AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 "i'm not going to die," she said.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Pseudo : ✝housa ✩ Mes messages : 245 Yen (¥) : 100 Avatar : zhang yixing; lay; exo. Schizophrène? : disponibilité rp!! 2 / 3



taherh farley ; jang yijeong
ame cecilia ; seo yuna

we're so distracted by how things end, we usually forget how beautiful the beginning was.
Age : vingt-huit ans. Date de naissance : 13/02/1988 Astrologie : an /aquarius; is always the sarcastic one out of the group. Métier : médecin urgentiste au st-luke’s international hospital. Résidant à : shinjuku. Planning :
“       sometimes think that people’s hearts are like deep wells. nobody knows what’s at the bottom. all you can do is imagine by what comes floating to the surface every once in a while.          ”




.all of this is temporary.

s c a r e c r o w

// Many that live deserve death. And some that die deserve life. Can you give it to them? Then do not be too eager to deal out death in judgment. For even the very wise cannot see all ends. //


parce que ma couleur préférée, c’est l’orange // #DF5B27


WHEN THE PAIN CUTS YOU DEEP, WHEN THE NIGHT KEEPS YOU FROM SLEEPING, JUST LOOK AND YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY. WHEN THE WORLD SEEMS SO CRUEL, AND YOUR HEART MAKES YOU LOOK LIKE A FOOL, I PROMISE YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY.


be careful you are not in wonderland. i have heard the strange madness long growing in your soul but you are fortunate in your ignorance in your isolation you who have suffered find where love hides give; share; lose lest we die unbloomed.

Navigation : “ playlist to fall asleep to ” o1. robot koch – nitesky // o2. ólafur arnalds – raein // o3. howard shore – the breaking of the fellowship // o4. richard hawley – coles corner // o5. the beatles – long, long, long // o6. thomas newman – picture window // o7. radical face – welcome home // o8. erik satie – gnossienne no. 3 // o9. michael kamen – boy eats chocolate




amsterdam

clair de lune // tout le monde a une histoire radical face // l’union fait la force bowsprit // le futur est une variable dangereuse



never play

nana // 404: error not found prénom // dans un petit village de campagne prénom // une petite fille se promenait
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 14 Juin - 19:32

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Déjà une heure était passée depuis que Clyde avait revêtu son uniforme bleu marine d’agent d’entretien, l’étiquette indiquant son nom, mal accrochée, se baladant au rythme de ses pas. Il poussait lentement le chariot remplis de produits chimiques et de manches de balais dans un des couloirs de l’université. La majeure partie des étudiants et des professeurs étaient partis, et les bâtiments qui semblaient normaux en plein jour, étaient désormais immenses une fois vide. Le bruit de ses pas résonnaient contre les murs des couloirs. Clyde souffla. Cela ne faisait qu’une semaine qu’il avait dégoté ce boulot, et même si seulement une seule partie de l’université lui était désignée, il n’était pas encore à son aise et se perdait facilement. Parfois, il lui arrivait d’oublier de nettoyer une ou deux salles sur son parcours, ou alors il nettoyait deux fois la même.

De la même manière que l’été s’installait progressivement sur le Japon, le soleil restait de plus en plus longtemps dans le ciel. Et à l’heure actuelle, ces mêmes rayons balayaient le sol de l’université à travers les grandes fenêtres des salles. Certains allumeraient tout de même la lumière, proclamant qu’il ne fait tout de même pas assez jour pour bien voir, mais Clyde aimait bien cette ambiance, alors il se contentait de nettoyer avec pour seul éclairage les rayons orangés du soleil couchant.

Cependant, alors qu’il s’approchait d’une des salles des professeurs, il aperçut une lumière allumée. Avançant discrètement dans la salle, il aperçut une femme de dos, penchée au dessus d’un bureau. Ne souhaitant pas déranger, ni commencer une discussion, il se contenta de nettoyer en silence, évitant de faire le moindre bruit possible. Elle ne semblait pas s’être rendue compte de sa présence, et surement que c’était pour le mieux. Pendant une petite dizaine de minutes, Clyde nettoya, sans se préoccuper de la professeure dans la même salle que lui. Sauf qu’à un moment, il faudrait bien qu’il nettoie près d’elle. En y pensant, il soupira et s’appuya contre son chariot, mais dans son geste il fit tomber un balai, provoquant un bruit soudain qui le fit sursauter. Il se dépêcha de se pencher pour le ramasser et le remettre à sa place. Levant les yeux vers la professeure, il s’apprêta à s’excuser mais il fut coupé dans son élan. Incapable de bouger, incapable de faire quoi que ce soit, il restait à fixer le visage de la jeune femme en face de lui, n’en revenant pas. C’était impossible.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 413 MOTS.

 

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 17 Juin - 5:18

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Ce n'est pas réellement dans mes habitudes de rester dans les couloirs de Royal alors que j'avais terminé mon travail de professeur. Mais pour cette fois je faisais une exception car j'avais une quantité de travail à faire et je savais que si je retournais à la maison, je pourrais être facilement distraite par les différentes propositions qu'il y aurait autour de moi. J'avais donc décidé de me conduire en direction d'une des salles des profs qu'il y avait dans l'établissement, posant le travail que j'avais à faire sur une table, je prends alors une chaise de ma main pour la mettre en face de la table avec le dit travail. Cela devait faire bien une heure que j'étais devant mes copies et mes cours à préparer, j'avais pas réellement vu l'heure passer et le soleil environnant la salle qui pénétrait par les grandes fenêtres ne m'aidait pas non plus à me situer dans le temps. Je pensais être la seule dans l'établissement à cette heure-ci, je me penchais donc légèrement en arrière sur ma chaise en regardant le plafond d'un air pensif, il m'arrivait souvent à repenser à ce jour où je l'ai vu pour la dernière fois et je me demandais toujours à la fin si c'était possible que je le recroise un jour. Suite à ses pensées d'environ dix minutes, je me replongeais immédiatement dans mon travail d'un air concentré. Je ne faisais pas attention à l'homme d'entretien qui pénétrait au sein de la salle des professeurs où j'étais, j'étais assez absorbée par ce que je faisais, voulant repartir chez moi tranquillement à grandes enjambées. Je faisais légèrement tapoter mon crayon contre le bureau en lisant une copie, entourant les choses qui ne m'allaient pas ou qui étaient justes pour certaines et "féliciter" l'élève pour sa prouesse à caser ça dans la copie.

Soudain, tandis que j'étais entrain de lire une note, je réagissais enfin et je compris qu'une personne était dans la salle en entendant le bruit causé par la répercution d'un manche à balai contre le sol. J'avais complètement oublié qu'il y avait les hommes d'entretien à cette heure-ci, je me demandais même, est-ce que ça faisait longtemps qu'il était là ? Je levais alors les yeux en direction du bruit par curiosité en premier lieu. Et je pensais qu'en face de moi, il y avait un mirage ou que j'étais victime d'hallucinations qu'on dégote avec toute sorte de drogue. Je me souvenais parfaitement de ce visage qui était dans mon champ de vision, c'était Clyde je ne rêvais pas, pourtant à ma tête on dirait qu'il semblait être un piètre inconnu et que je ne l'avais jamais vu de ma vie. Je devais faire pale figure devant lui, je devais pas lui faire deviner qui j'étais surtout que je n'ai pas le même nom, mais il doit se souvenir de mon visage, moi la présumée morte. Il semblait me regarder depuis quelques minutes, je ne savais pas trop comment réagir face à ce regard insistant, je crois qu'il a compris mais autant essayer une tactique pour lui faire penser que non. Je lui souris donc gentiment avant de replonger ma tête dans les copies d'élève.

- Désolé du dérangement, j'avais oublié qu'il y avait les agents d'entretien à cette heure-ci.  Vous pouvez poursuivre, j'ai bientôt fini de toute façon. Disais-je à son intention tout en continuant mon travail.

Au fond de moi, je savais pas quel sentiment ressentir, tout se bousculait dans ma tête à une vitesse dont je n'avais pas conscience ni d'emprise sur la chose. Autant je voulais lui dire la vérité et lui sauter dans les bras pour le retrouver car il m'avait manquée et que je ne fais penser qu'à lui depuis ce jour maudit. Autant je lui en veux pour ce qu'il a fait et je n'ai pas envie de lui dire qui je suis réellement et rester dans le mensonge avec lui et faire comme si c'était un inconnu.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 413 MOTS.

 

Pseudo : ✝housa ✩ Mes messages : 245 Yen (¥) : 100 Avatar : zhang yixing; lay; exo. Schizophrène? : disponibilité rp!! 2 / 3



taherh farley ; jang yijeong
ame cecilia ; seo yuna

we're so distracted by how things end, we usually forget how beautiful the beginning was.
Age : vingt-huit ans. Date de naissance : 13/02/1988 Astrologie : an /aquarius; is always the sarcastic one out of the group. Métier : médecin urgentiste au st-luke’s international hospital. Résidant à : shinjuku. Planning :
“       sometimes think that people’s hearts are like deep wells. nobody knows what’s at the bottom. all you can do is imagine by what comes floating to the surface every once in a while.          ”




.all of this is temporary.

s c a r e c r o w

// Many that live deserve death. And some that die deserve life. Can you give it to them? Then do not be too eager to deal out death in judgment. For even the very wise cannot see all ends. //


parce que ma couleur préférée, c’est l’orange // #DF5B27


WHEN THE PAIN CUTS YOU DEEP, WHEN THE NIGHT KEEPS YOU FROM SLEEPING, JUST LOOK AND YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY. WHEN THE WORLD SEEMS SO CRUEL, AND YOUR HEART MAKES YOU LOOK LIKE A FOOL, I PROMISE YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY.


be careful you are not in wonderland. i have heard the strange madness long growing in your soul but you are fortunate in your ignorance in your isolation you who have suffered find where love hides give; share; lose lest we die unbloomed.

Navigation : “ playlist to fall asleep to ” o1. robot koch – nitesky // o2. ólafur arnalds – raein // o3. howard shore – the breaking of the fellowship // o4. richard hawley – coles corner // o5. the beatles – long, long, long // o6. thomas newman – picture window // o7. radical face – welcome home // o8. erik satie – gnossienne no. 3 // o9. michael kamen – boy eats chocolate




amsterdam

clair de lune // tout le monde a une histoire radical face // l’union fait la force bowsprit // le futur est une variable dangereuse



never play

nana // 404: error not found prénom // dans un petit village de campagne prénom // une petite fille se promenait
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 23 Juin - 23:21

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Était-ce une illusion ou une vérité longtemps cachée, maintenant dévoilée ? On avait cherché à lui faire une blague, son cerveau lui jouait des tours, son exil l’avait rendu fou. Clyde ne savait que faire. Ses mains tremblaient dans le vide, cherchant désespérément un ancrage, quelque chose pour s’accrocher, pour s’assurer qu’il n’était pas en train de tomber dans le gouffre de l’enfer. Ou était-ce le paradis ? À choisir entre démon et ange, elle était définitivement un être de lumière. Elle était entrée dans sa vie soudainement, le sortant de cette descente aux enfers recouverte de ronces. Et elle était tout aussi brusquement sortie de sa vie, le laissant seul avec lui-même et ses démons. Elle était l’ange, il était le démon.

Ses yeux restaient fixés sur ce visage qui lui semblait bien trop familier et à la fois complétement étranger. Mais les longues secondes qu’ils passèrent à se fixer ne parurent qu’un éclair pour Clyde. L’avait-il seulement bien vu, ce visage où les ombres du soleil couchant se reflétaient à travers les rideaux ? Et elle se mit à parler. La douce mélodie de sa voix arriva aux oreilles de Clyde, et ce fut tel un déclic. Jamais il ne pourrait oublier cette voix qui n’avait jamais assez apprécié tant qu’il pouvait l’entendre, et puis qui l’avait bercé dans ses cauchemars, le hantant plus que tout. Quelle était la meilleure manière de réagir ? Ne rien dire, faire comme s’il avait oublié ? Ou alors se jeter dans ses bras et implorer pour son pardon ? Se souvenait-elle au moins de qui il était ? Clyde n’en savait rien, mais son cerveau était en incapacité de réfléchir correctement à cette situation et son instinct prit le dessus.

Ses pas enchaînés l’emmenèrent en quelques secondes à moins d’un mètre de la jeune femme. Malgré ses points crispés, son visage n’exprimait rien, aucun sentiment, aucune colère qui se dégageait du reste de son cœur. C’était à savoir s’il était vraiment énervé ou si l’étonnement et le choc contractait chacun de ses muscles. Et même son timbre de voix ne laissait pas transparaitre cette différence. "Comment tu as fait pour- pour t’en sortir vivante ? Pourquoi tu ne m’as pas dit que tu n’étais pas morte ? Hein ? Tu te vengeais, je t’ai tiré dessus alors tu pensais que- que j’étais comme eux, que finalement, il n’y avait pas de bon côté chez moi. T’imagines tout ce que j’ai du vivre, comment j’ai du vivre, comment j’ai lutté pour continuer à vivre après t’avoir vu te vider de ton sang sur le sol ? Pourquoi ?" Il criait et pourtant sa voix semblait si calme. Les paroles sortaient de sa bouche sans même qu’il s’en rende compte, son cœur et son cerveau étaient totalement séparés. Sa voix portait dans toute la salle presque vide, et pourtant ses oreilles n’entendaient rien d’autre que ce bourdonnement incessant. Ses jambes se mirent à trembler et il dut se retenir au bureau pour éviter de tomber. Malgré toute l’émotion traversant son corps, ses yeux n’exprimaient que le vide. Le vide qu’il avait connu depuis qu’il avait appuyé sur la détente.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 519 MOTS.

 

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 25 Juin - 3:08

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Panique, oui c'était bien la panique que je ressentais là. Que je l'avais pas ressenti depuis longtemps celle-là et à vrai dire elle m'avait pas manquée. J'aurai pas dû ouvrir ma bouche ni lui faire entendre le son de ma voix, je crois que ça m'a un peu trop trahie pour le coup. J'avais pas pensé à l'option changement de voix lors de mon changement d'identité. Je me souvenais de tout en détail, chaque parole, chaque geste, chaque chose qu'on avait vécu ensemble, et ça j'avais jamais pu l'oublier même à je ne sais combien de kilomètres de lui, pourtant j'avais essayé de moins y penser, je m'étais dit que ça finirait par me passer mais rien à faire je pensais toujours à son visage, sa voix, tout ce qui allait avec Clyde. Il se rapproche de moi, j'ai envie de reculer car il m'a surprise sur le coup à charger pour être le plus près possible de moi. J'entends légèrement les battements de mon coeur devenir plus intense et se cogner contre ma cage thoracique, j'avalais ma salive comme si j'étais incapable de bouger et que la situation me mettait mal à l'aise et désorientée. Pourtant, quand il s'exprima son visage lui au contraire de sa voix ; n'exprimait rien. Je promets rien sur mon jeu d'acteur avec lui, il me déstabilise beaucoup trop pour que je mente comme un arracheur de dents, j'inspire donc profondément avant de me lever, pour m'assurer qu'il se calme, je voudrais pas finir à l'autre bout de la pièce.

- Je crois que... Vous vous trompez de personne. Calmez-vous. Disais-je d'une voix assez posée mais au fond j'avais un peu peur qu'il comprenne que c'était une supercherie.

Je posais une main sur son épaule, heureusement qu'il n'y avait plus personne sinon ils auraient pu entendre la gueulante. Son regard semblait si vide, ça me projetait des années en arrière lorsqu'il avait fait, ce qui m'a fait devenir ainsi. Ce jour là n'était pas un bon jour ni pour l'un, ni pour l'autre. Mais au fond je lui en voulais encore d'avoir fait ça, d'avoir pensé que me tuer ça allait m'aider. Je n'avais pas vraiment aimé le fait qu'il ne prenne pas mon avis en compte, je suis pas son objet il avait pas le droit de prendre une telle décision à ma place. J'ai envie de sortir de cette pièce et en même temps de rester, je sais très bien que si je reste j'arriverai pas du tout à jouer la comédie avec lui ; j'ai déjà du mal à le faire en ce moment et je me force comme je m'étais jamais forcée à lui mentir, à faire comme si je le connaissais pas. Et je l'avoue, ça me fait mal au coeur de faire ça, j'ai l'amour de ma vie en face de moi et tout ce que je fais en ce moment, c'est le fuir pour continuer ma "nouvelle vie". Mais honnêtement, il n'y a pas de vie pour Hidemi s'il n'y a pas Clyde. Clyde est revenu, alors Hidemi doit-elle revenir aussi ? Bonne question, mais ce n'est pas le moment. Enfin si, mais je venais alors lui donner la chaise sur laquelle j'étais précédemment assise, le forçant à s'asseoir, examinant son visage d'un air un peu inquiet.

- Vous allez mieux ? Demandais-je d'un ton doux. Je vais vous chercher un verre d'eau, je reviens. Vous devez être fatigué de la journée. Au fait je m'appelle Kaguya, enchantée. Ajoutais-je en lui souriant gentiment.

Est-ce que l'excuse du verre d'eau va marcher sur Clyde ? Je sais pas trop, mais j'en doute fortement, même avec mon faux prénom. Je m'apprête à tourner les talons pour sortir de la pièce mais j'entends le son de sa voix qui me stoppe assez nettement. Je suis faible, très faible avec lui. Trop faible, et il le sait. Je plisse les yeux sans tourner mon visage vers lui.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 721 MOTS.

 

Pseudo : ✝housa ✩ Mes messages : 245 Yen (¥) : 100 Avatar : zhang yixing; lay; exo. Schizophrène? : disponibilité rp!! 2 / 3



taherh farley ; jang yijeong
ame cecilia ; seo yuna

we're so distracted by how things end, we usually forget how beautiful the beginning was.
Age : vingt-huit ans. Date de naissance : 13/02/1988 Astrologie : an /aquarius; is always the sarcastic one out of the group. Métier : médecin urgentiste au st-luke’s international hospital. Résidant à : shinjuku. Planning :
“       sometimes think that people’s hearts are like deep wells. nobody knows what’s at the bottom. all you can do is imagine by what comes floating to the surface every once in a while.          ”




.all of this is temporary.

s c a r e c r o w

// Many that live deserve death. And some that die deserve life. Can you give it to them? Then do not be too eager to deal out death in judgment. For even the very wise cannot see all ends. //


parce que ma couleur préférée, c’est l’orange // #DF5B27


WHEN THE PAIN CUTS YOU DEEP, WHEN THE NIGHT KEEPS YOU FROM SLEEPING, JUST LOOK AND YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY. WHEN THE WORLD SEEMS SO CRUEL, AND YOUR HEART MAKES YOU LOOK LIKE A FOOL, I PROMISE YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY.


be careful you are not in wonderland. i have heard the strange madness long growing in your soul but you are fortunate in your ignorance in your isolation you who have suffered find where love hides give; share; lose lest we die unbloomed.

Navigation : “ playlist to fall asleep to ” o1. robot koch – nitesky // o2. ólafur arnalds – raein // o3. howard shore – the breaking of the fellowship // o4. richard hawley – coles corner // o5. the beatles – long, long, long // o6. thomas newman – picture window // o7. radical face – welcome home // o8. erik satie – gnossienne no. 3 // o9. michael kamen – boy eats chocolate




amsterdam

clair de lune // tout le monde a une histoire radical face // l’union fait la force bowsprit // le futur est une variable dangereuse



never play

nana // 404: error not found prénom // dans un petit village de campagne prénom // une petite fille se promenait
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 28 Juin - 11:40

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Clyde était complétement perdu, son esprit était dans un état second. Que venait-il de faire au juste ? Pourquoi s’énervait-il ? Clyde n’avait aucune juste raison d’être dans cet état face à Hidemi. Se rendant peu à peu compte de ses propos, il se trouvait incroyablement égoïste. Crier sur la jeune femme qu’il avait laissé pour morte, seule dans la rue à cause de ses erreurs du passé et de la vie qu’il avait mené jusque là. Mais que pouvait-il faire d’autre ? Il souhaitait que quelqu’un lui dise exactement ce qu’il se passait ici, il souhaitait que quelqu’un lui dise quoi faire, quoi dire.

Ses yeux étaient fixés sur la jeune femme en face de lui. Bien que ses cheveux étaient différents et les traits de son visage avaient quelque peu vieillis, elle restait toujours aussi belle à ses yeux. Il avait l’impression de se retrouver face à la Hidemi d’avant, lorsque tout allait bien entre eux, qu’ils étaient heureux et se promener main dans la main. Mais cette époque était terminée, loin derrière eux et toutes les épreuves qu’ils avaient traversés, chacun de leur côté. Sa voix parvint à nouveau aux oreilles de Clyde comme une douce mélodie oubliée, comme un souvenir flou qui faisait battre son cœur un peu plus vite. Clyde n’arrivait pas à analyser ses paroles, ou plutôt il ne voulait pas. Pourquoi s’entêtait-elle à dire qu’elle n’était pas Hidemi alors qu’elle y ressemblait comme deux gouttes d’eau ? Même ses gestes étaient identiques. Sous son toucher, il se sentit défaillir. Il avait la vague impression d’être seulement un spectateur, observant les retrouvailles perturbées de deux âmes-sœurs étrangères.

Il releva la tête comme sorti d’un rêve, ses yeux se posant sur le doux visage de la jeune femme. Il entendait ses paroles sans y prêter attention. Il ne tilta même pas quand elle se présenta sous le nom de Kaguya. Il se contentait de la regarder, se demandant pendant encore combien de temps allait-elle tenir cette mascarade ou bien s’il était celui qui hallucinait. Mais lorsqu’il la vit tourner les talons et s’en allait de la salle, Clyde ouvrit la bouche et dit le premier mot qui lui venait à l’esprit pour la retenir. "Hidemi…" Entendre ce seul nom qu’il n’avait pas prononcé pendant des années l’électrifia et instinctivement, il se mit debout, s’approchant de la jeune femme. Il voulait parler, il voulait s’excuser et comprendre la situation. Il souhaitait lui dire tellement de choses et en même temps, il ne trouvait pas ses mots et restait silencieux. La jeune femme ne s’était pas retourné et dans un dernier espoir, il lui attrapa doucement le poignet. "Hidemi, s’il te plaît, regarde moi."
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 519 MOTS.

 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 30 Juin - 6:27

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
L'énervement vide dont il avait fait preuve avec moi devenait un faible son qui sortait de sa bouche pour dire mon vrai prénom. Ce n'est pas comme si c'était tous les jours que j'entendais ce prénom sortir de la bouche de quelqu'un, ça faisait même depuis cet incident qu'elle n'avait plus entendu son vrai prénom. Et il sortait de la bouche de l'homme qu'elle avait aimé et qu'elle aime toujours et qu'elle aimera sûrement toujours. Ca avait de quoi être déstabilisant, heureusement je savais encore me contrôler physiquement sinon mes jambes auraient cédées immédiatement sous le poids de mon secret qui venait automatiquement de se briser à partir du moment où il ne m'a pas cru et qu'il a prononcé le prénom effacé. J'avouais qu'au fond la pensée qu'il ait pu m'oublier et oublier mon nom pour refaire sa vie m'avait traversée l'esprit car je ne savais pas où il était auparavant et encore moins ce qu'il faisait. C'était presque imaginaire cette croisée, j'avais pas l'impression que ce soit réel, quoi que si c'était un rêve j'aurai un peu mieux rêver pour nos retrouvailles  en bonnes et dues formes.

Si je suivais ce que j'avais prévu de faire, je devrais faire comme si c'était un étranger et faire mine qu'entendre le prénom Hidemi m'avait rien fait. J'aurai pu dans la mesure où ça n'avait pas été Clyde qui avait prononcé ce prénom. Sa requête me faisait plisser les yeux, le regarder pourquoi faire au juste ? Il savait très bien que si je plongeais mon regard dans le sien ça suffirait à me faire céder et à brûler la mascarade juste pour lui, rien que pour lui. Mais je crois que je n'étais pas encore prête à lui pardonner tout ça, je me sentais pas encore d'humeur à lui faciliter la tâche à vrai dire j'avais un peu de rancune contre lui. Je marquais une légère pause constatant la rancune latente que j'avais pour lui, j'avais presque envie de lui gueuler dessus comme un chien pour qu'il comprenne que je m'étais sentie trahie. Si je lui faisais lâcher mon poignet, cela voulait dire que je voulais que notre lien se termine ici et maintenant, et malgré cette rancune et cette incompréhension qui me rongeaient depuis des années je me sentais pas assez forte pour rompre ce lien et renoncer à lui. Je regarde alors pensivement le sol avant de tourner mon regard vers lui, de sorte à ce que le coin de mon oeil puisse le voir sans complètement le voir.

- Je m'appelle Kaguya. Vous vous trompez de personne, je suis désolée. Disais-je en pinçant légèrement les lèvres, sachant que je savais que je mentais. Et je laissais sa main autour de mon poignet sans le retirer de cette étreinte, comme si un simple contact m'avait désespérément manqué et que j'en avais maintenant besoin plus que jamais.

Cette histoire me fatiguait déjà pourquoi il réapparaît maintenant, j'aurai pensé qu'après toutes ces années je ne verrais plus son si beau visage qui me fait flancher en un claquement de doigts, cette facilité déconcertante à me faire perdre pied ça m'agace car je n'ai aucun contrôle sur ça et j'essaye du mieux que je peux de me contrôler avec lui mais je sais pas, je sais vraiment pas quoi faire, je suis perdue avec lui dans cette salle, mais je trouve pas ça plus dérangeant que ça. Finalement, je me tourne complètement vers lui pour lui faire face, comme si c'était la première des plus dures épreuves que j'avais à réaliser dans ma vie. Mais aucun son ne sort de ma bouche, je me contente de le contempler de mes iris brunes.


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 721 MOTS.

 

Pseudo : ✝housa ✩ Mes messages : 245 Yen (¥) : 100 Avatar : zhang yixing; lay; exo. Schizophrène? : disponibilité rp!! 2 / 3



taherh farley ; jang yijeong
ame cecilia ; seo yuna

we're so distracted by how things end, we usually forget how beautiful the beginning was.
Age : vingt-huit ans. Date de naissance : 13/02/1988 Astrologie : an /aquarius; is always the sarcastic one out of the group. Métier : médecin urgentiste au st-luke’s international hospital. Résidant à : shinjuku. Planning :
“       sometimes think that people’s hearts are like deep wells. nobody knows what’s at the bottom. all you can do is imagine by what comes floating to the surface every once in a while.          ”




.all of this is temporary.

s c a r e c r o w

// Many that live deserve death. And some that die deserve life. Can you give it to them? Then do not be too eager to deal out death in judgment. For even the very wise cannot see all ends. //


parce que ma couleur préférée, c’est l’orange // #DF5B27


WHEN THE PAIN CUTS YOU DEEP, WHEN THE NIGHT KEEPS YOU FROM SLEEPING, JUST LOOK AND YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY. WHEN THE WORLD SEEMS SO CRUEL, AND YOUR HEART MAKES YOU LOOK LIKE A FOOL, I PROMISE YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY.


be careful you are not in wonderland. i have heard the strange madness long growing in your soul but you are fortunate in your ignorance in your isolation you who have suffered find where love hides give; share; lose lest we die unbloomed.

Navigation : “ playlist to fall asleep to ” o1. robot koch – nitesky // o2. ólafur arnalds – raein // o3. howard shore – the breaking of the fellowship // o4. richard hawley – coles corner // o5. the beatles – long, long, long // o6. thomas newman – picture window // o7. radical face – welcome home // o8. erik satie – gnossienne no. 3 // o9. michael kamen – boy eats chocolate




amsterdam

clair de lune // tout le monde a une histoire radical face // l’union fait la force bowsprit // le futur est une variable dangereuse



never play

nana // 404: error not found prénom // dans un petit village de campagne prénom // une petite fille se promenait
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 4 Aoû - 10:30

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Sa prise sur le poignet de la jeune se raffermit légèrement et son mouvement d’arrêt fit monter un sentiment nouveau en lui. Clyde ressentait une pointe d’espoir dans tout son être, le traversant de part et d’autre. Peut-être était-il stupide de ressentir une telle chose, mais à aucun moment il ne voulait bloquer ce sentiment. Le sentiment qu’elle se retourne et le regarde dans ses yeux, confirmant alors qu’elle est cette Hidemi que Clyde a tant aimé et blessé.

Le temps semblait ralentir lorsque la jeune femme se retourna légèrement. La main ferme de Clyde sur son poignet se mit à trembler, et à nouveau cette pointe d’espoir monta en flèche, le brûlant sur son passage. Mais cette brûlure n’était rien comparé à la réalisation qu’elle ne s’était pas complétement retourné, qu’elle ne le regardait pas dans ses yeux. Et ses paroles eurent l’effet d’un couteau en plein cœur pour Clyde. Mais encore, depuis qu’il avait de nouveau posé les yeux sur elle quelques minutes plus tôt, il n’avait ressenti que cette douleur sourde et agréable. Car même s’il sentait ses jambes trembler, manquant de lâcher à tout moment, et sa tête tourner, il se sentait plus vivant qu’il ne l’avait été ces quatre dernières années, son cœur semblait à nouveau battre à rythme régulier et rapide.

Aussitôt que les paroles eurent quitté la bouche de la jeune femme qui prétend ne pas être Hidemi, il les oublia. Il n’avait pas envie de partir dans cette direction, se dire qu’il s’agissait uniquement d’un sosie de sa bien-aimée et qu’elle était réellement morte dans une ruelle quelque part dans les vastes États-Unis. Il se contenta d’observer chacun de ses gestes, chaque trait de son visage avec une attention particulière et un regard profond et doux, comme si c’était la dernière fois qu’il la voyait. Il la vit se pincer légèrement ses lèvres, ses yeux continuant de fixer un point à côté de lui. Baissant son regard vers sa main qui tenait toujours son poignet, il ne s’étonna même pas qu’elle n’avait pas essayé de se dégager. Il appréciait juste le contact sous ses doigts, ce contact qu’il avait tellement manqué. Oh, il l’avait manqué. Elle était la seule personne qui lui permettait d’être à nouveau complet, d’être lui-même.

Il allait fermer les yeux, il allait se retrancher pour prendre une décision, continuer à la tenir, continuer à croire qu’elle est la femme qu’il aime, ou alors la lâcher et la laisser continuer sa nouvelle vie. Mais il n’eut pas le temps de faire un geste qu’il sentit un mouvement en face de lui, et lorsqu’il remonta son regard sur le visage de Hidemi, celle-ci lui faisait dorénavant face et le regarder droit dans les yeux. Clyde se sentit faillir et se ressaisit tant bien que mal. Il avait du mal à comprendre. Ses paroles disaient une chose mais ses actions semblaient affirmer le contraire.

Et bien qu’il avait terriblement envie de garder ce contact entre eux, de lui parler, de la serrer dans ses bras, de rester auprès d’elle jusqu’à la fin des temps, il fit quelque chose que lui-même ne saurait expliquer. Il relâcha sa prise sur son poignet et laissa retomber son bras le long du corps. Il ferma les yeux un court instant et lorsqu’il les rouvrit, il regarda le sol, trop lâche pour à nouveau affronter son regard. Il s’inclina légèrement en avant. "Excusez-moi du dérangement." Et il resta ainsi, l’esprit vide, impossible de comprendre ce qu’il venait de faire. Ne venait-il pas d’abandonner, de jeter l’éponge alors qu’il avait désespérément voulut que la jeune femme en face de lui soit celle dont il rêvait. Et malgré son action qui brisa ce qu’il venait de se passer avant, il resta ainsi, le dos légèrement courbé et la tête tournée vers le sol, attendant.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 519 MOTS.

 


Spoiler:
 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 23 Aoû - 3:39

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Je ne croyais pas réellement en les paroles que je venais de dire, mais ça rendait crédible semble-t-il, j'avais comme but de refaire ma vie, et je n'avais pas prévu qu'il réapparaisse dans ma vie à dire vrai. Ca me prend de court, ça me coupe la respiration j'ai du mal à respirer, j'ai l'impression de suffoquer devant une telle hypothèse et pourtant j'arrive à faire mine de rien. J'avais pourtant pas essayer de me détacher de son contact, ce contact qui m'avait tant manquée depuis ces années d'errance. La chaleur autour de son poignet que tenait la main de Clyde. Une personne qui ne connaîtrait pas l'homme ou la femme en face aurait ôté son poignet de la prise mais pas moi je commence à m’effriter doucement dans ma tête, j'ai l'impression que je vais lâcher et que je vais tout lui dire.

Non aller Kaguya, ou Hidemi, tu ne peux pas lui pardonner comme ça, tu dois lui faire croire et croire toi-même en ce que tu dis. S'il me croit, il doit me laisser partir, s'il lâche mon poignet aussi. Au fond de moi j'ai envie qu'il insiste et qu'il me dise d'arrêter mes conneries. Elle se contentait de le regarder et il la regardait sans comprendre ce qu'il lui arrivait, et je crois que son geste me donna un électro-choc, il a choisi de lâcher mon poignet, j'ai l'impression d'avoir perdu quelque chose, mon regard devient vide, je regarde un point ailleurs comme si je ne comprenais pas la situation et que c'était une mauvaise blague.  Son acte m'avait foudroyée de plein fouet comme un nouvel abandon, une nouvelle trahison, il renonce à moi si facilement ? La Hidemi en moi plisse les yeux et je me retiens de pas serrer les poings, je me sens si en colère et dépourvue, je ne fais même plus attention de savoir si je suis Kaguya ou Hidemi, tout part en vrille dans ma tête et je finis par reprendre ma vraie identité que je cache si bien aux gens.

-  Tu m'abandonnes donc encore, cette fois.

Les mots sont sortis tout seul je n'ai pas pu les contrôler, je jure entre mes dents en voyant la bêtise que je viens de faire à cause de mon manque de contrôle que j'ai sur moi avec lui. Ca marchait pourtant si bien avec les autres, j'arrivais complètement à me détacher de ma véritable identité pour entrer dans la nouvelle que je m'étais faite. Mais avec Clyde, j'arrivais pas à oublier qui j'avais été, il me rappelait ce que j'avais vécu avec lui, ça me rendait faible. Je le regarde comme si je venais de dire un truc normal, comme si c'était normal que je dise ça et qu'il n'y avait aucun problème à ça, comme si j'attendais qu'il fasse quelque chose, mon regard transmettait la trahison que j'avais pu ressentir quand il m'avait laissée là-bas cette fois-là, je pensais pourtant qu'on était inséparables et il me disait qu'il pouvait pas s'imaginer sans moi, je sais même plus quoi penser. Je mords ma lèvre inférieur, je suis en colère et en même temps triste, c'est un drôle de mélange de sentiments sur la palette.

-  Finalement, c'était peut être pas une si mauvaise idée qu'on ne se revoit plus. Disais-je de manière amère, les yeux toujours plissés avec le regard perdu et pensif.

Je sais pas si je dois quitter la pièce ou rester avec lui, je suis partagée entre plusieurs sentiments, c'est horrible comme retranchement à vivre. Je suis perdue je sais pas quoi faire, mais je lui en veux, pourquoi ? Parce qu'il renonce à moi si facilement ? Oui, c'est bête peut-être parce que c'est moi qui voulais ça à la base lui faire croire que je n'étais pas celle qu'il connaissait mais au final, je n'arrive pas à faire croire ça ni à lui, ni à moi-même face à lui.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 721 MOTS.

 

hrp:
 

Pseudo : ✝housa ✩ Mes messages : 245 Yen (¥) : 100 Avatar : zhang yixing; lay; exo. Schizophrène? : disponibilité rp!! 2 / 3



taherh farley ; jang yijeong
ame cecilia ; seo yuna

we're so distracted by how things end, we usually forget how beautiful the beginning was.
Age : vingt-huit ans. Date de naissance : 13/02/1988 Astrologie : an /aquarius; is always the sarcastic one out of the group. Métier : médecin urgentiste au st-luke’s international hospital. Résidant à : shinjuku. Planning :
“       sometimes think that people’s hearts are like deep wells. nobody knows what’s at the bottom. all you can do is imagine by what comes floating to the surface every once in a while.          ”




.all of this is temporary.

s c a r e c r o w

// Many that live deserve death. And some that die deserve life. Can you give it to them? Then do not be too eager to deal out death in judgment. For even the very wise cannot see all ends. //


parce que ma couleur préférée, c’est l’orange // #DF5B27


WHEN THE PAIN CUTS YOU DEEP, WHEN THE NIGHT KEEPS YOU FROM SLEEPING, JUST LOOK AND YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY. WHEN THE WORLD SEEMS SO CRUEL, AND YOUR HEART MAKES YOU LOOK LIKE A FOOL, I PROMISE YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY.


be careful you are not in wonderland. i have heard the strange madness long growing in your soul but you are fortunate in your ignorance in your isolation you who have suffered find where love hides give; share; lose lest we die unbloomed.

Navigation : “ playlist to fall asleep to ” o1. robot koch – nitesky // o2. ólafur arnalds – raein // o3. howard shore – the breaking of the fellowship // o4. richard hawley – coles corner // o5. the beatles – long, long, long // o6. thomas newman – picture window // o7. radical face – welcome home // o8. erik satie – gnossienne no. 3 // o9. michael kamen – boy eats chocolate




amsterdam

clair de lune // tout le monde a une histoire radical face // l’union fait la force bowsprit // le futur est une variable dangereuse



never play

nana // 404: error not found prénom // dans un petit village de campagne prénom // une petite fille se promenait
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mer 24 Aoû - 23:37

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Allait-il réellement jeté l’éponge après avoir persuadé jusqu’au plus profond de son cœur qu’il avait retrouvé l’amour de sa vie ? Ou du moins, ce qu’il croyait être celle qui faisait battre son cœur de manière anormale, et qui le regardait avec ce regard empli d’amour qui lui donnait l’impression d’être sur un nuage. Car la femme qu’il avait devant lui, elle était clairement différente. Et pourtant, elle ressemblait comme deux gouttes à Hidemi. Mais Clyde n’était pas totalement idiot. Survivre à de telles épreuves vous change, vous transforme. Elle ne pouvait plus être la jeune femme qu’il avait connu et aimé, elle était quelqu’un d’autre de plus fort ; elle semblait plus forte, et en même temps, elle semblait si fragile, tellement fragile que Clyde n’avait envie que d’une seule chose, de la prendre dans ses bras, de la serrer contre lui, de sentir son souffle contre son cou. Toute cette situation le perturbait. Il s’était imaginé des dizaines de fois qu’il retrouvé Hidemi, qu’elle était vivante, qu’il ne l’avait pas vraiment tué. Mais le problème d’une imagination, c’est que ce n’est qu’une simple illusion créée par le cerveau pour réduire la souffrance. Clyde s’était convaincu, il y a bien longtemps, qu’une illusion ne se transformait jamais en réalité. Alors, était-il en train d’imaginer cette scène ? Était-ce seulement réellement, Hidemi était-elle vraiment ici, devant lui ? Sa tête se mit à tourner, toute cette situation lui donnait la nausée.

Dès l’instant où les mots sortirent de la bouche de la jeune femme, Clyde sut qu’il ne rêvait pas, ce n’était pas juste une simple illusion. Peu importe à quel point cette situation semblait incongrue et improbable, il ne pouvait plus reculer devant la réalité de leurs retrouvailles. Hidemi ne pouvait plus s’échapper non plus. Pendant un court instant, Clyde avait vraiment cru qu’il s’était trompé, que ce n’était pas la femme qu’il aimait. Mais maintenant, il en était sûr. Et il n’allait pas abandonner. Il n’allait pas s’enfuir comme il l’avait fait il y a quelques années, il n’allait pas être le lâche qu’il avait été. Mais il était toujours le monstre, celui qui avait tiré sur sa petite-amie, et c’était cette pensée qui l’empêcha de bouger en premier. Alors, Hidemi parla à nouveau, et Clyde sentit sa respiration se bloquer. Elle n’avait pas le droit de dire ça, ou peut-être que si, finalement. Elle avait tous les droits, et il n’avait rien.

Et ce fut tel un déclencheur pour Clyde. Il sentit la rage remontait jusque dans sa gorge, lui bloquait la respiration, les battements de son cœur s’accélérer. Il y avait un volcan à l’intérieur de Clyde qui n’attendait qu’une chose, d’éclater et de tout brûler sur son passage. Durant ses vingt-cinq années d’existence, il était déjà sorti quelques fois, et Clyde avait fait preuve d’une violence démesurée, mais voilà plus de six ans qu’il dormait paisiblement à l’intérieur de son corps. Clyde était cette boule de feu qui se cachait sous un parterre de fleurs, semblant doux et agréable au premier abord, mais totalement instable sous cette quiétude. "Qu’on ne se revoit plus!?" dit-il, ses lèvres formant un sourire en coin, un sourire inquiétant et malsain. "Tu as raison. On n’aurait pas du se revoir. Tu aurais du rester dans ton coin, à vivre ta vie misérable après que ton petit-ami t’ait presque tué." Il se retourna, et dans un geste brusque, il envoya une chaise voltiger à travers la salle. "Peut-être que j’aurai du insister ce jour-là, j’aurai du vérifier si tu étais vraiment morte, et j’aurai du appuyer encore une fois sur la gâchette, histoire de m’assurer qu’on ne se revoit plus." Un rire rempli de sarcasme et d’animosité s’échappa de sa gorge. Sa voix devenait de plus en plus grave et rauque à chaque mot. "Peut-être que je devrais recommencer ? Tu penses que je devrais retenter le coup ? Cette fois, je vais m’assurer de réussir. Pour qu’on ne se revoit plus, puisque ce n’était pas une si mauvaise idée que ça."
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 677 MOTS.

 

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 12 Sep - 19:07

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Il n'y avait plus de distinction à faire ou se poser la question de si j'étais Hidemi ou Kaguya, en cet instant j'étais redevenue Kaguya comme sous le coup d'un déclic, d'un choc qui s'était imposé en moi pour que je réagisse sans que je puisse y mettre une sorte de contrôle pour l'éviter. On venait de m'octroyer la liberté de mon choix, mais bizarrement ça me dérangeait pas plus que ça. Au contraire, je me sentais même soulagée. Mais quand je le voyais abandonner et prêt à me laisser tomber, je me sentais comme tomber du haut d'une falaise, comme s'il m'y poussait, la blessure que j'avais caché durant toutes ses années se rouvraient. Je sentais perdre pied, je sentais que je le perdais et j'avais peur qu'il n'y avait plus de Bonnie & Clyde ni même de Hidemi & Clyde. Je ne pouvais pas l'accepter, et puis je me suis demandée si c'était une bonne idée de le revoir, car ça me rendait dans tellement d'états que je sais pas si c'est bon. Je sentis soudain son énervement qui s'éleva en lui comme un volcan qui dormait, se préparant à exploser pour déverser sa lave. Mais son énervement me rendait confuse et soulagée à la fois dans un premier temps. Puis la suite de ses phrases fit un effet de brisement en moi, j'étais choquée de ses propos, comment pouvait-il dire ça ? J'écarquillais les yeux dans un premier temps comme si on venait de m'assigner un coup dans la poitrine, comme si la chaise symbolisait ma personne ou notre relation, il l'envoyait balader pour l'éclater, la briser la foutre en lambeau, puis je plissais les yeux.

-  C'est clair que si tu avais voulu tuer la femme que tu aimes, tu aurais pu éviter de te louper. Lançais-je de manière ironique et sarcastique. J'haussais un sourcil à sa réplique, il me menace maintenant ? C'est une blague j'espère, si ça en est une elle me fait rire amèrement. A croire qu'il peut décider comme ça si j'ai le droit de vivre ou mourir, ah ça non. Je prends un air blême tout en le toisant entrain de rire de manière sarcastique. Tu veux vraiment jouer à ça avec moi Clyde ? Joue pas à ça avec moi. Disais-je en m'avançant vers lui, je le regardais dans les yeux en penchant la tête sur le côté. Autant le provoquer, s'il en est autant capable que ça, notre histoire n'a aucun sens. Je t'en prie, vas-y, finis ce que tu as commencé. Qu'est ce qui t'empêche de recommencer hein ? Comme ça on se reverra plus ouais si c'est ce que tu veux. Rétorquais-je d'un air provocateur avant de le pousser en arrière pour qu'il tombe sur la chaise, il commence vraiment à m'énerver, je lui en veux vraiment pour ce qu'il a fait et pourtant, et pourtant je l'aime encore. Je le fixe d'un air sérieux et sombre, retenant tous les sentiments que j'avais en moi pour lui, je devais pas me montrer faible face à lui même si j'avais peur quand il était dans cet état, mais au fond de moi, je me rassurais en me disant qu'il ne pourrait pas me faire du mal. Tu sais quoi ? Demandais-je de manière rhétorique en posant mes mains sur ses épaules. Même après toutes ses années, j'ai pas arrêté de penser à toi, j'ai pas cessé de me demander où tu étais, si tu allais bien, si tu avais trouvé une autre nana. Ca me torturait l'esprit, car je savais que je pouvais pas être avec toi et que j'avais aucune idée de l'endroit où tu étais. Et tu sais quoi ? Même après toutes ses années et même si je t'en veux, putain ouais. Je n'ai jamais pensé une seule seconde à te tuer ou me venger. Et toi tu oses me sortir quoi ? Que tu voudrais recommencer, que tu serais prêt à recommencer, revoir mon corps inanimé sous tes yeux? J'ai sacrifié mon ancienne vie pour toi, je n'ai plus aucune nouvelle de ma famille, ni de personne d'autre au passage. Alors je vais te demander un truc. Tu te penses réellement capable de pouvoir en finir avec moi maintenant, cette fois ? J'inspirais profondément par la suite avant de me relever avant de regarder le cadavre de la chaise qui avait été envoyé dans un endroit de la salle. J'étais à sa portée et à sa merci, pour le coup il pouvait faire ce qu'il voulait. Il avait le choix et je lui laissais. Etait-ce stupide ? Etait-ce fou ? Telle est la question, mais de toute façon c'est soit il finissait ma vie soit il rentrait de nouveau dans la mienne ; du moins si je le laisse faire. Et je sais qu'au fond de moi, je le laisserai bien sûr faire, mais j'ai besoin qu'il me prouve qu'il le veut, je veux pas d'un petit-ami qui évoque le fait de vouloir me tuer sans que ça le dérange. Car moi je sais et je suis consciente que je serais totalement incapable de le tuer, mais lui qu'est ce qui l'empêcherait de le refaire ?

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 721 MOTS.

 

Pseudo : ✝housa ✩ Mes messages : 245 Yen (¥) : 100 Avatar : zhang yixing; lay; exo. Schizophrène? : disponibilité rp!! 2 / 3



taherh farley ; jang yijeong
ame cecilia ; seo yuna

we're so distracted by how things end, we usually forget how beautiful the beginning was.
Age : vingt-huit ans. Date de naissance : 13/02/1988 Astrologie : an /aquarius; is always the sarcastic one out of the group. Métier : médecin urgentiste au st-luke’s international hospital. Résidant à : shinjuku. Planning :
“       sometimes think that people’s hearts are like deep wells. nobody knows what’s at the bottom. all you can do is imagine by what comes floating to the surface every once in a while.          ”




.all of this is temporary.

s c a r e c r o w

// Many that live deserve death. And some that die deserve life. Can you give it to them? Then do not be too eager to deal out death in judgment. For even the very wise cannot see all ends. //


parce que ma couleur préférée, c’est l’orange // #DF5B27


WHEN THE PAIN CUTS YOU DEEP, WHEN THE NIGHT KEEPS YOU FROM SLEEPING, JUST LOOK AND YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY. WHEN THE WORLD SEEMS SO CRUEL, AND YOUR HEART MAKES YOU LOOK LIKE A FOOL, I PROMISE YOU WILL SEE, THAT I WILL BE YOUR REMEDY.


be careful you are not in wonderland. i have heard the strange madness long growing in your soul but you are fortunate in your ignorance in your isolation you who have suffered find where love hides give; share; lose lest we die unbloomed.

Navigation : “ playlist to fall asleep to ” o1. robot koch – nitesky // o2. ólafur arnalds – raein // o3. howard shore – the breaking of the fellowship // o4. richard hawley – coles corner // o5. the beatles – long, long, long // o6. thomas newman – picture window // o7. radical face – welcome home // o8. erik satie – gnossienne no. 3 // o9. michael kamen – boy eats chocolate




amsterdam

clair de lune // tout le monde a une histoire radical face // l’union fait la force bowsprit // le futur est une variable dangereuse



never play

nana // 404: error not found prénom // dans un petit village de campagne prénom // une petite fille se promenait
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 18 Oct - 4:22

impossible
kaguya + clyde
The only way to discover the limits of the possible is to go beyond them into the impossible.
 
Était-il devenu fou ? Très certainement. Il s’approcha d’elle, les mains dans les poches. Il ne pensait pas un seul de ses mots, mais c’était comme si cette boule de feu à l’intérieur de lui avait pris le dessus et qu’il ne savait plus qui il était à présent. Était-il Clyde, ou était-il quelqu’un d’autre ? Son torse se soulevait et s’affaisser au rythme de sa respiration soutenue. Les dents serrées les unes contre les autres à s’en briser la machoire, il essayait désespérément de ne pas aggraver davantage la situation. Il sentait cette décharge électrique au cœur de sa poitrine, une fissure dans cette paroi de glace qu’il avait construit pendant quatre ans. Et il souffrait, mais la colère semblait bien plus forte, trop forte pour laisser cette peine parler. Peut-être tout ce serait passé différemment si la colère n’avait pas prit le dessus, mais Clyde ne pouvait pas faire autrement, il ne savait pas faire autrement. Il était tellement en colère contre lui même pour ses actions d’il y a quelques années, il était dégoûté par sa propre personne maintenant qu’il posait ses yeux sur la femme qu’il eut aimé de tout son cœur. Oh, il l’aimait encore, seulement il n’était plus sûr d’avoir le droit d’éprouver de tels sentiments envers elle.

En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis. Ce proverbe ne pouvait pas être mieux représenté qu’en cet instant. Clyde n’arrivait pas à croire que de telles paroles sortaient de la bouche de sa bien-aimée, mais il l’avait cherché. Dans sa colère, il avait dit des choses horribles, et ce n’était que fair play de la part de Hidemi de lui balancer de tels propos en pleine figure. Mais cela ne l’empêchait d’être blessé, de sentir une brûlure contre son cœur déjà meurtri. Une pression sur ses épaules le fit tomber dans la chaise derrière lui et instinctivement, il se pencha en arrière lorsque la jeune femme s’approcha de lui, des paroles dures comme l’acier sortant de sa bouche et un regard troublant le transperçant de haut. Deux fines mains se posèrent sur ses épaules et Clyde se sentit frémir sous le contact. Et elle se mit à parler. Il avait rêvé de ce moment, mais pour lui ce n’était qu’un rêve sans espoir perdu dans son esprit torturé, jusqu’à ce jour. Ce jour où il découvrit que les rêves peuvent en effet devenir réalité. Les mots qu’avait prononcé Hidemi avaient comme une piqure de rappel pour Clyde et toute sa colère redescendit aussi vite qu’elle était montée, laissant place à la confusion. Car il avait beau avoir rêvé de cette situation, ce n’était pas pour autant qu’il savait comment réagir, quels sentiments il devait ressentir ou non.

Il se leva, s’appuyant de ses mains sur les accoudoirs pour éviter de retomber dans la chaise. Ses jambes peinaient à le porter et son regard se fixa dans celui d’Hidemi comme un point d’ancrage. "Tu- T’as pas le droit de dire ça… Pendant quatre ans, j’étais persuadé que t’étais morte, que je… t’avais tué." Il avait eu le temps de faire face à la réalité - qu’il croyait - qu’il était la raison pour laquelle elle était morte, qu’il était celui qui tenait l’arme, mais le dire à voix haute et l’entendre ne faisait que raviver la douleur qu’il avait ressenti pendant ce laps de temps. "Et maintenant, t’es en face de moi. Si seulement c’est encore toi. Comment je suis censé réagir à ça ? Et tu fais rien pour arranger la situation, tu me pousses à bout et moi je m’énerve." Il blâmait Hidemi et pourtant il savait qu’il n’avait pas vraiment le droit. Le seul à blâmer ici était lui et lui seul. "Franchement je sais pas à quoi rime cette situation, je sais même pas si c’est réel. Et j’ai pas envie de le savoir. Je vais rentrer chez moi et tout ceci sera juste un de mes nombreux rêves. Rien de plus." La lâcheté avait fini par prendre le dessus et Clyde se giflait intérieurement.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 677 MOTS.

 

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 1:17
 

"i'm not going to die," she said.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-