AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 once again.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Siam Raylai
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ Mes messages : 1848 Yen (¥) : 408 Avatar : bambam (got7) Schizophrène? :

kwon ji hyuk ft. jeon jungkook yanagi emrys ft. jae (day6) serizawa loukas ft. jung daehyun. yagyu berry ft. woozi (seventeen) Ahn Reagan ft. yugyeom Murakami E. Dawn ft. jimin (bts) Matsui Junya ft. yoseob (beast) Heiwajima Astéria ft. lisa (blackpink) Usagi Momiji ft. sunyoul (up10tion) Byakuya Raijû ft. jooheon (monsta x) Inuzuka Reon ft. jinhwan (ikon) Wu Yulian ft. luhan Jang Percy ft. wonho (monsta x) Kamiya Yûgi ft. mino (winner) Kirisame Setsuna ft. n (vixx) Aomine Shun ft. jonghyun (shinee) Bakugo A. King ft. sanha (astro) Byun Bae ft. winwin (nct) Tenzin Nyima ft. jinho (pentagon)

Age : 18 y.o -depuis le 2 mai, c'est triste- Date de naissance : 02/05/1997 Astrologie : born ♉ {taureau} × 牛 {boeuf} « exister est un fait, vivre est un art. » Métier : rien pour l'instant, pas même le bénévole d'sdf Résidant à : chuo, dans une famille d'accueil (mais ça risque de changer) Planning :



trouver du répulsif pour faire fuir le chat des voisins. mater des pornos pour aider london. acheter de la bouffe pour le sdf au coin de la rue. ne plus me laisser faire par mes camarades de classe. m'occuper personnel de ce gars, comprendre pourquoi eri ne peut pas me blairer à ce point, même si je m'en fou. ne plus JAMAIS m'approcher de cet enflure de dakota. surveiller london et wolfram, histoire de savoir si le problème est réglé. réconforter london maintenant que wolfram l'a quitté... déprimer...





changer d'identité avant de mourir ou de devenir fou ne plus jamais tomber malade, ni même croiser dakota dans cet état trouver le courage de parler avec London garder pour moi que je commence à devenir nympho ... de ce diable *fait le signe de la croix* devenir plus fort pour ne plus être embêté pas mes camarades de classe ... jeter rukia dans une cage aux lions. hiberner jusqu'à la fonte des neiges, détester encore noël et la neige, ne pas sortir de chez moi jusqu'à février ou mars passer au temple pour laisser un mot à mes parents et allumer une bougie pour eux. avouer que rukia est moins chiante que je le pensais... je l'apprécie plutôt bien, juste un peu. enterrer la hache de guerre avec me contrôler quand je suis avec dakota parce que c'est Tchernobyl dans ma tête.





Navigation : who i am (pres') △ who you are (lien) △ my life (rp) △ phone & twitter & ask





Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 29 Déc - 11:07

❝ RAYLAI × Ce qui compte dans l'effort, c'est avant tout l'action, plutôt que le résultat. ❞once again ... TENUE ••• Le froid, les doigts qui gèlent, la neige qui se profile sur le sommet des montagnes à l'horizon. Je déteste l'hiver, encore plus noël. C'est la principale période de l'année où je suis le plus aigri et démoralisé, surtout quand il neige. Heureusement, ce n'est pas le cas en ville. Les rues ne sont pas couverte de cette chose immonde mais je peux toujours sentir la température chuté, signe que cela ne va pas tarder. Les gens sont toujours aussi pressés, se bousculant et se heurtant comme des boules de billard. Je les observe à travers la vitre du bus, la joue collée contre la surface froide et transparente. Ils ne cessent de grouiller un peu partout, s'agglutinant dans les commerces, envahissant les cafés chauffés. Plus je regarde cette ville et plus j'ai envie de m'en éloigner. J'ai le coeur lourd, me demandant bien pourquoi je reste là. Tout n'est pas si mauvais, même si Dakota m'a jeté -ce qui en soi ne devrait pas être si mal- et que Kô a laissé tomber, j'ai pu me rabibocher avec mon meilleur ami. London est au courant pour un peu tout, je lui ai raconté mes problèmes récents avec un peu tout le monde, mais j'en suis toujours à mon point de départ. Où est-ce que je dois aller ? Pourquoi faire ? Qui m'attends et où ? Je suis perdu, désorienté et au bord du gouffre. J'ai beau me chercher une activité, penser à m'occuper l'esprit, tout cela ne change rien à mon chagrin... à quel point est-ce que je l'aime ? Il ne mérite sûrement rien de cela, c'est surfait. Un soupir et je vois la vitre s'embuer rapidement jusqu'à me cacher la vue. Tokyo défile sous mes yeux, sans direction fixe, juste l'envie de prendre le bus pour oublier deux secondes ma routine. Je suis fatigué de tout ça, et j'ignore où je me dirige.

Le véhicule s'arrête et l'homme au volant me fait comprendre que les passagers descendent tous ici. Obligé, je me lève de mon siège en abandonnant mes gribouillages sur la vitre pour sortir du bus. L'endroit m'est inconnu, je ne reconnais rien. C'est grand, loin de la circulation affolée du centre ville et surtout, c'est beau. Je peux voir un mur plutôt grand longer le trottoir jusqu'à une ouverture typiquement japonaise. Mes jambes se mouvent doucement, me rapprochant de l'entrée donnant sur une cour dégagée. Je remarque un temple et des arbres nus, sans feuilles ni fleurs. C'est triste, mais apaisant à la fois. ça me fait penser à mes parents, même si leurs visages se sont effacés depuis longtemps. Je ne me souviens pas d'eux, je ne possède aucune photo, rien qui puisse m'aider. Las, mon coeur pèse davantage dans ma poitrine et je continue d'avancer dans la cour pour découvrir les lieux. Je continue ainsi, jusqu'à voir une silhouette assise sur les marches devant le temple. Sur le coup, je me demande bien qui cela peut être. Un moine ? Non, il devrait chauve... Ma réflexion s'écourte quand je réalise l'identité de mon fameux inconnu. « Kô ? »

Qu'est-ce que je dois faire ? Fuir ? Je n'ai rien à faire ici, rien à lui dire... Mais il a l'air aussi mal que je le suis. Pourquoi je persiste à le repousser ? De toute façon, ça n'a plus d'importance à présent. Cette fois-ci, je ne vais pas reculer ou être méchant, je m'approche simplement de lui et m'assois sur la marche à côté de lui. « Je peux rester avec toi ? » Demandais-je doucement d'une petite voix, lâchant mes barrières. ça me saoul de me battre contre des fantômes, il serait temps que j'abandonne moi aussi. Puis, son pote m'a lâché comme une merde, je n'ai plus de raison d'être sur mes gardes.
© 2981 12289 0



mayday
Save me, I can’t see in front of me
I won’t let you go, I can’t anymore

Pseudo : As Mes messages : 338 Yen (¥) : 54 Avatar : Jackouille la fripouille, alias Wang Jackson Schizophrène? :
Age : 21 ans Date de naissance : 22/03/1995 Astrologie : Bélier Métier : Pilote de courses de rues Année : 4e année Résidant à : Le quartier de Shinjuku Planning :

☐ Trouver comment me racheter auprès de Raylai
☑ M'acheter un quad (parce que c'est classe)
☐ Économiser (HAHAHA mais que je suis drôle !)
☐ Faire un paintball avec les potos (ça fait longtemps)
☑ Remettre la main sur cette danseuse thaï (putain c'qu'elle était bonne...)
☑ Revoir ma Rukia adoré (ça fait trop longtemps qu'on s'est pas vu, elle me manque trop !)
☐ Essayer de me rapprocher de Raylai un peu plus (On est sur la voie de la réconciliation, faut pas que je foute tout en l'air)
☐ Rappeler la dame au chien que j'ai croisé (Il était super beau son chien, j'irais bien faire un tour chez elle)
Navigation :

Si tu veux tous savoir de moi c'est ici, et puis si t'as envie d'être mon ami, n'ai pas peur, je suis p't'être pas un gentil garçon mais je mords pas, viens . Oh, et tu peux suivre mes petites aventures passées ou présentes ici si tu veux.



Ah et si t'as mon num, hésite pas à m'appeler, si non y'a toujours le insta si tu veux voir ma belle gueule, au choix.



Et pour info, en ce moment je suis au parc aquatique avec la meilleure des meilleures Rukia que j'ai pas vu depuis un baille et je viens de retomber sur ma p'tite thaï Katreeya que j'ai pécho y a un moment à une course.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Dim 10 Jan - 19:07

Once again...

Raylai & Kô
Tenue



Emmitouflé dans sa doudoune, les mains dans les poches, Kô regardait les gens passés devant lui. Il y avait du monde malgré le froid. Ils avaient tous l'air pressé, sérieux ou même agacé pour certain. La moitié sur leur téléphone, l'autre les écouteurs dans les oreilles. Personne ne se parlait vraiment, personne ne se regardait vraiment, mis à part quelques couples et groupes d'amis. Décembre, les fêtes de fin d'année, la neige, tout ça, ça n'inspirait absolument rien de joyeux au jeune japonais, juste des jours de déprime à ruminer le passé. Plus grand chose ne comptait à ce moment de l'année. Il essayait pourtant de faire des efforts, il essayait de venir en cours, de sortie, de voir du monde, tout ça en tentant de garder sa bonne humeur, mais c'était dur. Au final, il s'isolait, il s'enfermait dans sa chambre et il n'en sortait que rarement, quelques fois, il sortait dehors pour échapper à l'atmosphère étouffante qui régnait chez lui, mais c'était généralement pour fini sur un toit, loin de tout. Bon, aujourd'hui il s'était juste mêlé à la foule, il avait marché un long moment sans réel but puis il s'était juste adossé à un mur. Enfin, rien de passionnant, comme tout ce qu'il faisait depuis maintenant presque deux mois. Kô lâche et soupir et se décolle enfin du mur. Il se remit à marché, s'éloignant de plus en plus de l'avenue principale. Il voulait un peu de calme, tout ce monde, tout ce bruit, ça lui faisait mal à la tête. Il savait parfaitement où aller pour trouver ce calme, il y allait toujours quand il voulait s'exiler un peu, remettre un peu d'ordre dans sa tête. C'était un endroit calme, apaisant, loin du confinement de sa chambre et loin de l'agitation de la ville. Il y allait au moins une fois chaque année, et ça tombait souvent en plein mois de décembre. Le temple Honmon était toujours aussi majestueux, et toujours aussi peu fréquenté. Sa mère aimait bien cet endroit, ils avaient l'habitude d'aller à tous les évènements qui se produisaient au temple, tous les trois, son père, sa mère et lui. Mais c'est bien loin derrière eux maintenant, depuis que sa mère est partie, Kô et son père ne font plus rien ensemble. En même temps...

Revenir ici lui faisait toujours bizarre, ça lui remémorait tellement de choses. Kô détestait se souvenir de ça, pourtant, il continuait de venir, tous les ans. En fait, ce n'était pas vraiment comme chez lui, certes, il avait vécu beaucoup de moments heureux ici, mais, contrairement à ailleurs, il arrivait à faire la part des choses, à y voir plus claire dans sa tête. Peut-être était-ce du à l'atmosphère particulière de l'endroit, son calme peut-être. Enfin, il aimait venir ici. Le blond avança doucement jusqu'aux marches menant au temple. Il se stoppa là, contemplant un moment le grand édifice. Ca ne changeait jamais, à chaque fois qu'il venait, c'était toujours le même paysage qu'il y a douze ans. Il se tourna vers la cour et se revit l'espace d'un instant lors de la fête des cerisiers en fleur, la dernière fois qu'il y été allé avec ses parents. C'était vraiment magnifique, il y avait du monde et même un concert, tout le monde s'y amusait beaucoup, lui le premier. Il y retrouvait toujours ses voisins, l'ainé de la famille avait le même âge que lui et ils s'entendaient tellement bien. Kô s'essaya sur les marches, toujours les yeux fixés droit devant lui. Il sortit ensuite une photo de sa poche, une photo prise pendant cette fête justement, dessus, sa mère et lui, heureux et rayonnant. Certes, ça faisait vraiment le cliché de l'homme fragile, mais bon. Kô poussa un profond soupir et passa ses deux mains dans ses cheveux. Il resta un moment la tête baissée, les mains sur la nuque, les yeux fermer.

Il était plongé dans ses pensées lorsque quelqu'un l'appela. Il leva rapidement la tête pour voir qui pouvait bien l'avoir trouvé dans un endroit pareil. Il faut dire que voir Raylai là, debout devant lui, avait de quoi surprendre le blond. C'était la première fois que Raylai venait vers Kô sans que ce dernier ne le gave toute la journée. En fait, c'était la première fois qu'il venait à lui tout court. Peut-être était-ce dû au fait que le japonais ait abandonné le navire ? Nan, surement pas, c'était ce qu'il avait toujours rêvé. Kô ne quitta pas Raylai des yeux lorsque ce dernier vint s'asseoir près de lui. Le blond était vraiment surpris, c'était le cas de le dire, il prit un moment avant de revenir à lui et de hocher la tête pour lui répondre.
- Oui oui, bien sûr.

Faut dire qu'il avait pas l'air bien non plus le petit. Il rangea la photo qu'il tenait dans les mains et poussa un profond soupir, les yeux rivés sur la cour qui s'étalait devant.
- Qu'est-ce qui t'amène ici ?

Tant qu'ils étaient là, tous les deux, à déprimer, autant engager la conversation. Après tout, il avait peut-être enfin une chance de parler à Raylai sans que se dernier ne se ferme comme une huître. Il était toujours possible qu'il le fasse, si c'était le cas, alors Kô n'allait pas insister, il n'avait pas envie de forcer aujourd'hui. Et puis, pourquoi lancer un froid dans cette atmosphère si reposante.


Siam Raylai
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ Mes messages : 1848 Yen (¥) : 408 Avatar : bambam (got7) Schizophrène? :

kwon ji hyuk ft. jeon jungkook yanagi emrys ft. jae (day6) serizawa loukas ft. jung daehyun. yagyu berry ft. woozi (seventeen) Ahn Reagan ft. yugyeom Murakami E. Dawn ft. jimin (bts) Matsui Junya ft. yoseob (beast) Heiwajima Astéria ft. lisa (blackpink) Usagi Momiji ft. sunyoul (up10tion) Byakuya Raijû ft. jooheon (monsta x) Inuzuka Reon ft. jinhwan (ikon) Wu Yulian ft. luhan Jang Percy ft. wonho (monsta x) Kamiya Yûgi ft. mino (winner) Kirisame Setsuna ft. n (vixx) Aomine Shun ft. jonghyun (shinee) Bakugo A. King ft. sanha (astro) Byun Bae ft. winwin (nct) Tenzin Nyima ft. jinho (pentagon)

Age : 18 y.o -depuis le 2 mai, c'est triste- Date de naissance : 02/05/1997 Astrologie : born ♉ {taureau} × 牛 {boeuf} « exister est un fait, vivre est un art. » Métier : rien pour l'instant, pas même le bénévole d'sdf Résidant à : chuo, dans une famille d'accueil (mais ça risque de changer) Planning :



trouver du répulsif pour faire fuir le chat des voisins. mater des pornos pour aider london. acheter de la bouffe pour le sdf au coin de la rue. ne plus me laisser faire par mes camarades de classe. m'occuper personnel de ce gars, comprendre pourquoi eri ne peut pas me blairer à ce point, même si je m'en fou. ne plus JAMAIS m'approcher de cet enflure de dakota. surveiller london et wolfram, histoire de savoir si le problème est réglé. réconforter london maintenant que wolfram l'a quitté... déprimer...





changer d'identité avant de mourir ou de devenir fou ne plus jamais tomber malade, ni même croiser dakota dans cet état trouver le courage de parler avec London garder pour moi que je commence à devenir nympho ... de ce diable *fait le signe de la croix* devenir plus fort pour ne plus être embêté pas mes camarades de classe ... jeter rukia dans une cage aux lions. hiberner jusqu'à la fonte des neiges, détester encore noël et la neige, ne pas sortir de chez moi jusqu'à février ou mars passer au temple pour laisser un mot à mes parents et allumer une bougie pour eux. avouer que rukia est moins chiante que je le pensais... je l'apprécie plutôt bien, juste un peu. enterrer la hache de guerre avec me contrôler quand je suis avec dakota parce que c'est Tchernobyl dans ma tête.





Navigation : who i am (pres') △ who you are (lien) △ my life (rp) △ phone & twitter & ask





Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Lun 18 Jan - 14:21

❝ RAYLAI × Ce qui compte dans l'effort, c'est avant tout l'action, plutôt que le résultat. ❞once again ... TENUE ••• Je ne sais pas pourquoi je suis arrivé jusque là, mais je sais simplement que le bus n'allait pas plus loin. Je suis descendu au dernier arrêt sans me demander comment rentrer ensuite. Quelle idée d'être autant perdu dans ses pensées, de réfléchir à tellement de chose que j'en perds la notion du temps. Les lieux ne me disent rien du tout, je crois même que c'est la première fois que je viens ici depuis mon adoption. Après presque deux ans, Tokyo ne m'est toujours pas reconnaissable et j'évite de prendre les chemins qui me sont inconnus, mais là je n'ai pas trop cherché à savoir où j'allais. C'est un lieu calme, plutôt serein et si peu peuplé que je m'y sentirais presque bien. C'est effectivement la première fois que je met les pieds ici, mais ce n'est pas plus mal. J'ai besoin de me changer les esprits, de penser à autre chose que ma routine ou les gens qui l'habitent. Ici, il n'y a rien qui me rappel personne et je peux souffler l'espace de quelques minutes. Cela étant jusqu'à tomber sur le temple et l'admirer de loin. L'image de mes parents me revient en mémoire, puis je me souviens qu'elle est flou. Cela me désole, ouvre une nouvelle plaie et j'ai la sensation que le sol se dérobe sous mes jambes. Je dois avancer pour ne pas tomber, toujours un pas devant l'autre sans regarder en arrière et ainsi, j'entre dans la cour du temps.

C'est grand, très spacieux mais surtout vide. Il n'y a vraiment personne et ce vent froid qui souffle me rappel qu'on est en hiver et que je déteste cette période de l'année. L'asphalte se fissure un peu plus sous mes baskets et je sens ma respiration se bloquer. Cet endroit est aussi vide que mes souvenirs d'enfances, cela m'angoisse et j'aurai pu être à deux doigts de fondre en larme si mes yeux ne s'étaient pas posés sur lui. Au début j'ignorais qui c'était, vu qu'il était bien trop loin de moi, mais en approchant j'ai rapidement reconnu la personne. C'est étrange de l'interpeller et de me diriger vers lui sans crainte, sans me poser de question. J'ai perdu énormément de temps à le fuir, à l'éviter et aujourd'hui je me demande juste pourquoi j'ai agi de la sorte. Kô n'a sûrement rien fait de mal, j'ai été le plus odieux des deux.

« Le hasard ? » Répondis-je à sa question. J'ignore pourquoi je suis là, mais peut-être est-ce simplement le hasard ... Ou le destin qui m'a poussé sur sa route. C'est stupide, qui croirait à toute ces sornettes ? Assis à côté de lui, je ramène mes jambes contre moi et croise mes bras sur mes genoux, le menton appuyé dessus. « Et toi, pourquoi es-tu ici ? » Je tourne ma tête pour remplacer mon menton par ma joue et ainsi regarder Kô. Ce n'est pas fréquent de se croiser dans ce genre d'endroit, autant que ce n'est pas habituel d'être aussi sociable et docile avec lui. Je suis juste fatigué d'être moi, pour une fois j'aimerai changer, être une meilleure personne. « ça ne va pas ? Qu'est-ce qu'il t'arrive ? » Là encore, c'est la première fois que j'interroge à son sujet, normalement je m'en fiche complètement qu'il aille bien ou non... Finalement, le rejet d'une seule personne m'a permis d'ouvrir un peu plus les yeux et d'accepter certaines choses, comme Kô.
© 2981 12289 0



mayday
Save me, I can’t see in front of me
I won’t let you go, I can’t anymore

Pseudo : As Mes messages : 338 Yen (¥) : 54 Avatar : Jackouille la fripouille, alias Wang Jackson Schizophrène? :
Age : 21 ans Date de naissance : 22/03/1995 Astrologie : Bélier Métier : Pilote de courses de rues Année : 4e année Résidant à : Le quartier de Shinjuku Planning :

☐ Trouver comment me racheter auprès de Raylai
☑ M'acheter un quad (parce que c'est classe)
☐ Économiser (HAHAHA mais que je suis drôle !)
☐ Faire un paintball avec les potos (ça fait longtemps)
☑ Remettre la main sur cette danseuse thaï (putain c'qu'elle était bonne...)
☑ Revoir ma Rukia adoré (ça fait trop longtemps qu'on s'est pas vu, elle me manque trop !)
☐ Essayer de me rapprocher de Raylai un peu plus (On est sur la voie de la réconciliation, faut pas que je foute tout en l'air)
☐ Rappeler la dame au chien que j'ai croisé (Il était super beau son chien, j'irais bien faire un tour chez elle)
Navigation :

Si tu veux tous savoir de moi c'est ici, et puis si t'as envie d'être mon ami, n'ai pas peur, je suis p't'être pas un gentil garçon mais je mords pas, viens . Oh, et tu peux suivre mes petites aventures passées ou présentes ici si tu veux.



Ah et si t'as mon num, hésite pas à m'appeler, si non y'a toujours le insta si tu veux voir ma belle gueule, au choix.



Et pour info, en ce moment je suis au parc aquatique avec la meilleure des meilleures Rukia que j'ai pas vu depuis un baille et je viens de retomber sur ma p'tite thaï Katreeya que j'ai pécho y a un moment à une course.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 18:19

Once again...

Raylai & Kô
Tenue



C'est insensé, revenir sur un lieu où on a vécu tant de bonnes choses avec une personne qui ne sera plus jamais là, c'est complètement con, surtout que Kô fuyait ce genre d'endroit comme la peste, trop de souvenir. Déjà que vivre dans la maison où le blond à passé toute sa vie était assez difficile. Ça aussi c'était idiot, certaines personnes donneraient surement n'importe quoi pour passer toute leur vit dans un foyer chaleureux. Ça se voit qu'ils savent pas ce que c'est. Aucun changement, toujours la même routine, toujours la même ambiance. Même quand quelque chose vient tout chambouler, on finit toujours par retrouver une routine ennuyante monotone. C'était pourri, pourquoi il était pas foutu d'économiser pour se tirer de cette baraque ? C'était pas compliqué, il se faisait tellement d'argent avec ses courses de rue. Si seulement sa Blue Storm ne demandait pas autant d'entretien. Elle avait vécu cette voiture tout de même, tous les dégâts qu'elle avait pu subir, c'était pas rien quand même. Kô avait beau être le plus soigneux au monde, aucune course ni aucun concurrent ne se ressemblait et, mine de rien, les accidents étaient plus fréquents qu'on ne le pense dans ce milieu. C'est sûr que c'est pas Fast and Furious, on passe pas sous un camion aussi facilement. En plus, il avait envie de voyager, il avait même envie de s'acheter un quad et pourquoi pas passer son permis moto, c'est classe aussi les motos. Mais bon, le changement, c'est pas pour tout de suite on dirait. Encore fallait-il qu'il arrête de s'accrocher à son passé comme un gamin à sa tétine.

Assis sur les marches menant au temple, Kô laissa échapper un soupir. L'endroit était tellement vide, c'était idéal pour se vider l'esprit. Enfin, se vider l'esprit, c'était un bien grand mot. Il aurait bien aimé se vider l'esprit, ne plus penser à rien, mais rien à faire, il n'arrivait pas à oublier ses tourments. Ses souvenirs et ses remords affluaient sans cesse dans sa tête. Il ne devrait pas s'en vouloir autant, ce n'était pas de sa faute si sa mère était morte, pourtant, il n'arrêtait pas de se dire qu'il aurait aimé la protéger, qu'il aurait aimé être à ses côtés. Il ne voulait même pas imaginer à quel point elle devait avoir peur et le courage dont elle avait fait preuve pour rester fière face à ses ravisseurs. Il savait qu'elle avait agi ainsi, il savait que sa mère était une femme forte qui ne se laissait jamais abattre. Tout semblait toujours aller pour le mieux lorsqu'elle était là. Qu'est ce qu'il donnerait pour la revoir, juste une fois, juste pour lui dire à quel point il l'aime et que le monde semble terne sans elle. Il avait tellement la haine contre ceux qui l'avait tué, contre son père. Dieu sait ce qu'il aurait fait à ces connards s'il les avait eus devant lui, là, maintenant. Il ne serait peut-être plus lui-même, il n'aurait même pas pu contrôler sa violence. Si seulement il savait qui c'était, ils seraient peut-être déjà morts. Mais pour le moment, la seule personne qui se tenait en face de lui, c'était Raylai, à sa grande surprise. Ça faisait combien de temps qu'il avait arrêté de lui courir après ? Pas si longtemps que ça. Une semaine, ou peut-être plus. Il ne savait pas vraiment, Kô avait quelque peu perdu la notion du temps depuis un moment. Ça aussi ça lui avait plombé le moral, tout abandonné alors qu'il s'y était donné corps et âme. Ça lui avait fait mal au cœur d'admettre que Raylai n'allait jamais le pardonner, qu'il avait carrément tout foiré avec lui. Il avait rien demandé ce pauvre gosse. Mais bon, peut-être que ses efforts n'avaient pas été vains. Apparemment, leur rencontrer n'était que le fruit du hasard, mais ils étaient bien là, assis côte à côte, sans aucun conflit, a discuter de la façon la plus simple du monde. Le hasard faisait bien les choses finalement.
- Juste... Envie de m'isoler.

Kô tourna la tête et adressa un sourire à Raylai. Ce n'était pas vraiment le genre de sourire qu'on avait l'habitude de voir sur le japonais, ce n'était pas un sourire de satisfaction parce qu'ils pouvaient enfin se parler sans barrière, ce n'était pas l'un de ces sourires presque niais qu'il abordait toujours avec tout le monde, c'était un léger sourire de politesse. L'un de ceux que l'on utilise pour cacher ses tourments aussi. Le blond détourna les yeux, mais revint vite à Raylai en entendant sa question. Il était surpris d'entendre ça de la bouche du plus jeune, il n'avait pas pour habitude de s'inquiéter pour Kô, ça lui faisait bizarre. Le blond rigola légèrement, rire nerveux surement.
- Oh, rien, je repensais à... Des trucs... Pas spécialement joyeux. Il inclina la tête et fronça les sourcils. Ça ne te ressemble pas de demander ça, qu'est-ce qu'il se passe ? Tu es malade ?

Kô posa le dos de sa main sur le front du plus jeune, l'air faussement inquiète. Il enleva sa main et rigola, c'était ironique, certes, mais Raylai n'avait vraiment pas l'air dans son assiette lui non plus et ce n'était pas très courant qu'il lui demande ce genre de chose à lui. Il aimerait bien savoir ce qui se passait dans la tête de son cadet pour qu'il agisse de la sorte. Kô devrait s'en contenter pourtant, après tout, il avait attendu ce moment avec impatience, pourtant, il ne pouvait pas s'empêcher d'être curieux.
- C'est rare que tu fasses le premier pas.

Bon, il préférait ne pas en dire plus, il allait encore sortir des blagues merdiques et ça allait tout faire foirer, comme d'habitude. L'humour était un bon moyen de détourner l'attention, il n'aimait pas vraiment qu'on s'attarde sur ses soucis, et puis ça lui permettait de ne plus trop y penser lui non plus. Écouter les problèmes des autres, c'est tellement mieux que de parler de ses problèmes à soi.


Siam Raylai
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ Mes messages : 1848 Yen (¥) : 408 Avatar : bambam (got7) Schizophrène? :

kwon ji hyuk ft. jeon jungkook yanagi emrys ft. jae (day6) serizawa loukas ft. jung daehyun. yagyu berry ft. woozi (seventeen) Ahn Reagan ft. yugyeom Murakami E. Dawn ft. jimin (bts) Matsui Junya ft. yoseob (beast) Heiwajima Astéria ft. lisa (blackpink) Usagi Momiji ft. sunyoul (up10tion) Byakuya Raijû ft. jooheon (monsta x) Inuzuka Reon ft. jinhwan (ikon) Wu Yulian ft. luhan Jang Percy ft. wonho (monsta x) Kamiya Yûgi ft. mino (winner) Kirisame Setsuna ft. n (vixx) Aomine Shun ft. jonghyun (shinee) Bakugo A. King ft. sanha (astro) Byun Bae ft. winwin (nct) Tenzin Nyima ft. jinho (pentagon)

Age : 18 y.o -depuis le 2 mai, c'est triste- Date de naissance : 02/05/1997 Astrologie : born ♉ {taureau} × 牛 {boeuf} « exister est un fait, vivre est un art. » Métier : rien pour l'instant, pas même le bénévole d'sdf Résidant à : chuo, dans une famille d'accueil (mais ça risque de changer) Planning :



trouver du répulsif pour faire fuir le chat des voisins. mater des pornos pour aider london. acheter de la bouffe pour le sdf au coin de la rue. ne plus me laisser faire par mes camarades de classe. m'occuper personnel de ce gars, comprendre pourquoi eri ne peut pas me blairer à ce point, même si je m'en fou. ne plus JAMAIS m'approcher de cet enflure de dakota. surveiller london et wolfram, histoire de savoir si le problème est réglé. réconforter london maintenant que wolfram l'a quitté... déprimer...





changer d'identité avant de mourir ou de devenir fou ne plus jamais tomber malade, ni même croiser dakota dans cet état trouver le courage de parler avec London garder pour moi que je commence à devenir nympho ... de ce diable *fait le signe de la croix* devenir plus fort pour ne plus être embêté pas mes camarades de classe ... jeter rukia dans une cage aux lions. hiberner jusqu'à la fonte des neiges, détester encore noël et la neige, ne pas sortir de chez moi jusqu'à février ou mars passer au temple pour laisser un mot à mes parents et allumer une bougie pour eux. avouer que rukia est moins chiante que je le pensais... je l'apprécie plutôt bien, juste un peu. enterrer la hache de guerre avec me contrôler quand je suis avec dakota parce que c'est Tchernobyl dans ma tête.





Navigation : who i am (pres') △ who you are (lien) △ my life (rp) △ phone & twitter & ask





Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 26 Jan - 8:53

❝ RAYLAI × Ce qui compte dans l'effort, c'est avant tout l'action, plutôt que le résultat. ❞once again ... TENUE ••• C'est face à Kô que les questions reviennent à la charge et que je ne sais pas comment réagir, ni trop quoi dire. Il m'a trop souvent couru après pour s'excuser ou juste pour se faire pardonner d'un acte qu'il ne devait pas bien comprendre à l'époque. N'importe quel personne sensé aurait fuit le lieu d'un braquage pour ne pas se faire attraper et enfermer, j'ai juste été la bonne poire de croire en ces garçons. Après tout, nous n'étions pas ami, juste un lien fragile m'unissait avec le blond proche de moi. C'était bien avant, quand nous ne pensons pas à faire du mal à ce couple âgé, avant que je ne sois le pire enfoiré à lâcher les plans de la maison. Finalement, ne suis-je pas le seul coupable de mon malheur ? Si j'avais réfléchi, fait en sorte d'être clean et de ne vouloir aucune vengeance contre le monde entier, peut-être qu'il serait réellement mon ami. Les interrogations me submergent, puis je décide de m'installer à côté de lui pour parler, simplement pour discuter comme si rien n'était arrivé jusqu'à aujourd'hui. Une conversation banale entre deux garçons, sur les marches d'un temple où le temps semble figé. Il n'y a personne, pas un chat pour briser le silence alentour mais c'est justement là que j'apprécie une telle atmosphère reposante et calme. Il n'est pas difficile de comprendre son besoin de s'isoler, d'être loin de tout sans devoir s'inquiéter de rien. C'est étrange, mais je peux parfaitement me mettre à sa place sans savoir pourquoi il est ainsi. Ce n'est qu'une question de temps avant que les mots ne viennent et s'imposent à moi comme une évidence, parce que je finirai par l'interroger quoi qu'il se passe aujourd'hui, là et ici.

Kô n'a pas l'air dans son assiette, il ne semble même pas heureux que je puisse lui adresser la parole après tout ce temps à vouloir un peu d'attention de ma part. Il sourit seulement, mais un sourire qui n'a sûrement rien à voir avec les autres. Je me souviens de ceux d'avant, quand nous nous entendions plutôt bien et ils ne ressemblaient en rien à celui-là. Que se passe-t-il avec lui pour qu'il soit comme ça ? Je ne pensais pas que mon comportement pourrait autant l'affecter, mais j'ignore si je m'en voudrais pour autant de l'avoir rendu ainsi. à moins que ce ne soit pas de ma faute, alors là je ne saurais quoi faire pour lui. Nous n'étions pas bien différent pourtant, à penser tout deux à des choses peu joyeuses. Mes parents, ma vie, Dakota, tout ça refaisait souvent surface sans mon consentement et je vivais avec malgré tout, malgré les années, malgré les événements. à mon tour de rire légèrement, pas par nervosité mais par amusement. Oui je suis bizarre aujourd'hui, sûrement un début de fièvre ou un truc dans le genre qui annonce la couleur. « Hm non, je me remet simplement en question. Est-ce mal ?  » Je ne sais même pas si je devrais, veut-il parler avec moi au moins ? ça fait des années que nous nous sommes pas adressé normalement la parole, sans que j'ai l'envie de m'enfuir à toute enjambée.

Son geste m'a parut si naturel, c'est étrange quand j'y songe. D'habitude, j'aurai refusé qu'il me touche ou qu'il m'adresse la parole, mais là je ne fais même plus attention à tout cela. Je n'ai pas envie d'être comme d'habitude, justement. Son rire est communicatif, puisque je l'ai suivi l'espace de quelques secondes, voir une bonne minute. Le premier pas, c'est vrai que je ne le fais jamais en règle générale, surtout pas avec Kô. Un temps de réflexion s'impose et je regarde le ciel tout en ruminant sa phrase dans ma tête. « J'sais pas trop. » Prononçais-je doucement avant de baisser ma tête et de la tourner vers lui. « Le fait d'être à nouveau abandonné par quelqu'un ? Même si ce n'était pas une personne appréciable, ça me donne matière à réfléchir et à me poser des tonnes de question. » Les gens adorent me rejeter, mais est-ce vraiment eux le soucis ? Je commence à croire que c'est moi. Finalement, j'ai été odieux avec Kô alors que seul mon comportement était mauvais, pas le siens. J'ai toujours rejeté la faute sur les autres comme si j'étais blanc dans l'histoire. Maintenant je me demande si c'est vrai, si j'ai vraiment été saint jusqu'à présent. « Je crois que j'ai fait fausse route jusqu'à maintenant, que ce soit avec toi ou avec tout ces gens. Ce n'est pas vous le problème dans tout ça, mais bien moi. » Et malgré tout, je ne parviens pas à changer comme je le devrais. Comment faire ? Est-ce seulement possible d'être une autre personne ? Dakota a raison, je suis qu'un pauvre gamin perdu, sans direction pour savoir où va son chemin, je ne suis qu'un abrutis d'idiot complètement stupide.
© 2981 12289 0



mayday
Save me, I can’t see in front of me
I won’t let you go, I can’t anymore

Pseudo : As Mes messages : 338 Yen (¥) : 54 Avatar : Jackouille la fripouille, alias Wang Jackson Schizophrène? :
Age : 21 ans Date de naissance : 22/03/1995 Astrologie : Bélier Métier : Pilote de courses de rues Année : 4e année Résidant à : Le quartier de Shinjuku Planning :

☐ Trouver comment me racheter auprès de Raylai
☑ M'acheter un quad (parce que c'est classe)
☐ Économiser (HAHAHA mais que je suis drôle !)
☐ Faire un paintball avec les potos (ça fait longtemps)
☑ Remettre la main sur cette danseuse thaï (putain c'qu'elle était bonne...)
☑ Revoir ma Rukia adoré (ça fait trop longtemps qu'on s'est pas vu, elle me manque trop !)
☐ Essayer de me rapprocher de Raylai un peu plus (On est sur la voie de la réconciliation, faut pas que je foute tout en l'air)
☐ Rappeler la dame au chien que j'ai croisé (Il était super beau son chien, j'irais bien faire un tour chez elle)
Navigation :

Si tu veux tous savoir de moi c'est ici, et puis si t'as envie d'être mon ami, n'ai pas peur, je suis p't'être pas un gentil garçon mais je mords pas, viens . Oh, et tu peux suivre mes petites aventures passées ou présentes ici si tu veux.



Ah et si t'as mon num, hésite pas à m'appeler, si non y'a toujours le insta si tu veux voir ma belle gueule, au choix.



Et pour info, en ce moment je suis au parc aquatique avec la meilleure des meilleures Rukia que j'ai pas vu depuis un baille et je viens de retomber sur ma p'tite thaï Katreeya que j'ai pécho y a un moment à une course.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mer 27 Jan - 22:06

Once again...

Raylai & Kô
Tenue



Ça aurait dû lui faire plaisir que Raylai finisse par lâcher ses barrières, Kô aurait dû être content, soulagé. Il l'était en fait, mais trop de choses le tourmentaient pour qu'il puisse en profiter. Quelle ironie, ce qu'il avait toujours souhaité lui était apporté sur un plateau, et il était même pas foutu d'en profiter. Dommage que ce soit arrivé dans un tel moment. Kô se demandait ce qui avait bien pu traverser l'esprit du lycéen, qu'est-ce qui avait pu lui faire changer d'avis à son sujet. Ce n'était tout de même pas le fait qu'il ait lâché l'affaire, c'était impossible. La présence d'un énergumène comme Kô qui lui colle aux baskets lui manquait tant que ça ? N'importe quoi. Il suffisait de voir à quel point Raylai le haïssait pour se douter que ce n'était surement pas quelque chose venant du japonais qui avait changé la donne. Quoi qu'il en soit, pour la première fois depuis presque 5 ans, ils discutaient normalement. Peut-être qu'ils étaient au commencement d'un nouveau départ, ou peut-être que ce n'était qu'une période, un armistice temporaire. Allez savoir, seul l'avenir le dira. En attendant, Kô n'avait pas vraiment la tête à regarder vers l'avenir. Il était plus axé sur le passé lui, même s'il essayait de garder un peu les pieds sur terre. Enfin, au moins garder un point d'attache sur le présent parce qu'on ne peut pas dire qu'il ait jamais vraiment eu les pieds sur terre. Franchement, combien de conneries il a pu faire dans toute ça vie, c'était désolant. Kô était un cas désespéré, tout le monde le savait, lui aussi le savait. Il voyait bien ces regards accusateurs qui se posaient sur lui. C'est sûr qu'il a l'air d'un mec cool pour tous les jeunes inconscients qui pensent plus à profiter de la vie que d'autre chose, mais pour les autres, il n'était qu'un bon à rien qui ne savait que mettre sa vie et celle des autres en danger. Il avait gâché des vies, et pour quoi ? Seulement pour combler un mal-être, pour assouvir ses propres désirs de danger et d'adrénaline. On pouvait rarement faire mieux en terme d'égoïsme. Il suffisait de voir Raylai, embrigadé par une bande de cons qui l'ont juste utiliser pour faire le plein de sensations fortes et qui l'ont abandonné à son triste sort. Et pour couronner le tout, c'était son père qui l'avait fait enfermer dans cette maison de correction. Kô aurait pu faire plus pour lui, il aurait pu lui éviter ça, si seulement il avait fait peser plus de pression sur son père. C'est fou comme un seul souvenir tragique pouvait faire remonter toute la crasse qui s'était accumulée en lui.

Le japonais avait tout de même réussi à sourire, mais c'était un sourire fade, peu convainquant. Il essayait de faire comme si ce n'était pas si important que ça, comme s'il était toujours le même Kô, mais faire la comédie dans ce genre de moment, c'était trop dur. Le reste du temps, il arrivait à enfouir tout ce bordel au fin fond de lui, il arrivait à ne pas trop y penser et a vivre sa vie comme il l'entendait, mais là, c'était trop dur. Est-ce que le monde allait enfin découvrir la raison pour laquelle le fêtard invétéré Uehara Kô disparaissait de la circulation tous les ans à la même date ? S'il ne faisait pas un peu plus gaffe à ce qu'il faisait, ça allait être le cas. La mort de sa mère avait fait un remue-ménage pas possible lorsque ça s'est produit, Kô n'avait pas spécialement envie de déterrer cette affaire et revivre le calvaire qu'il avait vécu à l'époque. C'est pour cette raison que le blond tenta d'être le plus naturel possible. Il n'était peut-être pas dans son assiette, mais une part du jeune homme que tout le monde connaissait était toujours là. Il voulut détendre un peu l'atmosphère, blaguer un peu. A vrai dire, il n'aurait jamais imaginé voir Raylai rire à l'une de ses blagues, ni même se laisser toucher, sa main était partie toute seule, mais il pensait vraiment qu'il allait la repousser, au moins faire un quelconque mouvement de recul, mais rien, il avait juste rigolé. Kô regarda un instant Raylai, dérouté, comme si un champignon géant lui avait poussé sur la tête. Il se remettait en question ? Bien sûr que non, ce n'était pas mal. Kô pinça ses lèvres en un sourire et secoua vivement la tête, mine de rien, il était heureux de pouvoir lui parler sans que rien ne se passe. Il regarda autour de lui et, pendant un instant, il s'était cru dans un autre monde, une sorte de monde parallèle où tout allait bien, où toutes les erreurs que l'humanité ait ou faire n'avaient jamais existé. Malheureusement, l'image de sa mère le ramena vite à la raison. Il baissa la tête, essayant tant bien que mal de garder ce petit sourire. Il avait vraiment envie de pleurer, là, maintenant, mais il devait se retenir, déjà qu'il n'aimait pas pleurer face à ses plus proches amis, qu'est-ce que Raylai penserait s'il le voyait fondre en larmes comme un gosse. Non, il ne fallait pas, il ne devait pas.

Kô releva la tête vers son cadet. L'abandon, c'est sûr que ça donnait matière à réfléchir. Ce n'était peut-être pas voulu, mais lui aussi avait été abandonné, quand sa mère est morte, il a senti tout son monde s'effondrer, il s'est senti trahi, presque orphelin, et la présence de son père n'avait rien pu faire contre ce mal-être. Il avait été abandonné et la seule façon qu'il ait trouvée pour dénoncer cette injustice, c'était de se foutre de tout, de faire ce qu'il voulait sans même se soucier du danger. Allait-il mourir ? Allait-il vivre ? Est-ce que ça l'importait vraiment au final ? Kô détourna les yeux, il ne savait peut-être pas par qui et dans quelles conditions il avait de nouveau été abandonné, mais il avait l'impression de le comprendre.
- C'est toujours difficile à vivre ce genre de choses.

Et il parlait en connaissance de cause, il n'avait jamais accepté la mort de sa mère. Mais bon, ça devait surement être plus dur pour lui, la personne qui l'avait abandonné n'était peut-être pas morte, elle. Si ce n'était pas le cas, ça devait vraiment le tourmenter, le pauvre. Kô ne comprenait vraiment pas ce genre de personne, ces gens qui gravitent autour de quelqu'un, qui l'amadoue et qui l'abandonne ensuite comme une merde. C'était juste dégueulasse, on ne devait pas abandonner ses amis, et, malheureusement, ça, Kô l'avait compris le jour où il avait abandonné Raylai. Lui aussi, il avait abandonné des gens, il avait abandonné ce gosse dans les griffes de son père et il l'avait toujours regretté, et il avait tout fait pour se faire pardonner, même si ça n'avait donné aucun succès. Kô soupira doucement et releva les yeux vers lui. Il lui fit un mince sourire et lui tapota amicalement le dos.
- Des fois il y a des choses qui nous échappent complètement, tu sais. T'es jeune, t'as fait des erreurs, mais ta encore la vie devant toi, t'as juste à laisser ton passé derrière toi et avancé, y'a pas d'autre solution p'tit gars.

Écoutez ce vieux sage parler, comme si c'était un exemple à suivre. Franchement, il souhaitait à Raylai de ne pas devenir comme lui, il espérait vraiment qu'il réussisse à passer ce cap difficile, qu'il aille de l'avant et qu'il devienne quelqu'un de bien. Il savait qu'il pouvait y arriver, il fallait juste qu'il trouve les bonnes personnes pour le mener vers un meilleur chemin.


Siam Raylai
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ Mes messages : 1848 Yen (¥) : 408 Avatar : bambam (got7) Schizophrène? :

kwon ji hyuk ft. jeon jungkook yanagi emrys ft. jae (day6) serizawa loukas ft. jung daehyun. yagyu berry ft. woozi (seventeen) Ahn Reagan ft. yugyeom Murakami E. Dawn ft. jimin (bts) Matsui Junya ft. yoseob (beast) Heiwajima Astéria ft. lisa (blackpink) Usagi Momiji ft. sunyoul (up10tion) Byakuya Raijû ft. jooheon (monsta x) Inuzuka Reon ft. jinhwan (ikon) Wu Yulian ft. luhan Jang Percy ft. wonho (monsta x) Kamiya Yûgi ft. mino (winner) Kirisame Setsuna ft. n (vixx) Aomine Shun ft. jonghyun (shinee) Bakugo A. King ft. sanha (astro) Byun Bae ft. winwin (nct) Tenzin Nyima ft. jinho (pentagon)

Age : 18 y.o -depuis le 2 mai, c'est triste- Date de naissance : 02/05/1997 Astrologie : born ♉ {taureau} × 牛 {boeuf} « exister est un fait, vivre est un art. » Métier : rien pour l'instant, pas même le bénévole d'sdf Résidant à : chuo, dans une famille d'accueil (mais ça risque de changer) Planning :



trouver du répulsif pour faire fuir le chat des voisins. mater des pornos pour aider london. acheter de la bouffe pour le sdf au coin de la rue. ne plus me laisser faire par mes camarades de classe. m'occuper personnel de ce gars, comprendre pourquoi eri ne peut pas me blairer à ce point, même si je m'en fou. ne plus JAMAIS m'approcher de cet enflure de dakota. surveiller london et wolfram, histoire de savoir si le problème est réglé. réconforter london maintenant que wolfram l'a quitté... déprimer...





changer d'identité avant de mourir ou de devenir fou ne plus jamais tomber malade, ni même croiser dakota dans cet état trouver le courage de parler avec London garder pour moi que je commence à devenir nympho ... de ce diable *fait le signe de la croix* devenir plus fort pour ne plus être embêté pas mes camarades de classe ... jeter rukia dans une cage aux lions. hiberner jusqu'à la fonte des neiges, détester encore noël et la neige, ne pas sortir de chez moi jusqu'à février ou mars passer au temple pour laisser un mot à mes parents et allumer une bougie pour eux. avouer que rukia est moins chiante que je le pensais... je l'apprécie plutôt bien, juste un peu. enterrer la hache de guerre avec me contrôler quand je suis avec dakota parce que c'est Tchernobyl dans ma tête.





Navigation : who i am (pres') △ who you are (lien) △ my life (rp) △ phone & twitter & ask





Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Sam 30 Jan - 16:05

❝ RAYLAI × Ce qui compte dans l'effort, c'est avant tout l'action, plutôt que le résultat. ❞once again ... TENUE ••• Chaque chose change, rien n'est certains dans la vie et c'est un peu cela qui se joue entre nous. Il est difficile de garder toujours la même optique, ce serait ennuyé à mourir surtout, puis faut savoir penser autrement, voir la vie différemment. Dakota a longtemps été une menace pour moi, mais à présent qu'il m'a lâché, il représente juste un poids sur ma conscience. Pourquoi n'est-ce pas la même chose avec Kô ? Parce que je n'ai jamais cherché à me rapprocher de lui et qu'il ne m'a jamais forcé à le faire. Cela vient naturellement entre nous, doucement mais sûrement. Je fais le premier pas cette fois là, oubliant nos différents pour sauter le pas. à quoi bon se morfondre dans le passé quand on la chance d'avancer. évidemment ça ne m'empêche pas de penser à mes parents ou à tout ces gens qui n'ont pas su me tenir tête et me garder près d'eux, ni même à Dakota. C'est difficile de tourner la page, d'oublier et de commencer une nouvelle histoire, et là je ramène un vieux nom dans mon ouvrage. Kô a l'air malheureux lui aussi, comme si rien n'allait dans sa vie, comme s'il était capable de ressentir la peine. Il le peut, j'en suis sûr mais pas au point de le laisser transparaître sur son visage. Nous sommes tous les deux dans le même bateau, à tanguer d'un côté à l'autre sans parvenir à stabiliser le navire. à force, on risque de tomber à l'eau et se noyer. Il parvient à me faire sourire, puis rire et même parler. C'est une nouveauté avec lui, d'être franc ou juste de dire un truc. Je me remet en question, ça arrive à n'importe qui sur cette planète.

L'ambiance est bizarre, on se croirait dans un monde parallèle ou drogué, à voir des choses qu'on ne devrait pas voir. Je lui parle, il déprime. Ce sont des choses impossibles en temps normal, voir même inimaginable mais ça arrive. Kô tente de garder le sourire mais je remarque peu à peu qu'il se force, ce n'est pas la bonne solution. Bien sûr, je ne peux pas être un confident, ni un psychologue, pas après autant de temps à le rejeter et à vouloir m'en débarrasser. Ce serait trop étrange, trop rapide, trop pas nous. L'abandon est un mal qui touche tout le monde, un jour ou l'autre, cela arrive malgré nos efforts. Une personne nous lâche, peut-être deux ou plus mais faut savoir rester fort... Ce qui n'est pas mon cas, pas après autant de dos tourné. Je commence à fatiguer, à voir le bout du tunnel comme une délivrance, un soupir avant l'heure finale. Kô a raison, ce n'est pas facile à vivre et je me demande encore comment je tiens. J'ignore complètement qu'il a perdu sa mère, qu'il vit un peu cela à son tour et que nous ne sommes pas différent. Certes, il a toujours son père mais est-ce vraiment une bonne chose ? Je ne le connais pas personnellement, à dire je ne sais absolument rien de sa famille. Je ne peux pas juger, ni penser à ça. En fait, je ne le fais pas et je ne risque pas de le faire sans aborder le sujet.

Le geste de mon aîné est réconfortant, malgré notre mauvaise entente, je l'accepte et lâche un fin soupir. Quelle belle paire de joyeux gars nous faisons là, c'est réjouissant. J'en fais toujours des erreurs, pas seulement hier ou dix ans plus tôt, mais même aujourd'hui et j'en ferais encore demain. Je ne suis pas au bout de mes peines, je suis même très loin de changer comme je le voudrais. « C'est difficile d'oublier le passé et d'avancer, c'est même trop dure. » Je souffle pour la énième fois, l'air complètement abattu. « Qu'est-ce qui t'échappe à toi ? Tu as l'air autant déprimé que moi. » Je l'ai déjà vu plus souriant ou persévèrent, puis j'aurai pensé qu'il serait content que j'abaisse les armes pour faire la paix, mais cela n'est pas comme je l'imaginais. Qu'est-ce qu'il lui arrive pour être ainsi ? Je voudrais bien savoir, le comprendre, me mettre un peu à sa place. « Tu as une raison pour venir traîner ici ? C'est étrange de se balader dans un temple. » J'y suis arrivé par hasard, avant de penser à mes parents et au fait que je voulais laisser une prière pour eux. D'ailleurs, je ne sais pas vraiment comment faire, ni où le faire, ni quoi faire. ça fait dix ans maintenant qu'ils sont morts et j'ai toujours l'impression que c'était hier, malgré leurs visages qui disparaissent de mon esprit. Kô est-il là pour une raison similaire ? Un temple, c'est étrange pour se promener sans raison ou sans arrière pensée.

© 2981 12289 0



mayday
Save me, I can’t see in front of me
I won’t let you go, I can’t anymore

Pseudo : As Mes messages : 338 Yen (¥) : 54 Avatar : Jackouille la fripouille, alias Wang Jackson Schizophrène? :
Age : 21 ans Date de naissance : 22/03/1995 Astrologie : Bélier Métier : Pilote de courses de rues Année : 4e année Résidant à : Le quartier de Shinjuku Planning :

☐ Trouver comment me racheter auprès de Raylai
☑ M'acheter un quad (parce que c'est classe)
☐ Économiser (HAHAHA mais que je suis drôle !)
☐ Faire un paintball avec les potos (ça fait longtemps)
☑ Remettre la main sur cette danseuse thaï (putain c'qu'elle était bonne...)
☑ Revoir ma Rukia adoré (ça fait trop longtemps qu'on s'est pas vu, elle me manque trop !)
☐ Essayer de me rapprocher de Raylai un peu plus (On est sur la voie de la réconciliation, faut pas que je foute tout en l'air)
☐ Rappeler la dame au chien que j'ai croisé (Il était super beau son chien, j'irais bien faire un tour chez elle)
Navigation :

Si tu veux tous savoir de moi c'est ici, et puis si t'as envie d'être mon ami, n'ai pas peur, je suis p't'être pas un gentil garçon mais je mords pas, viens . Oh, et tu peux suivre mes petites aventures passées ou présentes ici si tu veux.



Ah et si t'as mon num, hésite pas à m'appeler, si non y'a toujours le insta si tu veux voir ma belle gueule, au choix.



Et pour info, en ce moment je suis au parc aquatique avec la meilleure des meilleures Rukia que j'ai pas vu depuis un baille et je viens de retomber sur ma p'tite thaï Katreeya que j'ai pécho y a un moment à une course.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 18 Fév - 20:11

Once again...

Raylai & Kô
Tenue



Kô avait longtemps couru après Raylai, il avait toujours espéré que ce dernier lui pardonne, essayé de renouer leur amitié. Il s'en était toujours voulu pour ça, il voulait juste se racheter, mais après tant de temps, Kô était fatigué. Il était fatigué de courir après des chimères, Raylai, sa mère, aucun n'allaient revenir. Et pourtant, Raylai était bien là, assis à côté de lui, comme s'ils venaient de se revoir après de longues années. Comme s'il ne s'était presque rien passé. Si on lui avait dit ça, Kô n'y aurait pas cru, il aurait trouvé ça trop beau pour être vrai, ça lui aurait fait tellement plaisir. Ça lui faisait plaisir, vraiment, si seulement s'était arrivé pendant une période un peu plus joyeuse. C'était peut-être mieux ainsi remarque, c'était peut-être ces facteurs qui ont permis que Raylai fasse le premier pas. Kô ne savait pas ce qu'il avait, mais une chose était sûre, il n'était pas bien lui non plus. A croire que c'était le bon jour pour se remettre en question. C'était tout de même étrange, comme si les rôles étaient inversés. Kô était celui qui restait en retrait, Raylai parlait. Le japonais essayait tout de même de paraitre normal, au moins juste un peu. Ça ne lui ressemblait tellement pas après tout. Mais voir Raylai sourire, et même rire, devant lui, c'était quelque chose qu'il n'aurait jamais espéré revoir un jour. Il ne put s'empêcher de sourire en le voyant ainsi, c'était agréable. Cependant, malgré l'étrange impression que donnait cet endroit, cette situation, la réalité était bien là, face à eux, et il ne pouvait rien faire, excepter la regarder droit dans les yeux. C'était malheureux. Ça l'était encore plus quand on constatait qu'ils ne pouvaient rien changer à tout ça, ils devaient juste vivre avec. Ça ne servait à rien de nager à contre-sens, alors pourquoi s'entêter à le faire. C'est ce que Kô pensait, et c'est à ça qu'il pensait lorsqu'il avait laissé tomber avec Raylai, il pensait qu'il n'arriverait pas à lui faire changer d'avis sur lui, à regagner son coeur. On ne peut pas dire qu'il est plus réussi aujourd'hui, mais ça ne stagnait plus, ça bougeait enfin. Ils n'étaient peut-être pas encore au stade de la confidence, mais ils s'ouvraient leur coeur petit à petit. Raylai ne repousse pas Kô lorsque ce dernier vient lui tapoter amicalement le dos en s'improvisant vieux sage. Il semblait tellement abattu en même temps, Kô n'aimait pas le voir comme ça. Un sourire désolé traversa le visage du blond. Il ne pouvait qu'être d'accord avec lui sur ce coup-là.

Kô détourna le regard. Ce qui lui échappe, c'était une bonne question ça. Surement tout, le sens de sa vie en elle-même. Pourquoi il agit comme ça, il aurait pu être comme tous les hommes de son âge, il aurait pu passer ce cap difficile qu'était la mort de sa mère avec plus de force, mais non. Il avait beau se donner des airs, Kô n'était rien de plus qu'un lâche obligé de porter un masque pour être aimé. C'était pathétique. Kô était pathétique et il le pensait à chaque minute qui passait. Le blond joignit ses mains ensemble, un fin sourire s'afficha à nouveau sur son visage et son regard se dirigea vers le ciel. Il soupira longuement. C'était vrai que c'était étrange de venir ici, mais c'était bien pour s'isoler du monde, en cette période de l'année, il n'y avait quasiment personne, le silence était maître ici.
- Disons que... Cet endroit me rappelle de bons souvenirs. Et puis ça m'apaise de venir ici.

C'était le seul endroit où il pouvait aller sans qu'il ne se sente oppressé et submergé par ses sentiments. Il avait vécu beaucoup de souvenirs ici, mais, contrairement à ailleurs, il se sentait bien ici. Enfin, il se sentait mieux qu'ailleurs. Mieux que n'importe où ailleurs en fait. Il y avait trois endroits où il arrivait à faire le vide, au volant de sa voiture, sur les toits, et ici. C'était étrange, mais c'était comme ça. Il tourna de nouveau la tête vers Raylai et l'observa un instant. Beaucoup de questions se bousculaient dans sa tête, il aurait aimé en savoir un peu plus sur ce qu'il y avait avec Raylai, pourquoi il avait été abandonné et par qui, il brûlait de savoir la nature de sa relation avec Dakota également, il les avait vus ensemble une fois et ça l'avait beaucoup intrigué, mais il n'osait pas poser de question, il avait peur de déprimer Raylai encore plus, ou même de faire une boulette et de se le remettre encore à dos. Il essaya donc d'être le moins maladroit possible.
- Mais... Qui c'est qui t'as lâché pour que tu sois dans un état pareil ? C'est ta copine qui t'a largué ?

Bon, on peut pas dire que ce soit très délicat comme question. Espérons qu'il ne le prenne pas trop mal, Kô c'est plus un bourrin, la subtilité c'est pas son meilleur atout.


Siam Raylai
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ Mes messages : 1848 Yen (¥) : 408 Avatar : bambam (got7) Schizophrène? :

kwon ji hyuk ft. jeon jungkook yanagi emrys ft. jae (day6) serizawa loukas ft. jung daehyun. yagyu berry ft. woozi (seventeen) Ahn Reagan ft. yugyeom Murakami E. Dawn ft. jimin (bts) Matsui Junya ft. yoseob (beast) Heiwajima Astéria ft. lisa (blackpink) Usagi Momiji ft. sunyoul (up10tion) Byakuya Raijû ft. jooheon (monsta x) Inuzuka Reon ft. jinhwan (ikon) Wu Yulian ft. luhan Jang Percy ft. wonho (monsta x) Kamiya Yûgi ft. mino (winner) Kirisame Setsuna ft. n (vixx) Aomine Shun ft. jonghyun (shinee) Bakugo A. King ft. sanha (astro) Byun Bae ft. winwin (nct) Tenzin Nyima ft. jinho (pentagon)

Age : 18 y.o -depuis le 2 mai, c'est triste- Date de naissance : 02/05/1997 Astrologie : born ♉ {taureau} × 牛 {boeuf} « exister est un fait, vivre est un art. » Métier : rien pour l'instant, pas même le bénévole d'sdf Résidant à : chuo, dans une famille d'accueil (mais ça risque de changer) Planning :



trouver du répulsif pour faire fuir le chat des voisins. mater des pornos pour aider london. acheter de la bouffe pour le sdf au coin de la rue. ne plus me laisser faire par mes camarades de classe. m'occuper personnel de ce gars, comprendre pourquoi eri ne peut pas me blairer à ce point, même si je m'en fou. ne plus JAMAIS m'approcher de cet enflure de dakota. surveiller london et wolfram, histoire de savoir si le problème est réglé. réconforter london maintenant que wolfram l'a quitté... déprimer...





changer d'identité avant de mourir ou de devenir fou ne plus jamais tomber malade, ni même croiser dakota dans cet état trouver le courage de parler avec London garder pour moi que je commence à devenir nympho ... de ce diable *fait le signe de la croix* devenir plus fort pour ne plus être embêté pas mes camarades de classe ... jeter rukia dans une cage aux lions. hiberner jusqu'à la fonte des neiges, détester encore noël et la neige, ne pas sortir de chez moi jusqu'à février ou mars passer au temple pour laisser un mot à mes parents et allumer une bougie pour eux. avouer que rukia est moins chiante que je le pensais... je l'apprécie plutôt bien, juste un peu. enterrer la hache de guerre avec me contrôler quand je suis avec dakota parce que c'est Tchernobyl dans ma tête.





Navigation : who i am (pres') △ who you are (lien) △ my life (rp) △ phone & twitter & ask





Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 25 Fév - 8:29

❝ RAYLAI × Ce qui compte dans l'effort, c'est avant tout l'action, plutôt que le résultat. ❞once again ... TENUE ••• à dix huit ans, on se pose énormément de question, pas seulement sur ses études ou sur les choses qui nous entourent mais aussi sur nous-même et sur les gens. J'ai bien voulu accorder ma confiance à ces personnes là qui m'ont offert un toit contre peu en échange. J'ai même pu me permettre de tisser des liens forts avec des camarades d'école ou des anciens souvenirs qui m'ont autrefois enfoncés sur ce mauvais chemin, jusqu'à revenir pour m'en éloigner. Quand j'y repense, Kô en faisait aussi partie à une époque mais aujourd'hui, je veux bien lui accorder le bénéfice du doute et reconsidérer toute les mauvaises choses que j'ai pu penser à son sujet. C'est bien pour cela que je ne fuis pas, que je l'écoute ou que je parle, que j'accepte ses faits et gestes sans m'offusquer ou me refermer. C'est ce qu'on nomme « effort », non ? Pourtant, j'aimerais que mes intentions ne soient pas ainsi, qu'elles soient plus naturelle sans vouloir les rendre surhumaine.  C'est déjà un début de m'asseoir à côté de lui, de sourire et même de rire. C'est une première depuis bien longtemps, depuis notre entente passée où j'aurai pu faire n'importe quoi par amitié, par stupidité. Il m'interroge sans crainte d'un refus et je fais de même, légèrement plus à l'aise en sa présence. Qu'est-ce qui le tourmente pour venir se réfugier en un lieu aussi solennelle et silencieux. Je pourrais presque croire qu'il veut fuir la foule et le tumulte de la ville, mais c'est bien difficile quand nos pieds nous ramènent sans cesse au centre de l'attention de la capitale.

Des bons souvenirs. Que veut-il dire par des bons souvenirs ? C'est difficile de se mettre à sa place quand pareil souvenir n'existe pas pour moi. Je ne me souviens pas être venu ici, ni nulle part ailleurs dans cette ville avec les gens que j'aimerai tant revoir aujourd'hui. Quand j'observe ces tempes, ces arbres, ces toits, je ne peux que penser à l'origine de ces lieux et me dire que c'est un endroit parfait pour se recueillir là où rien ne pourrait le faire. Ici, je me sens plus proche de mes parents que n'importe où ailleurs dans cette immense ville. Certes, je sais bien qu'ils ne sont pas là, mais c'est plus une question d'esprit que de physique. Mais Kô a raison, c'est apaisant de venir ici et d'y rester un instant, sans penser à rien. à bien y réfléchir, ici ou ailleurs, il n'y a aucun endroit où je me sens réellement à ma place. Ce n'est qu'une place de substitution, une impression d'aller mieux avant de retourner à la pression du monde qui ne cesse de tourner malgré tout. Quoi qu'il se passe, la vie continue, mais ici j'ai la sensation qu'elle peut s'arrêter pour un temps. Jusqu'à qu'un imprévu vienne ouvrir une brèche dans cette tranquillité illusoire et laisser entrer le désarroi. Qui ? Ce n'est pas tant de savoir qui, mais pourquoi. Je n'ose regarder Kô, baissant fébrilement la tête en mordillant ma lèvre inférieure. Je sais qu'il le connait, je sais à peu près ce qu'ils représentent l'un pour l'autre.

« Si seulement ce n'était que ça. » Soufflais-je en relevant la tête, portant mes yeux vers le ciel. Non, ce n'est pas une copine comme il pourrait le croire. Je n'ai aucune côte envers la gente féminine, et peut-être n'est-ce pas plus mal. « Disons que c'est « quelqu'un ». » Mais cela ne répond pas réellement à la question et je me demande qu'est-ce qui pourrait en résulter si j'avouais la vérité. Qu'est-ce que j'y perd ? Il me semble qu'il ne me reste pas grand chose pour me poser la question. « Ce n'est pas un ami, mais ce n'est pas non plus un étranger. Il ne me laisse pas indifférent, mais en même temps j'ai toujours voulu m'en débarrasser. Maintenant je ne sais plus ce que je veux par rapport à lui. » Je viens me pencher vers l'arrière, appuyant mon dos contre le rebord de la marche supérieure. Je ne donne pas de nom parce qu'il va se douter rapidement, ou parce que j'ignore ce qu'il pourrait faire avec une telle information.

© 2981 12289 0



mayday
Save me, I can’t see in front of me
I won’t let you go, I can’t anymore

Pseudo : As Mes messages : 338 Yen (¥) : 54 Avatar : Jackouille la fripouille, alias Wang Jackson Schizophrène? :
Age : 21 ans Date de naissance : 22/03/1995 Astrologie : Bélier Métier : Pilote de courses de rues Année : 4e année Résidant à : Le quartier de Shinjuku Planning :

☐ Trouver comment me racheter auprès de Raylai
☑ M'acheter un quad (parce que c'est classe)
☐ Économiser (HAHAHA mais que je suis drôle !)
☐ Faire un paintball avec les potos (ça fait longtemps)
☑ Remettre la main sur cette danseuse thaï (putain c'qu'elle était bonne...)
☑ Revoir ma Rukia adoré (ça fait trop longtemps qu'on s'est pas vu, elle me manque trop !)
☐ Essayer de me rapprocher de Raylai un peu plus (On est sur la voie de la réconciliation, faut pas que je foute tout en l'air)
☐ Rappeler la dame au chien que j'ai croisé (Il était super beau son chien, j'irais bien faire un tour chez elle)
Navigation :

Si tu veux tous savoir de moi c'est ici, et puis si t'as envie d'être mon ami, n'ai pas peur, je suis p't'être pas un gentil garçon mais je mords pas, viens . Oh, et tu peux suivre mes petites aventures passées ou présentes ici si tu veux.



Ah et si t'as mon num, hésite pas à m'appeler, si non y'a toujours le insta si tu veux voir ma belle gueule, au choix.



Et pour info, en ce moment je suis au parc aquatique avec la meilleure des meilleures Rukia que j'ai pas vu depuis un baille et je viens de retomber sur ma p'tite thaï Katreeya que j'ai pécho y a un moment à une course.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mer 16 Mar - 17:52

Once again...

Raylai & Kô
Tenue



Il arrive toujours un moment où on finit par douter, où on remet tout ce qu'on a pu faire en cause. On ne prévoit pas quand ça arrive, mais ça arrive bel et bien. Tout le monde doute, même Kô. Lui qui a l'air toujours sûr de lui, qui à l'air de ne rien regretter, peu importe ce qu'il a fait, lui aussi il est humain. Il le cache bien, mais il regrette certaine chose et ça le travaille tout le jour. Aujourd'hui plus que d'habitude. Peut-être est-ce l'effet du temple, ou bien la présence inhabituelle de Raylai, peut-être même les deux. Le lycéen aussi à l'air d'humeur morose lui aussi, peut-être que pour lui aussi, ce jour était arrivé. En tout cas, ce genre de moment avec lui était rare, voir même unique, alors Kô ne voulait pas laisser passer ça, il voulait en profiter, pas au point de sauter partout comme un macaque surexcité, mais en profiter quand même. Ca ne l'empêche pas d'essayer de détendre un peu l'atmosphère en lançant quelques vannes pas très subtiles, mais le sujet de conversation revient vite sur ce qui les préoccupe. Kô avait envie de savoir ce qui arrivait au jeune homme, et ce dernier semblait tout aussi curieux. Enfin, le japonais préférait ne pas trop poser de question pour le moment, même s'il devait avouer que certaines lui brûlaient la langue. Il se contenta juste de répondre à celle que lui poser Raylai et d'en poser quelques-unes pas trop polémique, histoire de continuer la conversation. En tout cas, ça lui fait vraiment plaisir de pouvoir entrevoir à nouveau la relation qu'ils entretenaient à l'époque. Plus rien n'était pareil aujourd'hui, mais c'était comme si on regardait par la serrure d'une porte close qui ne se rouvrira jamais. C'était triste d'un côté, mais l'avoir à ses côtés, là, maintenant, Kô se sentait déjà un peu plus serin, même si rien au monde ne pourra taire le chagrin qu'il éprouvait.

C'est vrai qu'il a de bons souvenirs ici, sa mère adorait ce temple, ils y allaient souvent tous ensemble. Maintenant ce n'était plus qu'un exutoire, un endroit pour faire le vide, pour essayer d'oublier, et même pour se recueillir. Kô devrait s'estimer heureux pourtant, il avait encore son père et il avait des souvenirs fabuleux qu'il pouvait chérir. Si seulement il pouvait se douter que ce n'était pas donné à tout le monde. Il était trop tourmenté par ce drame qu'il n'arrivait pas s'imaginer à quel point certains pouvaient souffrir plus que lui. Après tout, il avait quand même des amis, des passions. La seule chose qui lui manquait, hormis sa mère, ça devait bien être un but. Le blond n'avait rien, il fonçait tête baissée, jour après jour, sans même pensé à ce qui lui arriverait le lendemain. A une époque, il avait des rêves, des ambitions, des objectifs. Il avait peut-être abandonné trop vite, il avait peut-être tout envoyé valsé trop tôt, peut-être que s'il avait réussi à tourner cette foutu page, il repenserait à sa mère en souriant, au lieu de ressentir cette sensation qui lui donne envie de s'arracher la poitrine. Il était loin d'être fort, c'était même tout le contraire, Kô était faible, et dieu ce qu'il en avait honte. Que Raylai le voit dans cet état, c'est horrible, mais il n'a plus la force de faire semblant. Il essaye, mais tout ce qu'il peut faire sonne faux, alors il essaye juste de détourner un peu l'attention, du mieux qu'il peut, il profite de ce temps-mort pour en savoir un peu plus sur le jeune lycéen. Sa question à l'air de le chambouler, il n'aurait peut-être pas dû la poser. Quel crétin. Kô regarde Raylai baisser la tête, un peu gêner. Ça ne devait pas être quelque chose de facile pour le garçon. Le blond ne s'attendait pas vraiment à plus de la part de Raylai, il n'avait pas à connaître ce "quelqu'un" après tout. Kô soupir et baisse les yeux. Il n'est pas déçu de ne pas en avoir appris plus, juste gêner d'avoir été aussi indiscret. Et s'il s'attendait à ce que son camarade de déprime reprenne la parole. Il leva la tête, un peu étonné et l'écouta attentivement. Ça n'avait pas l'air simple cette histoire. Kô baissa la tête. Il avait sa petite idée quant à l'identité de ce "quelqu'un", mais il préféra la garder pour lui. De toute façon, il n'en était même pas sûr.
- Oh, je vois. Ça doit être... Troublant.

On ne peut pas dire que Kô soit le mieux placer pour donner des conseils en ce qui concerne l'amour, du moins si c'était bien là le problème. Il n'a jamais vraiment été amoureux. En fait, il ne l'a jamais été, il préfère toucher à tout un peu partout, lui donc, bon, il n'était pas très expérimenté sur ce sujet. De toute façon, il a toujours trouvé l'amour trop prise de tête et il est assez bien sans. Il aurait aimé lui dire quelque chose, mais sur ce coup-là, il resta muet, il se contenta juste de baisser la tête, il ne voulait pas dire de bêtises et envenimer la situation, alors il se tue, priant pour que Raylai continu la conversation ou change de sujet. Le blond sentait que c'était une pente délicate qu'il avait emprunté, il n'allait pas lui en vouloir de vouloir changer de sujet.


Siam Raylai
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ Mes messages : 1848 Yen (¥) : 408 Avatar : bambam (got7) Schizophrène? :

kwon ji hyuk ft. jeon jungkook yanagi emrys ft. jae (day6) serizawa loukas ft. jung daehyun. yagyu berry ft. woozi (seventeen) Ahn Reagan ft. yugyeom Murakami E. Dawn ft. jimin (bts) Matsui Junya ft. yoseob (beast) Heiwajima Astéria ft. lisa (blackpink) Usagi Momiji ft. sunyoul (up10tion) Byakuya Raijû ft. jooheon (monsta x) Inuzuka Reon ft. jinhwan (ikon) Wu Yulian ft. luhan Jang Percy ft. wonho (monsta x) Kamiya Yûgi ft. mino (winner) Kirisame Setsuna ft. n (vixx) Aomine Shun ft. jonghyun (shinee) Bakugo A. King ft. sanha (astro) Byun Bae ft. winwin (nct) Tenzin Nyima ft. jinho (pentagon)

Age : 18 y.o -depuis le 2 mai, c'est triste- Date de naissance : 02/05/1997 Astrologie : born ♉ {taureau} × 牛 {boeuf} « exister est un fait, vivre est un art. » Métier : rien pour l'instant, pas même le bénévole d'sdf Résidant à : chuo, dans une famille d'accueil (mais ça risque de changer) Planning :



trouver du répulsif pour faire fuir le chat des voisins. mater des pornos pour aider london. acheter de la bouffe pour le sdf au coin de la rue. ne plus me laisser faire par mes camarades de classe. m'occuper personnel de ce gars, comprendre pourquoi eri ne peut pas me blairer à ce point, même si je m'en fou. ne plus JAMAIS m'approcher de cet enflure de dakota. surveiller london et wolfram, histoire de savoir si le problème est réglé. réconforter london maintenant que wolfram l'a quitté... déprimer...





changer d'identité avant de mourir ou de devenir fou ne plus jamais tomber malade, ni même croiser dakota dans cet état trouver le courage de parler avec London garder pour moi que je commence à devenir nympho ... de ce diable *fait le signe de la croix* devenir plus fort pour ne plus être embêté pas mes camarades de classe ... jeter rukia dans une cage aux lions. hiberner jusqu'à la fonte des neiges, détester encore noël et la neige, ne pas sortir de chez moi jusqu'à février ou mars passer au temple pour laisser un mot à mes parents et allumer une bougie pour eux. avouer que rukia est moins chiante que je le pensais... je l'apprécie plutôt bien, juste un peu. enterrer la hache de guerre avec me contrôler quand je suis avec dakota parce que c'est Tchernobyl dans ma tête.





Navigation : who i am (pres') △ who you are (lien) △ my life (rp) △ phone & twitter & ask





Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 18 Mar - 20:57

❝ RAYLAI × Ce qui compte dans l'effort, c'est avant tout l'action, plutôt que le résultat. ❞once again ... TENUE ••• Il y a des jours comme ça où l'on se pose des tonnes de question, certaines sans fondement, sans raison. On se demande pourquoi on est là, pourquoi on fait ça ou pourquoi on ne fait pas cela. Des questions, toujours des questions. à savoir si on aurait été plus heureux tant telle ou telle situation, alors qu'on ne peut rien changer malgré tout. On voudrait juste fermer les yeux, penser à autre chose, vivre une histoire différente mais quand on rouvre nos paupières, rien n'a changé, tout est à sa place. Je l'ai accepté avec le temps, je m'y suis fait quand mes appels sont restés sans réponse. ça fait des années que je ne cri plus après ma mère quand j'ai peur ou que je cherche après mon père quand j'ai besoin d'aide. ça fait des années que j'ai oublié le sens du mot "famille" malgré les nombreuses personnes qui m'ont accueilli et fait perdre tout espoir. J'ai fermé mes paupières, mais pas pour imaginer une autre histoire, mais plutôt pour fuir la mienne. J'ai fui tout et tout le monde, même Kô. Je l'ai accusé pour ma propre bêtise, alors qu'il n'était pas réellement coupable. à qui la faute ? Au final, je ne veux même pas le savoir. Que ce soit Kô ou Dakota, je m'en fiche. Rien ne ramènera les choses comme elles étaient par le passé, aucun ne peut me ramener mes parents, ma maison, mes camarades de l'époque. Je dois juste accepter les événements telle des épreuves à surmonter, des obstacles à franchir et si je pouvais comprendre le coeur de kô, sûrement que je lui dirais la même chose.

Parler de Dakota à Kô sans donner le prénom de ce dernier est étrange, mais je me demande seulement s'il se doute d'un truc. J'émet le fait d'être troublé par un homme, sans partir dans un sujet trop osé. ça m'embarrasse dans le sens où je ne sais pas où j'en suis, perdu entre ce que je voudrais et ce qu'on peut m'apporter, mais qui ne me convient pas. C'est difficile, mais personne n'a dit que la vie serait facile. Kô doit le savoir lui aussi, nous sommes un peu logé à la même enseigne pour ne pas obtenir les choses que nous désirons réellement. Troublant. Est-ce le bon mot ? J'hausse les épaules, pinçant mes lèvres. Oui, ça doit être troublant, mais rageant aussi. Comment l'expliquer sans passer pour un fou ou pour un gamin ? Je soupire et me redresse, regardant distraitement le ciel. Qu'est-ce que je devrais dire ? Parler, c'est bien une initiative surprenante. « Au moins, je peux croire que tu n'es pas homophobe. » Plaisantais-je, penchant ma tête de côté pour le regarder, un fin sourire aux lèvres. Je me relève rapidement de la marche, posant les pieds dans la terre. « Tu ne veux pas marcher un peu ? Je voudrais bien visiter cet endroit. » Je lui propose calmement et clairement de me faire la visite de ce temple, sans vraiment le prononcer à voix haute. Tendant ma main, je l'invite à se relever à son tour.

« Tu pourras m'expliquer pourquoi tu voulais tant devenir mon ami ? Je n'ai jamais vu quelqu'un aussi persistant que toi. » Ah ça non. Même mes familles d'accueil ne faisaient pas autant pour me garder ou pour me changer, ils lâchaient juste l'affaire dès la première rébellion. Kô s'est accroché longtemps, sûrement des années. Je me demande bien pourquoi il a arrêté d'un coup, comme si quelque chose l'a dissuadé de continuer à me courir désespéramment après. « Pourquoi tu as laissé tomber ? à chaque fois j'espérais que tu le fasses mais ça n'est jamais arrivé, puis là... D'un coup, tu lâches l'affaire. Que s'est-il passé ? » Je le regarde, les sourcils légèrement froncés. Les gens n'abandonnent pas sans raison, sauf pour les plus lâche mais ceux-ci le font dès le départ. Kô a tenu trop longtemps pour que je le considère comme étant un garçon sans conviction.

© 2981 12289 0



mayday
Save me, I can’t see in front of me
I won’t let you go, I can’t anymore

Pseudo : As Mes messages : 338 Yen (¥) : 54 Avatar : Jackouille la fripouille, alias Wang Jackson Schizophrène? :
Age : 21 ans Date de naissance : 22/03/1995 Astrologie : Bélier Métier : Pilote de courses de rues Année : 4e année Résidant à : Le quartier de Shinjuku Planning :

☐ Trouver comment me racheter auprès de Raylai
☑ M'acheter un quad (parce que c'est classe)
☐ Économiser (HAHAHA mais que je suis drôle !)
☐ Faire un paintball avec les potos (ça fait longtemps)
☑ Remettre la main sur cette danseuse thaï (putain c'qu'elle était bonne...)
☑ Revoir ma Rukia adoré (ça fait trop longtemps qu'on s'est pas vu, elle me manque trop !)
☐ Essayer de me rapprocher de Raylai un peu plus (On est sur la voie de la réconciliation, faut pas que je foute tout en l'air)
☐ Rappeler la dame au chien que j'ai croisé (Il était super beau son chien, j'irais bien faire un tour chez elle)
Navigation :

Si tu veux tous savoir de moi c'est ici, et puis si t'as envie d'être mon ami, n'ai pas peur, je suis p't'être pas un gentil garçon mais je mords pas, viens . Oh, et tu peux suivre mes petites aventures passées ou présentes ici si tu veux.



Ah et si t'as mon num, hésite pas à m'appeler, si non y'a toujours le insta si tu veux voir ma belle gueule, au choix.



Et pour info, en ce moment je suis au parc aquatique avec la meilleure des meilleures Rukia que j'ai pas vu depuis un baille et je viens de retomber sur ma p'tite thaï Katreeya que j'ai pécho y a un moment à une course.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Sam 26 Mar - 0:30

Once again...

Raylai & Kô
Tenue



Tout le monde rêve de vivre une autre vie, ne serait-ce qu'un instant, c'est humain. Il y a toujours quelque chose qui rend la vie difficile à vivre, des obstacles, des erreurs, des malheurs. Que se soit un petit souci du quotidien ou le plus grand drame, on a tous envie de vivre une vie meilleure. Seulement c'est impossible, la vie est cruelle et elle nous le fait savoir, tôt ou tard. Elle s'échappe de notre emprise et on n'a plus d'autre choix que de regarder les faits se passer, impuissant. C'est rageant, mais c'est ainsi, il faut savoir vivre avec. Certains y arrivent mieux que d'autres. Kô fait partie de ces autres, il ne parvient pas à vivre avec ses démons et on ne peut pas dire que ça le réussisse. Surtout en ce moment. Il n'y a pas grand chose de différent pourtant, Kô et son père célèbrent l'anniversaire de la mort de sa mère, le jeune homme s'isole et se terre chez lui pendant un mois ou deux et ça se passe. Avec beaucoup de douleur, certes, mais ça se passe. Il n'avait jamais rien abandonné sur un coup de tête et surtout pas l'espoir de reconquérir l'amitié de Raylai. Ce soir là, lorsqu'il lui avait dit de partir, il se sentait tellement fatigué, comme si sa volonté s'était envolée. Il s'était passé quelque chose dans sa tête, comme une évidence qui se présentait à lui. Leur amitié était morte. C'était comme demander après sa mère alors que rien ne pouvait la ramener.

Cependant, Raylai était là, et c'était vraiment un miracle. Qu'est-ce qu'il pouvait bien foutre là, avec lui ? Le cerveau humain, l'un des grands mystères de la vie. Kô ne savait même pas comment fonctionnait son propre cerveau, alors celui des autres, c'était le noir total. Mais Raylai se confiait à lui, il lui avait même parlé de ce qui le travaillait tant, il venait de se confier à lui alors qu'il aurait pu s'arrêter à ce "quelqu'un". Bon, ils n'allaient pas devenir les meilleurs amis du jour au lendemain et se raconter tous leurs petits malheurs dans les détails, mais c'était déjà ça. Il avait fait cet effort et l'étudiant n'avait même pas été capable de lui répondre. Il avait quoi dans le crâne ? C'était la chance de sa vie, une occasion rare qui venait de se présenter sans même forcer, Kô devrait donner tout ce qu'il a. Au lieu de ça, il baisse la tête. Mais quelle formidable ouverture, c'est fabuleux. Heureusement, Raylai brise le silence. Kô rigola doucement, ce serait le monde à l'envers s'il était homophobe.
- Je serais encore plus stupide que je ne le suis déjà si j'étais homophobe.

Le blond releva la tête vers le plus jeune, un sourire aux lèvres. Raylai se leva, lui proposant de marcher un peu. Voir la main qu'il lui tendait lui fit bizarre. Kô n'arrivait pas vraiment à réaliser que c'était bien Siam Raylai qui lui tendait la main, à lui, Uehara Kô. Le pire, c'était que, pour une fois, il n'avait pas l'air d'avoir envie de le frapper. C'était assez surprenant. Le japonais dû loucher un bon moment dessus avant de se décider à la saisir et à se lever. Un autre rire franchit ses lèvres tendis qu'il arrangea sa tenue.
- Je me l'explique pas vraiment non plus en fait. T'avais l'air d'un mec cool, je voulais pas que ça se finisse comme ça. On aurait même pas dû t'entraîner dans cette merde.

Certes, ça avait vraiment la gueule d'une raison bidon, mais c'était le seul argument qu'il pouvait trouver pour l'instant. A vrai dire, lui-même ne pouvait pas s'expliquer un grand nombre de ses actions, disons que c'est son coeur qui le guide plutôt que sa tête. C'était peut-être une raison plus valable que ce qu'il avait sorti d'ailleurs. Après tout, c'était un peu faible comme excuse pour avoir tenu autant de temps. Kô regarda Raylai, l'air vraiment désolé. Il aurait voulu lui apporter des réponses plus claires, des arguments concrets, même mieux, il aurait aimé lui faire ressentir ce qu'il ressentait, cet "instinct" qui le poussait à faire les choses et à ne rien lâcher. Il aurait aimé lui dire pourquoi il s'était tant entêté et il aurait aimé lui dire pourquoi il avait quand même abandonné, mais là encore, c'était trop dur à expliquer avec des mots. Il prit une grande inspiration et invita Raylai à marcher. Il tenta de répondre à sa question, il cherchait les bons mots, mais, soit ça sonnait faux, soit il ne pouvait juste pas l'avouer à haute voix.

- Je sais pas trop... J'ai eu ce sentiment que... Il marqua une pause, comme si les mots restaient bloqués dans sa gorges. J'en sais rien...

Est-ce qu'il devait vraiment lui dire que c'était parce que sa forteresse avait été ébranlée. Que c'était à cause d'un moment de faiblesse qu'il n'avait pas réussi à couvrir. Il ne croyait peut-être pas à grand chose, mais il avait certaines valeurs, et toutes ces valeurs avaient été remises en cause ce jour-là. On peut le dire, sa forteresse s'est effondrée, et il lui faudra quelque temps pour la reconstruire. Qu'est-ce qu'il pouvait bien dire à Raylai ? Qu'il n'était pas si fort qu'il n'y parait ? Qu'il continue de s'accrocher à des fantômes comme un gosse à son vieux doudou moisi ? Dire que lui courir après lui donnait l'impression d'avoir un but ? Oui, c'est sûr, très égoïste comme réponse, ça lui fera super plaisir. Kô n'arrivait même pas à marcher la tête haute tellement il se sentait con, il se contentait de fixer le sol et, il faut dire que ça le rendait vraiment con. Il sauvait bien son image comme ça. Il soupira doucement puis s'arrêta, en fixant Raylai.
- Comment tu le ressens toi maintenant ? Tu vis mieux maintenant que tu m'as plus sûr le dos ?

Il ne demandait pas ça parce qu'il avait encore de la rancœur vis-à-vis de sa réaction de l'autre fois, il n'y avait pas une once de colère dans sa voix, ça ressemblait plus à du désespoir. Il avait conscience de ne pas répondre à Raylai, mais il avait juste besoin de savoir. Il devait savoir si tout ce qu'il avait fait avait servit à quelque chose. De toute façon, il n'était plus à ça près, qu'il paraisse pathétique ou pas, ce n'était plus vraiment important à ce stade.



Siam Raylai
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ Mes messages : 1848 Yen (¥) : 408 Avatar : bambam (got7) Schizophrène? :

kwon ji hyuk ft. jeon jungkook yanagi emrys ft. jae (day6) serizawa loukas ft. jung daehyun. yagyu berry ft. woozi (seventeen) Ahn Reagan ft. yugyeom Murakami E. Dawn ft. jimin (bts) Matsui Junya ft. yoseob (beast) Heiwajima Astéria ft. lisa (blackpink) Usagi Momiji ft. sunyoul (up10tion) Byakuya Raijû ft. jooheon (monsta x) Inuzuka Reon ft. jinhwan (ikon) Wu Yulian ft. luhan Jang Percy ft. wonho (monsta x) Kamiya Yûgi ft. mino (winner) Kirisame Setsuna ft. n (vixx) Aomine Shun ft. jonghyun (shinee) Bakugo A. King ft. sanha (astro) Byun Bae ft. winwin (nct) Tenzin Nyima ft. jinho (pentagon)

Age : 18 y.o -depuis le 2 mai, c'est triste- Date de naissance : 02/05/1997 Astrologie : born ♉ {taureau} × 牛 {boeuf} « exister est un fait, vivre est un art. » Métier : rien pour l'instant, pas même le bénévole d'sdf Résidant à : chuo, dans une famille d'accueil (mais ça risque de changer) Planning :



trouver du répulsif pour faire fuir le chat des voisins. mater des pornos pour aider london. acheter de la bouffe pour le sdf au coin de la rue. ne plus me laisser faire par mes camarades de classe. m'occuper personnel de ce gars, comprendre pourquoi eri ne peut pas me blairer à ce point, même si je m'en fou. ne plus JAMAIS m'approcher de cet enflure de dakota. surveiller london et wolfram, histoire de savoir si le problème est réglé. réconforter london maintenant que wolfram l'a quitté... déprimer...





changer d'identité avant de mourir ou de devenir fou ne plus jamais tomber malade, ni même croiser dakota dans cet état trouver le courage de parler avec London garder pour moi que je commence à devenir nympho ... de ce diable *fait le signe de la croix* devenir plus fort pour ne plus être embêté pas mes camarades de classe ... jeter rukia dans une cage aux lions. hiberner jusqu'à la fonte des neiges, détester encore noël et la neige, ne pas sortir de chez moi jusqu'à février ou mars passer au temple pour laisser un mot à mes parents et allumer une bougie pour eux. avouer que rukia est moins chiante que je le pensais... je l'apprécie plutôt bien, juste un peu. enterrer la hache de guerre avec me contrôler quand je suis avec dakota parce que c'est Tchernobyl dans ma tête.





Navigation : who i am (pres') △ who you are (lien) △ my life (rp) △ phone & twitter & ask





Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Lun 28 Mar - 20:08

❝ RAYLAI × Ce qui compte dans l'effort, c'est avant tout l'action, plutôt que le résultat. ❞once again ... TENUE ••• Dès l'instant où j'ai vu Kô dans cet endroit, je savais que rien n'allait être comme d'habitude. Il semble triste, pas dans son assiette, à des kilomètres de sa vigueur habituelle et à part me poser des questions, je ne sais que faire de plus. Il m'intrigue alors que j'ai toujours voulu m'en débarrasser. C'est étrange, mais je commence à croire que tout change, même les choses que je pensais détester et ne jamais vouloir apprécier. Parler avec lui n'est pas si mal, comme quand nous le faisions avant... Avant cette histoire de cambriolage. J'ai l'impression d'être revenu quelques années plus tôt, perdu entre deux familles d'accueils, l'un qui m'a rejeté et l'autre qui me désire. Partagé entre haine et désespoir, prêt à tout pour fuir le pétrin dans lequel ils me fourrent chaque jour. Sauf qu'à notre époque, je ne crains plus cela. Du moins, pas pour l'instant, pas tant qu'ils me gardent et que je fais des efforts. C'est justement ce que je fais avec Kô, autant pour l'interroger que pour détendre l'atmosphère, comprenant bien que quelque chose ne va pas avec lui. Sa réponse me fait sourire et je soupire de soulagement, comme si c'était important. « Pourquoi ? Être homophobe ne veut pas forcément dire qu'on est stupide, si ? Enfin, eux ne se considèrent pas ainsi. » Mais pour nous, les homosexuels ou les bisexuels, nous les voyons comme des abrutis finis, sans cervelle. Je suis content que Kô accepte ce fait sans le trouver dégueulasse. Je ne tiens pas encore à être jugé, surtout pas sur mon orientation sexuelle, puis ça ne devrait intéressé que moi, pas les autres. Qu'est-ce que ça peut leur faire si j'aime les hommes ou les femmes ? Ou si je veux des gamins ou non ?

Finalement je quitte ma place pour proposer une balade, tendant ma main vers lui. C'est la première fois que je fais une telle chose, mais j'ai vraiment envie de changer. Kô ne doit pas rester un obstacle ou un frein pour moi, plus maintenant. Un ange passe avant qu'il ne se décide à saisir ma main, sûrement impressionné par mes nouvelles initiatives. Moi-même je m'étonne d'être ainsi, mais je ne vais pas me maudire pour autant. Sa main dans la mienne, je referme mes doigts dessus pour le tirer vers moi et l'aider à se relever, un fin sourire sur mes lèvres. Je le lâche une fois debout, l'écoutant parler. Un mec cool ? Cette réponse me fait rire, un rire amusé et enfantin, comme si c'était la meilleure blague de l'année. Uehara Kô me voit comme un mec cool ? Moi, Siam Raylai l'orphelin ? Décidément, dans quel univers parallèle suis-je ? « Qu'ai-je donc de si cool ? J'ai toujours cru que les autres me prenaient pour un faible, un gamin et un minable. Je ne suis pas cool, je n'ai pas une bande de pote avec qui m'amuser ou passer simplement du temps. C'est plutôt toi qui est cool. » Je lui retourne son compliment, si s'en est un. Non, je ne suis pas quelqu'un de cool, ni d'enviable, mais je le remercie silencieusement de penser une telle chose. « Tu ne pouvais pas le prévoir, mais du passé maintenant. » Ouais, du passé. Je préfère le laisser là où il doit être et cesser de haïr le monde entier pour cela. Certes j'en ai souffert pour les années d'emprisonnement, mais à la base, je suis le fautif pour avoir voulu cette vengeance. On récolte ce que l'on sème. J'ai voulu faire peur à un vieux couple et je m'en suis mordu les doigts quand ils sont bien moqués de moi.

Kô n'est pas obligé de me répondre, autant que je ne devrais pas poser autant de question. Je suis curieux sur des choses auxquelles je ne me suis jamais inquiété auparavant, comme si tout cela ne me concernait pas, mais c'est faux. ça me concerne, c'est mon histoire. Il est entré dans ma vie, cela doit sûrement vouloir dire quelque chose. Un sentiment ? Lequel ? Je le regarde tout en marchant, attendant une réponse quelconque. Rien ne vient, il ne sait pas. Je souris, pas si déçu que cela. Peut-être qu'il en avait juste marre de courir après un gamin entêté et borné tel un âne. Un peu comme toutes ces familles qui ont essayés de m'adoucir et de m'avoir dans la poche, sans résultat. Kô n'est pas si bête, il ne ressemble en rien à ces gens et je ne veux pas le mettre dans le même panier non plus. Kô peut bien avoir ses raisons, égoïstes ou non, je ne compte pas le juger. Moi-même j'ai été mauvais et solitaire, à toujours repousser les autres pour vouloir être seul. ça n'a pas été une solution, sauf pour me rendre plus sauvage et effacé.

Moi ? Pourquoi me demande-t-il ça ? Je m'arrête à quelques secondes d'intervalle, le jugeant un instant de mes yeux intrigués, puis je sombre dans la réflexion. Est-ce que je me sens mieux sans l'avoir après moi ? Est-ce que je vis mieux à présent ? J'en sais rien, je ne peux pas dire oui ou non. « Je ne pourrais pas te répondre franchement, parce que j'ignore encore si je me suis sentis bien ou non. Peut-être que sur le coup j'ai pensé être débarrassé de toi comme je l'ai toujours voulu après avoir été... Trahi... Mais rien n'a changé après ça. » Avouais-je en glissant une main dans mes cheveux, gêné de parler autant. Je pensais être tranquille sans lui, enfin libre, mais mes journées n'ont pas été différentes pour autant... Au contraire, je me suis torturé l'esprit entre passé et présent, à savoir si c'était réellement ce que je voulais ou non. « Mais je peux dire qu'à présent je me sens mieux de mettre les choses au claire et d'essayer de renouer les liens. » Concluais-je en reprenant mon sourire. Ce n'est pas perdu, c'est déjà ça. Puis je lui dis ouvertement que je tiens à nous rabibocher, même si ça doit prendre du temps. « Qui sait, un jour nous pourrons parler plus librement de toutes ces choses que nous gardons pour nous. » Quand tout ira mieux, quand je pourrais le considérer autrement qu'une menace, qu'un fantôme du passé ou un cauchemar agaçant. Pour l'instant, je ne le vois plus comme un ennemi et bientôt je pourrais l'accepter tel un ami, un camarade.

© 2981 12289 0



mayday
Save me, I can’t see in front of me
I won’t let you go, I can’t anymore

Pseudo : As Mes messages : 338 Yen (¥) : 54 Avatar : Jackouille la fripouille, alias Wang Jackson Schizophrène? :
Age : 21 ans Date de naissance : 22/03/1995 Astrologie : Bélier Métier : Pilote de courses de rues Année : 4e année Résidant à : Le quartier de Shinjuku Planning :

☐ Trouver comment me racheter auprès de Raylai
☑ M'acheter un quad (parce que c'est classe)
☐ Économiser (HAHAHA mais que je suis drôle !)
☐ Faire un paintball avec les potos (ça fait longtemps)
☑ Remettre la main sur cette danseuse thaï (putain c'qu'elle était bonne...)
☑ Revoir ma Rukia adoré (ça fait trop longtemps qu'on s'est pas vu, elle me manque trop !)
☐ Essayer de me rapprocher de Raylai un peu plus (On est sur la voie de la réconciliation, faut pas que je foute tout en l'air)
☐ Rappeler la dame au chien que j'ai croisé (Il était super beau son chien, j'irais bien faire un tour chez elle)
Navigation :

Si tu veux tous savoir de moi c'est ici, et puis si t'as envie d'être mon ami, n'ai pas peur, je suis p't'être pas un gentil garçon mais je mords pas, viens . Oh, et tu peux suivre mes petites aventures passées ou présentes ici si tu veux.



Ah et si t'as mon num, hésite pas à m'appeler, si non y'a toujours le insta si tu veux voir ma belle gueule, au choix.



Et pour info, en ce moment je suis au parc aquatique avec la meilleure des meilleures Rukia que j'ai pas vu depuis un baille et je viens de retomber sur ma p'tite thaï Katreeya que j'ai pécho y a un moment à une course.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 13 Mai - 23:34

Once again...

Raylai & Kô
Tenue



Finalement, ce n'est pas une si mauvaise chose de laisser tomber ses barrières de temps à autre, de laisser son coeur à nu. Kô a toujours cru que c'était une mauvaise chose, que ce n'était rien d'autre qu'une marque de faiblesse et que, s'il montrait cette part de lui aux autres, on le prendrait pour un faible et un pleurnichard, en gros, tout ce qu'il ne voulait pas être. Il détestait voir ses proches malheureux, il voulait les voir rire, s'amuser et profiter de la vie. Seulement, il ne pouvait pas les voir ainsi si lui-même ne l'était pas, et puis, il s'était habitué à cela, c'était bien mieux que de broyer du noir à longueur de journée et rester enfermer dans une bulle de solitude. Il l'avait longtemps été, alors il pouvait comprendre ce sentiment. Après la mort de sa mère, il s'était isolé de tout le monde et il maudissait tout ceux qui le regardaient avec pitié. Mais on ne peut pas rejeter le monde entier indéfiniment, il y a toujours une personne qui arrive pour te sortir de ta solitude et puis tu finis par t'ouvrir à nouveau. Un peu comme une fleur lorsque le printemps revient. Il suffit parfois d'un déclic. Est-ce que Raylai avait eu ce déclic ? Surement. En tout cas, il était décidé à laisser son passé derrière lui, il faisait des efforts pour laisser de côté la haine qu'il devait avoir pour Kô après ce qu'il s'était passé. Le blond était vraiment touché, mais, étrangement, il n'arrivait pas à montrer sa joie. Il avait attendu ça depuis si longtemps pourtant. Mais ce n'était peut-être pas si mal, au moins, il pouvait parler calmement, mettre les choses au clair. Kô aurait aimé apporter plus de réponses à son cadet mais bon. Il venait de se confier à lui pourtant, et puis ça ne devait pas être très facile à avouer, surtout dans une société comme la leur. Mais fort heureusement, Kô n'était pas du genre fermé d'esprit, et puis, c'était le premier à vouloir tester de nouvelles choses donc il n'était pas très bien placé pour juger.
- Non, bien sûr que non ! Chacun son avis, même si je trouve que juger quelqu'un parce qu'il est différent c'est stupide. Disons plus que j'aime bien explorer et faut dire que ne pas être ouvert d'esprit... Ça aide pas trop.

Kô ne comprenait pas ces gens, ceux qui jugent sans même connaître. Ils ne connaissent pas la personne, ils ne savent pas ce qu'il a vécu et ils se permettaient de critiquer. Avant de détester une personne, il fallait la connaitre vraiment, et pas se fier aux apparences ou à son orientation, si ça se trouve, cette personne aurait pu devenir leur meilleur ami, une personne sur qui compter, un partenaire de vie, mais non, les idées reçus leur met toujours plus de merde dans les yeux. Et puis qui a donné ces critères que tout le monde doit suivre ? C'est débile. Kô était peut-être du genre à faire super attention à l'image qu'il renvoie de lui, d'ailleurs, libre à tous de se cacher sous des stéréotypes, chacun fait ce qu'il veut, mais il ne tolérait pas qu'on critique une personne qui avait le culot de se montrer tel qu'il est. En tout, Raylai n'avait pas à s'inquiéter pour ça, il n'allait pas le jeter la pierre pour une chose qui, disons-le, ne regarde que lui.

Pour poursuivre l'effort, le plus jeune se lève et tant la main au blond. Il est vrai que Kô fut quelque peu surpris par ce geste, mais c'était une autre preuve que le lycéen était décidé à tourner la page. La encore, ça lui allait droit au coeur, c'est qu'il devenait fragile le Kô. Enfin, il pouvait surement se le permettre désormais, il n'était plus à ça près. En tout cas, la question de Raylai était plus que légitime et Kô tenta d'y répondre du mieux qu'il put. De toute façon, il était difficile d'expliquer son comportement, il marchait à l'instinct et, bien souvent, il n'avait même pas de raisons concrètes excepté ses pulsions. Il tente pourtant de lui expliquer ce qui l'avait poussé à tant vouloir devenir son ami. C'est vrai, Raylai lui avait fait une forte impression dès qu'il l'avait vu pour la première fois, avec son petit air renfrogné et son regard qui semblait en vouloir au monde entier, ça lui donnait un style et ça avait plu à Kô. Il s'en était fait des films sur le petit Raylai, parce que oui, il avait l'habitude de s'imaginer des tas d'histoire avec ses potes dans le premier rôle, et bien souvent, le lycéen avait le rôle du ténébreux au sombre passé, le mec badass quoi. Le blond pensait vraiment ce qu'il disait en tout cas, c'est pourquoi il fut surpris lorsque Raylai se mit à rire. Ce n'était pas pour se moquer, il riait de bon coeur, ça se sentait. Kô ne put s'empêcher de l'observer en souriant, c'était tellement rare de le voir comme ça, ça lui rappelait l'époque où tout allait encore bien. A son tour de rire de bon coeur, il trouvait sa réponse trop mignonne, allez savoir pourquoi. Le blond passa un bras par-dessus les épaules du plus jeune et lui tapota amicalement le torse de l'autre main.
- Ah, fait pas ton modeste ! C'est pas parce que t'es un peu solitaire que t'es pas cool, les solitaires aussi ils ont la classe. Kô enleva son bras non sans lui donner une tape dans le dos. Puis c'est pas parce que tu es entouré de gens que tu es forcément cool !

Il offrit à Raylai le plus grand sourire qu'il puisse faire dans un moment pareil, un sourire qui se voulait encourageant et rassurant à la fois. Si Kô s'attendait à ça, il n'aurait jamais pensé entendre Raylai lui dire qu'il était cool, il pensait plus qu'il le prenait pour un crétin, un imbécile heureux. Décidément, cette journée était riche en surprise. Il ne s'était pas douté une seule seconde qu'il allait faire une telle rencontre en venant ici ruminer son passé. "C'est du passé maintenant". C'est vrai, c'est du passé, si seulement Kô pouvait le laisser derrière, ça l'arrangerait beaucoup. S'il y avait une chose que le grand casse-cou Uehara Kô ne pouvait pas faire, c'était bien ça. Il restait accrocher à ses démons, comme si tout était de sa faute, et pour fuir ça, il n'avait rien trouvé d'autre que de se conforter dans la débauche. Il avait fait un nombre incalculable de conneries, mais il n'avait jamais été puni pour tout ça, jamais, aussi graves soient-elles. Le pire c'était qu'il embarquait toujours ses amis dedans, et ça leur retombait toujours sur leur gueule à eux. Il s'en voulait pour ça, il s'en voulait d'être un privilégié, mais il n'arrivait pas à s'arrêter, ce sentiment d'être intouchable le poussait toujours plus loin. Il avait 21 ans, mais il ne savait toujours pas quoi faire de sa vie, il n'avait pas de but, pas de rêve, aucune ambition, à part peut-être celle de devenir le meilleur coureur auto de Tokyo, mais là encore, c'était un domaine noyé dans l'illégalité. Courir après des chimères, c'était surement son grand but, un objectif impossible à atteindre qui donne l'impression d'avancer tout en faisant du surplace. Il voulait atteindre cette chimère avec Raylai, il voulait revenir au temps où ils étaient encore amis, renouer avec lui, c'est pour ça qu'il était aussi persistant. Mais c'était visiblement peine perdu, du moins jusqu'à aujourd'hui. Aujourd'hui, il apercevait la faible lumière d'une sortie dans ce brouillard sombre et pesant. Il ne voulait plus faire de mal aux autres, mais il venait de se rendre compte d'une chose, et s'il avait fait tout l'inverse pendant tout ce temps ? Et si lui courir après n'avait fait qu'aggraver la chose ? Kô voulait le savoir. Est-ce qu'il vit mieux sans un boulet qui le suit où qu'il aille ? Ça faisait très drama, c'est vrai, mais il devait savoir. Si c'était le cas, alors il était peut-être préférable que Kô arrête de ne penser qu'à sa petite personne et le laisse tranquille une bonne fois pour toute.

Le blond s'était arrêté et fixait désormais Raylai, en attente d'une réponse. Il ne se donna même pas la peine de cacher l'inquiétude et la pointe de désespoir qui se lisait sur son visage, de toute façon, son masque était tomber depuis longtemps, alors à quoi bon. Il écouta la réponse de Raylai, baissant la tête à l'entente des premières phrases. Il se sentait mal, si seulement il pouvait revenir en arrière et changer tout, faire en sorte que cette trahison n'ait jamais existé, que toute cette galère ne soit qu'une histoire insignifiante tout droit sortie de la tête de Kô comme des milliers d'autres, mais c'était impossible et c'était rageant. Mais apparemment, la vie de Raylai n'avait pas changer après ça, comme quoi, qu'il soit là ou non, ça ne faisait aucune différence. Bon sang, cet état ne lui réussissait vraiment pas, il n'était pas arrogant ou imbu de lui-même, mais il ne s'était jamais rabaissé autant. Quoi qu'il en soit, la suite ne présageait rien de bon, du moins, c'est ce qu'il pensait. Il était tellement persuadé qu'il allait le rejeter qu'il ne se rendit même pas compte de ce que venait réellement de dire Raylai. Il serra la mâchoire, près à encaissé la nouvelle. Il lui fallut un instant avant que les vraies paroles du lycéen arrivent à son cerveau. Il ouvrit de grands yeux tous ronds, et releva la tête brusquement, visiblement très étonné. Il venait de dire qu'il voulait renouer les liens ? C'était bien ça n'est-ce pas ? Il l'avait vraiment dit ? Kô n'en revenait pas, il en resta bouche bée. Alors ils pouvaient réellement redevenir amis ? Pour de vrai ? Le japonais garda les yeux rivés sur son vis-à-vis, l'espoir remontant peu à peu dans ses yeux. Finalement, Kô sortit un sourire resplendissant, bien plus ressemblant à ceux qu'il avait eu l'habitude de faire que tous ceux qu'il avait fait aujourd'hui. Il secoua vivement la tête en signe d'approbation et se remit à marcher, incitant Raylai à faire de même. Il avait l'air plus serein cette fois, comme si on lui avait enlevé un énorme poids des épaules.
- Pour tout t'avouer, j'ai rêvé de ce jour pendant des années, je me suis imaginé des tas et des tas de scénarios possibles et imaginables, je croyais m'être préparé mais... En fait pas du tout. J'ai toujours cru que je courais après une chimère, que je n'arriverais jamais à réparer mon erreur et que tu me détesterais pour le restant de tes jours. Il marqua une courte pause et se tourna brusquement vers Raylai. Dis moi, c'est pas un rêve hein ? Je suis pas en train de rêver ? Nan parce que depuis le début j'ai l'impression d'être dans un monde parallèle. Je sais pas si c'est l'effet du temple ou quoi, mais c'est trop bizarre. Il reporta doucement son attention devant lui et respira profondément. J'aimerais que toute cette putain de vie ne soit qu'un rêve... Je veux me réveiller et voir que j'ai pas fait toutes ces conneries, que ce cambriolage n'a jamais eu lieu et qu'on a toujours été de super pote... J'ai envie que ma mère soit là aussi...

Est-ce qu'il venait vraiment de le dire ? Merde, la boulette, comme s'il était pas déjà assez pathétique comme ça, là, il venait carrément d'appeler sa maman comme un gosse qui a trop peur du noir pour dormir. Foutu ascenseur émotionnel, ça lui réussit définitivement pas d'être autant à découvert. Il fallait vite détourner l'attention, il devait faire un truc. Sans réfléchir plus, il sourit à Raylai et passa à nouveau son bras par-dessus ses épaules.
- Mais bon, ce qui est fait est fait hein ! Ce qui compte c'est ce qu'il se passe maintenant ! Alors on enterre la hache de guerre ?

Kô lança un regard amical à son cadet, et tendit sa main libre vers lui. Il avait voulu se confier un peu à lui, lui faire confiance à nouveau comme lui commençait à lui refaire confiant en lui avouant ce qui le tracassait, sans trop rentrer dans les détails, certes, mais ce n'était pas encore le moment, chaque chose en son temps. Il faut vraiment qu'il apprenne à se contrôler un peu lui.


Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 20:16
 

once again.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-