AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 you are a barbie girl living in a barbie world.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 3 Mar - 22:37
tenue☆ 5:20 ▬ Mes doigts passèrent sous la couverture de mon lit et chevauchèrent "quelque chose" de doux, rond et moelleux. Ils semblèrent d'ailleurs grandement apprécier la présence de ce "quelque chose" qui offrait une sensation très agréable à mes doigts lors de cet début de journée riche en émotion. Les yeux fermer et encore à moitié endormis, je me mis instinctivement (comme n'importe qui le ferait) a tripoté avec soin et curiosité cette chose moelleuse qui était posée à proximité de moi. « Qu'est-ce que c'est ? » Et vous pensez à ce que je pense ? Les yeux écarquiller je me précipita pour me redresser dans l'immédiat et d'un geste brusque je retira la couverture du lit après un  lap temps de réflexion tout en retenant ma respiration. Une fois la révélation découverte, ma main qui tenait cette couverture se laissa abattre et un long silence s'en suivit. Abasourdit par la vue méconnaissable de cette "chose" qui s'était faufilé dans mon lit, je n'eus aucun mal la reconnaître. Non hélas, il ne s'agissait pas d'une donzelle aux nichons grandiose mais ce n'était autre que mon stupide hamster qui s'est faufilé je-ne-sais-comment et qui s'est retrouvé-par-X-moyen dans mon lit !

Fort heureusement que la tournure des événements ne s'amplifiait pas et que mes pensées n'étaient pas exaucées sans quoi j'aurais été rapidement dans ... Comme on le dit souvent de nos jours: "dans la merde". Si l'on si fie au bon côté des choses, ce traumatisme matinal est un réveil idéal pour un paresseux de mon genre, grâce à ce qui venait de se tramer m'a permit d'évité d'être en retard pour le premier cours de la journée pour la énième fois. Non pas parce que je glandouillais deux à trois heures quand je fais ma toilette ou que je prenais un temps fou a déguster mon petit dej, mais avant de me rendre a l'établissement je devais être dans l'obligation de mener à bien mon travail quotidien de livreur de journaux pour ramasser quelque sou à ma manière et croyez-moi, le réveil est très rude à 5:00 du matin. Aussi loin que je me souvienne j'ai toujours vécu dans la classe sociale la plus basse et en quelque sorte, ma famille et moi sommes condamnés a lutter contre la famine et la pauvreté. Le temps est précieux et il ne me fallait pas plus de quinze minutes pour achever le rituel quotidien: Se toiletter, manger et s'habiller. Une fois prêt, je saisis mon sac et après avoir jeté un coup d’œil à l'arrière pour vérifier que je n'ai rien oublié de faire, je prononça « Jā, ittekimasu. » à voix basse pour ne pas réveiller les grands dormeurs avant de sortir de ma demeure en prenant le soin de fermé la porte à clé.

En temps normal j'utilise mon vélo pour faire la distribution des journaux. Non seulement cet engin me permettait de gagner du temps dans mes déplacements mais en plus c'était moins épuisant que la course à pied. Cependant, j'ignorais toutefois que grâce à lui j'allait faire la rencontre d'une demoiselle qui réservait plus d'un tour dans son sac. Cette journée que je pensais tranquille et harmonieuse était en réalité remplit de sarcasme !
                                             


 * * *


Je traversa une ruelle étroite en vélo chargé de journaux et les distribua de maison en maison avec beaucoup de dynamisme et de bonne humeur. Il ne fallait pas grand chose pour me mettre de bon pied un matin, il n'y avait rien de mieux que de s'être bien coiffé pour démarrer une bonne journée. A la première intersection je m'apprêta a tourné à droite comme à mon habitude, j'empruntais le même chemin chaque jour. Je commençais donc a bien connaître les alentours mais ... N'avez-vous entendu la rumeur qui dit que ce sont aux endroits que nous fréquentons le plus souvent que le taux d'accident devient élevé ? Manquant de vigilance, je suis témoin des faits. Maintenant, j'avais la preuve irréfutable que la rumeur n'en était plus une, c'était une vérité à part entière. Pédalant à 45km/h et manquant de visibilité vers l'avant, je tourna brusquement à l'intersection avant de remarquer la présence d'une personne juste devant moi, j'étais à deux doigts de lui rentré accidentellement dedans ! Il y avait vraiment quelqu'un qui vagabondait dans les rues à une heure pareille ?! Habituellement, il n'y a pas un chat qui me coupait la route. Par réflexe j'eus à peine le temps de détourner brusquement la trajectoire de mon vélo. Cela avait permis d'éviter de blesser la jeune femme, mais des dégâts étaient occasionnés à mon vélo dut au violent chute qui l'avait emporté, moi avec y compris.
« Itete ! » M'exclamais-je a haute voix lorsque je me suis retrouvé à terre suite à cet accident, aucune blessure n'était apparente mais je pouvais sentir une violente douleur au bras droit causé par le choc. Les journaux que je transportais se retrouvèrent éparpiller au sol et certains se firent emporter par le vent.
 



Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 5 Mar - 9:49

You are a barbie living in a barbie world
Tenue5 : 15 ◘ Je sortais d’une putain de bonne soirée. Dommage que j’ai dû partir si vite…Mais quand tout le monde commençait à gerber sur les murs, je me suis dit qu’il était temps de faire autre chose. De plus, la drogue arrivait et ça ne me plaît pas ce genre de chose. Se bourrer la gueule, pas de soucis, bien au contraire, mais la drogue non, pas le genre de drogue qu’il avait. Sous l’effet de l’alcool, je peinais à me souvenir de ce qu’il c’était passé durant la soirée. Je m’assis au bord d’un trottoir, et me regarda dans une flaque. Ah ouais. Jolie gueule avec mon mascara qui à couler et mon rouge à lèvre qui fait de même. Mes cheveux que j’avais attachés en simple queue de cheval sont maintenant en bataille. Un homme passa, me regarda et me demanda :
« Tu me prends combien pour une séance, bombasse ? »
Ok. On m’a pris pour une prostitué. Pour seule réponse, je lui vomis sur les chaussures, pas fait exprès mais c’est vraiment bien tombée.
« Oups. Pas contrôlée désolée. » Essayais-je d’aligner tant bien que mal.
Il partit, l’air dégouté. Tant mieux. Je n’aime pas ce genre de personne. De plus, il était vraiment moche. Bon j’en étais ou…Ah oui ! La soirée. Ma jupe est aussi légèrement déchirée, ce qui la raccourcit énormément. Hum, je crois qu’à la soirée j’ai couchée avec un mec. Ou une fille. Je ne me souviens plus. J’espère quand même que c’était un mec. Et c’est tout ce dont je me souviens, la suite n’est qu’un énorme brouillard.
Bon. Je ne peux pas rester indéfiniment ici. J’avais faim maintenant en plus. Et je reprenais peu à peu mes esprits, l’effet apaisant de l’alcool s’évanouissant.
Je me levai. Doucement mais assez sûrement. Mes jambes tremblaient, elles semblaient ne pas supporter mon poids. Je marchais en formant d’énormes zigzags, si beaucoup de voitures circulaient à cette heure, je serais morte. Ahahaha, la mort…Je me pris d’un énorme fou rire incontrôlé, un fou rire assez bruyant, je dirais même flippant.
Je continuais à marcher comme ça, tandis que je vis une forme au loin. C’est marrant, j’avais l’impression de voir un petit bonhomme volant. Ce qui ne fit qu’augmenter mon fou rire inquiétant.
Et puis soudain, la forme fonça vers moi. C’était juste un homme sur un vélo ! Et il allait me percuter ! Pas une voiture mais un vélo. C’est assez ridicule de se faire percuter par un vélo. C’est beaucoup mieux une voiture, à la limite un scooter. Tss, le monde est vraiment rempli d’incapables.
Sur l’action, j’eus vraiment peur, j’émis un cri strident qui déchira le silence de la nuit.
Le vélo tourna brusquement, mais l’action m’entraina et je tombai dans une flaque assez mal placée. Super. Mon haut blanc était maintenant transparent et je me rendis compte que je n’avais plus de soutifs. Le conducteur du vélo était aussi à terre. Comme gardait un minimum de dignité dans cette situation ? Je sais. Il faut faire la morte, ou du moins, l’évanouit. Je m’allongeai donc complétement par terre, et attendit sagement, fermant les yeux.
Pride pour Epicode

Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 19 Mar - 22:18
tenue☆ Une douce brise souffla sur les voiles quand je découvris le visage de la jeune femme pour la première fois, éclairé par les premiers rayons de Soleil qui venaient se tapisser sur elle. Je n'avais eu le temps de contempler le minois de la belle au bois dormant que je me rongea de panique et d'angoisse en la voyant à terre, étalée au sol. La sueur couvrait la surface de mon front, ma gorge était nouée dut au terrible stresse qui me submergeais. Sapristi saucisse ! Que mon vélo soit dans un état lamentable ou que mes journaux se firent emporter par le vent, je n'avais plus la tête à me préoccuper de ces choses futiles et je primais par dessus tout la sécurité de cette jeune fille.

« O-Oï ! Vous allez bien ?! » Criais-je de panique en me précipitant dans sa direction après m'être relevé du sol d'un brusque allure. Cet accident avait suffit pour me mettre dans toutes mes états, j'étais habitué a me retrouvé dans des situations plus ou moins farfelus mais lorsqu'il s'agit de faire de moi l'auteur d'un accident (ou peut-être bien d'un meurtre !) contenir mon calme n'était pas une chose que je parvenais a faire à la légère. Calme-toi. Calme-toi Ryosuke, tu n'as tué personne, ce n'est qu'un petit accident. Garde ta poker-face, souffle un bon coup et ... Assume tes responsabilités. Après quelques minutes d'hésitation je tendis mes mains vers elle et les posa sur les frêles épaules de la jeune fille, en la remuant doucement pour tenter de l'interpeller mais il n'y eut aucunes réactions de sa part. Néanmoins, bien que mes souvenirs étaient flous j'étais persuadé de l'avoir esquivé, au risque de payer des bosses et des bleus à mon vélo.

Je pris l'initiative de saisir son pouls et aucuns signes ne trahissaient son état stable. Pris de soulagement je poussa un lourd soupire qui me libérait d'un grand poids. Sans doute la cause de son évanouissement était provoqué par un choc émotionnel lorsqu'elle a pensé pendant un court instant que j'allais lui voler la vie avec cet accident et je me sentais terriblement désolé de lui avoir fait vivre une telle peur, la culpabilité pesait sur mon cœur. Alors que mon esprit fut embaumé par les événements, mon regard se déposa de bel sur la jeune femme. A l'examiné de près, sa jupe était légèrement déchirée qu'il en fallut de peu pour que l'on puisse déterminer la couleur de son sous-vêtement ! Contrairement à moi elle était chichement vêtue d'une ravissante tenue de soirée qui dessinait à merveille les traits fins et soyeux de la demoiselle. Je n'eus pas de réel difficulté a comprendre que cette mystérieuse femme sortait d'une soirée et qu'elle n'avait plus toute sa tête, du moins elle n'était pas dans son assiette bien avant que nous nous rencontrions et mon hypothèse fut rapidement vérifié par l'exhalaison accru de vin qui l'englobait.

« Vous n'êtes pas en état de vous déplacez convenablement dans cet état, laissez-moi vous aidez. » En disant ces mots j'ignore si elle était dans la capacité d'entendre ce que j'essayais de lui dire, et décidant d'agir je l'aida à se relever et a tenir sur son équilibre. Je saisis son bras et le passa sur mes épaules, tandis que l'autre s'était glissé sur son bassin pour la soutenir. « Je vais vous trouvez un endroit pour vous abriter afin que vous puissiez vous reposer jusqu'à ce que les effets de l'alcool se dispersent. »
Ayant privilégié de venir en aide à cette demoiselle, j'avais décidé d'abandonné mon vieux vélo pendant un cours moment et revenir le chercher plus tard. Mais est-elle suffisamment consciente pour entendre mes dires ou j'étais  en train de parler seul depuis un bon moment ? Si elle n'était pas en mesure de marcher, je n'aurai pas d'autres alternatives que de la porter sur mon dos.



Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 20 Mar - 19:28

You are a barbie living in a barbie world

J’étais donc étaler par terre dans une flaque. Ridicule. J’espère qu’aucune de mes rivales ne va passer par ici. J’entrouvris très légèrement un œil et vit que le garçon me regardait. Plutôt mignon. Je refermais mon œil. Je sentis son regard qui s’attardait un peu trop sur moi. J’aime être au centre de l’attention mais quand même !
Pour ne pas être démasquée, je retins pratiquement ma respiration.
Quand tout à coup, je sentis des mains qui secouaient mes épaules, des mains chaudes et douces. Je pris beaucoup sur moi, afin de ne pas le baffer. Pour qui il se prenait à me toucher comme ça ! C’est un gros pervers ! Il me prit sans doute aussi le pouls, vu qu’il toucha mon poignet. Je l’entendis soupirer. De lassitude ou de soulagement ? J’espère qu’il ne m’a pas craché dessus ce gros porc !
Le voilà qui commence à me parler ! Oh il faut m’aider maintenant. Très drôle, il s’est pris pour superman ou quoi le gars ?! Il me souleva…Je me laissai faire contre mon grès, mais il verra ce qu’il verra ! Oh tient, il a compris que j’étais défoncée. Cool. Pas besoin d’être aimable, ça m’arrange .Non mais pour qui il se prend, à vouloir me mettre en sécurité ou je ne sais quoi, je hais les gens comme ça.

J’en ai assez marre de jouer la morte. Ce n’est plus amusant et de plus, je n’ai rien à part une légère égratignure au genou. Une fois qu’il m’est totalement soulevée, je repoussai son bras et m’exclama :
« Lâche-moi ! »
Il sembla surpris, sonné. Faut s’y faire mon coco, je ne suis pas une gentille fille.
« Je suis en parfait santé, et je vais très bien et… »
Je ne pus pas finir ma phrase que je lui vomis dessus. Oups. Le deuxième ce soir, dis donc, la soirée a été assez productive. Le pauvre quand même. Lui qui voulait m’aider le voilà bien remercier. Hihihi. Il était trop collant, maintenant c’est aussi au sens véritable du terme ! Ahh, vraiment l’alcool ne me réussit pas pour les jeux de mots mais je ris toute seule à ma propre réflexion. Pas très approprié, machin me regarda de plus en plus surpris. En même temps, il y a de quoi. Une fille avec un tee-shirt blanc, maintenant transparent, une mini-jupe déchiré, qui pue l’alcool, qui vient de s’évanouir en quelque sorte, qui lui vomis dessus et qui ensuite éclate de rire. C’est légèrement flippant je peux l’admettre.
Mais, vu que ça commence à me saouler, oh ! Encore un jeu de mots ! Soûler, je suis bourré ! Hahaha ! Je suis vraiment drôle ! Je me pris un autre fou rire encore plus effrayant. Je dû m’assoir car j’avais mal au ventre à force de rire ! Bon, on se calme.
« Salut. Tu rentres souvent dans les gens qui n’ont rien demandée comme ça ? »
Dis-je d’un ton assez agressif.

Pride pour Epicode

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 20 Mar - 21:25
tenue☆Etre doté d'un bon sens de déduction m'a toujours été bénéfique et la curiosité est l'essence même de chaqu'une de mes réflexions cependant les réponses ne m'étaient pas toutes accessible. Savoir si elle jouait la comédie ou qu'elle était réellement shouter par les effets indésirable de l'alcool, je ne pouvais pas le deviner. Ce n'est qu'au moment ou la morte reprend vie en repoussant mon bras avec une grande agressivité que je compris qu'elle s'était moqué de moi depuis le début. Vexé par son comportement je gonfla mes joues et fronça les sourcils qui reflétait tout mon mécontentement mais je restais tout de-même très silencieux en écoutant ses dires. Ah bah, sympa la donzelle ... Moi qui voulais simplement l'aider ! Alors que j'étais déjà sur les nerfs, pour couronner le tout ... Elle m'a gerbé dessus. C'était une des situations les plus embarrassantes que je venais de vivre de toute ma vie.

Dégueulasse ! Une grosse tâche de vomit s'était formée sur mon uniforme scolaire, sans parler de l'odeur infecte qui y émanait ! Sous l'étonnement je la regarda avec de grand yeux ronds et languissant. Tu parles d'une femme. Je n'ai jamais vue une nana se comporter avec autant d'inélégance et de vulgarité. Je pouvais sentir la colère me monter jusqu'aux oreilles, son comportement m'agaçais au plus haut point et bien que je savais qu'elle n'était pas dans son état normal, j'avais bien du mal à contenir mon énervement et son rire strident m'insupportais. Elle a fait l'erreur de provoquer la mauvaise personne. Quand je me transformais en chien enragé, je n'avais plus rien a avoir avec le Ryosuke gentil, serviable et poli.

« Je vais t'en coller une, p'tite merdeuse ! » Je la choppa par le col et l’adossât contre un mur avec violence. Mes poings retenaient mon envie irrésistible de la frapper, et je ne sais qui est la première personne a inventé l'excuse bidon qu'un homme ne doit pas lever la main sur une femme mais je voulais fermement laisser parler mes pulsions. Mon regard perçait le sien et je la dévisagea avec beaucoup de froideur, avant de la relâcher de mon emprise et de reculer d'un pas. Qui était-elle pour se jouer de moi en me trompant avec la comédie, pour me gerber dessus et rire à l'éclat du malheur qu'elle venait de me vendre ? « Tch ! » C'est ce qu'on pouvait lire sur le coin de ma bouche, visiblement dit avec beaucoup d'arrogance et d'orgueil. Il était hors de question que je me laissais enveloppé par cette odeur atroce de vomit et sans gêne je retira ma veste puis mon haut et lui balança ma chemise à la gueule avec un regard hautain et énervé. Mon caractère était passé du tout au tout qu'on pourrait presque croire avoir une autre personne en face. Sur un ton méprisant je répondis à sa question. « Si tu avais été victime de cet accident, tu n'aurais eu que ce que tu mérites. » En une fraction de seconde je devins impoli et irrespectueux vis-à-vis de son égard. Je fourra mes mains dans mes poches, le sourire moqueur au coin et détourna mon regard d'elle d'un air désintéressé et désespéré et m'y éloigna. Ma veste étant encore en bonne état, je pouvais donc l'enfiler sans râler et récupéra mon vélo.



Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 24 Mar - 18:08

You are a barbie living in a barbie world

« Je vais t'en coller une, p'tite merdeuse ! »
Oh, mais c’est qu’il est agressif Mr.Superman dis donc ! Il m’attrapa par le col et me plaque violement contre un mur. Il me dévisagea avec un air froid. Je sais pas qui tu comptes impressionner mon coco, mais ça ne marche pas avec moi tu sais. On aurait dit un petit chiot tout chou qui se transforme en bête enragé. Il me relâcha et recula. Peut-être avait-il enfin compris l’immense ridicule de cette situation. Le pauvre chou. J’lui ai gerbé dessus et il n’a pas supporté. C’est vrai einh, faudrait ne pas salir la belle chemise que Papa et Maman ont achetée pour leur petit mioche. Ça doit encore être un de ses fils à papa, bien rangé et tout clean, qui ne supporte rien. Le pauvre va devoir payer un pressing, quel dilemme !
Oh tient, il retira sa veste, puis son haut. Il nous fait un strip-tease ou quoi là ? Aie ! Je me recevais une chemise en plein dans ma tête. Ça pue. C’est tout ce qu’il a à faire pour être méchant ? Me jeter une chemise dessus. On est plus au maternel ahaha !
J’éclatai de rire, il est pitoyable. Il joue à King Kong ou quoi ? Ahahaha !
« Si tu avais été victime de cet accident, tu n'aurais eu que ce que tu mérites. »
Ce que je mérite ! Bah dis donc, il se prend vraiment pour un justicier lui ! Il est comique le petit, je devrai lui proposer de faire un one man show ! Le titre : Je suis un justicier qui lance des chemises tachées de vomis sur les filles ! Ahahaha ! Mon rire redoubla d’intensité ; Machin s’éloigna vers son vélo, en piteux état je dois bien l’avouer. Il n’avait qu’à faire attention !
« Eh ! Le justicier ! Tu comptes impressionner qui en me lançant une chemise dessus ?! Pas moi en tout cas. Tu m’es rentré dedans, je t’ai gerbé dessus, c’est le jeu mon pauvre ;) Et puis, si tu voulais me draguer, il vaut mieux éviter ce genre de rentre-dedans ! »
J’attendis sa réaction et sa réponse avec impatience. Je suis pratiquement sûre que ce pauvre garçon va enrager.



Pride pour Epicode

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 27 Mar - 20:49
tenue☆ Keep calm and eat a cupcake. Plus je passais du temps avec elle, plus mon sang froid bouillonnait de l'intérieur et redevint chaud fiévreux  (on pourrait presque avoir l'impression que de la fumé s'échappait de ma tête !) C'est fou ce qu'elle avait le don d'énerver ses interlocuteurs ! Moins je la verrais et mieux je me sentirais. D'ordinaire joyeux les prises de tête n'ont jamais été mon point fort et me mettre en colère était une chose que peu de personne parvient a le faire. Enfin disons ... Que cette femme est un cas à part, elle a pas merdu une petite pinute (jeu de mot avec perdu & minute) pour y parvenir en un temps recors ! Elle était si douée que je la récompenserai avec un prix d'oscar pour le meilleur talent de provocation. Je n'aimais pas l'admettre mais si nous continuons d'entamer la conversation je serai sérieusement dans une position de faiblesse car contrairement à elle je n'étais pas habitué à tenir ces types de propos agressives et provocantes, mon interlocutrice aurait sans doute le dessus. Et si je ne voulais pas me faire passé pour un idiot, je devais éviter de fréquenter plus longtemps cette femme délirante sous les effets alcooliques, ça doit être la sensation d'euphorie qui la fait sentir forte mais qui rend ses capacités de réaction si altérées.

« Eh ! Le justicier ! » C'est de moi qu'elle parle ? Elle disait cela pour me vanné sans doute. Pourtant, je ne semblais pas offensé par ça et j'avouerais presque que je le prend à bien comme un compliment. Il est vrai que j'étais le genre de bonhomme a défendre les idéologies de la justice.  « Tu comptes impressionner qui en me lançant une chemise dessus ?! Pas moi en tout cas. Tu m’es rentré dedans, je t’ai gerbé dessus, c’est le jeu mon pauvre ;) Et puis, si tu voulais me draguer, il vaut mieux éviter ce genre de rentre-dedans !  » Je poussa un soupire lassé. Cette conversation prenait une tournure immature et enfantin que j'envisageais que la meilleure solution serait de se taire. Cependant, j'admet qu'elle n'a pas totalement tord. Si nous nous étions rencontrer dans des circonstances différentes, il y avait de forte chance que notre lien ne dégage pas un aura si négatif. Les paroles de la jeune femme me fit légèrement rire d'anxiété, comment pouvait-elle prôner si fort que je cherchais à la "draguer" ? Du coin de l’œil mon regard croisa de nouveau le sien et sur un ton malicieux je répondis à sa provocation. « C'est déraisonnable de penser que tu puisses me plaire ! » Les mots qui allaient suivre n'était pas retouchés de galanterie non-plus. « Tu n'as aucun charme, rien du tout ! Je veux dire ... Tu es de bonnet A. » Baka. Il n'y avait pas besoin d'être franc pour sortir un truc pareil, il suffit juste d'être associé à une once de stupidité. Je termina ma phrase accompagné d'un geste théâtrale en déclarant avec fierté. « Il te manque ... ça. Pour espérer avoir une chance de chavirer le cœur d'un homme. »



Invité
Invité
Ce message a été posté Sam 16 Avr - 18:51

You are a barbie living in a barbie world

L’inconnu rigola à mes propos. Un rire assez anxieux, gêné. Je savais très bien que je l’ennuyais et le mettais dans l’embarras, voir le provoquais. Mais je n’avais pas envie d’arrêter, il était tard, enfin tôt, je me comprends. J’étais défoncé et il m’était rentré dedans. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Il osa me regarder droit dans les yeux et dit :
« C'est déraisonnable de penser que tu puisses me plaire ! »
Oh le connard ! Comment ose-t-il ! Je suis quand même Selenya. La Grande Selenya. Sele’ Queen. Pas une vulgaire livreuse de journaux ! De plus c’est un vulgaire menteur, il est tout rouge, on dirait une écrevisse. Et s’il continue, je ne vais pas tarder à en faire mon futur repas. Et c’est qu’il à continuer le petit insolent :
« Tu n'as aucun charme, rien du tout ! Je veux dire ... Tu es de bonnet A. »
Et il accompagna d’un geste aussi ridicule qu’enfantin ses prochaines paroles :
« Il te manque ... ça. Pour espérer avoir une chance de chavirer le cœur d'un homme. »
Mais quel enfoiré ! Pour qui il se prend cette crevette anorexique ?! Je ne peux plus me contenir, pour qui se prend-il ?
« Pour qui te prend tu espèce de crevette ?! Tu es tellement rouge, tu as honte de tes paroles ? Tu ne sais pas à qui tu t’adresses insolent. Tu n’es qu’un petit livreur de pizza, tu n’as aucune classe, aucun charisme, ni de muscles et j’en passe de tes nombreux défauts. Et au niveau de l’intellect, ça n’a pas l’air de voler très haut non plus. Alors tes insultes sur mes seins, tu peux te les fourrer là ou je pense. On ne s’en prend pas à la queen. »




Pride pour Epicode

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 20:46
 

you are a barbie girl living in a barbie world.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» barbie girl in a barbie world [13/06 à 14h32]
» I'm a Barbie Girl ! [100%]
» A Vos Souhaits [I'm a Barbie Girl, in a Barbie World... Imagination, life is your creation !]
» barbie girl ☆ un vrai conte de fée.
» Rain (+) i'm a barbie girl, in a barbie world.
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-