AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 time to catch up | Hikari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 19 Jan - 12:22
&

time to catch up


Tenue ♦ Des cris, des larmes à répétition, des plaintes qui semblent ne jamais vouloir cesser. Je n’avais pas imaginé que cela ferait partie de mon quotidien si tôt, à vrai dire, je ne sais même pas si je m’étais figurée traverser cette étape un jour dans ma vie. A croire que rien ne se déroule jamais comme je le prévois, je crois qu’il est temps pour moi de renoncer à prévoir tout projet concret à l’avance, puisque les choses finissent toujours par tourner de manière radicalement différente, voire par prendre un virage à cent quatre-vingt degrés sans prévenir. Soit, si j’en suis là, c’est aussi parce que je l’ai choisi, je pouvais très bien décider de renoncer à passer mon temps à faire des câlins et à changer des couches, j’en avais parfaitement le droit et la liberté, certains même songeraient que c’était mon devoir d’avoir suffisamment de clairvoyance pour renoncer à tant de responsabilités. Mais voilà, à chaque fois que mes yeux croisent cette petite bouille si mignonne, je ne peux m’empêcher de m’attendrir instantanément et tout le reste devient superflu et insignifiant. Je ne pensais pas faire un jour preuve d’autant de sentimentalisme, mais que voulez-vous, personne ne peut réellement prévoir comment on va réagir quand on se retrouver soudainement avec un bébé dans les bras. Encore moins quand il s’agit du sien.

A force de mouvements – ô combien maladroits – pour bercer le petit être dans mes bras, je parviens enfin à calmer ce dernier, qui affiche enfin un air serein et apaisé, sur le point de s’endormir. Au bout de trente minutes de lutte acharnée, je peux dire que je suis véritablement soulagée d’être parvenue à mon but, d’autant que je ne peux pas invoquer de joker pour m’épauler, Ryû étant parti à Okinawa sans réellement préciser pourquoi. Non pas que ses affaires me concernent directement à vrai dire, mais disons qu’à deux, c’est toujours plus aisé de calmer le petit garçon d’à peine quelques semaines. C’est d’ailleurs peut-être parce que je suis légèrement – enfin beaucoup – angoissée par l’idée de rester toute seule quelques jours que j’en suis venue à inviter quelqu’un pour un temps. Et aussi parce que cela fait terriblement longtemps qu’on ne s’est pas vues. Et que le récit de l’épisode de son entrevue avec Ryû m’intrigue, en particulier parce qu’elle n’avait pas l’air d’aller bien à ce moment-là. Je n’ai jamais eu beaucoup d’informations personnelles sur Hikari, mais sa présence est rassurante alors je pense que c’est l’occasion rêvée pour qu’elle vienne me prêter main forte, même simplement en étant là, c’est amplement suffisant.

J’ai à peine le temps de coucher le bébé endormi dans son petit lit à barreaux que j’entends frapper. Heureusement, une fois qu’il dort, il ne suffit d’un vague bruit pour le réveiller, même si je ne comprends pas toujours pourquoi il lui arrive de faire des insomnies la nuit. Les joies de tout jeune parent je présume. Je replace rapidement mes cheveux, essayant d’y mettre un peu ordre, avant d’accourir vers la porte d’entrée, le chef des lieux m’ayant laissé les clefs, histoire que je ne sois pas condamnée à jouer un remake de Raiponce. Je ne sais pas tellement d’ailleurs ce qui le motive à me faire autant confiance, peut-être que ma bonne volonté des derniers mois a finalement démontré que je n’étais pas juste une menteuse compulsive avec des élans d’hystérie de temps à autre. J’ose au moins espérer que ces épisodes sont derrière moi pour de bon, disons que voir des visages sympathiques est un bon commencement pour cela. C’est donc avec un sourire sincère aux lèvres que j’ouvre la porte pour accueillir mon invitée tant attendue.

« Salut !, je lance joyeusement, en l’invitant à entrer sans plus tard, j’ai un ourson qui hiberne donc faut pas faire trop de bruit par contre, j’ajoute avec un sourire gêné. »

Belle introduction en matière Yun Hua, bravo. Car évidemment, je n’ai pas songé à préciser à Hikari que j’avais eu un enfant entre temps, encore moins que c’était son ancien fiancé en plus qui en est le père. En même temps, ce n’est pas le genre de nouvelle que je me vois annoncer au téléphone, autant le faire face à face. C’est plus conforme je trouve et aussi plus réel. J’entreprends de débarrasser la jeune femme de son manteau et l’invite à s’asseoir sur le canapé. Je pourrais presque être une hôtesse digne de ce nom, enfin, si j’avais mon propre logement bien entendu, chose que je suis par ailleurs en train d’étudier avec toutes ces complications. Ce n’est pas comme si je pouvais réellement passer mon temps à squatter chez Ryû quand ça me plaît, ce serait bizarre à force. Enfin, encore plus bizarre dirons-nous.

« Comment vas-tu ? Tu veux quelque chose à boire peut-être ? »

Basique, on en conviendra mais un peu de banalité de temps en temps ne fait pas de mal, surtout pas pour moi. Bien que je sois persuadée que cela ne durera pas bien longtemps.
@ pyphi(lia)

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 22 Jan - 15:58




Hikari n’aurait pu vraiment l’expliquer mais c’était comme si petit à petit, sa vie s’éclaircissait enfin. Pendant des années, elle avait vécu dans une obscurité des plus totales, subissant les coups, la violence et la manipulation d’un homme qu’elle n’aimait pas. Elle en avait perdu son fiancé. Un fiancé qu’elle ne pourrait jamais récupérer et qu’elle aurait tellement souhaité protéger. Malheureusement elle avait échoué, elle avait agi comme une lâche et n’avait pas été capable de croire en son bien aimé plus qu’elle n’aurait du. A l’époque, elle aurait sûrement du le lui expliquer néanmoins elle avait été effrayé et elle se l’était reprochée pendant des années. Elle s’en était toujours voulu du mal qu’elle avait pu lui causer, elle n’avait aucune excuse pour cela. Mais avec le temps, grâce à lui principalement, la jeune femme avait pu se faire une raison. Elle avait tenu jusqu’alors et le revoir lui avait fait un bien fou, plus qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Elle avait toujours eu si peur que si elle venait à le recroiser, elle ne serait pas capable de le supporter, qu’elle souffrirait énormément de ne plus pouvoir le faire sien et tout ça, à cause d’elle. Hors, contre toute attente, ça avait eu l’effet contraire, ça lui avait donné une nouvelle source de motivation, un moyen de tourner une page qu’elle n’avait pas été en mesure de tourner pendant des années. Cela lui avait donné cette envie folle de se reprendre en main, de fuir Shota et de trouver une solution pour le vaincre. Elle était forte, plus qu’elle n’y croyait et elle ne devait plus se laisser marcher sur les pieds par ce vaurien s’il réapparaissait dans son existence. Elle devait bien ça à Ryû qui avait fait son possible pour la sortir de là. Discuter avec lui, lui révéler toute la vérité lui avait permis d’enlever ce gros poids qui pesait sur sa poitrine depuis le temps et quand elle avait quitté sa chambre d’hôtel, Hikari s’était senti tellement plus légère.

Elle savait qu’elle ne le verrait sûrement plus et lui avait envoyé un message pour le remercier. Ensuite, elle ne lui avait plus donné de nouvelles, désirant reprendre le cours de sa vie qui s’était arrêtée il y a de cela plus de cinq ans, changer et enfin, apprendre à être heureuse. De ce fait, elle avait déménagé chez sa meilleure amie, quitter le Maid café pour travailler dans une petite boîte en tant que secrétaire en formation. C’était déjà un début bien que ce n’était pas ce dont la jeune femme rêvait de faire. Elle ne deviendrait jamais éthologue, elle en avait conscience toutefois à choisir, la jeune femme souhaiterait quand même s’orienter dans une branche qui lui plaisait alors elle y réfléchissait.

Aujourd’hui, elle allait enfin sortir pour faire autre chose que chercher du travail et voir sa meilleure amie. Elle avait besoin de se sociabiliser, de ne plus se renfermer comme elle le faisait avant et de s’ouvrir plus aux autres. Quand Yun Hua l’avait contacté, Hikari s’était dit que c’était l’occasion parfaite même si une partie d’elle s’interrogeait sur l’étudiante. La fois où elle avait cru se rendre chez elle, c’était en fait chez son ex-fiancé et elle ne pouvait s’empêcher de se poser des questions sur le sujet. Elle était à la fois curieuse, à la fois pas certaine de vouloir savoir ce qui les rapprochait tous les deux. Même si une certaine évidence lui sauter aux yeux, elle, elle peinait à y croire. Yun Hua n’était-elle pas trop jeune pour son ex-fiancée ?

« Hey » L’avait-elle salué d’un sourire tout en rentrant à l’intérieur.

Et c’était encore chez Ryû. Un détail que la demoiselle préféra ne pas relever pour le moment alors que par réflex, elle jetait des coups d’oeil discret aux alentours. Elle ne savait pas que son ancien amant faisait du baby-sitting. Certes, il n’était pas là et peut-être que c’était juste l’occupation de sa camarade néanmoins Hikari n’avait pu s’empêcher de songer à cela. Probablement que l’évidence aurait dû lui sauter aux yeux cependant dans ce genre de moment, on préfère toujours tout renier en bloc n’est-ce pas ?

- Ca va et toi ? Je veux bien un café, s’il te plaît. Avec le temps qu’il fait, ça ne peut pas faire de mal.


Un léger rire franchit ses lèvres puis suivant son amie, ça avait été plus fort qu’elle, elle avait posé cette question qu’elle aurait sûrement mieux fait de garder pour elle :

- Alors comme ça tu connais Ryû ? Le monde est vraiment petit...

Quelque part, très loin au fond d’elle, elle avait ce léger pincement au coeur qui lui faisait une nouvelle fois réaliser cette magnifique personne qu’elle avait perdu. Une certaine nostalgie du premier amour probablement cependant elle était assez mature pour savoir qu’elle n’avait pas à juger, qu’elle n’avait pas à se mêler de leur histoire non plus et que si Ryû était heureux comme ça, elle n’avait pas le droit de lui retirer ce bonheur. Enfin, bien que la demoiselle l’ignorait, la vérité était bien plus compliqué que ce qu’elle n’imaginait.



Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 29 Jan - 11:23
&

time to catch up


Il est évident que j’ai appréhendé cette entrevue, à vrai dire, je pense que je l’ai redoutée au moment même où j’ai proposé l’invitation à Hikari. Non pas que la présence de cette dernière me mette mal à l’aise d’ordinaire mais je ne peux ignorer le fait que c’est assez atypique pour le coup, voire quelque peu dérangeant, pour peu que nous ne connaissions pas un minimum. Ce n’est pas tous les jours qu’on a la divine idée d’inviter l’ancienne fiancée de l’individu avec lequel on a eu la « chance » d’avoir un enfant et dit comme ça, on voit tout de suite pourquoi cela peut paraître beaucoup plus complexe que je ne l’aurais espéré. En soi, même si sur le papier ils ne sont plus ensemble depuis des années, ce n’est pas quelque chose d’anodin, je veux dire, zut, c’est quand même parce qu’il l’a revue après tout ce temps qu’il s’est mis à boire subitement alors qu’il était censé me donner un cours particulier. Et que ça a dérapé. Et qu’on en est là neuf mois plus tard avec un poupon dans un petit lit à barreaux. Alors oui, revoir mon amie qui s’avère en vérité être la cause indirecte de tout cela me donne une drôle de sensation. Qui s’évapore d’emblée au moment même où j’entrevois son visage derrière la porte d’entrée.   D’une façon inexplicable, la présence d’Hikari a toujours eu un effet apaisant, sans doute parce que depuis le jour où je l’ai vue mettre à terre le type qui a tenté de voler mon sac à main, elle m’apporte un sentiment de sécurité, sans que je puisse vraiment mettre des mots dessus.

Je me rends au pas de garde dans la cuisine, tout sourire, afin de répondre à sa requête, préparer un café étant largement dans mes compétences. On ne croirait pas comme ça, mais non, je n’ai pas fait que squatter le canapé à longueur de journée ces derniers mois et j’ai ainsi rapidement appris à utiliser la machine à café. Alors que la caféine m’était entièrement proscrite, oui oui, on fait ce qu’on peut pour occuper ses journées moroses.

« Ben écoute ça va. Tout n’est pas tout rose mais bon, je me débrouille !, je lance avec un petit rire en préparant la boisson chaude. »

A vrai dire, je ne suis même pas sûre qu’elle ait vraiment compris le sens de ma phrase à son arrivée. Non c’est certain en fait, parce qu’elle ne tiendrait assurément pas le même discours si elle avait compris que le petit bout de chou dont je parlais était en effet mon enfant à moi. Je n’ose même pas imaginer quel scénario elle a pu imaginer pour que cela fasse sens autrement mais bon, d’un moment à l’autre, je vais bien finir par devoir lui exposer clairement la situation je présume. D’autant plus qu’elle en vient à parler de Ryû en un rien de temps. Ô joie. C’est donc après lui avoir ramené son précieux café et un cappuccino pour ma part sur la table basse et m’être assise sur le canapé, que je réfléchis à une façon diplomatique d’exposer les faits. Sans succès.

« Oui, comme tu dis, je commence avec un rire nerveux, hm… C’est compliqué dirons-nous. A la base, je lui avais demandé si je pouvais assister à ses cours d’informatique de manière informelle, pour apprendre à utiliser les logiciels graphiques tout ça… »

Tout aurait été beaucoup plus simple si ça pouvait se résumer à ça. Et je n’aurais pas besoin de prendre quelques gorgées de ma boisson pour m’encourager à poursuivre. Il n’y a rien à faire quand j’y repense, je me dis toujours que je me suis embarquée dans une sacrée galère, et que ce n’est pas près de se terminer. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

« Il devait d’ailleurs me donner un cours particulier parce que j’étais vraiment nulle. Et je le suis toujours, je reprends, avec un petit rire, vraiment très mal à l’aise, sauf qu’il avait bu quand je suis arrivée. Genre beaucoup. Alors je sais, j’aurais dû partir sans me poser de questions mais bon… Enfin bref, je te passe les détails ! On a juste dérapé ce soir-là quoi…, je conclus avec une petite voix. »

Et la fois du voyage de cet été on en parle ? Oui mais non. C’est déjà suffisamment délicat de parler de ça avec elle, nul besoin d’entrer davantage dans la complexité des évènements qui se sont succédés après. Bien qu’il y en ait un que je ne pourrais pas passer sur silence cela dit, puisque sa conséquence directe fait la sieste dans la chambre, vers laquelle je jette de temps à autre quelques regards soucieux. Heureusement pour l’instant, tout paraît calme, un peu trop même et j’espère sincèrement ne pas avoir jeté un froid. On y croit.

« C’est bizarre, compte tenu de ce que vous avez vécu, je sais… »

C’est le moins que l’on puisse dire en effet.
@ pyphi(lia)

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 21 Fév - 11:09




Avec tous les détails, il ne fallut pas beaucoup de temps de plus à la jeune femme pour comprendre la situation. Cela aurait été stupide de sa part d’imaginer Yun Hua comme la cousine de Ryû ou un membre de sa famille lointain, une soeur qui n’existait pas auparavant, ça n’avait aucun sens et c’était la raison pour laquelle, elle-même savait qu’ils se connaissaient autrement. Néanmoins Hikari avait préféré ne pas trop s’interroger sur la question puisque une part d’elle ne voulait sûrement pas comprendre. On parlait quand même de son ex-fiancé, de cet homme qu’elle avait aimé pendant des années et avec qui elle se voyait finir sa vie. Bien sûr, elle serait la première heureuse pour lui s’il rencontrait quelqu’un d’autre, qu’il était satisfait de la vie qu’il avait et qu’il souriait comme il l’avait toujours fait en sa présence. Mais, à choisir, elle aurait préféré que cela ne soit pas avec une gamine de vingt ans. Certes, vraisemblablement il n’était pas question d’amour toutefois, ils avaient partagé une nuit tous les deux - si ce n’était plus hors ça la demoiselle ne pouvait le savoir - et la jeune fille en avait eu un enfant. Qu’on ne lui dise pas le contraire, elle n’était pas assez idiote au point de ne pas être capable de rassembler les pièces du puzzle. Sinon, pour quelle raison Yun Hua se retrouverait chez Ryû avec un bébé sous le bras ? C’était qu’évidemment, c’était le sien. Et c’était ce qui dérangeait le plus la jeune femme. Bien qu’elle ne pensait pas en avoir le droit, elle ne pouvait s’empêcher d’en vouloir à celui qu’elle avait tant aimé. Une partie d’elle lui en voulait d’avoir été aussi irresponsable, d’avoir mis enceinte une étudiante et en somme, de faire n’importe quoi de son existence. Peut-être était-il heureux ainsi, elle n’était pas en position de le savoir cependant ce n’était pas ce style de vie qu’elle aurait souhaité pour son ex-fiancé. Elle aurait juste souhaité qu’il ne défaille pas, qu’il ne se perde pas, rencontre une sublime femme, se marie et ensuite, qu’il ait un enfant avec cette dernière.

Elle n’avait pas son mot à dire, elle en avait conscience. Elle ne pouvait pas juger et d’une certaine manière, c’était aussi de sa faute. Si elle n’avait pas été aussi lâche, si elle ne s’était pas laissée influencée, peut-être que c’était avec elle que Ryû serait en cet instant précis. Peut-être qu’il n’aurait pas autant souffert non plus et serait toujours cette personne fantastique qu’elle avait pu connaître par le passé.

Assise sur le canapé, sa boisson entre les mains, la jeune femme ne put retenir le faible soupir qui avait franchi ses lèvres.

- C’est plus que bizarre, Avoua-t-elle calmement, Quand on y pense, le monde est vraiment petit. Et je ne sais même pas quoi te dire.

Pas même quoi en penser non plus. Tout se bousculait dans son esprit alors qu’elle songeait à ce petit être qui dormait vraisemblablement dans la chambre. Au fond d’elle, elle était sincèrement désolé. Envers son amie, envers Ryû également. Elle n’avait jamais eu d’enfant seulement, elle savait que tout changeait dés le moment où une nouvelle vie se présentait dans notre existence. Il n’y avait sûrement pas de regret à avoir sinon Yun Hua aurait certainement avorté toutefois, la décision avait du être si difficile à prendre.

- Enfin, ce n’est pas comme si j’étais en position de pouvoir dire quelque chose de toute façon. Tout ce que je veux, c’est qu’il n’ait plus de problèmes. Du moment que lui va bien, le reste n’a pas d’importance au bout du compte.

Elle s’était promis de sortir de sa vie cependant avec cette découverte, elle aurait aimé pouvoir le revoir. Parce que si elle lui avait fait autant de mal par le passé, elle souhaiterait pouvoir se rattraper et l’aider comme il l’avait fait pour elle.




Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Dim 6 Mar - 14:47
&

time to catch up


Evidemment que c’est étrange, j’ai beau essayer de me convaincre que ce n’est pas si terrible, au final, il me suffit d’expliquer la situation à Hikari pour me rendre compte par moi-même à quel point tout cela est bien saugrenu. Il n’y a rien à faire, j’aurais beau tenter de me convaincre de ne voir en elle que l’amie qui m’a aidée au moment où j’en avais besoin, je ne peux pas occulter le fait qu’elle soit l’ex-fiancée de Ryû. Et donc que lui faire face alors que j’ai eu un bébé avec lui est particulièrement gênant, voire dérangeant. Oui le monde est vraiment petit et je n’aurais jamais imaginé qu’en vérité celle qui a laissé un impact aussi important sur le brun faisait partie de mon propre entourage. En fait, j’ai beau essayer d’en faire abstraction et de lutter de toutes mes forces contre cette idée, mais le fait est que je pense qu’il est indéniable que je puisse encore la regarder de la même façon qu’avant. Je veux dire, c’est difficile de continuer à la considérer comme l’héroïne qui a soudainement fait apparition au bon moment en sachant ce qui s’est passé entre elle et Ryû et que cela a laissé une empreinte conséquente sur ce dernier. Quand bien même je suis consciente que tout ne s’est passé tel qu’il l’a décrit la dernière fois que j’en ai eu vent, cela ne trotte pas moins dans ma tête. Ils ont un passé tous les deux, compliqué qui plus est, alors je ne sais pas bien comment je suis censée me positionner dans cette histoire. Sans doute le mieux est-il encore de ne rien faire, ce n’est pas comme si j’en avais le droit de toute manière.

Il semblerait que je ne sois pas la seule à être déroutée par la tournure des choses. Dans un sens, cela me rassure, nous sommes aussi mal à l’aise l’une que l’autre et je crois que le contraire serait étonnant. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut vivre une telle configuration, au point de ne plus savoir quoi dire à celle qui était encore il n’y a pas si longtemps qu’une simple amie. Et encore, je n’ose même pas imaginer ce qui se passerait si jamais la prétendue « femme » de Ryû décidait de débarquer tout à coup pour lui rendre visite. Le tableau serait juste apocalyptique je présume et je remercie le destin de m’avoir épargné de me retrouver confrontée à cette dernière d’une façon ou d’une autre. Cela aurait été nettement plus désarmant que face à Hikari qui elle, j’en suis sûre, ne risque pas de m’arracher les cheveux parce que je me serais involontairement interposée entre elle et son chéri. Rien que cette idée me fait frissonner d’horreur. J’espère simplement ne pas avoir perdu l’estime de mon amie suite à cette révélation.

« Tu n’as pas à dire ça Hikari, j’énonce avec un faible sourire, je ne sais pas ce qui est arrivé exactement entre vous, mais tu es mon amie et tu as le droit de me dire ce que tu penses. Ce n’est pas la peine d’endurer cela en silence. »

Je n’attends pas qu’elle prenne sur elle parce que ça lui paraîtrait déplacé, je peux comprendre dans un sens qu’elle ne veuille pas s’immiscer dans les affaires de son ex-fiancé vu comme leur histoire paraît complexe, mais ce n’est pas la bonne solution. C’est pour cette même raison que j’en suis venue à lui faire croire que j’avais avorté, alors pour le coup, je sais combien cela peut avoir des conséquences néfastes. Et même si ce qu’elle pense de tout cela n’est pas forcément positif – en même temps, comment cela pourrait l’être ? – ce n’est pas grave. C’est toujours mieux que de se taire et de créer un climat malsain où on ne sait plus ce que pense l’autre.

« Mais oui, sinon je crois qu’il va bien. Et qu’il s’est attaché à lui, je reprends en haussant les épaules, et toi alors ? Comment ça s’est passé quand tu es venue ici ? »

Parce qu’entre temps, je n’ai toujours pas su ce qu’il en était de cette affaire. Je suis simplement au fait qu’elle est passée en voulant me voir, qu’elle est tombée sur Ryû et que cela a amené ce dernier à rentrer à une heure plus que tardive sans que j’en sache exactement la raison. Autant dire que je suis plus qu’impatiente d’apprendre ce qui est vraiment arrivé ce jour-là.
@ pyphi(lia)

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 6 Mar - 21:22




Le monde était décidément trop petit. Qui aurait pu croire que cette mystérieuse inconnue qu’elle avait aidé dans la rue une fois, qui était finalement devenu son amie était également la mère de l’enfant de son ex-fiancé. Elle aurait voulu le faire exprès, elle n’aurait pas réussi. C’était tellement incroyable et Hikari en perdait littéralement ses mots. Non, elle n’estimait pas avoir son mot à dire parce que rien de tout cela ne la concernait désormais. Elle n’avait pas le droit de dire si c’était bien ou mal, pas après le mal qu’elle-même avait causé à Ryû. Elle ne pouvait pas juger, juste qu’elle espérait une vie différente pour lui mais s’il était heureux ainsi, le reste importait peu au bout du compte. S’il aimait - ou non - une fillette de vingt ans, qu’il était prêt pour élever un enfant et que son existence lui convenait tel qu’elle était, elle ne pouvait pas aller à l’encontre de ses choix. Surtout qu’à présent, il était trop tard... Et, elle ne parvenait pas à réaliser tout cela. Dire qu’il y a quelques années, elle était celle qui s’imaginait marié, celle qui porterait ses enfants et qu’ils fonderaient une merveilleuse famille ensemble... Ce temps lui paraissait si loin maintenant. Rien ne s’était déroulé comme prévu, celui qu’elle avait aimé avait atrocement souffert par sa faute et pourtant, il était toujours aussi formidable à ses yeux. Il ne méritait rien de tout ce qu’il lui était arrivé, un homme comme lui devrait avoir le droit au bonheur mais à croire que la vie est bien trop compliqué. Pour tout le monde.

Ses prunelles fixaient son amie assise auprès d’elle, lui souriant tendrement alors que non, elle ne voyait pas ce qu’elle pourrait lui dire de plus. Elle adorait Yun Hua pourtant, si elle n’était pas autant lié avec Ryû, certainement qu’elle n’aurait pas hésité une seconde avant de se confier à elle. Toutefois, la situation était quelque peu différente et en plus, une partie d’elle culpabilisait. Elle n’en avait pas la preuve, pas même la certitude cependant selon elle, si tout ceci était arrivé, c’était à cause d’elle. Parce qu’elle l’avait quitté affreusement à l’époque, qu’elle l’avait trahi et qu’elle lui avait menti tant d’années, lui faisant croire des choses tout aussi horribles. Peut-être que si elle s’était expliquée plus tôt, son ex-fiancé n’en aurait pas autant pâti. Peut-être aurait-il eu la vie qu’il désirait et peut-être même que sa boîte marcherait du feu de dieu à l’heure actuelle. Mais surtout... Peut-être qu’il n’aurait pas couché stupidement avec une étudiante, la mettant enceinte avec inconscience.

Le fait était qu’Hikari ignorait quoi lui répondre et réfléchissant à ce qu’elle pourrait lui déclarer, elle n’eut le temps de le faire que sa camarade amena un tout autre sujet. Méfiante, elle ne pouvait s’empêcher de voir un piège dans sa question alors qu’au bout du compte, si elle connaissait sérieusement l’étendu de la relation de ces deux là, elle saurait que ça n’avait pas lieu d’être. Elle ne pouvait pas lui expliquer tout ce qui s’était passé, c’était impossible.

- Bizarre. Je ne pensais pas tomber sur lui, Avoua la jeune femme avec honnêteté, Mais je crois qu’au final, ce n’était pas plus mal. Ca m’a fait du bien. On a enfin pu s’expliquer et il m’a aidé alors qu’il aurait été la dernière personne à devoir le faire.

Portant son verre à ses lèvres, elle but quelques gorgées avant de le déposer sur la table devant lui et de se plonger dans un nouveau silence, pensive.

- Il a énormément souffert à cause de moi et malgré tout, il a été là pour moi. Je ne le remercierais jamais assez pour ça. Et aujourd’hui je suis enfin capable de me reprendre en main, de tourner la page et c’est tout ce qui compte.

Yun Hua ne devait pas tout comprendre puisque ce qu’elle subissait avec son petit ami, elle n’en parlait jamais, elle le cachait. Elle avait bien trop peur de ce qu’il aurait pu lui faire si elle l’avait dénoncé à qui que ce soit. Jusqu’à ce soir là... A bout, elle avait voulu la voir mais était, bêtement, tombée sur Ryû. En réalité, personne n’aurait sûrement pas été capable de la rassurer autant que lui l’avait fait. Parce qu’il était le seul individu en qui Hikari avait encore, aujourd’hui, pleinement confiance. Elle savait que lui, jamais il n’aurait osé lui faire du mal.



Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Lun 7 Mar - 22:27
&

time to catch up


Ce n’est pas que je veuille me montrer indiscrète, mais ce qui s’est passé le soir où elle est tombée sur Ryû à ma place en venant à l’appartement me trotte en tête, sans doute parce que je n’ai jamais pu obtenir le fin mot de l’histoire de la part de ce dernier. S’était-il passé quelque chose qu’il préférait garder secret ? Au fond, je m’en fiche un peu, cela ne me regarde pas, leur relation ne concerne qu’eux et tant que cela n’interfère pas avec Roxas, il n’y a pas de raison pour que j’en ai vent de quelque manière que ce soit. Ce qui m’interpelle davantage, c’est la raison pour laquelle Hikari souhaitait me voir vu qu’elle « allait mal » selon les dires du brun et que cela avait un lien avec son petit-ami. Déjà que je ne savais pas qu’elle en avait un parce qu’au final, je ne sais pas grand-chose sur sa vie personnelle, alors je ne pouvais pas vraiment deviner qu’elle avait des problèmes avec lui. Quand je pense que j’ai été à deux doigts d’être au cœur de la confidence – parce qu’il ne faut pas croire, même si elle n’avait pas voulu m’en parler, je lui aurais tiré les vers du nez – ça me dépite un peu et je m’en voudrais presque d’avoir été absente alors qu’elle avait besoin de moi, l’une des rares fois, pour ne pas dire l’unique, où cela était arrivé. Nul besoin de dire que cela ne fait qu’accentuer le sentiment d’être une amie épouvantable ces derniers temps.

Cela m’étonne peu au fond que tomber sur Ryû ait été une surprise pour elle, a priori, il n’y a aucune raison pour que nous ayons quoi que ce soit à voir l’un avec l’autre. Si on omet que j’assistais clandestinement à ses cours à la base bien entendu, mais ça n’aurait en rien expliqué pourquoi il lui aurait ouvert la porte à l’adresse que je lui avais indiquée, loin de là. Chose qui ne manque pas de faire songer à quel point le destin peut être étrange quand il s’y met, la configuration est vraiment étonnante quand on y regarde de plus près. Mais je pense que je ne vais pas m’y attarder plus longtemps sinon l’atmosphère va vraiment me paraître embarrassante et je ne voudrais pas donner l’impression à Hikari qu’elle est responsable de quoi que ce soit dans cette sensation. Ce n’est pas sa faute si l’homme dont je suis tombée enceinte s’avère être son ex-fiancé, ce n’est pas comme si c’était elle qui avait forcé Ryû à boire ce soir-là ou qu’elle m’avait enfermée de force dans l’appartement de ce dernier lorsqu’il était ivre. Et je devais également arrêter de repenser à cette soirée désastreuse, ça vaut mieux.

L’important c’est que tout semble s’être arrangé entre ces deux-là selon les dires de la brunette et dans un sens, cela me soulage. J’en aurais presque l’impression d’avoir un poids qui quitte mes épaules, car je me vois mal rester de marbre si jamais il continue de parler d’elle comme il l’avait fait auparavant, en sachant qu’il s’agisse Hikari. Du moment qu’ils ont tiré leurs histoires au clair et qu’ils semblent prêts à repartir sur de bonnes bases, je considère que tout va bien. Après, ce qu’il en découle, à nouveau, ça ne me regarde pas. En écoutant mon amie, je me demanderais presque si on parle du même Ryû, oui l’imbécile de service qui passe son temps à faire des trucs incompréhensibles qui ne sont pas sans m’inquiéter par moments. De sa bouche, on dirait qu’elle fait référence à un preux chevalier et honnêtement, si je n’étais profondément convaincue qu’elle était sérieuse à cent pour cent, j’aurais sûrement éclaté de rire. Mais en l’occurrence, je ne suis pas sûre qu’elle le prenne bien.

« Tant mieux alors s’il t’a aidée et que tout s’est arrangé entre vous, je réponds avec un sourire sincère, si ça vous a permis de régler vos différends c’est une bonne chose, je suis contente pour vous. »

Surtout pour elle, qu’elle n’ait plus à passer pour la méchante de l’histoire. Evidemment que tout ne s’est pas passé comme le pensait le brun, dès lors que j’ai su qu’il s’agissait d’elle, j’ai compris que ce ne devait pas être aussi simple qu’il le croyait jusque-là. Sans doute ne saurais-je jamais vraiment ce qui s’est passé, mais qu’importe, du moment que lui le sait et qu’elle n’ait plus à être coupable de quelque chose qu’elle n’a pas fait. Ou du moins pas comme c’était décrit auparavant.

« Donc, tu vas bien maintenant ? J’ai su pour les problèmes avec ton petit-ami…, j’enchaîne avec hésitation, sans préciser que c’est Ryû qui m’a donné cette information, même si ça coule de source je pense, tu n’es pas obligée de me donner les détails, je comprends que ça puisse être pénible. Je veux juste m’assurer que tu ne crains rien, c’est tout. »

L’objectif n’est pas de chercher à en savoir autant que son ex-fiancé parce que je me sentirais vexée en tant qu’amie, loin de là. Mais comme je nage dans le flou total, je ne peux pas m’empêcher de me faire du souci pour elle, alors tant que je n’ai pas la confirmation concrète qu’il n’y a pas raison de s’en faire, je me tracasserais à son sujet. On ne se confie peut-être pas toute l’étendue de nos vies et on n’a peut-être pas eu l’occasion de se voir beaucoup ces derniers temps, ça n’enlève rien au fait qu’elle compte pour moi et que je ne supporterais pas l’idée qu’on lui fasse du mal.
@ pyphi(lia)

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 28 Avr - 16:32




Hikari ne savait pas vraiment quoi lui dire ni ce qu’elle était en droit de déclarer ou non. Elle n’avait pas à se mêler de leurs histoires et ce, même si elles étaient amies, c’était plus envers Ryû que la jeune femme se sentait redevable. Evidemment qu’elle devait des explications à Yun Hua et si elle avait envie de connaître ce qu’ils étaient dans le passé, elle le ferait. Elle lui donnerait tout ce qu’elle souhaitait savoir, elle ne s’en cachait pas bien qu’en parler la rendait toujours nostalgique. Une partie d’elle aimerait toujours son ex-fiancé puisqu’il avait été son plus grand amour et surtout, son premier. Même si elle le voulait, ce n’était pas quelque chose qu’elle pouvait contrôler. Jamais elle ne s’enticherait d’une personne comme ça avait été le cas pour Ryû... Peut-être disait-elle ça désormais et peut-être qu’elle serait étonné à l’avenir si elle rencontrait quelqu’un qu’elle aimerait autant, voir plus que son premier petit ami. Au fond, ce n’était pas quelque chose qu’elle pouvait prévoir cependant à l’instant présent, c’étaient ce genre de sentiments que la demoiselle éprouvait. Et elle n’avait pas l’impression d’avoir le droit de s’immiscer dans son existence, d’exprimer le fond de sa penser sur cette histoire de bébé puis d’une certaine manière, Hikari n’était pas sûre de vouloir en entendre plus. Heureusement ce sujet se clôtura plus vite qu’elle ne l’aurait imaginé et elle ne désirait pas être celle qui le relancerait. Ca ne la regardait pas... Enfin, concernant sa camarade un peu quand même. Savoir si elle s’en sortait, si elle arrivait à gérer un enfant à son âge, si elle n’avait pas besoin d’aide ou autre toutefois aussi fort qu’elle souhaitait la soutenir, aucun de ses mots n’avaient traversé ses lèvres.

« Oui ça s’est arrangé » Avait-elle rétorqué « Mais je ne pense pas qu’on restera en contact après cela. »

Pas de son côté à elle en tout cas. Elle l’avait assez fait souffrir par le passé pour oser revenir dans son existence comme si de rien était. Elle en rêverait cependant ils avaient tous les deux changer et après tout ce qu’ils avaient vécu, ils ne pouvaient pas retourner ensemble. Hikari elle-même n’était pas en mesure de se pardonner, cela n’aurait pas lieu d’être puis c’était mieux ainsi. Un tendre sourire se forma sur son visage avant qu’il ne s’éteigne lorsque Yun Hua mentionna ses problèmes avec Shota. Par réflex, la jeune femme se frotta les bras comme une guise de protection. C’était plus fort qu’elle et dire qu’elle n’était plus terrifiée par ce dernier serait mentir. Il pouvait la retrouver d’un instant à l’autre cependant elle n’avait pas l’intention de se laisser faire. Plus comme avant. Elle continuait ses cours d’auto-défense, la boxe aussi et même si elle ne faisait pas le poids devant lui, elle ne reculerait plus s’il cherchait à l’attaquer.

- Ca va, oui. Je vis chez ma meilleure amie pour le moment. J’ai toujours un peu peur mais ça va. Je ne sais pas comment je réagirais s’il réapparaissait.

Une chose qui était certaine était qu’elle ne retournerait pas avec lui. Et ce, même s’il la forçait. Jamais.

- J’ai toujours été influencée et tellement faible avec lui. J’aimerais changer, je ne veux plus être cette fille là.

Le seul regret qu’elle pouvait avoir était de ne pas avoir su trouver le courage plus tôt. Peut-être que son histoire avec Ryû aurait été différente. Qui savait...



Pseudo : Juh Mes messages : 5075 Yen (¥) : 1006 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson & cochon Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 5 Mai - 12:29
&

time to catch up


Dans un sens, c’est une bonne chose que Ryû et Hikari aient pu se recroiser dans des circonstances différentes et que le malentendu qui régnait entre eux ait pu être dissipé. D’une part, parce que je ne pense pas avec le recul que j’aurais pu me montrer aussi compétente et compréhensive à l’égard de la brune et de la situation qu’elle traversait que lui, qui avait été directement concerné par la chose et qui était bien mieux placé pour cerner la chose. D’autre part, parce que cela leur permettait à l’un comme à l’autre de pouvoir enfin tourner la page sur ce fameux incident qui avait eu des répercussions non négligeables, comme le fait que Ryû avait développé un certain penchant pour l’alcool qui s’était révélé problématique à plusieurs reprises. Et elle n’avait plus à vivre derrière cette façade de méchante fille bâtie sur le mensonge. Sans doute ne saurais-je jamais réellement ce qu’il en est mais au fond, du moment que tous les deux vont bien et que les choses ont été mises au point, je suis satisfaite. Alors je ne peux être qu’infiniment ravie en l’entendant dire elle-même que tout s’est arrangé, nul doute que ç’aurait été pénible de me retrouver avec ces deux-là en conflit, tout en sachant que ce n’aurait pas été mon rôle d’intervenir dans leur histoire. Oui, c’est assurément mieux qu’ils aient pu régler cette affaire par eux-mêmes ce soir-là. Même si je ne comprends pas tellement pourquoi Hikari affirme qu’ils ne resteront certainement pas en contact, chose qui ne manque pas de me faire hausser un sourcil.

« Ah bon ?, je demande, peinant à cacher mon étonnement, il s’est passé quelque chose ? »

Non pas que je m’attendais à ce que tout soit parfait dans le meilleur des mondes pour eux une fois leur problème réglé, mais de là à ne plus se revoir directement après, ça me paraît un peu étrange. Je veux dire, ils ont quand même eu une place importante dans la vie de l’autre, alors je ne comprends pas comment ils pourraient faire comme si ça n’avait jamais existé. Mais bon, si c’est leur choix et que ça leur paraît préférable d’agir de la sorte, c’est leur droit et je ne vais pas m’obstiner à leur suggérer que couper les ponts de la sorte n’est sans doute pas la meilleure solution. Après tout, j’ignore ce qui s’est passé entre eux et à mon âge, soyons réaliste, c’est un peu compliqué d’imaginer l’impact que tout cela a pu avoir. Surtout en n’ayant qu’une idée très abstraite du sentiment amoureux. Pour l’heure, ce qui importe, c’est de savoir si elle a réussi à se débrouiller depuis et qu’elle est à présent en parfaite sécurité. Heureusement, elle a trouvé quelqu’un chez qui loger pour le moment, elle n’est pas seule.

« Tant mieux. C’est normal je suppose, mais tu n’as pas à t’en faire. Tu n’es pas la seule, quoiqu’il arrive, il ne pourra plus te faire de mal désormais. »

Je comprends ce qu’elle peut ressentir, cette impression d’appréhension même quand on se trouve dans un lieu a priori sûr. Ça m’a pris un certain avant que je puisse dormir paisiblement dans mon lit sans cauchemar ou sans nuit blanche après mon enlèvement, quand bien même ma mère m’assurait qu’il n’y avait rien à craindre et que mes ravisseurs ne pouvaient pas surgir comme ça. Et ça n’avait duré qu’une semaine alors ce ne doit pas être simple pour elle qui a dû endurer cela pendant plusieurs années. Instinctivement, je pose ma main sur son épaule dans un geste et un sourire qui se veulent rassurants. Peut-être ne pense-t-elle que je puisse être la personne adéquate, mais si un jour elle a besoin de moi, je veux qu’elle sache que je serai là.

« Je suis certaine que tu arriveras à surmonter cela, je reprends d’un ton encourageant, je sais au fond de toi que tu as la force pour t’en sortir, même si ça risque de prendre du temps. C’est quand même grâce à toi que je n’ai pas eu à voir mes affaires s’envoler sous mes yeux le jour où on s’est rencontrées. »

Soit, ça peut paraître dérisoire à côté de ce qu’elle a traversé, mais ce que je veux, c’est lui rappeler qu’elle n’est pas si faible qu’elle le pense, et que sans elle, j’aurais été bien embêtée ce jour-là. Elle ne doit pas se laisser abattre et surtout, ne pas penser que son petit-ami a réussi à la briser entièrement, alors que je parie qu’il n’en est rien. Elle arrivera à se relever, je n’en doute pas, tout dépend du temps que ça prendra et avec lequel elle réussira à se faire de nouveau confiance. Et qu’elle se mette en tête qu’elle est plus qu’une simple fille qui a été victime d’un homme pendant quelques temps.
@ pyphi(lia)

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 11:28
 

time to catch up | Hikari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Nodox >> Hikari
» Topic Catch
» Catch WWE
» Session time out...
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-