AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 damn, what are you doing here. (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 27 Déc - 1:00
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ « .BAE SOO JUNG ! TU COMMENCES DANS CINQ MINUTES » la voix de son patron résonne dans tout le vestiaire, les regards de ses collègues se reposent sur elle, un sourire moqueur sur leurs visages. Soo Jung lève les yeux au ciel et soupire. La jeune fille troque sa tenue composé d'un jeans noir, un petit haut avec quelques broderies, une veste en jeans pour un simple débardeur et un short de sport et des chaussettes montantes. L’attirail installé, la demoiselle attrape un de ses élastiques dans son casier pour essayer de dompter la chevelure ondulé qu’elle possède, c’est un chignon désordonné dont elle seule à le secret qu’elle parfait presque sont kit de survie. Les mains posées sur les hanches, la coréenne réfléchit à ce qu’elle a oublié. « .Soo Jung, t’es prête ?. » elle sursaute et fait une moue boudeuse. « .Bientôt. » elle secoue la tête, essayant de chasser cette idée qu’elle est tellement importante pour l’entreprise. « .je crois que tu as oublié le truc pour ta bouteille d’eau. » une petite voix se fait entendre derrière elle. Soo Jung se retourne, un sourire illuminant son visage. Elle s’incline plusieurs fois, la remerciant. L’adolescente se dépêche de chercher son sac, une fois la main dessus, elle sort sa bouteille et court la remplir d’eau. Elle sautille d’impatience, comme si ces petits sauts allaient l’aider à remplir la bouteille plus vite. « .tu veux de l’aide pour enfiler le costume ? » sa sauveuse passe la tête à travers la porte des toilettes. Soo Jung ferme sa bouteille pleine et fait oui de la tête de façon hâtive avant de courir devant son casier. S’équipant de son dernier outil de survie. Elle prend deux petits morceaux de scotch et cale la paille contre sa joue, de façon à ce qu’elle puisse boire à volonté sans l’avoir tout le temps. Elle se retourne et inspire profondément. C’est partit.

deux heures plus tard. là voilà dans les rues de Shibuya, accompagnée de ses deux acolytes qui tiennent les prospectus pour faire de la pub au magasins. Quant au rôle de Soo Jung ? C’est simple, c’est elle la grosse peluche qui danse et qui accoste tout le monde, qui fait des câlins à tout le monde. Elle sent une pression sur son bras gauche, faisant attention à ne pas trébucher, elle se poste dans le coin indiqué et commence alors son petit numéro. C’est dans des mouvements de bras et de jambes qu’elle tente de faire une petite danse sous les encouragements de ses deux complices et sous les rires et les clappements de mains des enfants. Elle ose même se dire qu’heureusement qu’elle ne sait pas danser, ces mouvements sont d’autant plus drôle et plus mignons aux yeux des tous petits. C’est épuisée qu’elle termine sa petite danse, elle a chaud dans son costume, elle sent les gouttes de sueurs perlaient sur son front et dans son dos. Elle a les mains moites et elle jurerait être rouge comme une pivoine. Elle s’aventure à poser ses deux mains de nounours sur son visage et soulever légèrement la tête, de façon à ce qu’elle sente l’air hivernale rentrer dans sa prison. Perdue dans sa quête d’oxygène, elle ne voit pas l’enfant courir vers elle et lui sauter dessus, surprise elle lève les bras en l’air et tente de faire attention à ne pas tomber en arrière ou sur l’enfant. Le moment des câlins et des photos est venu plus vite que prévu. C’est avec une légère panique qu’elle appréhende le moment, mais tout va bien, ses collègues gèrent plutôt bien la chose. Et c’est des poses et des selfies qu’elle enchaîne, faisant quelques grimaces sous sa tête d’ours. Et puis l’impensable. Lui. « .mais qu’est-ce qu’il fout là lui ? » murmure-t-elle sachant très bien qu’elle n’est pas entendue. C’est incrédule qu’elle le voit dans la foule de ses admirateurs et soudain, elle comprend, ou plutôt pense comprendre. Elle tente d’opprimer le fou rire qui la gagne.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 27 Déc - 14:20
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ Amori était un peu le champion du selfie. Il n'était pas rare de le voir poser devant son téléphone dans les moments les moins opportuns. Il ne s'était d'ailleurs guère gêné de se mettre à l'oeuvre un peu plus tôt dans la journée, pendant que les autres membres des Li Blue répondait sagement aux questions du journaliste.  Preuve en image. Maintenant que le groupe visionnait le reportage en compagnie de leur manager, tous se retournèrent vers lui pour le fixer d'un regard réprobateur… ou pas. Non, il n'y avait que leur manager pour lui faire les gros yeux ! Les autres s'amusaient davantage de ce qui allaient s'en suivre… Les yeux grands écarquillés, un peu paumé mine de rien, le japonais se demanda ce qu'il avait fait de si mal. A croire qu'il n'avait pas pigé que son attitude avait été quelque peu malpoli. Pour lui, ça n'avait rien de grave de poster une malheureuse photo sur son compte instagram ! Il ne faisait que partager son quotidien en direct, pensant bien à ses fans et à sa copine qui la soutenait de près. Même Jin, son petit beau-frère, le suivait comme un groupie sur chacun de ses comptes sociaux !! C'était un peu un moyen de communication à distance puisqu'il n'avait pas cette chance de les voir plus souvent… Heureusement, la promotion de leur dernier tube se terminait bientôt et il reprendrait bientôt ses études à Royal. Il avait hâte, ne serait-ce pour retrouver sa petite-amie au dortoir et la rejoindre incognito dans son lit pendant que tout le monde dormait… Enfin, ce n'était plus un secret pour personne !

Le remontage de bretelle passé, le boyband eurent le restant de leur journée de libre, puisque libérés de leurs obligations. Amori resta quelques minutes supplémentaires dans le vestiaire, toujours le nez planté sur son smartphone alors qu'il rédigeait un dernier message pour Ai au sujet du savon qu'il venait de se prendre. Il se demandait tout de même si cette séquence allait être retiré au montage…Dommage. Ça aurait pu être drôle ! Les quatre autres membres quittèrent l'agence à tour de rôle sans oublier de lui faire un check. Il aurait pu suivre son pote Canaan dans ses projets, mais attendant une réponse de sa copine, le japonais préféra prendre son temps, au cas où elle était libre cet après-midi. Manque de bol, ce ne fut pas le cas ! Elle avait toujours tout un tas de truc de prévu !! Il se demandait bien souvent comment elle faisait pour ne pas s'écrouler tant elle possédait un véritable emploi du temps de ministre. L'avantage dans tout ça, c'est qu'elle ne risquait pas de le tromper ! Enfin, il l'espérait. De toute façon, il ne se faisait pas réellement de soucis pour ça. Il avait confiance en elle et puis… si cela devait arriver, il le remarquerait tout de suite ! Ai n'était plus tellement une énigme à ses yeux. Elle était devenue la plus belle chose qu'il lui soit arrivé.

Chassant bien vite ses pensées d'une niaiserie écœurante de son esprit, le jeune idole se dépêcha de quitter les lieux, avec l'une de ses nombreuses casquettes collector sur la tête. Avec son grand manteau rouge et son écharpe verte, il espérait passer plus facilement incognito. Enfin… pas sur avec ces couleurs !! Mais au moins on ne voyait plus trop son visage, puisque partiellement camouflé sous le bout le tissu enroulé autour de son cou. Il avait envie de voir du monde, de profiter d'une journée normale, comme un individu lambda. Shibuya était le quartier le plus animé et le plus blindé de la ville ! Notamment en cette période de l'année où s'y trimballaient aussi de nombreux couples avec leurs mômes de bas âges… ou pas. Oui, il fut sûrement le plus grand enfant de l'assemblée lorsque son attention fut stoppé par une silhouette des plus communes. Cet ours en peluche il le reconnaissait !! Bien entendu, puisqu'il avait la même, mais en miniature. Il possédait la réplique en clé usb. Les yeux pétillants d'admirations, Amori ne s'était pas attendu à croiser l'ourson grandeur nature dans les rues de Shibuya ! Il était habitué aux pokémon et compagnie… Mais pas à ça ! Pendant une fraction de seconde, il retomba en enfance ! « Oh putain, j'y crois pas ! Hé attends bouge de là toi. C'était moi avant ! » dit-il alors qu'un gamin de sept ans tout ou plus, s'était posté devant lui. Il n'allait pas se faire chourer son tour alors qu'il comprenait qu'il s'agissait de la séance dédicace et selfie ! Il n'allait pas se faire prier, même à son âge ! En revanche, il garderait le cliché rien que pour lui. Il manquerait plus que ça circule sur le net… Bon, la plupart de ses fans trouveraient cela mignon… Mais adieu la virilité. Certains ne se gêneraient guère pour le charrier à propos de ça ! Lorsque vint son tour, Amori se jeta tout excité en direction de l'ours en peluche, un sourire indélébile au minois. Il s'était retenu de ne pas le prendre dans les bras, positionné juste à côté de lui. Il attendit tout simplement qu'un de ses subordonnés les prennent en photo alors qu'il descendait rapidement l'écharpe de son menton. Il fallait quand même qu'on voit sa face sinon ça ne valait pas la peine ! Sans trop savoir pourquoi, il sentait que la personne à l'intérieur du déguisement se marrait comme jamais !! Il n'y prêta pas tant d'attention, se focalisant sur l'appareil photo qui tardait à propulser son flash. Il était euphorique mais son sourire n'allait pas durer éternellement si vous voyez ce que je veux dire.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Déc - 16:54
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ Il fait chaud sous cette chose, c’est ce qu’elle se dit intérieurement ou pas, depuis qu’elle a commencé son service. Et dire qu’elle en a encore pour deux heures. Par chance, il fait frais aujourd’hui, elle sent une petite brise légère qui entre par le coin visière/bouche de la tête de son costume. Ça la rafraîchit mais cela n’enlève en rien la sueur qui commence à perler sur son front et dans son dos. Et puis bon, elle se résigne, se dit que ce n’est pas tous les jours, qu’elle ne travaille que trois-quatre fois par semaine et qu’elle visite les rues, qu’elle donne un peu de joie dans le cœur des petits et des grands. La souffrance qu’elle n’éprouve n’est rien comparée à ce que peut ressentir son petit cœur d’artichaut quand elle pose et prend des photos avec les gamins. Postée à un endroit stratégique, entourée de sa compagnie, elle s’amuse à faire une petite danse, heureusement que ce ne sont que des gestes simples et pourtant, chaque mouvement est une épreuve. Aller porter ce genre de trucs par quelqu’un qui pèse quarante-neuf kilos à tout cassé. Elle ne compte plus le nombre qu’elle serre dans ses bras, il y en a trop cependant, elle se perd dans ce jeu et une partie d’elle en profite quand même un peu.

S’ils ne voient que l’ourson, elle, elle voit tout le monde. Rit de certaines expressions, sourit comme une enfant quand elle voit un petit demander à sa mère si il peut venir, elle la voit lui dire non, qu’il ne pourra pas, il y a trop de monde, elle ne comprend pas la suite, tout ce que Soo Jung sait, c’est que ce petit aura sa photo. Alors dans une mimique théâtrale, elle se tourne vers une de ses collègues, fait genre qu’il lui dit un secret. « .le petit, là-bas, avec son manteau vert, amène le moi s’il te plait. » tous les regards sont sur elle, elle le sait, elle le voit, mais tout ce qu’elle voit elle, c’est ce gamin. Sa collègue appelle le petit, il se retourne, sa mère se stoppe. Sa collègue invite l’enfant qui lâche la main de sa mère sans réfléchir et court dans les bras de Soo Jung. La jeune fille donne tout pour que le petit puisse se rappeler de ce moment. En tout, il aurait droit à trois photos et plus encore, comptant les autres personnes. C’est avec des mouvements de bras en guise d’adieu qu’elle lui dit au revoir. Puis elle le voit. Lui. Dans sa tentative de ne pas se faire reconnaître, il a raté, surtout avec elle. Et puis c’est quoi ce manteau rouge et cette écharpe vert ? Autant qu’il brandisse une pancarte avec son prénom dessus. Et puis qu’est-ce qu’il fait là ? Elle le voit s’énerver contre un enfant, Sérieux ?

Ça se passe trop vite, le voilà qui s’avance vers elle, sourire heureux plaqué sur le visage. Alors c’est ça qui le fait rêver en dehors d’être chanteur danseur ? Et si elle s’amusait un peu, elle lève ses pattes d’ours et les pose sur sa bouche. Elle se dandine légèrement sur place. Elle entend quelques rires et il se place à côté d’elle. Toi, tu ne perds rien pour attendre. pense-t-elle très fort. Si jusque-là, elle se retenait de rire, elle ne tient plus. D’un regard en biais, elle le voit baisser son écharpe pour la photo. Et elle rit, à gorge déployé. C’est bien lui. Amori. Elle grave ce moment dans sa mémoire. A charge de revanche, il va regretter. Sa collègue s’excuse, l’appareil a un petit problème. Elle a juste besoin de quelques minutes pour régler ça. Un sourire narquois se plaque sur le visage de Soo Jung, elle place un de ses bras sur les épaules d’Amori et le rapproche un peu plus d’elle. Il va l’avoir sa photo, une photo mémorable. Elle tente de se rapprocher le plus possible du jeune homme et glisse un. « .Amori ! » assez fort pour qu’il puisse l’entendre. « .alors c’est ça ton kiff ? prendre des photos avec un ours géant ? je te tiens maintenant ! » elle resserre sa prise autour de ses épaules. « .au fait, c’est Soo Jung débile ! » elle ne peut retenir un ricanement.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 2 Jan - 11:25
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ La poisse absolue. De toutes les personnes pouvant se trouver à l'intérieur de cette énorme peluche, il avait fallut que ce soit Soo Jung. Bae Soo Jung ! Même s'il avait été fort surprit d'entendre son nom, il n'avait pas immédiatement mis un visage sous ce déguisement. Il s'agissait là d'une voix féminine. Peut-être une fan ? C'était ce qu'il avait crut pendant l'ombre d'un instant, avant que cette peluche ne l'agrippe un peu plus, comme pour l'empêcher de filer. Il avait alors eut cet air incrédule quant elle évoqua son penchant pour les ours géants. Sa bouche se tordit en une somptueuse grimace lorsque l'inconnue mystère révéla sans trop d'attente son identité ! De là, il bugga littéralement et oublia même de refermer la bouche. A vrai dire, il ne sut pas exactement pendant combien de temps il resta planté là, puisque ce fut le flash de l'appareil photo qui le sortit de sa torpeur ! Pour un débile fini, c'était clairement la photo du siècle avec la gueule qu'il venait de se payer ! Il se tourna alors vers la personne qui secouait vigoureusement l'appareil pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas fait exprès. Comme par hasard, il fallait que ça tombe sur lui ! Il se retint alors un râle, d'humeur nettement moins joyeuse. « Excusez-moi ! On va en refaire une !! Rapprochez-vous un peu plus ! » Il poussa un nouveau soupir face à cette incompétente. C'était qu'il n'avait plus la moindre envie de se rapprocher d'elle maintenant… Sauf qu'elle lui laissa pas le choix. Quelle poisse, sérieux. A contre cœur, il fixa l'appareil avec un sourire qui se voulait crispé. Amori s'adressa tout de même à Soo Jung d'une voix passablement audible, entre ses dents. « Et toi qu'est-ce que tu fous dans ce costume ? Ta famille a fait faillite ? Ou bien tu n'as rien de mieux à faire de tes journées ? » Ça, il n'en avait pas la moindre idée. Il ne savait absolument rien de sa vie, mis à part qu'elle était une belle gosse de riche, fille à papa, qu'il s'était amusé à « torturer » psychologiquement lors d'un gala, parce qu'il se faisait chier. Non, Amori n'avait rien contre les gosses fortunés. Il venait de ce milieu, après tout. Il se plaisait juste à narguer ceux qui pétaient plus haut que leurs culs. Comme si tout leurs étaient du à leurs naissances… Ça le faisait marrer comme il n'avait jamais été élevé dans cette optique. Du coup, il s'imaginait que la petite était pareille. Du moins, il n'avait pas cherché à le savoir réellement. Elle avait été sa dose d'amusement le temps d'une soirée et peut-être bien qu'il avait été un peu trop loin. Rien de probable lorsqu'il se mettait à jouer les cons… Mais ça, c'était parce qu'il était persuadé qu'il ne la reverrait plus jamais ! Leurs père étaient de bons collaborateurs mais rien ne laissait sous-entendre qu'ils se reverraient un jour… Surtout après la soirée qu'ils avaient passé ! C'était un peu la manière d'Amori de se venger pour avoir été traîné là. La pauvre Soo Jung n'avait été qu'un jouet pour sa distraction personnelle… Maintenant, il se retrouvait dans une situation quelque peu compromettante, loin de l'image qu'il s'était donné cette nuit-là… Bonjour l'angoisse. Il préférait encore se faire passer pour un connard que pour un adorateur des ours en peluches ! C'était bien sa vaine.

«  Roh et puis merde ! » Il n'avait pas réfléchit et s'était laissé guidé par son instinct impulsif. Ce pourquoi il s'était saisi de l'énorme tête en peluche pour la soulever dans les airs et y laisser transparaître la bouille à cette vilaine fille, les joues rouge et les cheveux tout ébouriffés, dressés par l'air statique. Le japonais aurait pu rire mais à la place il la fixa d'un air grave, pas du tout amusé. Tout autour d'eux, des plaintes jaillirent de part et d'autre et des sanglots d'une ampleur phénoménale s'en suivirent sans discuter… Les enfants, profondément choqués par ce qu'ils venaient de voir, se mirent à hurler de toutes leurs forces ! C'était un peu comme prouver au monde entier que le père noël n'existait pas… En tout cas, cet ours en peluche n'était qu'un leur. Il ne se sentit que peu fier lorsque l'on commença à l'insulter ouvertement. Heureusement on ne sembla pas l'avoir reconnu. Il se dépêcha rapidement de camoufler le bas de son visage avec son écharpe et espéra même naïvement prendre les jambes à son cou ! « Putain, t'as vu ce que t'as fais ! » Et il était de mauvaise foi en plus ! Le ponpon. Il sentait la merde arriver alors qu'un des collègues à Soo Jung lui tapa lourdement l'épaule pour qu'il se retourne. Voilà, son sale quart d'heure allait débuter… « Mais qu'est-ce qui t'as pris imbécile ! Maintenant il va falloir payer pour ça… Allez suis-moi. » Ne lui laissant guère le choix, Amori fut tiré par le bras en direction de leur fourgon qui avait été leur moyen de transport… Rapidement propulsé à l'arrière de la voiture, le visage du chanteur changea littéralement de teinte lorsqu'il aperçu la réplique identique du costume à Soo Jung, à l'exception que celle-ci était rose ! La réplique au féminin de Soo Jung ! Oh mon dieu. On allait tout de même pas lui obliger à faire ça… « On va en profiter pour prendre une pause, puisque tu as tout foutu en l'air… Pendant ce temps, enfile ce costume ! On t'attendra dehors. » Sur ses mots, il referma la porte du fourgon et le laissa seul dans l'obscurité avec cet affreux déguisement qui ne demandait qu'à être enfilé… Mais pourquoi n'avait-il pas suivi Canaan, non d'un chien !

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 4 Jan - 23:28
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ Alors là, si ce matin on lui avait dit qu’elle allait croiser cet idiot alors qu’elle était en plein service, Soo Jung aurait rigolé à s’en pisser dessus –et elle en est bien capable. C’est avec une joie intense qu’elle le voit là, près d’elle, se pavanant tout fière à côté d’un ours grandeur nature. Elle rit Soo Jung, doucement mais assez pour qu’il l’entende. Intérieurement, elle rit tellement fort que Paris pourrait l’entendre. Elle roule des yeux, excitée par son comportement. C’est sans attendre qu’elle le capture, qu’elle le coince sous cet énorme bras qui commençait à peser lourd dans le vide. Elle l’accoste, sans ménagement. Elle tourne la tête vers sa collègue, la photo va bientôt être prise mais elle donnerait chère pour voir la tête qu’il à l’ instant où il se rend compte qui elle est. Bingo, le flash capture ce moment et Soo Jung va pouvoir jubiler devant cette photo pendant le reste de sa vie, une idée sournoise lui vient en tête. Cette photo, elle ne sera pas que pour elle. Et en plus elle en aura deux, le jackpot. L’appareil photo a déconné et du coup, ils sont obligés de prendre une autre photo. Soo Jung voit sa coéquipière se démenait avec l’appareil, elle ne comprend pas ce qu’il se passe mais le temps d’attente donne la permission à Amori de riposter. Qu’est-ce qu’elle fout ici ? Elle bosse tient, elle n’est pas là à se tourner les pouces en attendant que le virement de papa arrive toute les semaines. Elle ne supporte pas et n’a jamais vraiment supporter être au crochet de quelqu’un. Déjà toute petite, elle avait cette horreur de devoir quelque chose à quelqu’un. Faillite ? Grosse Blague, l’hôpital se porte à merveille, surtout depuis ses visites pendant un an l’année dernière. Sa présence avait étrangement rassuré le personnel et surtout les patients qui commençaient à croire qu’ils n’étaient que de la viande à soigner. Rien de mieux à faire de ses journées. Elle en rit, elle a tellement de choses à faire qu’elle s’étonne encore d’avoir des moments où elle se permet un peu de liberté. « .oh, t’aimerais tellement ça n’est-ce pas ? » qu’elle roucoule en appuyant un peu plus sur ses épaules. « .non, nous ne sommes pas en faillites, le groupe se porte très bien. non, je n’ai pas que ça à faire de mes journées et ce que je fais ? je bosse mon vieux, pas comme toi qui est là a posé d’un ours en peluche. Je gagne mon argent comme tout le monde, je n’attends pas qu’il me tombe tout droit dans le bec. » qu’elle rétorque avec un peu plus de niaque.

Elle secoue la tête, la photo met beaucoup de temps à venir tout d’un coup. Elle soupire et quelque chose en elle se réveille quand elle l’entend jurer. Ça se passe trop vite pour qu’elle riposte et une seconde plus tard, elle sent l’air frais de décembre lui chatouiller le bout du nez. Elle sent une vague de fraîcheur l’envahir et un frisson le combattre. Elle a les joues roses, elle a chaud, ses cheveux partent en vrille et tout ce qu’elle entend c’est des gémissements, des protestations et des pleurs. Instinctivement, elle cache son visage le plus rapidement possible avec ses pattes. Espérant ne pas se faire prendre en photo par le public. Au départ, son regard se fait triste puis il change, elle est en colère et elle a bien envie de lui sauter dessus. « .non mais tu fous quoi là ? » lâche-t-elle avec hargne. Toujours cachée, elle espère que ses collègues lui remettront la tête d’ours tout de suite. Au fin fond de sa tête, elle entend son patron lui hurler dessus. Un ours décapité dans Shibuya, étrangement elle voit bien la une des journées. Un frisson la parcourt et elle tombe de haut. En plus, il se permet de rejeter la faute sur elle. Elle n’a pas le temps de répliquer qu’elle le voit se faire embarquer par des mecs du magasin, un sourire sadique s’installe sur ses lèvres et aussitôt, elle remet sa tête d’ours. Elle tente de reprendre contenance devant les gens. Première chose, rassurer les enfants. Soo Jung se baisse et se baisse de nombreuse fois, s’excusant de l’évènement. Elle frotte ses grosses pattes entre elle tandis que ses collègues tentent de rassurer les gens. Soo Jung, se craque la nuque et commence à faire l’imbécile, elle bouge ses bras, ses jambes, son popotin comme si elle était possédée par une pieuvre. Elle met un certain temps avant que les enfants arrêtent de pleurer et que les gens se calment. Puis finalement, les photos reprennent, les gamins en priorités. Soo Jung fait la fête à tout le monde, tentant de faire oublier ce misérable évènement. Et puis elle s’arrête, choquée. Un ours, de couleur rose, s’avance vers elle. Elle se pince les lèvres très fort pour s’empêcher de rire. Elle sait qui c’est, elle le sent. Amori. Bien fait. Elle jubile. S’élançant à sa rencontre. Soo Jung va récupérer sa petite amie, bras dessus bras dessous, elle la présente à tout le monde. Regardez comme elle est belle. « .Bien fait pour toi, maintenant tu vas découvrir ce que c’est de travailler avec le petit peuple. » ironie quand tu nous tiens. Elle se languit déjà de voir ses prouesses.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 3 Fév - 0:48
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~Parfois il se disait qu'il avait vraiment le don pour se foutre dans la merde. Parfois était un euphémisme. Il l'avait pourtant bien aimé cet ours en peluche avant de découvrir le pot aux rose!  Cela aurait pu être n'importe qui, mais non. Fichu karma quand tu nous tiens… C'est ainsi qu'il fut embourbé dans cette situation plus que compromettante, face à un costume rose qui lui donnait la gerbe. Bien conscient qu'il avait cependant une dette envers ces gens et ces enfants qu'il avait fait pleurer, Amori se mit à l’œuvre à contre coeur, enfilant ce truc énorme avec difficulté, puisque dans le noir. Il ressentait tout le poids de ce costume au moindre de ses mouvements et commençait dores et déjà à suer à l'intérieur. Eh beh. Elle ne paierait rien pour attendre celle-là ! En attendant, il manqua de tomber à la renverse en descendant du fourgon. Impossible de savoir si cela s'était vu, et dans bien des cas il se trouvait soulagé d'être camouflé grâce à ce costume. Personne ne soupçonnerait sa réelle identité et c'était presque un luxe de ne pas avoir à se cacher, tout en étant caché. Le paradoxe. Il n'eut d'autre choix que de rejoindre Soo Jung puisque l'autre mec revint rapidement au galop pour le pousser jusqu'à elle. Il grogna intérieurement, s'efforçant de ne pas agir impulsivement malgré l'envie qui lui prenait de lui foutre un pain dans la figure… ou plutôt une patte d'ours. Ce n'était pas demain la veille qu'il supporterait l'autorité, surtout contre son gré. M'enfin… il l'avait plutôt bien cherché, donc restait à prouver qu'll était capable d'assumer ses conneries. Et cette idiote méritait qu'on lui couse la bouche… et il le ferait un jour, foi d'Amori !

Petit peuple, petit peuple… « Non mais tu vas te détendre ma vieille. C'est surtout ce travail qui est petit si tu veux mon avis ! Puis comment on fait pour bouger comme il faut avec ce truc ! Ça pèse une tonne bordel, quoi ! Vas-y ça me soûle ! » râla t-il en gesticulant à l'intérieur de son costume. Inconsciemment, il produisit des mouvements chaotiques qui parurent plaire aux plus jeunes puisqu'ils se mirent à applaudir sa « performance ». Ah tiens, ça il connaissait ! Même s'il était plus habitué à ce qu'on l'adule sur une scène. Bon… ces pauvres gamins n'y étaient pour rien et il n'allait pas leur faire payer pour quelque chose dont ils n'étaient pas fautif… En revanche la Soo Jung, elle prendrait cher. Ça, il se le jurait. « On doit faire quoi ? Jouer les ours trisomiques toute la journée et prendre des photos ? Tu parles d'un travail… Si tu veux un taf qui rapporte mieux, je pourrais peut-être t'aider… Mais ça te boucherais le cul d'accepter mon aide, pas vrai ? » Poétique en prime.  Il tenta un geste avec son énorme bras en peluche et perdit équilibre. Heureusement qu'il y eut un poteau derrière lui pour éviter le pire. Les poteaux ça sauvaient toujours des vies… comme ça pouvait en assommer quelques uns. A la place, il tâcha de garder le semblant de dignité qu'il lui restait, offrant un grand sourire à l'enfant qui approchait dorénavant vers lui pour obtenir une petite photo. Il pouvait sourire autant qu'il le voulait, la gamine ne le voyait pas ! « Ok, approche ma mignonne. Viens voir Teddy-girl… Viens dans mes bras… » Euh… ça sonnait davantage comme un appel au viol non ? Il fallait dire qu'avec sa voix naturellement grave, cela n'arrangeait pas la chose. Pedobear est dans l'action.

hrp:
Spoiler:
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 6 Fév - 23:58
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ L’italienne tente de sauver les apparences. Elle sait déjà d’avance que son patron ne va vraiment pas être content du bordel qu’elle vient de foutre. Qu’importe que ce soit Amori qui ait commencé ou non, ce sera de sa faute à elle. Sa faute de ne pas avoir anticipé l’énorme connerie qu’il a fait. Elle gesticule dans tous les sens, prenant des photos avec les enfants, espérant que d’ici ce soir, ils auront oubliés l’énorme fiasco. Elle croise les doigts de la main, des pieds et tout ce qui peut se croiser chez le corps humain qu’aucune vidéo n’a été prise lors du pétage de câble de ce très cher Amori. Amori qui revient très vite déguisé en son double rose. Soo Jung explose de rire dans son costume tandis qu’elle secoue les mains en l’air comme pour lui faire coucou. Il a une de ses dégaines. A en mourir de rire. Ah, il est loin l’idole de ses filles. Mon dieu, si Ai voyait ça, sûre et certaine qu’elle se pisserait dessus. Elle regarde discrètement les gens. « .allez-y, prenez des photos je vous en prie. J’ai une chambre à refaire. » elle s’y voit déjà, pourrir les murs de la chambre de Saitô avec pleins de photos de sa tronche. Et comme en plus l’appareil qui a été utilisé pour les photos c’est celui de l’entreprise, Soo Jung n’aura aucun mal à les récupéré et les imprimés. Un sourire sadique sur le visage, elle accueille son amoureuse du moment en dandinant des fesses. Les enfants applaudissent l’arrivée avec un brouhaha qui pourrait faire recouvrir l’audition à un sourd.

« .oh ça va, arête ton cirque Saitô, t’as cherché la merde maintenant tu repars les pots cassés. N’oublie pas qu’il y a cinq minutes tu étais à la place de ce gosse couillon. » qu’elle lui lance, un air exaspéré sur le visage, heureusement que personne peut la voir sinon tout le monde la fuirait. Un sourire moqueur apparaît sur son visage fatigué quand elle le voit danser. Enfin, elle sait qu’en apparence, il semble danser mais à l’intérieur il doit surtout comprendre comme lever les bras et supporter la masse du costume. Un bien fait résonne fortement dans son esprit. « .oh, c’est bon, arrête de te plaindre. Subit et ferme là. Et ouais, ça me boucherais le cul d’accepter ton aide comme tu dis. T’es soulant Amori. » crache-t-elle. Elle tente de lui faire comprendre les choses mais c’est comme parler à un mur. Sérieusement, elle ne voit pas ce qu’Ai lui trouve, il est tellement borné. Elle roule des yeux et se détourne de l’ours rose pour continuer les photos et faire son job. Après tout, on n’est pas tous idoles hein, certes, il gagne pas mal en se trémoussant devant une foule de gamine en délires, elle le fait aussi, dans un autre contexte, avec un autre public et avec une paye bien différente de la sienne, mais elle s’en fout. Au moins, elle a sa liberté. Perdue dans ses pensées, la jeune fille continue de prendre des photos, le sourire n’est pas là, il vient de lui plomber son après-midi. « .excusez-moi, est-ce qu’on peut prendre une photo avec les deux s’il-vous-plait ? » Oh. God. Les épaules qui s’affaissent, Soo Jung se redresse et suit les directives de ses acolytes sans broncher. Elle espère qu’Amori ne dira rien car elle n’est pas sûre de contenir sa patte d’ours dans sa jolie tête toute rose. Hop, une autre décapitation en directe. Elle s’imagine la scène tandis qu’elle se rapproche du pedobear à côté d’elle. Soo Jung tapote la tête de l’ourse pour qu’il se redresse. Elle lui fait signe d’une photo à deux avec les deux petites filles, habillées à l’identiques. « .ramène toi et tâche de sourire. parce que c’est peut-être de la merde pour toi, mais c’est mon job. » sa voix est neutre, aucune animosité, rien. nada. Soo Jung ?

Spoiler:
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 9 Fév - 13:26
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ Elle en avait des manières de lui parler celle-là ! Bon il n'était pas plus agréable, c'était un fait. Mais c'était "normal". Où était passé cette gosse toute fragile qu'il avait fait pleurer le soir de leur première rencontre ? Pas qu'elle lui manquait et qu'il souhaitait réhiter la chose, mais cela eut le dont de lui arracher une mine ahurie, les sourcils arqués au plus possible ! C'était presque un crime qu'elle ne puisse pas le voir. Mais qu'importe. Il avait fini par sourire de la situation, se disant qu'elle avait plus de répondant qu'il ne l'aurait cru. Il préférait ça bien étrangement. Disons que ce n'était pas très marrant de s'en prendre à un bébé... Si là, la demoiselle se la jouait petite effarouchée de première, ce serait nettement plus intéressant et marrant. Donc il se contenta de sourire à chaque réplique venimeuse dont elle fit preuve. Pendant même un instant, il se prit sincèrement au jeu puisqu'il entoura deux ou trois enfants dans ses bras pour le bien d'une photo. Ceci étant fait, il se reçu une petite tape sur la tête ; Soo Jung lui faisant comprendre de ramener son derrière pour une nouvelle prise. Cette fois-ci avec deux gamines qui ressemblaient en tout point à des jumelles, en tout cas au niveau de l'habillement. Il serra des dents et obéit sans trop protester, accueillant la remarque de la coréenne. Il pouffa d'un vicieux rire. « Ah ouais. Mes condoléances. » Oui, parce que c'était plus fort que lui et qu'il prenait un malin plaisir à écraser ce soit-disant job.

Les petites heures défilèrent à une vitesse telle qu'il ne vit pas le temps passer. Boulot de merde ou pas, il devait reconnaître qu'il n'avait pas eu le temps de s'ennuyer et que ce travail forcé l'avait tout autant exténué qu'une séance de danse intensif dans les locaux de son agence ! S'installant à un banc, à l'écart de toute âme vagabonde, Amori respira un grand bol d'air frais lorsqu'il se débarrassa de sa tête d'ours. Il en avait sué à grosses gouttes et il aurait donné tout l'or du monde pour obtenir un mouchoir et s'essuyer la tronche. Mais profitant dans ce moment de répit, il pensa simplement au fait que les rues commençaient à se vider et qu'il avait conclu sa part du marché. Serait-il au moins récompensé pour ce qu'il avait fait ? N'était-ce pas illégal de faire travailler quelqu'un sans recevoir un quelconque bénéfice ? On n'allait sûrement pas le payer pour avoir jouer au bisounours pendant deux ou trois heures... Mais il espérait au moins quelque chose. Lui avare ? Non, juste capricieux. Enfin, un petit peu. Repérant Soo Jung au loin, le nippon osa un signe à son encontre et lui pria de rappliquer. Non, il n'allait pas s'excuser pour tout ce qu'il avait dit. Mais il n'était pas impoli au point de l'ignorer... surtout maintenant qu'il pouvait apercevoir sa véritable tête. Elle était hideuse. « Woah. J'ai jamais vu une nana aussi laide.  » Oui, il l'avait fait venir pour lui dire ça. Un sourire s'étirant de ses lèvres, il s'était aussitôt relevé pour la rattraper avant qu'elle ne s'énerve. « C'est bon, je déconne. J'ai sûrement une gueule de déterré moi aussi... Le prends pas mal. » Ben ouais, c'était pas un sans cœur non plus. Juste un couillon.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 13 Fév - 21:23
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ Elle devient fatiguée de son après-midi, de ce costume qui lui tient chaud, elle coince la paille dans sa bouche et boit à grande gorgée, elle a tellement soif qu’elle sent l’eau dévaler en elle. Un soupir de soulagement s’échappe de ses lèvres tandis qu’elle pose maladroitement pour la photo. Elle a chaud, trop chaud, les gouttes de sueur glissent dans son dos. Elle est fatiguée de sa présence, de son arrogance, de tout. Si elle pouvait, elle lui donnerait une petite tape derrière la tête pour qu’ils perdent l’équilibre et le voir s’étaler comme une crêpe sur le sol mais là, c’est elle qui serait punie. Jurant intérieurement, elle lui fait signe pour une photo à deux, elle ne se gêne pas pour le remettre à sa place et sa réplique à le don d’attiser son énervement. Les jumelles passées, ils prennent des photos et des câlins le temps qu’il faut, Soo Jung se perd dans son taff et commence à faire des gestes de façons mécanique, comme un robot, un câlin par-là, une petite danse par-ci, une petite tape sur la tête, des high-five à n’en plus finir. Elle adore son taff Soo Jung, mais aujourd’hui, elle n’a qu’une envie, c’est de retirer son costume et rentrer chez elle, mieux se perdre dans le box de son cheval.

Ses collègues leurs font signes que c’est terminé et Soo Jung les suit docilement, elle ne prête plus attention à Amori, bien fait pour lui. Crétin. Redescendant la rue de Shibuya, elle donne la main à une de ses collègues et lui exprime clairement sa fatigue, en anglais. Celle-ci la réconforte en caressant sa patte d’ours. Elle a des crampes partout, elle voit au loin le coin où elle sera enfin libre, son cœur fait des bons dans sa poitrine tellement elle est heureuse d’avoir fini sa journée. Ils arrivent très vite derrière le magasin et Soo Jung rentre la première, suivit du deuxième ours, elle ne s’en préoccupe plus. Elle continue de marcher et retire enfin sa tête d’ours.

Elle a les cheveux en pagaille, elle est rouge comme une écrevisse et elle a chaud, elle transpire à grosse goutte et là, à ce moment précis, elle n’a qu’une envie c’est de se foutre la tête dans un seau d’eau glacé. Elle attend de l’aide pour enlever son costume mais personne ne semble arrivée, et puis voilà que l’envie d’aller aux toilettes la prend. Elle sautille sur place et regarde tout autour d’elle jusqu’à déposer son regard sur Amori. Elle fronce les sourcils quand elle comprend qu’il veut la voir. Elle soupire, roule des yeux et grogne tandis qu’elle s’avance vers lui. Elle ne peut même pas s’arranger et elle s’attend à la critique. Elle n’avait pas faux. Arrivée à sa hauteur, elle l’entend l’insulter de laide. Elle ne répond pas, elle n’a pas la force, elle secoue négativement la tête. Et sans un regard, sans rien, Soo Jung se retourne et tente de s’éloigner de lui. Mais il ne lui laisse pas l’occasion de le faire, il la rattrape trop vite à son gouts. Elle le regarde sans expression quand il lui dit qu’il déconnait, un de ses sourcils s’élève, elle affiche un air interrogateur. « .je m’en fous, écoute, je suis fatiguée, j’ai pas le temps pour tes bêtises. Là j’ai juste une envie c’est de retirer ce truc. » lâche-t-elle en pointant le reste de son costume de ses deux pattes « .et s’il te plais, la prochaine fois –même si je croise les doigts pour qu’il n’y en ait pas- évite de faire ça d’accord. Parce que tu ne sais absolument pas ce que tes actes peuvent engendrer. Certes, tu as été ‘puni’ et forcé à mettre ce costume, mais dans l’histoire ce n’est pas toi qui va être touché. » elle n’est pas le genre à donner des leçons mais là c’était trop. Une grimace s’installe sur son visage et elle se plaint sans le vouloir. « .mon, dieu mais j’ai envie de faire pipi. » elle se dandine maladroitement, elle regarde au loin. Une de ses collègue et là, Soo Jung ne prend pas la peine de parler à Amori et court vers elle. La blonde comprend très vite et se poste derrière Soo Jung pour l’aider. Elle n’attend pas une seconde pour sortir du costume. Elle sent l’air frais parcourir ses jambes dénudés et son ventre. Ah, le bonheur. Heureusement qu’elle prévoit quand même. Soo Jung retire son sac à dos et demande à sa collègue d’aller aider Amori à enlever le costume. Sans un mot, Soo Jung part aux toilettes.

Elle revient trois minutes, top chrono, montre en main. Soulagée. Elle retrouve Amori en train d’essayer de se défaire de son costume, sa collègue n’est pas là. « .Attend, j’arrive. » qu’elle lance en courant vers eux. Amori semble perdu. Un sourire moqueur sur les lèvres. « .ma collègue n’est pas venue t’aider ? »

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 17 Fév - 20:16
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ Elle était épuisée. Cela se voyait et se ressentait en autre dans le son de sa voix. Elle était clairement exténuée et fatiguée par ses répliques... ce qui le destabilisa dans un premier temps, car ne s'étant pas attendu à la voir dans cet état. Le sourire qu'il abordait jusqu'alors fondit comme neige au soleil. Bien sûr qu'il était lourd. Il ne le faisait pas exprès pour rien. C'était le but ; mettre son adversaire à bout... Sauf qu'il se sentait toujours un peu fautif lorsque le combat était ainsi gagné. Il préférait la voir capituler avec le sourire, pas l'anéantir pour de bon. La vérité, c'est qu'il n'était pas si chiant ni aussi con qu'il le prétendait. Il pouvait faire preuve de prévenance et de gentillesse comme n'importe qui d'autre. Disons plutôt que le mauvais départ qu'ils avaient pris ce soir-là n'avait en rien aidé sur son attitude actuelle. Au final, ça le fatiguait aussi. Moralement et physiquement à cause de ce fichu costume qu'il ne se gênerait guère à foutre au feu dans ses rêves les plus fous ! Il l'écouta alors simplement parler, arquant ses sourcils au moment où elle évoqua une envie de pipi. Ah ouais très charmant ! Mais pour une fois il se garda le commentaire. La grimace qui s'étira de ses lèvres voulut absolument tout dire... Et même si elle était partie trop vite pour le voir, Amori se sentit un peu con d'être aussi subtilement lâché pour cette raison. Il pesta tout simplement contre lui-même.

« Aish... Mais quelle merde. » Oui, ce costume était vraiment une plaie pour lui. Il soupira bruyamment, dores et déjà ennuyé par la situation parce qu'il ne parvenait pas à retirer ce truc. Il y eut bien la jeune blondinette pour lui venir en aide -ou tout du moins c'est ce qu'il supposa- avant qu'elle ne rebrousse chemin, en apercevant son visage. Ah merde. Il avait oublié qu'il était à découvert maintenant ! Peut-être avait-elle pris peur en reconnaissant qui il était ? Impossible pour lui de le savoir... Il se débrouilla de ce fait tout seul, tant bien que mal, jusqu'à ce que ne revienne Soo Jung de sa pause pipi. Elle abordait un nouveau sourire qui le fit grimacer de plus belle. Elle n'avait pas tout à fait tort. Elle ne l'avait pas aidé ! « Je crois que mon visage lui a fait peur... Du coup, je m'en remets à toi. Tu veux bien m'aider Soo Jung ? » Pas d'allusion douteuse, pas de vanne ou de méchanceté dans sa voix. Tout ce qu'il y a de plus normal. C'était qu'il avait vachement envie de se sortir de ce machin rose ! La couleur commençait par lui donner des vertiges... Il n'était pas contre un peu d'aide. « Au fait... Désolé pour ce que je t'ai dis. J'ai été trop loin... Ce job c'est vraiment de la merde, mais j'ai été trop loin. Désolé. » Voilà, c'était dit et il ne pouvait plus revenir sur ses aveux. Le nippon avait vite fait de garder les yeux au sol, pas certain de vouloir apercevoir sa réaction. Ils parvinrent sans trop de difficultés à le faire sortir de ce costume, le vent glacé lui arrachant de nombreux frissons. Mais ô que paisibles frissons. Il se sentait revivre malgré sa gueule ravagée par la chaleur et la fatigue occasionnée. Alors qu'il espérait tout cela terminé, le restant de l'équipe s'avancèrent vers eux pour les féliciter et les remercier de leur dure labeur. Tout compte fait, ce ne fut pas de l'argent qu'on lui proposa, mais tout autre chose !   «On a réservé la table habituelle pour 20 heures. Est-ce que ça te dirais de te joindre à nous ? Ton travail mérite bien un repas. Qu'en dis-tu ? » Ne s'étant pas attendu à ça, Amori s'étonna à échanger un regard avec la coréenne, comme pour lui demander son accord. Et comme la réponse ne fut pas immédiate, ce fut son propre ventre qui extirpa un bruit bien prononcé alors qu'il s'imaginait déjà engloutir un plat de viandes gratis, pour son plus grand plaisir ! Un peu gêné, la nippon étira une drôle de mimique de ses lèvres, le rouge lui montant rapidement aux joues. « Ah... euh. Oui pourquoi pas. Je suis partant ! » Après tout, ça ne se refusait pas, n'est-ce pas ?

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 13:12
shibuya streets. bae soo jung & saitô amori. ~ Se sentant enfin libérée, plus légère, Soo Jung arbore une attitude de vainqueur. Elle se sent tellement mieux qu’elle pourrait littéralement chanter la chanson Libérée, délivrée de la reine des neiges –attention, la multilingue hein, c’est plus marrant. Revenant de son envie présente, elle remarque qu’il est toujours là, dans son costume. Un sourire amusé sur les lèvres, elle aimerait bien en profiter pour prendre une photo et l’envoyer à Ai, ça serait marrant. Elle s’avance rapidement et lui demande si la fille qu’elle a vue précédemment n’est pas venue l’aider. Question conne. Réponse conne. S’il est toujours dans cet accoutrement, littéralement au bout de sa vie, c’est qu’elle n’est pas venue. « .ouais, il y a de quoi. » lâche-t-elle avec un sourire franc, à croire qu’elle a presque oublié l’enfer qu’il lui a fait subir un peu avant. « .ouais, attend, je vais t’aider. » répond-t-elle simplement en se mettant derrière lui. Elle passe une main dans le costume et défait les attaches d’une main de maître. « .mets tes bras le long de ton corps et ne bouge pas d’accord. » dit-elle en ouvrant la fermeture éclair secrète. Amori prit la parole, s’excusant de son comportement. Un sourire reconnaissant sur les lèvres, elle l’aide à s’extirper de ce costume. « .merci. » qu’elle répond simplement. Elle n’a pas besoin d’épiloguer. Et puis, chacun a le droit de penser. Elle n’est pas non plus en reste devant son travail à lui. Alors, c’est donnant-donnant.

Ils furent rapidement rejoins par ses collègues. Soo Jung bien trop occupée à essayer de garder le costume droit pour éviter tous plis qui pourrait l’abimer, elle écoute la conversation. Ils ont pour habitude d’aller manger tous ensemble dans un restaurant, le soir, après le travail. Elle se compte déjà dans le lot, alors la proposition est surtout faite pour Amori. Un peu surprit, il semble, car il cherche à avoir un contact avec elle. Elle le laisse décider, après tout, il a travaillé aussi, un peu forcé, mais tout travail mérite salaire. Soo Jung se fait rapidement aider par une des filles de l’équipe à tenir le costume jusqu’à ce qu’elle entende le bruit d’un ventre en furie. Elle lâche un rire et Amori, accepte. Ça aurait été quand même marrant qu’il refuse après le bruit qu’il vient d’émettre. « .On arrive, on range les costumes, on se préparer. Bref, on se dépêche. » qu’elle répond à l’aîné de l’équipe. Il pose une main sur ses épaules et la tapote doucement, un regard presque séducteur. Elle frissonne et se penche légèrement en avant, se sentant presque mal à l’aise de la tenue qu’elle arbore. Elle le voit partir avec les autres, Soo Jung se retourne vers Amori. « .Viens, on va les mettre dans la réserve et je vais te montrer les vestiaires pour que tu puisse te rafraîchir. » La jeune fille regarde nerveusement l’allée, sa mâchoire se contracte. « .ça va ? » elle se retourne vers la jeune fille. Elle hoche la tête et ils partirent vers la réserve, transportant les deux costumes. Doucement, Soo Jung se rapproche d’Amori et lui chuchote. « .tu ne me lâche pas ce soir, compris ? »

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 20:13
 

damn, what are you doing here. (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. That Damn Hot Gynecologist.
» I smell like a baby in a damn meadow. Ft. Milo Emmersson
» Kote Dominiken ak Ayisyen ap kwaze fè sou entènet.
» (libre) i don't give a damn, i don't give a shit ₪ 24 janv, 23h15
» 02. Lima Horror Story
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-