AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 very bad idea ∆ ft hamasaki ai ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 30 Jan - 17:09

very bad idea.
ai & amori

La pauvre Ai n'avait pas la moindre idée de ce qui l'attendait… Il y a une heure encore, tout allait pour le mieux. Ou tout du moins, son petit-ami l'avait appelé en toute âme conscience, en état d'euphorie extrême certes, mais pour le moins lucide. Ce jour-ci était sa fête. Pas n'importe laquelle puisqu'il s'agissait de son anniversaire ! Un âge qui se fêtait puisqu'il s'agissait ni plus ni moins de la majorité absolu. Une ouverture possible à tout ce qui lui était encore interdit à ce jour-ci. Et ses camarades ne comptait pas le lâcher de sitôt. A présent il n'avait plus la moindre excuse valable pour ne plus sortir en boite ou fréquenter des strip-teaseuses ; chose qu'il avait toujours refusé par respect envers Ai. Ou alors il le faisait dans le seul et unique but d'accompagner quelqu'un, mais jamais comme étant le centre d'attention. Cette fois en revanche, il ne pouvait plus y échapper. Et la fête improvisée commença très tôt, à la sortie du travail lorsqu'il fut embarqué jusqu'au Tokyo Dôme Hôtel où l'attendait une bonne centaine de personnes qui ne lui disait absolument rien, pour la plupart… Il y avait des gens de l'agence, des gens de la fac, probablement quelques groupies dans le lot… Il suspectait ses amis de longues dates de lui avoir préparé ce coup en douce alors qu'il pensait simplement se diriger dans une salle des fêtes comme il était convenu… Un peu plus tôt dans la journée, il avait envoyé un message à Ai pour la remercier de son petit mot et pour lui rappeler d'être à l'heure ce soir… Il comptait la récupérer avant de se rendre à sa petite fête, sauf que rien ne se passa comme prévu. A la place d'une salle, ses amis lui avait directement réservé un hôtel tout entier ! Ou tout du moins une loge d'exception… Celle pouvant accueillir un plus grand nombre de personnes… Et lorsque le cul d'Amori fut obligé de se poser sur une chaise, c'est à ce moment-là qu'il vit arriver la dite strip-teaseuse et qu'il se dépêcha d'appeler Ai par pur automatisme. Rien de bien concret n'en sortit de cette conversation puisqu'on lui choppa rapidement son téléphone avant qu'il ne puisse dire merde. Forcé de rester sur place, sa mâchoire se crispa lorsque cette dernière commença son petit show de séductrice, habillée en infirmière sexy. Mon dieu. Il allait être fiché à vie. Amori ne pouvait s'empêcher de regarder tout autour, riant d'un rire nerveux, alors qu'il apercevait de nombreux téléphones dans sa direction, en train de tout filmer. La strip-teaseuse ne se fit pas prier pour attirer son attention, l'attrapant par le visage afin qu'il la regarde elle et uniquement elle. Le nippon déglutit difficilement lorsqu'elle déboutonna le haut de sa chemise pour y laisser entrevoir une poitrine volumineuse et très certainement refaite. Instinctivement il ne put s'empêcher de faire la comparaison avec sa petite-amie, même s'il préférait le naturel au siliconé, il devait avouer que la vue était plutôt pas mal et il s'obligea même à relever les yeux pour ne pas les regarder. Malheureusement lorsque la danseuse s'installa délicatement sur lui, la tâche se révéla d'autant plus rude, et il jura à l'encontre de ses amis qui se marraient à trois pas de là et qui ne manquaient pas une miette ! Et qui allait lui faire remarquer la grosse trace de rouge à lèvres qu'il avait sur le coin de la bouche ? Certainement pas eux… Il ne s'était même pas rendu compte qu'elle l'avait embrassé la fourbe !

Pour le bien de Ai, ces derniers avaient jugé préférable qu'elle n'assiste pas à ça, ce pourquoi ils avaient débuté le début de la soirée sur les chapeaux de roues et sans elle ! Et après cette mémorable performance, Amori ressentit le besoin de boire et de boire suffisamment pour se remettre de ses émotions. Ce qu'il ignora, c'est que l'alcool eut un effet quasi instantané sur lui. L'euphorie, l'ambiance, l'excitation et la nervosité, tout cela fit que son état de détériora très vite. Il n'aurait pas été très étonnant qu'un de ses amis lui ait également administré une petite pilule en plus à son insu… ou pas. Il n'en savait rien. Il buvait tout ce qui lui passait sous le nez et sans prendre la peine de finir au préalable, les gobelets se présentant à lui comme de petits toasts… Et il n'y avait pas que la strip-teaseuse en tenue coquine puisque les serveuses semblaient avoir été sélectionnée pour ressembler à de véritables pimbêches. En le réalisant, il ne put s'empêcher de rire, imaginant sa propre chérie dans l'une de ses tenues alors qu'il n'y avait rien de drôle à ça… C'est à ce moment-là qu'il récupéra son portable et qu'il appela sa chère copine pour qu'elle rapplique au plus vite. « Chatoooon… excuse-moi pour tout à l'heure ! Une fille m'est tombée dessus et j'ai rien pu faire… Ah ! J'aurai peut-être pas dû te le dire… Haha. C'était un coup monté j'te jure ! Mais viens vite bébé. Viens me sauver… » Et avant même qu'il ne termine sa phrase, une pure inconnue se jeta dans ses bras et lui décrocha un baiser. Les yeux ronds comme des billes, Amori la regarda d'un air grave avant de la rejeter en arrière. Cette malheureuse retomba au beau milieu de la foule avant de se retrouver les quatre fer en l'air ! « Putain t'es pas Ai, sale morue. J'hallucine… » Ben ouais il hallucinait qu'une gonzesse le prenne au pied de la lettre au point de se jeter sur lui… Mais quelque part, n'était-il pas censé être célibataire ? La groupie avait manifestement pensé qu'il s'adressait à elle, ne l'ayant pas vu au téléphone. Il n'y avait pas grand monde de lucide pour distinguer ce genre de détail… « Bébé t'es toujours là ? … bébé ? » Mais pour réponse il n'eut qu'un bip bip incessant, signe qu'elle avait raccroché avant lui. Et merde. Saurait-elle au moins le retrouver ? Il l'espérait parce que lui il n'en était plus sur. Il ne savait même pas à quel étage il était ! « La vache ! Il sort d'où ce macaque ! Y'a un singe derrière le bar ! » ou il commençait par avoir de sérieuses hallucinations… Mais non, pas encore. Quelqu'un avait bien ramené un singe à sa soirée! Ni une ni deux, il fut attrapé par le bras et traîné jusqu'à la pièce principal. Visiblement, un karaoké avait été installé et on réclamait un rappeur dans la salle… Un rappeur… Oui, puisqu'il ne restait plus que lui maintenant que Canaan était parti. Pendant l'ombre d'un instant il se sentit mal. Et dans la seconde qui suivit il ingurgita un second verre, ne pouvant que l'aider à digérer cette triste nouvelle...



electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 30 Jan - 20:56
Tenue ☆ Depuis les quelques jours où elle vivait chez Noriko, après être partie de chez elle suite à une dispute avec ses parents, la jeune femme reprenait un train de vie plutôt tranquille. Alternant entre le dortoir et la chambre où elle dormait chez son amie, elle avait appris à être plus sereine et à prendre les choses comme elles venaient. C’était plus relaxant de vivre avec des personnes simples et chaleureuses de la campagne plutôt que sa famille antipathique qui se prenait pour la famille impériale alors qu’ils ne représentaient rien en ce monde. Elle avait laissé tomber ses journées chronométrées et dormait maintenant tellement qu’elle avait besoin d’une personne pour la réveiller le matin. Maintenant, elle se laissait tellement plus vivre qu’elle en avait fini avec ses révisions durant des heures et préparait toujours tout au dernier moment, ce qui lui réussissait. Évidemment alors qu’elle n’habitait plus chez ses parents, sinon rien de tout ça ne se produirait et ce n’était même pas sûr qu’à cette heure-ci elle aurait pu sortir. Pourtant elle allait bien passer sa journée en extérieur, pour l’anniversaire de son chéri. Elle avait eu tellement de mal à lui trouver un second cadeau, après Noël, toujours aussi insatisfaite et puis le mois dernier elle avait mis la barre drôlement haut quand même. Mais elle avait pu trouver et il avait la bénédiction d’être né pendant les soldes – et parfois elle se disait que sa mère avait dû vraiment l’avoir à bas prix vu comment il n’était pas fini. Cependant c’était hors de question qu’elle lui offre ça à sa petite soirée. Déjà elle savait d’avance qu’elle ne connaîtrait personne, tout simplement parce qu’ils n’avaient pas le même cercle d’amis et puis parce qu’elle était tellement généreuse qu’elle lui avait acheté deux cadeaux et qu’elle n’avait pas envie que tout le monde voit l’un d’eux.

Elle avait passé la journée au chaud à la maison, encore et toujours seule parce que Noriko avait cours et travaillait après, contrairement à elle qui avait déjà une journée légère avec en plus des cours supprimés et elle n’avait pas envie d’y aller juste pour une heure. Elle avait aidé sa nouvelle maman d’adoption à cuisiner et nettoyer la maison et avait passé le reste de son temps entre la relecture de ses cours – les habitudes reviennent toujours au galop – et jouer à la PS4. C’est seulement au dernier moment que pour une fois elle se prépara. Et là, se fut le drame. Franchement, elle était toujours bien habillée mais cela ne voulait pas dire qu’elle aimait se prendre la tête à choisir une tenue. C’était un truc de fille ça pourtant, mais ça la gonflait et elle avait eu beau avoir sa garde-robe et avec l’autorisation de Noriko la sienne, rien ne la satisfaisait. Elle devait choisir en conséquence mais elle ne pouvait pas savoir à l’avance comment cela allait se passer. Et les tenues féminines, elle assimilait facilement ça à des tenues de filles faciles, après on se demandait pourquoi elle était physiquement plus proche de l’enfant que de la femme. Pourtant, elle avait l’aide d’Horobin justement pour se conduire plus en femme, parce qu’elle avait peur au fond d’elle qu’un jour Amori préfère ces filles vraiment beaucoup plus apprêtées et coquettes, comme beaucoup d’hommes en fait. Mais même à dix-neuf ans elle semblait toujours être une petite fille même si elle ne pensait pas comme telle. Enfin, tout ça pour dire que si elle mettait une robe et risquait de se geler les fesses dehors, c’était vraiment pour lui. En étant loin de chez elle, elle avait enfin son libre-arbitre et le droit de se boucler les cheveux comme elle rêvait tant de le faire, s’attachant en suite les cheveux dans une queue de cheval. Se voir ainsi lui fit penser que sa frange devenait un peu longue. Il ne lui restait ensuite plus qu’à attendre. Ce qu’elle fit. Longtemps. Heureusement qu’il devait venir la chercher et qu’en plus elle lui avait acheté une montre à Noël. Le manque de ponctualité devait être ce qu’elle détestait chez tout le monde.

Son téléphone sonna une première fois et en décrochant, elle entendit même pas une minute la voix d’Amori ainsi que beaucoup de bruits derrière, jusqu’à ce que ça raccroche. Sans tirer de conclusions hâtives et en restant calme, elle alluma la console en attendant qu’il arrive. Elle avait l’habitude de ses retards, il allait bientôt arriver et puis peut-être qu’il avait été retenu au boulot, d’où l’origine du bruit. Elle y croyait à moitié mais elle avait confiance et ne s’inquiétait pas trop. Alors qu’elle était en train de gagner sa partie, le téléphone sonna une seconde fois et elle jeta un rapide coup d’œil pour voir de quoi il s’agissait. Merde. Les jeux de guerre et tout, ça ne lui réussissait pas parce qu’elle devenait vite accro et il tombait plutôt mal, la faisant perdre. Elle décrocha et entendit sa voix pas très normale. Tu te fous de ma gueule ? Ai n’était pas jalouse mais il y avait des limites quand même, surtout que ça semblait l’amuser de dire ça alors qu’elle l’attendait encore comme une imbécile. Elle s’attendait à une réponse mais sa voix se fit plus lointaine et du peu qu’elle entendit, elle le sentait mal. Amori je vais te tuer. Elle ne l’appelait jamais par son prénom sauf pour l’engueuler, et à ce niveau, c’était même beaucoup plus affectueux quand elle le traitait d’idiot. Elle raccrocha et laissa tomber son jeu pour demander au père de Noriko de l’emmener à la soirée.

Elle n’était pas sûre d’aimer ce genre de soirée. Elle aimait faire la fête, il n’y avait pas de problèmes mais il y avait que des personnes qu’elle ne connaissait pas, et plein de nanas qu’elle trouvait magnifiques, pour la plupart qui étaient connue en plus. Bon, les mecs aussi et elle avait regardé vite fait en arrivant mais là le but c’était de trouver son copain dans tout ce bordel. Et comme prévu, elle se gelait le cul. Étant le roi de la fête, elle n’eut pas de mal à savoir où il était, elle avait juste eu à demander où il se trouvait. Elle avait l’impression d’être à un début de projet x. Elle se demandait ce qu’elle foutait là, au milieu de nanas super bonnes et elle qui ressemblait plus à Simplet qu’autre chose. Elle vit enfin Amori. Ai ne savait pas quoi penser de son état. Après tout, il avait le droit de s’amuser, mais il était quand même tôt pour avoir l’air aussi éméché. Une personne était en train de l’entraîner ailleurs mais elle lui saisit le poignet pour le retenir, s’attirant les foudres d’une fille qui l’emmener elle ne savait où. Casses-toi. Homme, femme sa réaction serait pareille. Et c’est avec son air froid qu’elle lui fit comprendre qu’elle ne rigolait pas alors elle s’exécuta. Ai concentra son attention sur son homme et eut un vague sourire, presque amusée. T’as un truc sur le coin de la bouche. Si tu veux me tromper, fais-le discrètement. Elle lui tappota l'endroit où il y avait la belle trace de rouge à lèvres. N'importe quelle fille se serait énervée à ce moment là. Intérieurement elle avait envie de tuer toutes les filles présentent, mais elle préférait cacher sa jalousie. Heureusement que je t’ai acheté une montre. Ton dernier appel aurait été une minute plus tard et je t’aurais laissé tomber pour aller rejoindre mon amant. Bien sûr que non, elle l’aurait attendu toute la nuit.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 31 Jan - 19:31

very bad idea.
ai & amori

Les premières chansons furent bien évidemment du Li Blue. En pro du show, il ne manqua pas de faire son paon, se la jouant durant ses répliques avec une aisance qui lui était propre, ainsi que pendant les parties rap de son cher ami… Ces fameux couplets qui lui faisait un pincement au cœur mais qu'il s'évertuait à camoufler, l'air de rien, en faisant le con lorsqu'il s'agissait des passages chantés. Lui qui chantait comme un pied. Il amusa la galerie comme à son habitude, enchaînant les chansons sans voir le temps défiler. Il ne savait plus trop comment ni pourquoi, mais il se retrouva avec deux filles sous les bras, à sautiller en même temps que lui, hurlant de tous ses poumons. Heureusement que les murs étaient sacrément bien blindés. Ca commençait à devenir le foutoir dans cette suite… et pas juste du côté de la salle. Dans la cuisine, un imbécile avait renversé un pack entier de bière, et le singe qui venait de nulle part se bourrait de lui-même la tronche. Personne ne semblait trouver sa présence suspecte. A croire qu'il faisait parti du décors ou qu'il s'était très bien intégré. Quoi qu'il en soit, ce fut à ce moment-là que Ai dû apparaître. Amori ne la remarqua pas tout de suite car prit dans le feu de l'action. Il légua tout de même le micro à un autre au moment où il descendit de la table basse qu'il avait réquisitionné comme une scène. Oui, normal. Il aida naturellement les demoiselles à descendre avant de se voir accostée par une autre, une inconnue. Mais il ne la regarda même pas puisque ce fut à ce moment-là que son regard rencontra celui de Ai. Ouch. Elle avait mauvaise mine, mais il était quand même content de la voir. Trop content peut-être. Il était vrai que la tenue de sa copine n'était en rien comparable à celle des autres nanas présentent, mais aux yeux d'Amori, elle avait l'air d'un ange.

Un ange tout droit tombé du ciel et qui allait sérieusement lui remonter les bretelles aussi ! Bizarrement, il s'en contrefichait pour une fois. L'alcool relativisait toutes les situations. Il ne capta même pas lorsque la donzelle l'attira on ne sait où pour on ne sait quelle raison. Cela ne dura qu'une fraction de seconde avant que Ai intervienne, l'attrapant par son autre poignet. Combat de poules! fut sa pensée débile qui lui traversa l'esprit… Mais ça, c'était parce qu'il n'était pas lucide et qu'il rêvait intérieurement que les nanas se battent pour lui. Surtout si ça incluait sa petite-amie ! Il eut alors un sourire idiot lorsqu'elle envoya bouler la première. Un très grand sourire. « Woah. T'es sexy mon cœur, quand t'es en colère. Je te l'ai déjà dis ? » Oh oui mais dans de meilleures circonstances… Son sourire se fit plus large quand la greluche s'en alla, laissant les deux protagonistes ensemble. Il s'essuya vivement le recoin de la bouche lorsqu'elle lui signala la présence de quelque chose au niveau de ses lèvres. Derechef, ses sourcils se arquèrent, aussi amusé que choqué. « Sérieux ?! J'ai ça depuis quand ? Par qui ? ». Il eut une grimace en constatant la présence du rouge à lèvres sur le revers de sa main. Ah bah c'était pas malin ça. Quel imbécile ! A ce rythme on pouvait le violer, il le capterait même pas. « Euh… je peux te jurer que c'était pas intentionnel. Sinon je m'en souviendrais ! » Sa voix était à la fois grave et posée. Il disait vrai. Mais est-ce que cela allait excuser son état ainsi… que tout le reste. Il jeta un rapide coup d’œil aux alentours, comme pour juger l'ampleur des dégâts. Puis, aussi serein qu'il en était capable, se retourna vers Ai en pointant un doigt dans sa direction. « Ah j'y suis ! T'es de mêche aussi avec eux ! Bande de tarés. Cet endroit c'est du gros délire ! » Et il n'avait pas notion qu'il paierait la note et la commission pour les dégâts occasionnés au lendemain de la fête. Mais ça, qui s'en souciait réellement ? Il n'avait même pas retenu l'histoire de l'amant ou de la montre. D'ailleurs il oubliait carrément qu'il en avait une ! C'était pour dire que plus rien ne fonctionnait dans sa tête. « Tu veux boire quelque chose ? Je sais pas ce qu'ils ont mis dans le punch mais c'est une tuuueriiiie ! Viens, par-là. » Ne la laissant guère protester, il l'attira jusqu'à la table où s'y jonchait de nombreux gobelets vides ainsi qu'une marmite remplie de punch. Il n'avait pas bu que ça de la soirée, mais il avait commencé par-là et puis… techniquement c'était ce qu'il y avait de plus léger. Il voulait pas rendre sa copine malade. « Tiens, goûte. » lui fit-il savoir en lui tendant le verre. Son ventre commençait à crier famine puisqu'il n'avait rien avalé depuis le début. Il ne tarda alors pas à trouver les petits gâteaux apéro. Ça l'aiderait à digérer tout ce qu'il avait déjà ingurgité… « Ca va pas mon chat ? » Ah bah quand même, il finissait par avoir des yeux en face des trous ! Huh.


electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 31 Jan - 21:37
Sincèrement, elle aurait été capable de lui briser le poignet en le saisissant. Au moins lui faire très mal. Elle avait confiance en lui et sa fidélité, mais visiblement il n’était pas dans son état normal et elle n’avait jamais fait face à une telle situation. Elle ne savait pas comment il gérait l’alcool. Voilà pourquoi il ne fallait jamais inviter sa copine à une fête de ce genre. Elle n’aurait pas été là, il aurait pu faire tout ce qu’il voulait sans aucun problème. Elle lui aurait juste demandé qu’il ne lui raconte rien, encore faudrait-il qu’il se souvienne de quelque chose le lendemain. S’il avait fait de quelque chose d’involontaire sous l’effet de l’alcool, elle préférait qu’il garde ça pour lui. Mais dans ce cas là, comme ce soir, elle était belle et bien présente et ne pouvait pas laisser passer certaines choses même si elle se trouvait déjà assez laxiste pour une petite amie. Disons qu’elle n’avait jamais senti lui mettre des chaînes, au contraire elle pensait être trop détachée, c’était pour dire. Elle cachait déjà bien sa jalousie à l’égard des jolies filles connues qu’il fréquentait, mais elle n’était pas sûre de pouvoir la contenir toute la soirée, surtout en voyant que ces dernières avaient la poitrine plus grosse que sa tête. Ai c’était encore une enfant, bien loin de ces femmes aguicheuse. Sauf au lit, mais ça, c’était une autre histoire.

Pour qu’elle use de violence, il fallait aller très loin quand même, à part si vous vous appelez Jin ou Momiji. Dans le cas contraire, elle préférait largement être froide, ce qu’elle faisait très bien. Pour une fois qu’elle trouvait un avantage à ne pas être chaleureuse aux premiers abords. Amori semblait profiter de la situation, ce qui l’agaçait un peu mais elle passa outre en se disant qu’il était juste bourré et qu’elle attendrait le lendemain matin qu’il souffre déjà de la gueule de bois pour lui passer une soufflante et pour le taper. Ai s’énervait jamais sur le moment, toujours longtemps après mais ses nerfs risquaient d’être mis à dure épreuve. Ce n’était pas qu’elle aimait pas faire la fête ou autre, juste qu’elle n’avait jamais été à une fête. Ses parents ne la laissait pas vraiment sortir et la toute première à laquelle elle avait prévu d’aller, c’était à celle qu’elle prévoyait pour sa majorité. Alors comme première soirée, elle était assez mal à l’aise et se rassurait en se disant qu’elles n’étaient pas toute comme ça. Amori avait déjà vécu beaucoup de chose mais Ai sortait à peine de son œuf. « Je ne suis pas en colère, je m’en fous. » Elle croisa les bras et détourna un instant son regard de lui. Elle préférait nier les faits même si quand elle y réfléchissait, elle se demandait pour quelle raison elle pourrait être en colère et lui en vouloir. Elle regrettait juste d’être là, en ayant peur qu’il s’amuse moins. Elle n’était pas sa mère après tout. « Tu es un idiot, je te l’ai déjà dit ? » Oh oui, au minimum une fois par jour et c’était son meilleur surnom, il ne pouvait que l’entendre souvent.

Elle tourna la tête vers lui et remarqua la trace de rouge à lèvres sur le coin de sa bouche. Enfin elle l’avait vu depuis le début mais elle lui fit remarquer que maintenant. Une fille normale aurait déjà pété un câble. Ai se disait que ce n’était pas encore sur sa bouche donc c’était bon. C’était une manière plus étrange de penser mais comme dit avant, elle avait vraiment peur d’être étouffante avec lui, elle lui laissait donc de la marge. Même si intérieurement elle avait envie se tuer une pétasse. Elle restait une fille quand même, la jalousie c’est de la génétique. Et même si elle se montrait gentille, cette histoire ne la faisait pas vraiment rire parce qu’il restait son mec, peu importe les circonstances. Même s’ils n’étaient pas supposés être ensemble, parce qu’elle pensait qu’il devait y avoir aussi des groupies dans le lot. Elle eut un faible sourire quand il l’accusa d’avoir organisé cette soirée. Un petit sourire qui s’agrandissait à mesure de la soirée qu’elle avait eu envie d’avoir avec lui. Un restaurant que tout les deux. Un truc romantique. Ah mais elle oubliait, c’était pas possible. Et dire que c’était bientôt la Saint Valentin. Même si elle trouvait ça con et totalement commercial, même étant en couple, elle se disait qu’à leur âge ils pouvaient faire un truc. Du coup maintenant, il pouvait toujours attendre pour avoir ses cadeaux. Et même un bisou. Une fille était déjà passée avant elle, il pouvait toujours courir pour qu’elle l’embrasse à moins qu’il soit allé se désinfecter. « J’ai rien fait du tout, remercie tes super potes. »

Elle se doutait que ce qu’il y avait à boire c’était génial. Sinon la moitié des gens présents ne seraient pas ivres. Mais quand il l’attira à une table, elle remarqua vraiment qu’il avait beaucoup bu. « Je bois pas d’alcool. » Elle reposa le verre qu’il lui tendait. L’alcool l’attirait, enfin elle aussi avait envie de connaître la sensation que d’être bourré mais elle n’aimait tout simplement pas l’odeur dans un premier temps et ensuite le goût. Elle avait déjà du mal à boire du coca, elle buvait un verre en presque une heure alors ce n’était pas de l’alcool qu’elle allait réussir à ingurgiter. Elle était vraiment encore une enfant. Mais elle s’était jurée que pour sa fête d’anniversaire à ses vingt ans, elle se forcerait et finirait forcément bourrée. Sinon c’était nul. Elle le regarda mangeait plein de petits-four. Au fond d’elle, elle avait de lui en prendre un mais si c’était pour commencer à manger puis se gâcher le reste de la soirée en ayant mal au ventre, ce n’était pas la peine. Oui parce que quand elle commençait à manger, c’était fur de l’arrêter. Enfin elle n’allait pas rester le reste de ma soirée à le coller ou le regarder boire et manger. Ce n’était pas sa soirée à elle mais à lui et il avait le droit de faire honneur à ses invités même si vu le nombre il ne profitera pas de tout le monde. Pour toute réponse à sa question, elle se leva et passa devant lui en lui tapotant l’épaule comme le ferait une amie. « Joyeux anniversaire mon cœur. » Sa réelle contradiction, parfois agir comme étant sa pote mais l’aimer comme une femme même si là elle avait plus un ton qui semblait vouloir dire « maintenant tu vas assumer tout seul ». Bah quoi ? Toute son agence n’était pas présente ? Ça voulait dire quelques artistes dont elle aimerait bien, euh… déjà voir en vrai, se serait pas mal. Son agence comptait des rappeurs non, et elle aimait ça. La preuve. Et elle n’eut pas à aller bien loin pour en trouver un dont elle était fan, mais au lieu de faire la fangirl, elle tenta de se maîtriser pour avoir une conversation normale. A partir du moment elle était lancée, elle ne pouvait plus retourner en arrière comme elle en avait envie. Timidité avec les hommes à la con. Et bizarrement lui aussi lui proposa un verre. Mais elle était tombée où ?

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 1 Fév - 10:36

very bad idea.
ai & amori

Un idiot ? « Euh… oui. » Ça il le confirmait et c'était une rare chose qu'il n'avait pas oublié. Normal, c'était en lui. Cette constatation le fit même pouffer d'un rire. Il avait rarement été aussi léger et joyeux de sa vie. Cela pouvait faire peine à voir… ou se révéler totalement jubilant ! « Hé dis pas que tu t'en fous. Je t'ai vu. T'es grillé. » la nargua t-il en prenant soudain un air plus sérieux, alors que ses sourcils se plissaient. « Casses-toi. C'est ce que tu as dis. » Et il était fier d'avoir assisté à ça. C'était la première fois qu'elle faisait preuve de possessivité envers lui. Bizarrement, il trouvait ça énorme ! Cette scène avait réchauffé son cœur et lui donnait plein d'étoiles dans les yeux. « Mais je te jure, je la connaissais pas la meuf ! Les autres non plus. Mais elles sont carrément cool. Tu devrais essayer de leur parler… » Ouais, bien sûr qu'elles étaient sympa. Toutes étaient aussi bourrées que lui, elles riaient stupidement à ses vannes débiles et s'accrochaient à lui comme s'il était le dernier homme sur terre… Ceci dit, c'était bien sa fête non ? Donc rien de plus légitime qu'on l'adule comme star ! Il en était une, après tout. Enfin, un morceau d'étoile plutôt. C'était se leurrer que croire que sa petite-amie avait été de la partie. En apprenant que non, sa face se décomposa littéralement, mêlé entre l'indignation qu'on ait pu la mettre de côté alors qu'elle était quand même sa seule et unique chérie. Ce n'était pas censé se savoir mais ses plus proches copains le savaient. Comment ne pas le savoir, à force de parler d'elle ? « Sérieux ? Ils déconnent là. Attends que j'en choppe un… Je vais leur démolir le portrait. » Oui bien sûr qu'il pouvait se montrer violent… dans son état. Bon il n'irait jamais leur péter la gueule à eux, mais il ne se ferait pas prier pour leur renverser des glaçons dans le caleçon par exemple, ce genre de connerie qui lui traversait l'esprit et qui promettait un grand moment de gloire ! Rien de plus théorique pour le moment. C'était un peu légitime en y pensant sereinement. Ai ne connaissait pas tous ses proches. Du moins, elle connaissait ceux qu'il fréquentait à l'université. La plupart étaient des amis qu'ils avaient en commun. Mais ce soir-là, la majorité des occupants de cette suite se révélaient être des personnalités du milieu mondain ou de la fête. Rien à voir avec le train-train d'une étudiante lambda comme Ai… Et pourtant, une fête un peu plus intime dans une salle des fêtes n'auraient pas été une mauvaise idée. Loin de là. A une heure où les gens commençaient au mieux l'apéro, eux avaient déjà débuté les festivités depuis belle lurette, et il était même clair que la plupart n'iraient jamais jusqu'au bout de la nuit…

« Juste une gorgée ? » Il insistait le fourbe, avec un petit regard suppliant. Un petit regard qui fonctionnait bien en temps normal… Mais non, elle avait raison. Il ne fallait pas jouer avec l'alcool. Elle était son ange après tout. Un ange ne commettait jamais d’impaire ! « Oublie ça. Il vaut mieux que ce soit dans mon ventre. » Se pensant bien chevaleresque en disant ses mots, Amori récupéra le verre qu'elle avait laissé pour en ingurgiter le contenu d'une malheureuse traite. La pauvre n'allait définitivement pas le reconnaître et le prendre pour un véritable pochtron ! Bon. Au moins elle saurait à l'avenir qu'il ne tenait pas l'alcool et qu'il valait mieux l'éloigner de ces bouteilles… Dépitée, la belle lui souhaita un joyeux anniversaire qui sonna comme une musique de deuil dans les mirettes du jeune rappeur. Quoi ? Il était si consternant que ça ? Arquant ses sourcils, il la regarda simplement partir lorsqu'elle s'éclipsa dans une autre direction. Ne captant pas dans l'immédiat ce qu'il se passait, il entreprit l'initiative de picorer quelques toasts afin de remplir son estomac. On aurait dit la réplique du réveillon de Noël tant il en enfourna un bonne dizaine dans sa bouche sans prendre la peine de mâcher ! Manquant presque de s'étouffer, il du prendre un autre gobelet pour l'aider à faire glisser le tout !! Voilà, maintenant que ça allait mieux il reprenait peu à peu ses esprits et pensa directement à sa petite-amie qui avait disparu du collimateur. Tournant sur lui-même, Amori ne tarda pas à la retrouver en bonne compagnie. Enfin « bonne » c'était vite dit ! Selon lui, il n'y avait pas meilleure compagnie que la sienne. La bonne excuse pour ne pas que les autres hommes posent leur grappin sur elle ! De toute façon, elle avait déjà son cœur.

L'air de rien, il s'interposa entre eux et accorda une tape amicale dans le dos de son compère qui lui échangea un regard surprit. Oui il était déjà bourré, et alors ? Il eut un sourire de travers, légèrement amusé par la situation parce qu'il était davantage du genre à se foutre des gens qui perdaient vite le nord, en temps normal. Il attendit tout simplement qu'il s'exprime. « Ca va mon pote ? ». Pour toute réponse, Amori lui ria au nez. « Ouais j'suis déchiré. Tu veux bien me rapporter un verre ? » A croire qu'il ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin. Mais tout ceci ne fut que du bluff puisqu'il attrapa la main de sa chérie lorsqu'il leur tourna le dos. « Désolé. J'ai pas trouvé mieux pour qu'il nous laisse seuls. Allons euh… par-là, on s'entendra mieux. » Puisqu'il ne s'agissait pas de sa maison, il n'avait pas la moindre idée d'où est-ce qu'il allait. Évidemment, ils interrompirent  les préliminaires de deux jeunes inconnus lorsqu'ils pénétrèrent dans une chambre. Une des nombreuses chambres. Les yeux ronds comme des billes, Amori se dépêcha de camoufler les yeux de sa petite-amie lorsqu'il préféra rebrousser chemin avant d'en voir davantage. « Ah merde. On a rien vu. On se casse ! » L'air de rien ou presque, il s'essaya à une nouvelle porte qui l'amena cette fois-ci à une chambre manifestement libre… et saine. Il y avait même une terrasse. Une belle et grande terrasse. Il ne remarqua pas que la baie vitrée menant à celle-ci était restée entrouverte puisqu'il se laissa littéralement retomber contre le lit. Mauvaise initiative, puisque le plafond tout entier était en était en train de lui tourner autour ! Il referma vivement les yeux, un bras par-dessus la tête. « Oh putain. C'est la dernière fois que je bois, juré. » Oui, c'était souvent ce que se disaient les jeunes avant de recommencer… Pour sa défense, il dirait que ses vingt-et-un an ne se fêtait une seule fois dans l'année. « C'est marrant. C'est la première fois qu'on se montre comme ça en public… et que tu me vois dans cet état. Pas trop choqué ? » Jusque là ils avaient été discrets, mais ce n'était pas comme s'il avait eu un contrôle sur la tournure des événements… Il avait un peu peur des répercutions au lendemain de cette fête. Et s'il faisait la une des journaux ? Et si son histoire avec Ai était révélée au grand jour ? Il commençait à se morfondre… Bizarrement, il sentit quelque chose se mouvoir au niveau des oreillers. En levant la tête, il comprit. Le singe.

Le singe était entré dans la chambre et déguerpissait à présent en direction de la terrasse en tête de…. se suicider ?!



electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 1 Fév - 15:08
… Ai ne savait même plus quoi répondre et restait tout simplement silencieuse avec une tête à la fois impassible et blasée. A ce rythme il allait de lui-même se jeter sur les filles si ça continuait. Bien sûr qu’elle était cool, elles étaient toutes bourrés et à moitié à poil. Elle aussi trouverait des mecs cool s’ils étaient bien foutus et torse nu, il ne fallait pas croire. C’est là où elle se demanda si elle n’était pas si jolie qui ça en fait. Même si elle ne faisait pas tant attention que ça à son apparence, elle avait toujours cru que ça lui suffisait mais visiblement il préférait les filles mieux foutues. Dans un sens ça ne l’étonnait pas, c’était un homme et elle ne lui en voulait pas pour ça mais dans son amour propre de fille, c’était un peu blessant. Le jour où elle se fera refaire les seins, se serait de sa faute mais elle ne se sentait même pas prête à passer sous le billard pour lui. Pour toute réponse, elle lui répondit aimablement : « Je parle pas à des pétasses. » Mais là, il s’agissait plutôt de la jalousie physique. Elle était moche, enfin elle se trouvait banale, elle n’y pouvait rien et puis elle avait toujours envié les autres filles, à commencer par sa meilleure amie. Les émotions d’Amori semblaient être de vraies montagnes russes mais c’était facile à suivre parce qu’il était très expressif. Elle remarqua qu’il semblait déçu qu’elle n’ait pas organisé sa fête. Ce n’était pas vraiment son genre de faire ça, du moins avec autant de personnes parce qu’elle était légèrement introvertie. « Arrêtes de faire le gros dur alors que tu dois avoir tellement bu que tu ne saurais te défendre correctement. » Elle l’imaginais très bien essayer de frapper un type mais de tomber à la renverse.

Elle l’abandonna à ses verres et à son apéritif, préférant le laisser s’amuser avec ses amis. Même si elle n’en avait pas ici, elle espérait s’en faire peut-être pour la soirée, mais certainement pas des nanas qui passent leur temps à chauffer les mecs et qui ont la moitié de son QI. Ce que ça pouvait la vénère. Ouais Amori sortait avec une intello coincée, et alors ? Au moins elle avait de vraies valeurs et ne montrait pas ses fesses à tout le monde. De toute façon si elle le faisait, Amori la défoncerait. Du coup elle alla voir un mec, se disant qu’en soirée elle pouvait aborder n’importe qui sans que cela paraisse bizarre. Elle avait un peu l’air d’une brebis égarée ici, ou d’un morceau de viande sans une cage à lions. Qui ne rêvait pas de dévergonder la fille renfermée ? Ah, s’ils savaient. Elle n’était tour simplement pas dans son monde. Alors qu’elle faisait mine de s’intéresser à ce qu’il disait, pendant qu’elle regardait toutes les filles autour d’elle. On aurait pu croire qu’elle était lesbienne. Amori débarqua, et après il la pensait jalouse. Il était largement pire qu’elle à ce niveau. Il demanda à l’autre mec de lui apporter un autre verre et elle ouvrit de grands yeux. Encore ? Elle se demandait comment la soirée allait se finir à se rythme. « Mais profite de ta soirée, roh. » Il l’entraîna ailleurs, se faufilant entre les gens défoncé. L’hôtel ne ressemblait plus vraiment à un hôtel. Elle souhaitait bonne chance à celui qui devra payer la note. Il essaya une chambre qui était déjà occupée et qui manifestement ne pouvait pas être partagée. Amori devant elle qui était trop grand et lui cachait déjà la vue, elle essaya de regarder mais il lui cacha rapidement les yeux. « Pourquoi je peux pas… » Et elle devina ce qui pouvait s’y passer. D’accord.

Enfin ils trouvèrent une chambre libre où son copain en profita pour s’allonger. Elle s’assit à côté, laissant son regard froid et pénétrant sur lui. Elle ne savait pas vraiment quoi en penser, c’était la première fois qu’elle était confrontée à une pareille situation et elle ne savait pas vraiment comment se comporter avec lui. Après tout, on disait qu’il fallait faire attention aux gens bourrés, qu’ils étaient imprévisibles. Enfin, ce ne l’avait pas empêché une fois de se battre avec Momiji alors qu’il avait bu comme un trou. Même si elle ne le savait pas à la base. « Tu recommenceras, c’est juste sur le moment que tu dis ça. Je ne sais pas quoi en penser, mais t’as le droit de t’amuser alors profite. Mais tu as un… » Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’une forme se détacha des oreillers pour sauter jusqu’au balcon ouvert. Voilà d’où venait ce petit courant d’air. Et… il y avait un singe, normal. Elle se suivit du regard. Il se penchait drôlement sur le rebord de la palissade. Non pas inquiète qu’il saute mais curieuse de savoir à quelle point il était sauvage, elle s’approcha de lui et le prit dans ses bras. Il s’accrocha à lui comme si c’était la femme de sa vie quand elle le ramena dans la chambre. Ai s’assit en tailleur sur le lit, ce qui prouvait largement son manque de retenue et de féminité parce qu’en robe, il y avait mieux. De toute façon ce n’était qu’Amori. Elle serra le singe dans ses bras alors que d’habitude elle n’aimait pas les animaux. Enfin si, mais seulement ceux qui étaient indépendants comme les chats et les oiseaux. Sinon, c’était trop galère. « C’est que le début de la soirée, tu fais quoi ici avec moi ? Ils sont venus pour toi alors vas avec tes invités, t’en fais pas pour moi. Si tu veux je bois pour me mettre à ton niveau mais s’il te plaît, sinon tes potes vont dire que tu restes collé à ta meuf… et puis le singe prendra ta place, t’inquiète. » Du moment que ce n’était pas un singe aux mains baladeuses parce que là elle le dégagerait rapidement. De toute façon les animaux ce n’était tellement pas son truc qu’elle allait rapidement le dégager. « Et puis tes potes doivent penser qu’on fait des trucs sales là alors que ça fait un moment déjà que ce n’est pas arrivé. Et ça risque pas ce soir dans ton état. » A moins qu’elle soir bourrée aussi, sinon fallait pas rêver.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 1 Fév - 17:53

very bad idea.
ai & amori

Des pétasses ? Elle n'exagérait pas un peu ou alors il était devenu complètement miro, par-dessus le marché ? Ouais pas impossible. Il portait des lentilles après tout… Mais sur le coup le rappeur prit l'insulte pour un complexe d'infériorité, ce qui le fit délicieuse rire. Ai et ses complexes à deux francs six sous… Il la fixa avec un regard doux, pour ne dire rêveur alors qu'elle lui faisait savoir qu'il était incapable de se battre dans son état, surtout de se défendre, ce qui n'était totalement pas faux. Surtout qu'il n'avait pas sincèrement envie de faire du mal à ses amis, malgré le fait qu'ils avaient merdé. Vraiment, elle commençait par bien le connaître, et cette constatation le fit sourire. « T'as raison. Et je préfère garder ces mains pour une autre raison… Si tu vois ce que je veux dire. » Évidemment. Sauf que ce n'était pas encore ce soir qu'il se passerait quelque chose. La faute à bibi ce coup-ci. Comme on dit, jamais deux sans trois… L'espoir faisait vivre !

A présent qu'il n'existait plus aucun parasite sur son chemin, Amori trouva l'occasion idéale pour s'éclipser en douce en compagnie de sa belle sans que personne ne le sache. Bon, certains mots étaient sortis tout seuls… Des « mon coeur », « mon chat » et compagnie, à s'en faire griller. Mais personne n'avait vraiment l'air de le blâmer. Surtout qu'il n'était pas du genre à appeler n'importe quelle fille comme ça. C'était une perche de lancée… mais dans son état, on ne devait probablement pas le prendre au sérieux, et c'était bien une chance ! La première chambre ne fut pas la bonne, et bien qu'il pouvait jurer sur l'honneur qu'elle avait déjà vu ce genre de chose… disons entre eux, il ne préférait pas qu'elle voit ça. Vraiment. Elle aurait été du genre à mater la scène d'un œil critique, toujours en comparaison avec sa propre personne. Qui sait, il allait sérieusement songer à lui faire mater un porno un de ces quatre. Le petit film en amoureux par excellence… Mais non ! Il appréciait en quelque sorte aussi sa naïveté et son côté petite fille. Il la trouvait tout simplement adorable. Surtout que la voir devenir plus entreprenante juste pour lui, lui donnait l'impression d'être réellement quelqu'un de spécial. Elle n'avait jamais connu un autre homme et ça il comptait le préserver, presque fier. Car lui aussi n'avait jamais connu une autre femme, et il ne voyait pas l'intérêt d'aller voir ailleurs. C'est ce qui lui laisser penser qu'il s'agissait bien d'amour. Même si un petit porno de temps à autre pouvait arriver, mais ce n'était en rien tromper ! Pas de son point de vu !

Étalé tout le long du lit, il se demanda cependant ce qu'elle avait à vouloir absolument qu'il retourne auprès des fous, surtout qu'il essayait tant bien que mal de lutter contre cette migraine qui l'assenait depuis qu'il s'était allongé ! Elle comptait déjà le torturer psychologiquement parce qu'il était bourré, ou elle ne pouvait pas attendre le lendemain qu'elle lui passe un savon. Il consentirait. Après tout, c'était un grand garçon maintenant. Il ne protestait jamais lorsqu'il se savait en tort. Par contre, il ne s'était pas attendu à ce qu'un singe se mêle de la partie ! Sur le coup il poussa un petit cri, plus de frayeur qu'autre chose. Non pas qu'il détestait les singes. Les papillons et autres insectes dégoûtants, oui. C'est juste ce petit fourbe qui l'avait surpris… Et il fut plus qu'étonné de voir sa petite-amie aller le chercher pour le prendre dans ses bras au moment où elle reprit place sur le lit. Visiblement, elle ne lâchait pas l'affaire… Ce qui lui extirpa un long soupir de ses lèvres. Le nippon appuya sur ses coudes pour se relever et la fixer d'un regard franc, presque blasé. « Yah. Je m'en fous de la soirée. Je veux juste être avec toi. Faut que je te fasse un dessin ? » Il n'avait pas voulu être trop bourrin en disant ses mots. Il le pensait juste sincèrement. Et encore, même avant ça, ce n'était pas tant l'idée de faire la fête qui l'avait incité à boire. Plutôt l'envie de penser à autre chose, voir même à rien. Mais à présent que l'alcool retombait un peu, il avait légèrement le cafard. Canaan lui manquait. Ça n'allait plus être pareil sans lui. Ce n'était déjà plus pareil… Il n'était pas le genre de mec à supporter le changement, et Ai pouvait le témoginer. Il avait beau jouer aux durs, Amori s'attachait facilement, même énormément aux gens. Encore plus lorsqu'il s'agissait de l'un de ses meilleurs potes. Alors perdre Ai… ça serait le ponpon là. Il ferait une dépression sévère. Et le pire, c'est que ce jour arriverait forcément… Il ne savait pas quand. Mais tout n'était qu'une question de temps avant que la Noriko se mette à l'action. Là, il aurait de la merde jusqu'au cou, ainsi que ses yeux pour chialer. Le pire, c'est qu'il ne pourrait rien y faire parce que cette histoire qui remontait il y a quelques années maintenant, était bien réelle. C'était aussi pour cela qu'il n'osait toujours pas aborder le sujet. Comment le pouvait-il ? Il n'avait pas assez de courage pour ça. Pas qu'il était lâche, mais simplement éperdument et désespérément amoureux. Lui avouer toute cette histoire reviendrait à la perdre plus brutalement. Et ce n'était pas dans son état actuel qu'il sortirait quelque chose de bien, verbalement parlant. Il avait déjà beaucoup progressé sur ce point en un an, pour ne pas paraître trop grossier ou insortable en sa présence. Sauf que s'il laissait libre court à son inspiration, surtout concernant toute la rancœur qu'il éprouvait envers Noriko, Ai pouvait s'attendre à entendre des fuck, des putain et des bordel de merde à toutes les sauces. Non, ce n'était pas le bon moment.

« Hé le macaque. Tu sors d'où sérieusement ? J'espère qu'on t'a pas volé à un zoo ou une connerie du genre… Je serais bien dans la merde. Enfin, on s'y fait ceci dit… » lui fit-il savoir alors qu'il tentait de lui toucher la tête en vain. Le petit singe repoussa sa main avec l'aide de ses minuscules pattes. Il avait au moins du caractère et Amori ne pouvait pas lui reprocher ses rejets. Il devait être tellement mieux dans les bras de sa chérie. Ca, il pouvait que le croire. « Ma copine est confortable ? Non parce que tu voles ma place sale profiteur. » poursuivit-il en ignorant les précédentes parole de cette dernière. Ses potes pouvaient penser ce qu'ils veulent. De toute façon aucun n'était en état de penser. Il était bien placé pour l'affirmer, même si son mal de crâne reprenait et lui étirait une douloureuse grimace. Il ne put s'empêcher de rire lorsqu'elle lui fit savoir que leur dernière galipette remontait à un petit moment déjà. «  Ca doit te manquer pour que tu me le balance de cette façon.» Simple taquinerie. Ce n'était pas l'envie qui le maquait mais plutôt une possible impuissance. L'alcool pouvait considérablement augmenter le plaisir d'une femme alors que pour un homme, c'était plutôt l'effet inverse… Ou alors l'affaire serait bouclée en deux minutes, et ce n'était pas ce qu'il comptait offrir à Ai, surtout si cette dernière attendait depuis longtemps. Un peu d'alcool ne faisait pas de mal, mais pas à son stade. Là-dessus il ne pouvait pas contredire. « Puis je te signale que c'est pas un truc sale. C'est ce qu'on appelle un jeu pour adulte. » Et il était bien content de la sortir celle-là, maintenant qu'il en était un aux yeux de la loi.



electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 2 Fév - 3:07
Bien sûr qu'elle voyait ce qu'il voulait dire mais ces mains dont il était question, il pouvait les garder au fond de ses poches tant qu'il serait bourré. C'était bien la dernière des choses qu'elle ferait avec lui dans cet état-là. Si c'était pour qu'il lui dégueule dessus, non merci. Elle préférait encore attendre plus longtemps, ce n'était pas comme si c'était la première fois. On aurait dit un vieux couple déjà, même si le temps passait vite. Mais là ce qui les prenait de court, ce n'était pas le manque d'envie, oh non, mais le manque de temps. Et puis elle devait avouer qu'à chaque fois ils mettaient un peu de côté toute sorte de romantisme; ça faisait toujours tellement longtemps qu'ils s'en foutaient des pétales de roses et tout le tralala. Déjà un vieux un couple, c'est fou. Certainement le fait qu'ils n'aient eu jamais personne avant simplifiait les choses et ça la rassurait, au moins il ne la comparerait jamais avec son ex et vice-versa. Heureusement pour lui peut-être, c'était qu'elle pouvait être très critique sur beaucoup de chose. L'esprit scientifique qui revient.

Trouver une autre chambre avait été laborieux et elle voulait bien le comprendre. Tout le monde était déchiré, comment ce genre de chose ne pouvait ne pas arriver ? Ce qu'elle comprenait mais de son point vue, elle trouvait ça un peu dégueu et... elle ne pouvait même pas décrire comment elle trouvait ça à vrai dire. Ai ne buvait jamais et elle avait toujours eu peur des personnes qui avaient trop bu. Une fois c'était arrivée à son père, et ça l'avait fait pleurer mais le souvenir était trop lointain pour qu'elle se souvienne pourquoi, et puis elle était plus jeune. Là, c'était différent avec Amori même si ça la rendait mal à l'aise que se soit le cas de beaucoup d'autres personnes et qu'en étant la seule lucide elle se sentait vraiment comme une proie faible mais tant qu'il était avec elle et qu'il ne faisait rien de gênant, elle le supporterait. Parce que sinon, se défendre toute seule, elle voulait bien jouer à street fighter, même contre une dizaine de personnes en cet état-là elle était sûre de gagner, c'était l'avantage.

Le singe avait vraiment une sale gueule, enfin aussi mignon qu'il puisse être, les singes ce n'était pas vraiment son truc. C'était même pire que les enfants qui avaient besoin d’assistance, parce qu'eux étaient collant quand ils ne faisaient pas de conneries. Elle ne s'imaginais sérieusement pas maman. Enfin si, mais fallait juste qu'elle ponde un gamin qui sache déjà parler, marcher, écrire et lire. Ce qui n'était pas vraiment possible. Alors malgré le fait qu'elle soit très libre dans ses idées et qu'elle veuille inculquer ça, elle risquerait d'être une mère strict jusqu'à ce que son enfant soit un minimum autonome. Un peu comme ses parents quoi, qui n'aimaient pas non plus les premiers stades de l'enfance. Ni celui d'en ce moment à vrai dire, puisqu'elle ne leur parlait plus. Et là, puisqu'elle n'avait pas son copain, autant se rabattre sur la sale créature même si elle était sûre qu'elle aussi avait bu. Pour se suicider en étant un animal, fallait le faire quand même. J'ai compris... maugréa-t-elle. Il devait être le mec le plus idiot du monde ou le plus amoureux pour rester là à une fête comme ça alors que sa copine le pousse à aller s'amuser. Mais elle n'était pas assez empathique pour se rendre compte que quelque chose n'allait pas tant que ça. Juste le fait de le connaître lui mis la puce à l'oreille quant au fait qu'une chose n'allait pas, mais certainement pas le fait qu'elle le ressentait. Si déjà elle ressentait ses propres émotions, c'était déjà pas mal alors celles des autres...

Lui au moins matte pas les seins des autres et se contente de ce qu'il a... mais putain dégage ta main, c'est dégueulasse. Elle ne savait pas si un singe savait vraiment ce que représentaient les parties du corps humain, mais là elle trouvait ça un peu crado et avait déjà repoussé ses mains une paire de fois. Ai tenta de le poser pour qu'il lui foute la peine, mais impossible, il s'était déjà amouraché d'elle. La voilà bien avec un mec bourré et un singe pédophile, mais si ça continuait, elle allait le jeter à l'autre bout de la pièce. Les deux d'ailleurs. Bah... Quand au fait que ça puisse lui manquer leurs câlins, oui, mais bon, pour que ça lui manque ça devait vraiment faire un moment parce que sinon, elle et tout ce qui était physique... c'était quand ça lui prenait à vrai dire et elle avait de la chance qu'il prête pas parfois attention à son cycle menstruel parce que sinon elle avait vachement ses règles. C'était que même au bout d'un an ça se passait comme ça et c'était réellement quand ça la prenait et manque de chance pour lui ou pas, elle était assez imprévisible et ça pouvait lui prendre dans des moments pas très appropriés. Comme lorsqu'ils mangeaient chez ses parents. Mais là, c'était Amori qui lui donnait pas envie, ou plutôt l'odeur d'alcool qui s'en dégageait. T'es pas très sexy, là, maintenant. Je préfère encore attendre longtemps plutôt que maintenant mais c'est surtout toi qui me manque. Elle dégagea le singe qui partit en criant, pas content. Son premier chagrin d'amour, Ai était trop dur avec lui. Mais si, pour elle c'était encore sale même si elle ne disait pas ça sur le moment, évidemment. Quand on disait que c'était encore une gamine. Alors tu joueras tout seul mon cœur parce que légalement je suis encore un enfant. C'est toi le hors-la-loi de l'histoire à sortir avec une mineure. Finalement son beau-père devait l'aimer pour ne pas l'avoir emmener en justice. Même c'est cette année qu'elle sera aussi une adulte.

Etant enfin libérée du petit monstre, elle se décala pour se poster à côté de son chéri, profitant qu'il soit allongé sur le ventre pour lui masser les épaules. Mais sinon, dis-moi la vraie raison de tout ça. Pourquoi tu t'es mis à bord autant pour ne même pas rester là-bas et continuer, en restant seul avec moi ? C'est pas logique. Bah ouais, même dans son couple elle arrivait à y mettre de la logique, et elle emmerde tout le monde.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 3 Fév - 21:10

very bad idea.
ai & amori

« Tu disais, bébé ? » railla t-il, un vil sourire sur ses lèvres. Que le singe ne matait pas les seins des autres ? Il faisait pire. Il les touchaient carrément ! Le japonais ne pouvait pas en dire autant… ou alors il était le plus stupide des deux puisqu'il n'avait pas essayé quand l'occasion s'était présentée à lui ! Après tout, des seins siliconés, il n'avait aucune idée de la sensation que cela pouvait avoir une fois en main. Il n'était peut-être pas trop tard pour retrouver la strip-teaseuse de tout à l'heure ? Mais bien que cette pensée l'effleura, il n'eut aucune envie de la revoir sincèrement. Pas puisqu'il y avait sa petite-amie qui suffisait à son bonheur. Il ne put cependant s'empêcher de plaisanter en assistant à ce pelotage de nichons. « C'est dégueulasse et injuste. Ce bâtard de singe s'il n'en était pas un, je lui aurai déjà explosé la tronche. » Et il ne plaisantait pas, même si le nippon n'avait aucune envie de se coltiner les associations contre la maltraitance animale sur le dos. Il étira un nouveau sourire, plus malicieux. C'était drôle qu'elle parle d'envie et de sexe, alors qu'elle n'était pas énormément branché sur la chose. Un peu comme 80 % des filles semble t-il. Et ce pourcentage le rassurait paradoxalement puisqu'il ne se sentait pas responsable de la chose. Non, il estimait qu'à ce niveau-là, il était plutôt pas mal. Bon, ni l'un ni l'autre n'étaient en mesure de comparer… mais là n'étant pas le but. Ils s’amélioraient tout de même à chaque fois qu'ils passaient à l'acte. Ça, il pouvait au moins l'estimer par rapport aux fois précédentes. Ai n'avait pas de complexe à avoir. Il ne s'en mettait pas lui-même, positivant sur le fait qu'ils avaient toute une vie pour apprendre, découvrir et expérimenter de nouvelles choses. En revanche, il avait eu la malchance de tomber sur la nana la plus indisposée au monde.

Au départ, il avait cru qu'elle lui mentait uniquement pour ne pas le faire. Mais elle était sérieuse… Amori restait persuadé que c'était à cause de sa pilule. Pas forcément bien dosée ou adéquate pour son organisme. Enfin, il n'en savait trop rien. Juste un minimum pour ne pas être complètement con en la matière. Mais des pilules ils en existaient tellement sur le marché, pour réguler le taux d'hormones, les boutons, les conneries de ce genre… Il était même prêt à parier que si elle gardait celle-là c'était uniquement pour ne pas avoir à prendre de poids ! Oui, une nana c'était exigeante. Même s'il avait entendu dire que certaines pilules pouvaient augmenter la taille des seins… Enfin pour Ai, c'était peut-être trop tard à son âge maintenant. Il préférait s'abstenir quant au sujet. Après tout, il l'aimait telle qu'elle était, peu importe ses défauts. Il était loin d'être parfait non plus. Surtout son haleine effectivement. Il grimaça lorsqu'elle lui fit la réflexion, mais elle ne devait pas avoir tort. Ce n'était pas comme s'il y avait besoin de baguette pour se dire les choses entre eux… Amori avait probablement déteint sur sa copine vis-à-vis de son manque de tact et de romantisme ! « Tu m'as manqué aussi mon cœur. » Et oui, c'était aussi dans les moments les plus inattendus qu'il pouvait le devenir, de sa voix naturellement grave, et suave pour l'occasion. Le singe fut expulsé à contre-coeur des bras de son amoureuse et ce dernier s'en alla en poussant un cri strident, à s'en pêter les tympans ! Pour autant, il préféra l'ignorer, bien satisfait de retrouver sa moitié rien que pour lui, malgré ce qu'elle lui balançait. Il ne le prenait pas mal. Après tout, il n'était certainement pas au meilleur de sa forme sur tous les points réunis. Un léger rire lui échappa lorsqu'elle évoqua le fait d'être mineure. « Ah ouais le must. Je suis un pédophile à partir de ce soir ! » La grosse blague alors qu'ils n'avaient qu'une année d'écart. M'enfin, les lois s'étaient bien cons quant on savait qu'hier encore, cela ne posait pas le moindre problème. Ce n'était qu'une excuse bien sûr. Ça aurait été beaucoup plus grave si sa belle était encore lycéenne, par exemple.

Se laissant retomber sur le ventre, Amori accueillit les douces mains de sa chérie avec un large sourire. Ce n'était pas un petit massage qui allait lui déplaire, au mieux le relaxer. Elle avait tout de même fini par saisir que quelque chose n'allait pas réellement. Enfin, il aurait peut-être préféré qu'elle ne le saisisse pas. Et de ce qu'elle venait de lui dire, il ne comprit qu'à moitié la chose. Bah ouais il fallait employer des mots simples dans son pauvre état. Excusez-le. « Euh.. tu peux répéter ? » Il avait deviné mais concrètement ça ne voulait rien dire ! « Bébé, je vais bien… J'ai juste pas envie d'en parler. » dit-il dans le simple but de se contredire. Il savait pertinemment que Ai n'allait pas s'en tenir à ça, curieuse comme elle était… Sauf que le silence qui s'installa ne présagea rien de bon. Pas par rapport à ce qu'il venait de dire, mais plutôt parce que l'autre macaque n'émettait plus le moindre son. En redressant la tête, Amori réalisa que le singe s'était de nouveau penché par-dessus la balustrade et qu'il s'apprêtait à commettre l'irréparable. Bordel. Il allait vraiment le faire cette fois-ci ! Et il aurait une bonne raison de le faire maintenant que Ai l'avait rejeté… Le visage du rappeur perdit littéralement de sa couleur lorsque le macaque disparut de son champs visuel. Bondissant sans prévenir, ses jambes le portèrent dans un sprint et il s'avança tout furibond jusqu'à la terrasse pour y inspecter en contre-bas. Pendant un instant il crut que son cœur allait littéralement lâcher. Plus de peur que de mal, la vilaine bête s'était échouée à la terrasse d'en dessous. Il parut bien portant puisqu'il se dirigea à l'intérieur de l'appartement voisin. A ce stade, Amori fut incapable de le voir. Ce qui l'inquiéta puisque les occupants ne s'attendraient probablement pas à voir débarquer un macaque dans leur chambre ! Derechef, il se retourna vers la nippone et lui prit la main. « Putain de merde. Il faut qu'on le retrouve ! Je sais même pas d'où il vient ce macaque… » Surtout que techniquement, dans la loi, il était aussi interdit de posséder un singe, surtout s'il avait été volé à un zoo...



electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 9 Fév - 20:33
Ai voulait bien être gentille cinq minutes, faire semblant de supporter les animaux – alors que ça transporte plein de maladies, ça perd ses poils et j’en passe – mais les singes, c’était pas possible. C’était la mutation d’un humain en un animal ou l’inverse, elle ne savait plus trop et en scientifique qu’elle était, elle devrait les apprécier pour leur intelligence. Mais non elle trouvait ça dégoûtant et utile à la rigueur et uniquement pour des expériences, pour ne pas tester sur des humains. Là elle s’était dit que finalement, c’était un animal stupide qui pouvait se laisser faire comme une peluche mais non, il avait bien l’esprit pervers et la pelotait. Elle s’était franchement retenue de le gifler mais une fois encore, ce n’était qu’un animal. Elle ne frappait pas son chat. Non d’accord, avec son frère elle faisait du curling avec le chat mais c’était une autre histoire. Elle rejeta la pauvre bête violemment avec un air de dégoût, frissonnant encore en revoyant dans sa tête la scène. « Ah oui, mais par contre tu m’invites à une soirée où y a plein de mecs bourrés qui peuvent me sauter dessus comme ça ? Je sais que je suis moche, m’enfin bon… » Même si le mot exacte qu’elle avait en tête était quelconque. Banale. Normale. Enfin c’était pas le genre de nana sur qui on se retournait mais elle faisait pas non plus beaucoup d’efforts. Elle ne serait pas tellement étonnée qu’un jour il la trompe avec une autre fille plus jolie. Non. Moins banale. Enfin elle s’appuyait sur ses dix-huit années précédentes de célibat où elle avait eu râteau sur râteau et où ses parents ne lui avaient jamais vraiment fait de compliments sur son apparence. Sincèrement, elle a mis du temps avant de réaliser que son histoire avec Amori n’était pas une grosse blague, qu’il se moquait pas d’elle. Alors si déjà comme ça elle ne se plaisait pas à elle-même, fallait s’imaginer à quel point les premières minutes de gros câlins ensemble étaient une épreuve parce qu’elle savait où ça mènerait et qu’elle se faisait déjà tout un film dans sa tête. Elle le plaignait pour les douces froides qu’elle lui avait mis, mais elle savait toujours se rattraper.

« J’aime être dans l’illégalité. Essayons juste de rester discrets pour pas donner de mauvaises idées à mon père. » Parce que ça, son daron, le joue où il va vraiment se prendre la tête avec Ai, il serait capable de dénoncer Amori aux flics pour détournement de mineurs. Et déjà qu’entre eux ça n’allait pas bien en ce moment… Ai n’avait encore rien dit de tout ça à son chéri. Elle savait qu’il allait être en colère mais elle avait encore trop gardé son esprit indépendant, se disant qu’il s’en ficherait certainement ou quelque chose comme ça. Elle n’avait pas non plus qu’il se préoccupe de ça, il avait déjà beaucoup de choses à penser avec sa carrière, elle n’avait pas envie qu’il pense à autre chose qui puisse le déconcentrer. Elle ne se doutait pas non plus qu’il ne serait peut-être pas content d’apprendre qu’elle vit chez Noriko. Et puis, plus elle réfléchissait, plus elle voyait qu’un truc n’allait pas chez lui en ce moment. Inutile de lui rajouter plus de soucis. Elle venait de trouver enfin le moment de le questionner, le mettant en situation même si son esprit pensait à autre chose durant ce massage… qui leur éviterait de parler. Mais non. Amori bourré, Ai pas toucher. Elle leva les yeux au ciel. En plus il était devenu encore plus idiot, elle n’était pas prête de s’en sortir. Elle s’apprêtait à reformuler sa question de manière plus direct mais ça dû faire tilt dans sa petite tête. Là se fut elle qui ne comprit pas et regardant l’horizon en fronçant les sourcils, elle tenta de comprendre. Soit elle était trop intelligente pour comprendre ou l’alcool l’avait rendu encore plus bête mais là une conversation entre eux était intenable. Un silence s’installa, non pas parce qu’elle réfléchissait mais parce que le singe ne disait plus rien. Ce qui l’arrangeait bien. Mais Amori non.

La bête fit une tentative de suicide, tellement malheureuse du rejet de sa nouvelle amoureuse. Amori se précipita pour voir s’il y avait beaucoup de sang et Ai, qui ne risquait pas de bouger pour l’animal soupira. « Bah voilà, ça va être ma faute maintenant. » Elle y pouvait rien si la zoophilie ce n’était pas son truc. Mais vu l’inquiétude d’Amori, il était toujours vivant. Tant mieux elle supposait, maintenant fallait le retrouver. Main dans la main ils sortirent un peu prestement de la chambre pour aller à l’étage de dessous, dans la chambre où le singe était supposément tombé. Et aussi celle où ils avaient été un peu plutôt et où il ne se passait pas des choses très catholique. Mais voilà, il fallait croire que voir son copain dans un état d’euphorie totale avait activé sa jalousie car elle décida d’oser dans la chambre, sans lui. « T’as cru que j’allais te laisser entrer dans une chambre où il y a une nana à poil ? T’as rêvé. » Et ce singe, fallait bien aller le rechercher. Elle entra et quelques minutes s’écoulèrent avant de l’entendre insulter les mères du monde entier… ouais elle pouvait être très impolie. Elle ressortie de là, mais sans le macaque et les joues rougies. « Ils m’ont proposé de participer à leur… leur… enfin voilà quoi… »

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 10:54
 

very bad idea ∆ ft hamasaki ai ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « but these stories don't mean anything when you've got no one to tell them to. » ♔ NOLAN ♡.
» Grayson • Have you any idea why a raven is like a writing desk? [Liens]
» Elena ❥ We seemed like a good idea
» When you has no idea, you has no title ~ [ PV ~ Emilia / Yelena ]
» Grayson • Have you any idea why a raven is like a writing desk?
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-