AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [Rio de Janeiro] Éclats de rire sous les tropiques ▬ ft. Eri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 23 Juil - 0:13


Éclats de rire sous les tropiques
Eri & Naoki
TENUE ■ Rio. Ce rendez-vous ça fait des mois que je l'attends, tout comme ces quelques jours de "repos" bien mérité que j'ai réussi à négocier avec mon entraîneur contre la promesse formelle de travailler deux fois plus mon programme court, pour l'ouverture de la prochaine saison qui débute en septembre. Ca n'a pas été simple de batailler avec Brian, mais en promettant en plus de me tenir à nos programmes d'entraînements malgré la distance, il a fini par céder. Et comme une promesse c'est sacré, je me suis offert un accès illimitée et privé à la patinoire la plus proche du village Olympique et de mon hôtel, de manière à pouvoir faire la navette entre mes patins, Eri et mon lit.

Dans l'ensemble, je connais mon programme sur le bout des doigts, mais il me reste à apporter un peu de finition, notamment sur mes sauts. J'ai toujours un peu de mal sur mes quadruples axel. Un petit problème que j'aimerais vraiment régler avant les premières compétitions. C'est surtout ça que j'ai travaillé aujourd'hui, dès que j'ai filé rejoindre la glace une heure après mon arrivée. J'aurai pu faire un peu de tourisme ou me détendre en bord de mer à Copacabana, malheureusement les gens comme moi ont peu de temps pour se détendre réellement et s'entraîner sans l'avis extérieur de mon coach est plus compliqué qu'il n'y parait, même si avec les années j'ai appris à remarquer moi-même mes erreurs. Cependant, si j'ai passé mon après-midi patin aux pieds, ma soirée m'appartient totalement… Enfin pas totalement, mais disons que j'ai décidé de retrouver Eri au village. Les choses sérieuses commencent demain pour elle, c'est donc sa dernière véritable soirée de libre avant que les Jeux ne débutent réellement, autant en profiter un peu.

Je lance un énième regard autour de moi pour être certain qu'il n'y a personne et d'un habile mouvement de poignet j'envoie le petit caillou directement contre la fenêtre, derrière la rambarde du balcon que j'ai eu un mal fou à trouver. Si je n'ai eu aucun mal à me faufiler dans le village Olympique, c'est plutôt grand et vu le nombre de délégation sur place, ce n'est pas spécialement évident de trouver le bon bâtiment et surtout le bon balcon. J'ai d'ailleurs par mégarde dérangé un athlète allemand qui aurait facilement pu me tuer s'il avait eut des revolvers à la place des yeux. Je n'ai qu'à moitié compris ce qu'il a vaguement grommeler avant de rentrer et à vrai dire, face à son air d'ours mal léché, j'ai préféré ne pas demander mon reste. Attentif au moindre bruit, je scrute les alentours une nouvelle fois. Je ne devrais pas être là, surtout que je sais, pour avoir moi-même participé aux Jeux d'Hiver, que le sélectionneur préfère qu'on se couche tôt la veille des performances. Toutefois ça ne m'empêche pas d'attendre, sous son balcon, le moindre signe de vie.
Codage par Emi Burton

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 30 Juil - 23:10


Éclats de rire sous les tropiques
Eri & Naoki
■ Ca y est j'y étais, je touchais mon rêve du bout des doigts. En réalité, cela fait presque une semaine que je suis sur le sol brésilien, dans mon camp de base à Rio, avec tous les autres sportifs, de toutes les nationalités du monde confondues. Les Jeux Olympiques. J'en ai rêvé depuis que j'ai cinq ans peut-être, depuis que j'ai commencé à nager en fait. Un rêve qui au début me paraissait absurde mais qui, petit à petit, est devenu un réel objectif quand j'ai vu mon niveau s'améliorer d'année en année. Et puis cette année, enfin, après avoir été meilleur espoir, j'ai réussi à décrocher ma place là où les meilleurs s'affrontent. Aujourd'hui, j'ai la confirmation que je fais partie des meilleurs. Mais je pense que mon rêve deviendra vraiment réalité si je monte sur le podium durant ces jeux, plus particulièrement si je monte sur la première marche du podium, avec une médaille d'or autour du coup, et que l'hymne japonais retenti dans toute la piscine olympique.

Demain ça commence. Enfin pas réellement, demain c'est la cérémonie d'ouverture, mais pour ça aussi on doit être parfait. Je vais devoir me lever de bonne heure, aller m'entraîner dans le bassin puis rejoindre le stade olympique pour se préparer au défilé. Aujourd'hui, comme la plupart des athlètes, j'ai ordre de me coucher de bonne heure et de me reposer le plus possible. D'autant plus que, après-demain, dès l'aube, la compétition commencera. Je suis donc entrain d'enfiler mon pyjama, dans le but de m'étaler sur mon lit avec un bon livre avant de m'endormir, quand j'entends un bruit sur ma fenêtre. Je sursaute mais fini par m'approcher pour regarder à travers. Je rigole quand je vois la silhouette qui attend, au bas de ma fenêtre. J'ouvre la baie vitrée et sors sur le balcon, me penchant au-dessus de celui-ci. « Qu'est-ce que tu fais là ?! ». Demandais-je en chuchotant. J'aurai dû m'en douter qu'il viendrait me voir. Je rigole de nouveau avant de reprendre « Attends je me rhabille et je descends. ». Je me précipite dans ma chambre, enfile mon jogging aux couleurs de mon pays et quitte la chambre pour me diriger vers l'extérieur de l'hôtel.
Codage par Emi Burton

Invité
Invité
Ce message a été posté Mar 2 Aoû - 16:56


Éclats de rire sous les tropiques
Eri & Naoki
TENUE ■ C'est fou mais à l'attendre là sous le balcon de sa chambre, je me croirais presque dans une pièce de théâtre à la Roméo et Juliette. Sans compter que le cadre est plutôt beau. Le nez levé vers la fenêtre de sa chambre, je peux sans aucun souci apercevoir les étoiles qui pointent le bout de leurs nez  sur la toile pastel du ciel, presque en reflet avec les lumières de la ville en contrebas dans la vallée. Rio, bien qu'il soit festif, est un endroit qui peut être très romantique aussi. C'est Seiki qui aurait du venir à ma place pour jouer les Roméo. Contre toute attente, je ne patiente pas très longtemps et je vois rapidement Eri apparaître au balcon, un peu étonnée de me trouver là. « Ce que je fais là? Mais j'attends la princesse pour lui chanter la sérénade au clair de lune, voyons. T'en a beaucoup des questions comme ça? » Sans la quitter des yeux j'étouffe un rire parce qu'on doit avoir l'air beau comme ça, elle penché au balcon et moi dessous le regard levé vers elle, sous le ciel qui s'assombrit doucement, dans la douce chaleur des tropiques. « Tu comptes me faire attendre longtemps? Ou tu préfères je grimpe comme un preux chevalier pour me glisser par la fenêtre de ta tour? » Au final je me marre tout seul, plus encore quand j'imagine la tête du futur journaliste s'il assistait à la scène. « Quoi que je suis pas certain que le prince apprécie vraiment. » Je n'ai pas spécialement de mauvaises relations avec Seiki, si on les compare à celles qu'il a avec Shun, le frère aîné d'Eri, je dirais même que nous sommes les meilleurs amis du monde, mais c'est pas parce qu'on a signé un pacte de non-agression  qu'il aime que je colle la jeune fille. Même s'il n'y a vraiment qu'une sincère amitié entre elle et moi. Je ne suis pas vraiment attiré par les relations amoureuses pour le moment, le grand manitou n'a donc aucun soucis à ce faire pour sa demoiselle en détresse. Je suis un chevalier vertueux. « Aish, Eriii, tu me rejoins? Sinon je vais vraiment être forcé de monter et les gouttières ne m'ont pas l'air terrible. Mais t'as peut-être envie que je chante au final. »

Un sourire aux lèvres, je laisse finalement mon amie retourner dans sa chambre pour s'habiller. Ouais parce que dans le fond, je n'ai pas vraiment envie qu'elle  me rejoigne en petite tenue. Même si une baignade pourrait être sympa. C'est vrai qu'on est à Rio et qu'on pourrait en profiter un peu. Je patiente encore un peu avant de la voir arrivé, vêtue d'un jogging au couleur de notre mère patrie. « Ah te voilà, j'ai cru que j'allais mourir tout seul... Et tu t'en serais voulu, j'en suis certain. » Je lui adresse une petite grimace, mais mon sourire revient aussitôt. « Ca va? Tu es bien installée? »
Codage par Emi Burton

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 5 Aoû - 14:05


Éclats de rire sous les tropiques
Eri & Naoki
■ Je savais que Naoki viendrait - même si je ne me doutais pas qu'il viendrait lancer des petites cailloux dans ma fenêtre et m'attendrais sous le balcon de ma chambre comme le ferait un Roméo... Naoki c'est comme un meilleur ami pour, et en plus de ça, il est le fondateur de fanclub, alors bien évidemment, il ne pouvait pas louper les Jeux Olympiques pas vrai ? Il a certainement dû arriver aujourd'hui sur le sol brésilien et je ne peux m'empêcher de sauter de joie à l'idée de le savoir dans les gradins à chacune de mes compétitions, pour me soutenir. L'une des nombreuses raisons pour lesquelles je veux gagner l'or aux JO, c'est bien pour rendre fière mon plus grand supporter. Ca serait bien même si je pouvais le faire pleurer un peu non ?

Je me rue sur le balcon et je rigole dès l'instant où je le vois poireauté en bas, levant sa tête vers le ciel pour pouvoir me voir. Il parait minuscule vu d'en haut. « Évite de chanter, je suis pas venue jusqu'à Rio pour passer mes JO sous la pluie ! ». Une sérénade et puis quoi encore ? Il veut réveiller tout le village sportif ? Je rigole en le voyant continuer de faire le mariole en bas de ma tour de princesse. Celui la sérieusement... Même si je suis censé me détendre et me repose avant la compétition, il n'y a rien de mieux qui pourrait m'arriver que la visite de Naoki. Il est le meilleur pour me détendre et me faire sentir bien. Bon, peut-être qu'au fond, c'est Seiki que j'aurai aimé voir sous mon balcon, il me manque, et c'est lui au final mon prince charmant, en je crois... Mais je suis tellement heureuse à l'idée que je vais faire le mur avec Naoki que je me précipite dans ma chambre, enfile mon jogging et le rejoins en bas de l’hôtel.  

« Ca va, t'exagère pas un peu déjà... ». Je rigole et lui attrape le bras, m'approchant de lui pour lui déposer un bisou sur la joue. Geste purement amical quand on connait mon niveau de tactilité envers les gens. « Ca va merci ! Tu es arrivé aujourd'hui ? ». Je lui lâche le bras et fourre mes mains dans le fond de mes poches en commençant à marcher dans une direction au hasard. « Viens, on va finir par réveiller tout le monde si on reste ici. »
Codage par Emi Burton

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 6 Aoû - 16:11


Éclats de rire sous les tropiques
Eri & Naoki
TENUE ■ Même là, debout sous son balcon comme un idiot, je suis content d'être à Rio. Content d'être là pour la soutenir dans ce moment qu'elle n'oubliera jamais. C'est pour ces instants qu'elle s'est entraîné depuis toujours, comme je l'ai fait moi aussi. On oublie jamais ses premiers jeux olympique, encore moi si on ramène une médaille, mais même sans finir sur le podium. On attend qu'une chose avec impatience, c'est de pouvoir enfin faire ses preuves aux suivants. J'ai fini sixième au classement masculin et déjà ça, c'était une véritable victoire pour moi, mais je suis persuadé qu'Eri peut faire mieux. Je ne doute pas un instant d'elle, même si le village olympique est plein de sportif tout aussi talentueux. Je sais d'avance qu'elle va se donner à 200% et qu'elle fera tout sont possible pour ramené l'or au Japon. C'est aussi pour ça que je profite des derniers jours, des dernières heures avant les jeux pour passer du temps avec elle. Une fois que la compétition aura réellement commencé, seul la performance et le mental compteront, même si on trouvera toujours dix minutes ici où là pour se voir.

Toujours est-il que ce soir, je veux qu'elle se détende, qu'elle décompresse, elle aura suffisamment de temps pour être à cran dans les prochains jours. Du coup, je fais ce que je sais faire le mieux en dehors du patinage: faire le crétin. Parce que parfois c'est bien de ne penser à rien, de ne pas faire attention à ce qu'on fait et ce qu'on dit, puis ça la fait rire et c'est tout ce que je veux dans le fond. « Moooh je suis vexé là… T'ose vraiment sous-entendre que je chante mal? » Malgré la distance qui nous sépare, je lui lance une moue boudeuse qui ne convaincrait même pas le plus crédule des enfants. « Puis… Tu ne vas pas me dire que la grande Aomine Eri, qui passe sa vie à jouer les sirènes, à peur de trois gouttes d'eau. En plus on est à Rio, c'est l'endroit rêvé pour un concours de t-shirt mouillé. » Je pourrais prendre des photos et les envoyer à Seiki pour le narguer, ça lui ferait les pieds. Mais peut-être que ça lui ferait bouger ses fesses, même si j'ai pas spécialement envie de me prendre la tête avec lui. Bah ouais, entre lui et moi, y a pas photo… J'ai l'air d'une crevette qui aurait fait régime. Après l'habit ne fait pas le moine, comme on dit.

Je regarde Eri rentrer dans sa chambre en riant, ce qui me fait sourire un peu plus encore, avant de l'attendre. Même si je fais genre qu'elle m'a fait attendre longtemps, ça ne lui a pas pris cinq minutes en réalité pour me rejoindre, mais ça a au moins le mérite de lui arraché un rire. « Exagérer? Une minutes de plus et t'aurais du me réanimer… » Je fais mine de lever les yeux au ciel, mais je lui souris rapidement quand ses lèvres se posent naturellement sur ma joue, sans que cela ne nous gêne ni l'un ni l'autre. Faut dire qu'elle a grandit au États-Unis et que j'ai passé pas mal de temps au Canada, alors les mœurs asiatiques ont un peu perdu de leurs importances. Puis on est amis, ce n'est pas quelques choses d'inconvenant en soi. « Oui, mon avion s'est posé en fin de matinée. Je me suis installé et j'ai été faire un tour à la patinoire avant de venir… Tu sais comment sont les coachs, Brian me tuerait si je passais une journée complète loin de mes patins. » Je ris parce que je sais qu'il serait totalement capable de me faire passer l'envie de louper un entraînement. Même s'il a ce petit air doux et adorable, c'est un vrai tortionnaire quand il veut. Je sens la prise d'Eri sur mon bras se relâcher alors qu'elle s'éloigne pour… éviter de réveiller tout le monde. L'image de l'allemand furieux me revient en mémoire et je retiens un petit rire en me dépêchant de la rejoindre, posant amicalement un bras sur ses épaules. « Hé bien en parlant de ça, j'ai rencontré les allemands et… Ils n'ont pas le moindres sens de l'humour. Je suis déçu. Je lui aurais bien fait la blague sur les juifs et les petits-fours, mais ça avait pas l'air de le tenter. »
Codage par Emi Burton

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 10:55
 

[Rio de Janeiro] Éclats de rire sous les tropiques ▬ ft. Eri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Premiere victime du lobby juif sous Obama
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-