AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 viens m'aider {Xiao lu}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Déc - 19:57




" Tu es sur que tu n'as pas besoin d'aide. " Je souris à mon père adoptif, avant de secouer ma tête de droite à gauche. Vu son âge, je le vois mal porter un carton. Puis, l'un de mes colocataires va bien se dévouer pour m'aider non? " Tu peux rentrer, ma...maman doit t'attendre. Dis-lui que je suis bien installée et que je suis contente. Puis de toute manière, je rentre du weekend non? " J'ai vite apprit à prendre mes repaires avec eux. Ils veulent une enfant qui obéit mais pas trop. Ils veulent se sentir parents de nouveaux. Et franchement, même après trois ans, j'ai encore du mal à m'imaginer qu'ils sont mes parents. Au faite, je les vois plus comme un petit vieux et une petite vieille, ceux qui par exemple habitait pas trop loin du foyer. Donc j'essaye de leur être agréable, et surtout de ne pas trop les fatiguer. Puis, j'ai encore du mal à les appeler papa et maman. Pour moi, ils restent monsieur et madame. Seulement, je sais qu'ils sont déçus quand je les appelle ainsi. Je suis qui pour aller contre deux personnes d'un certain âge. Ils sont heureux, ils se sentent utiles depuis qu'ils m'ont adoptés. Dire qu'à mes vingt ans, j'ai en tête de prendre mon indépendance. Est-ce que j'arriverai à supporter de les avoir rendu triste? Enfin on est pas encore là. Mon sourire sur mes lèvres, je m'approche de monsieur Gôto pour le prendre dans mes bras. " Je suis sur que tu n'as pas envie de voir tout ce qu'il y a dans mes cartons, papa. Alors rentre vite près de maman. Rassure là. Et si j'ai un problème, je vous préviens." Je le regarde monter dans la voiture, lui fait un signe de la main. Quand il quitte mon champs d'horizon, j'attrape le carton avec mes souvenirs d'enfance et rentre dans le bâtiment où se trouve mon dortoir.

Dortoir sept. La clef dans la serrure, je pousse la porte avec mon pied puis rentre dans l'espèce de hall. Un pas, deux pas, trois pas. Personne. Je tourne sur moi-même pour regarder où je vais vivre durant la semaine. Waouh, c'est plus grand que le foyer où j'ai toujours grandit. On pourrait mettre 100 enfants ici. Quoi que j'ai pas le temps de penser au passé. Là, j'ai des cartons qui m'attendent dehors. J'ouvre une porte au hasard. Un lit, un bureau, une armoire et y a personne qui y dort. Tant mieux, voilà ma chambre. Je pose mon carton sur le bureau. Avant de sortir de me chambre. Il va me falloir un coup de main, car j'arriverai jamais à porter tout toute seule. Au faite, je vais pour sortir du dortoir quand un bruit se fait entende dans une autre pièce. Sans trop réfléchir, j'ouvre la porte et regarde le type.
"Toi! J'ai des cartons à porter. Tu te grouilles, j'ai la dalle!




Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Déc - 3:11
come & help me × ft. koto & xiao lu
Tenue ♫ Casque sans fil sur les oreilles, jouant la musique de son téléphone branché sur l’enceinte, tout un système je vous l’avoue, Xiao Lu profitait de son temps libre pour refaire sa manucure. Comme il avait une tendance à mettre la musique trop fort, ses amis s’étaient cotisés pour le casque sans fil, et il pouvait ainsi profiter du son de son enceinte sans réveiller les voisins et les morts en passant. Puis ça lui permettait aussi de ne pas avoir à entendre les autres personnes de son dortoir. Car si autant Xiao Lu était un petit soleil sur pattes, autant il avait également ses moments de tranquillité. Quand il s’occupait de ses photos ou en prenait, ou tout simplement quand il s’occupait de ses ongles. Aussi étrange que cela puisse être, mais avec Lu’ rien n’était si saugrenue que ça, le petit avait une passion peu commune pour le Nail Art, et s’y adonnait à cœur joie sur ses ongles à lui. Et présentement, il était occupé à dessiner sur ses dits-ongles, la langue sortant délicatement de sa bouche tandis qu’il finissait le contour d’une fleur, plus que deux et sa manucure serait finie. Très méthodique tout ça. En plus il avait tout une technique pour les faire sécher rapidement entre la lampe à UV et le verre d’eau froide qui attendait sagement sur sa coiffeuse.

Si la plupart des chambres n’avait que le strict nécessaire, comme Xiao Lu vivait dans le dortoir à long terme, avec la famille de son meilleur ami, il avait récolté assez d’argent pour acheter une coiffeuse par exemple. Oui une magnifique coiffeuse blanche avec un grand miroir et surtout une tonne de produits cosmétiques, car autant se l’avouer, le garçon prenait soin de lui autant que possible, histoire de sauver les apparences. Enfin comme s’il y avait quelque chose à sauver chez lui. Secouant la tête, une fois ses fleurs finies et passées sous la lampe à UV, il se dirigea vers sa coiffeuse pour planter ses mains dans l’eau. Rien de plus simple. Enfin ça c’était avant qu’il ne se rappelle de son vernis qu’il ne pouvait pas laisser ouvert sur son lit, qu’il ne se retourne et que le verre se brise au sol. Laissant échapper un juron assez coloré, il reboucha le vernis, avant de ramasser les bouts de verre les jetant dans sa poubelle sous le bureau. Se relevant prêt à aller chercher de quoi éponger le parquet, il s’arrêta de nouveau, un cri fort peu masculin aux lèvres quand sa porte claqua contre le mur, sa main abaissant instinctivement le casque qui était toujours sur ses oreilles.

« C’est pas moi ! commenta-t-il le plus simplement du monde comme si on était venu lui crier dessus pour le verre cassé.
- Toi! J'ai des cartons à porter. Tu te grouilles, j'ai la dalle! Commenta la jeune fille à sa porte, lui faisant hausser un sourcil. Bah non elle n’était pas venue l’engueuler pour le verre finalement.
- Ah euh okay. Salut ? » continua-t-il avant de s’avancer vers sa porte, la laissant faire le chemin inverse pour qu’il puisse voir ce qu’il fallait faire pour aider la nouvelle arrivante. C’est vrai que leur dortoir n’était pas encore plein après tout.
code by lizzou × gifs by tumblr

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Déc - 17:19




Un lit, une garde robe et un bureau. Franchement, j'ai connu pire. La pièce est même trop grande, c'est le genre d'endroit où on pourrait caser six lits superposés tout en rajoutant deux lits simples. Quoi que ma chambre chez les Gôto est aussi immense. Un sourire amusée étire mes lèvres tout en posant mon carton comportant mes biens les plus précieux. Un foulard jaune, la gourmette avec un prénom, certainement le mien, des photos de mes années au foyer, un dessin qu'un des plus jeunes m'avait fait avant de partir que ma mère avait mit dans un cadre, une peluche que j'ai piqué vers mes dix ans. Voilà, mes trésors. Le reste des cartons attendent en bas. Je soupire avant de sortir de la pièce. Il doit bien avoir quelqu'un dans ce dortoir pour m'aider, non?

Au début, ma main est sur la porte d'entrée prête à redescendre les étages. Quand le bruit d'un verre se brisant me fait me retourner vers l'une des portes. Sans trop réfléchir, je m'avance et l'ouvre en grand.
C’est pas moi ! D'accord, je suis tombée sur quel planète là? Sans faire attention à celui qui vient de me parler, je lui donne un ordre. Le ton est celui que j'ai toujours employé pour que les gamins m'écoutent puis ceux qui cherchaient un peu misère à l'école. Quand on est orpheline, il vaut mieux être capable de se défendre aussi bien verbalement que physiquement, si on souhaite survivre d'une part dans les foyers et d'autres parts, à l'école. Ah euh okay. Salut Vu sa réponse, je fais demi tour pour reprendre la direction de mes cartons.

C'est seulement dans les escaliers où je l'attends contre le mur, que je me décide enfin à lui adresser la parole. Enfin, à ma manière.
Koto et tu es ? Sauf que sa silhouette me dit étrangement quelque chose, je plisse mes yeux avant de rigoler toute seule. Car oui, je suis ainsi. Un rien me fat rire, même bidonner. Tu es au lycée non? Arf! Comment tu t'appelles. Non, attend, je le sais. Fia Lu, c'est ça? La mémoire des noms n'a jamais été mon fort. Je secoue ma tête en reprenant mon fou rire en voyant sa tête à lui qui vaut le détour. Bon c'est pas tout ça Fia Lu, y a mes cartons à monter. Faut qu'on se dépêche car j'ai la dalle, tu peux pas savoir. J'ai envie d'une pizza ou d'hamburger.

Je saute dans les escaliers pour aller plus vite tout en continuant à parler. Y a moins de commander? Car je ne tiendrai pas une minute de plus avec la bouffe de la cantine. Enfin dehors, je me retourne encore une fois vers lui, regardant sa silhouette et grimaçant. Ma parole, y a personne qui te nourrit? T'inquiète, j'ai tout ce qu'il faut pour te remplumer. Ce sera mon cadeau pour ton aide. En attendant, prends les trois cartons là. Y a rien de lourd, tu risques pas de te briser un os comme ça. Bonjour la délicatesse. Non mais attendez là. Le type, mon colocataire pourrait rentrer trois fois dans l'un de mes uniformes. J'avoue que je suis bien en chaire mais y a pas moyen. Il est trop maigre. Tout en parlant, je lui mets un carton dans les mains avant d'empiler les deux autres. Attends, tu peux aussi prendre celui-là. Et un quatrième se retrouve en plus dans ses mains. Fais attention quand même à ne pas te froisser un muscle hein. Ce serait bêllo. Et fais attention avec le dernier carton, y a ballon dédicacé par Peyton Manning, j'y tiens un peu beaucoup, mec.




Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 29 Déc - 19:46
come & help me × ft. koto & xiao lu
Tenue ♫ Honnêtement Xiao Lu était un tout petit peu perdu. Il était en train de s’occuper de sa manucure, et surtout de réparer les dégâts du verre qu’il venait de casser quand un furie sur pattes lui avait ordonné de l’aider à porter les cartons. Il avait accepté bien naturellement, puis ce n’était pas comme s’il avait vraiment le choix si ? Mais bon, autant le dire il était vraiment perdu. Bon il avait compris que c’était une nouvelle colocataire, mais si elle débarquait dans sa chambre à tout va, ça ne risquait pas de le faire, oh non. La suivant dans le salon, il remarqua qu’il n’y aucun carton. C’était bien sa veine, il était bon pour monter les escaliers avec, génial. Suivant la jeune femme dans les escaliers, il s’arrêta de peu quand celle-ci fit de même. Autant éviter l’accident de suite non. « Koto et tu es ? » Alors qu’il s’apprêtait à se présenter, elle l’arrêta une première fois : « Tu es au lycée non? Arf! Comment tu t'appelles. Non, attend, je le sais. Fia Lu, c'est ça? » Vu qu’ils étaient dans le même dortoir, oui il était au lycée. Par contre comment venait-elle de l’appeler ? Fia quoi ? Pardon ? Il avait bien entendu ? Quitte à se tromper autant ne rien dire ? D'ailleurs elle aurait pu le laisser répondre non ? « Bon c'est pas tout ça Fia Lu, y a mes cartons à monter. Faut qu'on se dépêche car j'ai la dalle, tu peux pas savoir. J'ai envie d'une pizza ou d'hamburger. »

« C’est Xiao Lu ! Pas Fia je sais pas quoi. » rétorqua-t-il boudeur. Déjà qu’il avait du mal avec son prénom, franchement petit cerf on aurait pu trouver mieux, mais de là à ce qu’on l’écorche, tout de même ! Certes il savait que la prononciation du chinois par des japonais était difficile et avait appris à ne pas en faire grand cas, autant il aimait bien qu’on s’en souvienne tout de même. « Ca se prononce ‘k’shiao’, avec un ‘a’ long au milieu pour passer vers un ‘o’ court et lu, comme un loup, mais avec le son ‘ou’ qui est long. Okay ? Puis quand on porte le nom d’un instrument de musique hein, c’pas génial non plus. »

D’accord autant l’avouer, il n’était pas le meilleur exemple de maturité, mais que voulez-vous, il était vraiment, mais vraiment susceptible sur son nom. Il maudissait bien assez ses parents pour qu’on l’appelle d’un sobriquet bizarre ensuite. Reprenant sa marche, les mains dans ses poches un air boudeur au visage, il l’écoutait bavarder sur la nourriture. Est-ce qu’elle ne pensait vraiment qu’à ça ? C’était loin d’être la chose la plus intéressante dans la vie si vous vouliez son avis. « Ma parole, y a personne qui te nourrit? T'inquiète, j'ai tout ce qu'il faut pour te remplumer. Ce sera mon cadeau pour ton aide. » Et ce genre de phrase, il s’en serait bien passé honnêtement. Il était très bien comme il était. Non même, il avait encore quelques kilos à perdre. Pas besoin de le remplumer comme elle disait.

Arrivant en bas de l’escalier, il eut à peine le temps de reprendre son souffle qu’il se retrouva avec des cartons dans les bras. « En attendant, prends les trois cartons là. Y a rien de lourd, tu risques pas de te briser un os comme ça. » Par contre si elle pouvait arrêter de lui parler de son apparence, ça l’arrangerait pas mal. Non pas qu’il complexait, mais il complexait.  « Attends, tu peux aussi prendre celui-là. Fais attention quand même à ne pas te froisser un muscle hein. Ce serait ballot. Et fais attention avec le dernier carton, y a ballon dédicacé par Peyton Manning, j'y tiens un peu beaucoup, mec. » Qu’elle était mignonne. Et il y voyait comment lui ? Déjà avec trois cartons c’était dur, mais quatre ? S’il ne rencontrait pas les marches d’ici peu, ça relèverait du miracle.

« Je veux pas te vexer Koto-koto mais je vois plus rien commenta-t-il, fier du surnom qu’il avait trouvé pour la jeune femme. Dix-sept ans, mais un sacré caractère tout de même cette demoiselle. – Donc on va faire à ma façon okay ? » continua-t-il sans attendre de réponse de sa part, et déposa un des cartons, avant de se diriger vers l’entrée amusé, et d’appuyer sur le bouton de l’ascenseur. Parce que non, il n’était pas masochiste pour se taper les escaliers avec les cartons de madame.

« Je tiens les portes, tu mets tous tes cartons dedans et le tour est joué ! Pratique non ? Après pas besoin de me nourrir, je me débrouille très bien tout seul, puis j’ai déjà mangé. » Oh l’ignoble mensonge. Mais honnêtement Xiao Lu n’avait absolument pas envie de se retrouver devant un hamburger ou quoi que ce soit.
code by lizzou × gifs by tumblr

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 30 Déc - 0:16




Son air boudeur me rappelle l'un des gamins du foyer, et je m'attendris, juste un instant. Faut pas que je m'attache ainsi aux gens. Vu que je compte me barrer d'ici après mon diplôme. Mais franchement, sa bouille est trop drôle. Ca se prononce ‘k’shiao’, avec un ‘a’ long au milieu pour passer vers un ‘o’ court et lu, comme un loup, mais avec le son ‘ou’ qui est long. Okay ? Puis quand on porte le nom d’un instrument de musique hein, c’pas génial non plus Houlà, toucher. Moi, aussi je trouve ça stupide comme prénom. Mais c'est le surnom de leur défunte fille. Je me retiens pourtant de lui dire que je m'appelle pas ainsi. Sauf qu'une part il a pas besoin de le savoir et d'autre part, je préfère quand même me faire passer pour une gosse de riche qu'une pauvre orpheline. Avec un peu de chance, le reste de ma scolarité sera tranquille, et les vieux ne seront pas convoqués chez le principal car je me serai battue. Un peu comme avant.

A la place, mon sourire toujours collé sur mon visage, j'hausse les épaules pour sortir près de mes cartons. Et c'est là que je vois sa silhouette. Non mais oh! Les gosses de riches ils ont tous décidé d'être des squelettes ambulants? C'est moche. Mazette, il est bien trop mince pour son propre bien. Chose que je lui fais remarquer. Franchement, un coup de vent, et hop, il s'envole le Xia truc machin. Bon, je vais te le remplumer ce mec, il sera bien mieux. Déjà, en lui faisant faire du sport. Porter des cartons avec plein de babiole à l'intérieur, ça, c'est du sport. Peut être pas un sport très fatiguant. Un carton dans ses mains, un deuxième, un troisième. Puis, un dernier pour la route. Voilà, il va pouvoir se faire des muscles.
Je veux pas te vexer Koto-koto mais je vois plus rien Comment lui dire que c'était le but au faite? Juste envie de rigoler. Quoi que là, je rigole pas. C'est quoi ce surnom débile qu'il vient de me donner. Koto-koto. Est-ce que je l'appelle Jackie chan moi? Bah alors. Appelle-moi Kanika ou Kani ou Ka ou Ni. Mais pas ainsi ! Même pas que je suis énervée ou en colère. Jusque bah, je préfère encore avoir l'un de mes vrais surnoms et pas un surnom idiot d'un prénom qui n'est même pas le mien. Tiens, c'est peut être pour ça que Raylai a ... Je secoue ma tête pour chasser cette pensée absurde de ma tête. Il a autre chose à penser que de se rappeler de moi. C'était juste une promesse de gosse. Puis, c'est peut être même pas lui. Donc on va faire à ma façon okay ? Retour sur terre, je regarde le chinois s'avancer vers un ascenseur. Et là, j'ouvre la bouche en écarquillant les yeux avant de me taper le front. Bien entendu qu'il y a un ascenseur, idiote que je suis. On est dans une école de bourge. Tiens, y a peut être aussi des domestiques ou autres. Ca pourrait être drôle de se faire appeler mademoiselle Gôto, qu'on m'apporte le petit déjeuner et tout et tout. Quoi que non ... ils risquent de se faire remballer.

Je tiens les portes, tu mets tous tes cartons dedans et le tour est joué ! Pratique non ? Après pas besoin de me nourrir, je me débrouille très bien tout seul, puis j’ai déjà mangé. Je me mets au garde à vous, la main à côté de ma tête, et lui fait un salut militaire. Bien chef! Avant d'attraper un carton pour le lui refiler dans l'ascenseur. Arrête! On a toujours faim pour un hamburger ou une pizza. C'est même pas de la nourriture, c'est juste pour bah te replumer par exemple. Tout en continuant à parler, je vais rechercher un autre carton. Puis, tu vas pas me laisser manger toute seule. Et j'aime pas qu'on me regarder bouffer. Et je t'offre n'importe quoi. C'est pas ainsi que se fait des amis. En offrant de la nourriture. On peut même aller dans un restaurant chiquoss si tu veux. Vu que ...Ha non, on peut pas. La vieille m'a confisqué la carte gold. Ou plutôt, elle n'a pas envie que je dépense une fortune en maquillage, produit de beauté ou même bijoux. Quoi qu'elle préfère ça que je dépense l'argent à des jeux vidéos ou autres choses. Puis, tu as pas le droit de refuser. Tu dois faire ce que je te dis de faire. Le dernier carton se retrouve dans l'ascenseur. Ma voix est toujours chaleureuse, sauf que mon sourire est devenu un peu plus carnasier et que mon regard à la place d'être amusée se fait froid. Pour couronner le tout, les jointures de mes mains craques, alors que je ne le perds pas du regard. Sinon je ... Et là, l'expression de mon visage change de tout au tout. me mets à pleurer. Avec en prime un regard de chiot, tout triste.





Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 6:56
 

viens m'aider {Xiao lu}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» T' as du travail? Je m'en fiche ~♥ Viens chanter avec moi ♫ [PV May ]
» Je ne te connais pas... d'où viens tu?(Coeur boiteux )
» Viens prendre ta claque !!!
» Pour une personne admirable et exceptionnelle. ♥ [ Viens vite, grognasse. ♪ ]
» [Mission C.] — Petit, petit diamant, viens voir maman ! ♥
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-