AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Réunion de crise ♦ fu hai & ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 12 Aoû - 11:05
Lundi. Un début de semaine qui aurait pu être tout ce qu’il y avait de plus banal, mais qui finalement c’était révélé être une source de stress bien plus importante. J’en étais la seule responsable, et je n’avais d’autres choix que celui de tenir tête à la petite voix qui me soufflait de faire demi-tour, là, dans ce train bondé où je peinais à tenir sur mes deux jambes. Au début de l’été, l’université avait proposé aux élèves les plus motivés l’idée de faire un stage durant les vacances du mois d’août. Le choix de l’entreprise nous était totalement libre, et, même si l’idée que je choisisse une compagnie qui soit à mille lieux du domaine scientifique dans lequel j’étudiais, mon choix fut accepté. J’irais faire mon stage chez Beckford.

Cela n’avait pas été un choix incongru. J’avais longuement préparé ma demande. J’avais pris le temps d’en apprendre suffisamment sur le management et le marketing afin de pouvoir rédiger une lettre de demande digne de ce nom. Je n’aimais pas faire les choses dans la demi-mesure, ce qui semblait être parfaitement utile dans cette situation. Les mains tremblantes, je m’étais longtemps demandé de quelle façon j’allais l’annoncer à Fu Hai… voire même à Ethan. Puis, finalement les jours étaient passés, j’avais préparé le tout dans mon coin sans en faire part ni à l’un, ni à l’autre. Ils se faisaient déjà un sang d’encre, et étaient autant l’un que l’autre d’un caractère bien trop protecteur envers moi. Alors, cela n’était pas nécessaire que j’en rajoute d’avantage. Lorsque j’avais été convoquée en entretien, j’avais réellement craint de les croiser mais, cela n’était pas arrivé. Mon acceptation de stage en poche, je savais qu’il me faudrait leur faire face. Que l’idée ne leur plairait pas. Qu’ils hurleraient sans doute de colère. Cependant, je n’en avais rien à faire. J’étais décidée. Je m’immiscerai petit à petit dans cet univers dont j’avais grandement horreur. Pendant les courtes semaines qui suivraient, j’aurais beau être attachée aux tâches ingrates, j’observerai ce beau petit monde et en apprendrai d’avantage. J’en étais persuadée.

Simplement vêtue d’une petite robe noire, et d’une fine paire de derby du même coloris, je regardais le grand bâtiment s’élever en face de moi. Le Siège Social Beckford trônait joliment dans le quartier des affaires, et je savais à présent qu’il était bien trop tard pour faire demi-tour. Prenant une grande inspiration, je m’avançai d’un pas décidé à l’intérieur du large building où l’air climatisé me rappela soudainement qu’il ne fallait pas que j’oublie de respirer. J’allais me présenter à l’accueil, où une charmante demoiselle tout de sourire vêtue me fit signe de la suivre. Je passais devant un bon nombre de portes, tournais dans plusieurs couloirs et amassait ma concentration pour enregistrer le plus d’informations possible.

« Bonjour. Je suis Tanaka Jun’ichiro. Je vais te présenter un peu l’entreprise, et notamment la section où tu passeras tes journées. Oh ! Et, voici ton badge. »

Je saisis la petite carte pucée, saluant l’homme en costume et belle cravate d’un signe bas de la tête tout en le remerciant distinctement. Ainsi continua notre marche. La comptabilité. L’espace création. L’espace réunion. Le studio web. L’espace publication. La salle de pause. Et enfin, la section marketing.

« Monsieur. Voici la stagiaire qui va rester sur votre plateau pour trois semaines. »

Je gardais mon calme, ne réagissant aucunement à la silhouette qui se dessinait devant mes yeux. Ethan. Le voir, ainsi, assit à son bureau était étrange. Sans laisser paraître mon envie de lui dire bonjour avec un large sourire, comme à l’accoutumée, je le saluais le plus poliment du monde.

« She Jiao Li. Ravie de faire votre connaissance. »

Alors que je me redressais, une jeune femme s’avançait rapidement entre notre direction. Soufflant quelques mots à l’oreille de mon accompagnateur.

« Monsieur Tanaka, Fu Hai est ici. Doit-il attendre dans votre bureau ou bien… »

Je n’écoutais rien de plus, car bien vite mon regard se posa sur mon frère ainé présent à quelques pas de moi dans le couloir. J’aurais dû m’y attendre. Je savais pertinemment qu’une telle chose allait arriver. Toutefois, j’avais bon espoir que cela arrive une fois que je lui aurais fait part de mes projets farfelus. Je me mordais l’intérieur de la joue, faisant mine de ne pas trop écarquiller les yeux sous la surprise.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 12 Aoû - 13:08
Ces dernières semaines Ethan luttait contre et avec le stress. Tandis qu'ils achevaient déjà les défilés de la collection d'automne, il fallait songer mais surtout préparer celle d'hiver. Les réunions envahissaient à nouveau son planning. On ne lui laissait guère le temps de respirer ou de se poser. Il était demandé partout. Sur tous les fronts. Pas seulement celui du marketing dont il était le directeur mais bien à tous les étages car chaque décision devait passer par l'approbation du fils Beckford. Pourquoi ? Parce qu'il était malgré ce qu'on murmurait dans les couloirs le grand chef. Rattaché à la direction générale de la marque, on tenait surtout à éviter les foudres de son père plutôt qu'à la respecter, lui obéir ou même lui plaire. Ethan n'avait d'autre choix que d'accepter ce rythme effrénée qui avec les années continuerait à s'accélérer son paternel lui déléguant toujours plus de responsabilités. Dans le fond, n'était-ce pas ce qu'il souhaitait en sortant de cure ? Crouler sous le boulot, plonger la tête la première dans ce monde, s'y noyer et oublier tout le reste ? Mais voilà, la vie réelle le rattrapait. En plus de devoir penser à la marque, elle s'acharnait sur lui. L'arrivée de Fu Hai et Jiao Li, ces histoires de tests à passer pour peut être sauver la vie de son frère, son inquiétude pour leur sécurité, sa remise en question et la réouverture de certaines blessures remontant à son enfance. Bref, il devenait fou. Sans compter sa très chère fiancée qui bousculait ses principes et pire encore ses sentiments.

Ce matin-là encore, il débarqua au siège avec l'étrange impression d'être devenu un zombie. Ressentant le besoin de trouver un minimum de confort, il avait abandonné la cravate et ses costumes extravagants pour un ensemble plus simple. Son père détestait ça car pour lui on ne devait pas pouvoir le confondre avec un employé mais porter une simple chemise représentait sa seule liberté en ce moment. Il passa l'accueil sans un regard aux secrétaires et monta dans l’ascenseur. Arrivé à son étage, son assistant lui emboîta aussitôt le pas en lui tendant sa tasse de thé. Il s'enferma dans son bureau le laissant de l'autre côté de la porte et se mit aussitôt à passer des coups de fils, répondre aux mails, revoir des contrats, enfin affronter son quotidien quoi.

Il n'en ressortit que deux bonnes heures plus tard avec entre les mains les planches pour la prochaine promotion de la marque avec en mannequin son très cher frère. Il se planta devant le bureau d'une de ses employées avec un marqueur rouge entre les doigts, le bouchon en bouche et sa tasse vide dans l'autre main. Ethan se retourna en entendant la voix de son assistant l'interpeller avant de carrément se figer. Face à lui : Jiao Li. Incroyable mais vrai. Troublé, il en laissa tomber le capuchon de son feutre et ne prit pas la peine de le ramasser. C'était comme si un circuit venait de griller dans son cerveau. Il mit un moment à réagir et à la saluer à son tour en essayant de dissimuler ses émotions mais surtout de paraître le plus naturel possible.

Et le seul mot qui parvint à franchir la barrière de ses lèvres fut d'abord : « Qui ? » et il jeta un coup d’œil circulaire dans la pièce en présumant que sa question était très claire. Comme on ne lui répondait pas, il s'éclaircit la gorge et éleva la voix. « Qui l'a recrutée ? » Et puis avant que son assistant ne puisse s'expliquer on annonça l'arrivée de Fu Hai. L'héritier se passa la main sur le visage face à ce fiasco. Il leva les yeux au ciel se demandant sincèrement ce qu'il avait fait pour mériter ça. Il allait falloir éclaircir cette situation le plus vite possible. Il claqua plusieurs fois des doigts devant les yeux du dit Tanaka, à la fois pour attirer son attention et pour lui rappeler son infériorité. « J'veux la responsable des ressources humaines dans mon bureau. » Tout le monde autour d'eux savait d'avance que cette femme allait passer une mauvaise journée. Ils ne connaissaient que trop bien le mauvais caractère du jeune Beckford. Tandis que Tanaka s'éclipsait, Ethan indiqua d'un signe de tête son bureau à son frère dans une invitation silencieuse. Ils ne pouvaient pas parler ici. Il posa ensuite sa main sur l'épaule de Jiao Li et à l'adresse de ses employés justifia leur entrevue. « Je me charge d'expliquer son travail à cette demoiselle, ne nous dérangez sous aucun prétexte. » Ils avancèrent tous les trois dans son bureau et Ethan ferma la porte derrière lui. Il poussa ensuite un long soupir puis coupa la ligne téléphonique. Lorsqu'il pivota à nouveau vers son frère et sa demi-sœur, on pouvait clairement lire sur son visage qu'il bouillonnait. Il déposa sa tasse puis croisa ses bras sur sa poitrine désignant du menton la jeune demoiselle dans l'attente d'une explication. Leur journée s'annonçait longue et périlleuse.

Pseudo : < Dence > Mes messages : 118 Yen (¥) : 118 Avatar : Nam Joo Hyuk Schizophrène? : Wolf Bo Han ft Lee Chan [Dino/Seventeen] ¤ the little thing to play
Ogawa Jessica ft Gu Ha Ra Fighting!
Baek Jin Yu ft Park Bo Gum beeing wisely wild

Age : 20 ANS Date de naissance : 02/02/1995 Astrologie : Verseau et Cochon Métier : Mannequin depuis deux ans même s'il a du mettre en pause la plupart de ses activités professionelles. Résidant à : Shibuya Planning : Casser les pieds de mon frère pour obtenir qu'il fasse les tests ¤ Finir tous mes shoots photos sans m'évanouir ¤ Aller à l'hôpital pour faire ma transfusion ¤ Envoyer des cadeaux à mes parents ¤ survivre ¤ passer de bons moments en bonne compagnie ¤ Programmer un saut en parachute juste pour embêter les médecins ¤ Tenter de boire une bière sans avoir envie de vomir ¤ Dire à ma soeur de téléphoner à nos parents pour que maman arrête de me harceler ¤ retrouver Ethan ¤ Aller à la bibliothèque pour mâter Nash ¤¤¤¤¤


There is no better love than family.

And nothing that hurts more.

Because we're all one beep away from death

Navigation : I'm a Zombie man ¤ Friendship case
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Ven 26 Aoû - 20:06
Ces derniers jours m'avaient parus moins compliqués que toutes ces dernières semaines. Après la petite situation de crise qui était arrivée à l'hôpital, la situation s'était étrangement débloqué. Disons que j'étais moins stressé, moins sur les dents et surtout moins anxieux de croiser mon frère. On ne pouvait pas dire non plus que tout était parfait mais, simplement parler et savoir la vérité, aussi lourde qu'elle était à porter. Mon cœur n'était pas le plus à l'aise, je savais que je ne verrais jamais ma mère des mêmes yeux, je savais aussi que ma vie au Japon serait des plus courtes. Ethan comme moi étions d'accord sur une chose. Moins on nous voyait ensemble, mieux se serait. Il ne fallait pas que son père soupçonne quoi que ce soit. Alors, je lui faisais confiance pour les tests, j'attendais d'avoir de ses nouvelles. Tout ce que j'avais à faire maintenant, c'était rattraper le travail en retard. Heureusement pour moi, mes contrats étaient assez limités, j'en avais nettement moins qu'avant mais, des contrats à grosses sommes. C'était le plus important. En plus de la marque Beckford, c'était une marque chinoise qui cherchait à se faire un nom au Japon qui m'avait demander de poser pour leur catalogue. Il y avait d'autre photoshoots ou quelques stylistes qui voulaient me voir, mais rien de bien trop trop important, le contrat avec la marque Beckford était le plus important de mes revenues. C'était d'ailleurs pour cela que j'étais dans l'immeuble de la marque ce matin. Mon manager avait été forcé d'aller me réveiller chez moi pour être sur et certains que je sois à l'heure. Je dormais souvent d'un sommeil de plomb à cause de ma fatigue et même des réveils successifs n'arrivaient plus à me faire revenir à la conscience. Je montais dans les bureaux, checkant dans les miroirs de l'ascenseur que mon maquillage cachait correctement mes cernes et de quelconques tâches qui auraient pu apparaître. Heureusement pour moi, cet effet secondaire possible de ma maladie n'était pas très présent. Je savais que je devais voir de nouvelles planches, réfléchir à comment mettre en valeur les vêtements que j'allais porter. C'était important, ce genre de moment étaient particulièrement précieux pour comprendre l'image que la marque voulait renvoyer, celle que j'allais devoir arborer. Je montais patiemment, calme, dans une tenue assez réfléchie pour que je ne passe pas pour négliger. Je sortais de l'ascenseur avançait dans le couloir de manière confiante pour simplement me stopper brusquement. Mon cœur venait de faire un bon immense dans ma poitrine, ma mâchoire se retenait de lâcher et de tomber jusqu'au sol. Qu'est-ce que Jiao Li faisait ici. Le pire fut quand je vis apparaître Ethan au bout du couloir. Et merde... Ces deux là ne devaient pas se rencontrer, ne devait pas... Sauf que dès qu'il fut là, je compris que quelque chose clochait. Je savais que nous ne pouvions pas faire trop de vague, je suivais dans le bureau, tentant de garder mon calmer. Dès que la porte se referma et que j'aperçus le regard d'Ethan, je levais les bras en signe d'innocence.

-"Je n'y suis pour rien. Je n'étais pas au courant de ses projets."

Subitement, une autre chose vint me frapper et mon visage s'assombrit à son tour:

-"Vous vous connaissez... Comme cela est-il possible..."


Je n'avais jamais parler d'Ethan à  Jiao Li. J'avais promis à ma mère de la tenir éloignée de toute cette histoire le plus possible. J'en avais été d'avantage convaincu après les dernières confessions que j'avais entendu. Ma sœur ne devait pas rentrer en contact avec les Beckford. Jamais. On pouvait dire qu'il semblait que j'avais totalement raté mon objectif et dans les grandes marges. Cela m'énervait, j'étais exaspéré d'avance. Cette conversation allait prendre un mauvais tournant si je commençais déjà à vouloir frapper les murs autour de moi. Surtout que cela ne me ferait pas le plus grand bien. J'inspirais profondément avant de détourner mon regard d'Ethan pour le poser sur ma sœur. J'essayais de ne pas lancer des flammes au travers de mes pupilles mais, c'était compliqué. Je n'avais jamais explosé sur ma sœur, j'avais toujours été plus ou moins calmes. Ennoyés, légèrement critiques, mais jamais je ne m'étais mis en colère contre elle. Sauf qu'il y avait une première fois à tout. Et je sentais que j'allais avoir du mal à contenir.

-"Qu'est-ce que tu fais là Jiao Li?"

Je contenais ma rage en avalant ma salive, mon poing serré dans les poches de mon short. Que voulez-vous... j'étais caractériel. Et ça... Sans doutes que les deux personnes dans cette pièce le savait mieux que quiconque. Sauf ceux à qui j'avais casser la gueule bien entendue.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 29 Aoû - 17:23
J’allais passer un sale quart d’heure. Je m’étais préparée psychologiquement à la réaction d’Ethan. Je savais que me croiser dans les couloirs de l’entreprise le rendrait fou. J’avais tourné la situation dans tous les sens, de fait que j’avais fini par imaginer les pires des réactions. Ainsi, j’étais venue préparée. Toutefois, pour Fu Hai, c’était une toute autre histoire. Il était naturel qu’Ethan tombe des nus en me voyant, mais Fu Hai… Je lui disais bien des choses, il était sans doute la personne en qui j’avais le plus confiance, en qui je n’avais jamais craint de me faire juger. Cependant, avec cette nouvelle idée que je cultivais depuis de longues semaines, je n’avais osé piper mot. Je savais que le moment viendrait où il me faudrait lui faire part de mon projet mais, je n’étais pas prête à ce que ce soit si rapide…

Je sentis la main d’Ethan se poser sur mon épaule, alors que je regardais les yeux employés s’éloigner le regard fuyant. J’osais à peine croiser le regard de Fu Hai qui s’avançait à présent vers nous. J’étais fichue. Etrangement, bien qu’étant préparée à ma mort prochaine dans le bureau du Directeur Marketing, je ne m’en préoccupais pas tant que cela. Je me sentais, bien évidemment, noyée sous la culpabilité mais, ma crainte n’était pas leurs cris mais bien le fait de ne pas pouvoir terminer ce stage que je n’avais pas encore commencé.
J’entrai dans le bureau, sans dire un mot. L’heure de ma sentence n’était pas encore arrivée, et il était peut-être préférable que je les laisse hurler leur colère en premier. Fu Hai commença le débat, et sa question me fit me mordiller la lèvre inférieure. « Vous vous connaissez… Comment cela est-il possible… » Je baissais un instant le regard, trouvant un intérêt tout particulier au sol net et propre qui ornait le dessous de mes semelles sombres. Cela allait être long. Oui. Il fallait que je me fasse à l’idée. Je relevais finalement les yeux, pour croiser le regard foudroyant de mon ainé. C’était difficile de soutenir un regard qui d’habitude n’était destiné à mon égard, mais, je m’y tenais. « Qu’est-ce que tu fais là Jiao Li ? » J’avais tant fait pour arriver là, il était hors de question que je me dégonfle maintenant. Je décrispais mes épaules, inspirant longuement avant de prendre parole.

« Je suis en stage. Alors oui, le choix de l’entreprise n’est pas dû au hasard. Oui, j’ai fait exprès de monter un dossier pour entrer pour quelques jours chez Beckford. Oui, vous avez le droit de me crier dessus, mais, sachez que cela ne changera rien. »

J’étais restée parfaitement calme. Cela m’étonnait même. J’avais posé les bases de notre future conversation. Autant l’un que l’autre savait pertinemment à quel point je pouvais être entêtée. Ils l’avaient tous les deux vu à plusieurs reprises.

« Je suis désolée de ne pas t’avoir dit pour mes rencontres avec Ethan… C’était… compliqué. J’ai bien vu que vous ne vous appréciez pas. »

C’était la vérité. Ma première rencontre avec Ethan resterait sans doute à jamais gravée dans mon esprit. La façon dont il avait parlé avec dédain de notre frère m’avait bien refroidit quant à l’idée de rentrer et de dire avec un large sourire « j’ai rencontré notre frère aujourd’hui ! » J’avais laissé les choses durer trop longtemps, et je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même pour ne pas avoir suffisamment préparé le terrain. Cependant, pouvait-il réellement m’en vouloir d’avoir croisé ce frère ? qui plus est, pas pur hasard.

« Il faut que vous compreniez que nous sommes trois dans cette histoire. J’ai peut-être l’air d’une enfant, mais je n’en suis pas une. Que vous le vouliez ou non, je fais partie de cette situation folle dans laquelle vous êtes. »

Je les regardais à présent tous les deux. J’avais bien l’impression que cela serait une conversation avec des sourds. Mais, j’avais espoir qu’il puisse se mettre à ma place. La jeune fille surprotégée par ses frères, mise de côté à qui beaucoup était caché. Parfois, à vouloir trop protéger quelqu’un, nous le poussons malgré nous vers un danger violent. C’était parfaitement le cas. Ils n’avaient pas voulu me faire rentrer dans leur bulle instable, et bien, j’y étais entrée par mes propres moyens. Me faire mal ne me faisait pas peur, c’était quelque chose qu’ils se devaient de comprendre, autant l’un que l’autre.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 11:16
 

Réunion de crise ♦ fu hai & ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réunion de crise
» Réunion de crise [Capitaines]
» Réunion de Crise
» Réunion de crise
» [Fin 231 ABY] Réunion de crise [PV Nathalia Pravdin, Lynn D'Elvaren, Aldrian Greystone, PNJ]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-