AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 fifty shades of rollercoaster (aeri + yumiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 20 Avr - 19:54
▹▸▹▸ Avec le retour du beau temps, Yumiko avait envie de quelque chose de frais et d’amusant. Elle voulait faire de la balançoire, courir pieds nus sur la pelouse humide du campus, remplir un pistolet à eau et arroser Aeri qui semblait plus intéressée par son téléphone que par ce que Yumiko lui racontait. « (...) et puis là il s’est mis à pleuvoir des smarties et tout le monde est mort. » Elle planta sa cuillère dans son bol de riz et fixa son amie. « Yah ! Tu m’écoutes pas du tout, en fait ? » Non parce que ça semblait pas la choquer que Yumiko soit allée à une soirée où il avait plu des smarties et où tout le monde avait fini par crever.

Ces deux-là déjeunaient sur une table du restaurant de l’université en attendant leur cours de l’après-midi, mais Yumiko n’avait pas du tout la tête à ça. Elle avait fait un rêve tout doux et moelleux cette nuit, qui sentait bon la rosée du matin et les journées de vacances. Alors quand son réveil a sonné et qu’Haneul avait du jouer les gros bras pour la sortir du lit et la foutre à coup de pied au derrière en dehors du dortoir, elle savait qu’elle ne parviendrait pas à se concentrer de la journée. Elle avait envie d’une barbe à papa mon dieu, pourquoi est-ce que cette idée lui prenait en plein milieu du repas alors qu’elle mangeait sa salade de fruits ? « Viens on va à la fête foraine cet après-midi » lança-t-elle sans transition et comme si l’idée du siècle venait de lui tomber sur la tête par la grâce des dieux. Elle n’avait aucune envie de retourner en cours et il faisait tellement beau qu’elle avait envie de prendre l’air et de profiter du soleil loin des murs de l’université qu’elle voyait beaucoup trop souvent à son goût. « J’ai pas envie d’aller en cours ça me saoule, ça sert à rien l’analyse d’œuvres. » Rien que le nom de la matière lui donnait de l’urticaire. Elle faisait des études en danse parce qu’elle aimait bouger et ne pas avoir à rester coller sur une chaise pendant des heures, mais voilà qu’un crétin avait décidé d’insérer dans son cursus un cours d’analyse d’œuvres – c’est quoi ce truc ? On s’installe, on regarde une œuvre chorégraphique et on débat dessus pendant des heures en abordant des thèmes historiques, des gestuelles thématiques... et ça finissait par un devoir écrit à rendre. Arnaque ! Yumiko qui n’était absolument pas scolaire s’ennuyait profondément pendant ce cours, d’ailleurs elle y rattrapait son sommeil les trois quarts du temps pour au moins donner l’illusion de ne pas avoir entièrement perdu son temps. Alors dormir en classe ou louper un cours, elle s’en fichait pas mal. « En plus en voiture on y est en quinze minutes chrono ! » Elle n’avait pas son permis mais Aeri elle, en était fraîchement titulaire. Une raison de plus pour se laisser tenter : elles n’auraient pas à traverser toute la ville en bus mais pourraient mettre la musique à fond dans la voiture d’Aeri, baisser les fenêtres et s’imaginer sur une route américaine comme dans les séries.
Woaaah... les vacances en plein milieu de semaines, ça semblait tellement cool.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 22 Avr - 1:15
▹▸▹▸ « Mmh… oui, oui, je vois. » Son attention était ailleurs. Le visage fermé sur l’écran de son téléphone portable, AeRi plongeait loin de l’atmosphère de la Royal, loin de cette odeur de friture et de cet endroit bruyant. Le nez plongé dans des photos ne mettant rien d’autre en avant que son propre minois, la jeune femme travaillait très sérieusement afin de poster sa prochaine selca sur les réseaux sociaux. Pas moins de deux cent clichés avait été pris pour une même pose, au même moment. Alors comprenez-vous, il été ainsi à présent si difficile de choisir entre tant de prises de ce magnifique visage que la nature lui avait attribué. Son rêve de célébrité se concrétisait petit à petit, elle sentait un début, cette once de lumière au bout du tunnel. Depuis ce fameux photoshoot avec une star du mannequinat, la jeune coréenne gagnait chaque jour quelque admirateur, pour son plus grand plaisir. Et cela accroîtrait son taux de vanité, déjà bien élevé avant tout cela.  
« Hein ? Mais oui ! » Le ton de voix légèrement plus élevé de son amie la réveilla soudainement. « Et alors ? Il s’est passé quoi avec les smarties ? Quelqu’un s’est étouffé ? » Elle jeta un coup d’oeuil à son plateau plein, c’est à peine si elle avait avalé une cuillère de riz et touché au légumes d’accompagnement. « La fête forraine ? » Ces deux mots résonnaient dans son esprit et gagnaient toute son attention.  Elle lâchait enfin son appareil, et se tourna vers son amie. L’air hésitant, elle pencha la tête. L’idée ne lui semblait pas folle, mais l’idée lui semblait plutôt tentante. Sans savoir trop quoi dire, elle laisser encore la parole à sa camarade qui enchaînait. Ses paroles tentait de plus en plus la coréenne, après tout, qu’avait-elle à faire dans un cours d’analyse d’œuvre ? Pourquoi ne pas s’amuser au soleil pendant que le temps le permettait encore ? Parce que oui, Jang AeRi se persuadait du fait qu’elle n’aurait bientôt plus une vie comme les autres puisqu’elle finirait par devenir une célébrité. Il serait alors difficile pour elle de marcher et sortir librement avec des amis, c’est ce qu’elle pensait. « Faisons ça ! » Alors oui, après cette certaine réflexion, l’idée lui tentait. Et puis avec Yumiko, elle était sûre de passer un bon moment. Yumiko était presque sa seule amie, ici, au Japon. A vrai dire, la jeune femme n’avait pas tellement de proches et ne connaissait pas tellement la notion « d’amitié ». Mais à son retour au pays du soleil levant, c’est à Yumiko qu’elle avait pensé, et c’est Yumiko qui la retrouvait là, dans les couloirs de l’établissement, les bras grand ouverts et le sourire aux lèvres à la vue de son visage. Au-delà de s’idolâtrer, la coréenne avait la réelle conscience de cette chance qu’était d’avoir Yumiko comme copine.  Avec une personnalité aussi forte et aussi inconsciente que la sienne, il n’était pas simple de nouer des liens avec d’autres humains, mais Yumiko avait réussi à s’ouvrir à elle malgré cela. AeRi prenait d’ailleurs de plus en plus soin à ne pas devenir trop imposante et trop ennuyante. Parce que consciente de la réelle gêne qu’elle procurait aux gens à sans cesse parler d’elle, aujourd’hui elle savait faire la part des choses et se contrôler légèrement. Elle travaillait dur sur cela en présence de cette camarade là, parce qu’elle comptait pour elle. « Je suis venue avec ma voiture aujourd’hui ! Viens on y va ! » Tirant le bras de son amie, elle la guidait en direction de la sortie du restaurant universitaire, sans même faire attention aux plateaux, et sans même prendre de soin de savoir si la japonaise s’était suffisamment rassasiée.

Arrivées sur le parking, l’étudiante entrait fièrement dans sa voiture onéreuse que son paternel lui avait offerte en récompense de son obtention du permis de conduire. L’air se montrait printanier, quelques fleurs réapparaissaient devant les portes de la Royal, et le soleil encore légèrement timide ne tarda à se dévoiler petit à petit. C’était une belle après-midi, une parfaite occasion pour sortir entre copines et faire un break dans cette semaine d’étudiante chargée, (bien que dans son cas, AeRi ne travaillait pas tellement comme une folle -si ce n’était faire la courses aux auditions et cumuler les échecs-). « C’est la première fois depuis mon retour qu’on sort ! J’espère que t’aimes les sensations Yumi ! » Pointant son doigt en avant, elle pressa la pointe de son pied sur l’accélérateur, profitant d’une longue route sans obstacles. Go !
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Avr - 17:12
▹▸▹▸ Elle leva les yeux au ciel lorsque son amie lui demanda sur un ton détaché si quelqu’un s’était étouffé avec les smarties. Si ç’avait été le cas, est-ce que son histoire aurait été rendue plus intéressante ? Parce qu’elle avait sérieusement l’impression d’ennuyer Aeri avec ses contes du weekend. Mais même si elle lui en faisait la remarque d’un air ronchon en espérant obtenir un peu plus d’attention qu’un vulgaire smartphone, Yumiko ne lui en voulait pas. Elle se doutait bien que son air concentré n’était pas dévoué à rédiger une lettre de motivation pour un futur diplôme et elle n’était pas non plus entrain de la snober pour papoter avec d’autres amis. En réalité, elle devait être en plein dilemme : ce filtre là est-il suffisamment flatteur ? ou bien fallait-il choisir celui-ci, qui mettrait en valeur la sublime couleur de ses yeux ? « Je vais te montrer qui va finir étouffée, moi » souffla-t-elle d’une voix faussement menaçante, en se servant de ses baguettes à son égard comme d’une arme de destruction massive.

L’idée de la fête foraine la convint si rapidement qu’elle ne laissa même pas le temps à Yumiko de terminer son déjeuner. Elle lâcha rapidement ses couverts et tenta de s’emparer de son bol de riz à peine entamé mais Aeri semblait tellement séduite par l’idée qu’elle fonça tête baissée et n’autorisa même pas Yumiko à s’emparer de son mochi. « Mais... mais pour une fois qu’il y avait des mochis glacés ! Des mochis glacés ! » Elle pleurait lamentablement ses mochis restés sur son plateau en se laissant guider jusqu’à la voiture d’Aeri. Et quelle ne fut pas sa surprise en découvrant la voiture. Elle en oublia totalement son dessert et se contenta de rester plantée sur place, pleine d’admiration. On était loin du taxi que conduisait sa sœur, et Yumiko était quasiment persuadée que la maison dans laquelle elle avait grandi valait moins que la moitié de ce petit bijou. « Je t’aime autant que je te déteste. Tu le sais, ça ? » Heureusement si Yumiko avait beaucoup de défaut, elle n’était pas jalouse pour un sou ! D’ailleurs elle ne se fit pas prier pour grimper sur le siège passager, boucler sa ceinture et tendre ses deux pouces vers Aeri lorsqu’elle suggéra qu’elle avait intérêt à aimer les sensations. La voiture fusait sur la grande route qui les éloignait de l’université et Yumiko appuya un peu partout sur le tableau de bord jusqu’à trouver le bouton pour allumer la radio. « Parce qu’un jour tu seras si célèbre que tu ne te souviendras plus de moi, faisons au moins en sorte de fêter dignement ton retour au Pays du Soleil Levant ! » Elle leva son téléphone dans un coin de la voiture pour prendre un selca de départ pour cette journée banale de cours qui venait de prendre une tournure spéciale. Elle s’immobilisa pour prendre la photo puis se retourna vers Aeri. « Mais je te déconseille de m’oublier, parce que j’ai pleins de photos de toi qui pourraient me servir de moyen de pression sur les réseaux sociaux » lâcha-t-elle d’un air machiavélique, le coin de l’œil brillant et se déhanchant au rythme de la musique avec autant de grâce que le lui permettait sa ceinture de sécurité.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 18:37
 

fifty shades of rollercoaster (aeri + yumiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fifty shades of Grey
» Fifty shades of Smile
» Fifty shades of grey
» 0# - The Lunatic Story - Fifty Shades Of Revenge [Tweener Turn]
» Fifty Shades of Blue [Bluetiger]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-