AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Kondo Ryota ▬ I...do ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 14 Déc - 21:06
Kondo Ryota Choi Seung Hyun (TOP - BIG BANG)


nom prénom Kondo le nom d’un père que je n’ai malheureusement jamais connu et pourtant, j’ai la vive conviction que ma vie sans lui était plutôt une bénédiction. Ryota, un prénom laissé par une mère sans doute partie trop tôt, mais dont je ne ressens pourtant pas le manque, derrière cette carapace blindée que je me suis forgé, elle reste un souvenir immuable d’une enfance décousue. âge Vingt-Huit ans date de naissance Le 16 mai 1989 ville de naissance Kobe origine Japonais groupe Citoyen avez-vous fréquenté rps? Non, je viens d’une autre institution, l’une de celles qui se dédie à la protection de la population. Les projecteurs et les paillettes… très peu pour moi. sexualité Hétérosexuel, l’alliance à mon doigt témoigne d’une attirance exclusive pour ces êtres à la peau lactée, aux douces courbes, aux yeux de biches et aux lèvres pulpeuses.   vie sentimentale Le chaos… n’avez-vous jamais ressenti ce vide, malgré une présence quotidienne. Cette sensation de manque et de déni qui vous tiraille et vous paralyse ? Ce sentiment d’être coincé sans pour autant trouver la porte de sortie. qualités & défauts Brave - Froid - Perspicace -Distant - Précis - Indépendant - Sportif - Charismatique - Impulsif - Indomptable   situation financière Aisée, néanmoins, je ne suis pas à l’origine de mon patrimoine. Si je jouis d’une vie plus que confortable, je le dois avant tout à ma femme et sa famille, une longue lignée d’avocats, de procureurs et de juges qui se passent le flambeau. Et si je n’apportais dans mon foyer que ma présence et mon maigre revenu d’apprenti flic, aujourd’hui mon salaire me permet enfin d’affirmer ma place dans cette vaste demeure dans laquelle je vis. situation familiale Marié, un boulet à ma cheville dont je ressens le poids chaque jour qui passe. Est-ce la routine qui m’ennuie, ou bien les dix ans de mariage qui me semblent être la plus grosse erreur de ma vie ? permis de conduire ? Oui, si je ne conduis pas une voiture rutilante, il m’arrive cependant de me tenir derrière le volant d’engins bien plus impressionnants lorsque je joue les gardes du corps.   métier supplémentaire Flic. Ne cherchez pas le ripou, je suis droit comme la justice et impartial, du moins lorsque cela ne concerne pas ma vie privée.

Il a grandi dans l’un des quartiers défavorisé de Kobe, fils unique d’une droguée qui n’a pas su s’en occuper Son chemin à croisé celui d’un procureur qui a décidé de le prendre sous son aile et de l’éduquer comme son propre fils Il a ainsi grandi avec celle qui est aujourd’hui sa femme, une éventualité qui ne l’avait jamais effleuré mais qui s’est imposée d’elle même sans qu’il ne puisse avoir son mot à dire Il est donc marié depuis l’âge de 19 ans C’est son père adoptif qui l’a poussé à devenir flic, sans doute la seule chose qui le comble et dont il est fier aujourd’hui Avant d’intégrer les forces de l’ordre, il faisait partie des forces spéciales, un poste qu’il a dû quitté à cause de sa femme qui le voulait davantage à ses côtés, la deuxième erreur de sa vie selon lui Il dispense quelques cours de self défense et est parfois appelé pour animer des ateliers de sensibilisation à la violence dans divers établissement, la RPS en fait partie Il aurait secouru une jeune femme qu’il a trouvé dans la rue et dans un sale état. Depuis elle vit chez le couple, sous la protection officielle de Ryota. Il fume lorsqu’il se sent stressé ou trop acculé, autant dire que depuis son mariage, la cigarette est devenue quotidienne Il a une large cicatrice sur l’abdomen, le résultat d’une mission lorsqu’il faisait partie des forces spéciales, et s’il a grandi dans une famille où il aurait du éprouver une certaine honte à ce sujet, bien au contraire, il estime qu’elle est le trophée de son dur labeur Rares sont ceux qui peuvent prétendre avoir vu son sourire, un vrai sourire. Mais ceux qui en sont témoins peuvent apprécier les fossettes qui creusent ses joues Il n’a aujourd’hui plus aucun contact avec sa mère, mais ce qu’il ignore encore c’est qu’elle est décédée de maladie, son beau père n’a pas jugé nécessaire de le prévenir tout simplement pour garder son emprise sur lui Il pense depuis toujours que sa femme n’est pas au courant des agissement et des menaces de son père, mais là encore, il se fourvoie puisqu’elle est l’instigatrice de plusieurs d’entre elles S’il tentait de se battre contre ce qu’on lui impose depuis sa rupture avec Chiho, il a aujourd’hui baissé les bras et se contente de vivre sans plus chercher d’échappatoire Il a toujours eu du succès auprès de la gente féminine, mais si elles pensaient que son indifférence faisait son charme, elles ignoraient qu’il n’avait juste pas le temps de leur accorder alors qu’il faisait face à d’autre problèmes autrement plus important Si son statut d’homme marié est connu de tous, sa femme reste un mystère, du moins jusqu’à ce qu’on le voit en compagnie de Calliopé alors qu’il venait animer des ateliers de prévention au sein de la RPS. Depuis, beaucoup pensent que c’est elle qui a réussi à passer la bague au doigt du flic Plusieurs femmes auraient tentées de le séduire, mais aucune d'entre elle n'aurait réussi à le faire plier, on dit qu'il est bien trop amoureux de sa femme pour lui être infidèle ...  

***Part 1 : A new family***

J’étais fasciné. Du haut de mes huit ans, je regardais les hommes en uniformes presser le pas dans ce petit studio que je partageais avec ma mère. Je ne comprenais pas pourquoi ils parlaient de maltraitance, ni comment ils en étaient venu à la conclusion que je méritais mieux, mais leur charisme et leur présence était suffisante pour me faire garder le silence. « Chut, vous allez réveiller ma mère, elle dort. » Je vis la mine de l’un des policiers se renfrogner à mon annonce, et alors même que je venais de le prévenir, il entra sans aucune pudeur dans la chambre d’une femme vivant seule avec son fils. La colère s’empara de moi alors qu’on me retenait d’entrer à sa suite, je l’avais pourtant prévenu. La porte grande ouverte, je pouvais le voir se pencher sur le corps somnolant de ma mère, apposer deux doigts sur son coup pour pousser un soupire de soulagement. Mais pourquoi était-il soulagé, ne lui avais-je pas affirmé qu’elle ne faisait que dormir paisiblement ? « J’ai un pouls, mais faible. Elle n’a pas dû être loin de l’overdose. » Soudainement, je les voyais s’agiter, passer l’appartement au peigne fin et dénicher un tas de choses dont j’ignorais l’existence. J’étais ébahi par leur comportement, et j’aurais voulu leur hurler d’arrêter et de nous laisser vivre en paix. Mais je fus témoin ce soir là d’un étrange ballet entre policier, médecins, ambulanciers et surtout… la venue d’un procureur qui imposa le silence de par sa simple présence. Il me semblait immense, et derrière ses verres je savais que ses yeux analysaient tout ce sur quoi ils se posaient. Mais lorsque ce fut mon tour, un frisson me fit trembler. « Et lui ? » « C’est son fils M. le Procureur. » Il me fixait sans jamais ciller, et je me sentais complètement désarmé face à celui devant qui personne ne semblait résister. « Quel âge ? » En dépit de ses yeux dardés sur moi, je savais qu’il ne me posait pas la question directement. « Huit ans monsieur. » « C’est problématique. » Je détestais leur conversation. J’avais envie de leur jeter le même venin acide dont ils me gratifiaient en souillant ma maison de la sorte, mais je restais paralysé et retins même ma respiration lorsqu’il se pencha finalement vers moi. « Tu ne vas as pouvoir rester avec ta mère. » L’annonce fut posée sur un ton calme, trop calme pour que je ne comprenne exactement ce qu’il sous entendait. « Et pourquoi pas ? » « Ta mère est une droguée qui ne sait pas s’occuper de toi, il va donc falloir qu’on te trouve une nouvelle famille. » J’aurais certainement dû riposter, mais le choc m’empêchait de réagir. Une nouvelle famille ? Je refusais même l’idée d’abandonner ma mère, mais que pouvais-je faire alors qu’on m’imposait une décision pour mon bien. « M. le Procureur… nous allons rencontrer un problème pour le faire admettre à l’orphelinat, les places… » « Je m’en occuperais. » Le verdict était tombé, et j’étais incapable d’assimiler autant d’informations pour les contrer. Je ne le savais pas, mais ma nouvelle vie commençait à cet instant, dans une nouvelle famille que je croyais temporaire et qui m’enchaînerait sans même que je ne puisse m’en défaire.

***Part 2 : Be my shadow***

« Tu restes ? » La question lui avait échappé, glissant sur ses lèvres en une invitation derrière laquelle je ne pouvais rester de marbre. « Évidemment. » Elle était cette amie avec laquelle j’aimais passer du temps. Cette lycéenne avec qui je partageais mes journées de cours et avec laquelle un lien fort s’était tissé. Mais notre relation était rythmée par les caprices d’Erika. « Tu es sûr qu’elle ne te dira rien ? » « Ce n'est qu'une amie, et elle n’est pas là… » Je passais mes journées et mes nuits avec elle, si bien que je voulais l’oublier et vivre ma vie. Et même si tous nous prenaient pour un couple, même si tous étaient persuadés que mon avenir ne pouvait être qu’à ses côtés, j’avais d’autres projets et ce soir-là, je voulais simplement profiter de celle que je convoitais. Loin des sentiments et d’un romantisme à toute épreuve, je n’attendais qu’une seule chose : m’évader avec elle. Alors sans plus de mots, je venais m’emparer de ses lèvres en l’encerclant de mes bras. Je sentais la chaleur de sa peau réchauffer la paume de mes mains. Je sentais son cœur cogner contre sa poitrine pour résonner à l’unisson avec le mien. Je sentais son souffle erratique faire écho à ma respiration irrégulière. Et je la poussais délicatement vers le lit qu’elle occupait dans cette minuscule chambre. Je venais goûter la chair tendre de son cou, inhaler son parfum et tracer du bout des doigts ses courbes douces que j’exposais sans gêne. Je n’étais pas amoureux, mais je voulais découvrir avec elle ce que j’ignorais encore. Elle fut ma partenaire d’une nuit, une seule et unique nuit durant laquelle je fis frémir ses muscles avant de m’endormir en la conservant jalousement contre moi. Je ne parvins à m’endormir qu’en sentant son souffle profond devenir régulier se perdre sur ma peau.

« Ryota… » « Hmmm… » Les yeux fermés, je resserrais mon étreinte sur ses bras nus. « Dors… » soufflai-je. Je ressentais encore la fatigue anesthésier mes membres, et je refusais d’ouvrir les yeux. Voulant uniquement allongé ce moment passé ensemble. « Ryota, réveilles-toi s’il te plait » Elle chuchotait, mais dans sa voix je sentais l’empressement sans même y faire attention. « Lèves-toi ! Je n’ai surement pas plus envie que toi d’exposer le corps nu d’une adolescente ! » Je sursautais en entendant la voix grave que je ne connaissais que trop bien, ouvrant les yeux sur la chambre encore plongée dans l’obscurité. « Monsieur Kudo… mais qu’est-ce que.. » « Lèves-toi et habilles toi. » D’un geste, il me balançait mes vêtements avant de sortir prestement accompagné d’un homme que j’identifiais comme l’un de ses collaborateurs. Ou l’un de ses hommes de mains. Le silence accompagna chacun de mes gestes, et je lançais un dernier regard à Chiho avant de l’abandonner. Derrière la porte, je retrouvais mon bienfaiteur, mon père de substitution mais aussi, le père biologique d’Erika. « Je peux savoir ce que tu fais ? » « Monsieur… je n’ai rien à me reprocher ! Je ne comprends pas la raison de votre visite, et encore moins alors que je suis avec Chiho. » L’homme qui m’avait toujours refusé la moindre proximité soupira. Passant sa main nerveusement sur sa nuque, ou bien était-ce de l’agacement ? « Et Erika ? » Le nom de mon amie, sa fille résonna dans le couloir, et malgré moi,  je savais exactement où il voulait en venir. « Erika est une très bonne amie, je… » « Amie ? Jeune homme, tu sais qu’elle t’aime ?! » Sa déclaration eut l’effet d’un coup de poing porté directement à mon estomac. Jamais je ne l’avais considéré autrement que comme la fille avec qui j’avais grandi, une sœur plus qu’une amie. « Quoi ? Non, je… » Son regard noir et glacial acheva de me faire taire. Je ne savais comment réagir, et je me sentais pris au piège. Ô combien j’avais raison d’être méfiant, mais à l’adolescence et sans ressources… comment envisager vivre seul ? « Tu ne vas plus revoir cette fille. Pour Erika, et surtout pour toi. » « Pour moi ? » Le rictus étira ses lèvres, et celui que j’avais considéré comme un sauveur me semblait tout à coup montrer son vrai visage. « Tu sais que ta mère est en cure, elle ne réussit pas brillamment, mais si tu veux qu’elle puisse retrouver un travail à sa sortie, et si tu veux pouvoir continuer à la voir… je te conseil d’être bon avec Erika. » Jamais je n’aurais cru entendre un chantage aussi odieux passer ses lèvres. Mais ce fut pour moi le début d’une vie imposée, celle dans laquelle je ne pouvais qu’être spectateur passif et docile.

***Part 3 : Wedding day***

« C’est le grand jour ! Il faut que tu sois impeccable pour ma fille ! » « Elle m’aimera même vêtu d’un sac poubelle… » plaisantai-je. Si je souriais, le cœur n’y était pas. Deux ans seulement s’étaient écoulés depuis cette première menace, depuis qu’il m’avait arraché aux bras de Chiho. Il avait fait de moi un pantin incapable de réfléchir par lui même, une poupée de chiffon avec laquelle il s’amusait dans le seul but de combler les caprices de sa fille, la prunelle de ses yeux. J’avais dû abandonner celle qui me regardait avec douleur chaque fois que je passais à côté d’elle aux bras d’une autre. L’aurais-je ignoré si je l’avais aimé ? Le rire tonitruant de mon futur beau-père me glaça le sang, mais je ne laissais rien paraître. « Je n’en doute pas une seconde. Erika a su se choisir un homme bien, je suis fier de toi Ryota ! » Mensonges… Il n’y avait aucune fierté dans ses yeux, pas même de bonté juste le noir abyssal de deux onyx qui se voulaient menaçant  encore et toujours. Je n’avais pas choisi, on m’avait imposé ce mariage, et si j’avais dit non… on m’aurait enlevé les quelques visites qui me permettaient de voir ma mère. Je repensais à cette femme usée par le temps et les substances illicites, son regard vide et triste lorsque je lui avais annoncé mon mariage. Tu es bien trop jeune Ryo… Ne commets pas cette erreur je t’en supplie. J’aurais aimé l’écouter, j’aurais aimé pouvoir lui répondre que ce n’était qu’une vaste plaisanterie, mais c’était impossible. Je fus tiré de mes songes par le procureur qui tirait sur le nœud papillon pour le resserrer et m’étouffer davantage. « Tu es prêt ! » Le sourire transformait son visage, son regard se fit plus doux et il me semblait tellement différent. Presque bienveillant, mais en une fraction de secondes, son aura emplit de nouveau l’atmosphère et appuya sur mes épaules alors qu’il me couvrait d’un regard à nouveau noirci par la détermination et le contrôle qu’il exerçait sur moi. « Dois-je te rappeler d’être bon avec Erika ? De prendre soin d’elle et de lui vouer un amour sans faille ? Elle va abandonner son nom pour le tien et tu es le seul à qui j’accepte de la céder. Je ne pense pas me tromper en disant qu’il n’est pas nécessaire de répéter les quelques conseils que je te prodigue depuis ces deux dernières années. » Au fils d'une droguée... pensai-je. Ma respiration était difficile, mais je savais exactement de quoi il parlait. « Non, ce n’est pas la peine en effet. Je saurais prendre soin d’Erika. » Je forçais le sourire qui fit écho à celui d’un procureur bien trop impliqué dans la vie de sa fille, et surtout de la mienne.

Elle était sublime dans sa longue robe blanche, et son sourire éclipsait tout ce qui l’entourait. Il n’y avait plus qu’elle. J’aurais aimé pensé ça. J’aurais aimé lui sourire en retour, lui témoigner de l’amour que je n’éprouvais pas et dont j’allais pourtant faire la promesse devant témoins. J’attrapais sa main lorsqu’elle arriva à mon niveau, mais si la nervosité compressait ma poitrine, mes gestes trahissaient une assurance que je voulais être la preuve d’un engagement et d’une promesse, non pas à ma future femme, mais à cet homme qui tirait les ficelles. En quelques phrases seulement, je devenais un homme marié. Dix neuf ans seulement… Les félicitations pleuvaient et elles me transperçaient le cœur telles des flèches empoisonnées destinées à me faire plier davantage. Je me contentais de me tenir droit et de les recevoir, persuadé que je commettais la plus grosse erreur de ma vie, mais il me suffisait de croiser le regard de son père pour me raviser et repousser l’idée de m’enfuir à toute jambe. Dans un dernier effort, je levais mon verre en direction de mon beau-père avant d’abandonner ma dignité et ma fierté. J’enroulais un bras autour de sa taille pour la rapprocher de moi, et ce simple geste provoqua un frisson qu’elle compris comme un signe latent d’impatience et de désir, mais il me fallait jouer mon rôle. « Félicitation madame Kondo. C’est officiel, tu m’appartiens désormais. » Ma déclaration eut l’effet escompté et elle m’offrit un sourire émut avant de m’enlacer. Je jouais les amoureux transit, lançant un dernier regard en direction de cet ami qui n’avait pas besoin de savoir lire entre les lignes pour comprendre. Je vis Kyo secouer la tête avant de s’intéresser de nouveau à son verre alors que je reportais mon attention sur Erika et prendre possession de ses lèvres. Un baiser tendre mais dans lequel je cachais ma frustration et mon désarroi.

***Part 4 : You’ll never be anything else but a husband***

« Tu as perdu la tête ? Je ne vois pas d’autres explications, tu es devenue folle ! » « Non, j’ai les idées parfaitement claires. Ryo… nous somme mariés depuis quoi… six ans. Tu passes plus de temps sur le terrain qu’à la maison, comment veux-tu construire une vraie relation si tu n’es jamais là ? » Je voulais faire la sourde oreille et ne pas entendre ses arguments trop faciles. Néanmoins il y avait une part de vérité dans ses accusations, mais si je le lui concédais… « Et que va penser ton père ? C’est grâce à lui que j’ai pu entrer dans les forces spéciales, c’est un manque de respect que d’abandonner mon poste ! » Je me fichais pas mal de mon beau père, je me cherchais juste une excuse pour continuer à exercer ce métier qui me faisait vibrer, et surtout, qui me tenait éloigné d’elle. Cette femme qui réclamait davantage qu’une vie commune et partagée tous les six mois. « Je me fiche de mon père Ryo… mais tu dois quitter ce travail. Comment veux-tu fonder une famille en étant si loin ? » « Fonder une famille ? Tu quitterais ton poste d’avocate pour fonder une famille ? » « Je ne risque pas ma vie contrairement à toi… » D’un geste, je lui intimais de se taire, pinçant l’arrête de mon nez en quête d’une raison valable et dont elle pourrait se repaitre pour que je puisse continuer de vivre ma vie. Mais je ne pus retenir l’agacement et la consternation d’une demande aussi déraisonnable qu’égoïste. La discussion prit des airs de combat, et à chaque excuse qu’elle tentait d’utiliser contre moi, je ripostais. Refusant de céder cette parcelle qui n’appartenait qu’à moi. Les voix s’élevaient et les cris s’entrechoquaient et se mêlaient pour que finalement je ne puisse plus en supporter davantage. « Cherches toi un autre mari qui sera capable de se plier à ta volonté et de jouer au petit chien en remuant fièrement la queue devant toi. J’abandonne. » Je ne lui laissais pas le temps de répliquer avant de passer la porte de mon enfer pour la claquer avec force derrière moi. Je m’évertuais pourtant à conserver un calme olympien depuis huit longues années, juste dans l’espoir d’enfin pouvoir quitter cette famille qui ne vivait que de manipulation et engloutissait tout sur leur passage. Et je cherchais, comment ma vie avait-elle pu être conditionnée à ce point sans que je ne m’en rende compte, comment avais-je pu seulement accepter de jouer au parfait genre ? Comment avais-je pu me laisser mettre la corde au cou sans même me débattre ?

J’errais, une âme solitaire à la recherche d’un havre de paix avant de me laisser tomber sur l’un des banc en bois du parc. Je contemplais la descente du soleil, disparaissant derrière l’horizon, et je laissais la colère s’évaporer pour tenter de réfléchir calmement à un moyen de me soustraire à cette vie. Mais je fus interrompu par une autre âme qui semblait elle aussi en quête d’un peu de tranquillité. Lui accordant cet espace dont elle avait surement besoin, je me levais avant d’être retenu par sa main sur mon bras. « Pourquoi partez-vous, il ne me semble pas vous avoir chassé. » Elle me gratifia d’un sourire dans lequel je pouvais aisément deviner les pensées voluptueuses derrière ses prunelles qu’elle faisait glisser sur moi. « Je suis marié. »  Elle lâcha son étreinte et alors que je pensais m’éloigner pour retrouver le calme auquel j’aspirais, je croisais le regard de celui qui me tenait dans le creux de sa main. « Je n’aurais pas mieux dit ! » « C’est Erika qui vous envoie ? C’est fini, je ne supporterais pas plus ses caprices ! » J’avançais pour arriver à son côté et le dépasser sans même lui accorder un regard, mais ma détermination trouvait sa limite alors que sa poigne se refermait sur ma gorge. « Tu penses pouvoir décider seul ? » Je sentais ses doigts appuyer échauffer ma peau, mais je me refusais à lui donner le plaisir de vouloir me débattre. Je me contentais de lui offrir le regard noir qu’il m’inspirait depuis tant d’années. « Ecoutes-moi bien, tout ce que je t’ai donné, je peux le reprendre en un claquement de doigts. Ta mère, ton métier, je peux te ruiner à tel point que tu supplieras pour qu’on mette un terme à ton existence. À quoi bon s’accrocher à un poste que de toute façon tu ne seras pas capable de garder par ta simple volonté ? Peu importe tes compétences et ta motivation, tu ne feras plus partie des forces spéciales puisqu’Erika ne le souhaite pas. Est-ce suffisamment clair ? » Il relâcha soudainement son étreinte, provoquant une quinte de toux que je ne pus contrôler… comme ma vie. Mais je refusais de lui répondre. « Bien, maintenant que tout est clair. Je te conseille de rentrer et d’embrasser ta femme et te faire ce pour quoi tu es devenu son époux. » Son visage se tordit en un sourire, une grimace que j’avais appris à haïr. « J’espère voir mes petits enfants bientôt ! »

***Part 5 : You***

Un pas après l’autre, je trottinais comme chaque matin alors que l’aube s’emparait du ciel. Je voyais le soleil se lever et éclairer doucement les rues et réchauffer le monde de ses rayons. Je courrais pour me défouler, pour oublier et me préparer à devoir à nouveau abandonner ce qui m’était cher. Alors je m’éclipsais. Je fuyais le domicile conjugal pour arpenter les rues de ces quartiers pavillonnaires dans lesquels je faisais tâche. Une routine qui me permettait de ne pas devenir fou, de m’aérer l’esprit pour rentrer chez moi et reprendre ce rôle qui me donnait la nausée. Mais ce matin-là fut différent. Je ralentissais mon rythme à la vue d’une silhouette qui semblait marcher avec difficulté. J’aurais pu simplement la dépasser, et continuer ma route, mais l’instinct du policier prit le dessus et m’obligea à m’arrêter pour surveiller cette personne dont la démarche trahissait une douleur certaine. Je fixais son dos et ses longues mèches brunes emmêlées et vis sa main d’une blancheur maladive attraper le pan de sa veste de fortune pour la resserrer contre elle. Je la suivais prudemment, prenant garde à ne pas révéler ma présence, les yeux furetant les alentours à la recherche… à la recherche de quoi ? Je n’avais aucune idée de ce qui avait pu la mettre dans cet état. Je préférais néanmoins m’assurer qu’il ne s’agisse pas d’un piège avant de la rejoindre. « Est-ce que tout va bi… » Je n’eus pas le temps de poser ma question que son regard et son état me pétrifièrent. Ses yeux brillaient d’une détresse sans nom alors que sous son manteau rongé et troué j’apercevais son corps couvert de quelques tissus élimés. Des sous-vêtements complètement usés et sales, qui ne parvenaient pas à cacher les plaies qui recouvraient sa peau. Son visage n’y avait pas échappé non plus, tailladé par endroit, abîmé et dont je pouvais deviner les traces laissées par ses larmes séchées. Stupéfait par cette vision digne d’un film d’horreur, je restais sans voix face à celle qui semblait braver les éléments. La frayeur illumina ses iris avant que ses paupières ne chutent pour faire disparaître ce regard sans vie qui resterait gravé dans ma mémoire. Son corps s’effondra et je le rattrapais de justesse avant qu’elle ne heurte le sol. Je la déposais sur le sol avec douceur, inquiet de son état et prêt à lui prodiguer les premiers soins. Sous la pulpe de mes doigts je sentais son pouls battre avec paresse, j’entendais sa respiration lente et superficielle et je savais que le temps lui était compté. J’appelais une ambulance à la hâte, ignorant jusqu’où s’étendaient ses blessures je préférais la sécurité en la laissant immobile. Je fis cependant glisser mes doigts sur son abdomen à la recherche d’une éventuelle fracture, et en dépit de mes maigres connaissances médicales, je pouvais distinctement sentir ses côtes inégales sous les bleus qui coloraient sa peau. « Mais d’où viens-tu ? » Je relevais les yeux en quête d’un indice, mais rien. Même les poches du manteau qu’elle semblait avoir ramassé étaient vides, sans me fournir d’indication quant à son identité. Le soulagement s’empara de moi lorsque j’entendis la sirène de l’ambulance déchirer le silence matinal, et dans la pénombre, je me délestais de ma veste pour la lui céder. La brise printanière s’insinua sous le tissu fin de mon débardeur, mais j’ignorais le vent pour soulever délicatement le corps de la jeune femme inconsciente.

« C’est tout ? » « Malheureusement, je n’ai pas plus d’information. Est-ce qu’elle est tiré d’affaire ? » « Plus ou moins. Elle est victime de fractures multiples et de lésions sur tout le corps. Je pense qu’elle a été séquestrée au vu des marques sur ses poignets, mais elle s’en sortira. » Devais-je me sentir soulagé de savoir qu’elle allait pouvoir ouvrir les yeux sur un monde qui l’avait laissé en piteux état. « Merci. » Je saluais le médecin alors que l’un de mes collègues entra dans la chambre. « Ryota ! J’ai les réponses à ce que tu m’as demandé. » « Alors ? » « Pour le moment elle va rester à l’hôpital, mais ils n’ont pas assez de place pour la garder. Elle va être placée sous tutelle, et mon vieux. C’est toi qui as été choisi. » « Quoi ? » Je ne rechignais pas à lui venir en aide, mais je n’étais pas sûr que l’intégrer à un foyer dans lequel la manipulation et les menaces étaient monnaie courante soit une bonne idée. Mes yeux glissèrent sur l’endormie, déshydratée, affamée, abusée, séquestrée… pourquoi lui infliger un nouveau supplice ? Mais j’ignorais à ce moment, qu’elle deviendrait plus qu’une victime à mes yeux. J’ignorais qu’elle serait mon premier combat, celle pour qui je ne baisserais jamais les bras, et je me promettais, de veiller sur elle comme je n’avais pas pu le faire pour cette mère dont le silence me lacérait le cœur.

derrière l'écran


pseudo lilyko, toujours la même   âge j’ai pas vieilli depuis     presence connexion   3-4/7 parfois je passe et j’oublie de me connecter en vrai, donc je suis fantôme, mais je suis là presence rp  2/7 toujours le week end uniquement :/ personnage inventé ou scénario  Inventé

Code:
<span class="botinsym">■</span> <font color="#e98ab0">Choi Seung Hyun<span class="sfp">➦</span> T.O.P [BIG BANG]</font> <span class="sfp">»</span> Kondo Ryota

avatar
Antachai Katreeya
Pseudo : Laady / Heerin messages : 1308 Yen (¥) : 784 Avatar : Myoui sweetie mina [TWICE] DCs :

Celle qui est bonne a interner, Tsuyu, celui qui est resté a l'école trop longtemps Ichigo, celui qui à toujours son nez dans les livres Ho Seok, celui qui aime un peu trop les boobs Wu Xian, celui qui prend ses cours à la rigolade Takeru et celle qui tente de se reconstruire Akina

Age : 21 ans Date de naissance : 16/10/1996 Astrologie : balance Métier : Retour à la case départ. Je joue à nouveau les bébés sucrés Année : 4e année Résidant à : Chuo Notes :

► Rendre visite à maman. Dire que ça fait déjà 4 ans
► Je devrais peut-être commencer à me pencher sur mes origines occidentales et mon géniteur. Même si, vraiment, ca ne m'enchante pas
► Dire a Sakura et son gosse de venir chez moi. Marre de voir l'autre con de Sasuke
► D'ailleurs il faudrait que je m’entraîne avec elle



► Mettre en place la nouvelle choré avec Bohan et Wonhee
► Rayer la peinture et crever les pneus de ce connard de
► Peut etre songer à rejoindre une agence qui sait
► Aller aussi acheter du maquillage. Je suis ruinée
Navigation :

Bitch, mode d'emploi
One black night getting dark dirty naughty
Call me baby
Me likey
Ce message a été posté Jeu 14 Déc - 21:07
Je pose ma marque

JE FAIS MA FANGIRL !!!!!!!

A défaut de ne pas avoir la petite blonde, je t'offre la brunette XDDD -out-

Comment je suis heureuse que tu ais faibli, en plus avec la perfection qu'est T.O.P ca ne fait que combler. T'en fait pas, patience et je reviendrais a fond pour qu'on fasse nos rp de fifous ensemble pour nos deux handicapé du coeur

Et je l'aime déjà ton Ryo

Fightin pour le reste ta fiche avec plein d'amour *s'en va a ses dernière revisions*

edit : voilà tu l'as ta déclaration

avatar
Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 14 Déc - 21:17
Fais moi donc une déclaration d'amour au lieu de juste poser ta marque

avatar
Park Jennie
Pseudo : Maylee messages : 848 Yen (¥) : 910 Avatar : Baek Su Min Cr.shinju.dot DCs :
Age : 21 ans Date de naissance : 02/06/1996 Astrologie : Gémeaux, rat Métier : Début mannequinat Année : 1ière Notes :
Dire à Raijû le pourquoi je me suis séparer de lui.
✽ Réssuir à faire 50 longueurs en natation sans m'arrêter.
✽ Apporter des sushis pour mes colocataires
✽ Demander à mon père de me financer pour m'éloigner de ma mère
✽ M'éloigner pour de bon de ma mère, elle commence à être trop envahissante, mais je ne peux pas la laisser...
✽ Adopter un chat


✽ Faire confiance en amour
✽ Avoir confiance en moi
✽ Ne pas avoir peur de faire face à la vie

Navigation :

ProfilRelationsInstaTwitterMy #

Ce message a été posté Jeu 14 Déc - 22:11
Eh bah eh bah ! Que des canons tes comptes

Rebienvenue à toi

avatar
Hasegawa Calliopé
Pseudo : juh messages : 492 Yen (¥) : 882 Avatar : park chae young [rosé] - made by miki ♥ DCs :

bae yun hua & son hye ni


Age : 19 ans Date de naissance : 13/11/1998 Astrologie : scorpion & tigre Métier : rookie à la a.e. Année : 2ème Résidant à : dortoir numéro 2 Notes :

lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.


Navigation :

fiche & liens & rps


Ce message a été posté Jeu 14 Déc - 22:44
C'est bien de céder à la faiblesse, je pense que tu ne le regretteras pas
J'aime beaucoup ton perso, j'ai plusieurs idées en réserve mais tu le sais déjà
Bon courage à essayer de calmer les étudiants sauvages /out/

Rebienvenue & bon courage pour la suite de ta fiche

avatar
Lee Kyann
I am the strawberry fonda
Pseudo : Miki messages : 23198 Yen (¥) : 18912 Avatar : Kim Tae Hyung DCs : London ☽☆ Kellian ☽☆ Shion ☽☆ nai ☽☆ Mika ☽☆ Ryoma ☽☆ Sasuke ☽☆ Dakota ☽☆ Haru ☽☆ Phoenix ☽☆ taiga ☽☆ Shinya ☽☆ Zero ☽☆ Candy ☽☆ Hyoga ☽☆ Hinata ☽☆ Inaho ☽☆ Dewei ☽☆ Dan ☽☆ meliodas ☽☆ Ace ☽☆ Tenma ☽☆ Wu Liang ☽☆ Seiha ☽☆ Tsubasa ☽☆ Nobu ☽☆ Ritsu ☽☆


Age : 22 ans Date de naissance : 23/12/1995 Astrologie : Capricorne Métier : Ancien espoir du football, travail dans un salon de coiffure + dans un parc d'attraction! Année : troisième année Résidant à : Dans une maison à Shibuya avec Ji Hyuk ♥ Notes : » Ramener Billy the cat à la maison malgré les deux grosses bêtes de Ji Hyuk » Faire des heures supplémentaire au salon de coiffure » Poster mes nouveaux croquis sur mon blog, ça fait longtemps que je n'ai pas mis à jour le site » Parler foot avec Kyota.




» Installé avec Ji Hyuk dans une maison à Shibuya » Faire attention au budget et aider chaton à trouver un boulot » retourner au brésil » préparer notre soirée pour la saint valentin. » retrouver la mémoire aussi ce serait bien.



Navigation :
JiKyann forever ♥️




On a tous une histoire à raconter, qu'elle soit courte ou bien longue, la vie est remplis de surprises et de souvenirs, la plupart sont partagés avec nos amis avec qui on aime se remémorer le passé.





téléphone twitter instagram blog


Ce message a été posté Ven 15 Déc - 5:00
Re'bienvenue
La faiblesse c'est cool fufu
Courage pour terminer ta fiche en tout cas


☽☽ we could build a universe right here, all the world could disappear. wouldn't notice, wouldn't care, we can build a universe right here. the world could disappear, i just need you.

avatar
Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 15 Déc - 6:27
C'est toi ? ET ta faiblesse puissante ? MAis j'aime tu le sais !! On va faire de grandes choses ensemble *prends des pop corn et les lance sur les gens* rejoins moi xDD

avatar
Nishi Mahiru
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ messages : 649 Yen (¥) : 1157 Avatar : lee dae hwi (wanna one) DCs :

kwon ji hyuk ft. jungkook (bts) siam raylai ft. bambam (got7) Baek Peter ft. jae (day6) serizawa loukas ft. daehyun (bap) Yagyu Berry ft. woozi (seventeen) Murakami E. Dawn ft. jimin (bts) Matsui Junya ft. yoseob (beast) Heiwajima Astéria ft. lisa (blackpink) Byakuya Raijû ft. jooheon (monsta x) Ahn Reagan ft. yugyeom Usagi Momiji ft. sunyoul (up10tion) Inuzuka Reon ft. jinhwan (ikon) Wu Yulian ft. luhan Onishi Karuma ft. hyunbin (jbj) Choi B. Asher ft. hyunsik (btob) Kirisame Setsuna ft. n (vixx) Aomine Shun ft. jonghyun (shinee) Bakugo A. King ft. sanha (astro) Byun Bae ft. winwin (nct) Soejima Yahiko ft. subin (victon) Tsukasa Aoba ft.jaejin (fti) Tenzin Nyima ft. jinho (pentagon) Liu Bei Fang ft. chenle (nct dream) Enmadô Nora ft. donghyun (mxm) Shinome Izuku ft. minho (shinee) Jones C. Spencer ft. vernon (seventeen) Hayashi Elyas ft. yukhei (nct)

Age : 17 ans Date de naissance : 29/01/2001 Année : 1ère année Résidant à : dans une guest house à shibuya. Notes :



la vie, ce n'est pas toujours ce que l'on croit. on peut cacher la souffrance derrière un sourire, exprimer sa joie à travers des larmes, donner son opinion avec véhémence ou se taire pour rester discret. la vie, ce n'est pas seulement être soi, mais voir qui sont les autres autour de soi. son père s'est barré pour une autre femme quand il était enfant. sa mère est atteinte de démence et vit dans une maison spécialisée. mahi peut la voir une à deux fois par jour. s'il le souhaite. il a une soeur aînée qui l'a élevé en l'absence de leurs parents. c'est l'unique membre de sa famille a qui il tient énormément. son père s'est remarié avec une femme, il a deux autres fils. sa belle mère ne veut pas de lui parce que c'est le fils de cette folle et qu'il pourrait être comme elle. sa soeur est parti vivre dans une ville voisine avec son mari. mahiru tente de lui rendre visite dés qu'il peut. étant seul, il vit dans une guest house payé par son père en dédommagement. cela fait bientôt un an qu'il vit là-bas, depuis que sa soeur a déménagé et qu'ils ont vendu l'appartement de leur enfance. mahiru est diabétique, il doit se piquer trois fois par jour et surveiller son taux de sucre dans le sang. il ne sort jamais sans son insuline. en primaire, il a été victime d'enlèvement avec un autre garçon. pour se protéger lui-même, mahiru a oublié cet épisode là mais voit quand même un psy. il a des frayeurs nocturnes qu'il juge sans raison, ça le réveille à n'importe quel moment de la nuit, en sueur ou en hurlant. c'est un membre du club de volley, malgré sa petite taille, il est doué et plutôt sportif. de nature dynamique et enjouée, mahi garde un coté enfantin et malicieux. il a lui-même peur que la maladie de sa mère soit héréditaire mais ce n'est pas le genre de truc qu'il confie aux autres. ses boissons favorites sont celles à base de mangue ou de fruit de la passion. les poulpes le dégoûte, surtout quand c'est vivant dans une assiette. il ne mange rien qui est encore vivant.





gamin, il faisait du piano. de temps en temps il joue sur celui de la salle de musique, pour se remémorer les partitions d'antan. son animal préféré est l'éléphant, il possède plusieurs statuettes dans sa chambre. il aime les plantes d'intérieur comme l'orchidée, pourtant il ne sait pas s'en occuper et le fait vite mourir. il se juge lui-même physiquement pas attirant, ou laid. son sourire est communicatif, c'est sûrement ce qu'il trouve de plus potable chez lui. il ramasse le moindre parapluie qui traîne dans la rue et le ramène chez lui, juste pour les stocker dans sa chambre. ses plats préférés sont ceux à base d'épice, comme le curry, paprika, cumin, piment, etc il a gardé la chaîne en or de son père, avec l'alliance de sa mère enfilé dessus. c'est un sensible, il a la larme facile, que ce soit devant un film, un reportage, des récits de famille, etc. il ne supporte pas la fumée de cigarette (tabac en général) il fait le service dans le restaurant traditionnel à côté de chez lui, parfois il aide aux cuisines ou au ménage. il a une cicatrice au coude, souvenir de sa semaine d'enlèvement. un coin de meuble et une chute un peu trop violente, et voilà le résultat. il a un poulet nommé monsieur pic, ainsi que plusieurs rats (en cage ou en liberté dans sa chambre). orgat, crumble et grenadine.
Navigation : fiche de présentation never be late rps phone




Ce message a été posté Ven 15 Déc - 9:08
j'approuve aussi ! le choix du boulot va tellement bien avec la tête de top !  
un personnage vraiment intéressant, je manquerai pas de squatter ta fiche (j'ai des idées pour une fois /out/)
rebienvenue à toi & bon courage pour la suite & amuses-toi bien avec lui


welcome to neverland
i'll be your peter pan ▬ All the lonely people stick together. Be each other’s comfort.

avatar
Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 15 Déc - 20:33
Antachai Katreeya a écrit:
Et je l'aime déjà ton Ryo
Si tu ne l'aimais pas je t'aurais fait craquer de toute

Antachai Katreeya a écrit:
edit : voilà tu l'as ta déclaration
C'était si dur que ça ?
C'pas grave va, je me vengerais inrp

Jennie : N'est-ce pas
Dois-je te mordre même sous cette forme ?

Callie : Ma choupette
J'aime toutes tes idées et tous tes persos !
Viens donc faire semblant d'être ma femme

Kyann : Je sais ...
Merci chou

Eun Mi : POURQUOI TU LANCES DES POP CORNS ? DONNES M'EN PLUTÔT VILAINE
Nourris moi
J'vais adorer ma petite Amy j'en suis sûre

Mahiru : Que de compliments... j'en rougis comme une jeune fille tiens
Gardes tes idées bien au chaud surtout, je veux les connaitre pour qu'on se fasse un petit lien de l'amour (ou du désamour c'est comme tu veux j'suis open )

Merci les enfants, j'espère tout finir ce week end, soyez sages

avatar
Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 16 Déc - 22:51
kondo ryota a écrit:


Jennie : N'est-ce pas
Dois-je te mordre même sous cette forme ?

Oui

On va t'attendre, croit moi

avatar
Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 17 Déc - 9:50
Mais mais !!!! Vas y ok je te nourris alors fais moi rire !!!
On va bien ... s’amuser

avatar
Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 17 Déc - 10:33
Sora : "on ?" Toi et tes multiples personnalités donc
Mais si je te mord... y'en a un qui va être jaloux

Eun Mi : Ouais, je les entends d'ici les deux zigotos qui vont se moquer de moi

avatar
Ahn Reagan
the wild fox admin
Pseudo : calimena ✧ messages : 1475 Yen (¥) : 1248 Avatar : kim yugyeom (got7) DCs :


« le chat sauvage » jihyuk « le sale gosse vulgaire» raylai « le faux double » peter « le sportif extrême » loukas « le minimoys à la fraise » berry « le nolife » dawn « le muet » junya « la prégnante » astéria « le tatoueur tatoué » raijû « le lapin crétin » momiji « le prof timide » reon « l'aubergiste » yulian « le fils yakuza » karma « le prof de médecine » asher « le journaliste » setsuna « l'idole, fils héritier » shun « le roi des cons » king « le mangaka » bae « l'espion du royal shit » nyima « le pervers dyslexique » yahiko « l'enfoiré de service » aoba « le petit chat » Mahiru « le chinois » beifang « le remplaçant » izuku « futur producteur » nora « le tunisien » Elyas « l'américain » Spencer « le patineur hockeyeur » Honoka « le casanova » haruto


Age : vingt ans ♥ Date de naissance : 24/01/1998 Astrologie : born {signe} × {signe} « citation signe » Année : 2ème année Résidant à : royal, dans une chambre et sinon, dans une villa à séoul pour les vacances, sinon je squatte chez inaho. Notes :



acheter des étoiles fluorescentes pour mettre au plafond dans le dortoir ☾ mettre la main sur ma cousine adorée ✩ tenir une conversation avec mon senpai ☾ piquer le télescope du club d'astronomie pour regarder les étoiles sur le toit du lycée ✩ participer à un événement particulier ☾ mettre à jour la playlist du club de radio, ça commence à faire les mêmes chansons toutes les deux minutes ✩ offrir un cadeau à mes supers colocs du w-e ☾ changer les idées de ma cousine, ça m'attriste de la voir comme ça ✩ squatter chez haneul pour tester son matos ☾ prouver à rukia que la vie vaut la peine d'être vécu et que la mort n'est pas si effrayante ou menaçante ✩ faire regretter à cette peste de m'avoir largué ☾ forcer inaho à m'inviter au cinéma ✩ ne pas finir trop mal à la prochaine soirée étudiante





réviser sérieusement ☾ sortir inaho de sa dépression ✩ avoir des meilleures notes et un meilleur bulletin ☾ ne pas faire attention à ceux qui m'emmerdent ✩ manger des ramens ☾ appeler mes parents de temps en temps
Navigation : présentationlienrpphone




Ce message a été posté Dim 17 Déc - 14:29
franchement sublime comme histoire
on ne peut que détester le père et sa fille !
mais du coup je suis curieuse pour la rescapée
enfin bref ! amuses-toi bien avec lui

Hey te voilà validé mon enfant!

Bienvenue sur Royal Private Schools te voilà validé! Surtout amuse toi parmi nous sans te prendre la tête! Et maintenant que tu as fait le plus "chiant" participe au forum pour des moments agréable, foufous et funny garantit! =3 Voici quelques trucs qu'il te faudra faire rapidement pour être totalement complet! Déjà première chose remplir ton profil (très important!), ta fiche de relation et ta fiche de rps (obligatoire bien sûr), ton Espace multimédia (Facultatif, si tu en demande un il faut le remplir!) . Pense a te Recenser et a demander un rp . N'hésite pas à faire un tour dans le bon coin pour trouver des liens importants ou en chercher. Le flood! t'ouvres également ses portes, alors rejoint nous~~♥️ Puis n'hésite pas à faire le tour du forum et nous dire si tu as des questions.

Si jamais tu trouveras un récapitulatif des liens importants ici


life is worth living
I ain't perfect, won't deny. Only God can judge me ▬ so live another day. people make mistakes. doesn't mean you have to give in. life is worth living again.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté
 

Kondo Ryota ▬ I...do ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kondo Ryota ▬ I...do ?
» Présentation Ryota Sakamoto
» Kise Ryōta | Perfect Copy
» [De [Aomine Daiki] à [Kise Ryota / Conversation n°1 ][Finish']
» Sakamoto Ryota ft. Yamada Ryosuke
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! ::  les archives du forum :: Les fiches perso/lien/rp-