AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 pourquoi la vie? parce que le japon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 10 Fév - 0:01
pourquoi la vie? parce que le japon.

   
hashtag minsoo & danachiri - hashtag le titre super indicatif - hashtag p'tite musique qui fait peur mouahah / pour détendre un peu l'atmosphère, yaaaay -



merci
Bientôt minuit. Pas chaud, mais pas froid pour autant. Le vendredi soir, il n'y a personne dans les environs à cette heure. En même temps, un jardin la nuit, c'est pas top pour voir quelque chose. Sauf si votre objectif n'est pas vraiment de vous balader ou de prendre en photo votre famille à côté d'un bel arbre. Que vous préféreriez plutôt, comment dire... Entrer illégalement dans une minka vieille de cent ans et fermée définitivement depuis la fin de la seconde guerre mondiale, par exemple. Enfin, "définitivement"... Pas pour tout le monde. Juste pour les ignorants qui se contentent de regarder ce qu'on nous laisse voir. Et vous vous doutez bien que notre cher Minsoo n'en faisait nullement partie. Avec pour seules armes son reflex, une lampe torche, des gants, un paquet de clope et sa fameuse bouteille de jus de fraise, il s'était pointé aux alentours de onze heure pour pouvoir faire le tour du propriétaire et ainsi, tenter de repérer les endroits où il pourrait sortir, s'enfuir, se cacher, ou tout simplement prendre de jolies photos.
Une fois sûr que personne ne traînait dans le coin, il s'était pressé jusqu'à la petite entrée que "moultipass" avait bien voulu lui montrer sur le forum d'urbex où il s'était inscrit depuis maintenant plusieurs années. Passé l'entrée, c'était à présent un petit muret qu'il fallait escalader si l'on voulait arriver jusqu'à la planche explosée en son milieu pour atterrir dans la maison. Plus facilement qu'il ne l'aurait pensé, il avait finalement atteint son objectif: entrer sans être vu et sans bruits -ou en tout cas pas assez pour alerter les possibles voisins et passants. L'endroit était poussiéreux et quelque peu en désordre, pour ne pas dire complètement en bordel. Les quelques squatteurs et voleurs qui avaient pu venir avaient clairement saccagé certaines pièces et si des objets avaient été changés de place, il était clair que d'autres, avaient disparu. Il ne savait pas vraiment si les gens avec de mauvaises intentions qui venaient dans des lieux possible d'intéresser les urbexeurs aimaient leur préparer le terrain en faisant des mises en scènes lugubres, mais il espérait que cette fois-ci, il ne se retrouverait pas dans la même situation que lorsqu'il avait trouvé une peluche à qui il lui manquait un oeil et une jambe, le tout dans une marre de liquide rouge. Jésus, Allah, Bouddha... Ou n'importe qui. Pas cette fois-ci, pitié...
Frissonnant rien qu'en y repensant, le coréen s'était finalement mis en route pour découvrir, dans un premier temps, le premier étage. Selon "moultipass", le deuxième étage était, tout comme presque toutes les salles que composaient cette maison, accessibles. Et il espérait fortement que ce soit toujours le cas. En passant dans ce qui semblait être une chambre, il s'était affairé à prendre des photos de tous les meubles présents, s'autorisant par moments à tirer les tiroirs et ouvrir les portes des armoires, sans trouver réellement quelque chose d'intéressant. Le bois était abîmé, et il n'arrêtera sans doute jamais de se poser cette question: "pourquoi est-ce que le monde laisse partir en poussière ces vestiges? Ok, ça sonne super matérialiste, mais quand on voit que ce sont les premiers à s'exciter pour leur héritage patrimonial, leur histoire basée sur des vestiges matériaux... le fait que la maison n'ait pas été détruite en est la preuve, non?" sans réponse possible. L'État, peut importe lequel, n'était qu'un ramassis de paradoxes; ce n'était qu'un exemple parmi tant d'autres.

En sortant d'une chambre, Minsoo avait cru entendre des bruits de pas. S'arrêtant un instant en fixant un point invisible au sol pour se concentrer, il haussa finalement les épaules en se disant qu'il hallucinait, et que ses dernières expériences en matière d'urbex l'avaient certainement un peu rendu parano. Ne s'en formalisant pas plus, il monta enfin au premier étage après avoir été sûr qu'il avait fait toutes les pièces du bas. Montant les marches prudemment, il n'avait pas eu besoin d'être muni d'un bac+87 en architecture pour savoir que ces marches ne tiendraient plus très longtemps. En espérant qu'elles tiennent jusqu'à ce qu'il parte... D'autant plus que le sol craquait énormément ici. Du coup, s'il y avait vraiment quelqu'un dans le coin, il était grillé. Et en cet instant, sans doute pour la première fois de sa vie, Minsoo priait qu'il s'était vraiment trompé un peu plus tôt et qu'il était juste un peu fragile ce soir -c'était dur à accepter, mais c'était toujours mieux que de tomber sur un squatteur ou la police. Putain, ça lui avait jamais arrivé de paniquer comme ça.
   

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 13 Fév - 1:37
pourquoi la vie? parce que le japon.

 
minsoo & danachiri - #HELLCOME ~ #BOUH ! - Nan mais je n'adhère pas  ce choix de musique D8< Je me suis mis un truc love love love j'assume ou presque /OUT/ -



merci
Arpenter les chemins du jardin japonais était une chose qu’elle faisait presque inlassablement car la plupart des rencontres se fixait dans ce vaste parc en rupture avec l’architecture environnante de la capitale nipponne. Tokyo, qui semblait inlassablement en course avec le monde pour construire des immeubles toujours plus haut, semblant défier de jour en jour les limites de l’ambition humaine.   À toujours parcourir les mêmes sentiers, à partager les mêmes discussions mais avec différents visages, se promener en ces lieux étaient presque traverser son propre jardin. Plutôt que suivre les sentiers déjà tout tracer, elle s’était décidée d’aller au-delà de ce que ce paysage vert pouvait lui offrir, par des détours et une errance, elle finit par tomber sur cette maison cachée, abandonnée, interdite au public. La pancarte était claire et l’entrée étant condamnée, il était facile de dissuader les curieux sauf que Danashiri ne faisait pas partir de ceux qui baissaient les bras facilement. Pourtant, elle pivota sur ses talons et quitta le parc à l’heure de la fermeture.

Du moins, elle fit mine de le faire, mais changea d’avis au dernier moment.  La curiosité piquée, à fleur de peau, l’étudiante revint sur ses pas et elle fit le tour de la propriété, n’hésitant pas à escalader pour se faufiler à l’intérieur et d’une certaine façon, elle réussit. La mongole serait incapable de dire comment, ou même de retrouver son chemin, mais elle n’y pensa plus maintenant qu’elle avait réussi. Son intuition lui souffla de rester cachée, le temps de la fermeture et c’est ce qu’elle fit après s’être faufilé à l’intérieur du bâtiment. Se posant dans un coin qu’elle dépoussiéra un peu, elle s’assit et patienta, bercée pendant une bonne heure dans les bras invisibles de Morphée. C’est en sursautant qu’elle se réveilla, le clair de lune éclairait partiellement la pièce qu’elle redécouvrait sous un autre jour, beaucoup plus sinistre. Plutôt que l’effrayer, la demoiselle trouvait cela terriblement amusant et stimulant. Non préparée à une telle excusions nocturne, elle ne pouvait compter que sur la fonction lampe-torche de son smartphone pour partir à la découverte des lieux. L’obscurité ne l’avait jamais effrayé, elle y était même habituée, si bien que c’est la curiosité qui animait chacun de ses gestes. Sauf qu’au bout d’un moment, elle se rendit compte qu’elle était perdue ; elle ne trouvait plus la sortie. Elle pourrait forcer le passage, créer sa propre issue de secours, mais son bon sens la retenait. Elle qui avait l’esprit tranquille, commença à s’affoler en entendant des bruits de pas. Loin d’être superstitieuse, d’adhérer aux théories super naturelles, une angoisse commença à lui nouer l’estomac néanmoins. C’est à partir de cet instant, que cette petite aventure cessa de l’amuser, ce qui provoquait son indifférence la plus total, stimulait excessivement son imagination et elle commençait à sursauter au moindre bruit ou hallucination auditive.

Et puis finalement, elle vit cette silhouette humaine. Son sang se glaça mais elle ne se figea pas, silencieusement, se collant au mur, elle pencha légèrement la tête pour observer l’inconnu. À deux reprises, elle se pinça pour être certaine de ne pas halluciner, avant de suivre l’inconnu qui prenait la direction de l’étage supérieur. Soudainement  quelque chose frôla sa jambe, un animal ou une ombre, elle ne savait pas  mais elle poussa un cri strident, suraiguë, et  se mit à courir, enjamba les marches qui s’effondraient sous ses pas, bousculant l’étranger, d’une certaine façon elle se sauva et se sauva en l’aplatissant comme un crêpe sous son poids. Leurs pieds flottaient presque dans le vide, vide qui condamnait le retour vers l’étage inférieur. Allongé sur l’individu, elle ne tarda pas à se dégager sous la surprise pour se coller au mur.

« Enchanté »

C’est le seul mot qui lui vint à l’esprit.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 13 Fév - 21:13
pourquoi la vie? parce que le japon.

   
hashtag minsoo & danachiri - hashtag le titre super indicatif - hashtag p'tite musique qui fait peur mouahah / pour détendre un peu l'atmosphère, yaaaay (oui je garde mes magnifiques chansons, oust. ne critique po.) -



merci
Allez, encore un petit effort. Il était presque arrivé au bout des escaliers, plus que cinq ou six marches et c'était fait. Malheureusement, il semblerait que ces cinq ou six marches étaient de trop...
Un cri avait soudainement retenti, lui glaçant le sang. Et avant même qu'il ne puisse se pisser dessus tranquillement sous la peur, il avait entendu des pas effrénés se rapprocher dangereusement de lui jusqu'à ce que son corps ne tombe à la renverse sous le poids de ce quelque chose qui venait presque, de son point de vue, de se jeter sur lui. Son pauvre petit cœur battait tellement fort qu'il le sentait dans ses oreilles, et enfin, le poids disparu. Il en profita pour se dégager lui aussi à l'opposé d'où était parti ce qu'il ne tarda pas à reconnaître comme était une jeune fille.
Une... Jeune fille? Attendez une petite minute. Il était en plein flippe à cause de ce grain de riz, là? ... C'est une grosse blague? On se foutait de sa gueule? C'est bon, arrêtez et sortez vos foutues caméras... Minsoo n'aimait absolument pas ce genre de délire. Mais à en juger par l'air à moitié effrayé de la fille, peut-être que finalement, ce n'était pas une stupide blague... Reprenant petit à petit ses esprits et ayant réussi à enfin calmer son coeur, il ferma un instant les yeux en se passant une main dans les cheveux, tentant vaguement de ne pas avoir l'air trop déstabilisé. Il remerciait d'ailleurs le ciel qu'il fasse assez sombre pour qu'elle ne remarque pas son visage pâle comme un cul et déformé par le coup de stress qu'il venait de se manger.

« Enchantée » Enchantée, mon cul ouais. Minsoo fronça les sourcils en la fixant sans rien dire pendant plusieurs secondes, visiblement en train de juger cette pauvre gosse. « T'es qui? C'est toi qui viens d'hurler comme une pucelle? » Bon, fallait l'avouer, il était plutôt soulagé que ce n'était que ça. Se relevant finalement pour se dépoussiérer en baragouinant dans sa barbe et après avoir regardé si son appareil photo était toujours en vie, il remarqua enfin. Les escaliers! S'approchant précipitamment de ce qui fut il y a encore quelques minutes des marches, il manqua de se taper la tête contre le mur le plus proche sous son désespoir qui montait bizarrement comme une flèche. Il était dans de beaux draps, tiens. Quand il disait que le Japon et ses habitants avaient un effet négatif sur lui, c'était franchement pas pour rire. Il espérait sincèrement que sa poisse partirait vite, sinon il pouvait dire adieu à l'urbex. Et il ne voulait absolument pas ; c'était son plaisir à lui et ce n'était pas un petit pays qui allait l'effrayer et l'empêcher de faire sa vie... N'est-ce pas?

Soupirant à s'en fendre l'âme, il attrapa sa lampe qui avait roulé un peu plus loin de là où il était tombé et regarda dans les parages. Ils étaient au milieu d'un assez long couloir où une dizaine de portes donnaient certainement sur d'autres chambres ou salles de bain, mais pas signe d'un autre escalier. Fallait bien continuer, maintenant qu'il était bloqué ici... Il fallait qu'il trouve un moyen de sortir. Prenant la peine de se tourner vers la gosse, il tenta tout de même d'être un minimum attentionné. « Tu t'es fait mal? Pars chercher un moyen de rentrer chez toi, c'est pas un endroit où une fille devrait être toute seule. »
Sans vraiment attendre une réponse, le coréen continua son chemin en marchant plus ou moins lentement. Il ne pouvait pas se permettre de glander trop longtemps, il était déjà assez tard comme ça...
   

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 15 Fév - 12:29
pourquoi la vie? parce que le japon.

 
minsoo & danachiri - #HELLCOME ~ #BOUH ! - C'pas ma faute si j'ai l'impression de me faire électrocuter quand j'écoute ! Pour la peine, c'te fois, pas de musiiiique (enfin, si la télé... /meurs/) -



merci

Oh putain, un vivant ! Ne peut-elle s’empêcher de penser, comme si à l’extérieur, le monde était chaotique et en proie à une catastrophe naturelle à l’échelle mondiale et qu’elle luttait pour sa survie, seule, depuis un moment. Entre la chose qui lui avait frôlé la jambe alors qu’elle montait les marches et l’angoisse soudaine que la personne qu’elle suivait était peut-être elle-aussi un fantôme, elle détenait désormais la confirmation qu’il n’en était rien, lui existait tandis que la chose, elle n’en savait foutrement rien. D’une certaine façon, Danashiri se sentit soulager mais d’une telle puissance, qu’elle retrouva rapidement ses sens et son sourire taquin qui avait tantôt disparu quand elle avait réalisé qu’elle était plus que perdue dans ce bâtiment abandonné et condamné. Du moins, pas aussi abandonné que cela, puisqu’il se faisait visiter clandestinement. À plusieurs reprises, sa main vient se loger derrière son oreille, elle reprenait son souffle doucement tout en dévisageant le visage face à elle, qui se détachait légèrement de l’obscurité ambiante mais pas suffisamment pour qu’elle puisse observer avec exactitude ses traits facials. « T'es qui? C'est toi qui viens d'hurler comme une pucelle? » Sa remarque lui arrache un sourire amusé, en y repensant, son cri supersonique n’avait rien d’élégant ou de gracieux, bien au contraire, il était pire que ridicule. Encore heureux que le ridicule ne tue pas. « Une pucelle qui vient d’hurler  » Sa voix est presque taquine, elle assumait sa faiblesse bien qu’elle s’en serait volontiers passé. En le voyant se relever, elle l’imita sans pour autant quitter du regard l’inconnu. Méfiante, même si la présence de ce dernier en ces lieux lugubres la rassurait, pour autant elle restait sur ses gardes. Si elle n’était qu’une simple citoyenne et étudiante nippone qui avait fait preuve de curiosité, elle ne savait pas si elle pouvait transposer sa situation au sien. La prudence s’imposait, surtout qu’elle n’avait pas vraiment d’échappatoire si cela tournait mal, surtout qu’en voyant l’attitude de l’étranger, elle réalisait qu’elle venait de condamner l’accès vers l’étage inférieur et par extension, le rez-de chaussée.  

Toujours collée à son mur et en alerte, elle scrutait le moindre de ses mouvements car son nouveau partenaire de circonstance était un comique dans son genre. Bien que non bavard, il restait bavard au travers de ses actions. Quand il la dépasse, elle lui suit sans le réaliser et s’arrête aussitôt qu’il se retourne. « Tu t'es fait mal? Pars chercher un moyen de rentrer chez toi, c'est pas un endroit où une fille devrait être toute seule. » Si jusque-là, elle était tiraillée entre l’idée de lui faire confiance ou non, elle foula rapidement la distance qui les séparait pour marcher à ses côtés. Après tout, le couloir était assez large pour être partagé à deux, sans qu’elle se colle à lui. « Ce n’est pas un endroit où un garçon devrait être seul » rétorque-t-elle en reprenant sa phrase, elle n’aimait pas vraiment la façon dont il la prenait de haut non pas par arrogance mais juste parce qu’elle était plus jeune et puis, ajouté à cela, elle estimait que les filles avaient autant de droit que les mecs, alors les remarques du genre ne lui plaisaient pas particulièrement. « Plus de peur que de mal, je partirais bien si je connaissais la sortie » murmure-t-elle en époussetant ses vêtements  avant de se frotter les mains comme pour dégager la saleté, mais en vain. « Que fais-tu ici ? », elle ne peut s’empêcher de ralentir légèrement de peur d’entendre une réponse qui ne lui plaisait pas et d’être contrainte de faire demi-tour, sauter dans le trou qui sait pour lui échapper. Ralentissant davantage le pas, elle planta son index dans le dos du jeune homme. « Il me semble que c’est interdit au public, serais-tu là pour faire les tiroirs ? »

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 16 Fév - 21:19
pourquoi la vie? parce que le japon.

   
hashtag minsoo & danachiri - hashtag le titre super indicatif - hmmm sorry gurl but i'm not sorry! huhu -



merci
Il ne s'était pas spécialement attendu à ce qu'elle s'en aille sans parler ; ils venaient quand même de se rencontrer dans un lieu abandonné et normalement fermé, en pleine nuit, et pas des façons les plus douces. Mais il ne s'était pas spécialement attendu à ce qu'elle le suive et retourne ses paroles contre les siennes. Haussant un léger sourire, il lui semblait logique de répliquer. « Oui, enfin le viol d'hommes c'est moins répandu que celui de femmes. Donc t'aurais beau être ultra douée en kung-fu, y a plus de chances que je t'attaque que l'inverse, non? M'enfin ça veut pas dire que j'vais te faire j'sais pas quoi...  » Avait-il fini par murmurer dans sa barbe. Il était passé de mec cool mais louche à mec louche et violeur potentiel en trois secondes. Super. Bah, au moins elle partira plus vite comme ça, il n'avait pas particulièrement besoin de rester près d'elle plus longtemps et il ne la reverra sans doute jamais, donc il se fichait bien de ce qu'elle pouvait penser de lui.
« Que fais-tu ici ? », avait-elle demandé. Et voilà, la question qui fâche. Devait-il répondre sincèrement? Ou l'ignorer? Ou encore mentir pour être tranquille? « Et toi, tu fais quoi ici? Tes parents t'ont contrariée donc tu t'es enfuie pour montrer que t'es une grosse rebelle? » Un léger rictus s'était vaguement dessiné sur son visage, l'air moqueur. Il ne la prenait pas forcément de haut mais, ça avait toujours été plus fort que lui de titiller les nerfs des gens. Mais étrangement, lorsqu'elle s'était arrêtée, il s'était aussi stoppé. Se retournant vers la demoiselle en se massant légèrement le dos là où elle avait appuyé nettement dérangé par ce contact, il plongea son regard dans le sien. « T'as peur? »
Il ne resta pas bien longtemps à la fixer puisque de toute façon il ne voyait pas tellement bien dans l'obscurité son regard, et puis il fallait vraiment qu'il finisse toutes les salles avant deux heures du matin. Il lui restait un petit peu plus d'une heure. Il reprit donc son chemin et entra dans la première pièce qui s'offrait à lui à sa droite. « Ne me dérange pas, tu veux? Je travaille. »

Jetant un petit coup d'oeil à l'aide de sa lumière, il ne lui fallut pas longtemps pour qu'il comprenne qu'il s'agissait d'une chambre pour femme. Une vieille coiffeuse ainsi qu'un futon et une énorme armoire étaient là, le tout rempli de poussières. Le miroir de la coiffeuse était cassé et il lui manquait un tiroir, mais on pouvait aisément distinguer les quelques petites fleurs et papillons qui décoraient le bois à certains endroits. S'approchant lentement, il ralluma son appareil photo et pris quelques clichés, à nouveau dans sa bulle. Il ne faisait même plus attention à ce que faisait sa nouvelle rencontre. Ici et en cet instant précis, Minsoo agissait simplement comme s'il se trouvait dans un musée japonais avec des reproductions des habitats du passé, à prendre des photos et observer avec admiration ces objets remplis d'histoires dont il ne pouvait qu'imaginer quelques bribes. Certes, tout était endommagé et à ce décors se rajoutait les bouteilles de bière laissées là par les squatteurs et les tags stupides sur certains murs, et le coréen était presque sûr que l’armoire avait eu jadis un décors incrusté de nacre qui n'était malheureusement plus là aujourd'hui. C'était vraiment navrant, mais il resta silencieux et se contenta de prendre des photos avant de passer à la pièce suivante. [/list]
   

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 21 Fév - 0:40
pourquoi la vie? parce que le japon.


minsoo & danachiri - #HELLCOME ~ #BOUH ! - BON. C'te fois, je plussoie ce choix de musique ♥ je ne connaissais pas !  Hop, je partage ~ -



merci

L’âme errante marquait un point, ce qui arracha un sourire amusé à la mongole qui ne put s’empêcher de pouffer de rire. Certes le viol d’homme était moins rependu que celui des femmes, mais il était existant et puis, si ces derniers ne se l’ouvraient pas vraiment, c’était qu’il avait une sacré fierté à conserver. Se faire violer par une femme, et puis quoi encore ? La société qui avait longtemps cantonné la femme à un rôle de dominer, voyait les mœurs changer et ses femmes autrefois impuissantes ne manquaient plus à s’affirmer et se revendiquer. Les rôles s’inversaient, la victime devenait le procureur, le bourreau. « Il n’y a pas besoin d’être un expert en kung-fu pour savoir qu’il faut faire sonner certaines cloches pour mettre un homme à terre, monsieur le violeur » dit-elle tranquillement, le mettant dans ce panier avec ses prédateurs rien que pour l’ennuyer. Elle n’avait pas son nom et il s’était présenté quasiment comme tel, alors pourquoi pas ?  Le simple fait qu’il puisse émettre cette hypothèse avait deux logiques pour la demoiselle, soit il lui donnait un avertissement, soit il lui offrait un conseil. Sans avoir vraiment réfléchi, elle décidait de suivre son instinct, monsieur le violeur était un homme bon mais avec un humour qui laissait encore à désirer.

Prudente certes, mais sa curiosité était bien piquée et ce, depuis qu’elle l’avait rencontré. Sincèrement, elle avait l’impression de ne pas avoir parlé à un vivant depuis longtemps, alors que cela ne faisait que quelque heure qu’elle avait décidé de planter son pseudo rendez-vous. « Et toi, tu fais quoi ici? Tes parents t'ont contrariée donc tu t'es enfuie pour montrer que t'es une grosse rebelle? » De nouveau, un rire traversa le seuil de ses lèvres. Rire qu’elle étouffa bien vite, n’en gardant qu’un léger rictus amusé. « C’pas trop mon truc à vrai dire, t’as plutôt l’air de t’y connaître dis-moi. T’es toujours en crise de rébellion ? » Danashiri n’avait aucune idée de l’âge qu’avait son interlocuteur, juste qu’il devait être de la même année voire un peu plus, mais certainement pas un p’tit vieux du coin.  « T'as peur ?  » Dans cette obscurité ambiante, elle le dévisage sans réellement pouvoir observer quoique ce soit.  Cela faisait bien longtemps que la peur ne faisait plus réellement partie de son vocabulaire, que cette sensation n’était provoquée que lorsqu’elle s’exposait par elle-même à un danger. Elle avait des peurs, mais présentement, aucune. « Tu me donnerais la main, si c’est le cas ? »  Question rhétorique, elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui réponde. Elle souffle sur le bout de son index avant de le ranger sagement, ne se contentant plus que de ce suivre le mystérieux violeur, en plein travail.

De son point de vue, la brune cherchait à comprendre ce que fabriquait l’homme qui s’agitait devant elle. Si au départ, elle le trouvait bizarre, elle commença à faire un lien entre ce qu’il semblait chercher de son faisceau lumineux projeté par sa lampe, suivit des photos qu’il prenait. Il était simplement en train de faire le touriste, d’admirer ces objets d’antan qui avaient été oublié et qu’il immortalisant. Plutôt que d’apprécier ces objets sous leur plus belle angle, il semblait aimer laisser intacte l’épaisseur de poussière et les toiles. Dans sa manière de faire, il y avait quelque chose de fascinant, voire même d’intriguant. Il semblait presque pointer du doigt, cette bêtise de l’homme à oublier le passer et ne regarder que vers l’avenir. Quelque chose du genre, à trop réfléchir, elle en avait mal à la tête. « Tu fais quoi exactement ?  » Elle s’adosse contre la porte mais manquant de basculer, elle sursaute et fait tomber un objet sans pour autant le casser. « Oups » fit-elle en portant contre ses lèvres, sa main.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 24 Fév - 22:59
pourquoi la vie? parce que le japon.

   
hashtag minsoo & danachiri - hashtag le titre super indicatif - aaaah halsey grjzzo ♥je l'aime trop! // proutiprouta! huhu -



merci
« Il n’y a pas besoin d’être un expert en kung-fu pour savoir qu’il faut faire sonner certaines cloches pour mettre un homme à terre, monsieur le violeur » Bon, là, elle marquait un point. Et presque automatiquement, il porta une main au niveau de ses parties intimes en plissant les yeux. Qu'elle n'essaie même pas. De toute façon, il ne comptait réellement rien faire donc il était sauvé... N'est-ce pas?
Un rire jaune le pris soudainement. « C’pas trop mon truc à vrai dire, t’as plutôt l’air de t’y connaître dis-moi. T’es toujours en crise de rébellion ? » Il ne savait pas trop quoi répondre à ça. Elle se foutait bien de sa gueule, enfin en tout cas elle avait du répondant. C'était à la fois plaisant et rageant.. Mais il ne se laisserait pas avoir. « Évidemment que j'm'y connais, des filles comme toi j'en vois tous les jours. Tu sais, c'est une phase normale à l'adolescence de nier tout en bloc. Si ça peut t'apaiser, je peux écouter tes malheurs de boutonneuse. T'as pas pu aller au dernier concert de Justin Bieber à Tokyo, c'est ça? » Il exagérait un peu, mais c'était vraiment un peu. Il ne faisait que s'inspirer de ce qu'il avait déjà entendu de la part de ses élèves en cours, pendant les pauses. Entre celles qui pleuraient leur pauvre JB, et celles qui s'extasiaient sur la nouvelle boutique de fringues kawaii qui venait d'ouvrir à Shibuya, il avait fait le tour. Toujours est-il qu'il haussa un sourcil à sa demande. Il n'aimait pas qu'on lui réponde par une question. « Bien sûr, oui... Même si j'avais autant de mains que Kannon, je ne t'en donnerai pas une. Pfeh. » Peut-être qu'il évoquait des choses inconnues pour la demoiselle, mais bon.. Tout le monde connaît la Kannon aux mille mains, n'est-ce pas? Sinon, honte à elle.

La pièce d'en face se trouvant du côté du clair de lune, il était un peu plus simple de voir ce qu'il y avait sans avoir à utiliser la lampe torche. Ici, il n'y avait plus rien, et cette constatation le fit soupirer et baragouinner dans sa barbe. Pas besoin de rester ici plus longtemps. « Tu fais quoi exactement ? » Remarquant finalement sa présence, il releva la tête. « De l'exploration. » Et c'est tout. Pas de précisions, pas de développement, rien. Elle devra faire avec pour l'instant.. Il ne comptait pas lui raconter sa vie non plus, surtout qu'il n'était pas sûr encore de son identité: peut-être qu'elle avait une tendance pyromane? Il ne voulait pas entendre parler d'incendis de batiments abandonnés, oh.
A peine entré dans la pièce suivante qu'il avait entendu un bruit sourd provenir du couloir. Ressortant en vitesse, il pointa sa lumière vers elle en fronçant les sourcils. « Oups » « Yah yah yah, tu crois que c'est pas assez en bordel comme ça, huh? Fais gaffe ou tu te fous... J'ai pas envie qu'on nous remarque à faire tout ce bordel! »
   

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 7 Mar - 22:51
pourquoi la vie? parce que le japon.


minsoo & danachiri - #HELLCOME ~ #BOUH ! - Ha nan. Ma Ashley è.é ! Je ne connaissais pas Ven du tout.. sympa la zik ! Désolée pour le retard.... pour la peine, pas de musique D8 *s'auto-punie* /meurs. ~ -



merci
Des filles comme toi j’en vois tous les jours, l’étudiante fronça les sourcils, piquée par cette phrase mais plus il continuait et plus elle leva les yeux au plafond. Décidemment, elle avait le chic de tomber sur un violeur en série qui en plus de la traiter comme une môme, la rangeait dans la même boîte que les groupies du blondinet qui avait tronqué sa frange pour une coupe d’algue. « Comment tu sais ? Depuis la VVIP Room, et puis la soirée s’est terminée à l’hôtel… » Délibérément, elle ne termina pas sa phrase, laissant le jeune homme imaginer le reste de l’histoire montée de toute pièce. Même si les chances pour qu’elle se dégotte un pass étaient plus que probable, après tout l’argent ne fait-il pas tout ? Et l’argent n’était pas une chose qui manquait dans sa famille, bien au contraire il coulait à flot. Néanmoins, elle se garda de faire tout commentaire sur la manière dont il l’avait surnommé, boutonneuse, il la prenait vraiment pour une adolescente. Entre un adolescent en crise avec une passion criminelle et une adolescente en chaleur devant un blond, ils formaient un drôle de tandem.

Si lui décelait la beauté dans ses moindres recoins, la demoiselle balaya la pièce du regard rapidement pour savoir que celle-ci ne l’intéressait plus ; elle n’y voyait pas grand-chose dans la pénombre. Certes, son regard s’attarda sur quelques objets ou les couches épaisses de poussière, mais sa curiosité était davantage piquée par le comportement étrange qu’avait monsieur le violeur. « De l'exploration. » Fronçant les sourcils, Danashiri observa plus attentivement l’homme et son travail minutieux. Hormis prendre des photos et observer les objets sans les bouger, il ne faisait rien de glorieux. « Et Dora c’est ta petite amie ? » Le commentaire fusa sans qu’elle le réalise, elle s’était presque habituée à lui répondre de la sorte puisque lui aussi en faisait presque de même. Et puis, pour une réponse, elle trouvait cela plutôt coût. Se prenait-il pour indiana Jones ? S’il était cet aventurier, elle se portait volontaire pour assumer le rôle de la chasseuse de relique alors, jouée par miss Jolie. Sauf qu’elle fit une petite gaffe et elle se raidit immédiatement, comme une enfant prise la main sur le fait et qui ne pouvait dénier les faits. « Yah yah yah, tu crois que c'est pas assez en bordel comme ça, huh? Fais gaffe ou tu te fous... J'ai pas envie qu'on nous remarque à faire tout ce bordel ! » Elle lève le bras pour bloquer le faisceau lumineux pointé en sa direction qui l’éblouissait et l’agressait. Putain d’obscurité, elle s’y était habituée que maintenant, la lumière l’irritait. « Hurh, baisse ça » marmonna-t-elle de mauvaise foi, tournant légèrement la tête et fronçant des sourcils, subitement agressée et éblouie par le faisceau lumineux pointé en sa direction. « J’crois surtout qu’avant que les flics nous tombent dessus, ce sera le plafond… » Elle fait un pas sur le côté, un pas prudent histoire de ne pas buter sur un autre malheureux objet ou plonger son pied dans un trou béant sur le plancher. « Ça consiste en quoi précisément ton activité ? Prendre des photos et pour quoi faire ensuite ? »

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 23:17
 

pourquoi la vie? parce que le japon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ashley Hoshi. Parce que le Japon et l'Ecosse sont devenus ma vie. {By Ange}
» [Théorie] Canarticho et son poireau
» Pourquoi moi ? Mais parce que je suis le héros de cette histoire, voyons !
» 'ZOLA' Je pleurais parce-que je n'avais pas de chaussure, puis je vis un homme qui n'avait pas de pieds.
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-