AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 toute première rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 18 Fév - 22:14

Nuvoloni Masaomi ft. Sakaguchi Kentaro | Jang Ae Ri ft. Oh Ha Young First meeting, at work Tenue ✟ Aujourd’hui le jeune universitaire avait un shooting. En plein mois de février, dans le froid. Masaomi ne déteste pas particulièrement l'hiver, disons juste qu’il aurait préféré attendre que le printemps n’arrive avant de pouvoir sortir en bermuda et chemise d'été pour remplir les pages d’un magasine de mode pour ado.

C’était la première fois qu’il venait à Akihabara. La ville était remplie de magasins de jeux vidéos, de mangas et d’anime en tout genre. Sans oublier les Maid Cafe. Pendant qu’il suivait son manager, il regardait autour de lui, le regard curieux. Ses yeux se baladaient sans s’arrêter sur un point précis. Que ce soit les jolies filles en robes à volants qui distribuaient des flyers ou les grandes affiches aux couleurs psychédéliques qui faisaient la promo de la sorti d’un nouveau gadget.

« Voilà, c’est ici que se déroulera la séance ! » lui fit son manager. Ils étaient arrivés dans une sorte de grande place où s’amassaient plusieurs passants autour des grillages qui délimitaient leur lieu de travail. Certains curieux avaient même sortis leurs téléphones et prenaient en photo le jeune homme, ils pensaient surement qu’il était une célébrité ou quelque chose du genre. Le vieil homme lui dit d'attendre le temps que sa collègue n'arrive.

Masaomi s’avança vers un siège et s’y assoit en poussant un soupir de soulagement. Il avait entendu dire que le Japon était un pays hors norme, mais pas à ce point ! Akihabara lui semblait un monde à part ; tellement colorée, bruyante et vivante. Rien à voire avec la sobriété de Vérone où les rues désertes à une certaine heure de la nuit devenaient inquiétantes. Une femme lui apporta une bouteille d’eau, il la remercia.

Tout en buvant il se demanda où était sa partenaire. Généralement il se faisait prendre en photo tout seul, c’était la première fois qu’il allait avoir quelqu’un avec qui poser. De toute façon, je m’en fous. C’est juste pour une séance, se dit-il en refermant la bouteille. Cependant au fond de lui il était curieux de la connaître. Etait-elle japonaise ? Etrangère ? Professionnelle, ou débutante comme lui ? Il ne savait rien d’elle, juste qu’elle sera là aujourd’hui. En même temps il n’avait rien demandé à son propos. Pour lui ce ne sera qu’un autre visage en plus à ajouter à un souvenir qui s’effacera tôt ou tard.

Il s’enfonça un peu plus sur sa chaise et se mit à fixer le ciel avec un regard vide. Il commençait à regretter d’être venu en avance avec ce froid de canard. Heureusement qu’il est habitué aux hivers glacés du nord de l’Italie.
© 2981 12289 0

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 24 Fév - 15:43
tenue ♣ Les rues de Tokyo étaient bondées. En ce début d’après-midi les bouchons ne diminuaient pas et bien que la plupart des travailleurs furent déjà à leur bureaux, les routes noircis par les voitures les unes derrière les autres traduisaient que bons nombres d’habitants restaient sur les routes. Jang Ae Ri ne faisait pas l’exception, tranquillement assise dans son van de luxe, un miroir en main, la nouvelle étudiante de la Royale ne cessait d’admirer son minois tout en contrôlant d’un œil de temps à autre comment évoluait l’état des embouteillages sur la chaussée, à travers les vitres teintées. « Une star se fait attendre » c’est ce qu’elle pensait. Enfin, elle n’en était pas tellement une star, elle, néanmoins, rester bloquée et retardée par un tel encombrement ne l’affolait pas pour autant. Après tout, ils l’attendraient. Ils avaient à l’attendre, et se faire désirer lui faisait le plus grand plaisir, la plus grande excitation.  D’un calme olympien au contraire de son manager qui commençait à lancer des jurons aux autres usagers de la route, la jeune femme esquissa un sourire, ajoutant une fine couche de mascara sur ses cils. La route se débloqua magiquement quelques minutes plus tard, le van repartit d’un pas lent, arrivant presque sur les lieux de rendez-vous. Aujourd’hui, la lycéenne  se rendait à un shooting photo, pour un magazine de mode jeune public, une occasion de montrer son visage, histoire de se faire connaître d’avantage. Pour la petite vérité, le magazine cherchait un nom bien plus connu pour faire sa couverture, mais comme d’habitude, l’argent avait joué un énorme rôle pour permettre à Aeri d’obtenir le contrat, tout comme il permettait beaucoup dans sa carrière débutante. Parce que son rêve, c’était le cinéma, jouer un autre quelqu’un, et surtout l’occasion de se montrer devant une caméra, se pavaner c’était en quelques sortes la vocation que s’était trouvé la jeune femme, l’esprit pleins d’ambitions, la tête pleine de rêves.
    La voiture se stoppa dans une grande place, au centre du quartier de Chiyoda où la séance se déroulait, non loin des énormes boutiques d’électroniques d’Akihabara. La jeune Coréenne n’y avait jamais mis les pieds, mais peu importe, tant qu’il y avait quelqu’un pour la déposer et la ramener. Le principale était que tout ce déroule parfaitement, et surtout, (surtout !) qu’elle soit mise en valeur sur les photographies. Non, Aeri n’était pas une mauvaise personne, néanmoins, son énorme orgueil la faisait souvent paraître pour une personne du moins… loin de l’ordinaire.

Elle n’était pas seule pour poser, elle était accompagnée d’un jeune homme, dont elle ne connaissait pas l’identité. La savoir en duo pour ce projet l’irritée légèrement, mais elle s’en contenterait, n’ayant après tout pas tellement le choix.  Et bien rapidement, elle l’aperçue, alors même qu’elle descendait de son véhicule, portant au loin son regard pour l’observer d’avantage. « Au moins il est plutôt beau, c’est cool, on rendra bien ensemble. » soufflait-elle à son manager, s’avançant à pas décidés vers son futur collège de travail. L’atteignant, c’est d’un ton enthousiaste qu’elle s’élança : « Bonjour ! Je suis Jang Ae Ri, j’imagine que tu es l’autre mannequin, travaillons bien ensemble ! » Lui tendant la main pour qu’il la serre, elle esquissa un sourire confiant. Après tout, il fallait débuté en beauté et gentiment.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 25 Fév - 7:21
Tenue ✟ Masaomi remarqua un van aux vitres teintées se garé sur la grande place. Il en déduit que sa camarade était enfin arrivée, en retard. Elle devait être quelqu’un d’important pour se permettre de faire perdre du temps au staff. Il s’irrita, il avait attendu tout ce temps dans le froid pour une fille qui se la pète en voiture de luxe. Il plissa les yeux qui s’étaient asséchés à cause du froid et vit une fille en sortir. Elle se tourna vers lui, le regarda un moment et dit quelque chose à un homme qui devait être son manager. Elle se dirigea ensuite d’un pas déterminé vers l’italien, tout sourire, se présenta et lui tendit la main.

Il leva un sourcil et dévisagea la jeune fille le temps d’un instant, il n’avait jamais entendu parler d’elle. Pourtant, son métier le voulant, il connaissait la plus part des personnalités de ce domaine. Il se leva de sa chaise, lui sourit et s'inclina poliment sans faire attention à la main qui était tendue à son encontre : « Enchanté, Nuvoloni Masaomi. » Elle n’était pas japonaise, ce qui expliquait le fait qu'elle soit aussi bruyante. Au moins elle semblait savoir ce qu’elle faisait même si venir en retard était plutôt irrespectueux envers lui et les membres de l’équipe. J’imagine qu’il y avait de l’embouteillage.

Il entendit une voix les appeler et leur dire que le shooting débutera dans dix minutes. Il soupira. Il devait encore attendre après tout ce temps ? Il jeta un coup d’œil vers la jeune fille. N’avait-elle pas froid ? Il prit la veste que lui avait donnée son manager avant de venir et la lui mit sur les épaules. Comme ça, elle ne va pas me casser les oreilles parce qu’elle a froid. Bien qu’il ne se sentait pas particulièrement concerné par elles, il avait l’habitude de bien traité la gente féminine. Certes, à sa façon, mais c’était toujours des petits gestes qui étaient les bienvenus, peu importait les circonstances. Sa famille l’avait éduqué à la baguette à cause de leur réputation et de leur titre de noblesse. Il en avait l’habitude bien que ce ne fut pas dans son caractère. Offrir un mouchoir à une jeune fille en détresse, poser une veste sur les épaules d’une femme qui n’était pas en tenue adéquat pour la température qu’il faisait ou encore tenir la porte pour celles qui étaient derrière lui avant de rentrer dans un bâtiment.

Il se rassit sur sa chaise en baillant. Il sentait ses mains qui s’engourdissait et ses joues brûler. Il ne voulait qu’une chose, rentrer vite fait aux dortoirs de l’université et se prendre une douche bien chaude. Il ferma les yeux. Cette journée sera plus longue que prévue.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 2:22
tenue ♣ Il arqua un sourcil. Qu’est-ce qu’il a ? pensait Ae Ri, se sentant jugée et examinée. Son sourire disparaissait petit à petit jusqu’à ce que le jeune homme se leva pour lui rendre les formalités. Alors rassurée, ses pommettes se levèrent de nouveau, laissant apparaître un nouveau joli sourire. Nuvolini ne paraissait pas très japonais non ? La coréenne n’y connaissait pas grand-chose, elle n’avait même pas résidé un an au pays du soleil levant et son retour était tout frais. Peu importe, après tout elle n’était pas du genre à demander des informations sur les autres, se préoccupant bien trop de sa petite personne. Un vent froid traversait la ville, affirmant le mois hivernal de février. Le mannequin offra sa veste à AeRi, déposant le vêtement sur les épaules de la jeune femme, qui esquissa un sourire au geste et le remerciant rapidement.

Dans 10min, la séance commencerait. En attendant, une équipe s’occupa d’Ae Ri, la prenant à part pour quelques retouches maquillages et coiffures mais également pour changer de vêtements. Ainsi on la guida pour troquer sa robe blanche et son pull contre les collections de la marque qui serait représentée au travers de ces clichés. La jeune femme dû ainsi se changer dans des petites cabines préfabriqués pour l’occasion (la séance se déroulant à l’extérieur, il n’y avait pas d’autres choix). Peu rassurée mais assez obligée, elle s’élança à l’intérieur, râlant franchement du froid et de l’inconfortable endroit bien trop étroit pour se changer. « Aish, on peut à peine respirer là-dedans » Soufflai-elle entre un enfilement de pull. Après tout pour une enfant ayant grandit dans le luxe total, une mini cabine tremblante comme une feuille par le vent semblait être la descente au plus bas de l’échelle et la pire des aventures. Malgré cela, la coréenne sortit indemne, portant parfaitement sur elle les tons hivernaux d’une jupe patineuse rose et d’un pull blanc en cachemire. Avec des proportions comme les siennes, elle peut tout se permettre, parce qu’après tout elle est la plus belle, la plus élégante, celle qui renvoie le mieux une image mignonne et charmante. C’est du moins ce qu’elle pense quotidiennement, et ce dont elle est consciente à 100%. Là est la raison pour laquelle AeRi n’aurait aucun mal à poser devant l’objectif.
D’ailleurs, on appela les deux mannequins afin qu’ils prennent place au centre, sous les lumières artificielles et derrière l’appareil photo. On demanda à ce qu’ils se positionnent sur un canapé mis au milieu, contrastant avec l’atmosphère extérieur pour un rendu cosy. Le concept était misé sur le confort, le bonheur. Chose simple mais joyeuse. Ainsi, sourire était aux commandes et pour se faire, la jeune femme afficha son plus beau sourire, basculant la tête vers la droite puis vers la gauche, prenant des poses mignonnes. « Il faut que vous paraissiez plus proches, regardez vous, rigolez ensemble » s’écria le professionnel et directeur du shooting. Pour deux inconnus venant de se rencontrer la tâche ne serait pas simple, mais AeRi y mis son cœur, tournant à demi vers son partenaire. Sourire, c’était simple et bien trop banal, alors voilà que de ses mains, elle lui subitement prit les joues tout en les pinçant légèrement. C’était soudain, c’était du Ae Ri, néanmoins le photographe semblait approuver, multipliant le nombre de clic à la minute.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 10:39
Tenue ✟ Encore une fois, il dut l’attendre. Qu’elle se refasse une touche maquillage et qu’elle se change dans une cabine préparée un peu à la volée. De sa vie, il n’avait jamais autant soupiré en si peu de temps. Il se demanda vraiment si elle était une professionnelle, son allure fière et sa démarche ne prouvaient seulement qu’elle était confidente. Son manager l’appela et lui dit qu’il était temps de se mettre sur le set. Il s’assit sur le canapé à côté de la jeune fille qui commença à faire des poses qui irritaient légèrement l’italien. Il lui souffla « C’est pour un magasine d’ados pas de retardés mentaux. » Masaomi se transformait complètement quand il devait poser pour son boulot. Il oubliait qui il était et pouvait même faire des choses qui en temps normal ne lui traverserait même pas la tête, il prenait son travail très au sérieux. Quand le photographe leur dit de sembler plus proches, il se tourna vers Ae Ri et rapprocha son visage à quelques millimètres du sien, donnant ainsi l’impression qu’ils allaient s’embrasser, tout en souriant. La jeune fille lui pinça la joue, il trouva cette idée intéressante. Bien joué, pensa-t-il. Le photographe semblait apprécier leurs idées. « Bien ! Continuez ainsi ! Plus que quelques shots et c’est fini. » Masaomi pris sa camarade par la taille tout en s’allongeant sur le canapé. Elle se trouva ainsi sur lui, à moitié plaquée contre son torse.

Il n’avait jamais travaillait avec une fille, toutes ses idées lui venaient spontanément. Ainsi, il remercia sa sœur dans on esprit pour l’avoir aidé à être alaise en binôme. Elle-même avait fait mannequin un temps pour Massimo Dutti et Dolce & Gabbana et avait transmit un peu de son savoir à son cadet. Elle l’avait ramené à la maison Marie Claire de Paris un peu avant de déménager au Japon. Là bas les mannequins l’aidèrent avec elle à pouvoir paraître naturel. Il caressa les cheveux d'Ae Ri et lui donna un baisé sur le front. « Parfait ! Nous avons terminé pour aujourd’hui ! » Le staff s’approcha d’eux pour les complimenter et leur dire qu’ils avaient vraiment excellés. Masaomi jeta un coup d’œil à sa camarade, perplexe. Je ne pense pas qu’elle ait beaucoup d'expérience. Il se demanda s’il avait bien fait de prendre les devant à ce point, il espéra juste qu’il ne l’avait pas embarrassée. Après tout, les filles sont tellement imprévisibles. Cependant il trouvait Ae Ri agréable à poser avec, elle n’était pas complexée du tout, ce qui l’avait rassuré durant la séance.

Le photographe les appela. Il avait déjà transféré toutes les photos sur son ordinateur. Il leur demanda de les regarder avec lui. Généralement c'était uniquement les photographes et le directeur du département qui décidaient du contenu de l'article. Quelles photos garder et les quelles supprimer. Sauf qu'aujourd'hui, le photographe était tellement satisfait par ce qu'il avait vu qu'il leurs a permis de choisir par eux même. Il ajouta « Bien sûr, la décision finale reviendra à la directrice. » Masaomi s'inclina et le remercia.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 11 Mar - 20:27
tenue ♣ « C’est pour un magasine d’ados pas de retardés mentaux. » Tout sourire s’effaça en une seconde. Ae Ri, d’une légère grimace dévisagea son partenaire, n’en pensant pas moins. « est-il sérieux ? » pensait-elle, agacé de recevoir une telle réflexion. Après tout, que connaissait-il des poses à la mode pour les adolescentes d’aujourd’hui ? Elle qui s’était tant entraînée sur ces « aegyeos » comme on le dirait dans son pays, voilà qu’elle se voyait jugée sur sa manière de faire. Mais cela ne fit que la rebooster. Ainsi, la jeune femme ne baissait pas les bras, bien au contraire, elle en profita pour jouer de ses charmes en levant la tête haute. Plus proche demandait le photographe ? Aucun problème, il suffisait de demander. Voilà comment elle s’était retrouvé à pincé les joues de cet inconnu qui étonnement, n’en répliqua pas une mauvaise réaction.
Et contre toute attente, ce dernier pris les rennes en attrapant la taille de sa camarade de shooting, qui –bien qu’étonnée- suivit les pas du jeune homme, et se retrouva face à face avec lui… allongée. Cachant toute expression de choc, la coréenne jouait la carte de la fierté, attaquant son collègue pour une petite vengeance : « C’est pour un magasine d’ados pas de pervers fous. ». Seulement, à peine avait-elle fini sa phrase que Masaomi lui clouait le bec en lui offrant un baiser sur le front. Mais il fallait jouer le jeu, et c’est ce qu’elle fut, montrant que malgré un manque d’expérience, elle pouvait se montrer professionnelle. « Il est fou, il croit que je suis quelqu’un de facile ? » Ce n’est qu’à la fin de la séance qu’elle s’autorisa une « râlerie », se soufflant elle-même ces quelques mots avant que le staff ne s’approche pour complimenter les deux jeunes. Après tout, ce petit coup de théâtre avait bien payé. Elle en esquissa des francs sourires en remerciant tout le monde pour le travail fourni.

Peu après, le photographe leur en demanda même de choisir les quelques clichés qui pourraient prétendre à paraitre dans le magazine, selon eux. Chose qui plu bien à AeRi. Son problème ? Elle se trouvait bien trop belle sur chacune des photographies et ainsi, il lui semblait impossible de choisir. Ce qu’elle ne s’empêcha pas de mentionner à l’équipe, alors que chacun se concentrait sur l’écran d’ordinateur, défilant les résultats de cette séance. Néanmoins, elle pointa de son doigt l’une des images qui lui tomba sous les yeux. « Celle-là ! On ne peut pas la mettre quand même ? » S’affolait-elle, dévisageant ce cliché, où elle était presque collée au torse de son camarade, ayant une main dans sa chevelure.
Ils se mirent tout de même d’accord pour garder l’une des photos avec le pincement de joue. « Wow, déjà que je suis habituellement mignonne, c’est fou ce que je rends encore mieux sur ces photos ! » S’émerveillait la jeune femme, avant de continuer sur sa lancée : « Tu es pas mal aussi Massaomi ! » Satisfaite, elle lui lançait un sourire.

hs - encore pardon pour ce retard, j'ai du me mettre en absence /: ♥

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 12 Mar - 6:50
Tenue ✟ Peut-être était-ce une différence de culture, ou juste un manque d’expérience ? Masaomi se doutait bien qu’en Corée ils vouaient une attention particulière aux gestes mignons et aux attitudes niaises mais il ne pensait pas que cela pouvait aussi s’appliquer pour les magasines. Sa camarade se rattrapa vite fait et offrit aux témoins des clichés irréprochables. Il sourit au commentaire d’Ae Ri. « Sais-tu réellement ce que c’est qu’un pervers fou ? » répondit-il en lui déposant un baiser sur le front à la volée. Il la regarda dans les yeux et lui fit un clin d’œil, ce qui conclut la séance.

Une fois auprès du photographe, ils durent faire leurs choix pour les proposer à l’équipe de rédaction du magasine.  Une photo attira particulièrement son attention, il entendit sa camarade se plaindre. Il se tourna, levant un sourcil « Pourquoi ? » il pointa du doigt l’écran en secouant la tête, en signe de désapprobation « C’est l’un des meilleurs. En plus on voit toutes les particularités des vêtements. » Après tout, qu’importe la position, le plus important était de vendre. Et pour vendre il fallait faire croire au potentiel acheteur qu'il doit acheter le produit, quitte à ce qu'il pense que cela en va de sa vie. Il jeta un coup d’œil au photographe d’un air entendu. Puis se tourna vers Ae Ri « Ca te fera de la bonne pub. »

Ils gardèrent plusieurs clichés dont celui où elle lui pince sa joue. Il était plutôt satisfait de la séance malgré le fait que la journée avait mal commencé. « Avec un peu de maquillage, tout le monde peut être photogénique. » il lui rendit son sourire, d’un air faux. Il savait déjà qu’il avait du charme, il le savait très bien même, -les métisses avaient toujours ce quelque chose en plus que les autres n’avaient pas. Mais il refusait qu’on lui fasse le compliment juste pour que ça passe bien. Il trouvait ça hypocrite de se complimenter soi-même pour ensuite le faire aux autres, comme pour prouver quelque chose. C’était stupide d’être pointilleux sur ce genre de chose et il le savait. Masaomi  lui-même pouvait s’avouer stupide, mais ça aussi, c’était une chose qu’il savait mais qu’il ne voulait pas qu’on le lui fasse remarquer. Même s’il était étudiant universitaire, il restait aussi puérile qu’un collégien.

Il s’inclina envers Ae Ri et le photographe, les remerciant pour leur bon travail. « On vous enverra par post la sortie de ce mois dès qu’il sera près. » leur fit ce dernier, apparemment réjoui par cette journée. Le manager de Masaomi lui donna une boisson chaude et le félicita. Déjà qu’il avait une certaine notoriété en tant que model, maintenant sa popularité allait monter en flèche. Il soupira. J’espère juste que les journalistes ne vont pas encore me tomber dessus…



[Ne t'inquiètes pas ♥]


Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 28 Mar - 2:53
tenue ♣Il était hors de question pour AeRi de sélectionner cette certaine photo légèrement plus « osée » que les autres pour le magazine, et donc de dévoiler ce cliché-là au grand jour. Pourtant, son partenaire de travail semblait la contredire, trouvant les bons arguments. Le coup de la pub fut ce qui fit craquer la jeune coréenne. Masaomi avait su trouver les bons mots, définitivement. Non seulement auprès de la jeune femme qui alors, cogita sur les conséquences de la publication de cette photo qui pourrait mener sur sa potentiel futur notoriété, mais également auprès du directeur approuva : « Tu as raison, on voit clairement les vêtements, de la tête aux pieds, et j’aime l’atmosphère que dégage l’image, les expressions, tout, on garde ! » Ni plus ni moins, il se leva de son fauteuil et partit on ne sait où. « EHHH ? » D’un bond, AeRi gonfla les joues, montrant clairement qu’elle désapprouvait. « C’est quoi ça ?! » commençait-elle à crier en coréen, incomprise de tous. Après tout avait-elle le choix ? Elle savait clairement qu’elle n’avait aucune parole décisive. S’enfonçant dans un siège, les bras croisés et la mine boudeuse, elle n’avait plus qu’une optique : se venger de ce Nuvoloni Masaomi.

Finalement, il y’eut comme une relation chien et chat entre ces deux là. Pas tellement en accord et taquins, chacun y mettait son grain de sel et le mélange donnait quelque chose de chaotique, de fort. Mais contre toute attente, cela marchait puisqu’à deux, Masaomi et Aeri avaient réussis à ravir tout le monde de leurs propres charmes et de leurs propres personnalités. A deux, ils avaient crevé l’écran, un très bon boulot venait d’être effectué.
Pas peu fière, la jeune femme fit son éloge, avant d’offrir un petit compliment à son camarade, dans un élan de bonté alors même qu’elle réfléchissait encore à ses idées de vengeance. Toute personne s’opposant aux caprices de Jang AeRi doit faire les frais d’un petit paiement. Seulement voilà, le jeune homme prit un temps d’avance, la dépassant en une phrase : « Avec un peu de maquillage, tout le monde peut être photogénique. » Il avait touché la corde sensible, celle qui n’aurait dû être effleurée. Qu’insinuait-il derrière une telle phrase ? Puis cet air faux… que voulait-il lui faire passer comme message avec cette expression ? La jeune femme ne put que ce poser des questions.

Le photographe réapparut, AeRi suivit son aîné en s’inclinant pour remercier l’équipe, oubliant quelque instant le désaccord précédent. « Bon travail ! » criait-elle, enthousiaste. Le ton changea légèrement lorsque les équipes retournèrent à leur travail et ainsi, que la coréenne trouva un moment pour « faire face » au mannequin. « Tu es populaire » commençait-elle, après une rapide recherche sur le net depuis son téléphone portable pour mesurer la popularité du garçon et ainsi maîtriser son sujet. « Je pense que cela m’aidera à me propulser, alors merci, mais j'espère bien ne pas être attaquée par tes fans pour avoir poser dans de telles posi... (le mot avait du mal sortir) enfin de cette façon tu vois. » Fin. L’affrontement souhaité ne fut pas réellement aussi électrique que prévu, néanmoins, toute sincérité y été et finir sur une note positive était finalement le mieux à faire. Bien que capricieuse et égocentrique, AeRi savait faire la part des choses et réfléchir bonnement en tant qu'adulte. Mais finalement, le visage de Masaomi lui donnait étrangement envie de l'embêter, le faire râler, réagir. Alors oubliant rapidement le statut d'adulte, la jeune femme leva le bras en direction du front du mannequin et en une seconde elle mis toute la force qui était en elle pour lui faire une des plus puissante pichenette qu'elle n'ait jamais mise. Un énorme "clac" se fit entendre. Oups. La coréenne courut aussi vite et aussi loin qu'elle le pu, slalomant entre le matériel et les nombreuses chaises traînant par-ci par-là, afin d'échapper à l'homme, dont elle n'avait aucune idée de la réaction.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 21 Avr - 19:13
Tenue ✟ La jeune fille semblait être très franche. Le portable à la main, elle semblait consulter différentes pages web à son propos. Le jeune homme se pencha sur son écran, un sourcil levé. Effectivement, il semblait être plutôt populaire. Etrange, il ne s’en était jamais rendu compte. Il remarqua qu’il y avait même un blog qui lui était dédié avec sous chaque article une déferlante de commentaires de jeunes filles. Intéressant. Il se dit qu’il allait se créer un profil sur des réseaux sociaux histoire de voire à quoi ressemblent ses fans. L’idée qu’un jour il allait devenir une personnalité ne l’avait jamais effleuré. Ou du moins, il pensait plus qu’il allait devenir connu à cause de ses crimes. Mais c’est tout. Il prit son téléphone et fit de même pour sa camarade : aucun résultat. Il verrouilla son téléphone, décidant de ne pas en faire la remarque. Ce sujet avait l’air tabou quand il s’agissait de la coréenne. Il comprit vite fait qu’il fallait la prendre avec des pincettes. L’envie de le lui dire, cependant, le démangeait. Comment réagirait-elle s’il le lui disait ? De toute, ce ne sera que la pure vérité. Pourquoi devrait-elle s’énerver ?

« Mes fans ne feront même pas attention à toi. » répondit-il en haussant les épaules. Et puis, dans le monde de la mode, ce n’est pas en étant allongée sur un homme dans un magazine pour ado qui va faire scandale. Du moins, c’est ce qu’il pensait. Ce serait ridicule qu’ils en fassent tout un plat. De base, s’ils achètent le magasine, ce sont pour les vêtements. Au moment où il finit sa phrase il vit son interlocutrice tendre le bras et lui donner une pichenette sur le front pour ensuite prendre la poudre d’escampette. Il se gratta le front du bout des doigts en fixant la silhouette de la jeune fille s’éloigner. Devait-il lui courir après ou juste la laisser partir ? Il étira ses bras en faisant craquer ses omoplates. Il attendit que la jeune fille soit assez loin pour piquer un sprint et la rejoindre en lui donnant un semblant d’espoir pour qu’elle pense qu’elle puisse s’enfuir.

La distance entre eux se faisait de plus en plus courte. Il était juste derrière et régula sa vitesse pour faire en sorte à ce qu’il ne la dépasse pas tout de suite. Il allongea le bras et lui caressa les cheveux à la volé –et se fit la réflexion qu’ils étaient très doux, pour ensuite les agripper fermement et la faire brusquement basculer vers l’arrière. Il la prit dans ses bras au moment où elle faillit tomber à terre, un bras sous ses cuisses et l’autre sous sa nuque. Il la tenait comme une princesse, son visage n’arborait aucune expression. Il était juste fatigué d’elle, même si il ne la connaissait pas. Fallait dire aussi qu’il n’avait pas vraiment envie de la connaître plus que ça. Il la fixa intensément du regard, qui semblait grave malgré son visage neutre. « Un peu de tenue la coréenne. » fit-il avant de partir vers son manager, sans la lâcher. Il se planta devant le manager d’Ae Ri en lui disant qu’il devait mieux la gérer tout en la déposant à terre. Le jeune italien comprenait que l’on puisse être hyperactif mais pas sur un lieu de travail. Dans la vie il fallait faire la part des choses.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 5 Mai - 13:19
tenue ♣ Ae Ri était de nature franche et directe, c’était inévitable. Quand elle voulait quelque chose, elle l’avait, et pour cela, tourner autour du pot n’avait aucune utilité. En grandissant avec un père homme d’affaire et une mère décidé dans ses projets de travail, elle avait toujours baigné dans ce monde là, elle avait toujours appris à énoncer clairement ses intentions. Bien sûr, cela impactait pas mal sur sa vie sociale et personnelle, mais cela lui permettait d’obtenir ce qu’elle cherchait, la plus part du temps. Alors, elle n’avait aucun mal à penser à voix haute, devant son collègue.
Celui-ci s’affirmait de plus en plus, ne se laissant pas faire par les paroles de la jolie Coréenne. Elle, se sentit de plus en plus irritée par ces quelques paroles au ton dur. « Mes fans ne feront même pas attention à toi. » En fait, cela la frappait, la gênait, mais en même temps, elle ne se permettait pas de laisser paraître une once de faiblesse face aux mots du mannequin. Ce jeune homme lui semblait de plus en plus incontrôlable, à la fois mystérieux et pourtant si facile à comprendre par la franchise dont il faisait également preuve de son côté. Elle aimait aussi cette facette de sa personnalité.

Finalement agacée par la situation, c’est d’une pichenette qu’elle achevait cet entretient. Puis alors, se fut la fuite. Elle ne se retourna pas pour connaître la réaction de Masaomi, elle ne pouvait pas. Seulement, quelques secondes plus tard, elle ne put éviter l’ombre qui se dessinait derrière elle. Un haut le cœur se manifesta, traduisant un mélange de peur et d’appréhension. « AHHH » Prise par surprise par l’arrière de la tête, un grand cri fut sa réaction. Certains visage se tournèrent en leur direction. Et alors, elle se retrouva dans les bras du jeune homme, obligé à s’accrochée fermement autour de son cou pour éviter toute chute honteuse. Seulement, elle ne pouvait se laisser faire, bougeant les jambes pour manifesté son mécontentement, elle lui cria aux oreilles de la lâcher. Semblant dur à cuire, l’Italien la retenait fermement, ne cédant en aucun cas à ce nouveau caprice. Il était bien le seul à pouvoir y résister. La Coréenne se trouva au dépourvut lorsque leur regard se croisèrent. Elle ne le comprenait vraiment pas. Qu’est-ce qu’il est au juste ? Pensait-elle, décidément perdue et dépassée par la personnalité de ce jeune homme.
En définitive, elle se contenta d’agiter les jambes dans tout les sens, de parfois lui donner de faibles coups dans le dos jusqu’à ce qu’il la posait enfin, face à son manager. Ce dernier ne tardait pas à prendre la défense du mannequin, répétant à Ae Ri combien ce qu’elle venait de faire sur un lieu de tournage était mauvais, et qu’elle devait s’excuser dans l’immédiat. « M’excuser ? » Quelle chose horrible quand on est innocent. « Il a commencé ! » Faisait-elle référence au début du tournage, lorsque il avait pris trop d’aise à son goût pendant la séance photo. Mais le regard sombre de son manager la fit changer d’esprit, après tout elle avait une future carrière à tenir. « Désolée d’avoir causé du tord » D’une rapide courbette, elle détournait les yeux. « J’espère que tu te sens honoré d’avoir porté mon corps de déesse ! » Concluait-elle alors, enchaînant les mots à une vitesse folle, avant de tomber sans un fauteuil, bras croisé et mine boudeuse.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 7 Mai - 13:26
Tenue ✟ S’il pouvait, il aurait jeté la jeune fille dans un tonneau et le lâcher en pleine mer, au milieu de nulle part. Comment faisait-elle pour être aussi fatigante ? Une chose était Kat et son mauvais caractère, une autre était Ae Ri et son immaturité doublée par un égocentrisme hors du commun. Le jeune homme expliqua la situation au manager de la fille tout en espérant que ce soit la dernière fois. Il n’était pas là pour faire la nounou à une sale gosse pourri-gâtée. Quand celui-ci demanda à la coréenne de s’excuser, elle y était contre. Ne s’attendant pas mieux de sa part, il souffla un ricanement tout en croisant les bras. Décidément, il ne pourra pas bien s’entendre avec ce genre de fille. Une fois qu’elle décida de s’excuser –à contre cœur, il lui tapota la tête d’un air compati, lourd en sarcasme. « Je te pardonne. Allez, tu veux un petit bonbon ? » Vu qu'elle se comportait comme un enfant, il la considérera comme tel. Il soupira, le sourire au coin des lèvres. Ils devaient avoir le même âge, et pourtant, un monde semblait les séparer. Il était habitué à être dans la marge, mais de là à trouver une personne aussi opposée à lui…

Il leva un sourcil au commentaire de son vis-à-vis. Elle ne se prenait pas du tout pour un ballais à chiotte. « On trouve facilement mieux tu sais. Il se pencha à son oreille, j’ai touché à tout dans ma vie. Et en te voyant, comme ça, je ne pense pas qu’une déesse puisse être aussi… Plate. » Il se redressa en la dévisageant de haut en bas. Les asiatiques n’étaient pas vraiment son genre. Il préférait les jolies formes des européennes. Il suivit la jeune fille, qui semblait encore bouder, du regard. Il avait déjà compris quel genre de personne elle était. Sûrement la fille à papa qui avait tout ce qu’elle voulait et qui s’était faite pistonner pour avoir un shooting et booster sa carrière. Malgré sa réticence à lui parler plus, il prit sa veste et la lui jeta à la figure. Il faisait froid et il ne pouvait laisser une fille geler en face de lui.
.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 22 Mai - 11:34
tenue ♣ Voilà qui lui proposait un bonbon. Quoi ? AeRi bloqua quelques secondes durant lesquelles la colère et la frustration lui montait petit à petit. « Il se fout de moi ? » Ses paroles restèrent cachés en son intérieur parce qu’elle ne pouvait pas se permettre une telle vulgarité devant un aîné et pourtant, ce Nuvoloni Masaomi la rendait de plus en plus irritable. Elle souffla, doucement, tout doucement, reprenant ses esprits. Rétorquer ne ferait qu’empirer la chose, ce problème de conflit. La jeune femme n’en été pas consciente, pour elle, c’était SA faute, c’était lui, le problème. Pas une seconde elle ne se remit en question, pensant que finalement, c’était peut-être elle qui avait déclenché ce petit remue-ménage.

" On trouve facilement mieux " ?  C’était peut-être la phrase de trop, et pourtant le jeune homme n’en avait pas fini, continuant ce petit jeu de provocation. La mine boudeuse d’une jeune femme pourrie gâtée depuis toujours se transforma en une expression d’horreur suite à l’entente des prochains mots du célèbre mannequin. « QUOI ? » La bouche en O, elle le dévisagea, lui montrant clairement son mécontentement d’un regard sombre. Il exagérait, clairement, pour la jeune femme, cet homme exagérait bien trop et se permettait beaucoup plus qu’il ne le pouvait. « Quand je dirais tout ça à mon père tu.. » Non Ae Ri, cette excuse ne marche plus, elle ne peut simplement plus durer. Elle s’en rendit elle-même compte, stoppant sa phrase en plein élan. Encore une fois, elle se démontrait comme une enfant de bas-âge. Cela n’était que la faute des parents de la coréenne, à toujours surprotégé leur petite et à la laisser gagner à chaque fois. Ça ne l’aidait en rien aujourd’hui, dans sa vie d’adulte. La dernière fois qu’elle avait mis les pieds sur le territoire Japonais, elle n’était pas encore majeure mais maintenant, elle l’était bel et bien et devait agir comme telle. Cela lui paraissait encore difficile.  

La brise se rafraîchissait au fur et à mesure où l’heure défilait. Et pourtant, la Coréenne était bien décidé à remporter cette bataille contre elle-même, à finalement agir en tant que vrai adulte. Alors elle réglerait ses problèmes seule, par la parole. « Finissons juste par nous dire au revoir, et ne nous revoyons plus jamais. » Des paroles qui passèrent à la trappe puisque elle ne reçu pas de réponse concrète si ce n’était une veste en pleine face. Elle ne pouvait décidément pas comprendre cet homme. Qu’était-il ? Qu’avait-il ? Il semblait la détester et pourtant il offrait des gestes de protections.  Une grimace de plus, Ae Ri ne trouvait plus les mots. « MERCI ! »  cria t’elle finalement d’un air peu convaincus et au ton énervé.

Retournant voir son manager auprès de son van, celui-ci dépourvu déclarait qu’il ne fonctionnait plus, qu’il été impossible de démarrer le véhicule et ainsi de rentrer. Ce jour était réellement le pire pour la jeune Coréenne qui râla une fois de plus dans son coin, s’apitoyant sur son sort. « Non, je ne peux pas rester une seconde de plus ici... ça n'est pas possible. »

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 29 Mai - 22:38
Tenue ✟ Effectivement, il ne s’était pas trompé sur elle. Gâté et fille à papa. « Ton père.. ? » De toutes les menaces qu’il avait entendu, celle là était la moins efficace. Etait-elle la fille d’un quelconque homme politique ? De toute manière qu’est-ce qu’il s’en fichait. Il était citoyen européen et si on le touchait, ça pourrait causer des problèmes politiques entre l’Italie et, dans son cas, la Corée. Il se retint de faire un commentaire désobligeant. Les bras croisés et le sourire au coin, il regarda de haut la jeune fille qui ne semblait pas vraiment comprendre que dans la vie, il fallait se débrouiller seul, surtout à son âge. Heureusement qu’elle s’était arrêtée au milieu de sa phrase, sinon Dieu seul aurait su qu’est-ce que l’italien aurait pu lui répondre. Même s’il était lui-même un gosse de riche de la haute sphère sociale, il n’aimait pas les gamins nés avec une cuillère en or ornée de diamants dans la bouche.

Il hocha positivement la tête à la proposition de sa collègue. C’était une bonne idée. Ils étaient trop incompatibles pour rester ensemble plus longtemps. Néanmoins, il remarqua qu’il faisait encore plus frai qu’avant et sur cette réflexion, il prit sa veste et la jeta sur elle. Après tout, chiante ou pas, elle restait tout de même une fille. De plus, les gosses de riches semblaient plus fragiles que les autres. Son geste avait l’air de déstabiliser la coréenne qui le remercia avec peu de conviction. Quoi qu’elle fasse, elle restait tout de même bruyante. « De rien.. ? » répondit-il tout aussi agacé. Il fit demi-tour au même moment où elle partit vers son van. Il n’avait qu’une hâte, c’était de rentrer aux dortoirs, s’allonger sur le lit et oublier cette journée. Il monta dans sa voiture et le manager démarra le moteur.

Ils passèrent juste à côté du véhicule d’Ae Ri. Son manager s’arrêta et demanda à celui de la brune quel était le problème. Masaomi écouta la conversation d’une oreille distraite, son esprit plongé dans sa musique et les yeux fermés. Il sentit une brise lui chatouiller la joue, un poids faire légèrement basculer la voiture et une portière claquer. Il ouvrit un œil, curieux de savoir ce qui se passait, quand il remarqua la coréenne assise juste à côté de lui. Il referma de suite ses yeux et tourna sa tête vers la vitre, adoptant une position confortable pour somnoler. « Je ne veux pas savoir ce que tu fous ici et je m’en fiche. Tout ce qui m’intéresse, c’est que tu ne me parles pas jusqu’à ce que tu descendes. » dit-il froidement tout en croisant ses bras et s’enfonçant un peu plus dans le siège arrière. Maintenant, c’était lui qui jouait au sale gosse.

.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 11 Juin - 8:40
tenue ♣ Cette journée,-décidément riche en émotion et plutôt épuisante- n’était pas encore prête à s’achevée. Chaque problème avait sa solution, mais chaque problème demeurait inconfortable et loin d’être le bienvenu. De son passé de jeune fille gâtée, à la vie simple et agréable, Ae Ri n’était pas habituée à de tels chamboulement. Parce que chacun de ses soucis avaient pu être évités, lorsqu’elle n’était pas encore adulte, soit par l’argent, ou simplement la puissance, ou même bien souvent les deux confondus. Mais Jang Ae Ri, fille d’un grand buisinessman ne pouvait pas toujours se reposer sur son nom, et cette bien dure journée lui donnait un avant goût de cette nouvelle vie où elle devait elle-même, faire face à ses propres mésaventure sans avoir à demander l’aide de papa et de ses copains fortunés. Cette dure journée lui apprenait beaucoup, sur ce monde sauvage qu’est celui dans lequel elle réside également, finalement à la même échelle qu’un quelconque autre individu. Et pourtant, ces quelques accrochages avec le jeune homme et ce pauvre problème de véhicule n’était rien, en soi, comme difficulté pour vivre, seulement un ennui. Mais la Coréenne se devait de penser que tout le malheur résidait à ses pieds en ce moment même, elle devait se sentir le nombril du monde, coûte que coûte, pour un bien intérieur.

Elle ferma énergiquement la porte d’un autre van, un van qui n’était pas le sien. « On m’a obligé à m’installer ici, ton manager va nous ramener, c’était pas mon intention, ils ont convenus ça tout seuls… » Un court silence, puis le jeune mannequin répondait le plus clairement possible. Ce ton ferme et ses mots simples mais difficiles à entendre engendrèrent un frisson à Ae Ri. Elle ne disait plus rien, restait bouche fermée, osant à peine à poser un œil en direction de Masaomi. Finalement, il était en position de force, elle se trouvait en infériorité.
Le chemin prit son court, mais les bouchons d’une heure de sortie de bureaux ralentissaient la trajectoire de ce véhicule. Quelque chose démangeait la jeune femme depuis le début, et elle ne pouvait finalement plus ce retenir : « Je suis désolé pour ce qui s’est passé… » Son regard se tourna vers sa droite, en direction du beau jeune homme. « Je ne voulais pas que ça tourne dans ce sens, je ne suis pas une personne horrible tu sais. » Légèrement moins fière mais déterminée, elle reprenait : « Je ne sais même pas si tu m’écoutes mais j’aimerais qu’on reparte de zéro... » Les mots lui manquaient alors… une frustration s’empara de son être. Elle baissa la tête. Se sentir mal aimée la rendait mal, peu à l’aise, c’était un sentiment de défaite et un sentiment atroce, que de sentir un rejet de la part d’une autre personne. Dans le monde parfait de Jang Ae Ri, chaque être devait l’apprécier, la complimenter voir même l’envier. Mais encore une fois, ce monde parfait n’existait pas, et c’est ce que Nuvolini Masaomi lui avait appris.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 30 Juin - 20:58
Tenue ✟ Il sentait bien que son commentaire avait du blesser la jeune fille. Le silence qui suivit en était la confirmation. Quoi que ça ne le dérangeait pas le moins du monde. Il pouvait encore mieux profiter de sa musique maintenant. Yeux fermés, bras croisés sur son torse et tête sur la vitre qui vibrait faiblement sous le grognement du moteur du van, il se sentait enfin en paix. N’importe qui pouvait devenir tout de suite plus sympathique à ses yeux s’il restait silencieux et ne se faisait pas trop remarquer. Tout le contraire de la première impression qu’avait donné la jeune fille en début de journée. Dommage que cette quiétude n’a pas duré autant qu’il l’aurait souhaité.

La jeune fille s’était mise à s’excuser, ses propos semblaient plutôt honnêtes. Pour une fois qu’il entendait quelque chose qui venait plus ou moins du cœur. Il ouvrit un œil et la fixa une fois qu’elle eut fini son monologue. Il hésita, qui pouvait lui confirmer ce qu’elle venait de lui dire ? Il se redressa lentement sans la quitter du regard, toujours à moitié assoupi. Il se mit à lui caresser gentiment la tête en soupirant. « D’accord, petite. J’accepte tes excuses. » Après tout, elle n’avait pas l’air bien méchante. Juste légèrement agaçante et pourrie gâtée. Il frôla sa joue du bout des doigts, un léger sourire aux lèvres. « Roh ne fait pas cette tête. Ce n’est pas la fin du monde. » Il retira un écouteur et la mit à son oreille afin de lui remonter un peu le moral. « C’est ‘Make a Scene’ de Novi. » Il n’y avait pas meilleure cure que la musique pour le jeune homme. Il adorait s’enfermer dans son monde depuis son plus jeune âge. Il referma les yeux, sans se préoccuper si la chanson plaisait à la jeune fille.

Au moment où le jeune homme était sur le point de se rendormir, son manager leur dit qu’il devait rester à peu près une heure avant de pouvoir rentrer. De plus, ils devaient se stopper à une station pour faire le plein. Une fois la voiture arrêtée au kiosque, il s’étira et décida de descendre s’acheter un magasine. Il ouvrit la portière et descendit. « Tu veux venir avec moi ou tu préfères rester au chaud ? » proposa-t-il à sa camarade en lui tenant la porte.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 11 Juil - 15:26
tenue ♣ Brusquement, le comportement du jeune homme sembla changé. Son air ferme et stricte laissait place à une nouvelle gentillesse, peut-être bien une gentillesse naturelle, qui faisait partie de sa personnalité mais une gentillesse qu’Ae Ri n’avait pu connaître, dû au fait que tout avait mal tourné dès le début, par sa faute. Le touché de Masaomi sur la joue de la jeune femme brusqua cette dernière d’une façon. Elle le trouvait vraiment étrange, à changer aussi vite d’humeur, à le voir tantôt protecteur et tantôt sévère. Mais après tout, en ces quelques heures, elle ne pouvait simplement pas se faire un avis sur ce nouveau collègue. « Roh ne fait pas cette tête. Ce n’est pas la fin du monde. » Une fois de plus, Ae Ri donnait l’image « d’enfant », ces paroles le prouvèrent. Néanmoins, cela lui plaisait. Qu’on fasse attention à son bonheur, qu’on se préoccupe de ses tracas, elle adorait ça, et en jouait. Seulement à ce moment-là, il fallait faire profil bas, alors, elle esquissa un simple sourire de gratitude. Au fond, elle se sentait mieux, et peu à peu une meilleure aura entoura l’endroit, et les deux jeunes. Finalement, Masaomi proposa gentiment un de ses écouteurs à la belle. « Novi ? Je ne connais pas… » Elle se tut après cette phrase, observant son camarde fermant les yeux. Il cherchait sûrement du calme et de la sérénité après cette tempête qu’avait provoquée Ae Ri. Elle le comprit rapidement et ainsi, resta sage. La musique, ça n’était pas tellement son truc, elle en écoutait bien sûr, mais à faible dose, aussi, elle n’y connaissait pas grand-chose. Néanmoins, elle se forçait sur le moment, essayant également de clore ses paupières.

« Tu veux venir avec moi ou tu préfères rester au chaud ? » Une à une, ses paupières s’ouvrirent. Combien de temps s’était-il écoulé ? La coréenne s’était endormie, avant même que la chanson qu’elle découvrait précédemment ne puisse se terminée. La jeune femme reprit conscience, rapidement, et essuya un fil de bave par la même occasion. La honte, pensait-elle alors qu’elle planta son regard dans celui du jeune homme, tenant la porte. « Hein ? Heu, je viens ! » Habituellement, la brunette serait restée dans le van, parcourant les réseaux sociaux depuis son téléphone portable, pour faire comme une star. Mais aujourd’hui semblait marquer un changement en elle, définitivement. Elle bondit de son siège, et passa la portière qui se referma derrière elle. « Tu dois acheter quelque chose ? » Finalement, en reprenant clairement ses esprits, elle inspecta le décor qui l’entourait. D’un froncement de sourcils, elle questionna : « Mais on est où ? Pourquoi une station de service ? Ils sont où les managers ? » Un silence, puis elle sursauta, les mains croisés sur sa poitrine : « Tu vas encore me faire des choses bizarre c’est ça ?! » Le regard effrayé, elle s’écarta à petit pas, s’imaginant une fois de plus bien trop de choses absurdes et irrationnelles. Après tout, si Ae Ri avait mûri d’un sens, elle ne pouvait avoir changé du tout au tout en un rien de temps.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 16:21
 

toute première rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toute première découverte de l'agoraphobie |Faüst|
» [Mission] Votre toute première âme!
» [Aide]Toute première équipe strat!
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-