des airs efféminés avant d'exploser de rire à sa bêtise. Néanmoins, tout ce qu'il avait dit précédemment était à prendre au pieds de la lettre. Pas sur que sa copine apprécie de le voir trainer dans le coin s'ils voulaient avoir un peu d'intimité. "et n'hésite pas à inviter ta copine enfin si tu es pris ou tes copines hein chacun ses préférences." Laissant planer le doute sur l'absence d'attache que beaucoup de jeune de leur âge prenait pour du gain d'expérience avant le mariage. Son dos s'appuya contre le coussin confortable, posant ainsi une de ses main sur l'accoudoir de son côté.


© Gasmask

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 18:57
 

home sweet home || ft minegaito raiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» Home, sweet home. . . [PV: Deino, Sai, Naomie, Milla]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-