AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Smoke and mirrors all around

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 24 Juin - 0:51

smoke & mirrors all around
♪ ♫ Duck Hwan entassa ses derniers vêtements dans la commode mise à disposition dans sa chambre, plutôt satisfait par cette dernière même si il avait été assez surpris d'apercevoir une fille en entrant dans le dortoir, ne s'attendant pas à ce que ces derniers soient mixtes. Après réflexion cela avait été stupide de penser qu'il serait dans un dortoir unisexe alors qu'ils étaient à l'université, surtout dans une école aussi prestigieuse qui ne pouvait que proposer des chambres avec salle d'eau attenante, mais il ne s'y est pas encore fait, trop habitué à toujours être séparé de l'autre sexe. Sa soeur avait sa propre chambre, ses camarades de classe et ses coéquipières à l'aviron leur propre vestiaire, et s'il avait été dans un internat au lycée elles auraient aussi été à part. Il soupira, tâchant de ne plus penser à quelque chose d'aussi trivial, et se laissa tomber sur son lit au matelas confortable (testé et approuvé dès son arrivée après une visite de l'université des plus désagréable), fixant le plafond en se demandant si coller des étoiles lumineuses à ce dernier était autorisé dans le règlement.

Ses yeux parcoururent la chambre dans une trajectoire circulaire, encore mal à l'aise dans leur nouvelle environnement, tandis qu'il se visualisait déjà, penché sur ses cahiers sans parvenir à obtenir des bonnes notes parce qu'il ne comprenait pas les cours. Comment allait-il faire ? Il fallait qu'il apprenne le japonais, autant pour la vie de tous les jours que pour réussir ses études ! Comment pourrait-il faire face à son père s'il n'était pas diplômé ? Un filet de sueur froide coula le long de sa tempe à cette pensée et il ôta brutalement le bandeau qui ornait son front, repoussant dans le même élan ses cheveux sur son crâne pour ne pas les avoir dans les yeux. Park Duck Young oserait-il mettre fin à sa carrière d'athlète si ses résultats n'étaient pas à la hauteur ?! La menace avait toujours plané au-dessus de lui, dans l'espoir vain de pallier à ses difficultés en langues... Depuis toujours, s'exprimer avait été un défi pour lui, maladroit et peu porté sur l'art, puis mauvais en langues. Il n'était pas bête, mais la langue, même maternelle, lui avait toujours posé des problèmes.

Se redressant dans l'espoir de penser à autre chose, il s'approcha du bureau pour consulter son emploi du temps, enterrant son angoisse de ne pas pouvoir cumuler entraînement et études sous l'espoir de goûter à un peu d'indépendance malgré les difficultés que présentait son immigration au Japon. Parcourant la chambre avec curiosité pour essayer de se familiariser un peu avec celle-ci, il finit par s'échouer sous la douche, poussant l'eau à la température la plus brûlante et oubliant un peu ses soucis à l'abri de la buée qui vint voiler la porte vitrée de la douche. Aveuglé et rendu sourd par le bruit de l'eau venant masser ses épaules tendues, il n'entendit pas tout de suite l'alarme incendie qui s'était déclenchée à cause de la vapeur, trop sensible, et ne sortit de la douche en panique que quelques minutes plus tard, enfilant à la va vite ses vêtements qui lui collèrent désagréablement à la peau tandis qu'il sortait de la salle de bain pour se rendre dans le couloir, immédiatement intercepté par un membre du personnel qui se mit à lui hurler dessus en japonais.

« Quoi ? Non ce n'est pas moi. Non, pas moi ! » ses gestes désespérés pour se défendre ne firent qu'accentuer encore plus la colère de l'homme qui devint écarlate lors d'une tirade particulièrement longue et déclamée à un rythme effréné sous ses yeux ronds. « Je ne comprends pas... ce n'est pas de ma faute... » il tituba en essayant de reculer pour échapper à l'inconnu, les joues encore rougies par l'eau brûlante et quelques mèches humides plaquées contre son front et ses tempes.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 26 Juin - 11:58
Cela avait été une journée comme les autres. Ou du moins, une journée morne et longue comme elles l’étaient toutes depuis quelques temps. J’avais suivi les cours, comme à mon habitude. J’avais pris des notes d’une manière dont je n’avais strictement aucun souvenir, car il semblait que j’étais pour le moment incapable de me rappeler ce dont les enseignants nous avaient fait part aujourd’hui. Toutefois, cela ne me faisait pas paniquer plus que cela. Mon esprit était ailleurs. J’avais pourtant bien essayé de trouver sujet à quoi raccrocher une once de concentration, afin de ne pas trop penser négativement de ma vie personnelle.
Sac à dos sur les épaules, et quelques livres entre les mains, je me dirigeais à présent en direction du dortoir. Pour le moment, cela ne se passait pas trop mal dans cet endroit. J’avais une certaine difficulté à m’intégrer mais, je n’étais pas non plus mise de côté comme j’avais pu l’être durant ma scolarité en Tianjin. Et puis, nous avions l’avantage d’avoir nos propres chambres malgré la taille plutôt conséquente des pièces communes à départager entre élèves. Je pouvais ainsi m’enfermer dans ma bulle aussi longtemps que je le souhaitais, sans craindre de croiser qui que ce soit ces jours où je ne me sentais pas d’entretenir de conversations. Peut-être le fait que les dortoirs fussent mixtes aidait aussi… Je n’en savais que trop rien.
Poussant silencieusement la porte du dortoir, j’entrais sans trop porter attention à ce qui m’entourait. Je me contentais de me diriger vers la porte close de ma chambre sur laquelle était inscrit mon nom. Je ne pouvais cependant retenir mon regard d’être attiré par une chambre qui jusqu’alors avait été close, mais qui, aujourd’hui semblait accueillir un nouvel arrivant. La porte entrouverte me permit d’y apercevoir une silhouette, mais, je ne préférais pas m’attarder. Remarquant les doubles caractères inscrits sur le bois clair, je reconnus un nom coréen. Seul détail que je prenais la peine de noter avant d’aller jusqu’à ma chambre et d’en déverrouiller l’entrée. Je poussai la porte, et la refermai derrière moi sans mot, entendant au loin le son de l’eau dans la salle de bain. Laissant un soupire s’échapper de ma bouche, je posai mon sac à dos au pied de mon lit, et trois ouvrages d’épaisseur différentes sur mon bureau. Marketing. Economie. Psychologie. Trois sujets à mille lieux de ce que j’étudiais habituellement, mais trois sujets qui sauraient m’être utile en temps voulu. Je tirai l’épais rideau de l’unique fenêtre présente dans la pièce, afin d’y laisser entrer les derniers rayons du soleil. Puis, alors que je m’apprêtais à mettre en marche la climatisation pour essayer tant bien que mal d’éliminer la lourde humidité qui commençait à s’insinuer dans les bâtiments avec l’été arrivant, une alarme au son distinct et désagréable se fit entendre. Je plissais les sourcils, et sortis de ma chambre rapidement. Quelques élèves étaient présents dans le couloir, et je ne mis guère de temps à comprendre qu’effectivement l’alarme provenait de notre dortoir. L’inconnu que j’avais vaguement aperçu quelques minutes auparavant me suivit de près, habillé bien qu’encore ruisselant de sa douche subitement interrompu. Un membre du personnel arriva bien vite. Je l’avais déjà croisé plusieurs fois. Il était responsable de notre bâtiment, et il s’occupait notamment de la réception de nos courriers et autres paquets. Peu bavard d’habitude, il semblait à présent d’une colère noire. En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, il s’en prit au jeune étudiant sans que je ne comprenne vraiment pourquoi. A quelques pas d’eux, j’écoutais la conversation. Je trouvais sa réaction excessive, et mon sentiment ne fit que s’accentuer lorsque je compris qu’en plus le jeune inconnu avait un japonais bien trop fragile pour pouvoir argumenter son cas dignement.

« Monsieur, je vous assure qu’il n’y est pour rien. »

J’avançais, confiante, venant me placer aux côtés du jeune homme dont je finirais bien par connaître le nom. Le responsable me regarda d’un air interrogateur, puis continua de déverser son flot de critique d’une voix presque aussi forte que l’alarme.

« Monsieur, vous savez très bien que ce n’est pas la première fois que nous avons des problèmes avec cette alarme. Vous m’avez dit ce matin-même que demain des ouvriers allaient venir pour régler la sensibilité de celle-ci. N’ai-je pas raison ? »

J’esquissais un sourire poli, alors que l’alarme finissait enfin d’hurler et que le silence s’installait. L’homme se renfrogna quelque peu, conscient que je ne faisais là que dire la vérité. Vexé, mais pas hypocrite, il se redressa. Déplissa sa chemise d’un geste rapide des deux mains, puis salua très rapidement l’étudiant, marmonnant une excuse à peine audible avant de tourner les talons.

« Tout va bien. Nous pouvons rentrer, tu viens ? »

Je poussais à nouveau la porte de notre dortoir, tenant celle-ci d’ouverte afin qu’il me suive. Bien vite, les rares étudiants présents sur place retournèrent à leur tour dans leur dortoir respectif, comme si rien ne s’était passé. Je ne savais jusqu’à quel point il pourrait comprendre mes dires, alors je m’étais contentée de phrases courtes et simples dites avec un doux sourire.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 28 Juin - 19:16

Le son lancinant de l'alarme incendie toujours déclenchée ne faisait qu'empirer son état de panique et Duck Hwan avait de plus en plus l'impression qu'il avait beau crier par-dessus la sirène pour se défendre, le responsable de dortoir n'entendait que les tressaillements aigus et désagréables de l'alarme qui leur vrillait les oreilles. Il aurait pu y croire, si lui-même n'entendait pas parfaitement l'homme à défaut de le comprendre. Une autre voix vint rompre la cacophonie ambiante, apaisante dans la confiance qui en transparaissait et il découvrit, émerveillé une jeune femme à ses côtés, semblant y être dans tous les sens du terme tandis qu'elle s'adressait à l'homme en face d'eux. Ce dernier sembla surpris par son interruption et Duck Hwan en déduisit qu'elle avait bel et bien dû le défendre, un sourire soulagé étirant ses lèvres tremblantes tandis qu'il repoussait ses mèches humides loin de son front, se rendant enfin compte que sa vue était obstruée par ses cheveux un peu trop longs. Comme pour signifier que la jeune felle était en effet sa sauveuse l'alarme cessa enfin d'hurler et il poussa un soupir appréciateur, laissant l'inconnue se charger de la discussion puisqu'il ne pouvait pas y apporter grand chose, peinant déjà à comprendre l'échange entre les deux interlocuteurs.

Il fallait vraiment qu'il s'améliore en japonais, décréta-t-il tandis que le responsable se redressait et lissait sa chemise comme s'il venait d'accomplir une tâche ingrate. Vexé, Duck Hwan s'efforça tout de même de marmonner un « ce n'est rien » en réponse aux excuses faites de mauvaise grâce, s'inclinant juste assez pour rester correct avant de se tourner vers celle qu'il supposait être une voisine de dortoir, un sourire reconnaissant aux lèvres. La suivant à l'intérieur du dortoir en appréciant sa considération pour ses difficultés linguistiques, il tint la porte pour l'étudiant qui le suivait, et rejoignit la jeune femme dont le doux sourire avait chassé les derniers restes de panique dû à l'alarme incendie et l'agressivité du responsable de dortoir. La rattrapant en quelques foulées plus assurés maintenant qu'il ne se sentait plus oppressé, il chercha soigneusement ses mots pour lui exprimer sa gratitude correctement, un peu penaud parce que son arrivée était plutôt remarquée alors qu'il n'était pas particulièrement heureux de son sort.

« Merci. J'ai du mal avec le japonais et avec la panique... c'était difficile de le comprendre, et de me défendre. » il marqua une pause pour rassembler ses idées. « Est-ce que ça arrive souvent ? L'alarme » ajouta-t-il en craignant qu'elle ait du mal à le suivre.

Se rendant compte qu'il ne connaissait pas le nom de la jeune femme et ne s'était même pas présenté, il tâcha de se rattraper, souriant aimablement.

« Je m'appelle Park Duck Hwan, je suis coréen. »

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 29 Juin - 15:43
Cela nous avait donné une bien étrange façon de nous rencontrer. Toutefois, sans cette occasion, nous aurions pu passer des jours à nous croiser sans nous voir. Je n’étais pas la plus présente au dortoir, et en général, je m’éclipsais les fins de semaine afin d’aller passer un peu de temps avec mon frère ainé dans son appartement au centre de Tokyo. J’étais curieuse de savoir de quelle façon il avait été accepté dans cette université, en vue de son faible niveau en langue nippone. Toutefois, mon cas n’était pas des plus communs non plus. C’était sans doute ce qui faisait la réussite de cette école ; chacun pouvait y entrer à conditions de faire ses preuves. J’étais intriguée, et là était une bonne occasion de pouvoir faire plus amples connaissances. Il fallait que je fasse des efforts, rester dans ma bulle à longueur de temps ne m’aiderait en rien. Il fallait que je me sociabilise un peu si je voulais mettre en place mes projets futurs.

« Ne t’en fais pas. Si tu as besoin, n’hésite pas à demander ! »

J’avais la chance de faire partie des gens qui apprennent très vite. J’avais beau n’avoir eu que quelques rares notions de japonais apprises au lycée, j’avais cette chance de pouvoir bachoter et enregistrer de nouvelles informations avec grande facilité. Ainsi, apprendre cette langue compliquée n’avait pas été insurmontable. Toutefois, je ne pouvais nier le fait qu’elle était compliquée et que son apprentissage pouvait être long pour certains.
Finalement, il fit une remarque sur l’alarme alors que je refermais avec soin la porte derrière nous. Comme par réflexe, je levais les yeux vers les quelques capteurs placés çà et là au plafond du dortoir. Puis, j’haussais les épaules. Je cherchais quelques secondes dans ma mémoire afin de répondre.

« Cela doit faire dix jours que ça a commencé. Demain, elle devrait être réparée. »

J’osais l’espérer en tout cas. Ce n’était pas pratique. Nous ne pouvions pas cuisiner n’importe quoi fenêtre fermée sous peine de la faire hurler. Maintenant, elle était même sensible à la vapeur d’eau. Ce ne devait pas être grand-chose, mais j’étais loin d’être une bonne technicienne donc je ne pouvais que croiser les doigts quant à une réparation imminente.
Nous continuions notre marche dans la pièce principale, alors que je prenais instinctivement la direction de notre pièce commune. Il se présenta. Park Duck Hwan. Ce n’allait pas être simple à prononcer. Je répétais plusieurs fois son nom dans ma tête pour l’y inscrire, en espérant ne pas trop le massacrer si j’en venais à avoir besoin de le prononcer un jour.

« Enchantée ! Je suis She Jiao Li. »

J’esquissais à mon tour un sourire à son égard. La Corée était un pays qui m’était grandement inconnu. J’étais médiocre en culture populaire ; je connaissais à peine celle de mon pays déjà bien contrôlée, alors j’avais encore moins de connaissance concernant celles d’autres. Cependant, je me doutais que ce devait être un pays sympathique. Sans doute bien différent de ma Chine natale.

« Je viens de Tianjin, en Chine. »

Ajoutai-je simplement. Non pas qu’il me semblait nécessaire de le préciser, en vue des connotations de mon nom de famille mais, toutes les nationalités se mélangeaient tant à Royal que ce n’était pas plus mal de souligner ce détail. Je le regardais un instant, surprise de me sentir à l’aise alors que c’était rarement mon cas. Puis, sans ajouter un mot je m’éclipsais. Je filais jusqu’à ma chambre, et n’en ressortis que de longues minutes plus tard avec une petite serviette aux couleurs pastels. Je la lui tendis d’une main, désignant mes propres cheveux de l’autre.

« Pour tes cheveux. Tu risques de prendre froid sinon, avec la climatisation. »

Les journées allaient en se réchauffant, et la climatisation commençait déjà à fonctionner dans nos locaux. Encore détrempé qu’il était, je pensais préférable qu’il s’égoutte un peu. Une fois mon doux bien prêté, j’allais m’assoir sur le petit canapé présent non loin de nous.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 1 Juil - 23:10

Il n'y avait pas à dire, Duck Hwan était agréablement surpris et surtout soulagé de rencontrer une personne réellement disposée à l'aider et se montrer aimable envers lui. Peut-être que les étudiants de Royal n'étaient pas si terribles finalement, et qu'il avait eu la malchance de tomber sur le seul être insupportable (bon peut-être pas le seul, mais l'un des membres de cette population réduite) de l'université. Ce n'était pas surprenant quand il se souvenait que Bikini était une idole. Il avait sûrement la grosse tête, comme certains des élèves étaient des génies, et d'autres humbles parce que leurs efforts leur passaient l'envie de se comporter comme des gosses de riches capricieux. Il soupira à cette pensée, pas vraiment conscient que lui-même faisait tout de même partie d'une catégorie aisée de la population.

Hochant la tête quand la jeune femme répondit à sa question, il souhaita que l'alarme soit rapidement réparée, inquiet à l'idée de devoir expliquer au responsable que prendre une douche était normal et légitime, l'homme ne voulait sûrement pas que les dortoirs empestent à cause d'étudiants qui ne se lavaient pas. Se laissant guider par sa colocataire de dortoir pendant qu'il était plongé dans ses pensées, il vit bientôt apparaître la salle commune, pas tout à fait certain de pourquoi ils se rendaient là mais pas disposé à poser la question.

Il n'avait pas envie de mettre un terme à leur discussion, et doutait que l'un d'eux ait envie d'inviter l'autre dans sa chambre, ils venaient à peine de se rencontrer. Apprenant d'ailleurs à ce moment le nom de sa sauveuse il sourit en hochant légèrement la tête pour signifier qu'il était enchanté d'avoir fait sa connaissance. Se doutant qu'elle était originaire de Chine, Hwan en eut bien vite la confirmation, n'ayant cependant aucune d'idée d'où se trouvait exactement Tianjin. Sûrement pas loin de la mer, il avait entendu parler de compétitions s'y tenant lorsqu'il avait débuté l'aviron, mais sa spécialité en aviron de rivière ne l'avait pas mené jusqu'aux côtes chinoises.

Pris de court en voyant Jiao Li se diriger vers la porte, il se demanda s'il avait pensé à voix haute et effrayé sa voisine de dortoir dans un flot de paroles en coréen, se rendant bien vite compte que c'était peu probable et qu'elle allait sûrement revenir. N'est-ce pas ? Ce serait vraiment étrange qu'elle le plante là... Non ? Ça se faisait, au Japon ? Ou en Chine ? Déboussolé Duck Hwan resta immobile et patienta un peu bêtement, voyant avec soulagement Jiao Li revenir et lui présenter un bout de tissu pastel qu'il identifia bientôt comme une serviette. Inconscient de ses cheveux encore humides sur son crâne il dévisagea la jeune femme sans comprendre, la voyant désigner ses cheveux et obtenant bientôt une explication alors qu'il éclatait franchement de rire, s'expliquant bien vite poliment.

« Je n'y pensais plus avec cette alarme de malheur ! Merci. »

Il hésita en la voyant s'asseoir sur un sofa, finissant par l'y rejoindre après avoir frotté énergiquement ses cheveux avec la serviette puis l'avoir nouée sur sa tête comme s'il avait été de passage dans un Jjimjilbang. Tirant un peu sur son haut qui collait désagréablement sa peau à peine sèche il grimaça à la sensation dont il se serait bien passé, commentant difficilement.

« Au moins je ne me fais plus d'illusions sur l'université après ce premier jour ! » gloussant légèrement Hwan se tourna plus franchement vers Jiao Li, espérant être compréhensible. « Qu'est-ce que tu étudies ? Je suis en sciences, je veux travailler dans l'aéronautique. »

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 3 Juil - 12:22
J’esquissai un simple sourire à sa réponse alors qu’il récupérait la petite serviette gentiment tendue. Cela avait été comme un réflexe d’aller le lui en chercher une. Je me rendais parfaitement compte du fait que c’était bien étonnant venant de moi. A mon habitude, je me serais probablement contentée de retourner dans ma chambre sans ajouter un mot. Je me sentais étonnamment à l’aise. Etait-ce parce que j’avais décidé de faire des efforts afin de me sociabiliser un peu plus ? Ou bien était-ce cette barrière de la langue qui, quelque part, me rassurait ? Je n’en avais strictement aucune idée. Ce n’était pas non plus le moment de commencer à méditer sur le sujet. Si je commençais à trop partir dans mes pensées cela pouvait en venir à durer des heures.
Je décidai donc de prendre place sur le canapé. Je laissais glisser mes chaussons clairs sur le sol en silence, avant de ramener mes jambes sur le tissu épais du sofa et ainsi m’installer en tailleur. « Au moins je ne me fais plus d’illusions sur l’université après ce premier jour ! » J’arquai légèrement un sourcil à sa remarque, en posant mon attention sur lui. Je n’étais pas certaine de comprendre la totalité du message qu’il souhaitait faire passer par cela. Etait-ce une remarque négative par rapport à la réaction disproportionnée du responsable du dortoir ? Ou bien était-ce une remarque légèrement plus positive quant au fait que je n’avais pas hésité à lui servir de back-up alors que nous ne nous connaissions pas ? Mes yeux s’ouvrirent en grand lorsqu’il me fit la remarque qu’il était inscrit dans la faculté de Sciences, puis je souris avant de reprendre parole.

« Vraiment ? Moi aussi. Mais, j’ai choisi l’astronomie. »

Sans savoir pourquoi d’ailleurs. La question du choix avait été plus qu’étrange. J’aurais sans doute pu entrer dans n’importe quelle classe, et en choisir une plus qu’une autre m’avait laissé vide d’enthousiasme. Je n’étais pas mécontente de mon choix, mais je n’en étais pas ravie non plus. Avec tout ce qui me passait par la tête ces derniers temps, je m’étais contentée de me laisser guider par ma curiosité de toucher à un sujet inconnu.

« Peut-être que nous nous croiserons dans certaines classes. »

Rajoutai-je, simplement. Bien que nos branches fussent différentes, certaines classes étaient en commun qu’importe la majeure choisie. C’était une idée qui ne me déplaisait pas au final. J’en fus légèrement étonnée.

« Pourquoi avoir choisi Royal pour étudier ce sujet ? »

J’étais curieuse. Je ne savais pas s’il saurait trouver les mots justes pour m’expliquer sa situation, ou même s’il avait une quelconque envie de me répondre mais, la curiosité avait été un peu trop grande pour que je ne sois pas intriguée. J’en venais même à me demander si je lui répondrais avec franchise s’il en venait à me retourner la question. Dirais-je la vérité sur Fu Hai à un inconnu ? Ou bien me contenterais-je d’hausser les épaules en faisant une remarque quelque peu désobligeantes sur mes résultats exemplaires ? Bonne question.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 7 Juil - 19:37

Duck Hwan était de ces garçons qui s'asseyaient tout en douceur sur les canapés et autres objets destinés à accueillir leur séant, à moins d'être particulièrement agacés ou fatigués. Il n'était pas fatigué, et en plus en présence d'une inconnue devant laquelle il comptait faire bonne impression, respectueux de l'aide que Jiao Li lui avait apporté. Il restait cependant de ces garçons qui s'asseyaient avec les jambes largement ouvertes dans une exposition subtile de leur virilité que l'on reprocherait à une jeune fille. Lui-même aurait eut tendance à considérer une demoiselle dans cette position comme la bonne copine sans sex appeal que comme une belle créature à impressionner. Tout ça pour dire qu'il n'avait aucune élégance dans son assise et que l'espace entre ses genoux aurait pu laisser place à une pizza si nécessaire, ce dont il se rendit compte en observant sa jeune voisine assise en tailleur. Peut-être même qu'elle aussi aurait pu y tenir, mais il ne nourrissait pas ce genre de pensées à l'égard de Jiao Li.

Impressionné d'ailleurs par cette dernière en apprenant qu'elle étudiait l'astronomie il se demanda si cela lui aurait plu. Sûrement. Mais il fallait qu'il prenne la relève de Park Duck Young et puisque que son père travaillait dans l'aéronautique, ses études étaient toutes tracées. De toute façon il n'aurait vite plus le temps d'y réfléchir, pris entre ses cours et ses entrainements. Souriant plutôt à l'idée de partager quelques classes avec la jeune fille qui avait l'air assez sympathique, il espéra pouvoir se référer à elle en cas de difficultés, osant même le demander après une hésitation.

« Si c'est le cas... est-ce que je pourrais te demander de m'aider, pour comprendre je veux dire, si j'ai du mal ? ... » un sourire timide et plein d'espoir étira ses lèvres alors qu'il attendait avec appréhension sa réponse.

Une autre question lui demanda cependant de se concentrer pour expliquer sa situation à Jiao Li et il rassembla ses idées, comptant bien se faire comprendre même si ce serait difficile et son explication simplifiée. C'était une bonne occasion pour s'exercer car sa colocataire de dortoir était patiente et à l'écoute, et la question qu'elle lui avait posé risquait de revenir souvent dans les prochaines semaines. Joignant ses mains devant lui et jouant avec ses pouces en réfléchissant il se fit une fois de plus la réflexion qu'il n'avait pas vraiment choisi, mais que sa mère avait entendu parler de l'école élitiste et avait décidé que ce serait idéal pour l'athlète qu'il était et le niveau social dans lequel ils évoluaient. Lui-même se serait contenté de rester à Séoul si on l'avait laissé faire, mais ce n'était pas le cas et il soupira à cette pensée, se lançant finalement.

« Je n'ai pas réellement choisi... Ma mère pense que c'est parfait pour étudier et continuer le sport à haut niveau. Je fais de l'aviron, au niveau national. Je crois qu'elle voulait que j'y gagne aussi... en apprenant le japonais. Mais j'ai du mal avec cette partie là. » il marqua une pause, avouant finalement. « Je ne voulais pas particulièrement venir et on m'a donné un parrain qui n'est pas très sympa... je suis content que tout le monde ne soit pas comme lui. » il gloussa, changeant de sujet. « Et toi ? Une raison particulière ? »

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 22 Juil - 20:45
J’ai maintenant curieuse de ce nouvel élève présent avec moi. La voix de Fu Hai, mon frère ainé, résonna un court instant dans mon esprit, me soufflant que la vie au dortoir ne puisse être si terrible que je ne le pensais. J’avais fortement dubitative à ce sujet. Les gens de mon âge n’étaient pas les compagnies que je cherchais en premier. Toutefois, Duck Hwan semblait, pendant un court instant, changer ce doute. Changement très léger sans aucun doute, mais changement tout de même. Malgré la barrière de la langue, nous arrivions à entretenir une conversation assez convenable et cela en montrait déjà beaucoup sur le caractère du jeune homme.

« Est-ce que je pourrais te demander de m’aider, pour comprendre je veux dire, si j’ai du mal ? » J’étais surprise de sa question, qui pourtant découlait d’une logique tout simple. Je ne savais pas si j’étais très pédagogue. Nombre des sujets que j’étudiais parvenait à mon esprit avec une simplicité telle qu’il m’était souvent compliqué de les reformuler pour les expliquer. Toutefois, je ne doutais pas que simplifier les propos des professeurs avec un japonais plus compréhensibles seraient parfaitement faisable. Je ne doutais pas non plus que certains enseignants se servent d’études composées en anglais pour leurs cours. Duck Hwan devait très certainement avoir un bon niveau en anglais, non ?

« Bien sûr ! N’hésite pas ! Je ferai de mon mieux pour t’aider. »

Oui, qu’importe si j’en venais à être un peu maladroite dans mes explications, il me demandait de l’aide et je ne me voyais pas la refuser. Cela n’aurait pas été correct. Si j’avais été à sa place, j’aurais fortement aimé avoir quelqu’un sur qui compter en cas de besoin, plutôt que de rester dans le flou total et risquer de ne pas réussir mon année à cause de cela. Les études étaient bien trop importantes, on me l’avait de nombreuses fois rabâché.
Finalement, j’avais fini par lui demander le pourquoi de son choix d’université. Peut-être avait-il une raison tout à fait personnelle, dont il ne pourrait me faire part. Toutefois, cela n’avait pas vraiment effleuré mon esprit lorsque j’avais demandé. Je m’étais contenté de dire tout haut ce que mon cerveau venait de penser intérieurement. La curiosité piquée à vif face à ce jeune étranger fraichement arrivé dans un pays où il parlait à peine la langue.
J’écoutais sans rien dire son explication. Alors, il était sportif ? J’esquissais un léger sourire, pensant alors à mon frère pour qui la vie aurait pu être similaire étant donné sa passion pour l’eau. Je n’étais malgré tout pas du tout étonné de sa réponse. Le fait qu’il n’ait pas eu son mot à dire dans son choix d’étude ; beaucoup était comme cela. J’avais eu de la chance de ce côté-là, et je m’en rendais de plus en plus compte.

« Cela viendra. L’immersion est le meilleur moyen pour apprendre une langue. »

Dans mes vagues souvenirs d’un bouquin feuilleté une après-midi d’ennuie à la bibliothèque, j’avais découvert que la grammaire coréenne et la grammaire japonaise étaient très similaires. Il lui suffirait donc d’avaler du vocabulaire à grande gorgée, et le tour serait joué. Bien que c’était peut-être bien plus facile à dire qu’à faire. J’étais douée avec le pare-cœur, je ne devais pas oublier que cela n’était pas le cas pour tout le monde.

« Avec un peu de chance, tu n’auras pas trop affaire à lui. »

Je le lui souhaitais vraiment en tout cas. Je n’avais pas voulu de parrain ou marraine à mon entrée. J’avais plongée tête la première dans un univers inconnu sans base. Finalement, le risque de tomber sur quelqu’un de peu sympathique était trop grand, et Duck Hwan venait à présent de confirmer l’idée que j’avais bien fait de refuser.

« Je suis venue pour rejoindre mon frère. Il n’est pas à l’université mais, à Tokyo. Une bourse pour cette école m’a été offerte, c’était l’occasion de me rapprocher de lui. »

Je simplifiais grandement la situation. Je me voyais mal lui expliquer les travers de ma vie de famille. Et puis, je pouvais encore moins parler d’Ethan, de cette histoire de demi-frère que je ne devais voir. De cette situation folle qui me rendait, jour après jour, un peu plus malade.


Spoiler:
 

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 18:52
 

Smoke and mirrors all around

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ✮ smoke and mirrors
» Stone, let's smoke some more weed
» I smoke a cigarette and hush ▬ [ 29/05 - 21h35 ]
» ROLL ONE, SMOKE ONE ~ 13 MARS, 05H31
» ◮ roll one, smoke one, and we all just having fun.
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-