AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 make up sex ft. saori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 20 Fév - 22:00
make up sex
joowon saori


on était vendredi soir. c'était la fin du travail concernant les cours. bien évidement, ce n'était pas la fin de tout ton boulot. demain, tu devais te lever à 7h30 pour d'une part, faire ton sport matinale, mais surtout parce que tu avais deux rendez-vous dans la matinée. y'en avait un, c'était pour un partenariat financier par rapport à l'université. bah ouais, tu étais professeur d'économie et gestion. et l'autre c'était la banque. en ce qui concerne le premier, quand la fac avait des projets, c'est toi qui te coltinais à chercher les fonds pour les mettre sur pied. ils disaient que t'étais le plus doué pour faire ça. que tu avais de nombreuses connaissances et que ce sera plus simple si c'était toi qui le faisait. après tout, ils n'avaient pas tord. tu avais plusieurs relations dans le milieu et tu étais sûrement la personne la plus parfaite pour ce job. sans te faire mousser, tu devais être le professeur le plus sérieux et le plus carré de toute l'université. peut-être que tu l'étais même de trop. dans tous les cas, tu avais une certaine réputation et de nombreuses rumeurs. tout ceci faisait de toi en quelque sorte, une personne connue à royal private school.

ce soir, il fallait que tu te relaxes au maximum. cette après-midi, tu avais ressentie une douleur au niveau du mollet gauche et ton dos te faisait mal. tu étais beaucoup trop tendu. et la grosse dose de café que tu prenais par jour renforcait ton stress et tes contractions musculaires. pour arranger tout ça, tu fis couler l'eau de ta baignoire, tu y ajoutas un peu de mousse (juste pour le plaisir) et tu t'assis dans ton bain.
tu soupires. tu penches ta tête en arrière et ferme les yeux. comment ça fait du bien de prendre un bain ! tout à coup, tu attends du vacarme dans pas loin de ton appartement. ton fronces les sourcils. ne me dit pas que c'est encore la voisine... tu ne comptes pas bouger. t'es pas si curieux que ça et puis, t'étais trop bien pour voir si y'avait un problème au bas de ta porte. tu penses qu'à ta gueule ce soir, promis.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 21 Fév - 0:31
make up sex
joowon saori


Après une longue série de shooting photo, je meurs d'envie de m'étendre quelque part et de ne plus me relever. Armée de mes lunettes noires et de mon grand chapeau, je glisse incognito dans le premier taxi qui s'arrête devant moi. Quand le chauffeur me demande où est-ce que je dois me rendre, je donne machinalement l'adresse de mon refuge. Mon refuge ? Un appartement modeste dans les quartiers de Shibuya. Il n'a rien à voir avec mon immense appartement, mais il a le mérite de ne pas être connu ni par la presse, ni par les journalistes et encore moins par les fans. Si je fais attention, j'assure ma tranquillité. Je suis toujours méfiante quand je rentre dans l'immeuble, prenant garde à ne croiser le regard de personne susceptible d'ébruiter la rumeur de ma présence dans ces lieux. Mais jusqu'à aujourd'hui je n'ai eu aucun problème. J'ai d'ailleurs la chance de n'avoir qu'un voisin a mon étage. Et quel voisin ! Il n'a pas l'air de savoir qui je suis. Alors je suis contente parce que je peux vraiment souffler. Je m'avachis un peu, regardant sans voir le décor par la vitre. Nous arrivons bien vite devant l'immeuble et je règle à la hâte le chauffeur qui commence à essayer de regarder sous mon chapeau. Sans un mot, je claque la portière et me précipite dans l'immeuble rassurant. Enfin, j'avance comme je peux. Mes talons me font souffrir. En appuyant pour appeler l'ascenseur, je ne tiens plus. D'une main, je m'appuie pour retirer mes chaussures et pousse un soupir d'extase. C'est carrément jouissif sérieusement ! Je cours, sur les talons parce que bon sang j'ai trop mal, dans le couloir et sors mon trousseau de clé. Je m'y reprend à deux fois, m'énerve contre ces clés qui refusent d'obéir, je la tourne dans la serrure et ... la moitié reste dedans. Pu... Quoi !!? Je pousse un cri et tambourine contre ma porte. Pourquoi est-ce que le sort s'acharne contre moi ? Je ne rêve que d'un bon bain, de bulles de savon. Je visualise déjà mon canapé que je meurs d'envie d'épouser là tout de suite et tambourine une nouvelle fois avant de glisser jusqu'au sol. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Je sors mon téléphone. Je crois que je n'ai pas trop de choix, il va falloir que je me rende dans mon autre appartement. Je me lève avec difficulté et pivote. En redressant la tête, un sourire éclaire mon visage. Oh, tiens, mon voisin. Il ne pourrait tout de même pas refuser l'hospitalité à une faible femme sans logis ! Je me jette presque sur sa porte et tambourine dessus.  « Joo-Won ! Joooooooooo-Woooneuuuuuh ! Aides-moi je suis à la rue ! » comment est-ce que je connais son prénom ? Je suis allée regarder dans sa boîte aux lettres, un jour où je l'avais croiser quand il prenait son courrier. Avec le plat de ma main, je tape sur la porte. Je peux faire ça longtemps alors s'il tient alors sa tranquillité il ferait mieux de m'ouvrir.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 21 Fév - 1:53
make up sex
joowon saori


en y repensant, tu n''étais pas retourné dans ton appartement depuis plus d'un mois maintenant. ta baignoire t'as manqué. depuis tout ce temps, t'as créché dans différentes chambres d'hôtel. chaque semaine tu changeais de lieu. c'est comme ça, t'as jamais cherché à l'expliquer parce que c'est trop bizarre. t'as le besoin de bouger. de vivre un renouveau à chaque fois. les prix des chambres t'importent peu. t'es pas en manque d'argent, bien au contraire. tu pars pas trop souvent en vacance. généralement, quand tu vas quelque part, c'est financer par une boite. c'est toujours en rapport avec le boulot. en plus, t'es pas un gros dépensier. t'es plutôt à mettre ton argent de côté pour plus tard s'il t'arrive une galère.

cette salle de bain, tu ne l'as pas vu depuis un mois. la dernière personne qu'est passée, c'est la femme de ménage qui vient tous les quinze jours pour dépoussiérer tout ça. d'ailleurs, elle est venue ce matin avant ton arrivé. tu l'as appelé avant l'un de tes cours. tu voulais que ton appartement soit tout propre avant que tu poses un orteil dedans. la propreté c'est super important !
tu allumes à l'aide d'une télécommande proche de toi la chaine hifi. du classique, chopin. rien de mieux qu'un bain et du classique. il manque plus que le verre de vin, mais tu as oublié. tant pis, tu vas faire avec. tes doigts se balancent de gauche à droite, ils dansent sur les tristes mélodies. tes yeux fermés, tu cherches à intégrer les sentiments de la composition. mais non tu ne peux pas ! t'entends gueule de l'autre côté de chez toi. ta voisine, pas de soucis, tu sais quand elle est là. tu cherches malgré tout à rester dans ton ambiance apaisante. néanmoins la voilà en train de tambouriner sur ta porte.

tes yeux remplis de colère s'ouvrent brusquement. en la connaissant, non plutôt en l'ayant déjà vu faire, elle allait rester à faire son boucan encore longtemps. tu décides de sortir de l'eau. tu manques presque de tomber. tu reprends ton équilibre pendant que ta rage augmente petit à petit. tu prends la première serviette pendue pour te la foutre autour de la taille. tu prends soin quand même d'y faire un petit nœud. tu regardes un instant tes jambes. mince, la serviette arrivée au dessus  des genoux. tu ne dois pas trop traîner du coup.

arrivé devant la porte, tu regardes dans le judas. c'est bien elle par ton grand malheur qui vient pourrir ton moment d'extase. tu ouvres toutes les serrures (parce qu'on est jamais assez prudent). cependant, tu écartes la porte un tout petit peu pour éviter de montrer ton corps (presque) nu. bonsoir. tu restes malgré ta colère humble.
.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 21 Fév - 2:51
make up sex
joowon saori


Ça fait cinq bonnes minutes que je tape sur la porte. J'y met même le poing, à force. Si bien que j'ai super mal et je vois ma main rougir. Je suis finalement là à me demander s'il va seulement m'ouvrir. Est-ce qu'il est là en fait ? Ça se trouve non. Si ça se trouve, il est dehors, confortablement installé devant son assiette dans un restaurant chicos, avec une fille aux jambes interminables mais à la discussion chiante. Ça lui va bien, de toute façon. Parce que Joo-Won c'est le prototype même de l'homme classe, bien propre sur lui. Vous savez le type d'homme toujours tiré à quatre épingles, jamais un mot au-dessus de l'autre. Vous remettez ? Bah ça c'est mon voisin !  « Ah ! Joo-Won ! » J'allais désespérer, toute seule derrière la porte. Mais ma mine réjouie se transforme en renfrognement de sourcils quand il n'ouvre clairement pas la porte. J'ai à peine l'espace de passer un bras, ma poitrine coincerait pour sûr. Les mains sur les hanches, je réponds machinalement à son bonsoir un peu glacial. Je m'apprête à lui expliquer de long en large en travers mon épopée. Je sors donc ma clé. « Comme tu peux le constater, je me retrouve à la porte. La gardienne n'est pas là pour me fournir un double. Et de toute façon, il faudrait que j'appelle quelqu'un pour retirer le bout de clé dans la serrure. Tu ne veux pas m'héberger ? » Un homme seul hébergeant une femme seule ? Oui oui c'est tout à fait normal dans ma tête. Je suis bien contrariée que la porte soit à peine entre baillé, comme si j'étais un commercial ou le représentant d'une secte. Mais si je veux le gîte et le couvert ce soir, j'ai intérêt à rester tranquille. Soudain, j'entends les portes de l'ascenseur s'ouvrir et une voix qui m'est familière me parvient aux oreilles. Shit ! Comment est-ce qu'il a fait pour me trouver ? Paniquée, je pousse violemment la porte et me précipite à l'intérieur de son appartement. Je referme la porte et regarde par l'oeil de boeuf. Mon manager est au téléphone demandant si on est bien sûr de m'y avoir vu. A son tour, il tambourine à ma porte et après plusieurs minutes, il finit par capituler et rebrousser chemin. Mon coeur bat la chamade, j'ai l'impression qu'il va sortir de ma poitrine. Une main sur le coeur je me retourne vers mon voisin avant de faire une nouvelle syncope.  « Oh my ... Is that legal ? », dis-je en pointant du doigt la montagne de tablette de chocolat sur le corps de Joo-Won. Oui quand je suis choquée j'ai tendance à m'exprimer en anglais. Sans doute des réminiscences de mon séjour au pays des kangourous. Impressionnée - bah oui je l'ai toujours vu habillé et c'est toujours difficile d'imaginer ce qu'il peut y avoir sous un costume - je me penche littéralement sur ses muscles, le nez presque collé dessus. Du bout des doigts, je compte les tablettes.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 21 Fév - 14:57
make up sex
joowon saori


tu gardes toujours la porte entrouverte. on n'est jamais assez prudent. toi aussi, y'a des personnes que tu n'veux pas voir. pas parce que t'as des ennuies. non. des gens qui n'arrêtent te vouloir à tout prix te parler ou simplement te voir. tes femmes aussi, qui veulent en savoir doit disant plus sur toi et qui font minent d'être bourrées afin de pouvoir rester la nuit chez toi. cette société te fera perdre la tête un jour. tu deviendras fou à cause d'elle. mais pour l'instant ça va bien là-haut. peut-être plus pour très longtemps à cause de ta voisine. elle raconte ses mésaventures. tu comprends le bizarre qu'elle a fait plus tôt. tu l'écoutes sans rien dire, presque d'un air désintéressé. mais bon, tu prends quand même la peine de l'écouter. c'est déjà beaucoup. surtout que tu commences à te les geler. t'es en serviette et encore mouillé. t'es sorti à la hâte de ton bain. t'as même pas eu le temps de t'essuyer avant d'ouvrir la porte.

du bruit émane de l'ascenseur. ça fait réagir ta voisine qui s'empresse de rentrer chez toi. elle referme la porte derrière elle. vous êtes très proches. elle ne s'en rend pas compte immédiatement parce qu'elle est trop préoccupée à regarder par le judas de la porte. toi, tu ne bouges pas. t'as juste un regard blasé de la situation. t'es loin d'être con. tu sais déjà que ta soirée est foutue avec son arrivé.

oh my ... is that legal ? elle vient de remarquer que t'es presque nu. sauf que t'as presque oublié ce détail, que t'es presque à poil devant elle. tu suis son regard et tu remarques qu'elle est en train de mater ton torse. tu fronces les sourcils et pose tes mains sur ton corps comme si tu cherches à le cacher de ces yeux pervers. ne vous gênez surtout pas !  tu soupires. tu sens déjà que la soirée va être difficile à supporter. tu la pointes du doigt et la regarde droit dans les yeux. restez ici, ne bougez pas. j'vais me vêtir. ton doigt reste pointé, les yeux fixés. c'est pour qu'elle comprenne.
une main posée sur ta serviette pour la sécurité, tu vas vers ta chambre. tu te retournes une dernière fois vers elle, le doigt encore menaçant. pas. bouger. tu hausses un sourcil. puis, tu vas dans ta chambre.


Spoiler:
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 21 Fév - 21:41
make up sex
joowon saori


Je dois dire que ce soir c'est une toute autre vision de mon voisin que j'ai. Adieu voisin rasoir et bonsoir bel Apollon. Comment ais-je fait pour ne pas voir son potentiel physique ? Peut-être à cause de son caractère barbant et petit pantouflard. Quoiqu'il en soit je le découvre maintenant, tout ruisselant de gouttes d'eau et uniquement vêtu d'une serviette nouée autour de ses hanches. En un mot ? Sexuel ! Bref, je me redresse, la main devant la bouche pour couvrir mon rire. C'est amusant de le voir se couvrir et de me parler si formellement alors qu'il semble plus âgé que moi et que je m'adresse de façon informelle. Non, je ne compte pas me gêner. On m'a appris à apprécier les belles choses de la nature. God bless the genetic ! Croisant les bras sous ma poitrine, je louche quand il me pointe du doigt, à quelques centimètres de mes yeux. Pourquoi me parle-t-il comme à une enfant ? J'ai passé largement passé l'âge des remontrances et encore plus des "pas bouger". Je fronce les sourcils. Pense-t-il que je vais rester sagement sur le pas de la porte alors qu'il est en train de se déshabiller et rhabiller ? C'est vraiment mal me connaître. Pourtant, je reste immobile, même quand il se retourne pour m'intimer l'ordre de rester tranquille. Une fois qu'il a le dos tourné, je me couvre la bouche et éclate silencieusement de rire. A pas de loup, je me dirige vers la pièce qui doit être sa chambre et entrouvre la porte. Il voulait vraiment me faire rater un tel spectacle ? Finalement j'ouvre un peu plus la porte et m'appuie contre le mur. Comme je vois qu'il ne m'avait pas remarqué, j'ai l'extrême courtoisie de signaler ma présence en m'éclaircissant la gorge.  « Oh ça va ... ce n'est pas comme si tu es le premier homme que je vois nu. Le premier à se cacher, ça oui. Si tu veux on peut être à égalité comme ça tu te sentiras moins seul. », ajoutais-je l'air moqueur en tirant sur le tissu de ma robe.   « Pour dépanner, je peux te préparer le dîner. » Je suis peut-être une idole capricieuse, mais j'ai vécu loin des projecteurs pendant 3 ans. Alors je sais au moins comment me maintenir en vie.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 14:12
make up sex
joowon saori


Enfin dans ta chambre, tu regardes rapidement ta garde robe. Normalement, tu te mettrais en pyjama. Sauf que tu ne peux te le permettre. Ta voisine s'est gentiment invitée chez toi. Perfectionniste comme t'es, tu ne peux te permettre d'être en jogging devant elle. Tu ne veux pas paraître pour un mec qui va faire son sport ou la grosse larve de service. Mince... Toi qui voulais te relaxer ce soir, c'est foutu. Tu vas devoir porter encore tes pantalons, une chemise et une ceinture. Tout ça, s'en les froisser parce que tu hais avoir des plis sur tes vêtements.

Une fois les vêtements sélectionnés, tu les poses sur ton lit. Tu enlèves la serviette que tu as autour de la taille pour nettoyer les gouttes qui coulent sur ton corps. Tout à coup, alors que tu penses être seul, quelqu'un te parle. Encore une fois, tu te précipites pour te retourner et mettre ta serviette au niveau de ton organe génital. T'es légèrement pudique en face de personnes que tu ne connais pas et même ceux que tu côtoies depuis des années.

oh ça va ... ce n'est pas comme si tu es le premier homme que je vois nu. le premier à se cacher, ça oui. si tu veux on peut être à égalité comme ça tu te sentiras moins seul.
Que vient-elle de dire ? As-tu bien compris le fait qu'elle voulait se mettre nue ? Tu crois avoir bien écouté. C'est vrai qu'elle a de belles formes, que ce ne serait pas une vision d'horreur si elle exposerait son corps dénudé. Mais tu peux t'en passer.
pour dépanner, je peux te préparer le dîner.
Elle veut rester manger en plus ? Tu pensais qu'elle allait resté un court instant avant d'aller squatter chez une amie. Après, elle a peut-être pas de potes... Mais ça t'étonnerait quand même. Non, tu ne veux pas manger avec elle. Tu veux rester seul ce soir. Faire tes trucs de vieux.

De un, je vous prierai de rester habillée. Et de deux, j'ai déjà mangé.
C'est un mensonge que tu viens de balancer. Tu n'as pas mangé. T'es rentré et tu as directement pris ton bain. Tu ne veux pas qu'elle te fasse ton repas. Elle va sûrement faire des choses que tu n'as pas le droit de prendre. Et elle sait peut-être pas bien cuisiner. De toute manière, t'as juste pas envie de partager ton repas avec quelque d'autre.
Maintenant, si vous voulez bien me laisser m'habiller ce serait bien aimable de votre part. Dis-tu avec un ton légèrement sarcastique.
Spoiler:
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 17:44
make up sex
joowon saori


Pourquoi c’est aussi hilarant de le voir réagir comme ça ? Peut-être parce qu’il parait plus vieux que moi et que de le voir jouer à la vierge est hilarant. C’est dommage qu’il se trouve, alors qu’il montrait tout son potentiel. Mais bon, j’ai le temps, après tout. Quand j’ai envie de quelque chose, je l’ai toujours. Joo-Won marque un temps de pose avant de me répondre. J’aurais préféré qu’il mette plus de temps pour réfléchir d’ailleurs. Sa réponse ne me plait pas. J’affiche une mine boudeuse, le nez plissé, mais n’ajoute rien. Bon, s’il a déjà mangé, c’est lui que ça regarde. Il va rater quelque chose. A son ordre de rester habillée, je me contente de simplement hausser les épaules. C’est dommage, il aurait pu en profiter pour mater. Il est gay ou quoi ? Non parce que je ne connais pas un seul mec qui refuserait qu’une fille se déshabille, juste pour le fun. Je ne suis pas spécialement exhibitionniste ou extrêmement pudique. Disons que je suis fière de mon corps. Je passe mon temps à en prendre soin, parce que mon corps est aussi une partie de mon outil de travail. Si je ne m’entretiens pas, je ne vends pas. Alors oui, il m’arrive de manger plein de cochonneries – que je passe des heures à éliminer dans le sport – mais la plupart du temps, j’essaye de faire attention à ce que j’ingurgite. Je vois qu’il me regarde avec insistance. Je m’apprête à lui demander ce qu’il me veut, avant qu’il ne me fasse clairement comprendre de dégager pour qu’il puisse s’habiller tranquillement. Je lève les yeux au ciel, consternée par son pudisme. « Ca va, j’ai déjà tout vu de toute façon », m’exclamais-je en agitant la main en l’air. Je pivote sur moi-même et sors donc de sa chambre, prenant soin de refermer la porte derrière moi. Ce voisin est encore plus rasoir que ce que je n’avais prévu. Je pensais avoir un peu d’espoir en apercevant son corps, mais il faut croire que je me suis trompée. C’est triste d’avoir un corps comme le sien et de ne le montrer à personne. Enfin, personne ? En me dirigeant vers la cuisine – enfin, j’espère que c’est la cuisine – je passe devant le salon. Il n’y a aucune photo de fille, ni de décoration féminine. Tout ici respire l’homme célibataire par excellence. S’il avait une copine ou bien une régulière, ça se serait vu, non ? J’entre donc dans la cuisine et ouvre sans gêne son frigidaire. J’ai toujours été très culottée comme fille. Pourquoi faire la timide, après tout ? On perd du temps et ça n’a rien de mignon. Je vois une quantité astronomique de légumes, alors je m’en saisis de plusieurs. Certains ne vont bientôt plus être bons, alors autant qu’ils servent maintenant. En vérité, je lui rend un peu service. Je m’occupe de faire bouillir le riz et prépare en même temps les légumes que je vais mettre dans le bouillon. J’enroule mes cheveux derrière mon dos pour ne pas être dérangée. J’ai une chanson en tête, alors je me mets à la chanter à tue-tête. C’est mieux, parce que cet appartement est tellement silencieux, c’est à se demander si quelqu’un y vit. Sérieusement, il ne met jamais un peu de musique, ou même la télévision pour créer un fond sonore. Au contraire de moi, Joo-Won est méga discret, je ne l’entends jamais. Je fais bouillir le tout et me sers un bol. Comme si je suis chez moi, j’ouvre les placards, sors un bol et des couverts avant de m’asseoir à table, la chanson toujours en tête.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 19:34
make up sex
joowon saori


bon, enfin elle sort de ta chambre. tu restes quand même quelques secondes à fixer la porte. t'es trop tendu. tu veux être certain qu'elle ne va pas encore rentrer telle une voleuse dans ta chambre. rien. la situation semble s'être calmée. du coup, tu en profites pour te changer rapidement. tu vas devant ton miroir pour t'appliquer ta crème de nuit et tu te vaporises le visage d'une eau distillée (comme tous les soirs). tu tapotes ton visage pour retendre soi disant ta peau. tu t'examines un instant dans le miroir en pivotant ton visage de gauche à droite. tu ouvres en grand ta bouche et souffles dans l'une de tes mains pour sentir ton haleine. hmmm... tu prends un autre spray que tu mets dans ta bouche. saveur menthe intense pour les curieux. tu ne restes pas plus longtemps dans ta chambre, peur que ta voisine mette feu à ton appartement.
discrètement, tu fermes la porte derrière toi. tu veux voir ce qu'elle fait. elle a l'air de s'intéresser à la décoration de ton logement. elle ne va pas trouver grand chose. t'es pas du tout matérialiste. en plus, tu vis dans ton appartement maximum une semaine par mois. tu n'y restes jamais très longtemps. tu n'as aucune photo d'accrochée. rien qui concerne ta vie y est exposé. l'ambiance peut paraître triste, mais tu aimes la simplicité et la neutralité. en plus, t'es pas du genre à te prendre en selfie avec le peu d'amis que tu as.
tu l'entends chantonner. elle semble savoir chanter. enfin, sa voix n'est pas insupportable. cependant, la musique qu'elle est en train de fredonner, elle te sort par les yeux. t'es le genre de personne à écouter du classique ou du jazz. les musiques actuelles sont une torture. pendant qu'elle se prépare son plat, tu en profites pour aller mettre un 33 tour de mozart. dès que la musique commence, tes yeux se ferment. tu t'empreignes des mélodies. c'est si beau !

Spoiler:
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 21:33
make up sex
joowon saori


Je suis bien obligée de faire un peu de bruit, sinon je vais mourir d’ennui. Je n’aime pas trop les silences, les maisons trop tranquilles. Même si je vis seule, il y a toujours un peu de bruit quelque part : l’eau qui coule, la machine à laver, la musique ou bien la télévision. Je peux supporter un appartement vide. Après tout, mon appartement secret est très peu meublé. Je n’ai pas pris le temps de le faire. De toute manière, je n’en ai pas l’occasion et ça pourrait paraitre suspect, si j’achète subitement des meubles. Il y a l’essentiel, c’est tout ce qui compte. Cet appartement est plus mon lieu de refuge, comme une espèce de grotte où je viens me cacher, où je peux me permettre de m’évader. A part moi, personne ne connait l’existence de ce petit échappatoire, ce qui arrange bien mes affaires. Alors de voir le sien si peu meublé ne me choque pas plus que ça. à bien le regarder, on remarque tout de suite qu’il est le genre occupé, jamais à la maison. S’il a l’intention de se marier un jour, je plains sa future femme. Sérieusement, elle a intérêt à se trouver un passe-temps – ou bien un amant – parce qu’elle goûtera plus la vie de célibataire que de femme fraîchement mariée. Mais bon, ça ce ne sont clairement pas mes affaires. Alors je replonge le nez dans mon bol. Le plat est bouillant, alors je fais un peu de bruit quand je mange. Je m’en fous un peu, de faire la fille distinguée ou pas. Joo-Won m’a clairement vu dans des états plus déplorables. Je me demande comment a-t-il fait pour ne jamais abuser de la situation. soit je le dégoûte trop, soit il est un véritable gentleman comme on n’en fait plus. J’espère que c’est la deuxième solution, parce que la première craint vraiment. Je fredonne, la bouche pleine, avant d’entendre un fond sonore musical. Tiens ! Je termine mon assiette et place le tout dans l’évier, je nettoierais plus tard. En me rapprochant du salon, la musique me parvient clairement aux oreilles. Du classique. « ça te correspond bien je trouve. » cet homme manque cruellement d’originalité. Sans qu’il ne me le dise, j’aurais très bien pu deviner qu’il était le genre à écouter du Bach ou du Mozart ou peu importe le compositeur actuel. Je le contourne et m’installe confortablement sur son canapé. Les jambes ramenées dessus, je pose ma main sur ma cheville. « De qui est-ce ? » Aller, je veux bien me montrer sympathique.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 12 Mar - 22:15
make up sex
joowon saori


dans ton salon, le fessier écrasé contre le cuire sombre de ton canapé, tes oreilles jouissent à la musique classique. ce genre de son te permet de t'évader et de relâcher toute pression accumulée pendant ta journée. à chaque jour à la fin des cours, tu écoutes un album comme ce soir. c'est ton petit plaisir que personne ne pourra te voler, ni t'interdire. l'amour de la musique classique vient de ton arrière grand-père. il avait les mêmes habitudes que toi. tous les jours de la semaine, il écoutait un artiste différent. il fumait sa pipe et tout en étant assis dans son fauteuil, il passait des heures à écouter les mélodies... tu le revois encore. ce souvenir vient marquer délicatement un sourire sur tes lèvres.

tu as presque oublié la présence de ta voisine dans ton appartement. d'ailleurs c'est le bruit de vaisselle qui vient de te le rappeler. comment as-tu pu passer au-dessus de ça ? toi qui est normalement trop pointilleux, trop méfiant sur toutes choses. normalement, tu aurais dû l'espionner du coin de l'œil depuis tout ce temps. mais les souvenirs tendres sont plus forts que toute ta parano.

ça te correspond bien je trouve. ces mots viennent te bousculer dans ton au-delà. ce n'est pas plus mal. il faut que tu gardes le contrôle de ton logement et de toi-même maintenant. une autre personne que toi se trouve actuellement dans ton appartement. et les gens ne peuvent pas savoir à quel point cela t'es stressant. de qui est-ce ? soudain, le sourire qui se trouvait accroché à tes lèvres, vient à disparaître. tu la regardes d'un air abattu. tu cherches à savoir si elle vient d'en faire exprès de te poser cette question. elle cherche peut-être à faire la conversation. en tout cas, tu l'espères de tout ton cœur. comment ne peut-il pas connaître mozart ? dites-moi, êtes-vous vraiment ignorante sur l'artiste ou c'est simplement pour combler le vide ?

Spoiler:
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 12 Mar - 22:27
make up sex
joowon saori


Il n'y a pas à dire, je l'agace vraiment. Il n'y a qu'à regarder la moue qu'il fait quand il ouvre enfin les yeux et m'observe. Je suis désolée, mais je n'ai pas l'habitude de rester muette quand je suis avec quelqu'un. Ca doit être un très familial. On est plutôt sociable. Le pauvre, il n'a vraiment pas de chance d'être tombé sur une voisine comme moi. Encore heureux, il n'y a pas la troupe de fans qui vient frapper à ma porte pour venir perturber son quotidien tranquille. Je soutiens son regard incrédule et attends qu'il me pose la question. Visiblement, je suis une attardée mentale pour lui. Je suis désolée, mais nous ne sommes pas obligé d'avoir des connaissances étendus en classique pour avoir une certaine intelligence. Je me racle la gorge et reporte mon attention sur le poste qui joue la musique. « Et bien, j'ai bien reconnu qu'il s'agissait d'un Requiem. Mais dire quel est le compositeur, j'en suis incapable. » Tiens, pourquoi est-ce que je me mets à parler dans un langage formel ? Ca doit être l'ambiance de la pièce. Je ne suis pas très fan de la musique classique. Même s'il peut m'arriver de m'asseoir et d'apprécier la mélodie. Le classique a certaines valeurs relaxantes que je lui concède. Mais je suis plus du genre à aimer une musique sur laquelle on peut danser. J'aurais dit Mozart, mais c'est parce que c'est le seul compositeur qui me vient à l'esprit. Pour ce qui est de la mélodie, j'avais reconnu les accents tristes propres aux requiem. Pourquoi est-ce qu'il met ce genre de mélodie ? Il prépare un suicide ou quelque chose dans le genre ? « Il faut vous détendre, vous savez ... Vous devez manquer de relations sexuelles. Essayez, ça va vous détendre. » Je rigole avant de détourner mon regard de lui. Je ne sais pas pourquoi, je ne me défais plus de ce langage formel. Voilà que je me suis mise à le vouvoyer alors que je passais mon temps à le tutoyer.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 12 Mar - 23:23
make up sex
joowon saori


ces mélodies pour toi sont un tout à ta personnalité. elles te reflètent en quelque sorte. elles disent les choses que tu n'arrives pas à exprimer. physiquement, tu fais froid et coincé peut-être. en tout cas, c'est ce que tu as entendu plusieurs fois de la bouche des gens. mais, tu as grandi comme tel. tu t'es enfermé au fil des années. ta jeunesse fut un moment assez difficile. tu n'étais pas proche de tes parents. quand ton petit-frère est arrivé au monde, tu as pris cela pour une trahison. tu t'es rebellé. tu as fait de mauvaises choses dont tu n'es pas fier aujourd'hui. tu t'es éloigné d'eux. tu t'es mis tout seul dans une cage, dans un silence presque éternel. alors maintenant, tu as ce comportement prétentieux. juste parce que tu ne dis pas les choses. parce que tu en veux peut-être encore à certaine personne qui t'ont fait du mal. aux gens qui n'ont pas cherché à te comprendre. ou alors, t'es simplement trop têtu. tu restes encore dans cette haine qui te pollue la vie depuis bien trop longtemps.

et bien, j'ai bien reconnu qu'il s'agissait d'un requiem. mais dire quel est le compositeur, j'en suis incapable. la jeune femme semble avoir du caractère. tes paroles étaient sûrement un peu arrogantes envers elle.  parfois, tu es maladroit. possible que tu le sois trop souvent. alors, tu cherches à te reprendre. après-tout, tu n'es pas à la recherche d'ennemis. excusez mon insolence. tu marques une pause dans ta phrase et dans ta voix. tu es sincère et tu n'as pas l'ambition de jouer avec ta voisine. je n'ai seulement pas l'habitude d'avoir de la compagnie le soir. tu viens de parler de toi. sans vraiment t'en rendre compte encore une fois. tu as sans doute un besoin de confession.

il faut vous détendre, vous savez ... vous devez manquer de relations sexuelles. essayez, ça va vous détendre. un sentiment plutôt négatif te gagne. comment peut-elle te juger alors qu'elle ne te connait pas ? mais tu te retiens. tu tentes de prendre sa réplique de manière amusante et non comme un jugement ou un reproche. tu te dis autant en profiter de cette présence pour discuter. t'ouvrir aux autres te changerait un peu. normalement, tu ne risques pas grand-chose. au pire des cas, tu ne tenteras plus. manquer de relations sexuelles ?... sûrement. dis-tu avec un sourire amusé. mais ce qu'elle vient de te dire vient te faire cogiter. depuis combien de temps n'as-tu pas toucher à une femme ? trop longtemps il faut croire... qui était ta dernière conquête ? tu ne t'en souviens même plus. voyez-vous, je n'ai pas le temps pour ce genre de choses. en fait, c'est faux. tu pourrais faire comme de nombreux hommes le font, ramener une femme le soir et coucher avec. c'est une excuse que tu as bien trop utilisé.  
 
Spoiler:
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 13 Mar - 1:02
make up sex
joowon saori


Ah, il s’est excusé. Je ne sais pas si c’est parce que j’utilise un langage formel pour lui parler, désormais. Mais je lève la main, pour dire que je ne lui en veux pas. Après tout, je ne me formalise pas vraiment sur ce genre de choses. Sasuke me manque bien plus de respect que ça, alors bon, je commence à prendre l’habitude. Ça m’étonne même qu’il s’excuse. Ou pas, en fait. Joo-Won a tout l’air d’être le genre d’hommes prévenant, plutôt gentleman en général. On dirait que cet aspect-là se confirme. Et puis j’écarquille les yeux face à ce qu’il me dit, avant d’éclater de rire. « Je ne m’attendais pas à ce que vous répondiez aussi franchement. » Je me couvre la main en rigolant. C’est moi ou est-ce qu’il est en train de se détendre, petit à petit ? Bon, ce n’est pas non plus la franche rigolade, mais il s’est débridé un petit peu au moins. C’est déjà un bon début, non ? La main me servant d’appui-tête, je réfléchis à ce qu’il vient de dire. Si, techniquement, on peut toujours trouver un peu de temps pour se soulager – si je peux me permettre de parler comme ça. Mais je crois qu’il voulait plus parler de relation, sur la durée quoi. J’acquiesce silencieusement. Je n’ai pas non plus le temps de m’investir dans une relation. D’autant plus que si je veux vivre une relation un tant soit peu sérieuse, je devrais la cacher. Autant dire que ce n’est pas mince à faire. J’ai déjà beaucoup de mal à garder mon appartement secret. Il n’y a qu’à voir mon manager qui a découvert ma cachette secrète. Heureusement pour moi, il n’a pas pu confirmer qu’il s’agissait bien de mon appartement. Je soupire. « Je peux comprendre … Vous faites quoi comme métier ? » Je crois que c’est la première fois que j’ai une vraie discussion avec mon voisin. D’habitude, nous nous croisons en coup de vent ou alors j’ai besoin d’un coup de main pour quelque chose. Plus récemment, j’étais dans un état d’ébriété avancé. Je crois que c’est la première que l’on se parle sans que je suscite de l’agacement ou une profonde envie de s’enfoncer dans un trou de souris. C’est assez agréable, je dois dire. « De toute façon, c’est toujours compliqué de s’investir dans une quelconque relation. Il faut du temps, pouvoir faire confiance à l’autre aussi. » Autrement dit, c’est plus simple que de ne faire à confiance à personne. Ah, c’est moi ou bien l’ambiance de la soirée a un peu changé ? C’est peut-être parce qu’il s’est rhabillé. « On ne devrait pas être en train de déguster du vin en écoutant du classique, normalement ? », ajoutais-je avec un sourire moqueur. Je n’étais pas non plus contre l’idée.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 13 Mar - 13:44
make up sex
joowon saori


Votre début de soirée prenait un mauvais tournant. Au début, sa présence te dérangeait. Ta voisine avait bousculé ta petite vie tranquille, ton petit train quotidien. Mais maintenant, tu sembles apprécier sa présence. Tu te dis autant profiter de son arrivé chez toi. Tu essayes de faire des efforts et de sembler amicale et ouvert d’esprit.  Après tout, elle ne te semble pas méchante et si désagréable que ça. Ta voisine, tu ne la connais pas vraiment. Tu la croises de temps à autre dans les couloirs. C’est rare vu que tu es presque jamais dans ton appartement. Des fois, vous échangés quelques mots dans l’ascenseur ou au niveau des boites aux lettres. Mais tu n’en sais pas plus sur elle, mise à part qu’elle vit juste à côté.  D’ailleurs c’est à peu près le cas pour toutes personnes. Tu n’apprends pas à les connaître. Tu te dis pris par le temps, alors tu ne prends pas la peine d’en savoir plus sur eux. Et ces soirées qui permettent de discuter avec autrui sont rares. Le soir en semaine ou le week-end, tu ne vas pas dans les bars ou les boites de nuits. Tu penses que c’est dépassé pour ton âge. Ce que tu fais, c’est passer la majeur partie de ton temps derrière ta tablette électronique, tes papiers administratifs ou les dossiers scolaires. Ta vie n’est pas bien passionnante. Mais tu n’en es pas malheureux.

La jeune femme du nom d’Arai (merci la boite aux lettres) paraît surprise par rapport à ta franchise. Il est vrai que tu as beaucoup de fierté, mais tu sais reconnaître quand tu as tort. Quand ton comportement est mal et tes mots trop brutes. Comparé à d’autres hommes, tu sais te remettre en question. Peut-être est-ce l’âge qui joue sur ce trait de caractère que l’on peut appeler la maturité.

Je suis professeur en économie et gestion à la Royal Private School. Et je superpose quelques autres petits boulots à côté. Tu es assez fier de ta profession. Tu aimes être un professeur. Même si ce n’est pas tous les jours simples, enseigner aux autres serait presque une passion. Et vous si ce n’est pas trop indiscret ? Tu penses qu’elle est mannequin, ou vendeuse de cosmétique ou de vêtements.  C’est son physique qui te fait penser à ce genre de métier. La jeune femme a l’air de prendre soin d’elle. Ces vêtements sont de marques, ses cheveux longs et soyeux comme dans les clips vidéo et son visage toujours maquillé. Bref, elle est toujours apprêtée.

De toute façon, c’est toujours compliqué de s’investir dans une quelconque relation. il faut du temps, pouvoir faire confiance à l’autre aussi. Tu es en accord avec ces mots. Tu ne te vois pas dans une relation. Peut-être parce que tu penses que ton compagnon ne pourrait pas te supporter et suivre ton train de vie et toi, la sienne. Et une relation impose des concessions. Pour l’instant, je ne me vois pas lâcher quoique ce soit dans ma vie.  Des années maintenant que tu es professeur et que tu sautes entre tous les jobs à la fois. Ton quotidien actuel est typiquement celui d’un vieux célibataire qui a ses vieilles habitudes.

On ne devrait pas être en train de déguster du vin en écoutant du classique, normalement ? Enfin un sourire vient décrocher tes lèvres. Ce stéréotype t’amuse toujours autant. Enfin, pour ton cas il s’applique quelque fois. Généralement, tu sirote un jus de fruits maison parce que tu évites l’alcool le plus possible. Tu décides ainsi de te lever du canapé pour aller chercher une bouteille de vin dans ta cuisine. Tu reviens avec deux grands verres à ballon que tu disposes sur la table basse en verre. Un vin de 1994. Une bonne année. Le vin rouge est l’un des seuls alcools que tu bois. Avec l’âge, tu as appris à apprécier le vin et à connaître ses meilleures saveurs.  Tu commences donc à ouvrir la bouteille, à verser un fond dans ton verre pour ensuite, remplir à moitié celui de ton invité. Tu fais de même pour le tien et une fois la bouteille posée, tu lèves ton verre en hauteur dans la direction de la femme brune. À notre connaissance.
 
Spoiler:
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
[/quote]

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 13 Mar - 18:57
make up sex
joowon saori


Professeur ? C’est bizarre, ce n’est pas le métier auquel j’aurais pensé, de prime abord. Sans doute quelque chose dans le business, un directeur d’une grande enseigne, un négociateur ou bien un avocat. Je ne réponds pas tout de suite à son retour de question. Esquivant, j’enchaine avec quelque chose d’autre. Hum, ce n’est pas que j’ai honte de ma carrière, c’est que disons, je ne sais pas trop comment il pourra réagir si je lui apprends ça. Etrangement, il ne me semble pas être le genre de personne à vouloir vendre le scoop. Je pense, qu’au contraire, il s’en ficherait. Le seul truc qui risquerait de l’inquiéter, c’est que sa tranquillité soit perturbée. Je le conçois, ce n’est pas facile que de vivre à côté d’une célébrité. Le bruit plus tous les préjugés qu’on peut avoir sur nous. Du genre, des personnes à se droguer et faire la fête tous les soirs, de n’avoir aucun respect pour les voisins ou pour les autres d’ailleurs. Pour ma part, je n’ai jamais touché à la drogue et ça ne m’intéresse pas des masses. Pour ce qui est des soirées, c’est vrai que j’aime faire la fête. Mais je ne suis pas tous les soirs dehors. Par moment, j’aime la tranquillité reposante de mon appartement. Bref, je m’étale. Hum, lui aussi ne semble visiblement pas prêt à s’engager sur la durée. Il semble bien occupé, sans doute à cause de ses extras. Je me demande quel genre de métier il exerce en dehors de celui de professeur. Très certainement quelque chose en rapport avec la matière qu’il enseigne. Enfin, j’imagine quoi.

J’observe Joo-Won quitter la pièce, très certainement à la recherche d’une bouteille. C’est ce que je pense, surtout quand j’entends le bruit de verre. Tout à l’heure, il a souri et je crois que c’est bien la première fois que je vois un sourire se dessiner sur son visage. C’est un peu étrange d’ailleurs. J’ai l’habitude de le voir tirer la gueule systématiquement. Toutes les fois que je le croise, on ne peut pas dire qu’il soit l’homme le plus souriant au monde. Mais ça lui donne un petit air d’homme sexy je trouve. Inatteignable, vous voyez ce que je veux dire. Je ne pense pas que ce soit le genre d’homme qu’on met facilement dans son lit. Ah, un homme difficile. Je me saisis du verre rempli de vin et tend mon verre dans la direction du sien, les faisant résonner entre eux. Plus habitué à la vodka qu’au vin, j’approche lentement le liquide sur mes lèvres. Le goût est fort, prononcé. C’est quelque chose qu’on déguste, pas que l’on vide d’une traite. Alors je fais ma fille distinguée, je bois quelques gorgées et me penche pour reposer le verre. J’attrape la bouteille et regarde l’étiquette en riant. « Vous me croyez si je vous dis que je ne suis pas familière à cet alcool ? » J’ai au moins le mérite d’être honnête. Je me lève et me dirige vers un meuble qui contient une quantité mirobolante de musiques, classiques, j’imagine. Je finis par me tourner vers lui, le doigt tendu vers la collection. « Quelle est votre musique préférée ? »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 20 Mar - 23:32
make up sex
joowon saori


Tu apportes le liquide de couleur rouge à tes lèvres. Tu prends une petite gorge que tu laisses mijoter dans ta bouche. Tu cherches ses saveurs cachées, les goûts qui ne sont pas dévoilés dès la première gorgée. Le vin est comme une meuf. Il cache certain secret, de grandes valeurs si on prend le temps de les trouver et de les connaître. Tu reposes ton verre sur la table faisant très attention de ne pas le taper contre la table. Vous me croyez si je vous dis que je ne suis pas familière à cet alcool ? Tu la regarde d’un air plus confortable, avec des traits plus détendus. Le fait de parler plus aisément avec ta voisine de repose l’esprit. Tu n’es plus sur tes gardes dorénavant. Les choses comme les paroles et les gestes s’abandonnent petit à petit. Je vous crois. Le vin n’est pas l’alcool le plus rependu dans notre pays. Celui-ci vient tout droit de France. Je ne bois que rarement de l’alcool et si cela m’arrive, je prends du vin. Si possible un bon. Généralement, tu le commandes directement dans un grand magasin réputé en ville. Un petit magasin caché entre deux grandes filiales de vêtements américains. Tu t’y rends une fois par mois environ pour commander une ou deux bouteilles. C’est ton petit plaisir, le petit cadeau que tu te permets.

Quelle est votre musique préférée ? À ton tour, tu te lèves du canapé. Tu la rejoins près de ta collection de disques. Tu en choisis un pour le mettre sur ton tourne disque. Mon morceau préféré est Prélude n°4 en mi mineur de Chopin. La musique démarre avec ses notes d’une grande mélancolie et une profondeur aveuglante. Tes yeux se ferment par l’intensité de tes sentiments face à cette mélodie. Cette composition sera toujours une autre moitié de toi, celle dont tu n’arrives pas à parler et à exprimer. Tes yeux s’ouvrent lentement, toujours bercés par les doigts de Chopin. Voyez-vous le classique est merveilleux parce qu’il vous emporte vers un au-delà. Celui de votre choix. Il vous laisse libre à toute imagination. C’est à vous de créer l’histoire. Les notes sont là pour vous guider dans votre chemin créatif, dans vos souvenirs ou encore vos rêves. C’est pour cela que tu aimes la musique classique, elle t’offre ce que tu n’as pas. Elle te rappelle ce que tu as déjà. Elle est un tout parfait. Contrairement à des chansons où les paroles vous enferment dans un univers, un certain contexte qui peut ne pas s’adapter à vos attentes. Il ne faut pas croire que tu écoutes uniquement du Mozart ou du Beethoven. Les musiques qui passent dans tes oreilles varient et viennent d’Amérique, du Japon, de la Corée ou encore de la France. Ce n’est pas l’artiste qui compte pour toi, mais les sentiments que la musique te fait ressentir. Fermez les yeux un instant. Et dites-moi ce que Chopin vous raconte, vous fait voir. Ça peut paraître très spirituel, mais cette pratique peut permettre de prendre connaissance certaines choses que les personnes nous cachent.
 
Spoiler:
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 1 Avr - 23:11
make up sex
joowon saori


Oui, l'atmosphère a carrément changé. Je peux le sentir et voir se détendre. Au fur et à mesure, il baisse sa garde, perd de ses mécanismes et redevient naturel. J'ai l'impression de découvrir une nouvelle personne. Bien sûr, il a toujours l'air présomptueux, pompeux et maniéré. Peut-être que cela fait partie de son éducation. Oui, il est tout ça, encore, mais d'une autre façon on dirait. Il s'approche et sélectionne naturellement un disque parmi sa grande collection. Je reconnais l'air, sans vraiment pouvoir mettre un nom dessus. C'est Joo-Won qui me le donne. J'acquiesce, enregistrant mentalement l'information. Je ne sais pas trop pourquoi, d'ailleurs. D'abord du coin de l'oeil, je l'observe fermer les yeux, se laisser bercer par la musique. Et puis, plus franchement, je me tourne vers lui et le coin de mes lèvres s'étire en un demi-sourire. Je ne réponds pas tout de suite à ce qu'il me demande. « Là. Juste comme ça, vous redevenez séduisant. » Je souris avant de me retourner, face à la pile de disques et ferme les yeux. En vérité, c'est un peu personnel, un peu intime ce qu'il demande. Parce que c'est bien plus que raconter une histoire, c'est parler de soi, de ses sentiments. D'ordinaire, je suis plutôt réservée sur ces aspects. Je devrais être pourtant habituée, avec les interviews. Je trouve la mélodie plutôt triste, une fois que je me concentre. Effectivement, c'est quelque chose qui prend directement. C'est un peu comme si on est transporté dans les souvenirs. Pour ma part, ça me ramène à ma période en Australie, les coups durs, les situations difficiles mais qu'on affrontait avec le sourire, ma colocataire et moi. En revoyant son visage, je repense à son suicide et j'ouvre les yeux. « Je ne veux pas. » Et puis je pivote, allant chercher mon verre de vin à peine entamer pour l'enfiler d'une traite, lui tournant le dos. J'avoue que ça m'a un peu secoué.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 22:52
 

make up sex ft. saori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» L'Histoire de Saori Uzumaki
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» Well behaved women rarely make history ~ Jo Free (uc)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-