AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 let's work side to side | ryû

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 1 Juil - 23:38
Boy, got me walking side to side #RyûHua
Tenue ♔ Enfin. Tel est le mot qui résonne dans ma tête depuis la veille, depuis l’instant même où je me suis glissée sous le plaid pour m’endormir paisiblement avec la pensée que le lendemain serait synonyme d’un nouveau départ, d’une page qui se tourne enfin. Cela ne sera sans doute pas grand-chose, au final, nous risquons peut-être de rentrer bredouilles et les choses finiraient de la même façon, le quotidien reprendrait le dessus, néanmoins, je nourris l’espoir que ce jour est réellement celui où tout va basculer. Cela n’a pas été facile de convaincre le brun, après tout, cela peut se comprendre, je crois que depuis qu’il occupe son poste d’enseignant à la fac – combien de temps cela représente-t-il au juste ? – il a toujours vécu ici, avec Arisu, alors forcément, devoir renoncer à son petit logis n’est jamais facile. Cependant, le fait est qu’à trois eh bien, cela commence à devenir étroit et il se trouve qu’aucun de nous n’est réellement partant en ce qui concerne le projet d’une potentielle garde alternée. Faire des allers-retours pour se confier Roxas tour à tour n’a en vérité jamais envisagé à une seule seconde, du moins pas au sein de nos conversations. Certes l’idée m’a traversé l’esprit, après tout, nous ne sommes pas ensemble et bon nombre de gens trouveraient notre cohabitation plus qu’étrange, voire terriblement malsaine. De mon point de vue, ça ne me dérange en rien de devoir prolonger cette habitude, ce n’est pas vraiment comme si j’avais une relation sérieuse au milieu de tout ça ou même que je sois sur le point d’en avoir une. La rumeur concernant ma grossesse a effacé ce problème de mon existence au moins pour les années qu’il me reste à étudier à l’université alors bon, partager un logement avec Ryû est toujours préférable au fait de continuer à vivre dans les dortoirs et je vais devoir me résoudre à annoncer mon départ définitif de ces derniers un jour ou l’autre, je ne peux pas faire semblant éternellement. Je me déciderai sans doute le jour où on aura trouvé le logement vivable pour trois en question.

Comme ma mère accepte généreusement de prendre en charge ma potentielle part du loyer, ce n’est pas un problème, il était d’ailleurs hors de question que je continue de vivre aux crochets de mon hôte indéfiniment. C’est déjà fou qu’il ne se soit jamais plaint ou qu’il n’ait jamais réclamé dédommagement, soit, je participe aux tâches ménagères mais franchement, si on observe la situation dans son ensemble, ce n’est pas grand-chose. Je sais bien que j’ai dû assumer la responsabilité de prendre soin du bébé durant quelques temps pendant que le père s’occupait de se détacher une bonne fois pour toutes de l’alcool, néanmoins, ça me paraît dérisoire comparé à tout ce qu’il a pu faire pour moi, à commencer par ne pas me laisser me débrouiller toute seule. Lui retourner la faveur était la moindre chose à faire pour ma part, surtout quand je vois que ses efforts ont porté leurs fruits et qu’aujourd’hui il a vraiment l’air d’aller mieux, de se reprendre en mains et de pouvoir avancer. Non pas que je puisse penser un instant qu’à partir de maintenant ce sera facile à cent pour cent, mais disons que ça aide à voir les choses avec davantage d’optimisme. Il pourra davantage profiter de son fils sans ses démons d’ivresse, bon, à condition qu’il ne pense pas constamment en le voyant que c’est ce qui l’a amené à naître en premier lieu. On ne va pas se mentir, je n’aurais sans doute pas sauté sur n’importe qui, même saoule. Mais ça, c’est un débat que je ne veux pas entamer.

C’est donc pleine de joie et de bonne humeur, un peu comme un second Noël, que je sors de l’appartement, saluant les parents Katsura avec un sourire radieux, venus expressément passer du temps avec leur petit-fils afin de nous laisser le champ libre pour la visite prévue ce jour. Mine de rien c’est aussi important qu’ils profitent de Roxas, qu’ils se fassent une place dans sa vie et bien entendu, qu’ils puissent prendre le relais quand on en a besoin. J’ai beau l’aimer de tout mon cœur sans limite, faire une pause peut avoir ses avantages pour ne pas vieillir prématurément dans mon cas. Et c’est aussi important de pouvoir inspecter les lieux sans devoir garder les yeux rivés sur cette petite bouille – qui ne cesse de grandir de jour en jour – en permanence de peur qu’il ne tombe instantanément malade pour une raison parfaitement inconnue. Parano ? Surprotectrice ? A peine. Je devrais songer à me calmer un peu, à force on va encore me traiter d’hystérique. Et je ne pourrais pas vraiment répliquer.

« Je peux conduire ?, je demande avec des yeux limite larmoyants – si si j’en suis capable, j’ai pris exemple sur le bambin je vous jure – une fois arrivée à côté de la voiture, allez, s’il te plaît, j’ai eu mon permis haut la main et je suis très prudente. Promis je te l’abîme pas. »

Il faut vraiment que je fasse une scène là maintenant alors qu’on est même pas partis et qu’il ne déborde déjà pas d’enthousiasme, oui oui. Après tout cela fait longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de prendre le volant, mais ça, c’est un détail que je compte bien taire, sinon il risque de ne jamais me passer les clefs. Déjà que c’est pas gagné…

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 7 Juil - 15:48
Boy, got me walking side to side #RyûHua
Tenue ♔ À vrai dire, je ne sais pas comment l’idée m’est venue. Je pourrais dire par hasard, comme ça, alors que je fumais une clope à la sortie des cours, parce que je réfléchissais à ma vie et à la façon étrange dont elle a tourné au cours des dernières semaines, des derniers mois, même, mais je mentirais sûrement. J’ai beaucoup pensé à la situation, à ce que je vis depuis que j’ai un fils, que sa mère vit à la maison. La chambre en alternance, c’est pas vraiment mon truc, vous voyez ? Déjà, parce que j’approche des trente-deux ans et que dormir dans un canapé, c’est pas forcément bon pour mon dos. Ensuite, parce que je pense que, autant pour Yun Hua que pour moi, un peu de sommeil de bonne qualité ne serait pas du luxe. Sans oublier que cet appartement est lié à pas mal de mauvais souvenirs ainsi qu’à une période assez sombre de ma vie. Au final, déménager, c’est plutôt une bonne idée.

Mais avant de songer à partir, il faut évidemment trouver un appartement et, dans leur grande et incroyable bonté, mes parents ont accepté de venir prendre soin de Roxas pour la journée, le temps que, Yun Hua et moi, nous allions visiter quelques logements susceptibles de devenir l’endroit où nous allons résider à l’avenir. Ce qui n’est pas plus mal, à vrai dire. Je commence à saturer un peu du fait d’avoir un gamin dans les pattes à tous les moments de la journée. Évidemment, je l’aime, ce petit, mais ça reste un enfant et je n’ai jamais été très doué avec eux. Il suffit de voir à quel point je m’en sors face aux lycéens de la RPS. Déjà ça c’est un véritable combat. Le guerrier en couche culotte est de loin le pire.

« Conduire ? » Est-ce que je veux vraiment lui laisser ma bagnole ? Elle va me la niquer… « Hm… » Je m’approche du véhicule et ouvre la portière du côté conducteur pour m’installer, réfléchissant encore un peu. « Au retour, ok ? Je préfère conduire à l’aller, qu’on n’arrive pas en retard. »

Je ne sais pas moi-même si je lui fais confiance. Je veux dire, qu’elle sache s’occuper d’un bébé ne veut pas dire qu’elle maîtrise une voiture, pas vrai ? Il serait sérieusement temps que j’arrête de me poser des questions existentielles, maintenant, et que je me concentre un peu sur la situation. On a d’autres chats à fouetter.

« Tu as l’adresse ? »

Car mon sens de l’orientation est divin. Évidemment.

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 8 Juil - 13:24
Boy, got me walking side to side #RyûHua
Est-ce que j’en demande trop ? A force, j’ai du mal à évaluer ce que je peux attendre de lui ou non, si je peux prendre certaines libertés depuis tout ce temps ou si je dois encore me cantonner à ce que bon nombre de gens appellent la « politesse ». Mouais, je ne me vois franchement pas faire usage de formalités pour m’adresser au brun, cette simple idée paraît vraiment étrange compte tenu du contexte. Ce qui ne veut pas dire pour autant que je peux me comporter avec lui comme si c’était mon meilleur ami, ou un ami tout court, ce qui ne fait que confirmer combien la situation semble désespérément étrange. Je veux dire, on s’entend à peu près bien, mais ça reste particulier, en grande partie parce qu’on a eu un enfant ensemble. Alors qu’on n’était pas ensemble justement. Et la différence d’âge n’arrange rien, en temps normal, je devrais le considérer comme un aîné, mais là, c’est clairement pas possible. Et je ne peux pas non plus supporter qu’il puisse me traiter comme une gamine qui ne sait rien de la vie, je ne lui ai déjà que trop fait comprendre. Mais bon, on peut bien réussir à dépasser ce climat de bizarrerie, en fin de compte, on ne s’en est pas si mal sortis ces derniers mois, surtout Ryû avec ses problèmes, il a bien remonté la pente je trouve. Et puisqu’on en est au point de chercher un logement pour nous deux, un petit tour au volant de sa voiture ne doit pas paraître si saugrenu, non ?

Apparemment si. Je gonfle les joues sous le coup de la déception en le voyant s’installer côté conducteur, consciente que j’ai déjà perdu la bataille. Et ce n’est vraiment pas le moment opportun pour se prendre la tête pour quelque chose d’aussi dérisoire, je n’y tenais pas particulièrement. C’est juste une envie qui me prend comme cela, mais je survivrai à son refus sans problème. Sans compter qu’il laisse planer l’espoir d’une opportunité potentielle pour le retour. Yes. Il n’en faut pas plus pour que je m’installe joyeusement côté passager et que je sautille de joie en bouclant ma ceinture. On peinerait à croire que je suis maman sans rire.

« Va pour le retour !, je scande joyeusement, en vérifiant l’heure d’un coup d’œil sur mon portable, mais je te préviens, tu n’as pas le droit de revenir sur ta parole. C’est acté et signé, pas de retour en arrière possible. »

Tout cela bien entendu débité sur le ton de la plaisanterie, si pour une raison quelconque je ne me sens pas très bien, il n’est pas question que je m’obstine à prendre le volant envers et contre tout, je suis un minimum raisonnable tout de même. Mais pas question de devoir faire face à un prétexte bidon pour me priver de ce plaisir, ah non, il l’a dit, c’est trop tard. Bon là, je mériterais peut-être d’être considérée comme une gamine excessivement joyeuse et bruyante, c’est concevable. Voire justifié. Mais pour l’heure, il me voit encore assez responsable pour lui faire part de l’adresse de la première visite, information que je détiens bien évidemment. Je l’ai notée à la fois sur un petit carnet dont je ne me sépare jamais et sur une note de mon téléphone. Eh oui, quand je veux, je peux être prévoyante et fiable. Quand je veux.

« Oui oui, je réponds, en sortant le fameux calepin où je retrouve aisément la fameuse adresse, c’est à quelques rues seulement, genre au feu là-bas tu vois, il faut tourner. »

Et c’est avec la même assurance que je lui indique les différentes directions à prendre tout au long du trajet, qui s’avère assez bref. Il va de soi que si cet appartement-là convient, il aura l’avantage non négligeable d’être à proximité de son logement actuel, ce qui serait pratique pour le déménagement et pour ne pas trop avoir à changer ses petites habitudes de trajet jusqu’à la fac. Pour lui comme pour moi. A peine est-il garé que je sors du véhicule, appelle le responsable de l’agent censé nous faire visiter pour l’informer de notre présence et quelques minutes à peine plus tard, le voilà devant l’immeuble pour nous accueillir.

« Bonjour !, je lance en saluant poliment l’individu avec un sourire enthousiaste, nous sommes…, on est quoi au juste ? Un couple ? Des colocataires ?, Bae Yun Hua et voici Katsura Ryû, on est venus pour la visite. »

Déjà une première pirouette maladroite, youpi. En même temps, je ne crois pas que je puisse trouver un mot exact pour lui résumer la situation mais peu importe, après quelques formalités, l’homme nous montre le chemin vers le logement que nous avons repéré. Espérons juste que la visite se passe tranquillement et sans prise de tête.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 17 Juil - 16:37
Boy, got me walking side to side #RyûHua
Tenue ♔ Je sais que les choses ont changé au cours des derniers mois et qu’il y a beaucoup de nouveautés à accepter. Déjà, il y a cette naissance qui est venue tout chambouler dans ma vie déjà bien agitée, ensuite cette cure au niveau de l’alcool. Autant dire que ma détermination à mettre un terme à tous mes problèmes est réelle, mais que je ne peux malheureusement pas faire comme je le souhaiterais, ou du moins pas aussi facilement. Il faut que je laisse les choses se remettre à leur place, tranquillement, sans essayer de les forcer. Oui, ça me semble bien mieux.

« Oui oui, on verra. »

Je ricane et roule des yeux, mais sérieusement, qu’elle n’oublie pas que c’est ma bagnole, quand même. Je n’ai absolument aucune idée de sa façon de conduire et je ne compte pas voir mon bébé dans un fossé… Surtout que son ancêtre a déjà rencontré un arbre l’année passée, j’ai pas trop envie de recommencer l’expérience : j’ai assez donné à ce niveau. Un soupir m’échappe et je repose les yeux sur la route avant de demander à Yun Hua l’adresse de l’endroit que nous devons visiter. Joie. Bizarrement, j’ai pas trop envie de déménager : j’ai vécu là pendant des années.

« Tu sais, y a déjà une GPS dans la voiture. M’enfin. »

Oui, parce que de base, je veux simplement l’entrer dans l’appareil et me débrouiller. Je roule des yeux et effectue donc le trajet suite aux différentes indications de mademoiselle la copilote avant de garer la voiture dans un endroit sûr. Jusqu’à l’immeuble, je traîne un peu des pieds. J’ai même sorti mon téléphone pour vérifier qu’elle ne nous a pas perdu.

« Bonjour. »

Un peu de bonne volonté. Je lève les yeux et adresse un sourire à l’homme qui se tient devant nous pendant que Yun Hua nous présente. Salut, j’viens visiter un appart pour emménager avec une fille que j’ai foutue enceinte. Ça le fait. Je lève un regard assez perplexe vers le bâtiment qui se dresse devant nous et je réprime un soupir en pinçant les lèvres. Ouep. Je suis ravi d’être là. Sans attendre je m’avance jusqu’à l’appartement en compagnie des deux autres. Un appartement beaucoup plus grand que celui que j’avais jusque-là. Une grande pièce de vie, trois chambres, une cuisine, une salle de bain et un balcon. Y a pas à dire, ça sera mieux. Genre, comme si j’avais besoin de tout ça.

« C’est un peu sombre, non ? » Dis-je une fois à l’intérieur.

Mes yeux parcourent la pièce et je prête à peine attention au blabla de l’agent immobilier qui s’amuse à énumérer des détails inutiles. J’ai franchement pas envie de perdre mon temps comme ça.

Pseudo : Juh Mes messages : 5064 Yen (¥) : 975 Avatar : Im Yoona (SNSD) - made by miki ♥ Schizophrène? :

aiko kiyumi & son hye ni Age : 21 ans Date de naissance : 13/03/1995 Astrologie : poisson Métier : en standby Année : 3ème année Résidant à : un petit appart à shinjuku avec Roxas ♥ Planning :

♚ arrêter de prendre les gens pour des menaces potentielles ♚ arrêter de jouer la forte quand je suis au bout de ma vie ♚ passer un savon à ma mère × m'habituer à vivre toute seule en appartement ♚ disparaître du champ de vision de Royal Shit ♚ prendre soin de Roxas autant que possible ♚ essayer de me dire que revoir une psy me fait du bien ♚ prier pour ne plus jamais recroiser Dakota ♚ penser à me confier à quelqu'un de confiance au sujet de mes problèmes ♚ réussir mon année cette fois ♚ dessiner pour évacuer mon surplus de stress... mais pas des trucs glauques ♚ essayer de ne pas penser que ma vie sentimentale est certainement condamnée pour de bon ♚ éviter mon père comme la peste ♚ me faire toute petite à l'université ♚ décider officiellement si cette impression d'être suivie n'est que le fruit de ma paranoïa ou si c'est une menace bien réelle ♚ faire attention à mon alimentation pour retrouver ma silhouette d'avant la grossesse ♚ mais en même temps je n'aime pas non plus être si fine... dilemme ♚ m'entraîner autant que possible au taekwondo pour être plus forte & savoir faire face à un potentiel danger ♚ penser à ne pas sombrer dans la spirale cap ou pas cap ♚



Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Jeu 21 Juil - 12:03
Boy, got me walking side to side #RyûHua
La colocation a beau duré depuis plusieurs, approché un an même, j’ai toujours l’impression d’éprouver cette sensation d’étrangeté et de malaise chaque fois qu’il nous arrive de mettre les pieds hors de l’appartement, chaque fois qu’il faut s’occuper d’autre chose que Roxas. Si on y réfléchit bien, si ce petit bonhomme n’avait pas été là, je ne sais même pas si on se serait reparlé un jour après cette fameuse soirée, la sage décision ayant été de mettre cette histoire derrière nous et de faire comme si rien ne s’était jamais passé, du moins de mon point de vue. Alors oui, c’est forcément gênant dans un sens d’en venir à faire des visites d’appartement pour vivre officiellement ensemble, quand bien même on mettrait cela sur le compte de ce qu’il y a de mieux à faire pour le bébé et pour l’équilibre émotionnel de ce dernier. Ce n’est pas anodin, je ne peux pas ouvertement dire à l’homme envoyé par l’agence que nous avons dérapé un soir, que cela a donné naissance à un enfant et que maintenant il nous faut un logement commun pour prendre soin de celui-ci. Sans même évoquer la différence d’âge et le statut problématique d’être élève et enseignant dans la même université. Il faut vraiment que j’obtienne rapidement mon diplôme pour ne plus avoir de lien direct avec la Royal, cela ne serait que positif, mais bon, j’ai encore prolongé mon calvaire d’un an alors ce n’est pas gagné. Pour l’heure, ce n’est pas le moment de me tracasser avec des angoisses sur mon avenir, même justifiées, et même si Ryû me fait part de la présence non négligeable d’un GPS dans la voiture – eh oui c’est beau la technologie, je n’ai pas l’habitude – je préfère jouer les copilotes professionnels. L’habitude sans doute, ma mère n’ayant pas de faible pour ces appareils pourtant bien pratiques.

Il est temps pour nous d’entrer dans le premier logement à visiter afin d’étudier le fait d’y vivre éventuellement. Pour l’instant, le quartier a l’air sympathique, surtout que ce n’est pas très loin de l’ancien, et l’immeuble est assez récent à première vue. Ça me paraît bien pour l’instant, mais un rapide coup d’œil me permet de déduire que le brun n’a pas l’air aussi convaincu. En même temps, je le vois mal sauter de joie à la perspective de quitter son chez-soi, bien que je me dise qu’un peu de bonne volonté ne serait pas de trop. Evidemment, l’endroit est spacieux, si bien que j’ouvre la bouche sous le coup de l’admiration, fais le tour des lieux avec les yeux qui pétillent à l’idée de pouvoir disposer d’un peu plus d’espace pour circuler. Et surtout, d’avoir ma propre chambre, que Roxas ait la sienne également. Il a beau commencer à faire ses nuits correctement, ce n’est pas encore ça et si je peux éviter d’être aux aguets parce qu’il est dans la même pièce au moment de dormir, c’est aussi bien. Sans compter que ni son père ni moi n’aurions à souffrir de courbatures le matin à cause du canapé. Yeah. Alors que j’admire la vue extérieure – qui donne sur un petit parc en plus, que demande le peuple ? – j’entends le commentaire sceptique de Ryû. Je fais aussitôt volte-face et arque un sourcil, pour le moins surprise par cette critique.

« Tu trouves ?, j’interroge, mes yeux parcourant la pièce, qui n’est pas vraiment sombre à mon goût pour le coup, on est en pleine lumière pourtant et le balcon est top. On a presque pas de vis-à-vis, c’est super. Et on pourra faire prendre l’air à Roxas sans avoir nécessairement besoin de le promener si jamais il fait trop chaud. »

Et voilà, j’ai manqué une occasion de me taire. Ravi d’entendre qu’il est question d’un bébé dans l’affaire, l’agent nous félicite pour l’heureux évènement et commence à m’énumérer les différents points bénéfiques du lieu pour accueillir un enfant en bas âge, à commencer par la baignoire de la salle de bains, la place disponible dans la chambre pour mettre un berceau et plus tard un lit d’enfant, sans problème. A l’entendre, on dirait qu’on va signer dans l’heure sans se poser davantage de question. Un peu prise de court, je fais comprendre à l’interlocuteur qu’on va discuter avant de prendre la moindre décision, quand bien même il me répète que c’est très prisé, très demandé et qu’il a d’autres visites en vue. Sans rire.

« Qu’est-ce que tu en penses ? Il y a pas mal d’avantages, tout ce qui est électroménager est déjà là. C’est plutôt sympa, mais est-ce que ça te plaît ? »

C’est l’essentiel tout de même, de mon point de vue, tout logement offrant plus de possibilités que ma chambre d’internat conviendrait, mais lui c’est autre chose, s’il ne se sent pas à l’aise avec l’endroit, ça ne va pas le faire. Et je ne veux pas qu’il me fasse de reproches dans les mois à venir parce qu’il aurait accepté à contrecœur, on n’en est plus là.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 19:23
 

let's work side to side | ryû

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» hello from the other side. athéna
» ✻ maybe i am just as scared as you but it's alright, stay by my side (jay)
» Vos citations préférées...
» Changer ou amender la Constitution de 1987 ?
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-