AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Our chance to make it right

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 18 Avr - 23:03

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je suis comme un gosse excité à l’aéroport. J’ai les yeux qui se baladent un peu partout, mon passeport et mon billet dans la main. Je ne pars que pour quelques jours, mais cela ne m’empêche pas d’avoir pleinement hâte. Pour commencer, de vivre l’expérience et dans un second temps de trouver un stage. Après discussion avec mon professeur principal, nous avions convenu qu’il serait plus intelligent de partir pour quelques jours, directement à l’étranger. Parce que d’être sur place me sera plus favorable. C’est toujours plus intéressant pour un recruteur, d’avoir la personne sous les yeux. Même pour moi. Alors, sous l’aval de mon professeur, je n’ai pas hésité plus longtemps et j’ai réservé pour le premier vol.

Mais je ne suis pas seulement excité par l’opportunité de trouver un stage, ou encore de celle de passer quelques jours aux Etats-Unis. Il y a autre chose, qui malgré l’importance de trouver un stage pour valider mon année, a encore plus d’importance. « Tenez. » Je tends mon passeport et mon billet, dépose ensuite mon bagage à main ainsi que ma valise. En attendant que la dame valide mon billet et pèse mes bagages, je regarde mon téléphone. Je n’ai pas encore de nouvelles, mais je sais qu’elle ne va pas me laisser tomber. C’est vrai, je l’ai un peu prévenu la veille pour le lendemain, mais j’ai souvent fonctionné comme ça. Par moment, je peux me montrer impulsif et complètement bordélique. J’aime à dire que cela fait partie de mon charme. J’incline légèrement la tête et récupère mon sac à dos. J’ai encore un peu de temps avant d’embarquer et comme je commence à avoir faim, je me dirige vers le premier snack que je croise – par pitié pas un Starbucks – et me penche pour regarder dans la vitrine et faire mon choix.

electric bird.


Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 21 Avr - 20:04

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je monte dans un taxi au plus vite. Je n'ai pas l'habitude de prendre le taxi, en temps ordinaire je prends le bus ou le métro, seulement là, il faut que je me dépêche. Pourquoi ? Je ne sais même pas. Hier soir j'ai reçu un message de Seiki me demandant de venir le voir à l'aéroport ce matin. Malheureusement j'avais des choses à faire, un rendez-vous important, et vu l'horaire qu'il m'a donné j'ai peur de le louper... Il me demande certainement de venir le voir pour lui dire au revoir. Il part sans doute chercher un stage, mais je ne sais même pas où, ni pendant combien de temps, il ne m'en a pas parlé... C'est certainement parce que ça va durer longtemps qu'il veut me dire au revoir non ? Je ne peux m'empêcher de ronger mes ongles par le stress dans le taxi. Si seulement le conducteur pouvait aller plus vite...

Le taxi me dépose enfin devant le terminal de l'aéroport. Seulement voilà, l'aéroport de Tokyo est grand, comment suis-je censé trouver Seiki dans ce dédale de hall ? J'attrape mon portable et décide de lui envoyer un sms. Je ne suis pas en retard, il me demandait d'être là à 11h30, il est 11h. J'ai à peine une demi-heure pour lui dire au revoir, si seulement je le trouve... Une fois un message envoyé pour lui demander où est-ce que je peux le retrouver, je décide de parcourir le hall dans lequel je me trouve. Je n'y crois pas trop mais sait-on jamais, Seiki est peut-être par là.

« Seiki ? » Non je ne rêve pas, je crois bien que c'est lui qui se tient juste derrière la vitrine de ce café/snack/bar. Je m'empresse d'entrer dans la boutique à mon tour et me met à faire la queue derrière lui, comme si de rien n'était. Je fais doucement pour ne pas qu'il me remarque et, je pose mes mains sur ses yeux. Je suis obligée de me mettre sur la pointe des pieds. Je suis vraiment triste qu'il soit obligé de quitter le pays, et d'autant plus déçue qu'il ne m'ait prévenu qu'hier, mais j'ai décidé de le prendre avec philosophie. Ca ne sert à rien de s'engueuler avant son départ pas vrai ?


electric bird.


Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 21 Avr - 22:20

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je me suis finalement décidé. Articles en main, je prends le chemin de la queue mais ne manque pas de regarder ma montre, de temps à autre. Deux personnes ont fini de payer et c'est à ce moment que je sens mon téléphone vibrer. Faisant tenir mes articles entre mon buste et mon bras, je cherche de ma main valide mon téléphone. Mais je me doute de l'identité de mon correspondant, enfin j'espère que c'est bien elle. Eri est toujours super en avance. Même quand je la préviens en retard, elle trouve toujours le moyen de se débrouiller pour être là avant l'heure. Je pianote sur mon écran, lui indiquant l'endroit où je me trouve. Mais je n'ai pas le temps de lui envoyer le message que des mains cachent mes yeux. Je souris, redressant légèrement la tête. Il n'y a qu'elle pour faire ce genre de choses. Elle, ou alors une folle. Mais je préfère croire à la première option. Je range mon téléphone et pose ma main sur les siennes pour les dégager. Comme prévu, Eri est très en avance. « Je ne t'attendais pas aussi tôt. » Menteur. En fait, je l'attendais un peu plus tôt même. Avec elle, je suis devenu de plus en plus impatient. Mais c'est de sa faute, si elle occupe une place de plus en plus importante. Je lui montre ce que j'ai pris. « T'as faim ? Vas te chercher un truc, c'est moi qui invite. » Ouais bon, c'est qu'un snack aussi. Rien de chic ou quoi. Peu à peu, nous avançons vers les caisses. Je scrute de temps à autre Eri. Elle est décidément trop mignonne avec son béret sur la tête. « Tu comptes partir quelque part ? T'es très élégante comme ça ! A moins que ce soit pour moi. » J'accentue mes propos en lui adressant un clin d’œil. J'ai toujours aimé la titiller là-dessus, parce que, ne soyons pas aveugle et sourd, nous sommes un peu plus que des amis.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 27 Avr - 20:24

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je suis étonnée de trouver Seiki dans une boutique, s'achetant à manger. Je pensais qu'il serait déjà pas loin de la porte d'embarquement, une demi-heure avant non ? Mais visiblement l'heure qu'il m'a donné n'est pas l'heure à laquelle il part, je me suis sans doute pressée pour rien alors. Mais je ne voulais vraiment pas le manquer.

Comme je m'y attendais, Seiki devine bien vite que c'est moi qui lui cache les yeux et me retire délicatement les mains. « Tu pensais que j'arriverai après que ton vol soit parti ? » Lui demandai-je avec ironie. « Je ne voulais pas te manquer. ». Seiki me demande si j'ai faim et me propose même de me payer quelque chose, mais je n'ai pas vraiment envie. Pas que je n'ai pas faim, mais je n'ai pas le coeur à manger, étrangement. Je secoue doucement la tête avant de lui sourire. Mon appétit reviendra sûrement un peu plus tard dans la journée et j'irai me déguster un bon plat de viande avec des petits légumes !

J'accompagne tout de même Seiki jusqu'à la caisse et souris pour le remercier de son con compliment avant de rigoler, de manière joueuse « Tu crois vraiment que j'ai eu le temps de passer me changer juste pour toi ? J'avais rendez-vous avant, c'est tout. ». Je fais exprès de ne pas préciser quel genre de rendez-vous j'avais, et encore moins avec qui. Juste pour m'amuser. Je suis curieuse de sa réaction en fait. Je ne crois pas que Seiki soit jaloux, en tout cas il ne m'a jamais montré de marque de jalousie alors que j'ai beaucoup d'amis hommes. En même temps ce n'est pas comme si nous étions en couple, il n'a aucune raison d'être jaloux.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 16 Mai - 23:00

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Eri n'a pas l'air en grande forme. Je ne fais habituellement pas attention à ce genre de détails. Disons que je ne suis pas un garçon très perspicace quand il s'agit d'émotions. Mais j'ai tellement l'habitude de fréquenter et de m'inquiéter pour Eri, que je remarque ses changements d'humeur. Qu'est-ce qui peut bien la rendre triste ? J'ose espérer que c'est à cause de moi. Mais je ne préfère pas trop m'emporter. Avec Eri, j'ai appris à ne pas faire de conclusions trop hâtives. Elle est parfois surprenante et je réalise que j'ai la fâcheuse tendance à surinterpréter ses états d'âme. Donc je reprends le chemin de la file sans un mot, jusqu'à lui faire remarquer qu'elle était bien habillée aujourd'hui. Je savais que je pouvais compter sur elle, qu'elle n'allait pas arriver une fois que je serais monté dans l'avion, sans l'avoir croisée. Eri était non seulement très ponctuelle, mais même si elle n'était pas fan des au revoir, elle tenait toujours à être là.

A sa réponse, je pivote légèrement pour la fixer, cherchant la dose d'humour, l'indice qui m'indiquera qu'elle bluffe. Mais je n'en trouve pas. J'esquisse un demi-sourire avant de hausser les épaules. Okay, ça me rend fou quand elle me balance des trucs comme ça. Je ne suis pas d'un naturel jaloux, jusqu'à ce que je la connaisse. Enfin, il y a un tas de choses auxquelles je n'étais pas accoutumé jusqu'à ma rencontre avec elle. Je retourne la tête pour lui faire dos, avançant dans la file jusqu'à ce que ce soit mon tour. « Ah ouais ? Et alors, intéressant ou pas ? » Je fais exprès de ne pas poser une question floue, qui pourrait à la fois concerner un rendez-vous privé ou professionnel. Je dépose mes articles, fouille dans mon sac pour retirer mon porte-monnaie. « J'espère que ça ne va pas contrecarrer ce que j'ai prévu, hm ? » Je sors de la boutique pour me poser sur l'espèce de terrasse qu'ils ont installés juste à la sortie de la boutique. Les sièges et les tables rondes sont disposées de manière aléatoire, sans ordre défini. Croquant dans mon sandwich, je tire la chaise à côté de moi pour qu'Eri s'y installe, en profitant pour regarder l'heure. « Alors, tu vas faire quoi sans moi ? »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 17 Mai - 19:44
Aomine Eri a écrit:

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Seiki me tourne le dos et ne me réponds pas tout de suite, ce qui m'étonne mais me fait doucement rire en silence, dans son dos. Ca serait bien un première de le voir jaloux tiens. Je ne dis rien jusqu'à ce qu'il me demande finalement, sans même me lancer un regard, si mon rendez-vous été intéressant. Je fais l'air de la fille qui réfléchit profondément en fronçant les sourcils avec une petite moue alors que Seiki me demande si ça ne va pas l'empêcher de faire ce qu'il avait prévu. « Pourquoi ? Si je te dis que ce rendez-vous était très intéressant tu vas annuler ton vol ? Si c'est le cas alors oui... Le mec avec qui j'ai eu rendez-vous était franchement canon ! ». Je ne mens pas, c'était bien avec un garçon que j'avais rendez-vous, et il était franchement pas mal, ce que Seiki ne sait pas pour le moment c'est que c'était un rendez-vous purement professionnel qui concernait ma participation aux Jeux Olympiques de Rio cet été. J'aime jouer avec Seiki, j'ai toujours aimé ça. C'est amusant de voir les réactions qu'il peut avoir dès que ça me concerne, mais au fond, c'est un moyen détourné pour savoir à quel point il tient à moi. C'est sûr que ça serait plus simple d'en parler directement, avec des mots clairs et pas avec des sous-entendus, mais je suis la pro pour éviter ce genre de sujet tant que je le peux...

Lorsque Seiki sort de la boutique je le suis et m'installe sur la chaise qu'il me propose. Je le regarde morde dans son sandwich, le regard un peu vide. Je suis assez triste de le voir si joyeux et si impatient de partir. Je ne sais même pas dans quel pays il part, mais je n'ai pas envie de le lui demander, je n'ai pas le coeur à ça. J'essaie de cacher mon malaise mais il faut qu'il enfonce, à ce moment-là, le couteau dans la plaie en me demandant ce que je vais faire sans lui. Je pose le coude sur la table et appuie mon menton dans la paume de ma main en soupirant. « La même chose que d'habitude... » D'un air peu convaincu. Je n'ai pas envie qu'il parte, c'est clair, mais je ne peux pas lui dire, ça reviendrait à devoir lui avouer les sentiments que j'essaient tant bien que mal d'enfouir au plus profond de moi, et d'avoir une conversation sincère avec lui, et pour le moment je n'en ai pas envie. Si avant je n'étais pas spécialement prête à lui en parler, aujourd'hui je réfléchis plus encore suite à la dernière conversation que j'ai eu avec mon frère. Ou plutôt suite au face à face violent qu'on a eu... « Et toi ? Je suppose que tu ne vas même pas avoir le temps de penser à moi pas vrai ? »


electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 11 Juin - 17:27

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je dis rien, mais je croque avec un peu trop de conviction dans mon sandwich. Je repense à ce qu’a dit Eri sur son mec trop canon. Je sais qu’elle dit ça pour m’énerver – ce qui fonctionne très bien, j’espère qu’elle ne s’en rend pas compte – mais je ne peux m’empêcher qu’il y ait une part de vrai dans toute cette histoire. Je me pince en mordant mon doigt sur mon sandwich. Ok, faut vraiment que je pense à autre chose. Comme par exemple l’heure qui file. « Tu crois ? C’est vrai que je serais un peu pas mal occupé. T’as le droit de m’appeler si tu te sens seule et déprimée, tu sais. » Je souris en la regardant. Par moment, je me demande depuis combien de temps dure notre jeu, depuis combien de temps attendons-nous que l’autre fasse le geste vers l’autre. Il faut dire, que je l’ai fait bien plus souvent qu’elle. Par moment, je me prends des vestes, comme cette nuit qu’on a passé ensemble. Dans ce genre de moment, je me demande s’il faut que je continue à persévérer. Je n’ai pas non plus envie d’être lourd, de devenir un poids pour elle, un problème, ou pire, qu’elle ne sache plus comment me parler, être naturel. Ça me tuerait qu’elle réagisse avec moi comme avec les autres, ou bien qu’elle finisse par mettre des distances. Je m’essuie les mains et me lève avant de lui attraper la main. « Tu viens ? Je vais rater l’embarquement sans quoi. » On avance plutôt en silence, je lui tiens toujours la main mais je la laisse un peu en arrière. Dans la poche arrière de mon pantalon, mon ticket d’embarquement déborde. Mais il y a quelque chose qu’Eri ne sait pas, qui fait que j’affiche une mine plus réjouie que déprimée. Je ne me tourne toujours pas vers elle quand l’hôtesse me demande mon billet. Je passe la main sur la poche arrière de mon pantalon et lui tend le billet. A ce moment-là, je me tourne vers Eri, le sourire toujours aux lèvres et lui tend la pochette où se trouvait mon billet d’avion. « Au fait, je t’ai pas dit ? Je t’emmène avec moi ! Bah oui, j’ai besoin d’un guide là-bas. »

electric bird.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 11 Juin - 19:31

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ J'ai presque envie de rigoler quand je vois la réaction de Seiki face à ce que je lui dis. Evidemment, il ne me répond même pas et mort d'une façon presque énervée dans son sandwich. Je suis contente, mon petit jeu a fonctionné. Malgré tout, ça ne me remonte pas le moral. J'aimerai presque inventer une histoire bidon à propos de ce type qui était, certes canon, mais loin d'être en rencard, pour le rendre encore plus jaloux avant son départ, et qu'il se pose tout un tas de questions pendant son voyage. Il se moque de moi en plus, je soupire, ne répondant même pas. Je ne l’appellerai pas, il en est hors de question, de toute façon la communication coûtera trop chère. Si je lui manque il aura qu'à me contacter, après tout c'est lui qui part à l'autre bout du monde, pas moi ! Je refuse de faire le premier pas - encore une fois me direz-vous.

Au final Seiki s'essuie les mains et se lève. C'est sûr que ça serait bête qu'il loupe son vol... J'attrape sa main sans un mot, cherchant juste à profiter de l'instant présent avant qu'il ne me quitte, sans trop me poser de question pour le moment. Je pense que, pendant qu'il sera parti, j'aurai tout le temps qu'il faudra pour penser à lui, à nous. Et à son retour, je me promets d'avoir une discussion sérieuse avec lui, à savoir ce qu'on fait. Pour de vrai.

Rapidement on arrive au lieu d'embarquement et mon coeur se serre un peu plus alors que je lâche la main de Seiki pour pouvoir le laisser prendre son ticket d'embarquement. Je pense que Seiki doit être aussi peiné que moi - enfin c'est ce que je crois - car il garde le silence et ne me regarde pas une seule fois. Pourtant, lorsqu'il se retourne vers moi, un grand sourire aux lèvres, et me tend la pochette avec son billet d'avion, je ne comprends pas de suite ce qu'il se passe. « De quoi ? Tu m'emmènes où ? » Ok... « Mais c'est pas prévu ça ! Je veux dire j'ai pas de bagage, rien, et puis j'ai réservé de billet de toute façon ! ». Ouai, je ne comprends vraiment rien... Mais cela semble faire rire l'hôtesse en face de nous.


electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 11 Juin - 22:41

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Eri est décidément trop mignonne. En même temps, c’est vrai, je la prends un peu de court. Je suis là, avec mon billet toujours tendu dans les mains, laissant Eri retrouver ses esprits. Au moins, elle n’est pas à me dire que je délire et que ce n’est absolument envisageable parce qu’elle a un million de choses à faire. Ce qui est relativement positif. J’aurais pu me prendre une réponse négative de sa part. Toujours tout sourire, je la laisse s’agiter, s’inquiéter de choses futiles comme les bagages. « On s’en fiche de ça. Les vêtements ça se rachète. » Okay, je ne suis pas non plus hyper riche mais j’arrête pas d’économiser pour mes projets à l’étranger. Alors ce n’est pas comme l’argent allait m’arrêter. J’agite le billet – qui est le sien – dans ma main, juste sous son nez. L’hôtesse nous trouve plutôt amusant mais je suis sûre qu’elle rêverait de vivre la même chose. Vu de l’extérieur, ça sonne quand même super romantique non ? C’est limite si je ne la kidnappe pas. « Après, c’est comme tu veux, je pensais que ça te ferait plaisir de passer quelques jours de vacances … avec moi ! » Mon sourire s’élargit de plus bel. En fait, je ne sais pas pour elle, mais ça me fait super plaisir à moi. On aura personne sur le dos, pas d’emploi du temps différent, ou d’amis et de frangin pour nous séparer. Il n’y aura que nous deux. D’accord, là c’est un peu effrayant. C’est comme vivre les prémisses d’une vie conjugale. Même si je vais faire mes recherches, passer des entretiens, elle sera là ! Je cache ce petit instant de doute et hausse les épaules. « Mais bon, si tu veux pas ou que t’as mieux à faire je comprendrais … » Même pas, je lui en voudrais à mort de m’avoir rejeté ! moi ? Gamin ? Pas du tout.

electric bird.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 11 Juin - 23:07

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Vraiment, je ne comprends pas tout de suite ce qu'il se passe. J'avais franchement pas l'intention de partir avec lui, en fait je ne savais même pas qu'il quittait le pays avant de recevoir son message de ce matin alors... Mais là, le voila qu'il m'agite un billet d'avion sous le nez en me faisant comprendre qu'il s'agit du mien et que, clairement, il me kidnappe. Quand Seiki me balance juste que pour les vêtements, ce n'est pas grave, j'ouvre de grands yeux. A-t-il au moins une idée de mon penchant d'acheteuse compulsive ?! Il n'imagine certainement pas que je pourrais passer vingt-quatre heures non-stop à faire les magasins et acheter dix articles par boutiques... Quoi qu'il en soit, il a plutôt intérêt à me les acheter ces vêtements, après tout c'est lui qui m'enlève et me force à aller aux Etats-Unis avec lui nan ?

Quoi que, il me laisse tout de même le choix, ce qui est plutôt normal à vrai dire, il ne va pas non plus me kidnapper pour de vrai. « C'est pas que j'ai mieux à faire mais... J'ai une vie quoi. Enfin je veux dire, j'ai des trucs de prévu, des entraînements, des cours... ». C'est vrai après tout, j'ai la Royal, c'est pas les vacances en ce moment, et puis je me prépare aussi pour les JO de cet été, quoi que les entraînements ont un peu ralentis en ce moment. Au final je soupire et j'attrape le billet des mains de Seiki, le présentant à l'hôtesse qui nous attend depuis un quart d'heure. Au diable les entraînements et les cours, il est temps que je prenne des vacances ! Je me ferai clairement sermonner par mes entraîneurs à mon retour mais tant pis, on verra ça en temps et en heure ! Finalement nous passons l'embarquement et nous apprêtons à monter dans l'avion alors que je m'accroche au bras de Seiki en lui murmurant taquinement. « Tu ne peux pas imaginer à quel point j'aime les vêtements hors de prix ! »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 12 Juin - 0:29

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ C’était oblige qu’Eri prenne le billet. Elle ne pouvait pas me laisser passer pour un idiot. Quoique … Avec Aomine Eri, on n’est jamais sûr de rien. Elle aurait pu tout à fait tourner les talons et me dire qu’elle avait ses entrainements pour sa participation aux JO. Mais non, au lieu de ça, elle attrape son billet avec un air de défi dans les yeux. L’hôtesse a toujours le sourire mais se passe de tout commentaire, tandis que nous prenons le chemin pour monter dans l’avion. Il y a quelques passagers autour de nous et quand Eri m’attrape le bras pour faire sa confidence je me stop net. Je prends un air surpris, avant d’ajouter : «Mais attends ! Ca ne va pas du tout ! Il faut que tu repartes alors ! » Et puis j’éclate de rire en l’attirant vers l’avion, disant que je rigole. Elle serait capable de me prendre au mot rien que par jeu. Nous tendons nos billets à une autre hôtesse qui nous indique la direction. J’ai toujours trouvé ça comique, comme si l’avion comportait plusieurs chemins. Je dépose mon sac dans le compartiment, laissant à Eri la place côté hublot avant de me glisser paresseusement à côté d’elle. Ce voyage promet d’être cent fois plus intéressant maintenant qu’Eri est avec moi. C’est amusant, à chaque fois que je passe du temps avec elle, tout parait si simple. Il n’y a pas de gêne entre nous, même si nous restons l’un et l’autre silencieux, ça ne nous dérange pas. Alors qu’avec les autres filles – les autres filles qui m’intéressaient, j’entends – ça a toujours été différent. Pour commencer, il y avait toujours ce jeu de séduction. Et arrivé à un moment, je finissais par me lasser. Toujours. Pourtant, avec Eri, nous sommes déjà allés plus loin qu’un simple baiser. Au cours du voyage en avion, on échange sur des conneries, on se défie à quelques jeux dont on invente les règles et puis je finis par tomber de fatigue. Je me réveille une fois que l’avion atterri et c’est un peu sonné que je récupère mes affaires et que nous sortons de l’avion où nous devons passer à la douane. Je récupère un papier dans mon sac avec l’adresse de l’appartement que j’ai réservé. « J’ai pris un appart. Je pense que c’est plus sympa, non ? Mais je n’ai aucune idée de l’endroit. » avouais-je en tendant le papier à Eri. « On pose mes affaires, faire l'état des lieux et après on va faire du shopping ? Enfin, sauf si tu es trop fatiguée! »

electric bird.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 2 Juil - 13:35

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ « Ah bah je repars alors, j'ai mieux à faire de toute façon. » Lançais-je d'une moue boudeuse lorsqu'il me dis de repartir. Bien sûr je sais qu'il rigole, mais il connait susceptibilité et il ferait mieux de ne pas jouer avec moi à ce petit jeu-là, il perdrait très vite. Néanmoins, sans me laisser le choix il me tire par le bras et m'entraîne vers l'avion. Je prends la place à côté du hublot après avoir déposé mon seul bagage - soit mon sac à main - à mes pieds. Je n'arrive toujours pas à croire ce que je suis entrain de faire. Je prends l'avion à la dernière minute, et pas pour aller dans le pays d'à côté mais pour aller aux Etats-Unis, sans en avoir averti personne. Ni mes colocataires, ni Shun, ni mes entraîneurs ou amis. C'est une première...

Finalement, après 13h de vol - dont au moins une bonne moitié à dormir - l'avion atterri enfin à New-York. Je suis totalement excitée. La dernière fois que je suis venue c'était pour ma dernière grosse compétition, où Shun et Miyuki sont venus m'encourager. Mais je n'ai pas franchement eu le temps de profiter de ma ville natale entre les entraînements, la compétition et le repos. New-York me manquait terriblement, même si je me suis parfaitement habituée à la vie japonaise depuis le temps que j'y vis, mais dès que je pose le pied sur le sol américain, je me sens tout de suite chez moi ! Des étoiles pétillant dans les yeux, je récupère le bout de papier que Seiki me tend. « Je sais où c'est, c'est dans le même quartier que là où se trouvait l'appartement où je vivais avec mes parents. » Seiki a vu les choses en grand, c'est un quartier super riche ! Une fois que mon ami a récupéré ses bagages, nous nous dirigeons vers la sortie de l'aéroport. «Tu veux rire ? Je ne suis jamais fatigué quand il s'agit d'aller faire du shopping ! » Je rigole en attrapant le bras de Seiki et en me serrant contre celui-ci, spontanément.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 2 Juil - 17:04

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Et bien, sans faire exprès, on dirait que je suis tombé pile dans le quartier que connait bien Eri pour y avoir habit. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Je n’ai pas trop le temps de me poser plus de questions que je me laisse entrainer par l’enthousiasme d’Eri. Elle qui semblait plutôt hésitante au début, semble bien loin de cet état maintenant. Moi, je trouve ça adorable … Ok, faut que j’arrête de penser ça. « Ce qui veut dire que tu vas pas me lâcher avant d’avoir fait touuus les magasins que tu souhaites, c’est ça ? » Malgré mon air consterné, je m’en fous un peu en fait. Ca me fait même plaisir. Je sais, je ne suis pas normal. Quel genre de mec aime la perspective de devoir trainer des tonnes de sac avec lui, de piétiner dans les magasins et de patienter des heures avant qu’elle ne trouve la tenue idéale ? Certainement pas moi, mais avec Eri, j’ai tendance à ne pas agir comme d’habitude. « Ok, mais tu me laisses prendre un truc à boire avant ? On est loin de l’appart d’ici ? »

C’est la première fois que je voyage aux Etats-Unis. C’est même la première fois où je voyage aussi loin. J’ai l’impression de vivre un rêve de gosse. Je n’ai qu’une envie, c’est d’agripper mon appareil photo et de capturer le moindre souvenir. Mais chaque chose en son temps. Pour le moment, je jette mes affaires dans la première chambre sur laquelle je tombe, on fait un rapide tour de l’appartement pour vérifier que tout va bien et on est déjà reparti. Je suis obligé d’attraper Eri par les épaules pour la freiner un peu dans sa marche. Après tout, on a tout notre temps aujourd’hui. Je commencerais mes recherches demain ou après-demain. « C’est à ce moment-là que tu m’emmènes dans cette rue avec tous ces magasins chic, c’est ça ? » C’est moi où je ne suis vraiment, mais alors vraiment pas conscient de ce qu’il m’attend ? Je crois que je suis tellement heureux de nous savoir rien que tous les deux que rien ne pourra me faire redescendre de mon nuage.

electric bird.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 2 Juil - 17:17

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Après treize heures de vol, et une fois le pied posé sur le sol Américain, j'en oublie totalement que j'ai quitté le Japon sur un coup de tête - par la faute de Seiki - sans en avertir personne. Mais étrangement, treize heures après ma disparition, personne ne semble s'en inquiéter. Mon portable vibre dans le fond de ma poche, mais il s'agit là de simples messages sans importance. Je décide néanmoins de donner signe de vie au cas où quelqu'un s'inquiète. Je pianote rapidement sur mon écran tactile pour ouvrir l'application instagram que j'utilise beaucoup, et je me rapproche de Seiki, faisant un "v" avec mes doigts et décrochant un énorme sourire « Souris t'es filmé ! » Lâchais-je à Seiki en prenant la photo. Parfait. Je la publie avec un petit message "Aujourd'hui je suis de retour aux Etats-Unis. See you later ~" et ferme l'application pour ranger mon portable dans ma poche. Au moins, personne ne s’inquiétera. Sauf peut-être Shun, quand il verra que je suis avec Seiki, nous n'avons peut-être pas intérêt à revenir au Japon...

Finalement nous montons dans un taxi pour rejoindre l'appartement que Seiki a loué, on dépose nos affaires, il boit un verre et nous voilà repartis dans les rues de New-York. Je suis totalement excitée, une vraie pile électrique. Visiblement, si Seiki est venu ici pour son stage, il a décidé de passer tout de même sa première journée avec moi. Encore heureux, j'aurai difficilement apprécié qu'il m'entraîne avec lui juste pour lui préparer un bon repas à son retour du travail. De toute façon il aurait été déçu, je ne sais pas cuisiner ! « Ooh oui ! Regarde tous ces magasins, si c'est pas beau ça... » Je soupire de joie avant de reprendre « Tu vas voir, les prix sont sympas aussi ! Mais si je me souviens bien... C'est toi qui paie non ? ». Finalement, je rentre dans la première boutique sur la droite, une grande enseigne, totalement excitée.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 2 Juil - 17:36

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ « Tu perds pas les choses de vue, toi ! » J’éclate de rire avant de la laisser entrer dans le premier magasin. Moi et les magasins, de toute manière. Je n’en suis pas spécialement fan. Je la laisse déambuler dans les rayons, visiblement très concentrée par le moindre article. Je fais mon propre circuit, regardant, sortant de temps à autre quelque chose de son portant et le remettant à sa place. Une des vendeuses s’avance et se propose de m’aider. Je souris poliment avant de montrer Eri du doigt, indiquant qu’elle a tout son contrôle. Cette dernière semble visiblement amusée et repart donc de là où elle venait. « T’es à la recherche de quelque chose en particulier ? » Je m’approche d’elle, observant les vêtements qu’elle aussi attrape et repose. A la regarder, elle parait aussi concentrée que lors de ses entrainements. A mon tour, je m’arme de mon téléphone et capte le moment où elle parait particulièrement concentrée. En pleine compétition. Avant de poster la photo sur les réseaux sociaux.

« Oh tiens ! Regarde, tu veux pas essayer ça ? Tu serais tellement … sexy là-dedans. » Je lui tend le vêtement, avant de le poser sur elle. Je tente tant bien que mal de garder mon calme mais je finis par me pincer la lèvre pour me retenir de rire. Je ne sais pas si on pourrait qualifier ce trop plein de tissu froufrouteux multicolore de robe ou bien de costume d’Halloween ? Quoiqu’il en soit, s’il est dans ce magasin, c’est que des gens l’achètent. « Regarde ! Et il est en soldes en plus ! Quelle chance tu as ! » Même si je parle dans une langues étrangères, je sais qu’il n’est pas compliqué de comprendre que je me fous royalement de ce truc dégueulasse. Mais les vendeuses ne vont pas me dire qu’elles trouvent ça joli, ou sexy ou mettable … A moins que je n’y comprenne rien à la mode !

electric bird.


Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 2 Juil - 17:55

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je rigole en entrant dans le magasin luxueux, Seiki sur les talons. Je commence à farfouiller partout, à la recherche de la pièce parfaite. Je suis très concentrée, détaillant chaque vêtement que je regarde. En réalité, je suis une vraie acheteuse compulsive, du genre à avoir le coup de foudre pour quinze vêtements dans une même boutique et ne jamais les porter par la suite... Sauf que là, je dois me concentrer, il faut que Seiki m'achète une tenue - après tout c'est lui qui m’emmène dans un pays à l'autre bout du monde sans me prévenir, et donc par conséquent, sans bagage... - alors je dois être sur e et certaine que cette tenue me plaise, et que je la remettrais.

« T'as pas finis de faire l'idiot ?! Le moment est sérieux, je te rappel que tu t'apprête à dépenser une fortune, concentre toi un peu... » Evidemment je rigole, mais je dis tout ça sur un ton tellement sérieux que le tout devient encore plus comique. Finalement, au fond de la boutique, je m'approche d'un mannequin et le désigne du doigt, attirant l'attention de Seiki. « Tu penses quoi de cette tenue ? »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 3 Juil - 20:35

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je me mords l'intérieur de la joue, retenant un rire. Je pense que les deux vendeuses qui nous regardent s'imaginent qu'Eri pète un câble sans comprendre les mots qui sortent de sa bouche. J'abaisse la tenue immonde que je tenais en main, l'air faussement dépité, je m'éloigne pour reposer la tenue à sa place. Dommage ça aurait été drôle de la voir porter ça. Je ne pensais pas que dans des lieux aussi chic on pouvait trouver ce genre vêtement. A croire que la mode concerne tout le monde, même ceux qui n'ont pas de goût. Prenant à mon tour un visage sérieux et concentré, je la suis dans les rayons quand elle finit par s'arrêter. Elle me montre une tenue que porte un mannequin. « Ça t'irait bien! Tu l'essayes ou tu le prends direct ? » Je n'ai pas l'occasion d'attendre sa réponse que mon téléphone se met à sonner dans ma poche. En regardant l'écran, je constate que c'est mon professeur principale à la Royal. Il faudrait peut-être que je réponde. Je m'excuse auprès d'Eri. « Mais tu sais quoi ? Je pense que tu pourrais trouver beaucoup mieux! Attends je reviens. » sur ces mots, je m'éclipse du magasin et décroche. Je ne sais pas quelle heure il est au Japon mais sûrement pas une heure pour appeler son élève qui est à l'autre bout du monde. En fait, il s'est rendu compte qu'il a oublié de me transmettre des documents importants. Il veut également s'assurer que je ne profite pas de cette excuse pour m'absenter des cours et prendre quelques vacances. Comme si c'était mon genre ... D'accord, emmener Eri entrait peut-être dans la catégorie "prendre des vacances". Je me racle la gorge et rassure mon professeur. J'ai déjà quelques pistes, ce qui n'est pas entièrement faux puisque j'avais déjà commencé à faire quelques recherches sur internet et discuté avec quelques personnes pour de potentiels entretiens. Je m'appuie contre le mur et l'écoute me sermonner sur l'importance que revêt ce stage. Et j'en ai plus que conscience. Au bout de plusieurs minutes de promesses, je finis par raccrocher. « Sorry love, we're completely lost. Do you know where Prada is ? » Deux femmes, visiblement des touristes, me prennent apparemment pour un local. Je souris et m'approche d'elles, j'indique que je ne viens pas d'ici et que c'est ma première fois a New York. Visiblement, on partage les mêmes expériences. Elles s'empressent d'enchaîner sur leurs péripéties américaines et finissent par me proposer de les suivre. Elles ont prévu de boire un verre dans un endroit assez connu, dans le coin. « Thanks. But ... someone's waiting for me inside. » j'ai mis un temps d'arrêt pour finalement ne pas trop me pencher sur les détails de notre relation. Parce qu'en fait je ne savais pas trop comment la présenter. Cela fait bien longtemps que nous avons dépassé le stade d'amis. Pourtant, j'avais bien l'impression d'être coincé à ce niveau. Je finis par saluer les filles, ces dernières me passant un de leur numéro, si jamais je change d'avis. Jouant avec mon téléphone, je finis par rentrer dans le magasin pour chercher Eri des yeux. Je l'agrippe par le poignet et l'entraîne à l'extérieur. « Si tu veux mon avis, je pense qu'on trouvera bien mieux ailleurs. Tu ne penses pas ? » Je salue de la main les vendeuses avant de sortir du magasin, demandant à Eri qu'elle direction nous prenons. Les mains dans les poches, je reste juste à côté d'elle, ouvrant de temps à autre la bouche pour débiter des conneries. « Au fait, pendant que tu étais occupée, deux filles sont venues me proposer d'aller avec elles dans une espèce de bar hyper connu. J'ai oublié le nom merde ... Hum, un truc comme 230 Fifth. C'est sur une terrasse, ça peut être sympa d'y aller ce soir, t'en penses quoi ? »

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 3 Juil - 23:20

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Seiki me rejoins finalement devant le mannequin et approuve mon choix. Je sais que cette tenue m'ira mais c'est plus raisonnable de l'essayer, au cas où. Je recherche donc une vendeuse des yeux mais le téléphone de Seiki sonne et il s’éclipse du magasin en me disant que je peux quand même trouver mieux. J'ouvre de grands yeux, gardant la bouche mi-ouverte, les bras ballants le long du corps. Il ne trouve rien de mieux à me dire que ça, avant de s'enfuir ? La vendeuse, qui m'a repéré, s'approche de moi et demande si elle peut m'aider. Après m'être remise de ma surprise je décide de lui demander si elle peut m'apporter en cabine les vêtements qui composent la tenue qui se dresse sous mes yeux. Je peste contre Seiki qui est déjà dehors et m'enferme dans une cabine. Je savais que cette tenue m'irait comme un gant, et je suis fière d'avoir raison. J'apprécie mon regard dans le miroir, néanmoins je reste déçue par la réaction de Seiki. Est-ce qu'en vérité il n'aimait pas et a profité de son appel pour me glisser le message ? Nan je ne pense pas, mon ami est du genre a dire ce qu'il pense, même s'il s'agit de moi. Et s'il n'avait pas aimé, il me l'aurait dit directement. Je soupire et me rhabille finalement. Ma décision est prise je vais acheter cette tenue. De toute façon Seiki s'est enfui, et il faut bien que j'ai des vêtements à porter dans les jour à venir. Déjà que je me sens poisseuse avec cette tenue que j'ai portée pendant treize heures de vol.

Une fois mon encaissement terminé, je tourne la tête et aperçois Seiki à travers la vitrine, visiblement en très bonne compagnie. Je fulmine, sans sortir pour autant du magasin. Finalement il entre et vient me rejoindre, m'entraînant à l'extérieur de la boutique. Je me dérobe et me relâche de son emprise, agitant le sac qui contient mes achats sous son nez. « J'ai déjà acheté quelque chose figure toi ! Si j'attends que tu sois généreux avec moi je vais porter la même tenue pendant tout mon séjour ! ». Lâchais-je d'un ton froid, irritée par ce que je viens de voir. Et en plus, il a le culot jusqu'au bout de me demander ça ! « Tu rigole j'espère ?! Si tu veux retrouver les premières américaines sexy qui se pointent sous ton nez tu y vas tout seul mon gars ! ». Puis je tourne les talons. Voilà, il a foutu en l'air cette journée qui promettait pourtant de si bien se passer.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 4 Juil - 11:40

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Est-ce que je dois rire ou bien commencer à m’inquiéter ? Mon premier réflexe est de me moquer du ton sérieux que prend Eri. C’est ma nature ; j’adore taquiner ceux que j’aime. Mais en fréquentant Eri, je sais reconnaitre quand il vaut mieux se taire. En l’occurrence, maintenant. Je lève les yeux au ciel et continue de parler, histoire de détendre l’atmosphère. Apparemment, je ne fais qu’amplifier sa mauvaise humeur naissante. Fronçant les sourcils, je marque un temps d’arrêt. Sur le coup, je ne comprends vraiment pas ce qu’elle est en train de raconter. De quelles américaines sexy est-elle en train de parler ? Est-ce qu’elle fait référence aux deux touristes de tout à l’heure ? Je réfléchis, repasse ma phrase dans ma tête pour comprendre ce qui peut expliquer son ton glacial. Ah … J’accélère, lui passe devant et pose mes mains sur ses épaules pour l’empêcher d’avancer. « On peut recommencer, s’il te plait ? … On m’a parlé d’un bar sur une terrasse. L’idée est sympa. On devrait peut-être essayé d’en trouver un dans ce style. Tu veux bien ? » D’habitude, j’aurais simplement hausser les épaules. Si elle n’était pas contente ou si elle comprenait de travers, je m’en foutais littéralement. Mais ça, ça c’était avant Eri. C’est hyper stressant que de devoir faire attention à tout ce qui sort de ma bouche, pour pas qu’elle le prenne mal.

Je soupire, toujours les mains posées sur ses épaules. Je finis par la regarder dans les yeux pour voir si elle est toujours en colère. Avec Eri, ça peut durer longtemps. Je me redresse et attrape le sac qu’elle a dans les mains avant d’ajouter. « Si on pouvait éviter de se disputer, ce serait bien. J’ai envie de passer un peu de temps avec toi, en dehors de la Royal, en dehors de nos amis. » Elle ne le sait peut-être pas, ou alors c’est un manque de confiance, mais je n’ai même pas remarqué si les deux filles étaient mignonnes ou quoi. En fait, je m’en foutais un peu. Je ne l’ai pas regardé ou parlé comme ça. Je tourne les talons et avance, déclarant qu’on allait lui trouver une tenue d’enfer.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 4 Juil - 23:57

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■  Je ne sais pas si Seiki comprenait la situation mais je n'en avais absolument rien à faire, pour moi c'était clair come de l'eau de roche, il venait de se faire draguer et avait l'air d'apprécier ça... Après tout qu'est-ce que ça pouvait me faire qu'il se fasse draguer ? Nous ne sommes pas en couple, je dois avoir l'air totalement ridicule. Seiki ne m'appartient pas et il faudrait peut-être que je m'y fasse. Néanmoins je reste énervée et tourne mes talons, marchant d'un pas pressé, furieuse. J'en ai marre qu'il ne comprenne rien. Mais rapidement Seiki me rejoins et m'arrête en se mettant devant moi, en travers mon chemin, et en posant ses mains sur mes épaules. Contrairement  à moi, il reste calme et essaie de m'expliquer, de façon posé ce qu'il a voulu me dire précdemément. Je raélise que je me suis peut-être emportée un peu vite, mais plutôt mourir que de le reconnaitre face à lui. Finalement il me demande si ça serait possible qu'on ne se dispute pas, qu'il veut juste passer du temps avec moi. Je ne comprends pas très bien. Est-ce que ces mots cachent-ils un sous entendu ? Je soupire. « Ah bon ? Tu ne m'as pas emmené juste comme simple guide touristique ? ». Bon ok, je suis toujours un peu énervée mais je décide quand même de le suivre, bien que plus distante que toute à l'heure. Je suis vexée, mais en même temps dans une incompréhension totale. Je ne sais plus comment réagir face à tout ça. D'abord cette relation si ambigüe qui a, depuis bien longtemps, dépassé le stade de la simple amitié. Puis Seiki qui m'embarque en voyage à l'autre bout du monde pour être seul avec moi. Mais malgré tout ça, rien d'officiel ne nous lie. Ce n'est pas parce qu'on s'est embrassés et qu'on a couché ensemble que nous sommes un couple. Peut être Seiki pense t-il ça mais de mon côté, tant que des mots ne seront pas clairement posé, cette relation ne voudra rien dire.

Finalement je soupire et regarde l'heure, le soir approche et les magasins vont commencer à fermer. La fatigue aussi commence à se faire ressentir. « J'irai m'acheter des vêtements demain pendant que tu travailleras si tu veux. En attendant on peut peut-être trouver un endroit sympa comme tu disais avant de rentrer à l'appart ».

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 5 Juil - 18:30

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je continue ma route et Eri reste un peu en retrait. Je la laisse faire, parce que ça ne sert à rien de la brusquer. Quand quelque chose, ou quelqu’un, l’énerve, j’ai remarqué qu’il lui faut un petit temps de réadaptation. Donc je la laisse venir tranquillement. Le sac balance doucement à côté de moi au rythme de ma marche. Il commence à faire légèrement frais, parce que le soleil disparait peu à peu. Elle énonce ce que je commençais à penser. Il faut effectivement remettre à plus tard notre séance de shopping. J’acquiesce simplement tout en ouvrant une page internet sur mon smartphone. Je parcours quelques pages rapidement avant de flasher sur quelque chose. Je termine la commande et ferme la page pour en ouvrir une autre. « Alors, dans le coin ils n’y a en pas vraiment mais on dirait qu’il y a un endroit sympa à 10 minutes en voiture. On peut prendre un taxi, ça a l’air de bien circuler. » Oui, en fait c’était avant de constater que les américains sont complètement des malades du volant ! Les taxis, c’est encore pire ! En descendant du taxi, je me retourne vers Eri : « La prochaine fois ! On prendra les transports en commun ! »

Le taxi nous dépose devant un building immense. Si grand qu’en levant la tête pour tenter d’apercevoir le haut on ressent des crampes au niveau de la nuque. En entrant, on découvre qu’il s’agit d’un hôtel et le bar sur le toit est en fait un bar indépendant de l’hôtel. Ce qui fait que lorsque nous arrivons enfin au dernier étage, le décor est totalement différent. Beaucoup moins classieux – ce qui me rassure – mais bien plus convivial. Il y a des guirlandes accrochées un peu partout pour éclairer le toit, des tables posées un peu par endroit, sans forcément faire attention à créer une harmonie ordonnée. J’aime bien ce genre d’endroit. Ravi, je montre des fauteuils, plutôt en retrait, mais qui ont l’avantage d’offrir une vue imprenable sur la ville. « Ca t’irait là-bas ? J’espère que tu n’as pas peur du vide. » Je me faufile parmi les serveurs, avant de me prélasser sur un des fauteuils vraiment confortables. Je me penche pour avoir une meilleure vue de ce qu’il y a en bas et reviens sur ma chaise. « J’ai : 1 , super soif ; 2, envie de manger ! » Je reçois un message sur mon téléphone, me disant que la commande est prête et sera livrée sous 24 heures. Top !

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 8 Juil - 19:35

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■  L'attitude calme et posée de Seiki m'énerve encore plus. Il sait parfaitement que la meilleure façon de me calmer lorsque je suis énervée c'est d'ignorer ma colère, et ça il est bien le seul à l'avoir compris mais ça a tendance à me faire sortir de mes gonds. Encore plus aujourd'hui. Je ne sais pas pourquoi mais je ressens de plus en plus de pression en présence de Seiki. J'ai l'impression de ne plus être moi-même, que je lui mens mais que je me mens à moi aussi. En fait, je sais très bien ce que ça signifie. Je n'en peux tout simplement plus de notre relation... Néanmoins je le suis et monte dans un taxi sans décrocher un mot, je ne parle pas plus durant le trajet, ruminant intérieurement. Nous arrivons finalement à destination face à un hotel - de luxe visiblement - que je ne connais pas. Je me demande un peu où on va mais je ne pose pas de question et suis Seiki, quand nous arrivons enfin sur le fameux "roof-top" dans un esprit chaleureux, jeunes, et complètement différent du luxe de l'hotel. Je ne peux m'empêcher d'esquisser un sourire en voyant la vue. New York... Rien qu'admirer la vue de cette métropole me fait du bien, réchauffe mon coeur. Finalement, peut-être est-ce le bon endroit pour enfin mettre les choses au clair. Enfin, est-ce qu'au moins j'en suis capable ?

Je décide de me radoucir un peu et j'arrête d'ignorer Seiki le temps d'une phrase. « Tu as qu'à commander pour nous deux, fais toi plaisir et prends des trucs que tu n'as pas l'habitude de manger. ». Ici c'est facile, pas de riz et de ramen à volonté.

Finalement un serveur s'approche de nous, on passe commande et quand je reçois mon mojito à la fraise, mes yeux pétillent d'envie. Je me jette sur la paille qui trempe dans mon verre et aspire une grosse gorgée. Finalement je m'adresse de nouveau à Seiki, pensant soudainement à quelque chose. « En fait, je reste combien de jour ici moi ? ». Nan parce que je suppose que s'il m'a pris un vol aller, il en a forcément pris un retour.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 12 Juil - 16:03

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ En la regardant, je sais que je vais encore ramer un peu avant de la dérider un peu. A force, j’ai l’impression que tout ça est devenu une routine entre nous. Avec le temps, j’ai appris à prendre mon mal en patience, à mettre mon impulsivité de côté. J’ai appris qu’avec Eri, il y a des moments pour tout. Et ce moment précis, c’est celui où je dois me montrer indifférent à sa colère, prendre une grande inspiration et l’amener à rire sur un truc débile. Je n’y suis clairement pas encore. Je lève à peine les yeux quand elle me propose de prendre ce qui me fait envie. Malgré son effort pour s’adoucir, elle est encore un peu agacée par ce que je lui ai dit tout à l’heure. Mais je reste confiant. Je n’ai pas fait ce long voyage avec elle pour que nous restions fâchés. Je commande à mon tour, un peu au hasard je dois dire et le serveur nous apporte nos boissons ainsi que quelques apéritifs en moins de deux.

A la question d’Eri, je rigole avant de siroter mon alcool. Pas dégueu le cocktail ; moi qui est plus l’habitude des alcools purs, ça donne un côté sucré qui me plait bien. « Le plus longtemps possible. Je te kidnappe pour toute la durée de mon séjour ici. » Autrement dit, jusqu’à ce que je trouve mon stage. Enfin, je me suis accordé une semaine pour signer quelque chose. Je repose le verre, déjà à moitié vide – le problème des cocktails, c’est qu’on ne sent pas l’alcool – et m’appuie un peu plus contre le dossier de mon fauteuil. Le visage d’Eri est un peu moins fermé. Je décide de prendre les devants. Je me lève, tirant le fauteuil sur lequel je suis assis pour le positionner juste à côté celui d’Eri. Je me retourne pour lui faire face. Le plus sérieux du monde, je prends quelques secondes pour trouver les mots, en la fixant dans les yeux. « Qu’est-ce que je dois faire pour que tu ne sois plus fâchée ? Tu sais bien que depuis qu’on se connait, les autres ne m’intéressent pas. Tu m’as déjà connu une copine depuis le temps ? Sérieuse, je veux dire ? » Les rares fois où Eri m’a vu avec une fille, c’était dans les tous débuts de notre amitié. Et encore, elles ne duraient jamais longtemps, comme toutes mes exs. Mais c’était vraiment dans les débuts. Maintenant, j’ai l’impression de tromper Eri si je ne ferais ne serait-ce que coucher avec une autre. Soupirant, je me saisis à nouveau de mon verre que je finis d’une traite, redemandant au serveur passant par là un autre. « Quel genre de mec masochiste continuerait à vouloir d’une fille qui ne veut pas de lui ? » Je ricane, un peu attristé par ce que je viens de balancer, un peu pour l’adoucir aussi. Je sais qu’Eri n’est pas totalement indifférente. C’est autre chose qui la bloque.

electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 13 Juil - 19:10

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■  Seiki ne répond pas directement à ma question et je ne sais même pas quand est-ce qu'est mon vol de retour. De toute manière, si j'ai besoin de rentrer je peux très bien réserver un vol toute seule, je ne suis pas dépendante de quoi que ce soit niveau financier - enfin si de mes parents, qui me versent tous les mois une certaine somme d'argent sur mon compte en banque - mais sinon je gagne largement ma vie comme il le faut. Finalement je hausse les épaules et bois doucement quelques gorgées de mon mojito. Seiki lui, à l'air d'avoir beaucoup plus soif que moi... Il boit son cocktail comme un verre de jus d'orange et me fait froncer les sourcils. Finalement il déplace son fauteuil et se rapproche de moi, je le regarde faire sans dire un mot, mais son visage un peu plus sérieux me fait légèrement peur. Et ma peur se confirme après qu'il est pris la parole. Ces soudaines révélations font battre d'un coup mon coeur et je déglutis difficilement. Est-ce une déclaration ? J'en ai bien l'impression, mais en même temps, lorsqu'on voit le genre de relation que Seiki et moi menons, c'est compliqué d'en être certain.

« Je... Qu'est-ce que tu essaies de dire exactement ? ». C'est vrai que depuis que je connais Seiki, je ne l'ai jamais vu avec une fille. Enfin si, au tout début, quand nous n'étions que de simples amis, je crois qu'il a dû avoir quelques copines de passages. Après toi moi aussi, j'ai eu des copains, mais j'ai l'impression que ça fait bien longtemps que ça n'est pas arrivé. Et le pire dans tout ça, c'est que je ne me pose même pas la question, j'ai l'impression, au fond de moi, d'être déjà en couple, alors que ça n'est pas du tout le cas. Mais jamais l'idée ne me viendrait d'accepter de sortir avec un garçon alors qu'il y a Seiki. C'est assez frustrant, mais de ce qu'il me dit, je ne suis visiblement pas la seule à agir comme ça. Je ne peux m'empêcher de froncer les sourcils en constatant que Seiki a très vite descendu son premier cocktail et en commande déjà un deuxième, alors que je ne suis qu'à la moitié de mon verre... Je sens bien que l'alcool commence déjà à lui monter à la tête. « On devrait peut-être commander à manger ? » Laçais-je innocemment, peut-être aussi dans le but de le faire changer de conversation, même si je sens que ça va être compliqué. Mais en même temps j'ai envie que les choses avancent, j'ai envie qu'on discute. Seulement, j'aurai préféré être au calme, seul avec lui, dans l'appartement par exemple, pas sur un toit en terrasse avec plein de monde autour...


electric bird.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 26 Juil - 22:59

Our chance to make it right
Eri & Seiki


TENUE ■ Je regarde Eri, évaluant sans trop le montrer ses réactions. Je n’ai jamais été le type calculateur et très observateur. Encore une chose que j’apprends à faire avec Eri. C’est un jeu perpétuel de chat et souris. On alterne juste les rôles. A cet instant précis, je ne saurais pas trop dire qui joue quel rôle. Mais en la regardant, j’ai plutôt l’impression de jouer la souris. En fait, est-ce que j’ai déjà été autre chose, à un moment donné, dans notre relation ? Mon sourire s’efface. Je vois bien qu’elle ne se sent pas à l’aise avec le sujet. Moi non plus d’ailleurs, surtout ici, entourés d’étrangers. Mais cette fois-ci, je suis bien décidé à percer l’abcès. Peu importe comment, avant de monter dans l’avion qui nous ramènera au Japon, notre relation aura changée.

C’est très certainement pour cette raison que je bois sans faire attention. Parce que j’ai un peu le trac, parce que je veux me donner du courage, ou une excuse d’être aussi brusque dans mes paroles. Je me redresse de sur mon siège, m’éloignant un peu d’Eri qui cherche déjà un autre sujet à aborder. Le serveur arrive juste au moment où je commençais à avoir de nouveau soif. Je ne lui laisse pas le temps de le poser que je l’attrape au vol et sirote quelques gorgées. « Hm. Qu’est-ce que tu veux manger ? Je pense que je vais simplement grignoter. » Moi qui me plaignais d’avoir faim, voilà que mon estomac se tordait dans tous les sens. Il fallait vraiment que je me détende. Et je ne voyais pas d’autres solutions que de vider mon verre. Encore quelques gorgées. Je me racle la gorge, sentant cette dernière me brûlait un peu. Je repose mon verre à moitié vide, sur notre table. Je pose les yeux sur la vue incroyable que nous offre ce bar sur les toits. « Et dire que tu vivais là avant ! Qu’est-ce que tu préfères ici ? Quelque chose te manque ? » Changer de sujet. C’est le mieux que je puisse faire.

Pour le moment.

electric bird.


Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 13:27
 

Our chance to make it right

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» Well behaved women rarely make history ~ Jo Free (uc)
» you make me shine ▲ shane
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-