AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 C'est moi qui vais te casse le nez ! || Ft. Shun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 17 Avr - 20:07
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
Je suis totalement furieuse. Je viens d'apprendre pourquoi, la dernière fois que j'ai vu Seiki, son visage était légèrement abîmé. Il ne m'a rien dit, et je comprends mieux pourquoi, c'est parce que tout est de la faute de mon frère. Une amie de l'université m'a appris les avoir croisé l'autre jour dans la rue - un soir apparemment - entrain de se taper dessus. Sur le coup elle n'était pas très sûre qu'ils s'agissaient de Shun et Seiki, mais lorsqu'elle m'en a parlé j'ai tout compris, et elle ne s'est certainement pas trompée, ça doit bien être eux deux. Je fulmine alors que je sors de l'université à la fin de mes cours. Ces deux-là vont m'entendre parler ! Enfin Shun surtout. Je sais que Seiki n'est pas toujours très fin et cherche les emmerdes avec mon grand frère, seulement il n'irait jamais jusqu'à le frapper juste comme ça. Au final, Seiki ne reproche rien à Shun. A l'inverse, mon frère déteste totalement le garçon que j'aime. Je ne comprends pas pourquoi, je n'ai jamais su, mais il ne l'aime pas. De là à le frapper... Ca ne m'étonne pas, après tout il s'est déjà battu avec Raph alors que ce dernier m'aidait juste à me relever après une mauvaise chute.

Je le demande quand même pourquoi ils se sont rencontrés, et qu'est-ce qui a fait que Shun s'est énervé. De toute façon je vais très vite le savoir. Je me précipite vers l'arrêt de bus, mon téléphone dans les mains. Bien entendu il ne me répond pas, vu l'heure il doit être entrain de s'entraîner. Heureusement j'arrive rapidement dans le quartier de Minato, là où se trouve l'agence dans laquelle Shun est idole. J'entre dans le bâtiment assez facilement, on connait mon visage, même si je ne viens pas ici très souvent. Le problème va maintenant être de trouver où se trouve mon frère. Ca m'arrangerait bien de trouver un des membres de son groupe, il pourrait m'aider. Seulement, à tous les coups ils sont entrain de s'entraîner tous ensembles... Tant pis, je vais y aller au hasard. Je me dirige dans un couloir où se trouve plusieurs salles d'entraînements, j'ouvre celle où j'ai le plus de fois été les voir s'entraîner sur leurs différentes chorégraphies. Je pousse timidement la porte et laisse passer ma tête pour vérifier qui se trouve à l'intérieur de cette salle. Un sourire victorieux s'affiche sur mon visage quand je vois les cinq membres du boysband de dos, entrain de s'entraîner. Je referme discrètement la porte derrière moi et ne fais aucun bruit pour éviter de les déranger jusqu'à la fin de la chanson - même s'ils m'ont certainement remarqué dans le miroir qui leur fait face.

Je m'adosse contre le mur et croise mes bras sur ma poitrine, fronçant les sourcils sans lâcher mon frère du regard. La chanson se termine. Je ne réagis pas. D'ordinaire j'aurais sauté au cou de mon frère pour l'enlacer. Là, je me contente de fixer son dos, le regard noir.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 30 Avr - 17:04
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
TENUE ☽ J'avais raison. Après ma rencontre avec Seiki, le connard de première qui tourne autour d'Eri, le manager m'est tombé dessus comme un oiseau de proie sur une souris et j'ai eu droit au plus beau savon de toute ma vie. A côté mon père aurait pu avoir des airs d'ange. Et les gars n'ont rien pu faire pour me venir en aide parce que je me suis fourré tout seul dans ce merdier. Résulta, je suis privé d'activité de groupe jusqu'à nouvel ordre et mes débuts solo sont reportés. Je dois me tenir à carreau maintenant. Mes seuls distractions, si on peut appeler ça ainsi, sont les répétitions auxquelles l'agence me force quand même à participé, même s'ils ont fait croire à une blessure pour expliqué mon absence lors des performances du groupes. J'ai interdiction formelle du CEO de me présenter à l'université ou à la radio temps que le moindre hématome n'a pas totalement disparu de mon visage. En fait, j'ai juste le droit de traîner à l'appartement ou de venir m'entraîner à l'agence. Le manager dit qu'un nez tuméfié ferait tâche et que ma réputation en prendrait un coup. En attendant, Seiki et Eri continue à se voir. Je suis d'ailleurs étonné de ne pas encore avoir eu ma sœur au téléphone ou qu'elle n'ait pas encore débarqué à l'appartement après que son copain lui a raconté comment je me suis défoulé sur sa minable petite gueule d'ange.

Aujourd'hui, comme les quatre précédents jours de la semaine, on répète dans la salle de danse que l'agence à mis à la disposition du groupe. Les pas s'enchaînent encore et encore sous l'œil critique de Shoji qui n'en a jamais assez de nous faire faire et refaire mille fois la même chorégraphie, comme Miyuki et Ryoma, les deux danseurs des Colorful, il cherche l'excellence, la perfection. Je me suis toujours demandé comment un gars aussi adorable pouvait être un véritable tortionnaire dès qu'il s'agit de boulot. Parce qu'avec lui ce n'est même pas la peine de discuter, s'il faut refaire cent fois la chorée pour que tout soit parfait, on le fera. Mais comme j'ai mis le groupe dans la merde avec mon fichu caractère, je me tais et je donne le meilleur de moi-même encore et encore, même si mon nez toujours un peu bleu est encore sensible. Je ne me sens pas le droit de demander une pause après les embarras que j'ai causé, même si Seiki le méritait amplement. Un mouvement de bras, une jambe qui glisse, un tour sur moi-même et mon regard rencontre le reflet d'Eri dans le miroir. Déconcentré, je manque de m'étaler de tout monde long, heureusement les longues années de danse à mon actif me permettent de gardé l'équilibre de justesse. Rien qu'à son air, je sais qu'elle est fâchée.

Je suis totalement en nage et a bout de souffle quand Shoji décide de finalement nous accorder une pause, trouvant qu'on avance bien, même s'il y a encore des choses à amélioré. Je les vois, autant que je les entends, saluer ma sœur. Eux aussi doivent se douté que je vais prendre cher, mais encore une fois personne ne dit rien parce que c'est normal. J'ai juste droit à un regard d'encouragement de mon petit ami qui va rejoindre les trois autres. Soupirant et résigné, je récupère juste ma bouteille d'eau pour en avaler quelques gorgées vite fait et une serviette que je passe sur la peau en sueur de mon front avant de la glisser autour de mon cou. « Hey Rinette. C'est toujours un… plaisir… que tu viennes aux répètes. »
electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 1 Mai - 13:43
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
Je suis en colère et je pense que ça se voit rien qu'avec l'expression qui se peint sur mon visage pendant que j'attends la fin de la chanson. Je rumine intérieurement ce qu'il s'est passé. J'en veux terriblement à Shun de s'en prendre comme ça à Seiki alors qu'il ne sait même pas ce qu'il se passe entre nous. Ce n'est pas juste une amourette de passage comme j'ai pu avoir auparavant, c'est totalement différent, mais mon grand frère ne cherche même pas à comprendre ça. Qu'est-ce qu'il veut à la fin ? Que je finisse bonne soeur ? Vieille fille ? Veut-il vraiment mon bonheur ? C'est une question que je me pose de plus en plus...

Une fois la chanson finie, je vois les membres du groupe reprendre leur souffle, visiblement fatigué. Je ne sais pas depuis combien de temps ils s’entraînent aujourd'hui, mais on dirait encore que Shojiro les pousse jusqu'au bout. Il a raison, c'est grâce à lui si le groupe est tellement bon aujourd'hui. Quoi qu'il en soit je ne suis pas là pour les regarder s'entraîner et les féliciter aujourd'hui, je suis là juste pour mon frère, et plus particulièrement pour lui hurler dessus. Chacun des membres vient me saluer, chacun à sa façon et s'éloigne un peu plus dans un coin de la salle d'entraînement pour se reposer le temps que je discute avec Onii-san. Je vois le regard que Miyuki lance à mon frère et je fronce un peu plus des sourcils. Qu'il ne pense même pas à venir le défendre, ni lui ni un autre membre du groupe. Certes je viens les déranger en plein entraînement, mais cette histoire est entre lui et moi. Et si l'un de ses amis ose s'interposer entre nous, il va subir les foudres d'une Eri en colère. Je crois qu'ils ne m'ont jamais vu en colère, et je préfère pour eux que ça n'arrive jamais.

Shun se dirige enfin vers moi. Je devine, lorsqu'il me dit bonjour, qu'il connait la raison de ma venue ici. Je ne bouge pas, restant adossé au mur, les bras croisés contre ma poitrine. « Tu vas bien ? Pas trop mal au nez ? ». Je suis froide mais au fond de moi, ça me fait terriblement mal de voir le visage de mon frère tuméfié. Si je lui en veux à lui, j'en veux aussi à Seiki pour avoir frappé Shun. Bien sûr qu'il n'aurait pas dû simplement se laisser faire, mais est-ce une bonne idée de répondre par les coups ? Ca les rend aussi idiots l'un que l'autre... « Tu n'aurais pas quelque chose à me dire par hasard ? »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 1 Mai - 19:07
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
TENUE ☽ Eri était furieuse. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas le voir. Quoi que même là, il irradiait d'elle une telle aura de colère que même aucun aveugle ne se serait risqué à s'approcher d'elle. Même moi, je redoutais un peu la froide colère qu'elle allait déverser durant notre prochaine conversation, alors que je méritais très certainement tout ce qu'elle allait me dire, j'en avais déjà conscience avant même de m'approcher d'elle. Mais pour ma défense, je savais des choses concernant Seiki qu'elle ne savait sans doute pas et si j'avais un peu exagérer en me laissant aller à ma propre colère, je n'avais dans le but que de la protéger… Même si elle ne verrait sans doute pas les choses de cette façon. C'est toutefois, courageusement, comme un résigné à la potence, que je m'approche le t-shirt humide et collant. Saluant Eri que je n'ai plus vue depuis le soir où je l'ai aperçue avec son "copain", je grimace légèrement en voyant qu'elle ne se décolle même pas du mur pour me saluer. En fait, je n'ai même pas droit à un "bonjour", ce qui prouve bien qu'elle est en colère. Et comme pour me donner raison, elle attaque directement. J'ai horreur quand elle prend ce ton moitié ironique moitié sarcastique avec moi. J'ai l'impression d'entendre mon père se moquer de mon choix de carrière. Cependant ce passe au dessus, après l'entrainement que Shoji nous a concocté, je n'ai pas la force de me disputer avec ma sœur sur "qui est l'aîné et qui doit le respect à l'autre". Sans compter que je me suis mis dans le pétrin tout seul et qu'elle a des raisons pour être fâchée.

A ses questions, je hausse nonchalamment les épaules l'air de rien. Mon nez est toujours douloureux et j'ai régulièrement l'impression de pouvoir sentir mon cœur battre dedans, plus encore en dansant, mais elle n'est pas venue pour m'entendre me plaindre de blessure que j'ai, quelque part, moi-même causée. « Hum… Ça va. » La réponse est simple et courte, mais je suis un peu fatigué et je n'ai pas vraiment envie de l'entendre dire, que c'est bien fait pour moi et que je mérite amplement cette blessure vu ce que j'ai infligé à son petit ami. « Un truc à te dire? » Je fais mine de chercher ce que je pourrais avoir à lui dire, sans toutefois réussir à mettre le doigt sur LA chose dont elle veut parler. « Non pas spécialement. » Est-ce que ça valait la peine d'exposer les faits? Je m'étais battu avec Seiki, il n'y avait pas mort d'homme non plus. On avait tout deux pris des coups et donner d'autres. Il n'y avait pas grand chose à dire, l'agence m'avait déjà fait la morale et j'avais été plus que largement sanctionné. Mais sans doute qu'Eri souhaitait que je m'explique sur le pourquoi et le comment. « Qu'est-ce que tu attends que je te dise? »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 1 Mai - 19:43
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
Ma relation avec Seiki est loin d'être évidente. Nous ne sommes pas officiellement ensemble, en fait, nous ne sommes pas ensemble tout court. N'importe qui nous verrait et penserait qu'on est en couple, sauf que c'est loin d'être le cas, pour la simple et bonne raison que je n'accepte pas de faire face à la réalité et détourne la moindre occasion qu'on aurait, Seiki et moi, de parler de notre relation. Je l'aime, c'est indéniable. Je n'ai jamais une personne comme lui, c'est la première fois que je ressens tout ça. Mais malheureusement j'ai trop peur, je suis une froussarde. Et je n'ai franchement pas besoin que Shun vienne mettre la pagaille alors que c'est déjà bien assez compliqué comme ça. De toute façon, mon grand-frère n'a certainement jamais été amoureux. Je ne l'ai pas vu depuis bien longtemps avec une fille, et même si il a peut-être une des petites amies, je ne l'ai est jamais rencontré. Il ne m'a jamais parlé de rien. S'il avait vraiment été amoureux, j'en aurais au moins eu la connaissance un jour non ? C'est sûrement pour ça qu'il n'arrive pas à comprendre que moi, je puisse avoir des sentiments plus que fort pour un autre homme que pour lui... Et puis vraiment, je ne comprends pas ce qui cloche avec Seiki.

Shun et le reste du groupe a enfin fini et décide de faire une pause. Peut-être auraient-ils continué si je n'avais pas été là, mais Shojiro me permet de parler un peu à mon frère et je l'en remercie. Il m'est très rare de réagir comme ça avec mon frère, ne pas lui dire bonjour avec un énorme sourire affiché sur mes lèvres me fend le coeur. Mais je ne peux pas flancher, je suis en colère et je n'ai pas envie que la simple vue de ce visage que j'aime tant fasse passer ce que je ressens. Il faut que Shun le comprenne, qu'il me comprenne. Je soupire alors qu'il se contente d'hausser les épaules. Bien sûr, comme s'il ne comprenait pas la raison de ma venue ici... Je fronce les sourcils et plisse légèrement les yeux. Je suis contrariée. « Je n'attends pas que tu me dise quoi que ce soit, j'attends juste que tu arrêtes de taper sur la gueule du garçon que j'aime. » Je ne lâche pas le regard de mon grand frère et le soutien jusqu'au bout. Je ne serai pas celle qui baissera les yeux. « Comme de tous les autres garçons qui m'entourent d'ailleurs. » Je finis par rajouter, en pensant à la fois où il s'en était pris à Raph qui n'était que mon ami et rien de plus. « Je ne sais vraiment pas à quoi ça te sers de faire ça, mais si t’as juste envie de te défouler va taper dans punchingball. ». Ma gorge se noue. Je n'ai jamais - ou alors très rarement - parlé comme ça à Shun, et j'ai déjà presque envie de pleurer. J'ai peur qu'il m'en veuille de me comporter comme ça avec lui, mais j'espère plus que tout qu'il pourra enfin comprendre.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 3 Mai - 15:18
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
TENUE ☽ J'ai toujours été discret concernant mes relations, plus que ma sœur et ses nombreux crush, même si j'ai souvent donné l'impression d'être le genre de mec qui aime s'afficher. Ce qui dans le fond est assez faux, même si je n'aime pas non plus avoir à me cacher. J'ai eu quelques histoires depuis qu'on s'est installé à Tokyo, certes rien de très sérieux ou du moins rien qui n'ait duré très longtemps… Si ce n'est Yuri avec qui je suis resté plus d'un an avant qu'on ne rompe d'un commun accord. C'est par son intermédiaire que j'ai rencontré Seiki puisqu'elle a eut une relation avec lui peut après et que nous sommes resté d'excellents amis. Difficile de faire autrement puisqu'elle est l'une de mes plus grandes fans, après ma sœur. C'est justement ce qui me fait grincer des dents maintenant qu'il s'intéresse à Eri. Je sais mieux qu'elle de quoi il est capable. J'ai suffisamment prêté mon épaule à Yuriko, que pour avoir peur pour ma petite sœur. Et même si je sais pertinemment qu'elle n'est plus une petite fille, qu'elle n'est plus cette petite princesse qui a besoin que je la protège de vilains garçons, c'est plus fort que moi. Je ne peux pas m'empêcher de veiller sur elle, de tenter au mieux de la protéger des hommes que je juge mal intentionné, parfois à tord c'est vrai, mais parfois avec raison tout de même. Alors peut-être que Seiki à changer et peut-être qu'il est sérieux avec elle, mais c'est mon cœur de grand frère qui m'a poussé à lui foutre mon poing dans la gueule, peu importe les répercussions que ça pouvait avoir. Parce que je préfère mille fois qu'Eri me déteste, plutôt que de la voir pleurer parce qu'on aura une fois de plus piétiné son cœur délicat. Sa haine, sa colère, tout comme les punitions de l'agence ou mes propres blessures, je m'en contre-fiche. Parce que je ne supporte pas ses larmes, que je l'aime et que ça me brise le cœur à chaque fois.

Si je sais parfaitement pourquoi elle est venue, je joue au con, parce qu'il est plus facile de faire comme si je ne savais pas que de devoir lui expliquer pourquoi je me méfie tellement de Seiki. Et plus encore de lui avouer que j'ai pris plaisir à le cogner. Pas seulement à cause d'elle. La rancœur est une chose tenace, je le sais mieux que personne. Je la vois plisser les yeux, signe qu'elle est contrariée par ma question. Sans doute n'est-ce pas ce à quoi elle s'attendait en venant. « C'est toi qui pose… Aish! » J'ai vraiment pas envie de m'énervé, encore moins de me prendre la tête avec ma sœur. J'ai mal, je suis épuisé et j'ai surtout envie d'une pause… Peut-être même d'une douche. Mais l'entendre parler en ces termes de ce connard de Seiki, me fout les nerfs. Le gars qu'elle aime. Comment peut-elle sérieusement être amoureuse d'un mec pareil? Je soupire en passant une main dans mes cheveux humide de sueur, alors qu'elle ramène de manière détournée l'histoire avec Raphaël sur le tapis. « Ouais, bah tu ferais peut-être bien de mieux choisir les gens qui t'entourent dans ce cas. » Les yeux fixé sur elle, mon ton est plus dur que je ne le veux, je peux sans mal entendre le reste du groupe se taire avant de reprendre leur conversation plus bas. Et je m'en veux aussitôt parce que je suis un peu à cran mais que je n'ai vraiment pas envie de me disputer avec elle, ni de lui faire de la peine. « C'est pas quelqu'un de bien Eri… Pas quelqu'un pour toi… Tu mérite mille fois mieux que ce loser. Ouvre un peu les yeux. »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 3 Mai - 18:04
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
Je suis déjà bien assez indécise comme ça. Je n'arrive pas à avouer mes sentiments pour Seiki à ce dernier, je le fuis, sans cesse, dès qu'il essaie de mettre le sujet sur le tapis. J'ai peur, horriblement peur, et il n'est franchement pas tant que mon frère me fasse douter, alors quoi qu'il dise, je n'ai pas l'intention de l'écouter. De toute façon écouter quoi ? Il ne connait même pas Seiki, alors je ne vois franchement pas ce qu'il pourrait bien savoir de lui qui m'empêcherait de le fréquenter. Je regarde le visage presque impassible de mon frère. A croire qu'il n'a franchement aucune envie de s'excuser, ni même d'essayer de faire des efforts. Il est borné, ça a toujours été le cas, et je n'ai jamais franchement trop aimé ça, sauf qu'aujourd'hui je le déteste carrément !! C'est bien la seule chose que j'aimerai changer chez lui. Je jette un oeil aux membres des CD qui se sont arrêté de parler au moment où Shun a légèrement haussé le ton, avant de se remettre à discuter. Je soupire avant de revenir à mon frère. « Et qui est-ce que je devrais fréquenter alors ? Que des filles je suppose, visiblement puisqu'aucun mec ne semble apte à pouvoir être simplement ami avec moi. ». Je secoue la tête, complètement énervée, je crois que je n'ai jamais été aussi furieuse contre Shun. « La preuve, même quand je vois Ryo-kun je me fais engueuler !! » J'ai parlé un peu fort, en montrant du doigt le concerné qui me regarde désormais en écarquillant les yeux.

Je baisse les yeux alors que ma gorge commence à se serrer et que je refoule les larmes qui montent dangereusement. Je ne me dispute que très rarement avec mon frère. Enfin non, c'est régulier car nous sommes tous les deux aussi têtus l'un que l'autre, mais c'est souvent pour de simples broutilles, et très rapidement nous oublions notre petite bagarre de frère et soeur. Sauf que ce n'est pas la même chose là, c'est un sujet qui est vraiment très important à mes yeux. J'aimerai que Shun puisse accepter Seiki, ça m'aiderait tellement à lui avouer clairement mes sentiments. Mais quitte à ce qu'il ne l'aime pas, au moins qu'il ne lui cogne pas dessus... Mais comment ça ce n'est pas quelqu'un de bien ? « Mais tu le connais au moins pour parler comme ça ? Tu as discuté une fois dans ta vie avec lui ? » ce que j'ignore c'est que oui, Shun le connait. « Je mérite quoi au juste ? De rester seule ? De passer à côté de quelqu'un qui pourrait me rendre heureuse juste parce que tu as décidé qu'il n'était pas fait pour moi ? »
electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 15 Mai - 3:11
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
TENUE ☽ J'ai l'impression qu'il y a des jours et des jours qu'on répète les mêmes mouvements, inlassablement, encore et encore, travaillant sans relâche jusqu'à obtenir la perfection. Enfin, du moins jusqu'à moment ou mon regard croise le reflet de ma sœur dans les grands miroirs qui tapissent le mur du fond de la pièce. Je perds immanquablement le rythme et ne parvient que de justesse à m'éviter de finir étaler. Si j'avais prêté attention à autre chose qu'à Eri, j'aurais sans doute pu remarquer le sourire moqueur de Ryoma, celui amusé de mon petit ami ou encore le soupire un brin exaspéré de notre leader qui fini par décrété une pause. Plus que largement bien venue. J'ai beau danser tous les jours, faire plus de sport que je n'en ai jamais fait auparavant, je me sens fébrile sur mes jambes, comme un enfant qui tenterait de marcher seul pour la première fois. A moins que ce ne soit l'idée de la confrontation avec ma sœur qui me fait cet effet. Ce que je doute peu probable. Je n'ai pas peur de ce qu'elle va me dire, même si je peux sans peine sentir sa colère, froide et indompté, alors que je me permets deux minutes de pause avant de la rejoindre.

Comme je m'en doutais, le sujet dévie presque aussitôt sur Seiki, ce qui m'énerve déjà. On se dispute souvent pour des broutilles avec Eri, des petites choses sans grandes importance, mais cette fois je sais que le conflit est réel parce qu'elle semble vraiment s'être entichée de cet abruti fini et que pour une fois, j'ai de sérieux griefs contre celui que son cœur à choisit. Je peux sans souci sentir la migraine arrivé d'avance. Elle est contrarié et je le suis également, même si je suis épuisé que je n'ai aucune envie de me prendre la tête avec elle pour un mec qui n'en vaut même pas la peine au final. Malgré tout, je joue la carte de la nonchalance, comme toujours, répondant à ses questions qui n'en sont pas vraiment… Puisqu'en réalité ça lui importe peu que j'aille bien où non, ce ne sont que des questions rhétoriques de pure courtoisie. Avec un soupire lasse, fini néanmoins par lui demandé ce qu'elle attend que je lui dise et les choses partent aussitôt en vrille. Une fois encore elle ramène l'histoire avec Raphaël sur le tapis, ce qui m'exaspère réellement. Ce gars est un connard fini, fallait bien qu'il s'en prenne une à force de se pavaner comme un paon. Mes paroles et mon ton est plus durs et cinglants que je ne l'aurais voulu. Je m'en veux directement.

Je retiens un nouveau soupire dès qu'elle mêle Ryoma à la conversation et lève les yeux au plafond, sans même tenter de le cacher, insensible aux regards de mes amis posés sur nous. « Mais non… Ne déforme pas mes propos, tu veux?! Tu sais bien que j'en ai rien à faire et que tu peux voir Ryo si t'en as envie. Ce que j'apprécie moins c'est que vous fassiez la une de la presse à scandale… » J'ai un excellent souvenir du savon que le manager nous à passer après ça, surtout au maknae en fait. Mais ce n'était pas a tord et Eri n'était pas responsable dans l'histoire, le blâme revenait à mon ami qui avait délibérément fait une croix sur la sécurité ce jour là. Malgré tout, on en avait tous pris pour notre grade ce jour là et il n'était pas exclus que j'ai été un peu sévère avec elle, suite à ça.

Les yeux à nouveau fixé sur elle, je la vois baisser le regard et il me semble voir son menton trembler une fraction de seconde. Ce qui est juste un drame pour moi parce que je n'ai aucune envie de la faire pleurer. Je préfère mille fois qu'elle me hurle dessus, je veux même bien qu'elle me frappe si ça peut éviter qu'elle ne fonde en larmes. J'en veux encore plus à Seiki ne nous imposer pareil moment. S'il s'était tenu à l'écart de ma sœur comme je le lui avais dit, on n'en serait pas là. Mais non! Comme toujours ce mec n'en faisait qu'à sa tête et ça commençait sérieusement à me lasser. Serrant la mâchoire pour prendre sur moi, me laisser aller à ma colère n'arrangerait pas les choses, je retiens un juron, comme quoi il est possible de faire des progrès même quand on s'appel Aomine Shun. Ses paroles me font aussitôt froncées les sourcils, mon nez me tiraille désagréablement et une nouvelle fois je me laisse emporter. « Bien sûr que je le connais et que je lui ai déjà parlé! Mais p'tain, tu m'prends pour qui Eri?!! » Je suis vexé en plus d'être sur les nerfs. Non mais sérieusement, elle me prend pour un monstre ou quoi? « J'ai franchement la tête du mec qui casse la gueule à n'importe qui juste par pur plaisir? C'est ce que tu penses de moi? Genre, tu crois vraiment que je n'ai rien d'autre à faire?... Et c'est sans doute aussi par plaisir que je mets les gars dans la merde… » Je pointe un doigt rageur vers les membres du groupe qui suivent un peu mal à l'aise notre conversation sans trop savoir où se mettre. « C'est aussi pour ça que je me fous le manager à dos et que je me prends la tête avec toi… Ouais bien sûr c'est l'éclate totale. » Sérieusement, j'ai vraiment que ça à faire. Foutre mon poing dans la gueule de tous les mecs qui lui tournent autour c'est mon passe temps favoris, ça ne se voit pas? Ouais bon d'accord, ça m'est arrivé plusieurs fois, mais quand même. « Je le connais mieux que tu ne le penses et j'ai parfaitement eu l'occasion de le voir à l'œuvre. C'est un connard… Y a des tas d'autres mecs mille fois mieux que lui. »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 18 Mai - 17:29
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
Je sens le sang qui me monte de plus en plus à la tête et je réalise que je m'emporte un peu. Il faut dire que la réaction de mon frère m'a tellement insupportée que j'ai démarré au quart de tour. J'ai l'impression que, s'il s'était agi de n'importe quel mec, j'aurai passé outre sa réaction, je l'aurais légèrement engueulé mais pas de là à débarquer dans l'agence où il travaille et à le déranger lui et le reste de son groupe dans leur répétition. Sauf que là, il s'agit de Seiki. On ne parle pas de n'importe qui. Je ne peux pas laisser passer ça. Ça fait longtemps que je n'ai pas aimé quelqu'un comme lui, même si j'ai encore du mal à me l'avouer, et à lui avouer. Pourtant, j'ai l'impression que dès que quelqu'un essaie de s'en prendre à lui, je pourrais commettre un crime, et visiblement, mon frère fait partie des gens que je pourrais tuer...

L'histoire avec Ryoma me semble pourtant être un bon exemple à l'intrusion de mon frère dans ma vie, mais comme toujours, il trouve des excuse. Moi non plus ça ne me plaît pas franchement de faire la une des journaux, et si ça arrive ce n'est pas de ma faute, mais de la faute de la popularité de Shun. Il devrait donc réfléchir à deux fois avant de m'accuser. Après tout, je lui ai toujours dis que je vivrai ma vie comme je le souhaite, et je ne vais pas me priver juste parce que des paparazzis sont à ma trace. Et de toute façon ce n'est pas moi qu'ils suivaient, eux et toutes les fans, mais bel et bien Ryoma qui n'avait pas fait très attention. Quoi qu'il en soit, ce jour-là, Ryo m'avait offert une superbe robe hors de prix ! Je n'avais pas tout perdu...

Lorsque Shun commence à élever la voix et à s'énerver, mon sang se glace à l'intérieur de mes veines. Je me fige et me colle presque contre le mur, ne décroisant pas pour autant mes bras, collés contre ma poitrine. Pour qui est-ce que je prends ? Le problème c'est que je prends vraiment pour un mec qui ne pense qu'à m'éloigner de tous les autres hommes de ce monde. En tout cas, en vingt ans d'existence il ne m'a encore jamais prouvé le contraire pas vrai ? « Personne ne t'a demandé de venir le frapper, si tu te mets dans la merde au travail et si tu t'engueules avec moi c'est uniquement de ta faute. ». S’il savait retenir sa colère, ce genre de chose n'arriverait pas. Justement, il devrait un peu plus penser à lui et à sa carrière plutôt qu'à me protéger. J'aime le voir et j'aime qu'il soit proche de moi, mais j'aimerai qu'il me laisse vivre comme je l'entends.

Je n'arrive toujours pas à comprendre ce que Shun sous-entends, je ne comprends pas d'où il le connait, et pour tout dire, je n'ai pas spécialement envie de le découvrir. Au final, j'ai peur qu'il ait raison, j'ai peur que Seiki soit un sale type et me brise le coeur, j'ai peur qu'un jour Shun me dise "je te l'avais bien dis". Alors je ne veux pas en savoir plus. Je sens les larmes me monter aux yeux et je déglutis difficilement pour refouler ces larmes. « Il y a certainement pleins de mecs mieux que lui, mais c'est lui que je veux. ». J'ai parlé si faiblement, et les yeux rivés sur le sol, que je ne suis même pas certaine qu'il m'ait entendu. J'ai tellement du mal à avouer mes sentiments, et mon frère qui me harcèle dans cette relation ne m'ide franchement en rien. « Je pensais que tu m'aimais plus que tout, et que tu ferais tout pour moi... Si c'est le cas, n'intervient plus jamais dans ma vie amoureuse. ». Si mon ton est froid, c'est simplement pour masquer mes émotions et d'ailleurs, très vite j'essuie la larme qui coule sur ma joue, du revers de la main, dans l'espoir que Shun ne l'ait pas remarquée.
electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 26 Mai - 2:27
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
TENUE ☽ C'est vrai je l'accorde, je suis envahissant. J'ai un sale caractère aussi, je m'énerve facilement et j'ai tendance à agir avant de réfléchir quand il s'agit des gens qu'Eri fréquente. On me l'a souvent reproché, mais ce n'est pas ma faute si c'est la seule chose, hormis mon nom, que mon père m'a transmise. Après je le fais pour son bien. Je ne veux pas qu'elle pleure, qu'elle soit triste, qu'une fois encore elle se ramasse… Parce que ses histoires d'amour précédentes se sont souvent résumées à ça et je ne supporte pas de la voir malheureuse. Surtout pas pour un garçon qui se glissera dans les bras de la première fille qui passera par la suite. Et j'ai l'avantage, cette fois, de connaître personnellement Seiki. Je suis, de ce fait, parfaitement capable de justifier ma réaction, même si elle était sans nul doute un peu exagérée.

Si je tente de rester calme face à ma petite sœur, ses paroles font voler en éclat ma volonté et mon ton se fait plus sec, plus cassant, signe que je suis exaspéré et vexé. Vexé qu'elle me prenne juste pour une brute qui prend plaisir à casser la gueule de tous les mecs de son entourage. Ça me vexe, mais surtout, venant d'elle, ça me blesse profondément. Je pensais qu'elle avait compris que quand j'agis comme un salaud, c'est que j'ai de bonne raison et que je ne suis pas juste un petit merdeux qui prends plaisir à faire du mal aux autres juste pour passer le temps. « Ma faute? Parce que c'est si dérangeant que ça que je tente de t'éviter les emmerdes? Même si ça me fout, moi, dans la merde? Si Seiki avait gardé ses distances comme je lui avais demandé de le faire, on en serait pas là! » Faut croire que ce mec ne sait faire que ça dans la vie: foutre la pagaille partout où il passe. « C'est toujours pareil avec lui de toute façon. Monsieur ne fait attention qu'à sa petite personne. Les autres, il n'en a rien à foutre. »

Sans même être présent ce connard me met les nerfs, à tel point que je pourrais sans problème enchaîner deux ou trois heures de danse supplémentaires sans me plaindre, juste pour évacuer la tension qui vient de me gagner. Il parait que le sport est un bon exutoire pour les pulsions violentes. Si je peux sans peine sentir le regard de mes amis sur nous, mes iris ne quittent pas une seconde Eri et je suis le cheminement de ses pensées aussi facilement qu'un Drama défilant sur l'écran plan du salon. Sa voix basse et légèrement tremblotante me parvient alors qu'elle regarde ses pieds. Si basse que j'ai presque l'impression de l'avoir inventée, mais je sais que non. Ses paroles me contrarient sérieusement, mais je ne peux pas l'empêcher de voir Seiki, même en y mettant toute la volonté du monde. J'ai un horaire mille fois trop chargé, même avec la sanction de l'agence, donc aucune chance de pouvoir gardé un œil h24 sur eux. Un soupire m'échappe sans même que je ne tente de le cacher. « Je sais Eri et je t'aime, t'es ma petite sœur, ma princesse… Mais tu n'as pas le droit de me demander ça. Je ne peux pas rester là à te regarder foncé dans le mur tête baissée. » Nan, ça c'est absolument au dessus de mes forces.

Même si elle le cache plutôt bien, je connais ma sœur et la moindre de ses petites mimiques, je remarque assez facilement la larme qu'elle tente d'effacer discrètement. Ma colère retombe aussi vite et si l'espace d'une fraction de seconde j'hésite, je m'approche d'elle pour la prendre dans mes bras. Je n'aime pas qu'on se dispute et je dois avouer que ça ne joue pas vraiment en la faveur de Seiki. « Je suis désolé Rinette… Je ne vais pas te dire que j'apprécie le garçon que tu as choisi… » En fait, c'est même tout le contraire. « Mais je ne le frapperai plus, je te le promets. »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 26 Mai - 11:08
 
C'est moi qui vais te casser le nez !
Aomine Shun & Aomine Eri
Je suis tellement fatiguée de cette histoire. Si j'avouais clairement mes sentiments à Seiki, si ceux là étaient réciproque et qu'on débutait une relation "sérieuse", alors peut-être que ça faciliterait les choses ? Peut-être que mon frère se tiendrait un peu plus à l'écart et me laisserait vivre ma vie ? Je n'y crois pas à cent pour cent, mais quand même, si notre relation était officiel, Shun n'y pourrait plus grand chose. Et je ne pense pas qu'il soit si horrible que ça pour briser un couple. Et si jamais c'était le cas, là je lui en voudrait définitivement.

"Si Seiki avait gardé ses distances comme je lui avais demandé de le faire", un rire m'échappe à cette réflexion toute droite sortie de la bouche de Shun. « Tu rigole j'espère ? Tu crois vraiment que tu as le droit de donner des ordres aux gens ? Tu es qui pour faire ça ? ». Ce n'est pas parce qu'il est mon frère qu'il peut se permettre de dire aux gens de mon entourage ce qu'ils ont le droit et pas le droit de faire. Je secoue la tête d'agacement. Maintenant, j'ai juste envie de quitter cette salle et rentrer chez moi. Ou non, plutôt d'aller à la piscine et m’entraîner la journée entière dans le bassin pour me vider l'esprit. C'est peut-être une mauvaise idée que j'ai eu de venir ici, à l'agence de Shun, juste pour m'engueuler avec lui. Mais je ne pouvais pas garder ça pour moi, il vaut mieux que je déballe toute ma rancune maintenant.

Seulement, tout ça commence à me rendre triste. Je ne supporte pas de me disputer avec Shun, mais en plus de tout ça, le fait qu'il n'accepte vraiment pas Seiki, et m'avoue qu'il veut m'éloigner de lui me blesse énormément. J'aimerai que mon frère accepte mes choix et m'encourage. Qu'il me conseille, mais au final il fait tout le contraire. Il ne fait que m'enfoncer un peu plus. J'en ai marre de ces belles paroles, c'est facile de radoucir le ton, de me dire qu'il m'aime. Mais tout ça ne change rien à la situation. Mon regard reste rivé sur le sol et je tente de cacher les larmes qui commencent à rouler sur mes joues. Je ne veux pas que Shun les remarque, je veux qu'il me voit comme quelqu'un de forte, quelqu'un de forte qui n'a pas besoin de son aide et qui sait prendre ses décisions toute seule.

Est-ce que je dois vraiment croire ses paroles ? Je relève mon regard pour le plonger dans les yeux de mon frère, cherchant sa sincérité. « C'est vrai ? Tu ne le touchera plus ? ». Je déglutis pour faire disparaître les larmes qui menace encore de couler « N'essaie pas de l'éloigner de moi, s'il te plait. ». Finalement c'est tout ce que je lui demande. S'il ente d'éloigner Seiki de moi, je serai obligé de m'éloigner de mon frère, et je ne souhaite pas que cela arrive.
electric bird.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 18:51
 

C'est moi qui vais te casse le nez ! || Ft. Shun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Li cacho-dent (casse-dents ou croquets aux amandes)
» Croix de bois, croix de fer, si je ment je vais en enfer ! [PV : Hikari]
» Garage des rues : véritable casse-tête !
» La boule kass'krâne : ça ne casse pas des briques ?
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-