AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 You know, Peter Pan didn't want to grow up • |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Mar - 17:55
N’importe qui serait fier d’un tel parcours, d’une telle réussite et Tôru en était assurément le premier à l’être ! Jamais, ô non jamais, il n’aurait pensé vouloir offrir son propre orphelinat un jour. Il avait été celui qui fuyait tout le temps à l’époque, qui hurlait après les éducateurs en disant qu’il ne les aimait pas, qu’il ne voulait pas vivre auprès d’eux et qu’il n’avait pas envie d’être placé dans une famille. Probablement parce qu’il avait trop souffert, qu’il refusait de se lier au monde entier et qu’il préférait être seul plutôt que convier les gens à le rejoindre derrière cette barrière de glace. Il ne souhaitait pas qu’on apprenne son passé ni qu’on le juge ou qu’on est pitié de lui. Ses véritables parents lui avaient appris à fuir s’il se sentait en danger et à cette époque, c’était exactement ainsi que se sentait le jeune homme. Il avait peur des personnes qui l’entouraient alors en guise de défense il s’énervait, il frappait ou s’échappait. Personne n’arrivait à se lier à lui et personne ne le voulait de toute façon. Ce garçon était trop terrifiant aux yeux des autres orphelins toutefois, les adultes ne l’avaient jamais abandonné, ils s’étaient battus pour lui, pour tenter de lui redonner le sourire. On lui avait offert un toit, de la nourriture et jamais on ne l’avait critiqué pour ses actes ou pour ce qu’il avait pu vivre. On l’avait protégé des mauvais individus, on lui avait donné énormément d’amour bien qu’il n’avait pas été en mesure d’en donner autant en retour. Et il ne les remercierait jamais assez pour ça. Si le dessin l’avait sauvé, pour sûr, que cette femme qui l’avait trouvé y était également pour quelque chose.

Avoir ouvert son propre orphelinat était un peu comme une reconnaissance que le garçon avait envers tous ces gens, une reconnaissance qu’il n’avait jamais été en mesure d’exprimer correctement et dont ils ne seraient probablement jamais au courant. Mais, c’était ainsi qu’il visualisait les choses. De plus, Tôru avait envie d’apporter à tous ces enfants en difficulté ce qu’on lui avait offert. Il voulait qu’ils comprennent que quoi qu’il arrive, ils ne seraient jamais seuls, que ça vaut le coup de ne pas abandonner et de rester fort. A son tour, il voulait les protéger, les couver d’amour aussi bien qu’à ce sujet là, il n’avait pas le sentiment d’en être vraiment capable. Il était de celui qui espérait plus en recevoir qu’en donner parce qu’il n’avait jamais appris comment ça marchait. Sûrement qu’il était bien plus égoïste au fond que ce qu’il montrait.

Aujourd’hui, une étudiante avait son premier jour au sein de l’établissement. Plusieurs fois elle avait du lui rendre visite à cause d’une fillette qui n’avait cessé de s’échapper et fuyait, apparemment, toujours à l’épicerie de la demoiselle. Le jeune homme avait commencé à penser que peut-être, Kaya, avait fait une fixation sur la caissière néanmoins personne n’avait été capable de comprendre son comportement. Le simple fait était que bêtement, il lui avait proposé de faire du bénévolat si cela l’intéressait, les enfants adoraient voir des nouvelles têtes et surtout, en l’observant, il avait de suite vu que les orphelins l’apprécieraient. Certaines personnes, plus qu’un talent, avait le visage adéquat pour ça.

Remplissant quelques papiers à l’entrée, il releva aussitôt la tête à l’entente de la porte qui s’ouvrait avant de se claquer. Sae Jin était là.

- Salut toi ! La salua-t-il en souriant, Tu vas bien ? Tu es prête à les supporter ?

Ce n’était pas bien de se moquer mais jouer aux idiots étaient sa spécialité et la grande esquisse qui étirait ses lèvres en était la preuve même. Il n’avait aucune gêne et le fait qu’il la tutoie de la sorte en était également la preuve.

- Mais ils sont calmes aujourd’hui, ça devrait aller.

Normalement. Les enfants ont ce don d’être si imprévisible qu’on ne sait jamais ce qu’ils préparent.

Pseudo : Laady / Heerin Mes messages : 1090 Yen (¥) : 202 Avatar : Kim Chung Ha [I.O.I] Schizophrène? :

ขตริยะ la danseuse, |一護, le taggeur | 호석, l'écrivain



You're going past a Bad time



Fear leads to anger, anger leads to hate, hate leads to suffering. Age : 18 ans Date de naissance : 05/07/1998 Astrologie : cancer Année : 3e année Résidant à : Minato Planning :

Le pyromane est le fils du feu



Tout le drame de sa jeunesse mal entourée ne se traduisait que dans ce petit sourire à part, dans ce regard déjà ironique et dans ce tendre mouvement de retrait, de quelqu'un qui ne veut plus que l'on vienne le blesser.



• Trouver un bon moyen de buter mon paternel
• Peut être faire de même avec ma mère tiens
• Arrêter de penser à Yi Han. Accessoirement arrêter de l'aimer
• Mais bon, difficile de ne pas continuer, je n'ai pas envie qu'il jette son dévolu sur d'autre fille.
• Awi, briser le cou aussi du truc poilu de Yi Han... J'aimerais bien voir ce que ça fait. Ca ne doit pas être la même chose qu'un chat
• Essayer de déclencher un incendie au lycée. Ca doit être le pied
• Aller chez Zero pour profiter un peu de sa gentillesse
• Retrouver aussi Dawn Il est presque trop parfait pour être réel
• Pousser Meliodas du haut du toit
• Acheter cette peluche de Patrick l'étoile de mer trop mignonne
• Faire couler du sang ?



Madness is a gift God.



I'll break your heart like you broke my mind
Navigation :

We're no mercy
Let me see you want me baby, let me see you do
R.I.N.G, ring ma bell, ring ring ma bell
Ask me if you wanna


Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 4 Mar - 22:02
You know, Peter Pan didn't want to grow up
SAEJIN & TORÛ



J’appréhendais tellement ce premier jour en tant que bénévole. Durant tout le trajet en rentrant des cours, je ne cessais de penser à ça. Je ne regrettais pas du tout avoir accepté cette proposition que monsieur Nakaoka t’avait faite. C’était un moyen de donner un sens ma vie. Après mon accident dans lequel j’ai frôlé la mort et les deux fois où j’ai échappé de justesse une agression sexuelle, je pense qu’il fallait que je fasse quelque chose de bien pour toutes ces fois où le bon Dieu m’a épargné. Et puis, je devais avouer que je m’étais attachée a cette petite fille qui venait toujours dans mon magasin. Elle était si mignonne et elle m'avait l'air si triste. Mais quand j'ai découvert qu'elle vivait dans un orphelinat, j'ai compris d'où venait sa tristesse. Ne plus avoir de parents à un si jeune âge. Ça me faisait un pincement au coeur à chaque fois que je la voyais débarquer au magasin comme ca

J'étais contente de savoir que l'orphelinat se trouvait non loin de mon lieu d'habitation - et triste d'apprendre son existence que maintenant. Enfin quoi qu'il soit, ça me permettra de sortir un peu de chez moi. Tout ce que j'espérais, c'est ceci soit une excellente expérience. Une fois arrivée, je fus accueillie par le directeur lui. Un sourire collée au visage et ma timidité qui me lâchait jamais, je m’inclinais légèrement face à mon ainée


« Haha, je ne vais pas vous mentir, je suis un peu anxieuse concernant tout ça. Mais je vous promets de faire de mon mieux »

Et ca pouvait se voir comme nez au milieu de la figure et ce, malgré le réconfort que tentait de me donner Toru. Mon expérience avec les enfants se limitait au petit garçon de mon voisin que je gardais 30 minutes a tout casser. Alors des heures avec plusieurs enfants… En plus du fait que je sois maladroite comme pas possible, le pire reste a venir. Mais bon, vu la grande enfant que je suis, je me rassurais en disant que ma passion sans limite pour les dessins animés et autres pourrait peut être m’aider. Maladroitement, je regardais le sol, mon malaise se ressentant aisément.

« Vous savez, votre proposition m’a assez étonnée. Je veux dire, j’ai juste était un peu gentille avec la petite fille »

C’est vrai que ceci m’avait beaucoup travaillé. Je ne plaignais pas, vu que j’ai accepté ça sans broncher et aucune hésitation. Je m’interrogeais seulement sur les motivations de Toru, savoir ce qui lui laisser croire que je pourrais être une aide pour les enfants. En parlant de ma petite protégée.

« Elle est tellement adorable… Je ne comprends pas du tout pourquoi elle pas son temps a quitter cet endroit. Cet orphelinat a l’air tellement chaleureux »

C’était sincère. Toru avait l’air de quelqu’un de vachement adorable. Je suis sure que les enfants devaient l’aimer. Je n’étais pas psychologue mais, je ne comprenais pas du tout pour la petite Kaya préférait s’éloigner de cet endroit…
electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 6 Mar - 20:39




Pourquoi elle plus qu’une autre ? Est-ce que parler d’intuition sonnait juste ? Puisque c’était exactement l’impression que Tôru avait eu en la rencontrant pour la première vue. Alors la voir revenir plusieurs fois ensuite, il s’était dit que cela ne pouvait pas être anodin. Si cette fillette avait trouvé quelque chose en Sae Jin, ce n’était pas pour rien non plus. Peut-être avait-elle vu en elle une soeur, une mère ou simplement un sentiment de protection et la voir s’attacher autant à une demoiselle qu’elle ne connaissait pas avait motivé le jeune homme à tenter de pousser le bouchon un peu plus loin. En règle général, les réactions des enfants ne trompaient pas. Si l’une avait pu l’apprécier, il était sûr que cela vaudrait aussi pour les autres puis en toute honnêteté, il n’était jamais contre un coup de main supplémentaire dans son orphelinat. Par moment, sa soeur adoptive l’aidait également néanmoins ce n’était pas toujours suffisant. Asuna ne pouvait pas être tout le temps présente non plus, elle avait d’autres choses à faire et des éducateurs, il n’en avait pas beaucoup. Surtout qu’il avait du en renvoyer un il y a peu, l’apparition de cette demoiselle était clairement tombé à pique. Sans parler du fait qu’il ne s’agissait que du bénévolat, qu’il n’avait pas besoin de la rémunérer, du moins pas autant qu’un salarié normal. Evidemment qu’il comptait la payer tout de même, c’était gentil de sa part d’accepter sa demande et il était le mieux placé pour savoir ô combien travailler dans un orphelinat demandait plus de force et de courage qu’il n’y paraissait. N’importe qui pensait que c’était facile, que c’était sûrement fabuleux d’exercer dans ce domaine, que les enfants devaient être adorables seulement c’était bien plus compliqué que cela. Au contraire, c’est quelque chose d’infiniment triste. Leur devoir auprès des orphelins n’est pas forcément de s’occuper d’eux mais de leur redonner le sourire, de leur apprendre à vivre sans la présence de leur véritable famille, leur offrir de l’amour mais tout n’est pas si facile. Comme cette petite fille qui malgré toute leur bonne volonté n’a fait que s’échapper encore et encore.

« C’est normal d’être anxieuse » Lui avait répondu le garçon en souriant.

Le contraire aurait été plus étonnant. Hors, ce qui l’avait plus surpris lui était justement la nouvelle rétorque de sa vis-à-vis. Cette rétorque qui l’avait plongé dans ses réflexions alors que plutôt que de lui répliquer quoi que ce soit, l’esquisse sur ses lèvres n’avait fait que s’élargir un peu plus. C’était sa simple intuition, voilà tout. Et alors qu’il s’apprêtait enfin à dire quelque chose, il fut couper par la suite, des mots qui le ramenèrent loin dans le passé, qui le rendaient à la fois nostalgique, à la fois mélancolique. Cependant Tôru n’en montra rien, gardant cet éclat attendri qui dessinait sa figure.

- Peut-être parce qu’elle ne se sent pas chez elle. On a beau être gentil, on ne remplacera jamais ses parents et surtout à son âge, vivre dans un tel endroit sans son père et sa mère, cela ne doit pas être facile.

Lui indiquant de le suivre, il commença à marcher avant d’ajouter :

- Si je t’ai proposé ça, c’était juste personnel. Je veux dire, j’ai eu le sentiment que tu saurais certainement t’y faire avec eux.

Il n’y avait plus qu’à attendre pour voir s’il s’était trompé ou non. Ainsi, joyeusement, il lui fit faire le tour du bâtiment, expliquant chacune des pièces avant de lui détailler le programme de chaque journée, à quelle heure précise les enfants mangeaient, dormaient, s’amusaient et les activités que l’orphelinat proposait.

- Prête à ce que je te les présente ? Déclara le gérant dans un sourire taquin, Ah ! Et n’hésite pas à me tutoyer aussi, ça ne me dérange pas.

Ca, on l’avait apparemment compris au vue de comment ce jeune homme semblait être si peu formelle. Mais, il n’aimait pas se prendre la tête puis c’était plus simple ainsi. De son point de vue en tout cas.


Pseudo : Laady / Heerin Mes messages : 1090 Yen (¥) : 202 Avatar : Kim Chung Ha [I.O.I] Schizophrène? :

ขตริยะ la danseuse, |一護, le taggeur | 호석, l'écrivain



You're going past a Bad time



Fear leads to anger, anger leads to hate, hate leads to suffering. Age : 18 ans Date de naissance : 05/07/1998 Astrologie : cancer Année : 3e année Résidant à : Minato Planning :

Le pyromane est le fils du feu



Tout le drame de sa jeunesse mal entourée ne se traduisait que dans ce petit sourire à part, dans ce regard déjà ironique et dans ce tendre mouvement de retrait, de quelqu'un qui ne veut plus que l'on vienne le blesser.



• Trouver un bon moyen de buter mon paternel
• Peut être faire de même avec ma mère tiens
• Arrêter de penser à Yi Han. Accessoirement arrêter de l'aimer
• Mais bon, difficile de ne pas continuer, je n'ai pas envie qu'il jette son dévolu sur d'autre fille.
• Awi, briser le cou aussi du truc poilu de Yi Han... J'aimerais bien voir ce que ça fait. Ca ne doit pas être la même chose qu'un chat
• Essayer de déclencher un incendie au lycée. Ca doit être le pied
• Aller chez Zero pour profiter un peu de sa gentillesse
• Retrouver aussi Dawn Il est presque trop parfait pour être réel
• Pousser Meliodas du haut du toit
• Acheter cette peluche de Patrick l'étoile de mer trop mignonne
• Faire couler du sang ?



Madness is a gift God.



I'll break your heart like you broke my mind
Navigation :

We're no mercy
Let me see you want me baby, let me see you do
R.I.N.G, ring ma bell, ring ring ma bell
Ask me if you wanna


Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 8 Mar - 21:46
You know, Peter Pan didn't want to grow up
SAEJIN & TORÛ



J’en faisais peut-être un peu trop. Je me disais que c’était des enfants donc il ne fallait pas trop que je me prenne la tête. Mais l’inconnu a vraiment tendance a me paralyser. Perfectionniste oblige, j’aimerais que tout se déroule comme je le souhaiterais et je l'imagine. Mais dans mon cas, c’est toujours loin de mon imagination débordante. Tomber de haut, même pour des broutilles, mon quotidien. Enfin bon, mes proches ont l’habitude de ce genre de choses avec moi. Innocemment, je m’interrogeais sur le comportement de ma petite protégée. Je n’étais pas habituée a ce genre de situation. Disons que des orphelines de son âge, j’en rencontre pas dans tout les coins de rues. Lorsque Nakaoka me fit part de ses explications, je me pinçais les lèvres. Ce que je pouvais être crédule… Il est vrai qu’a son jeune âge, de la protection de ses parents ont en a constamment besoin. L’environnement ne fait pas tout. Je baissais honteusement la tête, avant de donner une réponse.

« C’est vrai que le confort familial et l’amour de parents sont unique. C’est quelque chose qu’on ne peut pas trouver en un claquement de doigts »

Je n’étais pas orpheline au sens propre du terme, cependant ce sentiment, je pouvais très bien le comprendre. Moi qui cherchais désespérément l’amour de mon père étant enfant, et ce, malgré ma différence. Chose que je n’ai jamais réussi vu qu’il m’a quasiment jeté dehors. Je n’avais que 13 ans à l’époque. a ce moment-là, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que j’aurais pu faire partie de ses enfants à grandir dans un tel endroit si ma soeur n’avait pas décidé de prendre soin de moi. Peut-être que j’aurais été comme la petite Kaya… Car mine de rien, de l’amour de parents m’a toujours manqué, et ce, malgré celle que j’étais devenue. Aujourd’hui, je pense qu’une partie de mon coeur recherche encore ce genre d’amour. Je sortais rapidement de mes pensées lorsque qu’il me donnait les raisons de ma présence ici. Je lâchais un rire nerveux, commençant a ébouriffer mes cheveux attestant de ma gêne.

« Haha, c’est bien la première fois qu’on me dit que je peux peut-être y faire avec les enfants. En tout cas, j’espère que vous avez raison »

Je l’espérais vraiment… Parce que si les enfants avaient du mal avec moi, le peu de confiance que j’avais risquais de s’ébranler. J’écoutais avec toutes les explications que mon ainé me donnait. Je ne pensais pas que la vie ici était aussi strict dans un orphelinat, et je me rend compte de toutes ces choses que je vais sûrement devoir faire. J’espère que j’arrivais a m’y adapter. D’un hochement, j'acquisse cette rencontre qui me faisait flipper mine de rien.

« Vous tutoyer ? Je… Je vais essayer…»

Lui qui me tutoie, ca ne me dérange pas plus que ça, mais l'inverse, c’est autre chose. Je ne sais pas pourquoi j’ai tant de mal a tutoyer les gens qui m’entoure. Rien que mon beau frère que j’ai eu beaucoup de mal a le tutoyer lorsqu’il est entré dans la vie de ma soeur. Quand c'est une personne que je connais à peine, je suis chiante. Nous arrivons dans la salle commune où plein d’enfants s’y trouvaient. Un peu plus que je m’y attendais. Et croyez-moi, avoir une tonne de regards braquer sur moi ne m’aidait pas. Cependant je pensais qu’il était déjà tant que je prenne des initiatives en me présentant moi-même.

« Bonjour les enfants… Je m’appelle Sae Jin, je suis contente de vous rencontrer. »

Je m’inclinais légèrement face à eux, un sourire qui n’avait presque rien de naturel

« Pendant quelque temps, je vais venir ici jouer avec vous. Ça vous plairait ? »

J’ai appris que les enfants percevoir lorsqu’une personne était mal à l’aise ou ce genre de chose. Et quelque part, je sentais que les enfants avaient remarqué tout ceci. Je m’approchais doucement de Torû avant de lui chuchoter.

« Je ne sais pas vraiment si j’ai fait une bonne impression. »

C’était comme un appel a l’aide devant toutes ces petites bouilles. Parce que oui, je devais avouer que ça m’effrayait plus que je ne l’imaginais
electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 21 Mar - 17:20




Lorsqu’il s’agissait d’orphelins, Tôru était sûrement le mieux placé pour les comprendre. Puisqu’il était passé par là avant eux, qu’il avait connu la tristesse de se retrouver subitement sans parents, de devoir faire face à une perte douloureuse puis se voir soudainement mêler à d’autres individus comme nous qu’on n’avait pas réellement envie de connaître. Il est important de se sentir soutenu, de s’apercevoir que quoi qu’il arrive on n’est pas seul cependant malheureusement rien ne remplacera une famille biologique qu’on a perdu ou qui nous ont lâchement abandonné. Aussi surprenant soit-il, les enfants sont les premiers à se rendre compte lorsque quelque chose cloche les concernant. Par exemple, voir ses propres parents se battre, les voir se disputer pour savoir qui obtiendra la garde pour au bout du compte être placé dans un orphelinat car aucun des deux n’est en état psychologique de s’occuper de son propre fils, c’est triste. Mais c’est aussi quelque chose qui restera marquer à l’indélébile dans le coeur de l’enfant. Chaque orphelin avait son histoire, certaines plus malheureuses que d’autres néanmoins, ils avaient tous un point en commun, ils n’avaient plus de familles pour s’occuper d’eux.

A chaque fois que Tôru les observait un à un, il songeait ô combien il aimerait tous les adopter seulement ce n’était pas possible. Alors à la place, il priait chaque jour à ce qu’ils trouvent tous le bonheur, à ce qu’ils oublient la souffrance qui avait flétri leur existence et apprennent à vivre mieux dans une nouvelle famille qui leur offrirait tout l’amour qu’ils n’avaient jamais pu avoir.

L’éducateur n’avait pas cherché à répondre à la demoiselle, riant simplement à ses remarques avant de l’inviter à le rejoindre et de la laisser se présenter aux enfants. Ce n’était pas bien de se moquer mais en la voyant faire, mal à l’aise, un sourire amusé avait étiré ses lèvres avant qu’il ne lui déclare gentiment de ne pas s’inquiéter. A son tour, le garçon s’avança près des enfants qui se mirent à bavarder entre eux, subitement curieux puis se turent tous en constatant que Tôru souhaitait ajouter quelque chose.

- Vous savez les enfants, Sae Jin n’est pas méchante sinon je ne lui aurais pas demandé de venir ici, Les rassura-t-il d’une voix incroyablement douce, se mettant accroupi afin d’être à leur taille, Vous me faîtes confiance n’est-ce pas ? Elle a aidé Kaya-chan plusieurs fois.

« Kaya-chan » qui, un brin intimidée, était restée dans le fond de la salle, assise sans oser intervenir et à la mention de son prénom, elle avait machinalement baissé les yeux. Geste qui fit sourire l’éducateur avant de se redresser et de défroisser légèrement son pantalon à l’aide de ses mains.

- Allez, on va faire un truc d’accord ? Mettez-vous tous en rond et vous allez vous présenter.

Sans broncher, tous s’exécutèrent alors que le jeune homme fit signe à la demoiselle de le rejoindre pour au bout du compte s’installer également dans le « cercle ». Il demanda à chacun de donner son prénom, son âge et leurs projets à l’avenir, leurs rêves. Cela différenciait selon les âges mais ça le faisait toujours autant sourire d’entendre certains déclaraient qu’ils deviendraient de grands super héros, qu’ils seraient magiciens ou tout autre idiotie qu’on croit quand on est gosse.

- A toi maintenant, Reprit Tôru en donnant des coups de coude à sa voisine pour qu’elle fasse de même, Dis en nous un peu plus sur toi. Il faut bien qu’ils te connaissent.

Son sourire resplendissait dans toute la pièce quand il parlait et il était inutile de mentionner le ton taquin qu’il adoptait constamment. C’était plus fort que lui mais d’une certaine façon, cela créait son charme.



Pseudo : Laady / Heerin Mes messages : 1090 Yen (¥) : 202 Avatar : Kim Chung Ha [I.O.I] Schizophrène? :

ขตริยะ la danseuse, |一護, le taggeur | 호석, l'écrivain



You're going past a Bad time



Fear leads to anger, anger leads to hate, hate leads to suffering. Age : 18 ans Date de naissance : 05/07/1998 Astrologie : cancer Année : 3e année Résidant à : Minato Planning :

Le pyromane est le fils du feu



Tout le drame de sa jeunesse mal entourée ne se traduisait que dans ce petit sourire à part, dans ce regard déjà ironique et dans ce tendre mouvement de retrait, de quelqu'un qui ne veut plus que l'on vienne le blesser.



• Trouver un bon moyen de buter mon paternel
• Peut être faire de même avec ma mère tiens
• Arrêter de penser à Yi Han. Accessoirement arrêter de l'aimer
• Mais bon, difficile de ne pas continuer, je n'ai pas envie qu'il jette son dévolu sur d'autre fille.
• Awi, briser le cou aussi du truc poilu de Yi Han... J'aimerais bien voir ce que ça fait. Ca ne doit pas être la même chose qu'un chat
• Essayer de déclencher un incendie au lycée. Ca doit être le pied
• Aller chez Zero pour profiter un peu de sa gentillesse
• Retrouver aussi Dawn Il est presque trop parfait pour être réel
• Pousser Meliodas du haut du toit
• Acheter cette peluche de Patrick l'étoile de mer trop mignonne
• Faire couler du sang ?



Madness is a gift God.



I'll break your heart like you broke my mind
Navigation :

We're no mercy
Let me see you want me baby, let me see you do
R.I.N.G, ring ma bell, ring ring ma bell
Ask me if you wanna


Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Lun 28 Mar - 2:48
You know, Peter Pan didn't want to grow up
SAEJIN & TORÛ



Pensant à tout ce que ces enfants ont dus traverser avant d’en arriver ici, mon coeur se serrait. Je ne savais pas si cet orphelinat pouvait être une bouffée d’oxygène ou au contraire une sorte de “prison” pour eux. Peut être que pour ma protégée c’était le second cas. Comme l’avait dit Toru, toute la gentillesse du monde ne remplacera jamais l’amour de parents. Qu’est-ce que je n’aurais pas donné pour que mon père m’accepte telle que je suis et me prouve à quel point il pouvait m’aimer à une époque. Mais, mon cas restait très très différent du leurs.

Lorsqu’il a fallu que je me présente auprès d’eux, c’était comparable à une sentence que je devais subir. Je sais que ma timidité maladive et ma maladresse me perdront un jour. Et cela semblait bien amuser mon senpai. Ce ne serait pas le premier à en rire. Je commence à avoir l’habitude. Mais je fus rapidement attendri et aussi admirative dû a la relation qu’il pouvait aisément entretenir avec les enfants. Il semblait si communicatif. Je suis sûre que les enfants devaient l’adorer, j’en étais presque jalouse. Toru-san gérait tellement bien la chose. Et franchement je trouvais ça tellement adorable la manière dont il se comportait avec les enfants. Les invitant à se présenter à moi. J’essayais difficilement de retenir les noms. En dehors de ma petite protégée, je pense que ça risquerait d’être difficile, enfin bon, j’osais espérer que j’éviterais les boulettes. Je n’ai pas pu m’empêcher de souffler un léger rire en voyant la petite Kaya quand elle devait se présenter. On aurait dit véritablement moi, d’une timidité sans nom. Vraiment trop mignonne. Je sortais de mes pensées lorsque Toru vint me donner un coup. Qu’est ce que je pouvais bien leur dire de plus. Mais bon, il fallait éviter que je me mette à bafouiller une seconde fois devant eux. Mais toutes ses paires d’yeux braqués sur moi ne m’aidaient pas. Les joues rougissantes, je pris une grande inspiration avant de lever les yeux au ciel


« Euh… Et bien... Moi mon rêve serait de devenir une super héroïne »

Je parlais à des enfants donc il était normal que je m’adapte à eux. Enfin c'était selon moi

« D’ailleurs, je vais à l’école pour en devenir une. »

Voir la lueur dans les yeux de certains ont su me tirer un franc sourire. Je ne leur mentais pas totalement. Je suivais des cours en criminologie dans le seul but de pouvoir renter dans l’école de police. Je voyais un peu les forces de l’ordre, les pompiers, médecins et j’en passe comme les héros du quotidien. C’était aussi comparable à tous ses animés que l’on voit à la télé avec les super sentais.

« J’ai envie d’arrêter plein de méchants et faire régner la justice, comme dans les dessins animés »

Mon âme d’enfant oblige… Mais ceci était toujours véridique. J’aurais vraiment aimé être celui type d’héroïne à la Sailor Moon et compagnie, même à 21 ans passé. Un sourire pincé, je donnais doucement un coup de coude à mon supérieur; mimant son geste précédent, avant de tirer la langue totalement amusée.

« Toi Nakaoka-san, c’est quoi ton rêve ? Tu dois sûrement en avoir hein ? »

Bon, je reconnais que c’était parce que j’étais aussi un peu curieuse vis-à-vis de ça. Je voulais en même temps apprendre un peu à le connaître vu que je vais passer du temps ici. J’ai juste “innocemment” saisi l’occasion.
electric bird.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 8:58
 

You know, Peter Pan didn't want to grow up • |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il y a une vie après Peter Jackson.
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Peter Rowlands
» Peter Retep
» Peter Lentz [Validée]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-