AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 week-end ft junjun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 8 Oct - 12:00


Sursautant, j'ouvris les yeux avant de rester figé. La sueur perlant sur mon front, j'avais l'impression de voir quelqu'un face à voir, comme si une personne s'approchait de moi, elle s'approchait oui, je la voyais bouger et poser ses mains sur moi. Mon cou chauffait, on m'étouffait, non, on m'étranglait. Suffoquant, je cherchais à bouger sans pouvoir le faire. Ce n'était pas la première fois que ça faisait ça en même temps. Depuis cinq ans maintenant, tout ça me hantait. Inspirant longuement en tentant de me défaire de cette paralysie, je pus cligner des yeux et bouger mon corps au bout de ce qui me paraissait être une éternité. Le souffle coupé, je me tournais sur le dos avant de m'assoir sur le lit. Allumant la lumière, je passais mes mains sur mon visage. Il était quatre heures du matin, je ne me rendormirais pas. Autant me lever.

Vendredi, le jour de la semaine le plus attendu de tout le monde sur terre. Ou presque. Il ne nous restait qu'un cours avec JunJun et Tsubame. Le cours avec le prof le plus fou de tout l'univers. Xia He. Wang Xia He. Marchant dans la cours de l'université, mains dans les poches je soupirais. " J'ai pas envie d'y aller. " soupirais-je en sachant pertinemment que si on y allait pas, on serait déglingué par ce prof qui ne supportait pas l'absentéisme. Soupirant, je tournais un vague regard vers Junjun, avec qui je marchais pour aller vers l'amphithéâtre.  L'arrêtant, en l'attrapant par l'avant-bras, je lui fis signe de regarder vers les distributeurs. " J'ai trop faim, viens on s'achète à manger. " Je lui laissais pas trop le choix en fait, je gardais ma main sur son poignet et le tirais avec moi vers la source de paradis. Glissant des pièces je pris deux barres chocolatées, lui en donnant une avant de défaire la mienne et la glisser dans ma bouche. Croquant lentement pour mieux savourer cette sensation d'orgasme qui s'immisçait en moi, je penchais la tête en arrière avant de gémir. " Putain c'est trop bon. " Soufflai-je d'une voix coupée non seulement par le plaisir de cette gourmandise mais aussi car j'avais la bouche pleine. Ne voyant personne devant la salle ou on avait cours je manquais de m'étrangler. " Yah on est en retard ! " Dis-je en le prenant par la main pour le tirer. On allait se faire tuer. Courant comme un fou je me stoppais devant la salle avant de reprendre mon souffle et entrer l'air de rien. Le prof venait d'entrer par la porte intèrieure du bâtiment. Son regard sur nous, nous fis comprendre qu'on arrivait vraiment à la limite du refus. Déglutissant, je filais m'assoir à ma place là ou cet abruti nous avait placé avant de soupirer. Bizarrement, Junjun et moi étions à côté. On se valait au niveau des notes, en fait. Je lui lançais un regard complice accompagné d'un clin d'oeil.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 8 Oct - 14:05
Le premier réveil sonna. Le second également. Rien. Presque aucune réaction si ce n'était son râlement et son relevé de couette. Le troisième réveil signifiait qu'il était déjà un peu en retard, parce qu'il avait trainé pour en arriver jusque là mais finalement, c'était un peu son quotidien, plus ou moins. Mmmh... N'ouvrant pas les yeux, il le regretta quelques minutes plus tard, ouvrant juste l'oeil droit : dix minutes de retard. Ah merde ! Sautant du lit, manquant de se casser la gueule royalement, l'étudiant couru dans la salle de bain comme un attardé, passant rapidement sous la douche. Aussi vite sortit, direction chambre (en serviette) et là ... Le drame. Où était son uniforme ? Tellement fatigué de la veille à cause de son travail qu'il ne se souvenait plus de ce qu'il en avait fait. Putain ! C'est toujours lorsque l'on est pressé, que l'on fait n'importe quoi. Finalement, ayant sa tenue entre les mains, s'habillant tout aussi vite, Jun'ichi jeta un coup d’œil à son téléphone. Ok, plus que dix minutes pour se coiffer, se brosser les dents (parce qu'il n'aura pas le temps de manger), se chausser et prendre son sac... C'était faisable, oui, mais pas lorsqu'on avait sa tignasse. Bloqué devant le miroir en soupirant, les laissant en bataille finalement, le semi-blond se brossa les dents - seule chose qu'il ne négligeait pas sur lui mise à part ses tifs, partant rapidement dans sa chambre pour récupérer ses dernières affaires, fourrant son téléphone dans la poche arrière de son pantalon. A l'entrée, il mit ses chaussures et râla en voyant l'heure : Szayel avait déjà commencé à partir ... Normal, c'était chiant d'attendre un mec toujours à la bourre. Sortant rapidement, ne fermant pas car Tsubame n'était pas partit, faisant la route avec son petit-ami, le japonais rejoignit en courant son ami en étant déjà bien mort. Bordel mais qu'elle vie d'merde ! Oui, il n'aimait pas se réveiller en retard ... Et pourtant, c'était le même cirque chaque matin !

Enfin, arrivés, pianotant un peu sur son téléphone histoire de répondre aux messages qu'il avait, la voix du plus âgé lui fit relever la tête. J'ai pas envie d'y aller. Un fin sourire se logea sur les lèvres du blondinet et il posa amicalement sa main sur l'épaule du second. Aller courage, on en a pas pour longtemps ! Et puis c'est le weekend. Montant tranquillement aux côtés du brun, fièrement parce qu'il était beau ... - Ouais! Stop les idées comme ça ! Les pensées de Jun'ichi resteront personnelles pour le moment ! J'ai trop faim, viens on s'achète à manger. Pas le temps de répondre qu'il était embarqué vers le distributeur. Habituellement hyperactif, il ne l'était parfois pas le matin ... Tout dépendait de son cota de sommeil et en ce moment c'était pas spécialement la grande joie ! Oh, merci. Prenant la barre chocolatée que son ami lui tendait, l'ouvrant tranquillement il fut interpeller par ... le "gémissement" du plus âgé. Bloquant un peu, le fixant sans pour autant laisser ses pensées trahir son regard, il afficha cependant un petit sourire suite à l'affirmation de l'affamé. Putain c'est trop bon. - Si t'aime pas ça tu le dis. Soit dit en passant il lui en ferait manger plus souvent ne serait-ce que pour entendre... Non ! On a dit stop ! Yah on est en retard ! La barre coincée entre ses dents, il regarda derrière lui avant de se faire embarquer, ne pouvant s'empêcher de regarder la main de Szayel dans la sienne. Bordel qu'elles étaient belles ! Finissant le dernier morceau en penchant sa tête en arrière avant d'entrée, il vit ce fou de professeur les regarder de travers ; pour pas changer pour son cas, parce que malgré ses bons résultats, il ne pouvait pas s'empêcher de faire des choses à côté pendant le cours (ce qui ne l'empêcher pas d'écouter) et cela agacé l'enseignant, visiblement. Combien de craie il c'était mangé ? Ah. Tellement. Les joues un peu comme un hamster, souriant cependant joyeusement mais respectueusement à Xia He, Jun'ichi prit donc sa place, aux côtés de son ami par pur hasard, choix venant de la grande perche devant le tableau. Petit clin d’œil de la part du canadien, le japonais ne pu s'empêcher de sourire un peu plus, sincèrement ... Petit moment magique interrompu par une craie perdue - ou pas finalement parce qu'elle était bien pour lui, se la mangeant presque dans l’œil. Ah ... ! Prenant le projectile retombé sur son bureau, il le posa sur le coin de sa table, faisant une petite moue, regardant son professeur. Il n'avait même pas parlé ! C'était de l'acharnement !

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 8 Oct - 18:53
« Aller courage, on en a pas pour longtemps ! Et puis c'est le weekend. » Oui c’était bientôt le week-end, dans quelques heures… mais voilà, ça me démoralisait quand même. Lâchant un franc râle, je sortis un peu plus mes lèvres sous un petit air boudeur. « On fait quoi d’ailleurs ce week-end ? » Demandai-je avant de voir le distributeur. J’avais trop la dalle et depuis le temps que j’étais levé, autant dire que j’avais réellement besoin de manger. Prenant deux barres chocolatées, j’avais l’impression d’avoir un orgasme tellement cette bouchée me fit un électrochoc. J’aimais le chocolat, j’aimais le sucre, j’étais accroc aux conneries de ce genre. On ne me changerait pas. Captant qu’on était en retard, j’attrapais la main de Jun pour filer en classe. Arrivant in extrémis en cours, je déglutis sous le regard noir du professeur qui arrivait en même temps que nous. A quelques secondes près et c’était mort pour nous deux. Sans un mot je filais me placer à ma place attribué avant de sortir mes affaires du sac pour pouvoir prendre des notes. Baillant longuement, alors que je fis un clin d’œil à mon complice et voisin même dans le cours, JunJun, celui-ci me sourit de toutes ses dents avant de se prendre une craie dans la face. Sursautant sur la surprise, je me tournais vers le prof, alors que les autres eux regardaient vers Jun. On était tous, plus ou moins habitués à ce que le prof ait son favori du bizutage. C’était Jun’Ichi. Allait savoir pourquoi, je ne comprenais pas trop, mais pour le coup, je me mis faiblement à rire en voyant la tête que Jun faisait. Ce n’était pas drôle non au contraire, mais voilà, il avait une tête ou on ne pouvait pas s’empêcher de rire. Recevant une craie en pleine joue, je portais ma main sur ma joue. « On est jaloux monsieur Jaggerjack. » Plissant le nez, je secouais la tête sans rien répondre avant de soupirer. Ce prof était un barge. Il avait surement dû faire l’armée ou que sais-je de complètement taré encore. Commençant son cours, je pris mon stylo pour noter ce qu’il disait en essayant de bien tout noter et assez clairement pour pouvoir recopier mon cours une fois au dortoir. Après plusieurs minutes à écrire, je me stoppais, le poignet en feu avant de me relire sans plus trop l’écouter. Portant le stylo à ma bouche je me mis à le suçoter doucement tout en le mordillant, ne quittant pas la copie de mes yeux. « Ça me saoule. » soufflai-je à voix basse avant de poser ma tête sur la table, joue, contre le bois, pour fixer droit devant moi à savoir, Jun. Je soufflais doucement pour qu’il me regarde. « T’as pas mal au poignet ? » Demandais-je en baissant mon regard sur sa main avant de soupirer. J’avais faim. J’aurai dû manger bien plus, et la barre chocolatée n’avait pas suffi. Posant ma main sur mon ventre je grimaçais sous la douleur qui me tiraillait. J’avais rien sur moi en plus pour manger. Tournant la tête face au bureau, je me tapais faiblement le front sur celui-ci. J’étais un gros mangeur c’était connu, du moins, pour ceux qui me connaissait, mais le matin c’était toujours la même rengaine. Jun dormait, alors je ne mangeais pas, parce que oui, je ne mangeais que s’il cuisinait, sinon j’achetais de la bouffe prête, mais le matin… Je n’aimais pas mangé ce genre de nourriture… « Pause de dix minutes, pas une de plus. » Me levant d’un bon, le premier, je partis en courant de la salle pour aller en direction de la cafétéria. Sans plus attendre je pris un énorme pain melon fourré à la pâte d’haricot rouge et de viande. Donnant la monnaie, je le déballais et croquais dedans. « Bordel je jouis. » Crachais-je en fermant les yeux.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 29 Oct - 10:39
Lorsque son compagnon se mangea allègrement une craie, comme lui il y avait quelques secondes, il ne put s'empêcher de sourire - signe traitre : il avait envie de rire, mais en vue de l'énergumène qu'ils avaient en guise de professeur... Trop risqué d'ouvrir la bouche maintenant. Alors oui, à force, il le vivait plutôt bien d'être le souffre-douleur de monsieur le militaire mais c'était chiant : les craies, ça faisait mal, sérieux ! Soupirant largement, attrapant ses affaires au passage, n'était pas là pour faire la sieste, il était du genre à ne jamais relever la tête : c'était une perte de temps. Sauf bien entendu si un exemple était montré. Il entendit le soufflement de son ami et il tourna alors le visage dans sa direction, le voyant là, à moitié mort sur sa table : si le professeur s'en rendait compte, il serait mort.   T’as pas mal au poignet ?   Secouant doucement la tête en guise de réponse négative, il adressa cependant un doux sourire à son pauvre camarde, reportant son attention sur sa feuille : percher trop longtemps sur lui serait mauvais signe... Non ? La pause vint enfin, et il laissa partir devant Szayel qui était visiblement affamé. Ce soir il cuisinerait un peu plus histoire qu'il puisse manger demain matin... Mais jamais il n'y pense  ! Gonflant ses joues, légèrement en se disant qu'il pouvait au moins faire ça pour son ami, il le suivait... Mais de loin. Loin d'être un morfale, Jun'ichi n'avait pas besoins de se presser autant. Bordel je jouis. Arrivant à cet instant précis, le blond eut un blocage, le regardant avec de gros yeux. L'autre était en train de manger mais lui... Il se refaisait en boucle les dires du canadien. - Non ! Stop ! On arrête là le côté imaginaire. Jun'ichi, reprends toi ! Un, deux, trois ! Aller ! Soufflant un bon coup, passant sa main droite sur son visage... Il n'arrivait pas à retirer de son esprit toutes... Ces images ? Bordel, il aurait tant voulu naître sourd ! Sans le vouloir, son regard était rivé sur son ami et ... Et merde ! Une image sale lui vint à l'esprit, bien entendu, toujours en rapport avec l'exclamation de bien être de son double et ... Ô Seigneur ! Tuez moi bon dieu. Soufflant ses mots pour lui-même, il haussa légèrement la voix afin de s'adresser à Szayel. Je reviens.  Sans aucune explication il partit : direction les toilettes. Là, il se passa la gueule sous l'eau froide, se maudissant intérieurement d'en plus, réagir physiquement sans le vouloir ! Mais pourquoi tu penses à ça ? Putain... Soupirant encore une fois : c'était pas sa journée, le jeune homme retrouva son compagnon et lui indiqua qu'ils devaient remonter s'ils ne voulaient pas mourir. Il leur rester cinq minutes, mais le temps de monter, de rentrer, se serait passé !

Marchant donc aux côtés du plus âgé, les mains dans les poches, il se sentait gêné intérieurement pour ce qu'il avait imaginait. Enfin, si cela restait dans le domaine de l'imaginaire du moins parce que dans sa tête ça avait paru tellement ... Réaliste? Ah ! Foutu cerveau. Arrivant devant la salle, il pénétra donc à l'intérieur en se rasseyant à sa place. Il était tout calme... Ce qui ne lui arrivait presque jamais. Mais là, il était trop préoccupé par ce qu'il avait vu par lui-même ! Aller, après Jun'ichi, tu as athlétisme ! Tu vas courir ! Ça va aller mieux. Le cours allait reprendre mais dans le couloir, le professeur parlé avec un surveillant. Grande perche lui aussi. Ah ! Oui. Kang Jae. Le mec le plus bizarre du monde : un jour il est gentil, un autre c'est un connard. Voilà comment Jun le percevait... Mais chacun son délire. Enfin, ça lui faisait plutôt bizarre de voir monsieur militaire sourire... Mise à part quand il le lyncher avec ses putains de craies, jamais il n'avait un rictus.

Les deux dernières heures passèrent finalement assez rapidement et malgré sa torture intérieure d'avoir gardé cette image de Szayel, le jeune homme c'était un peu calmé. Stresse plus : y a plus besoins ! Se levant à la dernière sonnerie, attrapant ses affaires, il tourna son visage vers son compagnon. Je rentre te faire à manger, mais je repars après, j'ai athlétisme. - Tu as une envie particulière ? Oui enfin... Par envie il parlait nourriture. Ah Jun'ichi ! Ne bloque pas sur des mots parce qu'ils ont deux sens !

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 6 Nov - 10:59
Manger, c’était la seule chose qui pouvait réellement me préoccuper. J’étais un gouffre sur pattes, ce n’était pas nouveau. Mangeant comme si e n’avais pas mangé depuis trois jours, je regardais Jun’Ichi m’annoncer qu’il revenait. Il avait l’air tout pale. Il n’allait pas bien ? C’était surement le froid dehors ? Ou le professeur ? Je n’en savais trop rien, je le regardais partir vers les toilettes, tout en continuant de manger. Soupirant, je pris à boire avant de m’essuyer les mains sur une serviette et quitter la cafétéria. L’air frais, me fit quelque peu frissonner, alors que je m’avançais vers les toilettes pour l’attendre. Une fois ensemble, on prit le chemin de la salle de classe sans trop se presser. Rentrant sans aucune parole, je le regardais longuement en me demandant ce qu’il avait. LE fait qu’il soit silencieux je trouvais ça plus que suspect, ou alors c’était juste mon imagination qui me jouait des tours ? Tournant le regard sous un rire inconnu, je vis le professeur avec le surveillant en train de discuter dehors. Bon dieu, ils avaient l’air copains comme cochon. Voir le professeur sourire n’étonnait pas que moi, pleins étaient en train de le fixer comme s’il s’agissait d’un extraterrestre. C’était peut-être le cas. Soupirant, le cours repris quelques minutes plus tard. Lorsque celui-ci finit, je me pressais de ranger mes affaires. Je voulais rentrer au dortoir. « Je rentre te faire à manger, mais je repars après, j'ai athlétisme. - Tu as une envie particulière ? » Je me levais, balançant mon sac sur mon épaule avant de froncer les sourcils. De quoi j’avais envie ? Je n’en avais aucune idée. « Un truc avec de la viande. Ce que tu veux. Ce qui est le plus rapide. » Dis-je en sortant de la salle. Baillant longuement, je m’étirais en ruminant. Heureusement ce soir je ne bossais pas, c’était mon jour de repos, je pourrais profiter de glander et de ne rien foutre. Une fois dans le dortoir, je jetais mon sac dans ma chambre et regardais Jun faire la cuisine. Puis il partit à son club d’athlétisme. Mangeant tranquillement, je discutais un peu avec Tsubame des devoirs qu’il y avait à faire et tout ça avant qu’elle ne s’en aille. Apparemment, elle passait la soirée avec son copain. Le petit lycéen. C’était mignon je trouvais. Enfin, ils semblaient mignons ensemble. Bien que son copain ait souvent la gueule défoncé. Drôle de gars. Enfin non. Je savais pertinemment ce qu’il faisait pour être ainsi et je préférais ne pas m’en mêler ou y penser. Soupirant, je débarrassais le tout et fis la vaisselle. Partant dans ma chambre, je me changeais et me mis à faire du sport histoire de garder la forme. Soufflant tout en suant énormément, je mis de la musique pour passer le temps. Après une très longue séance de musculation, je me dirigeais vers la salle de bains. Nue, je me douchais en prenant une douche tiède, tout en restant un moment sans bouger. Ça faisait du bien. Enormément de bien même. Attrapant le gel douche de Jun’Ichi, n’ayant plus du mien, je me lavais et me rinçais. Sortant de sous la douche, j’enroulais une simple serviette autour de la taille avant d’essuyer le miroir et me toucher les joues. C’était le week-end après tout. Ça commençait faiblement à repousser mais rien de bien méchant. Je me raserai dimanche soir. Sortant de la douche, je tombais sur Jun qui revenait de son club. « Oh, déjà là ? Pas trop fatigué ? » Demandai-je en le regardant. « Tsubame est sortie avec son mec. Y’a que toi et moi. Tu veux faire quoi ce soir ? » Demandai-je en traversant le petit salon pour aller vers ma chambre. « D’ailleurs. Tu trouves que j’ai pris des muscles toi ou pas ? J’ai l’impression de ne pas prendre en ce moment. » Dis-je en contractant mes muscles pour qu’il puisse me dire. Haussant les épaules je soupirais avant de filer dans ma chambre pour m’habiller. Peut-être que j’allais me mettre aux protéines.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 20 Nov - 20:38
Un truc avec de la viande. Ce que tu veux. Ce qui est le plus rapide.    Hochant simplement la tête, il ferait ce que son ami demandait, ce qui lui plaisait. Cela faisait un moment que ça fonctionnait de la sorte, depuis le début même. Sortant à ses côtés, les mains dans les poches, toujours autant perturbé, Jun'ichi souffla un peu une fois rentré avant de se mettre dans la cuisine : qui était un peu son fief car même avec une femme dans le dortoir, c'était lui qui se coller à la bouffe. Cela ne le dérangeait pas, au fond. Il se sentait utile au moins. Attrapant ce qui lui fallait, l'étudiant éplucha des pommes de terre, deux échalotes et les herbes culinaires dont il avait besoins pour parfumer le tout. Par habitude il faisait tout un peu machinalement et finalement, posa une assiette parfaitement présentée (il n'aimait pas les choses négligées) ; une bavette avec un sauté de pomme de terre. Lui souriant, il partit dans sa chambre en attrapant son sac de sport, partant en saluant le brun.  A tout à l'heure. Discret envers son vis-à-vis, il se maudissait d'avoir eu ses pensées parce que bordel : elles avaient été magnifiques et c'était un problème, mais en plus il n'osait plus regarder son ami en face ! Il fallait que ça cesse ! Sur le terrain de sport, ses problèmes s'en allèrent et prit la résolution de ne plus faire attention à son imagination si belle et harmonieuse dans le domaine sexuel concernant son meilleur pote. Trois heures à courir avec des pauses beaucoup trop courte au gout des autres, le petit champion rentra donc au dortoir : séché, mort. Transpirant, parce que bon, il était humain, il ferma doucement la porte en retirant ses chaussures. Il était rare qu'il se douche là-bas, n'aimant pas être avec les autres, surtout sans confiance ni respect, selon lui. Traversant la pièce centrale, il croisa Szayel dans le croisement justement et ... Gros bug de la part du coureur. Le canadien était en serviette... A poile donc... Devant lui... Et en plus  [...] Sous une respiration trop prononcée par rapport à un coup précédent, il sentit que bordel, c'était son gel douche sur l'autre allumé ! Oh, déjà là ? Pas trop fatigué ? [...]  son mec. Y’a que toi et moi. Tu veux faire quoi ce soir ? Ô grand seigneur pourquoi s'acharner de la sorte sur ce pauvre enfant ! Avalant sa salive avec une certaine difficulté, il s’efforçait depuis tout à l'heure de regarder l'étranger dans les yeux. Euh... T-tout va bien. Et euh, je sais pas trop. Je... Je vais prendre ma douche et j'te dirais ça... Quand j'aurais les idées plus claires, hein. Le second passa pour retourner dans sa chambre et Jun'ichi se tourna pour le regarder partir et ... Bordel  ! Même de dos il était beau ! - Non, stop Jun ! On s'arrête là ! Stoppons le carnage avant qu'il ne soit trop tard ! D’ailleurs. Tu trouves que j’ai pris des muscles toi ou pas ? J’ai l’impression de ne pas prendre en ce moment. Prend toi encore une baffe dans la gueule petit homme, tu n'en avais pas déjà assez prise ! brbrbrbrbr... Balbutiant quelques consonnes impossibles à déchiffrer, il se reprit. Si si , ne t'en fais pas ! Ça se voit ! Speed de nouveau, se sentant rougir il se tourna rapidement en partant dans sa chambre avant que son égal ne le voit ! Fermant la porte il se jeta sur son lit en criant presque dans son coussin, étouffé. Bordel Jun arrête toi maintenant !!! Partant dans la salle de bain, se laissant mourir sous la douche, le blondinet souffla un peu en sortant de dessous l'eau chaude. Se changeant donc, enfilant un simple débardeur et un short (avec son boxer tout de même, bande de pervers), l'étudiant retourna dans le salon où il trouva comme d'habitude son ami sur le canapé. S'installant par terre, dos contre ce dernier à côté du canadien, il tourna son visage sur lui. J'ai vu qu'il y avait un film pas mal ce soir si tu veux. En vérité il n'avait l'espoir de rien tant il était fatigué, autant physiquement par le sport, mais mentalement par ses conneries érotiques.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 23 Nov - 15:42
Tenue. « Euh... T-tout va bien. Et euh, je ne sais pas trop. Je... Je vais prendre ma douche et j'te dirais ça... Quand j'aurais les idées plus claires, hein. » Ben qu’est-ce qu’il avait ? Il venait de se défouler pendant deux trois heures. Pourquoi il avait l’air si perturbé ? Est-ce que ça s’était mal passé ? Ça se pouvait, mais j’espérais que non. Il en fallait pour énerver ou perturber Jun. Enfin, du peu que je le connaissais, il n’avait pas l’air d’être un gars qui s’énervait facilement. Au contraire. C’était un bisounours ce gars. Je voulais bien qu’il me contamine. J’en avais besoin. Lui demandant comme il trouvait mes muscles, j’essayais de gonfler un peu le tout pour lui montrer. « brbrbrbrbr... » Haussant un sourcil, je penchais la tête sur le côté. Mais qu’est-ce qu’il avait ? « Si si , ne t'en fais pas ! Ça se voit ! » Le voyant se tourner rapidement pour partir dans sa chambre je me pinçais les lèvres, sans trop comprendre. Mais qu’est-ce qu’il avait ? Soupirant, je filais dans ma chambre pour m’habiller. Boxer mit, j’enfilais un training noir et un débardeur blanc. Petit coup de déodorant, je passais mes mains dans mes cheveux les coiffant rapidement, je mis un peu de parfum avant de prendre la serviette et la mettre dans le panier de linge sale. Il allait falloir faire une lessive. On c’était vite mis d’accord d’ailleurs. Et je trouvais ça mieux. Regrouper le linge de tout le monde pour faire la lessive regroupé. C’était bien plus pratique que chacun dans son coin. Attrapant le panier, je m’approchais de la machine et mis le tout dedans. Attrapant la boite de lessive, je me mis à tout installer, sans oubliette la lingette magique là. Permettant de laver n’importe quelle couleur ensemble, pour en mettre une dedans. Fermant, j’installais le programme en regardant la machine se mettre en route. Qui aurait cru, qu’un jour dans ma vie je ferai une machine de linge ? J’en avais appris depuis que j’étais là. Tsubame était la seule fille du dortoir, c’était surement pour ça. Elle avait peur qu’on la prenne pour une bonniche ? Haussant les épaules je posais la corbeille à sa place avant de me laisser tomber sur le canapé. Allumant la télévision, je baillais longuement avant de m’allonger et fermer les yeux. C’est que je dormirais presque là. Sentant l’odeur du savon et du shampoing de Jun émaner de la salle de bains, je souris doucement. Ça sentait bon ses produits quand même. Ça me faisait penser qu’il fallait que j’achète des produits j’oubliais tout le temps… Le voyant venir, je le regardais se poser par terre, devant le canapé, dos à celui-ci. Baillant longuement je soupirais en m’enfonçant un peu plus dans le canapé. « J'ai vu qu'il y avait un film pas mal ce soir si tu veux. » « Pourquoi pas. Je ne sais pas quoi faire de toute façon. Ça parle de quoi ? » Demandai-je en soupirant longuement. Le week-end était là, et nous, on flemmardait déjà. C’était ça, la belle vie. « Ça c’est bien passé ton entrainement ? J’ai l’impression que ça ne va pas ? » Demandai-je en me redressant pour m’assoir sur le canapé et ébouriffer ses cheveux. « Te prends pas la tête, c’est le week-end. » Ajoutai-je en me levant pour aller à la cuisine. « Tu veux boire quelque chose ? Manger ? Tu dois avoir faim avec tout le sport que t’as fait. » Dis-je en sortant un gros paquet de chips. J’avais envie de chips. Je lui montrais le paquet. Peut-être qu’il en voulait ? A moins qu’il veuille un repas plus équilibré ? Je n’en savais trop rien moi.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 4 Déc - 21:04
 Pourquoi pas. Je ne sais pas quoi faire de toute façon. Ça parle de quoi ? Levant son regard sur sa personne, il lui adressa un petit sourire. C'est un Batman ! Paraît que c'est l'un des meilleurs. ouais enfin, en connaissant Jun, il sera sous la tableau bout de trois minutes top chrono tel le connard de froussard qu'il était. Un rien lui faisait peur et s'en était presque fou !  Ça c’est bien passé ton entrainement ? J’ai l’impression que ça ne va pas ? Ils étaient toujours fourrés ensemble, alors c'était logique que Szayel se rende compte de quelque chose. Et oui Jun'ichi. Si tu réfléchissait peut-être qu'un jour ça irait mieux dans ta tête. Hors, pour le moment ta réflexion te mène ... A des images perverses et dérangeantes ; oublions ça. Il s'inquiétait. Il était mignon. Non, t'inquiète pas. Tout va bien. Tout va bien, tout va bien. Il était bien trop calme et il savait que cela finirait pas sauter et que beaucoup de questions lui seraient posées. Mais au fond, n'avait-il pas le droit d'avoir son petit "coup de moue", comme tout le monde ? Peut-être pas, disons.  Tu veux boire quelque chose ? Manger ? Tu dois avoir faim avec tout le sport que t’as fait.   Le regardant partir alors qu'il venait de passer sa main dans sa chevelure blonde, le plus jeune fit un petit non de la tête. Il n'avait pas spécialement la tête à manger ou à faire quoi que se soit si ce n'était lézarder et penser à autre chose que... Putain le corps de Yel, ses gémissements et sa putain de jouissance. Stop ! On avait dit qu'on s'arrêtait, mais ce que l'on nomme imagination est une vraie salope qui rattrape tout point sensé de ton pauvre petit esprit, esclave de toute pensées comme un putain de noir au temps du cassage de cailloux ! Attendant donc gentiment que son ami se remette à sa place sur le canapé, Jun'ichi se reposa bien contre ce dernier en ayant attrapé la télécommande. Mettant la chaîne donc où le film devait passé, il la mit sur la table basse avant de lentement poser sa tête sur le bord du canapé. Il sentait avec ses cheveux la cuisse de Szayel ... Et non merde ! Regarde ton film bordel ! Ça suffit ! - D'ailleurs, il venait de commencer et ça annonçait quelque chose de plutôt glauque. Un braquage, des gens avec des masques de clown... De clown putain ! Le petit homme avait une sainte horreur de ses drôle de bonhomme normalement fait pour les enfants. Quoi que drôle d'invention de la part de l'homme, mais bref. Rien que sur les trois premières minutes il se sentit mourir avec leur truc sur la gueule... Mais là : le drame ! Le méchant de l'histoire, en occurrence nommé Joker retira son marque et bordel de dieu dévoila son joli visage bien grimé. Oh mon dieu qu'il est horrible... Alors en plus de sa face de clown il faisait complètement flippé avec sa schizophrénie bien pesante et lourde. Au fur et à mesure du film, Jun'ichi avait ramené ses jambes contre lui. Ah bah oui l'effet Joker était pas spécialement passionnant bien que le film en lui-même était très bien ! Mais se fut la scène de trop lorsque le fou fut enfermé dans une cellule et se mit à applaudir. Sa tête ... L'acteur était trop bon pour arriver à retranscrire toute l'image de la folie que le personnage avait. Et pour autant, le petit blond n'était absolument pas insensible car il se leva rapidement et ni vue, ni connu, il se mit sur le canapé et s'allongea contre Szayel, son dos contre son torse mais un peu plus bas pour ne pas le gêner. ... Ah putain. Si seulement tu étais resté perché sur le Joker Jun'ichi. Cela t'aurait permit de ne pas sentir le corps de ce bâtard de fantasme contre le tiens. Bravo, bravo.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 11 Déc - 15:13
Tenue. « C'est un Batman ! Paraît que c'est l'un des meilleurs. » Batman ? Hochant la tête sans rien répondre, j’espérais juste que j’allais apprécier. Je n’étais pas très Marvel et tout ça. Je ne regardais jamais ce genre de film. Même quand j’étais petit, je n’avais jamais regardé les dessins animés de ce genre. Pourquoi ? Bonne question. Ce n’était pas mon délire. Mais si Jun voulait le regarder, alors nous le regarderons. Baillant longuement, je lui demandais comme c’était passé son entrainement. Non parce qu’il avait l’air de ne pas aller bien, ou que quelque chose le dérangeait. Il pouvait m’en parler s’il le voulait, et il le savait. Je n’allais pas le manger pour autant non plus. « Non, t'inquiète pas. Tout va bien. » « Ok. Tu sais que si tu veux en parler, je suis là. » Dis-je simplement en l’observant du coin de l’œil. Je n’allais pas le forcer non plus. Ce n’était pas du tout mon style. Me levant du canapé, je demandais s’il voulait manger ou boire quelque chose. Son non, me fis simplement hocher la tête. Puisqu’il ne voulait pas. Je pris le paquet de chips et une canette de coca, revenant alors sur le canapé. M’allongeant tranquillement en mangeant mes chips, me fichant que ça puisse faire du bruit, j’ouvris la canette afin que les bulles s’échappent un peu. Le film commençant, je continuais de manger sans bouger. Des clowns, des braquages, le joker tout ça. C’était censé faire peur tout ça ? Plus le film avançait et plus je voyais Jun mourir sur place. Riant silencieusement en le voyant paniquer autant, je m’allongeais un peu plus confortablement sur le canapé en osant bailler. Oui, bailler. Pas d’ennui, mais… Ça ne me faisait pas peur du tout le film. « Oh mon dieu qu'il est horrible... » Baissant le regard à nouveau sur lui je souris. « C’est fait pour. Un méchant tout beau ça serait nul. » Même si franchement, c’était nul à mes yeux, même en étant si moche. Finissant le paquet je jetais le sac en plastique sur la table en posant ma tête sur le coussin alors que le petit bonhomme monta rapidement sur le canapé pour se coller à moi. Fronçant les sourcils, je le laissais faire avant de retourner mon attention sur le film. La chaleur de son corps me réchauffant, je baissais la tête en l’observant. Je pouvais entendre le son de son souffle, et suivre les battements de son corps en sentant son corps bouger contre le mien à chaque respiration. L’odeur de sa peau et de ses cheveux titillaient mes narines. Clignant des yeux je secouais la tête avant de reporter mon attention sur la télévision. Pourtant plus le temps passait et plus je me retrouvais les yeux rivés sur lui. Pourquoi ? Je n’en savais foutrement rien. Il me perturbait là, à se coller à moi de la sorte. Sans rien dire, je me levais, passant au-dessus de lui pour aller dans la salle de bains. Quelle idée aussi de se coller ainsi. Si on nous voyait on allait nous prendre pour des gays. Me passant un coup d’eau sur le visage, j’en profitais pour pisser un coup avant de me laver les mains et revenir dans le salon. Soupirant, je m’installais alors au sol, là où il avait été avant de venir s’allonger sur le canapé. Attrapant la canette je bus longuement avant de poser ma tête contre le canapé. C’était bientôt la fin du film non ? « Te pisse pas dessus, hein. » Dis-je sans le regarder pour me foutre de lui. J’avais l’impression qu’il allait crever sur le canapé.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 14 Déc - 20:17
Il était fragile. Oui, il avait peur de tout, de rien et était inconscient aussi. Jun'ichi c'était ce gamin trop nerveux et trop curieux. Trop fou et trop indépendant qui jugeait trop bien tout ce qui l'entourait. Il était encore cet enfant au regard innocent qui voyait le reste du monde comme bon ; cet enfant qui mettait tant de temps à se remettre de toute chose. Alors oui, il était apeuré par  un mec moche maquillé comme un grand taré aux actes tout à fait négligées et peu agréables. Lorsque Szayel quitta le canapé, il attrapa le coussin de ce dernier contre lui, plongeant presque le bas de son visage à l'intérieur. Oui, il avait ainsi l'odeur de son cher ami avec lui. Inspiré cependant par ce qu'il voyait, il ne capta pas le plus âgé revenir, sursautant un peu sous sa voix. Te pisse pas dessus, hein. Cet enfant était si sympathique ! Faisant une petite moue, la fin du film était donc là. S'étirant doucement, toussant un peu - ses bronches fragiles par ses activités sportives et heureusement qu'il ne fumait pas, le blondinet se redressa doucement. Il avait mal partout ; retombé du sport. Il avait trop forcé aujourd'hui. Son entraîneur lui avait dit. Il le savait... Mais qu'importe, il n'allait pas bien : autant noyer tout ça, pas dans l'alcool, mais dans la passion. Une passion native du côté de son cœur qui commençait sincèrement à le gêner vis-à-vis du canadien. Il jeta un petit coup d’œil à l'heure. 23:00 déjà ? Et bien. Les heures passaient trop vite devant un écran. Se levant, avec une certaine difficulté visible quant à ses légères courbatures, il alla dans la cuisine tout en toussant, s'étouffant presque.  Râlant un peu pour lui-même, il attrapa une bouteille d'eau avant de la vider de moitié. Il se lèverait pisser dans la nuit : qu'importe ! Passant dans le salon, il adressa un léger sourire à son ami.   Je t'abandonne, excuse moi. J'me sent pas en super forme. - Bonne nuit, à demain. Un petit signe de la main, l'étudiant grimpa à l'étage et se rendit dans sa chambre. A l'intérieur, il se laissa tomber sur son lit. Pourquoi tant de haine ? Et puis pourquoi il était né comme ça ? Ah ! Ne pas penser à cela sur un ton négatif, t'es parents ont trop déteint sur ta personne. Putain d'homophobe, qui par crainte que leur fils le soit lui avait arrangé un coup en douce. Non, pas une petite amie de passage. Ils avaient voulu le marier. Hors de question. Il était sortit avec une fille déjà pour leur montrer que soit disant " tout allait bien " . Mais cela avait été bien compliqué. Une période de sa vie merdique. Alors lorsqu'il avait pu aménager sur le campus, se retrouver en compagnie d'amis l'avait aidé à penser à autre chose. Mais alors pourquoi maintenant, se mettre à bader sur l'étranger ? Trop de question dans sa petite tête à propos de tout cela et cela l'agaçait. Alors le voilà, allongé telle une larve sur son lit à méditer sur on ne sait quoi pendant presque une heure. [...] Se levant comme s'il avait eut l'illumination de sa vie, il sortit de sa chambre en traversant le couloir, arrivant finalement devant celle de Szayel. Levant la main pour toquer, il hésita à la dernière seconde. Mordant sa lèvre inférieure, il hésita, encore et encore, durant quelques secondes bien trop longues avant de finalement se lancer, ouvrant après y avoir été invité, tout de même. Le brun était déjà couché : il espérait ne pas l'avoir réveillé. Alors, tout silencieux, il se faufila avec lui dans son lit sans pour autant se retrouver trop prêt. Je peux dormir avec toi ...?

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 18 Déc - 16:02
Tenue.« Je t'abandonne, excuse moi. J'me sent pas en super forme. - Bonne nuit, à demain. » Haussant un sourcil, je le regardais partir, déjà ? Il avait quoi ? Depuis qu’il était revenu du sport il avait une sale mine. Qu’est-ce qu’il lui était arrivé ? Quelqu’un l’avait fait chier ? Il avait quitté sa copine ? Avait-il une copine seulement ? Je n’en savais rien en fait. « Bonne nuit, repose toi bien. Si t’as besoin n’hésite pas hein. » Dis-je en soupirant quelque peu. Changeant de chaine je zappais longuement, mais il n’y avait, strictement rien. Eteignant la télévision après plusieurs minutes à changer de chaines, en vain, je me levais au même moment ou Tsubame rentrait de sa soirée. Lui souriant, je tapotais doucement sa tête avant d’aller à la cuisine en même temps qu’elle. « Ta soirée c’est bien passé ? » demandai-je doucement en lui servant un verre d’eau avant de m’en prendre un aussi. Discutant rapidement avec elle, me parlant un peu de ce qu’elle avait fait avec le lycéen, de souris avant de l’abandonner. De toute façon, elle aussi alla au lit. Fermant la porte de ma chambre, j’enlevais mon débardeur, restant en training avant de brancher ma veilleuse. Impossible de dormir dans le noir complet. Même si je dormais très peu, j’en avais besoin. Me faufilant sous la couette, je regardais le plafond avant de soupirer une nouvelle fois. Tournant sur le côté, m’enroulant plus ou moins dans ma couette, j’essayais de m’endormir avant d’entendre toquer à la porte. Fronçant les sourcils, sans bouger, je tendais juste les oreilles pour savoir qui c’était. Ce n’était pas Tsubame, elle ne viendrait jamais. C’était Jun’Ichi, forcément. Marmonnant un faible, entré, je ne bougeais pas en voyant la tête du blondinet rentrer. « Je peux dormir avec toi ...? » Hein ? Le sentant entrer dans mon lit, je me redressais en le voyant faiblement, grâce à la lumière de la veilleuse. Plongeant mon regard dans le sien, je baissais les yeux sur son corps avant de le regarder et détourner le regard. Wow. Ça n’allait pas moi. Il allait falloir que je me trouve une meuf et vite fait. Le manque me donnait des envies bizarres. « Euh… T’as si peur que ça ? Oui, écoute. » Dis-je simplement avant de lui tourner le dos et me rallonger sur le côté. Sans rien dire de plus, je tirais la couette sur ma tête, fermant les yeux pour m’endormir. Bizarrement, pour une fois, je réussi à m’endormir sur le coup.



Sursautant, en sentant mon souffle se couper, j’avais l’impression que mon propre cri m’avait réveillé. Le corps en sueur, impossible de bouger, je tremblais en sentant les larmes couler sur mes joues. Cherchant l’air, je clignais des yeux à plusieurs reprises ayant l’impression, d’être entouré de monstres. Il faisait chaud, tellement chaud, comme si j’étais dans les abysses de l’enfer, en train de me faire bruler.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 18 Déc - 23:24
Euh… T’as si peur que ça ? Oui, écoute. Alors Szayel pensait que c'était par ce sentiment qu'il c'était dirigé jusqu'à sa chambre et pour quoi il avait eut le toupet de le déranger. Qu'il garde cette image, cela valait mieux. Parce qu'au fond même le plus jeune ne voulait rien s'admettre et préférer mettre tout ceci sur le compte de son caractère étrange et non sur celui de ses attirances parfois qualifiées de douteuses. S'installant donc sans un bruit et sagement dans les draps du canadien, il se tourna de l'autre côté et fixa le mur. Ramenant lentement la couverture sur le bas de son visage, il vint enfouir délicatement son nez dans cette dernière. Bordel, l'odeur du brun. Fermant les yeux, reposé par ce parfum et par sa position, le grand blond se sentit partir tellement vite qu'il en avait presque eut un sentiment de peur véritable : au final, il se sentait véritablement rassuré à l'idée d'avoir son ami à ses côtés. Le sommeil lourd, le jeune homme ne bougeait pas. Inerte par sa stabilité, ce n'est que l'étranger au sol japonais se mit à hurler que Jun'ichi sursauta en s'écartant, manquant de tomber du lit. Il savait que Szayel avait un sommeil très agité mais à ce point. Se tenant à la table basse de son côté, déjà redressé, il le regardait les yeux ronds. Il paniquait intérieurement, mais il fallait agir. Le laisser ainsi : jamais. S'il avait su qu'à fois qu'il entendait le son de sa voix malgré tout lointaine il se retrouvait dans cet état, plus jamais il ne l'aurait laissé seul suite à cela. Se décalant rapidement, il posa avec une tendresse et une douceur incontestée sa main sur le dos du plus âgé. Yel... Respire. Il le voyait, chercher l'air comme il pouvait sous cette panique. Caressant lentement son dos, il l'entoura finalement lentement de ses bras. De part sa position et celle de son égal, il posa doucereusement et calmement le visage de son double sur son épaule, caressant d'une même manière sa chevelure. Calme toi Yel, tout va bien. Restant là, à le bercer dans ses bras pendant de longues minutes, il se détacha de lui lorsqu'il sentit sa respiration plus posée, plus calme. Se levant sans un bruit, il alla dans la salle de bain en attrapant des mouchoirs et un gants qu'il venait de passer sous l'eau gelée. Revenant comme il était partit, il s’essaya de nouveau à côté de l'étudiant lui laissant les mouchoirs, lui, s'occupant de passer sous quelques tamponnement une partie du gant qui entouré deux de ses doigts sur le front de ce dernier, puis ses tempes. Il n'avait aucunement l'intention de lui demander quoi que se soit. Il n'était pas de ce genre là et il se fichait de savoir au fond. Il voulait simplement qu'il aille bien. S'il voulait lui en parler il le ferait. Jamais Jun'ichi ne forcerait les choses. Passant le gant froid sur les joues du canadien, il s'y reprit à plusieurs coups, le même schéma. Cela faisait du bien en général, alors il le pensait pour son ami. S'écartant finalement, le laissant respirer il retourna dans la salle de bain. Il était un peu perdu au fond, mais se poser des questions seraient inutiles. Revenant après plusieurs minutes, il se remit à sa place, s'allongeant à moitié. Et finalement, un petit sourire illumina son visage. Ce sourire qui faisait sa personne. Délicatement il attrapa l'un des poignets et Yel pour le faire pencher de son côté, le tirant doucement pour qu'il vienne finalement contre lui. Si cela pouvait l’apaiser, soit. Il s'en fichait. Même au contraire. Passant doucement sa main dans ses cheveux, il se souvenait que certaines attentions calmait les nerfs, la fatigue et tout ce qui pouvait provoquer un état peu désirable. Alors ces quelques petits gestes pouvait faire du bien, mais au fond, qu'en savait-il ?Tout va bien. Je suis là maintenant.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 15 Jan - 15:55
Faire des cauchemars c’était devenu une habitude pour moi, mais à chaque fois c’était un énorme choc. Impossible de bouger, de faire quoi que ce soit pendant plusieurs secondes qui me paraissaient des minutes, non des heures parfois, tant c’était d’une violence insupportable. Entre les cauchemars et les paralysies du sommeil, j’étais envahi d’un combo qui me pourrissait mes nuits. Et c’est bien pourquoi je dormais avec une veilleuse, ou voir que je ne dormais pas. J’avais tellement de mal à dormir de toute façon. Mais voilà qu’aujourd’hui je n’échappais pas à la règle. Comme tous les autres soirs j’ai envie de dire. C’était violent, et dévastateur. Je sentais que je ne pouvais rien faire. Dans mon lit, totalement paniqué, le souffle qui s’accélérait, je tentais de me contrôler avant de le sentir, lui là, à mes côtés. Il me parlait, il me touchait, il tentait tant bien que mal de m’aider. Je détestais ça. De devoir lui montrer ce côté-là de moi. Je ne voulais pas qu’il ait à subir ça et surtout à ce qu’il puisse voir cette faiblesse et cette honte. Parce que pour moi ce n’était que le résultat des actes honteux que j’avais pu commettre dans ma jeunesse. Le sentant s’en aller, dieu sait où, je fermais les yeux en soufflant longuement. Mon cœur commençait tout juste à se calmer. Revenant avec un gant mouillé, je le laissais faire, osant alors plonger mon regard dans le sien. Tout ce qu’il faisait me calmait et me mettait mal à l’aise. Ca partait d’un bon sentiment, mais à mes yeux, je me sentais encore plus faible, comme si je lui avais ouvert mon cœur pour lui montrer ma plus grosse honte. C’était loin d’être facile à vivre. « Tout va bien. Je suis là maintenant. » Soupirant quelque peu, sans pour autant bouger, j’attendais d’être totalement calmé pour faire quoi que ce soit. Sans ouvrir la bouche, je restais là, contre lui, en le laissant me caresser les cheveux. Fermant les yeux, je soupirais longuement avant de me redresser et passer une main dans mes cheveux pour les arranger. Fronçant les sourcils, je regardais le sol avant de me lever, sans un mot et de partir dans la salle de bains. Fermant la porte derrière moi, je soufflais avant de me passer un coup d’eau sur le visage. La fraicheur de l’eau me fit frissonner, réveillant mon corps entier. Une fois le visage mouillé, je posais mes mains sur le bord du lavabo avant de rester là quelques secondes. Repartant dans ma chambre, je le regardais du coin de l’œil avant de sourire faiblement. « Désolé. » Oui, c’est tout ce que je trouvais à dire. C’était stupide. « Merci. » Ajoutai-je aussi. « Rendors toi, je vais aller regarder la télé dans le salon. » Dis-je en quittant la chambre pour aller dans le salon. Passant dans la cuisine, je pris un paquet de gâteaux et une canette de soda pour m’installer sur le canapé.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 12 Fév - 20:22
Désolé. [...] Merci. Alors qu'il était en train de bailler, sa main dans sa chevelure, il tourna légèrement son visage vers le jeune homme. Des excuses ? Des remerciements. Haussant les épaules, simplement, lui souriant légèrement, il ne savait pas spécialement quoi lui dire. C'était une situation délicate, autant pour l'un que pour l'autre - mais Szayel trinquait bien plus. Restant silencieux pour la tranquillité du plus âgé, raison pour laquelle il n'avait pas décroché un mot, Jun'ichi se recoucha. color=#25d5be]Rendors toi, je vais aller regarder la télé dans le salon.[/color] Levant simplement son pouce, tourné dos au brun alors qu'il se mettait déjà en boule sous la couverture, il posa son nez sur le bord de cette dernière, respirant calmement en tentant de ne pas penser à tout ce qui venait de se produire. Profitant de l'odeur omniprésente du canadien, le blond ferma les yeux en soupirant un peu ; ne bougeant plus de la nuit.

Que pouvait-il bien penser de tout cela ? De tout ce qui venait de se passer sous ses yeux ? Ah. Tirer la conclusion du fait que quelque chose de grave c'était produit dans la vie de l'étranger était logique. Mais se dire, qu'il avait aimé prendre soin de lui ... Non ! Aucun aveux ne fut fait. Ce n'est qu'un ami Jun. Arrête. Serrant un peu plus la couverture, il ferma fortement les yeux en se maudissant.

[...] 07:00, ses yeux s'ouvrirent tel un mécanisme. Se retrouvant comme il c'était laissé avant de quitter le monde, le sportif s'étira longuement, passant par la suite sa main droite sur son visage. Râlant un peu, parce qu'au final il était à la bourre en semaine et se levait tôt le weekend, il quitta le lit de son colocataire pour se rendre dans la cuisine. Mais là, il passa dans le salon et vit le second allongé sur le canapé. Endormit sûrement, ses mains sur ses hanches, il se posait vraiment beaucoup de questions, qui ne seront pas énumérées ici. Attrapant une couverture mise de côté pour les soirs froids, il la glissa délicatement sur l'étranger, sans aucuns bruits. Contournant la salle finalement, il se rendit dans la salle de bain : il préparerait le petit déjeuner plus tard, afin de ne pas réveiller Yel.

Devant la glace, il regarda sa chevelure avant de soupirer, sortant tous ses ustensiles : paré pour retourné à sa couleur naturelle. En une demi-heure tout fut enfin terminé et il fila directement dans la douche. Cela lui faisait étrange, de se voir avec les cheveux bruns. Mais cela faisait un moment, qu'il avait été blond. Un peu de retour aux sources !

Tenue ;; 08:45, prêt, habillé ; les cheveux encore humides, il se rendit dans la cuisine afin de préparer le petit déjeune, pour ses colocataires en même temps. Endossant parfaitement bien son rôle de maman, il faisait le moins de bruit possible, avec Szayel à côté.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 23:15
 

week-end ft junjun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Invitations au week-end final de bêta-test
» c est le week end ...des amoureux ..........................
» c est le week end youpie........
» Week-end de folie *_* & T_T
» La paris games week
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-