AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 towards the sun. ~ pv.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 28 Fév - 11:27

every second is of eternity value.
© credits 9128line.tumblr / tumblr.
--------------------------


Le regard fatigué tourné vers le ciel, sans montre, elle ne pourrait faire la distinction entre le soir ou le matin, tant le ciel est sombre. Une brise fraiche s’abat sur le centre de Chuo. Figée devant son lieu de travail dans le quartier de Ginza, Suki ferme les yeux quelques instants, se préparant mentalement pour une journée entière de travail. Elle inspire une longue bouffée d’air frais qui la réveille instantanément avant d’entrer dans le Shinwha Hotel. Elle traverse sans problème, habituée des lieux depuis quelques mois, elle s’est déjà fait un visage parmi les employés de l’hôtel mais surtout par les clients. La température est tout autre. Si bien que son manteau ainsi que son écharpe ne lui sont plus d’utilité mise à part la faire crever de chaud. Ses talons claquent contre le sol de façon sec, déterminé, à mesure qu’elle retire son écharpe, la gardant dans la main. Elle salue au loin ses collègues qui doivent être là depuis quelques petites minutes. Un regard vers l’horloge murale, il ne lui reste que cinq minutes. Un joli mince de façon moins polie en russe s’échappe de sa bouche et la jeune femme accélère le pas. Elle sait d’avance qu’elle va être en retard. Tant pis, elle subira les remontrances de son patron plus tard. Qu’importe. Elle entend déjà la voix de son père s’élevait dans sa tête. Un sourire moqueur sur les lèvres, elle part se changer rapidement dans les vestiaires des hôtesses. Elle n’est pas toute seule. Elle se rassure, pour autant, elle ne prend pas son temps. Elle se dépêche de sortir la tenue obligatoire et troque ses habits pour une jupe tailleur qui lui remonte au-dessus des genoux –à croire que la société en a profité après l’avoir vue- une chemine blanche et un veston noir avec les effigies de l’hôtel. Elle chausse ses chaussures à talons –réglementaires- ; même si Suki marche, vit avec des talons, au travail, la tâche est beaucoup plus compliqué et douloureuse. Elle jette ses affaires personnelles dans son vestiaire avant de suivre le mouvement et se retrouver sur le point de rendez-vous pour un récapitulatif de travail. Sur le chemin, elle s’attache habilement les cheveux en un chignon relevé. (…)

Ses pieds la font souffrir. Et elle n’a toujours pas finit sa journée de travail. Postée derrière le bureau d’accueil, elle remplace une de ses collègues, absentes pour la journée pour raison médicale. D’ordinaire, elle guide les clients jusqu’à leur chambre, aujourd’hui, elle est debout derrière le comptoir. Un faux sourire de bienvenue plaqué sur ses lèvres, elle accueille les clients avec une bonne volonté qu’elle pousse au cul. Les réservations au téléphone s’enfilent. Les clients qui arrivent. Elle ne sait plus où donner de la tête et elle se promet que lorsqu’elle retournera à son poste initial, elle ne se plaindra plus. Il est presque onze heures du matin, elle s’octroie une séance de bavardages avec ses collègues de façon discrète avant de sentir la menace arrivée. Au vu des regards de ses collègues, elle sait que ce n’est pas bon pour elle. « .Miss Aiko-Petrov. » une voix sèche s’élève dans son dos. Suki, lui faisant dos, affiche une grimace et un lever d’yeux au ciel magistral. Elle se redresse, affiche un sourire de circonstances. Elle se penche en avant, les mains près de son ventre et salue son chef. « .Monsieur. » sa voix est neutre mais elle ne se doute pas une minute qu’il puisse la prendre pour de la provocation. Il fait un geste, il lui demande de la suivre. Elle le fait docilement après avoir fermé son poste. Elle ne sait pas du tout à quoi s’entendre, mais elle ne serait pas surprise de se faire engueuler pour une raison quelconque. Il le fait tout le temps et surtout pas qu’à elle. Un aigrie de la vie qui mérite un petit voyage au bahamas pour se détendre un peu. Un sourire moqueur sur les lèvres, elle encaisse son quart d’heure de mauvaise humeur.

Elle retourne à son poste, précédé de son chef. Sa mauvaise humeur a déteint sur la belle de façon inattendue. Les bras croisés dans le dos, la jeune femme avance, la tête haute, le visage tendue. Si elle avait l’intention de ne l’écouter que d’une oreille distraite, la voilà avec trois mois de paye suspendu pour retard abusif. What ? Elle n’est arrivée que deux fois en retard, cela ne justifie pas trois mois de paye suspendue. De sa démarche féline, elle presse la pas quand elle voit ses collègues postés dans l’allée centrale, comme pour faire un tapis rouge. Le chef s’arrête, elle le voit serrer les points, elle fait de même et le scrute. Il semble nerveux. Le big boss doit être là. Un sourire narquois sur les lèvres, elle s’avance nonchalamment vers l’entrée et se poste en bout de fil. Elle reçoit quelques coups de coude désapprobateur auxquels elle ne répond que par un haussement d’épaule. Elle prend la même position et entend les portes s’ouvrirent. Curieuse, elle se penche légèrement en avant pour voir les arrivants. Elle ne l’a jamais vraiment vu, étant donné que ce sont ce que les employés du rez-de-chaussée qui l’accueillent, elle est toujours à aller et venir dans les étages avec les clients. « .redresse-toi, sinon tu vas te faire virer. » qu’on lui murmure. Suki se redresse et soupire. Quelle journée de merde. Le regard droit devant elle, elle garde un faux sourire sur les lèvres.
 

towards the sun. ~ pv.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-