AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Can you help me doctor?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 18 Juil - 18:52




Je crois que j'ai faits une bêtise, pourquoi j'ai mon téléphone à la main ? J'ai du m'endormir. Peu importe, je sens ma tête tournée sur mon lit. Je sais que je dois me lever, mais  j'ai vraiment du mal, je dois voir qui j'ai appelé avant. Je souris quand je vois que c'était à Bo, cela ne m'étonne pas vraiment. Je ne sais pas pourquoi, mais cet homme m'attire assez, sans doute à cause de son côté médecin enfin je ne sais pas. Je ne pense pas néanmoins être bi, c'est vrai, après tout je n'ai rien fait avec le sexe masculin. Je décide à me lever et me dirige dans la cuisine, encore une fois je prends un verre d'alcool alors que je n'ai pas vraiment dé-saoulé, je sais que je ne devrais sûrement pas, mais je m'en fiche en fait. Pourquoi d'ailleurs j'ai bu aujourd'hui ? Je ne sais même pas, à vrai dire je ne me souviens de rien et ça c'est rare. Je ressens une vive douleur dans le bras, je le regarde et je constate que je saigne. Mais qu'est-ce que j'ai faits ici ? Mes yeux regardent un peu autour de moi et je constate des bouts de verre sur le sol. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais ce n'est pas normal. Pour oublier la douleur je reprends un verre, un autre et un autre... Je m'étais promis de ne plus boire, mais il faut croire que je ne suis pas aussi fort que cela. Je titube un peu pour aller dans la salle de bien, je me déshabille quand on sonne à la porte. Un peu surpris, je mets vite fait une serviette autour de la taille et pars ouvrir la porte.

- Euh salut des... désolé d'avoir appelé.

Je le laisse entrer avec un peu de gêne, je n'aimais pas qu'on me voie dans cet état. J'essayais de faire en sorte qu'il ne devine pas que j'étais un peu bourré, mais bon, il a du déjà sentir l'alcool. N'étant même pas gêné plus que ça d'être peu habillé, je m'assois sur le canapé et mets un mouchoir à là ou je saigne. Qu'est-ce que je devais faire ? Je ne savais pas quoi lui dire, j'étais un peu stressé je pense. Mais au moins, il s'est déplacé pour moi et c'est déjà beaucoup. J'espère qu'un jour il me regardera autre que comme un patient... Je lui adresse un petit sourire en le regardant, j'étais tout de même  heureux qu'il soit ici.

-Tu veux euh... Un truc à manger ou à boire?

Okey niveau social ce n'est pas encore ça. Mais bon, tant qu'il  ne voit pas mon bras et me passe pas un savon ça va !

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 19 Juil - 0:53


 
CAN YOU HELP ME DOCTOR
ft winsley


Bo, les mains dans le sang, sent son portable vibrer sur son oreille. Une infirmière lui attrape et il demande à décrocher, inquiet, alors qu'il finit les points d'une plaie sur un vieux qui est chiant au possible. Au bout du fil? Un certain Winsley Lee, un patient qu'il a vu à plusieurs reprises et qui a le don pour perdre des bouts de son corps un peu partout dans Tokyo, et venir à l'hopital pour se faire rescotcher. Il y a des inconscients comme ça, ou juste des mecs qui affrontent une vie qui ne leur fait pas de cadeau, il en voit tous les jours. Alors pour qu'il l'appelle, c'est que ça doit être important, sinon... quoi il oserait l'appeler pour une connerie? Il ne sait pas, il ne sait plus trop en fait. Il l'a déjà vu soul, et il l'a vu blessé... ou ... hein??? Il entend du charabia au téléphone... c'est pas vrai , il a fait quoi encore. Il faut qu'il lui colle une puce gps au cul à ce mec. Il baisse le téléphone de son gant le plus propre. "Trouvez moi le dossier de Winsley Lee, s'il vous plait". L'infirmière s'exécute et va chercher dans les archives du mois dans la réserve du secrétariat, et sort les codes pour le fichier informatique. Bo finit son travail, jette ses gants et s'approche: "Vous avez l'adresse?" Elle lui donne sur un post it, qu'il fout dans sa poche, le téléphone toujours sur l'oreille, il se fait d'ailleurs raccrocher au nez... chez lui il a dit ... ça va être beau. Il regarde le monde présent et s'éloigne pour aller parler à son chef de service qui au vu des heures sup qu'il fait souvent , le laisse finir son quart en avance. Il vire sa blouse, et ses fringues de médecin, enfile ses vêtements civils et sort avec le sac sur le dos, comme un étudiant. Lui et sa gueule d'ange de vingt ans, difficile de percuter qu'il approche la trentaine, c'est d'ailleurs son problème avec ses élèves. Sans compter que son gabarit ne joue pas en sa faveur.

Il sort de l'hosto, prend sa bagnole, qui a déjà deux trois impacts, mais il en taira les raisons, non il n'écrase pas les gens, quoi que c'est pas l'envie qui lui manque des fois. Il a juste un sérieux problèmes avec les créneaux. On juge pas ok! Y'en a qui ont des problèmes avec les clefs, les chats ou les strings, bah lui c'est les créneaux. Enfin, c'est ce qu'il dit. Hum. Il se sort une clope, nerveux et ne conduit pas doucement. Pourquoi ce con n'a pas appelé les pompiers? Pourquoi lui? Il ne sortira pas tous les quatre matins du service plus tôt. Et puis ils se connaissent à peine, mais il lui a quand même filer son numéro par précaution... Il s'arrête prés de sa rue. En plus bravo, il habite dans le même quartier. Il trouvait ça étrange de l'avoir croiser aussi. Il avait stupidement pensé qu'il avait fait le déplacement exprès, bonjour la parano, mais en fait il habite ici... Bo , t'es un idiot. Le petit brun sort de la caisse, monte jusqu'à la porte en question, et manifeste sa présence. Il a juste envie de dormir et de manger. Enfin dans l'autre sens c'est mieux.  

Il attend et quand la porte s'ouvre, son regard se fixe. Oh putain. Ok , euh, il tombe au mauvais moment en plus.... Il hausse un sourcil sur les plaquettes qu'il se tape sur le ventre... c'est bon, il est définitivement pas musclé à coté de ça. MAIS POURQUOI IL LUI OUVRE EN SERVIETTE PUTAIN! Tu connais pas les vêtements ?? On ouvre pas comme ça au docteur! Bo relève un oeil sur son visage, surpris et entend ses excuses, son ton, et voit surtout la gueule qu'il se paie. Il passe direct en mode médecin et entre, le regardant faire. L'alcool lui a piqué le nez.. et il a vu sa blessure. Son regard identifie les différentes portes et pose le sac qu'il a pris avec lui contre le pan du canapé, sans un mot, avant de disparaitre vers un endroit qui semble être la cuisine, pour chopper un torchon proche, et ... ouais un saladier, voilà , tant pis, il le lavera après. Il trempe le torchon dans la flotte froide, et revient avec le saladier d'eau propre. "Non merci ça va..." un léger sourire de politesse et il reprend " J'crois que t'as assez bu tu sais... Qu'est-ce que t'as encore foutu..." qu'il soupire sans méchanceté... Concentré et sérieux, il lui pose la serviette froide sur le front. "Mets la tête en arrière et ferme les yeux, j'vais m'occuper de ta plaie..." Bo pose une serviette sur le canapé, le saladier dessus et lui prend l'avant bras dans les mains pour le poser au dessus et le rincer lentement à l'eau froide, penché un peu sur le coté, pour voir l'état de la plaie... c'est coupé net... il s'est battu avec un mec qui avait un couteau? Non il aurait des bleus aussi... "Tu bois souvent?" qu'il demande calmement, en retirant le saladier. Bien sûr qu'il a noté les verres et l'alcool dans la cuisine... Il pose la serviette plié en deux sur sa cuisse, après s'être rapproché, puis le bras dessus et ouvre son sac, pour sortir un kit de suture et une seringue qu'il se colle dans les dents, le temps de cherche le matos et de le préparer...


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 19 Juil - 18:55

Je ne sais pas si je dois être gêné ou pas, la situation ainsi que l'ambiance est plutôt étrange même s'il se montre plutôt gentil avec moi, mais je pense qu'il fait cela par politesse, qu'il se force. Le docteur me pose une serviette sur le front et je ne dis rien, plutôt honteux par mon comportement, je n'ose pas dire grand chose ni même agir par mon propre chef. Je bascule ma tête en arrière et le laisse faire, je me demande pourquoi c'est lui que j'ai appelé, et même pourquoi il est venu... Mais bon, je ne dois pas me faire des idées. Je le laisse faire et je soupire à sa question. Pourquoi veut-il savoir ? Je ne suis qu'un patient parmi tant d'autres, et là, j'avoue ne pas savoir quoi lui répondre. Si je dis oui il va me faire la moral, me dire que c'est mal ? Je sais tout cela, mais les blessures du passé me rattrapent sans cesse.

-Moins maintenant.

Cela était vrai même si je bois encore beaucoup. Un jour, je vais finir par me tuer, déjà que là, je ne sais pas comment je me suis blessé, alors j'imagine qu'un jour ça sera pire... Je soupire avant de fermer les yeux, ce n'est pas du tout la vie que j'avais espérée en venant ici, mais cela est de ma faute, n'est-ce pas ? Personne ne me force à me détruire, alors pourquoi ? Je suis plutôt un jeune homme assez mignon, qui pourrait plaire et avoir une vie plutôt saine si je le voulais, mais non. Il faut que j'agisse de façon stupide à chaque fois, que je me fasse du mal pour après réaliser que c'est mal! Enfin il  faut que je pense à autre chose, la personne qui me plait est chez moi, je devrais en profiter pour apprendre à le connaitre et qui sait... Non non non, il ne se passera rien du tout! Bon ok, je suis à moitié à poil, et même si certain m'aurait déjà sauté dessus, je ne pense pas que c'est le genre de monsieur. Et puis mince, pourquoi je m'imagine en train de l'embrasser? C'est n'importe quoi!

-Vous semblez si jeune pour être médecin.

Mais je suppose qu'il doit faire plus jeune que son âge, que je ne dois pas être le seul à poser mes yeux sur lui. Bo est un homme séduisant, qui garde son calme malgré les patients chiant qu'il peut avoir. Je suppose que ça aide aussi d'être docteur, les filles en général aiment plutôt ça. Et si c'était ma chance à moi aujourd'hui de me rapprocher de lui ? Je m'en fiche pas mal au final qu'il soigne ma blessure ou non, il est venu malgré que l'on se connaît à peine et ça me touche. Je relève la tête et m'assois bien, je pose mes yeux dans les siens et mon regard se fait séduisant. Ce n'est pas mon genre de draguer, mais je suppose que l'alcool m'aide, du moins je veux m'en convaincre, parce que je ne suis pas sûr d'assumer tout ce qu'il risque (ou non) de se passer par la suite. Je rapproche mon visage du sien en laissant tout de même une certaine distance, je ne veux pas lui faire peur non plus.

-Pourquoi êtes-vous venu docteur ?

Dis-je d'une voix basse pour installer une petite intimité dans la pièce. J'avoue ne pas trop comprendre ce que je ressens à cet instant. Je pense que c'est la première fois que je ressens ça pour quelqu'un, c'est fou parce que c'est un inconnu et surtout un homme ! Il est vrai qu'il est très beau, et qu'à cet instant son visage si doux me trouble. Mais je ne vais pas l'embrasser ni même lui dire des mots doux, parce que la seule chose dont là, j'ai peur, c'est qu'il parte et que je ne le revois qu'à l'hôpital. Est-ce qu'il sera celui qui me sauvera?

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 19 Juil - 22:51


 
CAN YOU HELP ME DOCTOR
ft winsley


Moins maintenant? Bo lui jette un regard en coin et baisse les yeux sur la plaie, ayant sorti désinfectant et kit de suture, sur un coin du canapé. Ses doigts sont habiles et calmes, il n'est pas stressé, il est juste venu aidé quelqu'un qui a besoin de lui , rien de plus, dans sa tête c'est ainsi mais il semblerait que ce ne soit pas le cas pour le grand brun en face, et dans sa naive complaisance, Bo ne percute même pas qu'il a pu déclencher chez un autre une attirance qui dépasse peut etre un peu la logique habituelle. C'est vrai , qui s'attacherait à son docteur d'urgences, sauf en étant désespéré, ou bien parce qu'il n'a rien d'autres à se foutre sous la dent? Beurré comme il est , il ne ferait pas des émules auprès des demoiselles qui courent la croupe à l'air dehors. Bo est dur avec lui-même, autant qu'avec les autres peut être, mais avec les autres, il a au moins l'avantage de leur pardonner leurs erreurs, chose qu'il ne s'accorde pas à lui-même, et c'est ce qui le rend si distant ou si idiot sur le constat des choses. Sa propre mère défunte lui aurait foutu les faits devant les yeux , et ça lui aurait probablement fait peur, mais lui ne voit rien. Il ne voit qu'un mec bourré avec des muscles et une plaie qu'il doit refermer pour ne pas risquer l'infection. Oui, voilà , ça c'est bien. On soigne et on se rend compte après. On a pas dit que c'était pas bizarre, Bo l'est de toute façon, mais... au point de pas voir ça! "ça t'réussit pas, tu devrais essayer d'arrêter, même si je conçois que c'est dur..."

Ce n'est pas un gosse, il ne lui tirera pas les oreilles, surtout que vu son état, il risquerait d'aimer ça. Bo passe le désinfectant sur la plaie, essayant de faire doucement, après avoir déchiré une grosse compresse et la pose dessus pour préparer le reste, souriant un peu à la remarque. "Je sais. L'habit fait pas le moine, j'ai fini mon doctorat l'année dernière... j'ai 28 ans."

Il arrache un autre compresse, et sort l'iode qui donne la couleur dégueulasse jaunie à une plaie qu'on va recoudre. Et cette odeur aussi , mais il ne s'attendait pas du tout à la suite. Sa main doucement posée sur la plaie , cherchant quelque chose en particulier dans une petite boite qu'il a sorti peu avant, et le laissant s'asseoir correctement, pensant juste qu'il est mal mis et qu'il veut s'éviter un mal de dos, Bo voit leur proximité se réduire sans comprendre. Euh... oula. Il fait quoi là? Et cette odeur frelatée... Il a relevé les yeux sur lui pour voir ce qui se passe, mais il n'aurait pas du? Par instinct il lâche ce qu'il cherchait et pose sa main sur le haut de son torse à la base de la gorge de Win, doigts écartés. Ok , on se calme. Tu es soul, je le sais , mais.... tu vas pas me sauter dessus quand même hein, t'es un mec civilisé...

Bo fronce les sourcils, surpris et cligne des yeux quand il pose la question avec cette voix bien spécifique... Il est bien soul, y'a aucun doute. Si si. Il le drague là? Bah merde, il est bi ce mec? Comment il fait pour que les nana ne trainent pas derrière son cul ? A moins qu'il soit gay et qu'il n'en veuille pas des nana? Et puis c'est quoi ce soudain ton de séducteur foireux? Ah mec si tu savais.  C'est pas ça qu'aime Bo , bien tenté mais.... le médecin hausse un sourcil avec un léger sourire en coin, amusé de cette manœuvre bien maladroite... Sa voix se fait tout aussi basse, sans bouger... "Je suis venu pour..." Un instant de silence, proche de l'autre visage à laisser planer le doute, mais son autre main monte d'un coup sur le visage de Winsley , pour lui coller la serviette froide tombée de son front précédemment et lui plaquer lentement sur la figure sans violence, pour le repousser en arrière, amusé. " ... te soigner idiot. Tu vas te blesser par dessus sinon..." Il secoue la tête, un sourire en coin, pas vexé ou offensé pour deux sous, il lui en faut plus. Après tout dans sa tête, Winsley est juste soul et ne sait pas ce qu'il fait.

"J'allais pas te laisser comme ça... surtout que je comprenais rien à c'que tu disais quand tu m'as appelé, j'ai cru que c'était plus grave, j'ai même quitté le taf en avance."
Il sort une aiguille de suture et le fil adéquate, et reprend la seringue tombé sur sa cuisse peu avant, pour en virer le capuchon. "ça va piquer un peu, bouge pas." Sa voix calme allait de part avec ses gestes avisés. La pointe de métal s'enfonça sous la peau pas loin de la plaie et il anesthésia doucement une zone réduite, pour envisager de recoudre. Est-ce qu'il a le droit de faire ça? Techniquement non, mais les services d'urgences sont souvent gorgés de monde, alors s'il peut alléger un peu ses collègues et éviter à un homme de se tuer juste en traversant la rue justement pour aller à l’hôpital, autant le faire, même en étant hors la loi. "Ne dis à personne que je te suture ok. je n'ai pas le droit de faire ça normalement... je devrais t'envoyer à l’hôpital... " Il attend que l'anesthésie agisse tranquillement, et relève les yeux sur lui... "ça va aller? T'es pas obligé de regarder ok..... " Est-ce qu'il est inquiet? C'est un peu une deuxième nature chez lui, mais le comportement de Winsley est étrange et ça lui fait se poser des questions... Il va faire la conversation, il ne sait pas comment mais il va la faire. "Tu vis seul?" qu'il demande en reposant les yeux sur la plaie.

   

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 20 Juil - 17:56

Je n'arrivais pas à croire que j'étais chez moi à me faire soigner par un jeune médecin. Alors c'est vrai, il est juste venu pour me soigner, c'est uniquement ça ? Est-ce qu'il se déplacerait tous les patients qu'ils l'appellent, et puis, combien de patients ont le numéro du jeune homme ? Ça fait un peu de mal de se dire que, finalement, on n'est pas un privilégié. Je pensais que... Enfin, je me disais qu'il devait au moins m'apprécier un minimum pour me l'avoir donné, mais faut croire que non. Mais ce n'est pas grave, j'ai l'habitude maintenant. La seringue s'introduit dans ma peau et je reste silencieux, je devrais surement dire quelque chose, mais rien ne sort, comme si j'étais blasé ou triste. Il me demande de le dire à personne et je hoche seulement la tête, à qui je pourrais le dire de toute façon ? La douleur se calme un peu alors qu'il me demande si je vis seul. Je rêve où il essaie de faire me faire la conversation ? Je n'ai pas envie qu'il fasse semblant de s'intéresser à moi, cela ne m'intéresse pas. Le problème quand j'ai bu ce n'est pas que je drague, c'est que je peux très vite manquer de tact, être trop franc.

-Pas la peine de faire semblant de vous intéresser à moi, je peux très bien supporter la douleur.

Je le lui dis calmement et non méchamment, car j'ai horreur de cela. Je sens que je vais en dire plus et je n'aime pas cela, je n'aime pas être comme ça à dire ce que je pense trop directement. Je sais que je vais surement le regretter, mais peut importe, après tout il s'en fiche pas mal de moi, non ? Enfin, j'en sais rien, mais tout ceci m'agace un peu en fait. Je le regarde en étant désolé de la situation, je ne voulais pas le mettre mal à l'aise ou quoi que se soit, mais je savais que ce n'était pas une situation plaisante pour lui. C'est vrai, qui aimerait soigner un mec qui boit souvent ? De toute façon, je ne compte pas le rappeler de sitôt, à quoi bon finalement ? Je sais que je ne devrais pas m'avouer vaincu de suite, et ce n'est pas ce que je fais, mais je vais un peu prendre mes distances, je pense.

-Est-ce que vous vous déplacez pour tous vos patients ? Et puis vous donnez votre numéro comme ça à tout le monde ? Parce que c'est quand même étrange de m'avoir donné votre numéro personnel alors que je ne suis qu'un simple patient, même si je me blesse souvent ce n'est pas une raison, vous ne trouvez pas ? Et je ne dis pas ça parce que j'ai bu.

N'ai-je pas raison sur ce point là? Et encore, heureusement que je suis à peine saoul, parce que là, j'arrive encore à me contrôler, imaginez quand ce n'est pas le cas. D'ailleurs, c'est étrange, mais là, j'arrive plutôt bien à parler le japonais... Enfin au moins maintenant, je ne fais même plus attention à la douleur. Je le regarde dans l'œil avec un visage impassible. Je ne sais pas où tout cela va nous mener, mais je voulais le marquer, qu'il se pose des questions. Ne suis-je réellement qu'un patient pour lui ?

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 20 Juil - 19:34


 
CAN YOU HELP ME DOCTOR
ft winsley


Calmement, après cet épisode à la fois étonnant et étrange, Bo enfonce l'anguille avec le fil à suture dans le peau, compresse en bordure pour ne rien tacher autour à la plaie qui suinte, en habiles manoeuvres délicates, des doigts agiles resserrent lentement les bords, point par point. Il est concentré mais des paroles calmes aux senteurs de déception lui arrive aux oreilles. Il n'a pas besoin d'un traducteur cette fois-ci, il s'arrête doucement quelques secondes, sans le regarder, et reprend avec la même douceur. "T'es con quand t'es soul... et pourquoi tu me vouvoies d'un coup... " Sa voix aussi à lui est tout aussi posée et détendue. Il sent une certaine amertume dans le ton du grand brun, mais il peut le comprendre, enfin... peut être que l'alcool joue, mais pourquoi l'a-t-il appelé lui? Il aurait pu venir comme les autres fois aux urgences? Il n'est pas que médecin , il est aussi enseignant... et dans son enseignement, une part traite du subconscient d'un patient et des limites que la déontologie médicale fixe entre un médecin et son patient, qui n'est en soi qu'une limite fictive et conseiller mais aucunement obligatoire.  

Winsley aurait pu se plaindre, la plupart des soulards font chier leur monde comme pas permis et la moindre piqure est intolérable, et pourtant il ne dit rien. Certes le contour de son bras et assez endormi, il a fait doucement pour la dose sous cutanée, pour ne pas qu'il y ait d'effets secondaires, mais.... possible qu'il sente un peu ce qui lui arrive en recousant et pourtant il ne dit rien.... Bo en est étonné et  très respectueux intérieurement. Ce gars à du mérite sans le savoir, il se fait constamment mal et il semble mal en point pour être alcoolique et pourtant il ne se plaint pas... sa curiosité devient réelle à cet instant précis... il a toujours été intéressé par les gens solides qui trainent un bagage mais qui n'en font pas cas... se pense-t-il si insignifiant? Tout en le faisant le dernier point de la plaie, du moins la zone à recoudre. Le reste guérira comme une plaie basique. Il tamponne doucement en écoutant ses paroles, qui sonnent comme des reproches indirects, ou des craintes profondes. Pourquoi il se torture à ce point... Est-ce qu'il.. est vraiment intéressé, ou est-ce qu'il est juste soul... malheureusement Bo n'en sait rien et Winsley ne peut pas lui prouver tant qu'il n'aura pas dessoulé...

"J'sors jamais d'mon taf comme ça si tu veux savoir. Et j'donne pas mon numéro non plus à tout l'monde... J't'ai pas reproché de m'avoir appelé, pourquoi tu culpabilises? Si j'avais pas voulu me faire chier, j't'aurais simplement envoyé une ambulance tu sais, mais j'ai estimé que si tu m'as appelé c'est que t'avais pas forcément envie d'être vu en piteux état et je respecte... pourquoi tu t'fais du mal comme ça... Et j't'ai peut être pas filé mon numéro uniquement parce que t'es un boulet..."


Sa voix calme se finit par un silence tout simple, alors qu'il pose une compresse jaunie sur la plaie et se lève pour aller jeter tout ce qui doit l'être mais reprenant la seringue pour éviter les accidents. Tout un code de conduite d'être médecin urgentiste. Il vide le récipient, nettoie un peu la cuisine et approche un verre de son nez, pour constater l'alcool encore frais. Il a bu entre temps... Bo inspire et pose ses deux mains sur le bord de l'évier. S'il se barre maintenant , Win va reboire. Il se passe une main sur la joue, pensif et revient vers lui, inquiet. Il se pose en rangeant le matos dans son sac, et sort une manchette de tule blanche et du sparadrap. Il étale une longue compresse blanche, la fixe et enfile le filet blanc à son avant bras avec douceur.

"Pourquoi tu m'as appelé Winsley... j'veux savoir..."
Il se pince les lèvres et ferme pour de bon le sac et le regarde en coin en appui sur les coudes. Il cherche ses clopes, s'en sort une et se la colle dans les lèvres, pour l'allumer un peu nerveux, et perplexe.

"C'est quoi ... un crush parce que je suis médecin...? Tu fais une connerie si c'est ça... y'a bien mieux à te coltiner que ma pauvre gueule crois-moi, m'idéalise pas... les gens qui me fréquentent dans le privé finissent tous par avoir des ennuis... sans compter que... je... j'ai l'art et la manière de repousser tout le monde pour les protéger, donc... redis moi tout ça quand t'auras dessoulé, et... puis merde, pourquoi tu bois autant.... "
Il soupire... il n'est pas agacé et sa voix n'a jamais haussé une seconde ou l'autre, il est juste direct comme il l'est dans le naturel... "J'vois bien assez d'gens qui se détruisent pour des conneries... t'as l'air d'un mec bien... j'ai juste pas envie de ça... et arrête de me sortir ton baratin , de "tu m'aimes pas, dégage", je te laisserai pas ici toute la nuit avec je sais pas combien de litres d'alcool sous ton évier ou j'sais pas où..."Un simple constat et un regard en coin qui se veut gentil et sérieux. Il porte le briquet à la cigarette et le craque pour inspirer profondément.... et recracher lentement par le nez, fixant sur le sol, ses doigts se grattant le revers de la paume qui a subi une brulure récemment. "J'ai soif.... finalement.. et trop chaud... " Il est crevé aussi mais ça il le dira pas.



 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 20 Juil - 21:03

C'est vrai ça, pourquoi je me fais du mal ainsi ? Je ne pensais pas être marqué à ce point, être si mal. Il faut absolument que je change, que je me retrouve et que j'agisse.

"Et j't'ai peut être pas filé mon numéro uniquement parce que t'es un boulet..."

Alors pourquoi il me l'a refilé, veut t'il me sauver de ma détresse? Je ne sais plus vraiment quoi penser maintenant. Mais bon, je ne vais pas me plaindre, c'est très bien de l'avoir, surtout si, comme il le dit il le donne à peu de personnes. Cependant, je le laisse parler et faire ce qu'il a à faire, ça fait tellement mal en fait, mais tout ce que je fais et de serrer le poing. Je me demande si on aurait pas mis une drogue dans mon verre quand j'étais en boite... Je me souviens d'avoir discuté avec une personne et plus rien, je me réveille sur mon lit avec mon téléphone à la main. Je sais, c'est stupide comme comportement, boire avec des inconnus sans faire attention, forcément ça fini mal au bout d'un moment... Je soupire en pensant à ma stupidité, j'en ai vraiment marre de moi des fois. Je lève ma tête quand je le vois une cigarette à la bouche, il me demande pourquoi je l'ai appelé, que je fais surement une connerie, qu'il repousse les gens... Bref, en fait, il ne me croit pas et essaie de m'éloigner. Mais pourquoi ? Je sens bien qu'il y a autre chose que le fait qu'il n'est surement pas attiré par moi, mais quoi ? Il est vraiment mystérieux comme personne, et ça fait aussi son charme,. J'aime, oui, j'aime encore plus ce qu'il dégage maintenant, il m'attire encore plus je crois.

-Au lieu de me demander pourquoi je t'ai appelé, tu devrais te demander pourquoi tu m'as refilé ton numéro, non ? Et merci pour le bras.

Je me lève et lui sers un verre de jus, bah non, je ne vais pas lui donner de l'alcool tout de même ! Je lui tend le verre et le lui donne avant de m'appuyer sur le comptoir et de le regarder. Qu'est-ce que je le trouvais beau ce médecin, il avait vraiment quelque chose qui le différenciait des autres pour moi. Peut-être que finalement, c'est lui qui va me faire aimer les hommes...


-Bon alors déjà, tout ce que je te dis, je le pense, je ne dis pas ça parce que je suis saoul, mais avoir bu aide à tout dire sans avoir honte, bref, je suis attiré par toi et j'y peux rien, j'en ai rien à faire si cela m'attire des ennuis ! Et non ce n'est pas parce que t'es médecin, parce que les mecs d'habitude ne m'attire pas !

Je soupire, mon bras me faisait bien mal mais je ne voulais pas le lui dire, il devait déjà avoir d'autre souci que cela en tête. Est-ce qu'il a remarqué au moins que j'étais juste en serviette ? Je baisse la tête pour me regarder, malgré mes abdos je devrais encore plus faire du sport, cela me calme.


-Si tu veux vraiment rester fais comme chez-toi, ce n'est pas un palace, mais y'a tout et je te dois bien ça. Mais pour te répondre, je ne me souviens de rien, juste d'avoir pris un verre en boite et mettre retrouvé ici.

Je me sens un peu gêné d'un coup, est-ce qu'il va vraiment dormir ici ? Je me sens frissonner, le savoir si proche de moi, en face de ma personne, mon regard dans le sien... Qu'est-ce que j'ai envie de l'embrasser d'un coup... Mais je ne ferais rien. Je lui lance un petit sourire en coin, il est sexy en fait quand il fume. Est-ce que je pense cela parce que j'ai bu ? Je ne pense pas ! J'ai tellement envie qu'il me regarde avec désir et amour... C'est fou l'effet qu'il me fait, lui, un homme qui aurait du juste rester un inconnu.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 20 Juil - 23:11


 
CAN YOU HELP ME DOCTOR
ft winsley


Pourquoi il lui a refilé son numéro? Mais il vient de lui dire non? Enfin en partie. Il le regarde un peu et finit par détourner les yeux. Qu'est-ce qu'il en sait lui. Il fait souvent des trucs débiles comme ça, qu'on appelle intuition... Plein de personnes ne font rien et regrettent toute leur vie de ne pas l'avoir fait après. S'il n'avait pas approcher davantage Berry, il n'aurait même pas ce lien avec lui aujourd'hui, ou encore deux trois autres élèves qu'il affectionne. Bon moins que Berry mais ce petit con est comme un petit frêre, donc c'est différent, mais... ça a commencé comme ça aussi. Un coup de culot et le reste a suivi. Si y'a une seule chose que son père lui a appris et en bien, c'est qu'avoir peur de tout ne sert à rien, mais ça ne sert à rien non plus de mettre en danger inutilement les siens ou ceux qui l'entourent aussi... ça c'est le contraire de ce que lui a appris son père, mais bien que le vieux ne le sache pas, ça fait longtemps que son fils l'a dépassé par bien des égards. Bo souffle la toxine lentement encore une fois et se passe un doigt sur le nez, pensif.

"T'as jamais fait un truc qui n'a qu'une moitié d'explication ou pas du tout toi? Juste parce que tu suis ton instinct?"

Quoi c'est vrai! Tout le monde le fait tout ou tard... On ne peut pas être rationnel sur tout, même les plus grands scientifiques ont des sentiments ou des doutes et tout ça tient de l'irrationnel, comme l'instinct alors fuck off, il lui a donné son numéro , il sait plus pourquoi mais la raison première c'était vraiment que c'était un boulet et que Bo est un inconditionnel humaniste... un peu trop même. Enfin sauf quand ça le gonfle, là il devient violent.

Bo accepte le verre de jus frais avec politesse et cherche où taper sa clope, merde... euh... bon bah va sur le reste de compresse qui reste. Il jette un oeil en coin et repère une fenêtre... mais ne bouge pas pour le moment.

"J'aime pas l'idée que l'alcool te donne des couilles. En avoir sans boire c'est bien aussi. Et j'ai jamais décapité personne pour m'avoir dit la vérité... enfin j'aurais bien aimé pour certains, mais... faut croire que j'leur ai trouvé une certaine utilité débile à leur rôle dans l'humanité après coup... " Il a bien sur entendu qu'il lui a fait un aveu de taille, mais il est un peu gêné par cette phrase. "Sil te plait... redis moi tout ça quand t'auras pas bu ok..."

Il se lève en grimaçant, passant sa main sur la poignée de la fenêtre pas loin et l'ouvre en grand, ce qui ne fait pas de mal , vu la chaleur de la journée passée. L'air frais de la nuit lui embaume le visage et un léger sourire se dessine alors qu'il s'accoude à la fenêtre pour observer le quartier autour un peu en contrebas..tapant cette fois-ci sa clope dans le vide. La vieille d'en dessous va grogner de voir des cendres dans son géranium mais tant pis... c'est pas lui il était au cinéma.

"Pourquoi tu m'as regardé différemment alors..." Sa seule réponse à l'aveu de Win est une question peut être sans importance, mais qui en a pour lui. Il veut voir ses arguments, voir pourquoi il semble tant affecté, et s'il dit la vérité, si c'est pas juste un gay qui se la joue. Oui , il est parano et méfiant , mais il n'a pas la carrure d'un mec qui est paré à n'importe quelle couillonnerie et y'en a un paquet de taré dans le monde. Il ne sait même pas comment il s'est fait ça. Il allait lui dire qu'il va lui faire une ordonnance et la faire passer sur son dossier, mais ... ses phrases viennent à couper sa pensée et il se redresse, se rapproche de lui, soudainement sérieux et se dit qu'il n'a meme pas fait de constat des constantes en arrivant, perturbé ou je ne sais quoi ... quelle erreur...

Il contourne le comptoir et lui fait de tourner vers lui, silencieux, d'une main sur son bras non blessé pour lever les eux sur lui. Il a l'habitude d'être toujours le plus petit , c'est pas une première. Le problème avec les asiatiques contrairement aux occidentaux qui ont souvent les yeux assez clairs, c'est que leurs iris se confondent souvent avec leurs pupilles... Sa main touche son menton et lui fait lever la tête vers les lumières. "Garde les yeux ouverts, j'veux vérifier un truc...." Bingo... pupilles dilatées... il est loin de l'extase du début mais elles le sont encore... et en plus il boit après ça...?? "tu vas prendre une tarte j'te le dis moi... Tes pupilles sont dilatées et tu bois après ça... tu veux faire un coma?" Il fait claquer sa langue comme signe de mécontentement et vérifie l'intérieur de ses coudes, en douceur, l'avant bras sain, les poignets, entre les doigts aussi. "Est-ce que t'as remarqué un bleu quelconque quelque part, genre une de tes cuisses ou ... " il le contourne. Rien dans le dos. Drogue douce donc...? Ou exta dans le verre. Son cerveau turbine à fond, comme la tête en médecine qu'il est. Pourquoi il s'excite comme ça, on dirait qu'il constate les dégâts d'une expérience foireuse ou qu'il essaie de trouver un truc improbable. Il revient devant lui et plisse les yeux, soufflant la nicotine par le nez... "tu fais combien de trucs débiles par semaine? Que je sache si je dois te coller une puce GPS dans le cul ou pas... C'est grave ce qui vient de t'arriver... est-ce que... tu ..." il inspire une dose et demande en secouant un peu la tête. "est-ce que tu te rappelles t'être envoyé en l'air, ou est-ce que tu t'es réveillé , enfin... tu sais... avec des preuves que..." En même temps qu'il parle il bouge sa main non occupée et la fige en l'air avant de se masser le front et de conclure: "vas faire un test MST dès demain matin." Nom de dieu ce qu'il lui fait pas dire. Jamais au grand jamais il aurait cru devoir parler de mst avec lui. ni de cul, ni d'attirance tout court et ... pourquoi on peut pas se contenter de foutre un pansement pokemon sur le genou comme les gosses?





 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 21 Juil - 20:22

Tout se mélangeait dans ma tête, j'avais du mal à me dire que c'était si grave que ça. Pourquoi est-ce qu'il semble plus inquiet que moi ? Je devrais être content, mais je n'y arrive pas, je savais que tout ceci n'était pas normal, pourtant, je reste calme, trop surement. Je me repasse tout dans la tête, la journée, la soirée, mon réveil... Mais rien, je ne me souviens que du verre et de mon réveil. Pourquoi je n'arrive pas à avoir une vie normale comme tous les autres ? Je devrais crier, m'effondrer, mais non, ce n'est pas mon genre, surtout en présence d'une personne. J'ai tellement vécu de chose atroce " grâce " à ma mère que du coup, je dois être immunisé ou un truc dans le même style. Je le regarde un peu attendris par le fait qu'il s'inquiète pour moi, il est bien le seul à s'inquiéter pour moi d'ailleurs.

-Demain je ferais un test MST, mais en attendant tu sembles fatigué,  repose toi pendant que je prend une douche.

Je lui souris un peu comme pour le rassurer alors que ça devrait être à moi d'être rassuré et je le laisse seul. Je suppose que l'eau chaude me fera du bien, alors j'enlève ma serviette et me met dans la douche, l'eau qui se déverse sur mon corps me fait du bien, pour la première fois de cette journée je me sens un peu prêt "normal". Je repense aux nombreuses paroles du jeune homme, à sa venue au fait que c'est lui que j'ai appelé. Est-ce qu'on a réellement voulu me violer ? Pourquoi lui, je le regarde différemment alors que c'est un homme ? Trop de questions dans ma tête sans que je n'arrive forcément à trouver une réponse. Qu'est-ce que je vais faire maintenant ? La situation est étrange, mon docteur va dormir chez moi, l'homme dont je suis attiré va se retrouver là ou je suis, dormir sur mon lit et moi, je ne peux rien faire, je ne peux pas le toucher ni même lui dire des mots doux. Étrange que je pense à ça après ce qui m'est arrivé, non ? Je sors et pose à nouveau une serviette autour de ma taille puis, je me regarde dans le miroir. Est-ce qu'il me trouve beau, est-ce qu'il pourrait être attiré par moi ? C'est stupide de penser à ça dans une situation pareil, mais je n'y peux absolument rien, mon cœur prend le dessus sur ma raison. Je sors de la salle d'eau tout mouillée pour aller dans le salon et des perles transparentes coulent sur ma personne. L'eau plutôt coquine passe de mes cheveux jusqu'à mon cou, elles caressent mes abdos et finissent à mes pieds. De petit pas à petit pas, je me retrouve face au docteur, mon Dieu qu'est-ce qu'il est mignon lui.

-Tu peux vérifié mais je ne pense plus être saoul, et je te le répète tout se que j'ai dis je le pensais. Pourquoi toi? Parce que tu dégage quelque chose de différend parmi tout les autres hommes.

Je lui souris en coin toujours en le regardant, un peu gêné tout de même je passe une main sur ma nuque. Jamais avant je ne lui aurais dit tout ceci, mais maintenant qu'il le sait (merci l'alcool et la drogue) tout cela était un peu plus facile. Qu'est ce qu'il peut bien penser de moi? J'espère vraiment qu'il en pense rien de mal, car au fond, je pense être une personne bien tout de même.

-Hm que veux tu faire, as tu faim?

Je le lui dis dans les yeux toujours une main posé sur ma nuque. Ce n'était pas vraiment mon style de me soucier autant de l'autre, mais avec lui, c'était différend. Je voulais prendre soin de lui comme il l'avait fait pour moi, alors oui, je sais, on se connaît à peine, mais c'est ce que mon organe vital veut et je ne fais que de lui obéir.

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 23 Juil - 0:14


 
CAN YOU HELP ME DOCTOR
ft winsley


Il est étonné de voir que Win se montre conciliant? D'ordinaire, on lui crache à la gueule un "putain c'est bon, j'ai pas le sida ou je sais pas quoi, care le toi ou j'pense ton truc". Faut se rendre à l'évidence, quand on sait pas ce qu'on a fait , autant faire en sorte d'être clean plutôt que de se pourrir l'existence à ne pas savoir... Pourquoi il s'inquiète pour lui? Mais non idiot , inquiète toi pour toi! Si ça tenait qu'à lui Bo le tirerait de force jusqu'à l'hosto pour faire un test mais pas sûr que ce soit concluant et crédible s'il a de l'alcool et de la drogue dans le sang et ce serait surtout plus long. Autant attendre demain, y'aura au moins plus l'alcool, en revanche l'alcool... est-ce qu'il doit lui dire de pas se faire chopper par les flics en bagnole pendant quinze jours au moins, vu que la drogue reste dans le sang et qu'il risque d'y laisser son permis? Ce serait un peu lourd non? Et une part de lui se dit que ça lui servirait de leçon, une autre part ne veut pas parce qu'elle s'inquiète et trouverait ça injuste. Bordel , tu parles d'un dilemne, y'a de quoi s'arracher les yeux...

Bo baisse les yeux quand il lui dit qu'il va se doucher. Il l'a dérangé alors qu'il allait se mettre les idées au clair, il tombe toujours au bon moment décidément. Il fait un signe de tête, déjà qu'il ose s'imposer chez lui, il ne va pas en plus l'empêcher de faire ce qu'il a à faire. Dieu qu'il aimerait une douche lui aussi, il a enchainé ses cours, plus une présence hosto, il est mort et se sent sale, surtout après avoir touché tout ce sang et puis il ne lui a pas dit mais il s'est coupé avec la boite de Grobide ce matin, il a une entaille dans l'intérieur de l'index et il n'a pas mis de gants pour le soigner, donc si Winsley a choppé le sida ou une connerie d'hépatite, il s'est contaminé avec. Est-ce qu'il s'en inquiète? Il ne sait pas trop , il n'a plus les idées claires, il est trop crevé, mais une part de lui non. C'est le risque quand on est doc et la mort, il l'a accepté depuis bien longtemps, surtout en finissant une fois sur deux avec le flingue sur la tempe à cause de son père ou bien sous le joug d'un taré à l'hosto , alors... la plaie est séchée mais pas sûr que ça suffise alors il se tait juste et le laisse s'éloigner en se touchant le doigt de l'autre main... la clope pendant au bec... Il réfléchit ...

Combien de personnes ont osé avouer ce genre de choses depuis son ex fiancée? Homme ou femme, personne n'ose le fréquenter trop prochement et ce type ose. Il ne le connait pas beaucoup mais rien ne semble rationnel en ce moment dans sa vie comme si les desseins se foutaient de lui. Pourquoi lui avoir mis ce mec sur sa route alors qu'il s'était juré de ne plus s'approcher de quiconque et lui il est allé chez quelqu'un pour le soigner, une personne qui semble l'apprécier. Il va faire quoi s'il lui dit non, le découper en morceaux? Même ça ça le fait pas flipper, alors pourquoi ça le stresse à ce point... Il inspire, et regarde sa clope s'effriter doucement, la tapant par la fenêtre, alors que Winsley revient en silence. Accoudé, le menton sur ses doigts repliés, sa langue passant entre ses dents, il recrache la fumée lentement quand son regard passe sur le coté et ne peut pas s'empêcher de s'attarder quelques secondes sur lui. Il note qu'il n'a pas mouillé son bras...

Il fait attention à son travail alors... Il .. Bo détourne les yeux sur le vide et finit d'expulser la fumée. Dieu... il est canon, mais tu ne dois pas penser à ça... tu dois éviter toute attirance, tu te l'ai juré, surtout avec un patient... il regarde son mégot qui tire la gueule, son index tremblant un peu de son hypoglycémie avancée. Il le tacle avant que ça ne se voit et se redresser en avalant sa salive, se retournant sur lui, sortant inconsciemment une autre clope, nerveux, sans se rendre compte, qu'il en enchaine deux... Ses yeux refusent de le regarder dans les yeux, mais ils tombent sur un ventre plutôt bien fait.... et beug totalement... même s'il reste discret. Il sort lentement un briquet et baisse la tête dessus, les gestes peu sûr... "J'ai pas mangé depuis ce matin en fait... et ... je me sens collant... j'ai quatorze heures de taf dans les pattes..." Cette odeur de gel douche masculin, une chose qui le trahira toujours, foutu odorat traitre... Un rien peut lui faire tourner la tete pour une odeur... Il est trop prêt. Il devrait reculer. Bo relève un peu les yeux, sérieux, le bout de la clope rougie, et l’ôte de ses lèvres... ses yeux se bloquent lentement sur cette main sur cette nuque, et il rebaisse les yeux. Merde, t'as pas baisé depuis quand pour être si instable. Avec un mec , jamais, mais avec une nana, putain plusieurs mois, il a plus de vie aussi faut dire.

Le petit brun avance sa main non occupée sur l'avant bras soigné et le prend doucement dans ses doigts pour caresser la zone touchée du doigt, regardant sa réaction , pour voir s'il encaisse ou pas, sans pour autant lui faire mal...


"Depuis quand t'es attiré par moi...?"
demande-t-il doucement en s'éloignant un peu. Il ressort une plaquette d'antidouleurs de son sac et revient vers lui, en craquant deux cachets, la clope de coincée dans la bouche. Il prend son verre de jus d'orange, en boit une partie, pour éviter de faire un malaise sous peu et lui tend le reste, refoutant sa clope où elle était. Il relève les yeux sur ses pupilles qui commencent à retrouver une taille normale... "Tiens prends ça...si tu sens un malaise, tu me le dis direct... j'veux pas qu'tu te fracasses la tete par terre à cause de moi... " Son ton est gentil et patient.... "Qui te dit que je suis pas hetero... " Il penche un peu la tête en tenant un peu son regard comme un petit défit stupide, et hausse un sourcil. Sa main descend vers le ventre, il baisse les yeux sur la serviette, son index choppe le bord de la serviette et en faisant demi tour, il décroche la serviette, s'éloignant avec, pour la poser sur le canapé, direction la cuisine pour aller laver le verre. "Tu devrais t'habiller avant que ce genre de choses arrive. On reçoit pas quelqu'un chez soi à poil..." toujours sur un ton amusé, pour détendre l'atmosphère. Sa coupure le pique. Il regarde sous l'eau. Merde, elle s'est rouverte.


   

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 23 Juil - 15:17

Je me demande pourquoi il se remet à sortir une cigarette, peut-être que ça le calme ?  Je sens qu'il insiste un peu son regard sur moi, est-ce je que je me fais des idées ou pas? Enfin en même temps, sans me vanter, je sais que j'ai plutôt un beau corps, alors je ne sais pas, il est peut-être intimidé... Il touche ma blessure et me demande ensuite depuis combien de temps je suis attiré par lui, en y réfléchissant bien, je crois que c'est comme ça depuis le début. Je me souviens de la première fois que je l'ai vu, je l'ai tout de suite trouvé mignon, et mon cœur battait fort, je me suis dit que c'était surement dû à la douleur du moment, mais on dirait que non. Après avoir fouillé dans son sac, il me donne deux médicaments et un verre, je les prends vite avant de lui répondre

-Si tu veux pendant que je fasse à manger, tu prendras une douche et hm depuis le début je pense.

Bon qu'il ne me demande pas de développer, c'est déjà assez gênant qu'il sache qu'il me plaît surtout que c'est un homme tout de même... Je rigole un peu quand il me dit pourquoi il ne serait pas hétéro, franchement là ça c'est vu tout de même, sinon il n'aurait pas louché sur moi. Le regard qu'il me porte me fait sourire, il semblerait qu'il veut me défier du regard et il finit par partir avec ma serviette, celle-ci je ne l'ai pas vu venir ! Pris de "panique", je me précipite sur le canapé et remet la serviette autour de moi avant d'aller dans la cuisine. Je voulais le taquiner à mon tour, mais mes yeux se posent sur sa blessure. Il aurait pu me le dire lui aussi qu'il été blessé ! C'est bien beau de s'occuper des autres, mais à un moment, il faut se concentrer sur soi. Je soupire avant de le prendre par le bras et de le déposer sur le canapé, il était fatigué et pas bien et il continuait à vouloir prendre soin de moi, c'était vraiment un type bien, du moins de ce que j'ai vu.

-Bon alors déjà, tu vas te soigner, ensuite si tu veux tu iras te laver et tu mangeras.

C'était à mon tour de m'occuper de lui, c'est marrant alors qu'il était venu pour moi, au final, c'est plus moi qui vais faire attention à lui et quelque part, ça me plaît. Je décide d'aller dans ma chambre et de m'habiller simplement, histoire qu'il soit un peu moins gêné. Je reviens dans la cuisine et lui prépare à manger, bon, je ne suis pas un cordon-bleu mais je me débrouille pas trop mal. Quand j'y pense, je crois que c'est la première fois que je fais à manger pour un autre en dehors de mon ex, d'ailleurs, je me demande ce qu'elle devient, je l'aimais bien cette fille...  Une fois fini, je dépose deux assiettes sur la table basse, c'était une assiette de nouille avec une sauce au fromage que j'avais mis dans un petit bol au cas où il n'aime pas ça. Cette recette me rappelait la France, j'adorais le fromage et là-haut, j'étais servi ! Je me tourne vers lui et le regarde en souriant.

-Au fait pour te répondre, si tu étais vraiment hétéro, tu me l'aurais dit dès le début et tu n'aurais pas louché sur moi en serviette, sur ceux, bon appétit!

Je commence à manger en étant tout près de lui. L'odeur de son parfum, sa chaleur corporel... Rien qu'à l'idée de le savoir si proche cela me rendait tout chose, alors je décidais de ne plus le regarder. Est-ce qu'il pourrait être aussi attiré que moi? J'en doute, pourtant rien qu'à l'espoir d'y penser, cela me rend joyeux.

Tenue

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Juil - 1:16


 
CAN YOU HELP ME DOCTOR
ft winsley


Qu'est-ce qu'il aime encore plus que les discussions qui souvent sont empruntes de mensonges... ce sont les silences... ceux où aucun mot ne peut venir entraver les réactions, parce que ce qui est spontané est vrai. Tout ce qui est simple, des mimiques aux gestes juste  commencés ne sont que vérité.... Bo observe tout, encore plus attaché aux détails qu'au reste. Au début c'était pour sa survie dans le monde d'où il vient mais après coup... c'est devenu un reflexe et tout y passe. Et là, il faut dire que les détails qu'il retient auraient mieux fait de ne pas l'être. C'est frustrant et terriblement destabilisant... Sa clope est traitresse de sa nervosité. Il fuit aussi son regard. Winsley n'a pas idée de ce qu'il essaie de réveiller. Bo n'est pas un sage, encore moins un soft, ses amantes peuvent témoigner. Le jeune démon à la peau d'agneau. Il a un coeur mais son cerveau est tellement étrange que l'imprévisibilité est toujours au rendez-vous. L'art du déni et de la contradiction, et ce besoin de liberté... de ne jamais été piégé et ensuite trahi. Win l'ignore tout ça. Il a un fossé énorme entre le médecin et le vrai Bo... Est-ce un mensonge? Non , c'était son pass pour une vraie vie et aujourd'hui il ne peut plus se mentir à lui-même, il est divisé en deux parties et les deux cohabitent difficilement. Est-ce que ce mec pourrait comprendre. Est-il si enclun à encaisser qu'il le prétend? Bo n'a pas le temps de dire quoi que ce soit qu'il se fait prendre par le bras. Hein? Mais....? Il l'emmène où là? Quoi le canapé encore? Vas y , il va l'épouser le canapé à force, c'est du bonheur pour son dos, est-ce qu'au moyen Win en a conscience. Il s'est levé justement pour ne pas se laisser aller. Il manque d'echapper sa clope, après avoir constaté qu'il a remis sa serviette. Ah mais non, c'était pour qu'il aille se... s'habiller. Plus personne. Ça commence à aller trop vite pour lui là, il est vraiment claqué...

La clope dans les doigts, il se laisse aller en arrière sur le canapé, juste quelques secondes... Il veut pas décéder ici, en plus c'est calme et ça sent bon ici, et pas le vieux chat, le désynfectant ou encore la poussière... ça lui rappelle chez sa mère. C'est n'importe quoi, soule toi, ça te donnera une raison de dire des conneries, Bo. Mais au fond, c'est un peu vrai... il se sent bizarrement posé dans cet endroit inconnu... de mieux en mieux sérieusement , Bo tu pars en cacahuètes total. Il lui a proposé de prendre une douche y'a quelques minutes mais il hésite. Il lui fait à manger en plus? Pourquoi? Il aurait pu le foutre dehors. Le manège de ce mec est étrange... pourquoi tant d'efforts... Il essaie de lui plaire? Bo oublie la douche et son doigts qu'il a replié pour arrêter le léger saignement, ce n'est rien de dramatique donc il s'en fout un peu. La tête penchée en arrière, il risque un regard sur le coté, et l'observe de dos faire la cuisine... Il s'est habillé... en noir... Putain, il a autant de classe que les mecs qui bossent pour lui quand il est en mode business pour son père... Son regard reste scotché sur lui, détaillé les choses que personne ne retient... La manière dont ses cheveux sont en vrac et humide.. Cette nuque enfin séche et ce dos qui se bouge sous la chemise noire... Et quand il se retourne, Bo relève direct les yeux dans les siens, par réflexe. Il se prend alors une claque bien méritée et se redresse en se raclant doucement la gorge, son index caressant sa clope qui coupe la fumée de sa bouche en deux... fuck... il a pourtant juré être discrêt. Vas trouvé une excuse maintenant toi... En plus, le doc qui mate le patient... bravo. Même si ce dernier s'est clairement affiché, il aurait du se maitriser... la seule chose qui lui vient c'est un ...

"Excuse-moi...ce n'était pas volontaire... faut dire que t'es pas franchement pudique...
" Devant lui , à manger. C'est quoi? Est-ce qu'il fait des choses non identifiées pour le droguer et abuser ensuite de lui? Non mais ça va pas bien dans ta tete Bo... C'est lui qui a été drogué ce soir, pourquoi le ferait-il? Pourquoi est-ce qu'il se sent obligé de sentir tout son entourage comme une menace certaine. Faire diversion... oui , c'est bien ça.
"ça vient d'où ton accent?" Son japonais est bon mais il n'est pas saut , ce mec n'est pas un natif du japon... "Tu fais quoi comment boulot pour te faire aussi souvent mal? enfin si c'est pas indiscret.."  ce n'est pas le fenre de choses qu'on demande sur un dossier médical. Il porte la nourriture à sa bouche, pour gouter, ne sachant pas franchement ce qu'il y a dans ses pattes. Ça ne sent pas mauvais du tout honnêtement, juste que depuis quelques années, Bo est adepte de la bouffe rapide et pas franchement saine. Il n'a ni le temps pour les resto ni pour cuisiner, il est d'ailleurs nul à ça, faut dire. Même son chat doit savoir faire cuire des pâtes. Lui c'est la croix et la bannière. Il enfourne la première bouffée et laisse le temps à son être de voir s'il va crever ou pas. Oh putain c'est bon. Il prend l'assiette et ne se fait pas prier pour bouffer, limite comparable au chiot dans la rue qui n'a pas bouffé depuis un moment et qu'un citoyen généreux daigne bien nourrir. Nom de dieu... Il finit son assiette et s'arrête un bref instant.. "merde... excuse-moi, j'ai aucune tenue des fois..c'est super bon, merci... t'étais pas obligé de cuisiner tu sais... je serai incapable de faire pareil en plus."  Il se fout un peu de sa propre gueule se trouvant un peu pathétique de ne pas savoir se démerder aux fourneaux... "J'sais me battre, recoudre une plaie, balancer un cours sur la génétique à des gamins de l'univ, et je suis ... archi nul en cuisine...c'est vraiment gentil d'ta part d'm'avoir fait un repas. C'est quoi en fait?" Comment ça il mange tout et n'importe quoi sans savoir ce que c'est ? Bah si c'est bon! Merde quoi !

Il secoue un peu le col de son tee shirt par contre et remarque qu'il n'a pas écrasé sa clope, il se lève et va l'écraser sur le mur extérieur de l'immeuble, avant de jeter le mégot dans le vide et revient s'asseoir en face de lui pour boire un coup... "Euh, pour la douche... j'ai rien tu sais...." Ouais tout ça devenait un peu gênant mais autant être direct.  


 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 24 Juil - 20:05


J'étais content qu'il appréciât le plat que je lui avais fait, ce n'était pas difficile à faire, mais c'était toujours plaisant quand l'autre trouve cela bon.

-Je suis français, je travaille dans un hôtel.

Je rigole un peu quand il me dit qu'il n'a aucune tenue et qu'il était incapable de faire pareil avant de me rémunérer ce qu'il sait faire. Le pire dans tout ça s'est qu'il mange un plat alors qu'il ne sait même pas ce que cela était, c'est un drôle de " phénomène " celui-ci quand j'y pense. Je dépose les assiettes dans l'évier et lui dit que c'était une sauce au fromage avant qu'il me dise qu'il n'avait rien pour la douche. Alors c'est pour ça qu'il n'en a pas pris une ? Bon au moins il ne se permet pas de fouiller partout, c'est déjà,ça. Je retourne dans la chambre et prends quelques vêtements que je laisse dans la salle d'eau avec une serviette et un gant. Quand je pense qu'il va s'essuyer dans ma serviette, qu'il va déposer son corps dans ses habits, rien que d'y penser cela me fait sourire... Je soupire en me disant que je ne devrais pas penser à des choses comme ça, je retourne le voir et de lui dire que tout est prêt, qu'il peut maintenant se laver et se détendre un peu. En attendant, je décide de faire la vaisselle, mais j'ai du mal à me concentrer sur se que je fais, j'ai l'impression qu'on commence à s'entendre et j'ai un peu peur de gâcher cela. C'est drôle de se dire qu'une seule personne peut vous rendre à la fois si bien, si stresser et qu'il peut à tous moment vous faire perdre la tête. Normalement, je devrais me sentir mal vu se qu'il m'est arrivé, mais j'ai l'impression que ça présence atténue ma douleur, qu'il me calme et m'apaise, je n'ai jamais ressenti cela avant. Est-ce qu'on peut dire que je suis amoureux ? Je ne pense pas, il me plaît, c'est sur, mais pas à ce point, si ? J'ai tellement peur d'être déçu, qu'au final, il ne veut rien de moi. Un homme comme lui est difficile, un garçon comme lui est incroyable, mais à la fois il me rend nerveux et anxieux, mon Dieu pourquoi me rend t-il ainsi? J'arrête de faire la vaisselle et m'allonge sur le canapé, je déboutonne ma chemise et commence à fermé les yeux. Je pense alors à la soirée, sa venue à son sourire, je commence à le voir dans mon rêve. Il m'appelle et me tend la main, je m'approche de lui et il me sourit, mon cœur bat tellement fort que j'ai l'impression qu'il va exploser. J'entends alors un son mélodieux, il me berce et je le dévisage, il est tellement beau ! Je me colle alors à lui et ma bouche se rapproche de ses lèvres qui semblent si douces, et, au moment où j'essaie de l'embrasser... Je me réveille. Dommage, cela était juste un rêve! J'ai chaud, j'ai l'impression de rougir à cause de mon rêve. Mais pourquoi ? J'entends des bruits familiers venir au loin, pas besoin de vérifier, c'est certainement lui, mon cœur commence alors de nouveau à battre pour ce médecin. Je le regarde et au moment où je me reflète dans ces yeux, je détourne le regard. Est-ce qu'il a remarqué mes joues rouge? Je ravale ma salive et me rallonge confortablement. Merde, ce gars est vraiment beau.

-Les habits te vont bien.

Dis-je en allumant la télé et en regardant celle-ci. Mon organe vital essaie de se calmer, mais pour que cela réussisse il faudrait qu'il parte, qu'il ne soit plus dans la même pièce que moi et ça, pour le moment, il en est hors de question, il reste ici.



Tenue

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 26 Juil - 1:22


 
CAN YOU HELP ME DOCTOR
ft winsley


Le repas se termine rapidement et l'anxiété de Bo s'efface aussi. Ce mec est plutôt agréable malgré son coté totalement maladroit en approche , voir même carrément bancale, mais quelque part ça le fait sourire. Au moins, il n'est pas le pire la dedans. Bo le regarde se dirigeait vers la salle de bain, du moins la zone de l'appartement qu'il ne connait pas. Il regarde de nouveau la table et par principe, ramène ce qui reste vers la cuisine, pour que Winsley n'ait pas à faire je ne sais combien d'aller retour. Calmement, il regarde autour de lui et inspire profondément en enfonçant ses mains dans ses poches. Ça fait combien de temps qu'il n'a été chez personne, encore moins la nuit? Il est tellement occupé à courir partout qu'il ne prend plus le temps pour sa vie privée et sa mère si elle était vivante l'en blamerait probablement. Elle était son régulateur, sa courroie de secours quand il craquait, quand il prenait le mauvais chemin... aujourd'hui, il n'a plus personne pour lui dire s'il prend le mauvais chemin ou pas... Il ne sait même pas s'il existe un vrai chemin pour lui en réalité. Il a le cul entre trois chaises et c'est un peu frustrant. Mais ce qu'il y a de plus frustrant c'est d'être ici et de voir que plus ça va , plus il ne voit pas ce mec comme un patient. Bo baisse le regard devant lui quand il passe et fait un signe de tête pour le remercier avant de s'éclipser dans la salle de bain. Il regarde le futal noir, et le haut , mais il sait qu'il ne va pas le mettre longtemps, il dort toujours torse poil, il déteste avoir du tissu sous les bras et dans les coudes quand il pioche, ça le gêne. Depuis gosse c'est comme ça.

Il ferme la porte et se dessape lentement, pour regarder sa gueule de déterré dans la glace de la salle de bain. Tu fais peur Bo, va falloir que tu dormes davantage hein. Il se frotte le visage et soupire en entrant dans la douche qui a encore une odeur de gel douche qu'il a senti sur lui... ça lui fait tourner la libido et il expire et posant une main sur la paroi de la douche... respirant à son insu , fermant les yeux et ouvrant l'eau chaud direct sur sa gueule pour faire passer ses frissons. Traitre d'odorat... Il pose la seconde main et va laisser l'eau l'ébouillanter comme ça plusieurs minutes avant de daigner se savonner, ne voulant pas non plus abuser de l'eau chaude. Il n'est pas chez lui... mais cette odeur. Putain il voudrait dormir dans la salle de bain. Lui qui s'endort n'importe où ce serait même pas étonnant et pas compliqué. Il finit par sortir de la douche, dégoulinant et se séché lentement, s’ébouriffe les cheveux, se retrouvant avec la tête en vrac, les yeux perdus dessous et aime cette sensation de "je te vois pas, donc tu m'vois pas" , assez gamin mais ça l'a toujours réconforté quelque part... Il s'essuie le visage du revers du poignet recouvert du tissu-éponge et regarde sa silhouette frêle dans le miroir... ouais. Deux trois abdos qui se voient mais sans plus, niveau pec on repassera et le reste... umph, désespérant, il a jamais réussi à prendre du muscle. Certains mecs sont destinés à être fins faut croire, c'est pas faute de rien foutre...

Il enfile le futal directement sur sa peau , detestant porter des sous vêtements la nuit, et met par principe le tee shirt qu'il lui a filé, la serviette sur les épaules, retournant en silence au salon. Il ralentit son pas et l'observe en coin... curieux et intrigué... Rien ne semble mentir dans ce qu'il est... Est-ce qu'il a vraiment des sentiments? C'est possible si vite? Bo n'a jamais compris, ou plutôt il ne cherche pas à comprendre si le coup de foudre est un fait réel ou non, ça lui est juste jamais arrivé alors difficile de le concevoir, et depuis que son ex fiancée lui a été infidèle, il a encore plus de mal à faire confiance, mais ce type l'intrigue... Bo est du genre discret et patient, et en général, on le prend pour un genre d'alien qu'on ne peut pas comprendre et qui ne fait pas d'efforts pour être compris. Pourquoi changer, il aime ce qu'il est dans le fond, caractériellement parlant et si la personne en face ne creuse pas alors à quoi bon. Il se racle la lèvre de ses dents, compulsion de réflexion... Il dort. Il est plutôt canon cet idiot quand il ne dit pas de bêtises... Le jeune prof s'avance après ce réveil un peu soudain, et Win semble le noter... Il a l'air d'avoir chaud, il est malade? Sa blessure peut-être qui s'infecte et il ... Bo s'approche par derrière le canapé et pose doucement sa main froide sur son front. Il a foutu l'eau sur froid avant de sortir, histoire de ça lui rafraichisse les idées. Son front est normal... étrange... Il ne répond rien au compliment, hormis un sourire en coin. Il contourne le canapé en réfléchissant, et se pose à coté de lui, pour prendre doucement son bras dans sa main mais la chemise ne peut pas être remonté jusqu'à son coude. "Tu t'sens comment..."

Il jette un oeil à la télé, mais ne la regarde pas, affalé dans le canapé à coté de lui... Il a envie de lui poser plein de questions en fait...Il choppe un coussin dans ses bras pour y caller son menton, sentant son cou faiblir... Un murmure à un moment... alors que ses yeux commencent à se fermer... "t'es gentil... comme mec..." et quelques secondes plus tard, il se sent partir sur le coté... et sa joue s'enfonce lentement dans un autre coussin... il est mort de fatigue... Sa capacité à s'endormir partout est enfin prouver en public... voila comment en quelques secondes un Bo peut tomber de fatigue, mais ne vous y trompez pas. Il n'est pas inconscient, son sommeil n'est pas si lourd. Il peut répondre à des questions dans son sommeil et puis tu ne vas pas le laisser comme Win , affalé comme une méduse sur ton canapé. Le connaissant, il a la bougeotte, il va finir le nez par terre ou dans la table basse ce qui serait moins doux.


 

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 26 Juil - 19:51


Bo semble s'endormir sur le canapé, je dois bien avouer que j'aimerais faire pareil, que moi aussi, je suis un peu fatigué après tout ce qu'il m'est arrivé aujourd'hui. Mon bras me fait un peu mal, mais je ne dis rien, cela finira par se calmer et j'ai d'autres soucis en tête en ce moment, mais bon... Je prends le jeune médecin dans mes bras pour le déposer dans mon lit, je mets une petite couverture au-dessus de lui et je pense la tête avant de me stopper. J'ai envie de lui faire un bisou sur le front mais je n'ose pas, après tout nous ne sommes pas intime et je n'ai donc pas le droit, alors je souris et lui dit simplement bonne nuit. Je quitte la pièce en laissant la porte ouverte pour aller dans le salon, je m'assois sur le canapé et soupire. Pourquoi se genre de chose arrive à moi? J'éteins la télé et mon téléphone sonne, pourquoi ma collègue m'appelle à cette heure-ci ? Je décroche et elle me demande si je vais bien, au moins quelqu'un qui prend de mes nouvelles ça fait plaisir ! Je souris malgré moi et je lui dis que je vais bien malgré la blessure à mon bras et puis je perd vite mon sourire. Ma collègue me parle de ma mère, elle me dit que je devrais l'appeler pour la rassurer, et que d'ailleurs, je ne parle jamais de ma famille ni même de ma vie. Pourquoi raconter sa vie, ses problèmes, à quoi cela me servira ? Je reste un instant avant de répondre, ça me fait tellement mal de me dire que je n'ai pas de famille, personne au final sur qui compter. Mais au moins je me suis construit moi-même, je n'ai peut-être pas grand chose, mais je ne le dois qu'à moi, à personne d'autre.

-Tu sais ma mère me battait quand j'étais gamin et je ne parle plus à mes sœurs (...) Oui je sais merci... Mais merci d'avoir appelé, à mercredi bisou.

D'un seul coup, je me sens un peu triste, alors je me lève et je prends un verre de jus et allume à nouveau la télé. Je sens que je vais avoir du mal à m'endormir soir, décidément... J'enlève ma chemise et regarde l'écran, je sais que Bo n'est pas loin et j'essaie de faire le moins de bruit possible. Secrètement, j'espère que le jeune docteur va se lever et venir à moi, je sais que ça chaleur corporel me ferait du bien, que sa présence en elle-même me fera sourire. Mais je rêve, il ne se passera rien, n'est pas ?

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 28 Juil - 0:37


 
CAN YOU HELP ME DOCTOR
ft winsley


Son visage bascule dans le cousin comme un gosse et on lui donnerait encore moins en âge à ce moment. Sa carrure joue forcémet mais loin de sa tête de je vais te coller ou je vais t'en coller une, quand il dort c'est l'homme appaisé, le gosse à qui on offre le sommeil comme un cadeau de Dieu, et ce coussin c'est un nuage, alors vas y qu'il s'enfonce dedans comme un hamster, sans les joues rondes. Il se sent soulever, mais en se réveiller même pas laissant sa tête retomber contre lui et quand il touche enfin le lit , son dos s'enrobant sur ce matelas moelleux, qu'il aurait voulu épouser dessus, bien qu'il faudrait une sacrée alliance, il se tord un peu sur le coté et son visage se fond dans un coussin encore plus gros. Oh mon dieu, ce qu'il est bien , il peut mourir là de suite qu'il en blâmerait personne. Bo n'aime pas perdre son temps en sommeil et pourtant dieu seul sait qu'il aime ce contact avec les lits quand il est mort. Les minutes passent, il entend un son au loin , mais n'en est pas affecté plus que ça, il s'enfonce dans une sieste méritée. Il n'arrive jamais à faire de longs sommeils. L'habitude de bosser la nuit à l'hosto et d'être emmerder pour Xraisons la journée. Même avec les années, les gens n'intégrent pas qu'il dort souvent le jour. Alors son cerveau s'est fait une raison. Mais il ne peut se réveiller entre temps. Trop chaud. Pourquoi il a un tee shirt.. ah oui c'est vrai , pas descence... dans cet état précis, sa décence se fait la mal, et il revire le tee shirt. Tant pis pour ses tatouages visibles ou sa carrure pas terrible, il reste un mec bon, et s'il ne vire pas ce tee shirt, il va fondre des os à force. Il entend quelqu'un parler. Pourquoi il est dans une chambre. Ah non putain, il dort pas sur le canapé l'autre pas doué hein!

Le jeune médecin se lève et se frotte la tête avançant doucement dans l'ombre, pieds et nus à moitié endormis, posé son épaule contre le mur dans le couloir obscur, et une partie de la conversation lui arrive... Un enfant battu? C'est quoi cette histoire... il dit ça à qui comme ça? C'est pas le genre de choses que tu dis à tout bout de champ ça... une amie précieuse? Pourquoi cette fille n'est pas venu l'aider. Sauf s'il dit "bisou" à un mec et dans ce cas, il a menti. Ah putain c'est trop compliqué pour son cerveau là ...

Il attend qu'il raccroche et l'observe de longues minutes... Il est seul alors ? S'il n'est pas seul, il n'en donne pas l'impression alors... c'est quoi ce délire... Il est derrière, il ne peut pas le voir, mais Bo ne veut pas bouger pour le moment pensif, puis un peu somnolent, il s'approche sans un mot, fixant ces épaules encore sous le tissu noir. Ses mains se posent sur les épaules doucement, et il pose les genou à terre derrière le canapé, le dossier lui arrivant à mi torse... ses mains ont glissé avec le mouvement et il finit par affaler son visage sur l'épaule et le coussin du dossier à même hauteur en murmurant... bras pendans un peu pliés par devant le torse de Win... "dis pas ces choses là à n'importe qui..." Il referme les yeux et tourne le visage finalement vers sa gorge et pas vers l'extérieur, c'est plus confortable. Il prend ses aises. Quoi , il test? Qui sait. Tout est possible avec Bo. Une de ses mains pend sur la peau du vent plus bas et le bout de ses doigts touche doucement l'épiderme sans bouger. "Certaines personnes... se montrent attentionnées... par intérêt..." qu'il souffle en recommençant à somnoler. L'odeur lui plait ici... Et par terre c'est confortable, même s'il va se déboiter les épaules s'il reste comme ça... "J'veux pas te prendre... ton lit...ça s'fait ..pas..." murmuré encore plus bas...



Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 28 Juil - 20:23


Je suis surpris quand je sens Bo derrière moi, pourquoi est-il ici ? Il semblait si fatigué que je pensais qu'il c'était déjà endormi. Je retiens un soupir quand il me dit que je ne devrais pas dire ce genre de chose à n'importe qui, il n'a pas tort mais des fois, ça fait du bien de le dire juste comme ça, sans voir la pitié de l'autre dans le regard. Pourtant, je sais ce qu'elle attend de moi ma collègue, je sais que je lui plais et qu'elle veut simplement se rapprocher de ma personne, mais d'ailleurs, en quoi ça l'intéresse le docteur ? Je sens sa peau effleurer la mienne et je souris, j'aime ce contact mais je n'en profiterais pas.

-Je sais que je lui plais mais elle a été la première personne à me faire confiance ici.

Je me retourne et le regarde à moitié avachie, c'était vraiment mignon à voir. Je décide de contourner le canapé et le prend dans mes bras histoires qu'il ne tombe pas, sauf que... Sauf que j'ai du mal à le lâcher, ma peau contre son haut, la chaleur de l'étreinte, cela me fait tellement de bien. Depuis combien de temps une personne ne m'a pas prise dans les bras, depuis combien de temps n'ai-je pas eu d'amour ? Tellement, alors que je pourrais très bien l'avoir, avec ma collègue par exemple, mais cela ne me ferait rien, parce que pour cette femme, je ne ressens qu'un début d'amitié et pas d'am... Non, je ne suis pas amoureux, pas déjà, ce n'est pas possible ! Il faut que je me reprenne, je ne dois pas en profiter plus que ça. Je décide de le soulever et d'aller dans la chambre, doucement, je le dépose sur le lit et je bug alors que je suis au-dessus de lui. Je sais qu'on pourrait penser que je vais l'embrasser, et d'ailleurs il doit surement se dire cela, mais je replace juste une de ses mèches de cheveux et lui souris. Je reste quelques secondes à contempler le visage de Bo, il était vraiment tout ce que j'aimais, il n'y avait aucun doute maintenant. Alors d'une toute petite voix, j'ouvre mes croissants de chère.

-Tu devrais dormir maintenant, et te passer mon lit ne me dérange pas. Je resterais à côté de toi jusqu'à que tu t'endormes.

Je me mets à ces côtés à moitié allongé, même dans le noir, on voyait les courbes de mon torse nu et je me dis peut-être que je devrais remettre mon haut, mais bon si je pars, il risque de ne pas dormir, non ? Au moins qu''il ne s'endorme pas parce que je suis là... Quoi qu'il en soit, il est là et je dois m'occuper de mon invité, même si je n'ai qu'une envie, dormir à ces côtés et qu'il ressent au moins le quart de ce que moi, je peux ressentir...

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 12:52
 

Can you help me doctor?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [EVENT] Witch Doctor give us the magic words ▬ pv Lilinn & Warren
» paco&zélie ☇ i need a doctor.
» Witch Doctor [PV: Lana & Lacey]
» La lumière ne sera jamais faite sur cette affaire.
» doctor ork
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-