AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 bounce !; ft. Bae soojung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 27 Déc - 21:58

Le réveil d’Ai retentit dans sa chambre alors qu’il n’était que quatre heure du matin. Les douces mélodies de No Type de Rae Sremmurd. Elle s’était accordée trois heures de sommeil pour une fois. Levant les yeux à son réveil, elle hésita à se rendormir comme elle le faisait parfois. Dans ces cas-là, elle se détestait après d’avoir été feignante mais si elle faisait ça ce matin, elle poserait un lapin à sa meilleure amie qui ne serait peut-être pas enchantée de se lever aussi tôt. Pour quelle raison d’ailleurs ? Pour avoir un moment à elles, à faire les folles et puisqu’elle s’étaient trouvées un commun pour danser sans gêne, autant profiter de ce créneau où Ai se rendait dans la salle de danse, toujours libre à cette heure-là. Le reste de sa journée elle allait être trop occupée et elle devait mener presque une relation à distance avec sa meilleure amie qui la manquait quand même. Quand même, parce que malgré le fait qu’elle l’aime, la voir réveillait en elle des émotions comme la jalousie, l’envie. Ce n’était pas forcément une amitié très saine, mais que voulez-vous. Elle se leva difficilement de son lit pour aller dans la salle de bain pour y voir sa sale tête. Elle n’était jamais belle à voir au réveil et histoire de nettoyer sa laideur, elle fit un tour à la douche où comme à son habitude, elle prit bien une vingtaine de minutes. Elle ne faisait rien de bizarre, c’était juste le moment où elle réfléchissait le plus à sa future vie. Et en s’emballant dans sa serviette blanche à sa sortie, elle en conclue qu’elle avait vraiment envie de devenir connue comme par exemple Tyga et puis être riche et avoir une maison de rêve. Après, pas obligée d’être célèbre. Juste pour gagner de l’argent agréablement.

Ai s’habillait peut chaudement pour la saison, parce qu’elle savait qu’elle allait se dépenser. Juste pour garder la ligne, pour ne pas être laide ou juste grosse parce que quand elle s’y mettait, elle mangeait pour quatre. Devenir danseuse la tentait bien. Elle était nulle en chant alors. Elle ne dansait pas non plus remarquablement bien, mais avec les années d’entrainements, elle devait avouer pouvoir faire elle-même ses propres chorégraphies et elle en était fière. Sinon elle se voyait bien rappeuse aussi mais pas en Asie alors parce que ce n’était pas avec ça qu’elle serait milliardaire. À moins de songer à côté de se prostituer mais elle ne tomberait jamais aussi bas. Bon, il y a longtemps elle avait songé à vendre sa virginité mais c’était quand elle était vraiment motivée à avoir une belle maison. Et puis maintenant c’était trop tard. Mais finalement, avoir son moment de succès lui allait aussi, ne serait-ce que pour montrer à ses parents qu’elle n’était pas tellement sans avenir. Mais pour le moment elle vivait dans un dortoir, en charmante colocation et cassait les pieds à tout le monde tôt le matin en allumant son sèche-cheveux. Même pas pour un brushing, juste attendre que ça sèche. Et après avoir rangé la pièce, elle quitta sa chambre. Dans la salle principale du dortoir, elle veilla à ne pas allumer la lumière pour ne pas qu’elle filtre sous la porte et risque de réveiller Amori et Canaan qui étaient rentrés tard, mais elle tapa contre la porte de la chambre de Momiji dans l’espoir de le réveiller lui. Même si finalement la lumière aurait été plus discrète.

Le portable allumé, les écouteurs branchés à celui-ci, elle écouta tout en parcourant l’université une musique d’un groupe de rap chinois. Elle trouvait les chansons en chinois cool aussi des fois, mais lorsqu’il s’agissait de rap, elle était ouvert à tout et n’importe quoi, même quand il s’agissait de groupe japonais ou coréen. Là elle était la première à apprendre les chorégraphies. Finalement si à la base elle danse comme n’importe qui, avec du temps elle peut devenir douée. Mais ce n’est pas encore le talent qu’elle se cherche. Elle veut trouver quelque chose qui lui prouve qu’elle est utile à la communauté et c’était pour cette raison qu’elle essayait tout et n’importe quoi, en plus de pour assouvir sa curiosité. Pour le moment elle était profondément insatisfaite. Arrivant dans la salle, elle alluma la lumière et comme à son habitude, activa l’enceinte Bluetooth pour diffuser sa propre musique. En général c’était toujours la même afin de connaître la danse qu’elle avait créé par cœur et le plus souvent elle apprenait les paroles aussi, comme pour faire sa propre performance, c’était donc toujours du hip hop. Bounce d’Iggy Azalea commença à résonner dans la salle. Evidemment c’était ça en attendant sa meilleure amie qui ne savait pas vraiment cette passion d’Ai parce qu’elle ne voulait pas en parler pour ne pas paraître ridicule. Et puis tout ce qu’elle avait trouvé pour aller avec cette chanson était plutôt sensuel, bien qu’elle voyait souvent dans le miroir face à elle ses muscles se tendre parce qu’elle s’obligeait à être. Et c’était seulement depuis cette chorégraphie qu’elle savait faire le grand écart. La plupart du temps après seulement trois minutes elle était épuisée mais cela la rendait fière. Et niveau du chant, avec l’entrainement ça allait de mieux en mieux mais dans les débuts lorsqu’elle apprenait la chanson, se fut horrible. Et puis elle se disait qu’Iggy Azalea avait pu passer mannequin à chanteuse, pourquoi pas elle ?

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Déc - 14:41
Profondément perdue dans son sommeil, allongée sur le ventre, formant une magnifique étoile de mer dans son lit deux places, la demoiselle n’entend pas les premières secondes de la musique. L’intro de What do You Mean de Justin Bieber résonne dans sa chambre si bien qu’il est probable que tout le dortoir l’entende. Si elle n’est pas particulière fan de ce jeune homme, il est vrai que d’ordinaire, cette chanson réussit à la réveiller. Mais pas cette fois, puisque ça doit être le quatrième rappel de son réveil, s’espaçant du troisième de dix minutes à peine. Elle daigne enfin faire un mouvement, laissant échapper un grognement, une de ses mains éteint la musique. Il est trop tôt pour elle, beaucoup trop tôt. Il est à peine quatre trente-cinq du matin. Si cette fois ci ce ne fut pas une musique, le vibreur de son portable lui chatouille le bout du nez. Soo Jung se réveille en sursaut, émettant un grognement venue du fin fond de sa gorge. Les yeux encore à demi fermé, elle s’appuie sur ses coudes, sentant sa colonne vertébrale craquer sous la position inconfortable. Elle cherche à tâtons son portable, une fois la main dessus, elle le déverrouille, la lumière aveuglante de la lumière lui fait baisser la tête. Elle oppresse le juron qui lui monte entre les dents. Elle regarde l’heure, il est l’heure de partir. Elle se lève de son lit, maladroitement. Trop vite qu’elle fut soudainement prise de vertige. Elle met quelques secondes à retrouver le centre de gravité dont elle a besoin. C’est à l’aveugle qu’elle se dirige vers la salle de bain, oubliant de mettre l’option lampe de poche sur son iphone. C’est avec deux rencontres de portes qu’elle atterrit enfin dans la salle de bain, elle allume la lumière et met quelque secondes à s’habituer. Une fois réveillé, à peu près, elle se lave le visage et les dents. Soo Jung n’a jamais vraiment eu de problème à se trimballer dans les rues sans maquillage sur le visage. Elle brosse ses cheveux et les attache en une queue de cheval souple, laissant ses boucles naturelles retombées sur ses épaules. Elle ose jeter un rapide regard sur sa tenue. Elle est en pyjama, débardeur short, pourtant pour ce qu’elle va faire, ce n’est pas tellement approprié. Elle soupire et retourne discrètement dans sa chambre, prenant un le nécessaire, sous-vêtements, débardeur et un short de sport et file se changer rapidement dans la salle de bain. Elle ne prend pas de douche, elle l’a pris la veille donc il n’y a même pas quatre heures et puis elle la prendra quand elle aura fini, avant d’aller en cours. Une fois prête, elle enfila des chaussettes et son onesis stitch. Honte ? Elle, Laughing Out Loud. elle a toujours assumé ses conneries. Elle chausse rapidement ses tennis adidas, récupère le plus vite possible ce qu’il lui faut, un sac avec serviette, portable, clés du dortoir, et de quoi manger et de boire avant de partir pour la salle de danse.

Les écouteurs dans les oreilles, l’excitation monte de plus en plus en son sein. Même si il est trop tôt, que les couloirs sont déserts et que tout le monde dors, deux folles se sont levé avant l’aube pour pouvoir danser comme des idiotes. Cette autre fille, c’est Ai. Sa meilleure amie, elle ne se connaisse pas depuis longtemps, tout s’est fait très vite et faut le dire, ça ne dérange pas vraiment l’italienne. Elle adore Ai, vraiment. Elle aime passer du temps avec elle. Même si ça doit être à quatre heures du matin. La chanson Do It Again de Pia Mia et Chris Brown résonne dans ses oreilles, la plongeant dans son petit monde. Elle ne se retient pas de danser, enfin si on peut appeler ça comme ça avant de courir vers la salle de danse. La discrétion et elle, c’est le système solaire et pluton, autant dire incompatible.

Débarquant en trombe près de la salle, elle s’arrête, complètement essoufflée, elle enlève rapidement ses écouteurs, éteint sa musique et entend une autre. Un sourire amusé sur les lèvres, elle reconnait tout de suite. Bounce. Légèrement prise d’un fou rire, elle s’approche en catimini pour tenter de faire une frayeur à la brune. Elle ouvre la porte tout doucement, jetant des regards curieux. Ai ne semble pas l’avoir remarqué, occupée avec ces petites affaires. Ricanant comme une gamine sur le point de faire une bêtise, elle se met à quatre pattes et pénètre dans le sanctuaire. Elle abandonne son sac à l’endroit habituelle et un, deux, trois. Elle se redresse et hurle un « .BANZAAAAAAAAAAI. », jambes écartes, bras en l’air. L’effet prévu est atteint. Elle voit son amie sursauter et Soo Jung, réveillée plus que jamais, explose de rire et s’écroule par terre. Elle reprend son souffle, se redresse, assise sur les fesses, jambes écartées. « .mince, tu verrais ta tête, j’aurais dû te prendre en photo. t’étais trop belle. » se moque-t-elle. « .ça c’est pour le réveil difficile que je viens d’endurer. » elle roule des yeux, se relève et dit enfin bonjour à son amie, la prenant dans ses bras. Se rappelant sa tenue, Soo Jung tourne sur elle–même prenant les côtés du une pièce façon robe. « .tu aimes ? »

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Déc - 23:23
Juste avant que la musique ne commence, Ai attacha ses cheveux en une queue de cheval pour éviter d’être gênée et lissa de ses mains sa frange. Elle se trouvait nettement mieux ainsi. Ce n’était pas encore la coupe de cheveux du siècle qu’elle avait, mais des progrès se faisait. Naturellement noirs, après autorisation des parents de la jeune fille, ses cheveux avaient pu être coloré en brun et après avoir eu le front dégagé, elle avait pu avoir cette frange qui rendait moins quelconque selon elle. La prochaine étape sera de les faire accepter pour une couleur encore plus claire. Ce qui était dommage, c’était qu’à son âge elle soit autant sous la coupe de ses parents. Elle se disait rebelle mais pas tant que ça, bien qu’être debout à cette heure-ci tout les matins si ce n’est plus tôt pour la danse, ce n’est pas mal comme début pour se soulever contre la société. La musique démarra, elle ferma les yeux. Ai ne supportait pas de se voir danser lorsqu’elle essayait de bien faire, elle se trouvait ridicule. Par contre, quand elle faisait la folle avec Soo Jung, cela ne la dérangeait pas. Elle visualisa mentalement un public qui l’acclamerait, qui n’attendrait qu’elle. C’était bien que dans sa tête parce que si cela se produisait en réalité, elle ne supporterait tellement pas un taux de stress aussi intense qu’elle rendrait son déjeuné – si seulement elle en avait pris un. Pourtant, avec plus de confiance en elle, elle était sûre d’y arriver. Mais elle n’osait déjà pas avouer à ses proches son amour pour la musique et la danse, de peur de paraître idiote.

Ai avait mis tellement de temps à créer la chorégraphie qu’elle y mit toute son âme en dansant. Elle ne serait pas satisfaite tant qu’elle ne serait pas en nage, à bout de force et rien que pour ça elle pouvait rester des heures ici. C’était sûr que ce n’était pas bon de prendre les cours ainsi ensuite, mais elle n’écoutait jamais en classe à défaut de travailler ses leçons à côté comme une acharnée. Elle est une bourreau du travail. Pour cette simple raison, et aussi parce qu’elle n’écoutait que la musique en ayant les yeux fermés, elle ne se rendit pas compte de la présence d’une personne dans la salle. Comment l’aurait-elle su ? Ladite personne était silencieuse et Ai beaucoup trop concentrée. Pourtant un cri la sorti de sa torpeur et elle se tourna vers celui-ci, en position d’attaque. Ce n’était pas parce qu’elle n’aimait pas la violence qu’elle ne se servirait pas de ses compétences de judoka. Sa ceinture verte, elle devait bien lui servir un jour, ou même l’aïkido mais il fallait avouer que c’était plus cool de briser des nuques que d’immobiliser à terre. La guerrière qu’elle était n’eue plus de crédibilité à partir du moment où elle eut une crise d’éternuement, au moins une quinzaine à la suite sans pouvoir s’arrêter, les yeux larmoyants. Si elle se trouvait vraiment devant un psychopathe, c’était l’occasion rêvée pour s’en prendre à elle. Lorsqu’à priori cela s’arrêta, elle sentit son nez bouché et dû renifler pour respirer convenablement. Bon, c’était parti pour un début de rhume. Et quand la personne dont elle avait parfaitement reconnu la voix et le rire arrêta de se moquer de la peur qu’elle avait eu, elle put la regarder, une fois ses yeux essuyés bien sûr. Soo Jung. Cela ne pouvait être qu’elle à cette heure-ci. Où plutôt, cela ne pouvait être qu’elles. Elle l’enlaça chaleureusement aussi, contente de la voir.

« Je suis désolée mais sinon on n’aurait pas pu se voir avant longtemps. Après je vais devoir passer dans la chambre de Xiao Lu en vitesse avant d’aller en cours, pendant la pause déjeuné, je dois réviser mes cours, encore les cours ensuite et après je dois encore réviser et... oh la la, cette journée-là encore ne va durer que vingt-quatre heures ? Je ne sais même pas si je vais dormir ! » Toujours dans les bras de son amie elle avait fait la liste abrégée de ce qu’elle avait encore à faire, se rendant compte qu’elle était longtemps du compte et qu’elle devra certainement faire sa future nuit en cours le lendemain. Encore une nuit blanche en clair. Elle se donnait tellement de travail que parfois, elle en devenait presque un robot. À force, elle avait même fini par oublier pourquoi. Peut-être parce qu’elle voulait être l’être humain parfait qui avait tout essayé dans sa vie, même c’était impossible. Ai détailla sa meilleure amie, une certaine admiration dans les yeux. Merde, elle est tellement belle. De toute façon Ai aimait tout ses faits et gestes, même les problèmes de sa vie elle les trouvait géniaux. Pourquoi Soo Jung en particulier, elle n’en savait rien du tout, ça lui était tout simplement tombée dessus. Et elle ressentait à son égard de l’agacement mélangé à beaucoup d’amour, s’en était bizarre. Parfois elle hésitait à lui dire des choses qui lui était arrivé, de peur d’entendre son expérience à ce sujet et qu’elle soit meilleure, provoquant ainsi encore de jalousie en elle. Mais finalement elle n’arrivait tout simplement pas à lui cacher des choses et elle lui disait tout. Cependant, les compliments qu’elle lui faisait, elle devait se les arracher parce que ça la tuait d’admettre ouvertement qu’elle aimait quelque chose chez elle. Se le dire dans sa tête, elle le faisait souvent, mais se l’entendre dire faisait plutôt mal. « Wouah, il est vraiment très beau. » Ne l’envie surtout pas et retire ce ton légèrement froid. Un jour, elle va te poser des questions à ce sujet. Au secours.

Pour changer l’ambiance, elle changea la musique et la remplaça par let’s get ridiculous de redfoo. Ça leur allait bien après tout. Elles s’en fichaient un peu là de danser comme des reines ou des tortues manchots, le but était de s’amuser. Ai ouvrir le bal avec le seul genre de danse qu’elle connaissait parfaitement, le shuffle, mais finit par sauter partout en entraînant Soo Jung avec elle, n’ayant qu’une envie : chanter comme une casserole avec elle.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 1 Jan - 20:58
Elle a l'impression de marcher depuis une éternité, mais elle sait que cela ne fait pas longtemps depuis qu'elle a quitté son lit douiller. Seulement cinq chansons sont passés, ce qui veut dire approximativement un quart d'heure et quand on est toute seule dans ses couloirs qui d'ordinaire sont bondés de monde, on avance beaucoup plus rapidement. Concentrée sur ses pas, elle se laisse aller a dandiner le haut de son corps sur sa la chanson qui passe. Elle relève la tête, s'assurant de ne pas s’être perdue en court de route, ça lui arrive tellement souvent qu'elle n'en est plus surprise a force. La cible est atteinte. C'est ce qu'elle pense quand elle voit enfin la salle de danse au bout du couloir. La seule pièce éclairée dans ce couloir désert et sombre. La jeune fille ne peut s’empêcher de s'imaginer tout un tas d'histoires à la faire pleurer toutes les larmes de son corps. Elle secoue la tête, inspirant profondément et accélère le pas jusqu'à la porte, fermée. Elle retire ses écouteur et éteint la musique. Elle jette un regard curieux et voit une jeune brune danser dans la pièce, un sourire joyeux sur les lèvres, Soo Jung s'autorise à la regarder un petit peu. Posant doucement son sac à terre, accroupit, elle coince son visage de fouine dans l’entrebâillement de la porte.

Ai, ça fait pas longtemps qu'elle la connaît, et pourtant à ses yeux, cette amitié dure depuis une éternité. Elle ne sait même plus comment elles se sont rencontrées à vrai dire, mis pour elle, ça ne compte pas vraiment, elle préfère retenir les bons moments. cela ne dure que depuis son arrivée au japon, c'est à dire il y a exactement quatre mois. Ai, c'est un peu la fille qui lui manquait dans sa vie, un modèle féminin qu'elle ne trouvait que dans les célébrités américaines. Un sourire narquois naît sur les lèvres de l'italienne quand elle décide de jouer un petit tour à sa meilleure amie. Entrant discrètement dans la pièce, abandonnant son sac sur le coté, le stitch géant s'approche de la demoiselle, trop concentrée avec sa routine. Un, deux, trois. Soo Jung se jette sur elle dans un élan de vainqueur. L'effet est là, Ai est surprise et éternue plusieurs fois avant de reprendre ses esprits. Soo Jung ne peut s’empêcher de rire à s'en tordre le ventre. Elle met ça sur le compte de son réveil trop tôt avant de la prendre dans ses bras. Soo Jung a toujours été tactile et ça depuis toute petite, recherchant toujours le contact avec les autres, la foutant dans des situations plutôt cocasse. Comme cette fois où elle a rencontrer des amis de son père, elle leur a tapé la bise comme si ils se connaissaient depuis tout le temps, ce qui lui valut des regards froids et une remontrance digne de son père. Elle avait complètement oublié les coutumes coréennes, de faire une révérence de 90 degrés devant les gens. La jeune fille lâche enfin son amie. Les paroles de la brune ont l'effet d'une petite dispute, lui rappelant que c'est la seule façon pour elles de se voir avec l'emploi du temps de ministre de la nippone. Soo Jung, hausse les épaules. « .ouais, je sais mais tu veux pas ralentir le rythme un peu ? Tu n'as même plus le temps de vivre Ai. » Elle plaque une moue boudeuse sur le visage, elle sait exactement quand elle va récupérer ses heures de sommeil en moins. « .moi je vais les récupéré en anglais. » elle avait deux heures d'anglais dans l'après-midi et elle comptait bien en profiter pour piquer un somme pas du tout discret. De toute façon, sa prof n'avait rien à dire, elle était en avance sur ce programme. Et puis, c'est pas comme si Soo Jung n'avait pas vécut seize ans aux états-unis. Oh, non. C'est pas comme si l'anglais n'était pas sa langue d'origine. Sentant le conflit venir, elle change de conversation et parle de sa tenue. Mais le ton légèrement froid d'Ai la remet un peu à sa place, d'aussi loin qu'elle se souvienne, elle ne l'a jamais vraiment vu porter une de ses tenues. Très bien, prochain cadeau occasionnel, elle lui prendra la petite amie de Stitch. C'est décidé.

Elle était très vite entrain de se perdre dans ses pensées quand Ai change rapidement la conversation en mettant une autre chanson. Elle l’entraîne avec elle à sa suite. Commençant par du shuffle, l'italienne la suit sans hésitation mais elles ne tiennent pas longtemps. Partit dans une danse entre la polka, la danse des canards et un semblant de breakdance, Soo Jung libère toutes les frustrations qu'elle a accumulé depuis le temps, toutes ses frustrations qu'elle tait, ne voulant pas déranger les gens avec se problèmes. Et puis elle ne se retient pas, elle chante à s'en brûler les cordes vocales, prenant une pose digne des grands chanteurs avant de dandiner son derrière devant le miroir. « .mesdaaaames et monsieuuuurs, voici le solo d'aaaaaaiiii. » qu'elle lance en pointant son amie de ses deux bras.

Spoiler:
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 2 Jan - 9:21
Parfois, elle se demandait comment Soo Jung pouvait ignorer à quel point la plus âgée était froide par moment. Elle n’y pouvait rien, elle voulait pourtant faire des efforts mais si le manque de sommeil la rendait davantage irritable à la longue, sa meilleure amie sautait à pied joint dans les choses qu’il ne fallait pas dire. Enfin, elle ne savait déjà pas que certaines petites choses n’étaient pas à dire, aussi futiles qu’elles puissent être alors elle ne risquait pas de les éviter. Et puis Ai reprenait rapidement du poil de la bête. Mais rien que pour le fait de supporter comme une reine ses humeurs, elle l’aimait encore plus à défaut de la trouver plus géniale qu’elle ne l’était. Et pour une personne qu’elle pensait avoir du mal à supporter par moment, elle était quand même drôlement attachée à la jeune fille. Cela faisait peu de temps qu’elles se connaissaient et il en avait fallu peu aussi pour qu’elles se proclament meilleures amies. Elles étaient deux folles et être avec supprimait totalement le côté sérieux d’Ai, ce qui était assez sympathique.

Après avoir manqué de tabasser sa meilleure amie sous le coup de la peur et avoir manqué de mourir intérieurement, elles se laissèrent aller dans des élans d’affection qui les caractérisaient et rien que pour ça, elles s’étaient plus bien trouvées. La famille de la brunette ne croulant pas sous les marques d’amour, la jeune femme rattrapait plutôt bien ce manque en ayant les mains assez baladeuses avec autrui et ayant pour particularité de toucher la personne à laquelle elle parlait la plupart du temps, ce qui était parfois bizarre suivant la personne. Enfin cela se produisait autant que le fait qu’elle s’accroche à Soo Jung dans les moments où elles devaient se quitter, pour que celle-ci ne s’en aille pas justement. Il y avait plusieurs niveaux d’affection si on pouvait voir ça comme ça. Quand Ai ne cassait pas tout, comme là. En vérité, elle mettait un peu de temps avant de s’enlever son aie froid, ce qui provoquait des problèmes de compréhension et là loin d’elle l’idée de s’en prendre à sa meilleure amie. Qui décida de couper court à la conversation et se ne fut pas plus mal car la brune avait repensé à sa journée, ce qui la motivait moyennement. De son côté, la journée de Soo Jung paraissait plutôt calme, ce qui la fit rire. En effet, elle pouvait se permette de dormir en anglais, ce qu’ils pouvaient apprendre, elle savait déjà tout. Même Ai qui était douée en anglais s’ennuyait beaucoup en cours mais au moins elle avait de bonnes notes. « Tu devrais au moins aider ton prof pendant son cours en participant, je ne sais pas toi mais mes classes ne sont pas franchement actives, on dirait des zombies ! » Pour accentuer ça, elle chantonna l’air de Thriller. Bon, elle n’était pas non plus très attentive, elle pensait beaucoup à autres choses pendant les cours.

Pour changer un peu, elle mit la chanson qui leur allait tellement bien. Il fallait dire qu’au début elles n’étaient pas du tout dans le rythme, mais elles s’amusaient et c’était le plus important. Elles avaient dû faire un condensé de toutes les danses possible du monde, la macarena était même passée rapidement. C’était drôlement plus intéressant de commencer les journées comme ça. Cela réveillait la bonne humeur et le côté fou d’Ai qui le murait trop dans le travail. Au moins là elle pouvait se défouler et Soo Jung partait totalement dans le jeu, oubliant certainement qu’il était quand même cinq heure du matin et qu’elles étaient réveillées comme si ça allait être l’heure du repas. L’italienne avait laissé son solo à son amie qui n’avait cessé de sauter et fit du playback parce que les parties de chant, il ne valait mieux pas qu’elle les fasse et conclue en criant avec entrain « Let’s get riduculous !!! » Ma sa soi-disante meilleure amie, cette fourbe, l’avait fait faire ça à la fin et allait qu’elle allait continuer de chanter incognito, la musique s’arrêta, laissant juste une fausse note sortir de sa gorge. Ai la frappa gentiment. « Saleté ! » Elle s’assit par terre, juste le temps de reprendre un peu d’énergie. « Alors, quoi de nouveau à raconter ? » Laissant en fond sonore Ice Cream Man de Tyga, prouvant ses goûts musicaux des plus classes, c’est bête quand sa meilleure amie comprenait parfaitement l’anglais. Heureusement qu’elle pouvait toujours prétendre ne pas comprendre les paroles de la chanson en bonne japonaise qu’elle était même si ce n’était pas vrai, après tout Ai pouvait tenir une conversation en anglais avec Soo Jung.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 4 Jan - 22:52
Plait-il ? Aider le prof ? Pendant son cours ? En participant ? La jeune fille penche légèrement la tête, est-ce un vocabulaire qu’elle connaît ? Qu’elle emploie ? Le petit démon dans sa tête hoche vigoureusement la tête, tout à fait d’accord avec ce qu’elle pense. A quoi bon, de toute façon, si Soo Jung se permettait l’audace de parler en cours, la prof la rembarrait aussitôt. Elle ne l’aime pas, c’est clair et net et l’italienne l’avait bien compris. Oh, elle se rappelle le jour de la rentrée, elle était arrivée en retard, sauf que sa prof avait eu –selon elle- la bonne idée de l’engueuler en anglais, sauf que Soo Jung ne s’est pas laisser démonter et à entamer un petit discours dans sa langue maternelle et sans fautes. Elle se souvient de la tête de la prof comme si c’était hier, et les applaudissements de sa classe n’ont rien arrangés aux choses. Depuis ce jour, Soo Jung est classé bête noire de la prof. Elle s’est d’ailleurs rendue compte que ses camarades jouaient un peu de ce nouveau statut en balançant des : pourquoi vous ne demandez pas l’américaine ? Elle, elle sait. Ce qui avait le don d’énerver encore plus la mégère. Un sourire niais sur le visage, elle repense à toutes ses petites piques qu’elle lui lançait et auxquelles la jeune fille répondait sans problèmes, au tac au tac. Jusque-là, elle ne sait jamais fait virer du cours et elle ne compte pas. Ses heures d’anglais sont primordiales à la récupération de son sommeil. Elle écoute Ai, ses classes sont remplis de zombies. L’image lui vient en tête et Soo Jung s’esclaffe, d’autant plus quand la brune mime l’air de Thriller. Elle voit très bien, parce que ses cours d’anglais, et bien c’est la même chose. C’est censée être une école élitiste et pourtant les cours de sa prof sont jugés (par bon nombre d’élèves) ennuyant à mourir. « .oh tu sais, je ne m’y risquerais pas. elle m’aime pas et moi non plus, qu’elle se débrouille avec ses cours, elle n’a qu’à les rendre plus attirants. » qu’elle soupire en haussant les épaules. Elle lui dirait bien à la prof, mais elle redoute le claquement de porte et les réprimandes de son père et les moqueries de sa belle-famille. D’ailleurs, rien qu’en pensant à eux, un frisson la parcourt le long de sa colonne vertébrale. « .mais attend, rigole pas, ce serait trop un bon moyen de s’entraîner à l’apocalypse, look, t’es en pleins début de the Walking Dead. » murmure-t-elle en feignant le zombie, bras levé devant elle et une démarche de canard boiteux avec un balai dans le cul. Soo Jung se reprend très vite.

Elle ne calcule pas ce qu’il se passe, dans sa tête c’est normal. Ai, elle est comme ça, point barre. Elle ne cherche pas plus profondément, elle sait que la nippone à ses humeurs et surtout à cinq heures du matin, comme elle. Les deux jeunes filles mettent rapidement la musique et la connerie prend très vite contrôle sur leurs corps. JYP serait fou et prêt à être interné dans un asile s’il les voyait se dandiner comme ça. Leur danse ressemblait à tout et à rien, elles combinaient, essayaient plutôt, toute sortes de danses qui ne collaient absolument pas avec l’air de la musique, mais elles s’en foutaient. C’était leur seul moment de liberté et ça leur allait très bien comme ça. Ensemble, elles n’avaient pas peur de juger l’autre, elles étaient sur la même longueur d’ondes. Après tout, c’est agréable de trouver une personne avec le même désordre mental que soit. Soo Jung piéga sa meilleure amie, l’invitant à faire son solo sauf que la musique se terminait au moment où elle s’exclamait. La fausse note qui plana dans l’air donna un fou rire incontrôlable à l’italienne. Se tenant le ventre, elle accepta avec plaisir le saleté qu’Ai lui lance. Elle le sait, sur le coup, elle en est une, véritablement.

Reprenant peu à peu ses esprits, elle vit la nipponne s’asseoir par terre, reprenant un semblant de souffle. La Stitch grandeur humaine fit de même, sans délicatesse, Soo Jung se laissa tomber sa grâce. Elle s’allonge sur le dos et s’amuse à balancer ses jambes en l’air tandis que sa meilleure amie lui demande ce qu’elle a raconté de beau. Soo Jung soupire, elle a tellement de choses à lui raconter qu’elle n’en trouve pas une seule. Elle fronce le nez et soupire. « .oh, tu sais, la routine quoi. La belle mère et le demi-frère me les brises profondément, je ne comprends pas mon père. » elle se bascule sur le côté, se mettant en face de sa meilleure amie. « .j’adore ma grand-mère, je crois que c’est la seule qui m’a accepté dans la famille … m’enfin, tu sais déjà tout ça. rien ne change avec eux. » elle soupire et puis reprend le sourire, elle n’aime pas tellement parler de ses soucis et pourtant Ai arrive à lui soutirer ce qu’elle tente tant bien que mal de cacher. « .et toi, alors ? rien de croustillant à me raconter ? » avide d’entendre les nouvelles, elle se met à plat ventre, les coudes posés par terre et son menton appuyé sur ses mains. Telle une enfant qui attend sagement qu’on lui raconte une histoire.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 10 Jan - 23:44
Avec Soo Jung, elle avait déjà songé à un plan contre l’apocalypse, c’était ça le pire. La jeune fille avait un avis très précis sur leur prochaine fin du monde : le créateur de Facebook qui prendrait les commandes de leurs ordinateurs avec l’aide des hackeurs en détraquant toutes les machines. Supprimez la technologie de la vie d’un humain et voyez qu’il ne tiendra même pas une semaine. Ai le savait, c’était son cas. Déjà juste si elle n’avait pas le dernier iPhone, elle finissait obligatoirement à l’hôpital tellement elle ne supportait pas et comme elle n’aimait pas les hôpitaux, elle mourrait toute seule dans son coin, c’était simple. Alors une apocalypse zombies ? Il suffisait qu’elle voit une tâche de sang sur le coin de leur bouche pour qu’elle tourne de l’œil, elle était marrant Soo Jung. Maintenant, la prochaine fois qu’elle allait dormir, elle allait cauchemarder que tout les élèves de sa classe se transforme en mort-vivant et aient pour nouvel objectif de lui dévorer le cerveau. Dans les jeux vidéos, elle gérait cette possibilité mais en réalité, elle partirait en courant plutôt que de leur mettre une balle entre les deux yeux. « Je te donnerais en sacrifice aux zombies et tu le feras avec plaisir, parce que tu m’aimes trop. » plaisanta-t-elle. Ce qui pouvait se passer en vrai, c’était plutôt qu’elles se planquent à deux et ressorte alors que tout le monde a été tué. Après Bonjour pour repeupler la planète, en étant que deux filles.

On avait vu beaucoup mieux comme chanteuse que Ai et même avec le l’entraînement, quand ça ne voulait pas, ça ne voulait pas. Son truc, c’était plutôt le play-back ou chanter quand la musique était très forte à rigueur. Même avec une voix plutôt aigu, ça ne marchait pas. Dommage, elle pouvait toujours être chanteuse dans ses rêves. Quoiqu’il en soit, Soo Jung avait bien prévu son coup, et même si elle était un peu vexée qu’elle se moque autant d’elle, elle ria avec elle. A cinq heure du matin, elle n’allait pas faire sa difficile, surtout pour le peu qu’elle voyait sa meilleure amie. D’ailleurs, c’était à ce moment là qu’elle se rendit compte que ses deux meilleurs amis étaient coréens et qu’avec aucun elle entretenait une relation normale. Enfin à chaque fois il y avait un problème de petit copain. Soo Jung connaissait le sien et elle les jugeait trop proche – même s’ils passaient leur temps à se faire chier. Elle-même pourrissait la vie de Momiji pourtant elle ne le détestait pas – et Hae Jin voulait la caser avec une autre personne, ne comprenant pas le terme « relation stable et durable ». Cette pensée la fit sourire. Ai pensait vraiment à tout et rien et jamais dans les bonnes situations, mais elle pensait surtout à rien de particulièrement utile.

Ai savait que sa meilleure amie n’avait pas une vie de famille facile. L’argent ne faisait pas le bonheur comme on dit et c’est vrai, c’était rare les riches avec des situations familiales stables. Et elle ne l’enviait pas juste sur le fait que ses parents ne soient plus ensemble. Enfin elle galérait déjà assez avec eux pour qu’on puisse lui rajouter une belle-mère ou un beau-père. Et si cela venait à arriver, ses parents pouvaient être sûrs qu’elle leur ferait la guerre. Encore. Pour changer. Elle ne savait pas trop quoi répondre à Soo Jung à chaque fois, connaissant sa famille que de ce qu’elle lui racontait et essayant à chaque fois de se mettre à sa place… ce qui n’était pas toujours une bonne idée vu les conseils qu’elle lui donnait. Ai se mettait à la place des gens très souvent mais gardait toujours sa propre personnalité et conseillait en fonction des réactions qu’elle aurait. Mais elle était très rebelle et à la place de son amie… elle se rebellerait. « Fais leur comprendre qu’ils t’énervent. C’est bon, les parents sont mignons quand on a cinq ans mais dès qu’il faut assumer des futurs adultes, y a plus personne déjà que les tiens ne sont pas des cadeaux. Et ta belle-mère tu devrais pouvoir lui dire tout ce que tu penses, c’est pas ta mère de toute façon. Pour ton demi-frère… si déjà mon propre frère je peux l’envoyer à l’hôpital sans problème, le tien tu peux le menacer avec une arme. » Elle plaisantait, évidemment, puisque son frère les seules fois où il avait été aux urgences par sa faute, c’était quand ils se battaient « pour jouer ».

Ai se mit dans la même position que sa meilleure amie en cherchant un truc d’intéressant à lui raconter. Sa vie était palpitante quand elle y mettait un peu du sien, mais ces derniers temps, ce n’était pas trop ça. Mais le plus intéressant entre filles, ce n’était pas les garçons ? « Tu savais que bizarrement, une fois en couple, on attire les regards de tout les garçons ? C’est cruel ! J’arrive pas à le gérer, j’ai l’air d’une trisomique à chaque fois à me cacher le visage. » Ai avait cette mignonne tendance à se cacher le visage dans ses mains quand un garçon la regardait. C’était à se demander comment elle avait séduit Amori. « En parlant de ça et de parents, tu connais pas la dernière nouvelle ? Mes vieux veulent me caser avec un mec riche, un fils d’un des potes de mon père au moins. J’te jure, un jour je vais fuguer et ils ne vont rien comprendre. »

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 17 Jan - 18:21
Elle parle en connaissance de cause la Soo Jung, véritable fan de la série The Walking Dead. Depuis qu’elle est sortie, la jeune fille n’a manqué aucun épisode et attend la suite avec une impatience qui commence à se faire ressentir quand elle en parle sur twitter. Une véritable tarée, elle ne supporte pas de se faire spoiler. Comme GOT d’ailleurs. Rêveuse, elle s’imagine déjà la suite. Et sa place dans les nouveaux épisodes. Hein ? Elle ? La donner en sacrifice ? La blague de l’année. Jamais elle ne pourrait pas se faire dévorer par ces monstres. C’est la Michonne Coréenne –dans sa tête bien sûr parce qu’en réalité, elle serait la première à se cacher et à prier les licornes pour la protéger. « .ahah, mais bien sûr. je t’aime trop hein, mais non merci et puis je me ferais pas bouffer, je suis trop jolie pour ça. et puis je suis trop préparée à tout ça. » qu’elle réplique en battant des jambes dans le vide. « .essaye de regarder la série –non, tu ne vas pas te faire manger par des zombies sous ton lit- tu vas voir qu’à la fin tu vas savoir te battre comme eux sans même les avoir rencontrés ! » elle sourit, franchement. Ce serait génial de convertir sa meilleure amie à sa série préférée comme elle l’a fait avec sa mère et sa nonna.

Une pensée douloureuse s’envole vers sa famille restée aux Etats-Unis. Elle sait qu’au fond, elle a de la chance d’être ici, dans une école comme ça mais les circonstances font que la jeune fille ne mesure pas l’étendue de tout ça. Alors la jeune italienne s’amuse, essaye de relâcher la pression qu’elle accumule en secret depuis quelques semaines maintenant. Même si elle danse comme d’habitude, l’effet désiré ne vient pas. Elle a toute ses pensées en tête qui lui ravage le cerveau. Elle a beau rire, Soo Jung, elle a beau paraître heureuse et insouciante, c’est un véritable univers qui se cache en elle. Elle ne s’exprime pas aussi facilement qu’il n’y paraît. La chanson se termine, elle rit, elle se moque gentiment de sa meilleure amie et elle s’écroule au sol, si bien qu’elle a l’impression que tous ses soucis pèsent sur ses frêles épaules. Alors, quoi de nouveau ? Toujours la même chose. Sa belle-famille qui lui fait vivre un enfer chaque fois qu’elle pénètre dans la maison. Parfois, elle a l’impression d’être Cendrillon, des temps modernes. Elle ne les supporte pas et leur fais bien comprendre, et vice-versa. Ai dit vrai, elle pourrait leur dire cash –elle ne se gêne pas parfois, mais ça n’arrange rien. Sa connasse de belle-mère rapporte tout à son tendre époux et c’est Soo Jung qui se fait punir à chaque fois. « .plus facile à dire qu’à faire, elle arrive toujours à retourner la situation cette chieuse. » elle se retourne sur le dos et soupire, elle regarde le plafond d’un air vague. Quant à son demi-frère, n’en parlons même pas. Elle pourrait s’entendre avec lui, mais il est tellement influencé par sa mère que c’est impossible de lui parler calmement. Faut dire aussi que Soo Jung ne fait plus tellement d’effort non plus. Quant à son père, c’est tout une énigme. Il n’a jamais été là pour elle, préférant s’occuper de sa famille plutôt qu’elle. Elle se pince les lèvres en un rictus désespéré et inspire profondément, elle se retourne pour se mettre sur le ventre et regarde son amie faire de même. « .m’enfin, il est trop tôt pour penser à eux. » conclut-elle, voulant changer de sujet à tout prix et ne pas plomber l’atmosphère.

« .Ouais, il paraît. » lâche-t-elle, amusée de de la remarque de la nippone. « .tu n’as qu’à mettre une pancarte dans le dos, propriété d’amori, p’têtre qu’ils vont te lâcher comme ça et puis que veux-tu, faut bien qu’ils bavent un peu devant une telle beauté ! » elle la complimente, sincèrement. Ai a toujours été une jolie fille aux yeux de Soo Jung. Elle fit d’énorme yeux rond quand elle apprit la nouvelle. « .t’es pas sérieuse ??? non attend, ils ne sont pas sérieux ? sérieux, on a les parents les plus pourris du monde-sauf ma maman, c’est la meilleure mais franchement, ils peuvent pas nous lâcher la grappe une fois ou deux, comme si ils regrettaient leurs vies passés et font de notre vie leur seconde vie … » elle se redresse et affiche une grimace presque de dégouts. « .moi j’ai pas encore ce problème là, mais si c’est le cas, on s’enfuie à deux hein ? on partira chez ma mère, en californie ! »

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 20 Jan - 18:47
La fin du monde pouvait se passer de tellement de façons différentes, cependant elle était préparée à toutes éventualités. Déjà, elle était persuadée que quoiqu’il arrive, le monde sera sauvé par les Illuminatis. De grands hommes politiques en faisaient partis, même le créateur de Facebook, il n’y avait pas photo, c’était eux qui gouvernait le monde en réalité. Un monde prochainement envahi par les extra-terrestres mais qui apprendront aux humains comment vivre sous l’eau. Elle était sûre de tout ça, le peu de chance pour avoir une invasion de zombies serait parce que le produit pour arrêter de vieillir n’a pas bien fonctionné. Vous imaginez, vivre éternellement ? C’était le rêve d’Ai ! Au moins là, elle pourrait vivre toutes les expériences du monde. Cette pensée lui venue à l’esprit, et elle devait en faire part à sa meilleure amie. « Oh, tu sais quoi ? Faut vraiment que je change de cursus et fasse un truc dans les sciences, comme ça je deviendrais ingénieur ou un truc du genre et je pourrais créer un sérum qui donne la jeunesse éternelle ! Comme les vampires, mais en moins sanglant. » Même si elle trouvait l’état de vampire tellement cool. Surtout dans les séries, ils étaient très à son goût. « Tu crois que les vampires dans la réalité sont aussi attirant que Damon Salvatore dans Vampire Diaries ? » En pleine discussion sur les morts-vivants, un sujet pouvait vite en faire venir un autre mais ce qui était sûr, c’était que niveau séries, elles étaient incollable. « Il faut qu’on se fasse une journée entière pour regarder tout les Walking Dead et Vampire Diaries. Collée l’une à l’autre, sous la couette, avec un très grand bol contenant plein de cochonneries.

Les parents, ce n’était pas vraiment la joie. Dans un sens, les siens avaient raison de s’inquiéter pour l’avenir de leur fille qui restait indécise, elle devait bien faire un truc si elle ne voulait pas continuer de vivre à leur dépend ou à celui d’un homme. Surtout qu’elle était beaucoup trop coûteuse. A son âge elle ne pouvait plus se permettre de dire qu’elle avait encore le temps, même en ayant fraîchement dix-neuf ans. Ses études ne servaient à rien à leur avis et au sien aussi, mais elle voulait tout apprendre sans but particulier, ce n’était donc pas simple de faire un choix. Ça et son petit ami était les principaux conflits avec eux. Les pauvres, n’aimant pas les étrangers, toutes les personnes les plus proches de la jeune fille n’étaient même pas né sur le sol japonais. Justement, elle aimait ça car ces personnes en question, ayant des cultures différentes étaient beaucoup plus intéressantes. Elle enviait la situation de Soo Jung sur le fait d’avoir une famille recomposée. Sa mère serait certainement beaucoup plus cool avec elle sans son mari et son père… quand on est con, on est con. Après, la perspective d’avoir un beau-père ou une belle-mère ne la dérangeait pas dans la mesure où elle n’était pas proche de ses parents au point d’être jalouse ou agacée qu’une personne s’ajoute au schéma familiale. Et si se taper une petite jeune pouvait dérider son père, pourquoi pas. « Si tu veux on échange nos parents, ça me pose pas de problème si tu prends aussi mon frère à condition que tu l’empêche d’avoir une copine. » A bientôt quatorze ans, elle savait ce que faisait le gamin sur son ordinateur et son trip c’était de l’interrompre avec un « je sais ce que t’es en train de faire » mais elle préférait largement qu’il reste avec sa main droite plutôt qu’il se prenne la tête avec des histoires de fille. Qu’il pense déjà à ses études ! A avoir déjà demandé si elle pouvait inviter Soo Jung à la maison, elle savait bien qu’il matait les comptes de ses amies sur internet.

« Jamais de la vie, je risquerais de me faire agresser par une bande de gamines de douze ans parce que leur Roméo a une copine. Et puis bon, de toute façon, je fais encore des trucs bizarres quand un mâle me parle, je les repousse toute seule. Mais merci du compliment ma chérie. » Fallait dire, dès qu’elle croisait un regard masculin, elle se cachait le visage et lorsqu’elle était avec Soo Jung, elle lui agrippait le bras comme signal « attention beau gosse » même si au final, le temps qu’elle comprenne, l’homme en question était parti. « Bah, s’il est riche, autant qu’on en profite, non ? Comme ces vieux monsieur qui se tapent des jeunes et leur paie tout, à la rigueur avec ça on va faire les magasins, je me fais construire une grande maison comme prévu et basta ? » C’était un bon plan dans sa tête mais en réalité elle se mettrait à pleurer et demander à Amori d’aller péter la tronches au monsieur riche. Vous parlez d’une princesse. Elle veut de la liberté, pas être enchaînée au mariage, du moins pas avec un mec qu’elle n’aime pas. « Pendant les prochaines vacances, on ne peut pas aller chez ta mère ? Je ne l’ai jamais vu et la Californie c’est cool, avec la mer et tout. » L’art de se faire inviter en vacances. Parce que sinon, c’est vacances à la neige avec les darons si personne ne l’invite. Et on se doute que personne ne se bousculé pour faire ça.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 14:44
Soo Jung rit face à la déclaration de sa meilleure amie, elle partait très loin dans leur délire et ça lui plaisait totalement. Elle hoche vivement la tête, approuvant d’un pouce en l’air. Elle est parfaitement d’accord avec tout ça, un sérum qui donne la jeunesse éternelle. Une éternité à faire tout ce qu’elles veulent, ce serait le rêve –ou pas, au bout d’un moment elles s’emmerderaient mais au moins là, elles auraient la chance de pouvoir dormir comme il le faut. « .Non, mais arrête ce serait génial et puis je ferais équipe avec toi ! comme je fais des études de médecine bin on aura deux fois plus de chance de réussir ! on pourra gouverner le monde comme ça, j’aurais enfin la chance de comprendre l’utilité de mes études à part servir de larbin à mon père. » elle part, rêveuse de cette idéologie qui vient de naître d’un cerveau encore empêtré dans les limbes d’un sommeil perturbé. « .ça je en sais pas, mais tant qu’à faire, choisissons des beaux gosses ! pas tellement envie de me retrouver avec mon voisin de maths … » lâche-t-elle avec un rire. « .tu n’as pas besoin de me le dire une seconde fois, on se trouve un jour, je prends mes jours de repos au taff et je me chope une crève a resté au lit et on se fait ça. » au fond, elle s’y voit déjà, quelques jours de repos, des nuits blanches entre vampires et zombies, un ventre gonflé de connerie et une vessie qui est sur le point d’exploser toute les deux heures. Ouais, dis comme ça, ça ne le fait pas mais ça la fait tellement rêvé. Et puis au moins, elles n’auront pas besoin de se lever à cinq heures du matin pour pouvoir se voir.

Le sujet dérape facilement sur les parents, problèmes majeurs dans leurs petites vies d’adolescentes. Entre Ai qui se fait entièrement contrôlée par ses parents et Soo Jung qui découvre que son père la veut dans sa vie après des années d’absences, ouais, il y a de quoi péter un câble. L’italienne soupire en repensant à la dernière dispute qui s’est produite avant de partir pour Tokyo, cette même dispute qui l’avait aidé à surprendre la conversation entre sa grand-mère –seule alliée dans la famille paternelle- et son père. Cette même dispute qui l’a amené à cet instant précis, allongé face contre sol avec sa nouvelle meilleure amie en onesis stitch. Ouais, la vie dérape sans qu’on s’y attende, un mal pour un bien. C’est ce qu’elle se dit tous les jours, même si sa Californie natale lui manque, elle est heureuse d’avoir fait de nouvelles connaissances et d’avoir rencontrés de nouvelles personnes. Un sourire apparaît sur ses lèvres quand elle regarde son amie. « .euh, je t’adore, mais à choisir, pas vraiment ! ton petit frère ouais, je l’enfermerais dans les toilettes si tu veux avec une boîte de thon ! » lâche-t-elle avec un rire moqueur. Le pauvre, il a rien demandé qu’elle le fout déjà dans une boîte.

« .shit, elle est dure ta vie. » une expression désespérée sur le visage avant de se moquer d’elle. Tel est le problème quand on sort avec une célébrité, il y a des avantages comme il y a des inconvénients. « .bin écoute, là, je sais pas quoi dire, vu que tu t’en charges naturellement ! » elle se revoit la scène, elle l’a déjà vu à l’œuvre et Soo Jung en garde un souvenir mémorable. « .mais attend, tu n’as qu’à dire que t’es lesbiennes ! bon après faut pas que tes parents le sachent ce qui est dur, c’est pire que Gossip Girl ici ! » Elle l’écoute et ce projet lui dit vaguement quelque chose. « .attend, tu sais que ce que tu viens de dire c’est ce que j’ai dit quand j’avais dix ans, lors d’une journée ‘qu’est-ce que je veux faire plus tard ?’ ma maîtresse s’en souvient encore et ma pauvre main aussi, j’ai dû faire deux cahiers de punitions ‘je dois me choisir un vrai avenir, celui-ci n’en est pas un’ » Soo Jung se redresse et s’assoit en tailleurs, elle regarde légèrement par la fenêtre, il fait encore nuit. Elle tourne la tête et se regarde dans le miroir. Elle reporte son attention. « .mais ce serait carrément énorme ! je t’emmène quand tu veux, ma mère serait super contente de te rencontrer et tu verras nonna et nonno ! tu vas voir, ils sont énormes ! on a la plage, une ferme avec des chevaux, les meilleures vacances de ta vie ! »

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 15:30
 

bounce !; ft. Bae soojung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-