AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 religieuse feat junko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 22 Jan - 22:18
tenue • J’étais encore fatigué de mon voyage avec Uriyel à Kyoto, qui aura été plus que mouvementé et enrichissant. Je pense que je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie que durant ce voyage improvisé avec ma noona. Dans tous les cas, j’avais du mal à m’en remettre de ce voyage riche en émotion et en divertissement. Je venais à peine de me lever que j’avais déjà mes doigts posés sur les touches du piano. J’avais eu une idée de mélodie durant la nuit et il fallait absolument que je le mette sur papier, c’était plus fort que moi. Quand j’eus fini, je m’étends en bayant avant de me décider à aller prendre une douche. Mes colocataires devaient sûrement être en cours mais pour une fois que je n’en avais pas moi. Je pris une douche rapide, me laissant me réveiller un peu car j’aurais été capable de me rendormir en deux secondes juste en posant mes fesses sur le lit. Une fois habillé et prêt, je me décide à sortir de la chambre pour aller acheter de quoi manger. Ce n’était pas tout, il fallait quand même que je nourrisse le dragon que j’avais dans mon ventre qui réclamait toujours de la bonne nourriture dans le genre pâtisserie.

Je sortis dehors en souriant légèrement en croisant des étudiants. Je sautille tranquillement dans les rues à la recherche de la meilleure pâtisserie que je connaissais grâce à ma mère. Un ami de longue date depuis le collège, chose que j’aurais aimé avoir. Je finis par y arriver et entre dans la pâtisserie en souriant. Konnichi wa ! dis-je en plongeant déjà mon regard sur les pâtisseries. J’étais toujours émerveillé de la décoration, si je n’étais pas aussi gourmand je n’aurais jamais touché à ces chefs d’œuvres mais comme j’étais clairement un gourmand, je ne pouvais pas m’empêcher de manger. J’étais en train de baver devant une religieuse quand je vis un visage à travers la vitre, juste de l’autre côté. J’arque un sourcil en regardant ce visage de jeune fille et celui-ci me revient tout de suite en tête. La danseuse classique ! dis-je en la pointant du doigt la bouche ouverte surprise de la retrouver là. Elle a participé à un événement associatif que ma mère à préparer et elle y a dansé, j’en suis sûr !

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 1:04
tenue • Je referme la porte de l’appartement en veillant à ne pas la faire claquer. Si Yoon a veillé une bonne partie de la nuit et voilà qu’il récupère. Pour ne pas le déranger, je me dis que je ferais mieux d’aller faire un tour dehors. Je croise la gardienne et la salue. Nous échangeons des banalités. Je pense qu’elle, comme la plupart des gens que nous croisons, nous pense ensemble. Elle me dit souvent qu’elle nous trouve adorables, tous les deux et que nous sommes bien assortis. Si Yoon me dit que ce serait mal vu si nous venions à lui dire la vérité. Alors je ne dis rien, mais évite le sujet systématiquement. Elle insiste pour que je l’appelle Reiko, mais je continue de l’appeler Madame Uehara. J’ai beaucoup du mal à être familière avec elle, même si Madame Uehara me confie avoir une petite fille de mon âge et que ça lui ferait du bien si je me comportais un peu plus familièrement avec elle. A en croire ce qu’elle me raconte, sa petite fille ne vient pas souvent lui rendre visite. J’en suis désolée. C’est plus fort que moi, je suis empathique et le malheur des autres me rend instantanément triste.

Le froid me saisit quand je sors finalement de l’immeuble. Janvier est encore bien présent et cela se ressent dans les températures. Je m’emmitoufle un peu plus dans mon écharpe et déambule dans les rues, ne sachant trop où aller. Quand j’ai une idée. Je sais que mon père a ouvert une pâtisserie dans le quartier de Shinjuku. Je sais qu’il n’a pas le temps de visiter toutes les boutiques qu’il ouvre, mais chacune de ses pâtisseries ont ce même goût familier, comme s’il les avait toutes faites. Je suis impressionnée parce qu’il arrive à recruter les pâtissiers qui auront la même pâte que lui. Je saute dans le métro et me laisse porter jusqu’à Shinjuku. J’ai encore un peu de mal avec les transports en commun. Il y a peu, je me déplaçais strictement en voiture. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de m’émanciper un peu plus et de vivre ma vie. Alors je dois travailler. Les taxis sont prohibés, je n’emprunte plus que les métros ou je marche. A force, je finis par me repérer plus ou moins bien dans les transports. Une fois qu’on a compris le truc, ce n’est plus aussi compliqué.

Les vendeurs qui me voient entrer me connaissent tous et me saluent. L’un d’entre eux me tend une pâtisserie, me disant que c’est mon père lui-même qui l’avait préparée. Je ne suis pas très sucrée, mais je croque volontiers dedans avant de sursauter. Un garçon se tient derrière moi, me pointant du doigt. Je penche la tête sur le côté, parce que je ne le reconnais pas. Mais visiblement, lui oui. La danseuse classique … J’ai l’impression que c’est d’une autre fille qu’il parle. Cela fait presque un an et demi que je n’ai pas dansé, depuis l’accident. « Je suis désolée, mais … On se connait ? »

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 10:18
Quand mon ventre m’appelait, je devais absolument répondre à ses demandes sinon il allait faire une crise. C’est pour cela que j’avais passé par la pâtisserie d’un ami à ma mère pour pouvoir manger une bonne pâtisserie. C’était les meilleurs à mon avis, alors je ne pouvais m’empêcher de baver devant ces petits chef d’œuvres qui me donnait tant envie. Je fus surpris de voir un visage familier à travers la petite vitrine, moi qui étais en train de baver devant une religieuse. Je me redresse et la pointe du doigt avant de l’appeler par un surnom, que je connaissais déjà. Je l’avais déjà vu en tant que danseuse lors d’un événement de ma mère, je le savais. Je suis désolée, mais … On se connait ? Un sourire s’affiche sur mon visage, je me doutais qu’elle n’allait pas me connaître. On ne s’est pas vraiment parlé pour le coup, ma mère me présentait à tout le monde ce soir-là donc forcément, elle a dû en voir passer. Tu as été danseuse lors d’un événement caritatif, il y a un peu plus d’un an n’est-ce pas ? lui dis-je en arquant un sourcil. Oui, je l’interrogeais pour le coup. J’étais quelqu’un de physionomiste, j’arrivais à reconnaître une personne physiquement, ce qui était un avantage pour moi.

Madame Wolf, ça ne te dis rien ? lui dis-je en penchant la tête sur le côté. Je ne pensais honnêtement pas me tromper, je la revoyais encore en train de danser dans son costume blanc avec quelques autres ballerines. Mais cela faisait un peu plus un an, donc c’est normal qu’elle ne me reconnaisse pas après tout. Un serveur arrive et je lui souris avant de montrer du doigt la pâtisserie que j’avais en vue depuis tout à l’heure. Je prendrais la religieuse, s’il vous plait. dis-je tout exciter à l’idée de la sentir dans ma bouche. J’étais clairement un gros gourmand.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 15:14
tenue • A son tour, il penche la tête sur le côté. On a l’air drôle comme ça. Il finit par me demander si j’avais bien fait une représentation pour une association caritative. J’ai toujours du mal à parler de mon passé de ballerine. C’est pourquoi je ne fréquente plus vraiment ceux qui m’ont connu à cette période-là. Je n’aime pas en parler, ça me noue toujours la gorge. Mais visiblement, il m’a connu à ce moment-là. Je me mords la lèvre pour me concentrer. Et puis sort un nom. « Oh mais oui ! Tu es … son fils, c’est ça ? » Quelle honte, je ne l’avais même pas reconnu. Pourtant, sa mère nous avait présenté. Je me souviens avoir échangé quelques banalités avec lui, mais beaucoup plus avec sa mère. Sa mère est une femme adorable, impliquée humainement parlant. C’est avec plaisir que nous avons accepté de nous produire gratuitement. On était d’ailleurs un peu toutes émues. Plus confiante, je m’avance vers lui et quand un serveur commence à emballer la religieuse qu’il a choisi, je tends un billet à ce même serveur. « C’est pour moi, Hiro. » Hiro hésite, mais finit par prendre ma monnaie. Je me retourne vers le garçon et j’ai honte parce que je ne me souviens pas très bien de son prénom. Je me gratte la tête, gênée avant d’esquisser un sourire. « Mais ne m’en veux pas … J’ai une très mauvaise mémoire, je ne me souviens plus de ton prénom. »

Même si je n’aime pas parler de danse, je suis heureuse de le croiser. Je lui demande s’il souhaite boire quelque chose, que je l’invite bien entendu et lui montre une table un peu en retrait. Je me tourne vers Hiro et lui dit que je prendrais bien un thé. En nous asseyant, je me rends compte que je parle très facilement au garçon en face de moi. Je me souvenais de son caractère doux, enfin, c’était l’impression qu’il donnait. Il semble facile à aborder et j’apprécie ce genre de personne, pour être un peu semblable. Je n’aime pas les gens avec une trop grande aura, ça m’impressionne. La sienne est plus douce, plus chaleureuse aussi. J’ai en fait le sentiment de retrouver un ami perdu. Je m’installe en face de lui et crois les mains sur la table. « Comment va Madame Wolf ? Je garde un très bon souvenir de ta mère. Elle est vraiment adorable et elle a beaucoup de courage, je trouve. »

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 15:46
J’allais peut-être passé pour un fou si ce n’était pas elle. Mais de toute façon, ça ne serait pas la première fois que cela arrive, je passe souvent pour un fou aux yeux des autres. Enfin, j’en étais presque persuadé à 100% que c’était elle, elle avait retenu mon regard durant sa danse alors forcément. Oh mais oui ! Tu es … son fils, c’est ça ? J’approuve de la tête rapidement en souriant, j’étais content de voir que je ne m’étais pas trompé et que c’était bien la petite ballerine que j’avais vu danser lors d’une représentation organisée par ma mère. J’en étais sûr, j’ai une bonne mémoire. Et oui, c’est bien ma mère. lui dis-je en approuvant plusieurs fois de la tête. Le serveur arrive et je commande finalement la religieuse qui me donnait tant envie. Je sortis mon porte-monnaie pour pouvoir payer mon petit plaisir de la matinée. C’est pour moi, Hiro. Je lève la tête vers la jolie ballerine et lui fait un grand sourire. Elle était définitivement aussi gentille que jolie, il n’y a pas à dire. C’est vraiment gentil de ta part lui dis-je en arquant un sourcil, mon sourire toujours aux lèvres.

Mais ne m’en veux pas … J’ai une très mauvaise mémoire, je ne me souviens plus de ton prénom. Je lui fais un signe de la main lui montrant que ce n’était pas si grave que cela, je ne me souviens pas de son prénom également après tout. Aucun soucis, je suis Wolf Bogum, enchanté de te rencontrer… tu t’appelles comment toi ? J’avais l’impression de vivre la vie d’un enfant que j’avais vu dans les séries, qui demandait à sa camarade son prénom lors du premier jour de la rentrée. J’étais intéressé pour le coup, la jolie ballerine m’intriguait quelque peu. On partit s’installer à une petite table et je commande à mon tour un chocolat chaud –pour ne pas changer mes habitudes de gamin. Comment va Madame Wolf ? Je garde un très bon souvenir de ta mère. Elle est vraiment adorable et elle a beaucoup de courage, je trouve. Je lève les yeux pour les déposer sur la jolie japonaise. J’approuve de la tête avec un sourire heureux sur les lèvres, ma mère était la meilleure du monde, personne ne pouvait en douter. Elle s’inquiète beaucoup pour moi mais elle va bien, elle continue de monter des événements caritatifs pour le droit des femmes, et aider les pauvres. dis-je en haussant les épaules. Ma mère s’inquiétait toujours pour moi, ce n’était pas une nouvelle, c’était juste la réalité.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 16:28
tenue • Je lui réponds que je m’appelais Okada Junko. J’avais légèrement hésité à donner mon nom de famille, en raison de la notoriété de mon père. Mais après tout, je ne le voyais pas me sauter dessus parce que mon père est l’un des chefs pâtissiers des plus connus et qu’en plus on se trouve dans l’une de ses boutiques. Hiro dépose nos boissons en face de lui tandis que je l’écoute me parler de sa mère. Et je souris à sa remarque. Lui aussi a donc des parents très protecteurs. Pour ma part, mes parents passent leur temps à s’inquiéter à mon sujet. Ils me font confiance, je le sais. Mais cela n’empêche pas qu’ils se préoccupent de tout en ce qui concerne leur fille unique. Comment se passe le travail, moi qui suis habituée à tout avoir sans même le demander ? Est6ce que je m’en sors dans l’ameublement de mon appartement ? Mon père voulait m’envoyer les meilleurs décorateurs, mais j’ai catégoriquement refusé. Je ne veux pas être une de ses filles trop gâtées et qui ne savent pas se débrouiller par eux-mêmes sans l’aide financière de papa ou maman. J’avais envie de faire les choses par moi-même. Je dois dire que, jusqu’à présent, je suis plutôt fière de moi.

« Ah, toi aussi … Mes parents n’arrêtent pas de s’inquiéter. Comme j’ai décidé d’emménager loin de la maison familiale … ça a fait tout un drame. » Je lève théâtralement les yeux au ciel avant d’éclater de rire. Mes parents sont adorables et je les aime plus que tout au monde. Mais cela n’empêche que, par moment, je les trouve un peu trop collants. Surtout depuis mon accident, j’ai encore plus l’impression d’être faite en sucre et que le moindre évènement pourrait me briser. Je tourne machinalement mon thé, alors qu’il n’y a pas de sucre à l’intérieur. Bo Gum … Nous n’avons pas vraiment parlé la première fois que nous nous sommes rencontrés. Il faut dire que nous étions pas mal occupés chacun de notre côté. « Tu es étudiant dans quelle université maintenant ? » C’est toujours agréable d’avoir un visage familier près de soi. Les seules personnes avec lesquelles je n’ai pas rompu les liens sont mes trois amies : Ori, Uriyel et Eri. Elles m’ont toutes les trois accompagnées lors de mes opérations, de ma rééducation. Elles étaient là quand, lentement, je me suis renfermée sur moi-même. Si j’ai réussi aujourd’hui à me relever, c’est en grande partie grâce à elle.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Jan - 21:36
J’étais content de la revoir, on a pas beaucoup parlé tous les deux alors c’était le moment de le faire. Elle m’avait invité à boire quelque chose en plus de ma religieuse, je ne pouvais pas dire non à autant de friandise. Mon estomac m’avait déjà repris plusieurs fois à l’ordre. Je finis par lui parler de ma mère comme elle le souhaitait. Je lui parle également de la protection de ma mère qui était toujours en train de regarder ce que je faisais. Ah, toi aussi … Mes parents n’arrêtent pas de s’inquiéter. Comme j’ai décidé d’emménager loin de la maison familiale … ça a fait tout un drame. J’approuve en souriant légèrement, on était dans le même cas tous les deux. Mais moi cela devait être pire qu’elle, j’ai toujours été enfermé après tout. J’ai aussi décidé de quitter la maison pour pouvoir vivre ma vie et grandir, j’ai toujours été à la maison depuis que je suis tout petit. dis-je en haussant les épaules. Quand j’y pense maintenant, ce n’était pas normal que je sois enfermé comme cela sans voir aucun enfant de mon âge. Je remercie le serveur pour la boisson avant d’en boire une gorgée, il était juste divin et un sourire satisfait ne put s’empêcher de venir s’installer sur mes lèvres.

Je commence même à manger un peu de ma religieuse, en essayant de ne pas en mettre partout. Il fallait que je me montre un minimum gentleman devant une si jolie fille, je n’avais pas le droit de passer pour un porc ne sachant pas manger. Tu es étudiant dans quelle université maintenant ? Je lève la tête vers elle pour plonger mon regard dans le sien, un sourire aux lèvres je laisse mon dos se poser contre le dossier de la chaise. J’étudie à la Royal Private School en musique et mannequinat… C’est grâce à noona que je suis dans cette université, elle m’a beaucoup aidé. Et toi ? dis-je avant d’approuver de la tête machinalement. Uriyel a convaincu ma mère de m’envoyer dans cette université reconnue, elle a tout fait pour m’aider à grandir… C’est la meilleure noona du monde.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 28 Jan - 22:54
tenue • Bo Gum me confesse qu’il a toujours été à la maison étant petit. Etait-il l’un de ces enfants à part ? Peut-être que ses parents souhaitaient lui offrir une éducation à la maison, loin de toutes les contraintes de l’enseignement national. Pourquoi pas. Je pense que j’aurais été une enfant malheureuse, privée du contact d’autres enfants de mon âge. Je m’interroge soudain sur l’enfance du garçon que j’ai en face de moi. Mais ma curiosité ne va pas jusqu’à me montrer impolie. Après tout, nous ne nous connaissons pas tant que ça. A ses yeux, je ne suis qu’une simple connaissance, croisée par hasard. Il faut vraiment que j’apprenne à me montrer moins curieuse, moins « je me mêle de ce qui ne me regarde pas ». Alors j’acquiesce silencieusement et porte la tasse à ma bouche. Le thé est délicieux, c’est d’ailleurs ma boisson préférée. Je ne fais pas vraiment dans l’originalité, je dois dire. Et puis arrive la question des études. Quand il me dit qu’il est en section mannequinat, ça ne me surprend pas tellement. A bien l’y regarder – même en le regardant rapidement – Bo Gum est un bel homme. Il a les traits fins et est plutôt élancés. Il est clair qu’il a d’énormes qualités physiques et je n’ai pas besoin d’être une professionnelle pour le remarquer. Là encore, quand il m’annonce son double cursus, je dois dire qu’on voit qu’il a une sorte d’aura d’artiste en lui. Je me demande de quel instrument il joue. Mais ce qui me surprend le plus, à vrai dire, c’est l’endroit où il étudie. Je repose ma tasse, en prenant gare à ne pas renverser une goutte de thé et claque des doigts avant de le pointer du doigt. « Oh ! Toi aussi ? Moi aussi je suis à la Royal. Mais en droit, c’est moins excitant que ce que tu fais. » Je ris avant de tapoter du bout des doigts ma tasse. Le destin peut faire des choses incroyables par moment. Qui aurait cru que je recroiserais ce garçon, dans la pâtisserie de mon père ? Qui aurait également cru que nous fréquentions la même université ? « Vraiment c’est dingue ! Même s’il y a beaucoup d’étudiants de la Royal dans le coin, c’est amusant la façon dont on se retrouve ! » Je crois que Bo Gum et moi devons avoir à peu près le même âge. « Je viendrais te voir défiler alors ! »

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 21 Fév - 15:24
Si on m’avait dit que je parlerai avec la jolie danseuse étoile aujourd’hui, je ne l’aurais pas cru. Ma mère allait sûrement me poser plein de question à son sujet quand j’allais lui raconter ma journée donc ma rencontre avec Junko. Je finis par lui parler un peu de moi comme elle semblait curieuse à mon sujet, je devais sûrement en connaître plus sur elle qu’elle sur moi et j’en avais conscience maintenant. Je finis donc par lui dire où j’étudiais et ce que j’y faisais comme étude. « Oh ! Toi aussi ? Moi aussi je suis à la Royal. Mais en droit, c’est moins excitant que ce que tu fais. » Je souris doucement avant d’hausser les épaules, mangeant tranquillement ma pâtisserie. « Ma mère m’a toujours dis qu’il faut de tout pour faire un monde, mais pourquoi tu ne fais plus de danse ? » dis-je en arquant un sourcil. J’étais peut-être un peu trop curieux et malpoli pour le coup, je fis une grimace avant de baisser les yeux. « Désolé, cela ne me regarde peut-être pas. » dis-je en grimaçant, je n’osais plus la regarder dans les yeux maintenant. « Vraiment c’est dingue ! Même s’il y a beaucoup d’étudiants de la Royal dans le coin, c’est amusant la façon dont on se retrouve ! » Je souris, retrouvant finalement mon sourire, je la regarde avant d’approuver de la tête. « Le destin fait de belle chose, mais il faut dire que Royal est la meilleure école, beaucoup d’étudiant y sont. » dis-je en gardant toujours mon sourire aux lèvres. Elle a finalement compris que j’étais mannequin et que je défilais par moment, j’étais plus modèle que mannequin mais j’en faisais aussi de temps en temps. « Je viendrais te voir défiler alors ! » J’approuve de la tête en souriant. « Cela me ferait vraiment plaisir que tu viennes me voir, je défile et je pose sous le pseudo de Otto, en fait… C’est mon prénom allemand, mais personne ne le connaît. » dis-je tout bas comme si c’était un secret, en vrai cela en était un il ne fallait pas que mes grands-parents maternelles le sachent.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 16:55
tenue • Je croise les jambes sous la table. Ma main vint remettre une mèche de mes cheveux derrière mon oreille. J’étais gênée par sa question. Je ne parlais pas souvent de mon accident, voire pas du tout. Pendant ma longue année d’hospitalisation et de rééducation, j’ai renvoyé la plupart de mes amis. J’avais envie de vivre recluse, de ne voir personne. Je ne supportais pas l’état dans lequel j’étais, je me faisais pitié à moi-même. Tant et si bien que je ne voulais pas lire cette même pitié dans les yeux de mes amis. J’ai très certainement agi de manière inconsidérée. La plupart ne cherchait qu’à avoir de mes nouvelles ; ils étaient inquiets de savoir comment j’allais. Mais j’avais si bien repoussé tout le monde qu’ils avaient, sans doute, fini par se lasser. Seuls Uriyel, Eri et Ori avaient persistés. Elles étaient venues quasiment tous les jours, parfois toutes ensemble, parfois à tour de rôle. Malgré le fait que je refusais de les voir, elles avaient insistés à de nombreuses reprises, attendant de longues heures derrière la porte de ma chambre. Elles allaient aussi voir mes parents et à force de persévérance, je les avais laissé entrer. Si elles n’avaient pas insisté comme elles l’avaient fait, je les aurais sans doute bêtement perdues. Aujourd’hui, et même à l’époque, je leur suis très reconnaissante. Je ne peux m’imaginer cette année-là sans leur soutien, leur sourire. Nous parlions de tout, de la Royal, de leur vie respective. Il y avait les compétitions d’Eri, les ragots d’Ori et les blagues d’Uriyel. Je n’aurais jamais pu aussi bien m’en sortir, émotionnellement parlant, sans leur présence réconfortante. J’avais temporairement changé de sujet avec Bo Gum et il m’avait gentiment suivi. Son ton était un peu bas, comme celui de la confidence. Venait-il de me révéler quelque chose de secret. « Oh … Est-ce que ça signifie quelque chose ? C’est très joli en tout cas … Otto. », dis-je avec un sourire. C’est vrai qu’il avait des origines étrangères. Ça se reflétait dans son apparence physique et peut-être même son attitude. Je retenais son prénom, son véritable prénom en fait. « Mais pourquoi ne portes-tu pas ton vrai prénom ? » C’est dommage qu’il ai dû changer son prénom, mais après, ça ne regarde que lui. Le serveur revient nous voir et nous propose d’autres assortiments de gâteaux. Il m’informe que mon père est en train de créer une nouvelle gamme, ce serait bien que nous y goutions. J’acquiesce et il repart. « Ah pour ce qui est de la danse … J’ai eu un accident de la route, l’année dernière. Je vais bien maintenant, mais ma jambe est en mauvaise état. Alors j’ai dû abandonner. » Je baisse la tête, rebuvant une autre gorgée. Je ne sais pas pourquoi je lui ai confié ce chapitre si douloureux de ma vie. C’est sorti tout seul.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 7:46
 

religieuse feat junko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» | Aipom | La joie réside dans le bonheur de vivre | Feat Kristen Bell | Finished =)
» La pauvreté : Question morale, Religieuse, Social et Politique
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-