AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Friends are the family we choose for ourselves • |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 26 Juin - 11:48



S’il y avait bien une chose que Roy s’était promis de faire s’il s’en sortait, c’était de  « le » retrouver. Evidemment, des tas de promesses, le professeur s’en était fait plein, s’imaginant qu’est-ce qu’il ferait si l’opération se déroulait correctement et sa première pensée fut vers son fils. Avant toute chose, il profiterait de chaque instant, de chaque seconde parce qu’il n’avait que conscience d’ô combien la vie était précieuse. Mais ensuite par le plus grand des hasards ou plutôt parce qu’il s’ennuyait à l’hôpital, qu’il n’avait rien d’autres à faire que de se tourner les pouces, regarder la télévision ou même lire, il était tombé sur cette autobiographie. L’un des patients qu’il avait rencontré pendant son «  séjour » à la clinique lui avait conseillé de lire, déclarant que c’était une histoire triste, bouleversante mais qui nous permettait de voir plus positivement, que quand on lisait ce genre de choses, cela ne nous donnait pas envie de se plaindre. Tout le monde a connu des malheurs dans son existence, certains plus gros que d’autres cependant se plonger dans la vie de quelqu’un qui n’est pas nous, cela nous fait voir les choses différemment, nous rendre compte qu’on n’est pas seul à avoir des soucis. C’était ce que cet homme lui avait dit et d’un naturel curieux, l’enseignant n’avait pu s’empêcher de vouloir découvrir ce fameux bouquin. Du temps devant lui, il en avait et il s’y était attaqué pendant sa convalescence, une fois que l’intervention était terminée et que l’anesthésie s’était quelque peu dissipé. Il avait du rester en observation pendant plusieurs jours et autant dire que ce livre, plus il tournait les pages, plus cette histoire le ramenait loin, il y a de ça des années en arrière.

Alors qu’il n’était qu’un gamin, il avait connu ce petit garçon qui lui semblait être son total contraire. Rien qu’en l’observant, Roy avait aussitôt remarqué que le bonheur n’avait pas l’air d’illuminer la vie de cet enfant. Lui avait de la chance d’avoir une famille aimante, c’était toujours dynamique à la maison hors cela n’était pas le cas de l’autre individu... Si le professeur, à l’époque, était sociable, qu’il cherchait à s’intégrer avec tout le monde et jouait les imbéciles tout simplement parce qu’il était heureux de vivre... Cet élève était beaucoup plus mystérieux, moins démonstratif. Enfin, c’était l’image que le jeune homme avait de son ami à cette période. Une partie de lui avait le coeur lourd lorsque ses parents venaient le chercher à l’école et qu’il le voyait s’éloigner devant lui, seul, sans personne pour lui tenir la main ou l’écouter lui raconter ses journées. Déjà à cet instant là, le jeune Kasahara avait un grand coeur et plus les jours s’évanouissaient, plus il souhaitait se lier d’amitié avec ce garçon énigmatique. Celui-ci était plus petit que lui mais ça ne le dérangeait pas, ils étaient voisins, ils auraient tellement pu s’amuser ensemble s’ils s’en donnaient la peine. C’était ce que lui avait pensé alors sans réfléchir, il avait commencé à essayer de s’approcher de lui. Au début, il ne le faisait qu’à l’école, tentant de discuter avec lui, l’invitant à jouer à divers jeu hors à chaque fois, son « camarade » le recalait.

Néanmoins Roy était borné, il n’abandonnait pas facilement et c’était un trait de caractère qui n’avait pas changé d’ailleurs. Chaque jour, il trouvait un prétexte pour l’approcher, parfois avec des réflexions plus sordides que les autres mais on le pardonnait puisqu’il n’était qu’un enfant. Il s’installait exprès à côté de lui à la cantine et si l’autre le fuyait en allant s’assoir à une autre table, le jeune homme le suivait. Encore aujourd’hui, il ne pourrait guère expliquer ce qui avait enfin motivé son camarade à l’accepter à l’époque mais il en était fier. Tous ses efforts avaient payé et Midoriya Haru était enfin devenu son ami. Ils avaient commencé à se voir plus souvent, du primaire jusqu’à ce que Roy rentre au lycée... Ils s’entendaient bien et si à cette âge là, la différence se fait normalement ressentir, ce n’était pas le cas avec eux. Ils étaient proches si bien qu’Haru avait eu l’opportunité de venir un grand nombre de fois chez les Kasahara, il était intégré dans la famille, comme s’il était l’un d’eux et ce genre d’image, le professeur s’en souvenait toujours à l’heure actuelle. Son ami lui avait raconté son histoire, ça l’avait tellement touché, affecté et même s’il n’en avait rien dit à ce moment là, il ne comprenait pas. Parce qu’il était trop jeune, trop immature pour comprendre mais aussi car lui avait la famille dont tout le monde rêvait et il était désolé que son ami n’ait pas pu connaître cela. Naïvement, bêtement, il avait pensé que la maison des Kasahara pourrait devenir son nouveau chez lui, cette famille qu’il n’avait jamais eu puisque à ses yeux, au bout du compte, Haru était comme son petit frère. Sauf que la vie, le temps avait fini par les séparer petit à petit. Le lycée lui prenait beaucoup de temps, les cours mais aussi le baseball, les championnats auxquels il participait toujours puis le fait qu’ils ne vivaient plus aussi près l’un de l’autre, qu’ils n’étaient pas dans le même établissement non plus... Les jours, les mois s’écoulèrent jusqu’à ce qu’il n’ait plus de nouvelles, chacun ayant pris certainement un chemin différent, chacun ayant tracé sa propre route. Hors, jusque là, Roy n’avait jamais oublié cet ami. Parce qu’il avait fait partie de toute son enfance, qu’il l’avait marqué par son histoire mais aussi par leurs personnalités tellement contraires au final.  Et s’il avait choisi de nommer son fils ainsi, ce n’était pas anodin non plus...

Il aurait pu essayer de le chercher, surtout qu’avec l’évolution technologique, ce n’était pas les moyens qui manquaient cependant en toute honnêteté, le professeur était trop concentré à l’éducation de son garçon pour s’attarder sur le reste. Jamais, il n’aurait cru avoir la possibilité de le revoir un jour, le retrouver et on lui avait mis ce livre entre ses mains... Il ne s’agissait pas de n’importe quelle autobiographie, le jeune homme en avait la certitude. C’était la sienne, celle de son ami. Certaines anecdotes laissés ci et là, des choses que lui-même ne pouvait pas oublier, la manière dont l’histoire était contée aussi... Bien sûr, il y avait une possibilité que Roy se trompe, que tout ceci ne soit le fruit de son imagination toutefois cela n’avait pas d’importance, ça lui avait donné la motivation d’essayer de rencontrer à nouveau son ami d’enfance. Si le destin tentait de les rapprocher, il n’avait pas l’intention de passer à côté.

Voilà pourquoi à peine était-il sorti de l’hôpital que l’enseignant avait entamé tout un tas de recherche sur cet écrivain portant le pseudonyme de « Kizuna ». C’était compliqué de trouver des informations sur l’auteur cependant lui n’avait pas abandonné, déterminé, jusqu’au bout. Et le jour où il avait trouvé cet évènement sur internet, une séance dédicace qui aurait lieu dans une des libraires de la ville, il s’était dit qu’il ne pourrait pas passer à côté. Par curiosité, le professeur avait même commencé à lire ses autres livres puisque au fond de lui brillait une certaine fierté de constater ce que son ami était devenu. Il semblait populaire. Certes, Roy n’avait pas encore la preuve que cet écrivain était Haru néanmoins il avait envie d’y croire. Il se plaisait à y croire même.

Le jour j, il avait pris la route tranquillement, le dernier livre de l’auteur en main alors que son coeur adoptait un rythme bien étrange. Il était à la fois impatient, à la fois stressé de ce qui se passerait une fois sur place. Si c’était bel et bien son copain d’enfance, comment ce dernier réagirait-il ? Ne risquait-il pas de lui en vouloir de ne pas l’avoir contacté avant ou pire encore, de plus lui avoir donné de nouvelles pendant tant d’années ? Peut-être ne serait-il pas content de le voir puis à quel point avait-il changé ? Est-ce que sa vie était mieux désormais ? Toutes ses questions s’accentuèrent un peu plus quand l’enseignant arriva au lieu de la séance et qu’il vit ces personnes faire la queue. Ce qu’il ne fit pas d’ailleurs, il patienta à l’extérieur, attendant que le temps passe tranquillement et que la foule se diminue. Il voulait converser paisiblement avec lui, ne pas être dérangé par des fans ou autre.

Alors qu’un homme allait fermer la porte, Roy se manifesta enfin, s’excusant dans une inclination. Même si on l’avait empêché d’approcher, il l’aurait fait quand même ou se serait débrouiller pour persuader afin de rester. L’écrivain était encore là, assis sur sa chaise et en silence, le garçon le détailla avec attention. Il avait déjà pu voir quelques photographies sur internet et déjà à cet instant, il avait cru y voir quelques ressemblances mais peut-être n’était-il tout simplement pas objectif.

- Bonjour, Le salua-t-il poliment, le sourire aux lèvres, avant de tendre son livre, J’espère que vous allez bien.

Il avait tout prévu. Parce que c’était trop embarrassant de poser cette question « Tu te souviens de moi », le jeune homme avait préféré la subtilité. A la première page du livre, il y avait glissé une photographie datant d’il y a cela des années maintenant. C’était eux et étrangement, à l’instant du cliché, ils paraissaient heureux.



Midoriya Haru
I am the strawberry fonda
Pseudo : Miki Mes messages : 961 Yen (¥) : 49 Avatar : Kim Won Sik - Ravi (vixx) Schizophrène? :
Kyann feat Taehyung, Kellian feat Xiao Kyann feat Taehyung Shion feat Hoshi Ayden feat Tao London feat Zelo Ryoma feat Taemin Dakota feat Mark Phoenix feat Joshua taiga feat GD Shinya feat Junhyung Zero feat Jimin Candy feat Momo Hyoga feat jin Sasuke feat Bobby Hinata feat Suwoong Inaho feat Junior Dewei feat Baekhyun Dan feat Yongguk.

Age : Officiellement 26 ans, officieusement 27 ans, il n'a pas eu d'acte de naissance pendant ses onze premiers mois, pour l'état il est né en 1990 et non en 1989. Date de naissance : 21/07/1990 Astrologie : Cancer, parfait pour lui vu que c'est un vrai poison et il le sait parfaitement. Métier : écrivain, Scénariste et parolier, il est aussi pilote de F1 a ses heures libre, Haru est du genre a ne pas s'imposer de limite, sa devise est "Rêves sans peur. Vis sans limites" Résidant à : Il a une maison à ginza, mais il préfère souvent loger à l'hôtel pour y chercher le calme et la tranquillité, s'isoler sans que personne ne puisse le trouver. Planning : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum
Navigation :


On a tous une histoire à raconter, qu'elle soit courte ou bien longue, la vie est remplis de surprises et de souvenirs, la plupart sont partagés avec nos amis avec qui on aime se remémorer le passé.



Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mer 29 Juin - 15:12



TENUE ★ Mon dernier roman venait de sortir dans les librairies et comme à chaque nouvel ouvrage j’avais reçu la visite de nombreux journalistes venant me questionner sur le livre en question, pourquoi cette histoire, comment j’avais choisi mes personnages, combien de temps j’avais mis à l’écrire, mes impressions, mes autocritiques et celle du public, j’entendais toujours les mêmes questions et je devais recommencer à y répondre comme si c’était la première fois que je les entendant à chaque journaliste qui défilé devant moi, je passé ainsi ma mâtiné, j’avais hâte que d’une chose ce soit que cela se termine pour pouvoir aller me prendre un bon café, bon Dieu j’en avais envie là. Le dernier journaliste a fait un retour dans le temps en trouvant une similitude entre deux personnages, ceux de mon roman actuel et celui de mon autobiographie datant de plusieurs années maintenant. Il est vrai que le lien fort entre le protagoniste principal et son ami ne passe pas inaperçu, je pense qu’avoir connu un tel sentiment m’aide à m’en inspirer pour mes histoires, ça remonte à loin maintenant, mais il y a des personnes qu’on ne peut pas oublier, les années passent, on se perd de vu, mais je pense certaines rencontres destiné à nous faire grandir, si aujourd’hui je suis plus sociale et ouvert aux autres ce n’est pas simplement dû à ma propre volonté, une personne m’a aidé et assez marqué pour que mes pensées soient encore tournées vers elle plus de dix ans après.

Vivre sans limite et réussir à s’en sortir quand on a connu une enfance comme la mienne n’était pas un parié sur lequel beaucoup de monde aurait joué gros, mais dans mon cas j’ai tout misé dessus, je me fiche de savoir qui est mon père ou encore que toute ma famille me déteste et me voit comme un monstre, j’ai passé l’âge aujourd’hui de me torturer l’esprit sur des détails, quand une personne n’a pas besoin de nous autant s’en débarrasser, ma mère aurait dû le faire quand elle en avait l’occasion, mais ne l’a pas fait. Aujourd’hui la fierté de m’en être sorti est plus grande que le manque d’amour reçu, car si le sang m’a rejeté, le cœur m’a adopté. Aux yeux du monde je suis fils unique, en tout cas officiellement vu que mon enfoiré de paternel a pu engrosser n’importe qui et m’offrir demi-frère et demi-sœur dans le monde entier, mais dans mon cœur la présence d’un grand frère est solidement ancrée, où qu’il soit j’espérai que lui aussi sera fier de moi.

Après les interviews une séance de dédicaces est prévue, prenant place sur mon siège je peux déjà voir la longue file de fan attendant une signature, certaines personnes viennent aussi en me demandant une poignée de main ou une photo, autant dire qu’a la fin de la journée je rêve d’un bain et d’un bon lit douillé. Enfin je dis ça, mais une fois libre je gaspille plutôt mon temps dans mes autres passions ou occupations, c’est à se demander quand je me repose vraiment, surtout dans ce genre de période chargée après la sortie d’un bouquin. Je vois défiler beaucoup de tête, de sourires, signant encore, ajoutant parfois des mots personnalisés quand on me le demande, recevant déclaration d’amour et remerciement, les fans sont délirants parfois, un jour l’une d’elles m’a même demandé de l’épouser, faut osé.

J'arrivais enfin au bout, signant le dernier roman, du moins c’est ce que je pensais avant qu’un homme ne se présente devant moi avec mon livre dans les mains. « Bonjour » je lui rends son sourire également, sans réellement le détailler, pour moi à cet instant c’est simplement un « fan » de mon œuvre, prenant le roman. Ouvrant la page pour signer, j’y trouve une chose beaucoup plus intrigante, immobile, mon regard reste longuement posé sur cette photo, la détaillant, ça me rappelle tellement de souvenir tout à coup, comme si en une fraction de seconde j’étais retourné à cet instant, mon sourire à l’époque était rare, mais vrai, grâce à lui j’avais connu des jours heureux dans mon enfance, mais... Levant les yeux sur l’homme devant moi. « Roy ? » Je me retenais d'ajouter un suffixe, nous n'étions plus des enfants et j'étais encore sous le coup de la surprise car ce n’était pas une erreur pas vrai ? La seule personne qui pourrait avoir cette photo c’était lui. La séance de dédicaces était terminée et mon manager s’apprêter à « renvoyer » les personnes présentes, mais je l’arrête. « C’est bon, je m’en occupe. » J’allais pas partir sans réponse, bien qu’au fond je le savais déjà.



" Just a beautiful liar.  "
Let's not kill the karma, let's not start a fight,it's not worth the drama. For a beautiful liar. Can't we laugh about it, it's not worth our time, we can live without him. Just a beautiful liar.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 1 Juil - 16:33



Roy ignorait si agir comme il le faisait était une bonne idée, s’il avait bien fait de se rendre ici ou non, après toutes ces années. Son coeur commençait à battre à tout rompre à cause du stresse que la situation lui causait. Dés le moment où son vis-à-vis avait pris le livre pour y retrouver la photographie ensuite, il avait aussitôt remarqué qu’il ne s’était pas trompé, que cet écrivain était bel et bien son ami d’enfance. C’était fou de s’apercevoir à quel point celui-ci avait changé, à quel point il était différent de ce garçon du passé et le professeur en était le premier heureux. Tellement qu’il en vint à se demander si lui aussi avait autant changé ou si au contraire, il avait encore le même tempérament qu’autrefois. Bien sûr il avait grandi, il avait muri et vécu tout un tas de choses qui avait forgé son caractère d’aujourd’hui cependant l’enseignant n’avait pas l’impression d’avoir réellement changé. Il avait toujours cet éternel sourire qui étirait ses lèvres, cette détermination, cette volonté et cette manière de ne jamais abandonné lorsqu’il se fixait un objectif. Peut-être était-il devenu plus responsable, plus raisonnable et plus posé aussi. Avoir un fils lui avait réduit sa jeunesse très vite, il avait assurément vieilli d’un coup néanmoins aux yeux du garçon, c’était quelque chose de bien, quelque chose qu’il ne regretterait jamais. Et puis, malgré tout cela, Roy restait Roy, il était un grand enfant, un brin idiot quant il le souhaitait. Un idiot qui ne reculait devant rien. La preuve à l’heure actuelle, c’était ce même idiot qui n’avait pu s’empêcher de faire tout un tas de recherches pour retrouver un ancien camarade qui avait marqué le début de sa jeunesse. Il était impulsif et il s’apercevait désormais qu’agir ainsi était probablement l’idée la plus stupide qu’il avait pu avoir toutefois, peu importait ô combien cela l’angoissait, il savait que jamais il ne regretterait d’avoir fait ce pas là.

L’esquisse n’avait jamais quitté son visage, un peu mal à l’aise certes, alors que l’écrivain prononçait enfin son prénom, apparemment surpris. Le jeune homme se moquait clairement des formalités, surtout pas avec lui d’ailleurs... Ils avaient été amis pendant si longtemps, il ne voyait pas pourquoi cela serait différent maintenant sous prétexte qu’ils ne s’étaient plus parlés pendant des années. Ne dit-on pas qu’une amitié ne se juge pas sur le temps qu’on passe avec la personne mais sur la manière dont on se comporte avec elle et ce, peu importait combien de mois, d’années nous a séparé depuis lors ?

Inclinant sa tête à l’agent de sécurité en guise d’excuse, Roy reporta aussitôt son attention sur son interlocuteur avant de passer nerveusement une main dans ses cheveux. Signe apparent de la gêne occasionnée et du fait qu’il ignorait comment réagir à présent.

- C’est bien moi, Finit-il par répondre calmement, Je... Désolé.

Pourquoi s’excusait-il ? Alors ça, c’était un grand mystère puisque lui-même ne serait pas en mesure d’expliquer pourquoi. Pour tout et rien à la fois peut-être. Pour avoir perdu contact avec lui, ne pas avoir essayé de le retrouver auparavant et d’apparaître de cette manière face à lui aujourd’hui. Il s’était promis d’être toujours là pour lui, de ne jamais le laisser mais au final leur chemin s’était retrouvé séparer sans même que ni l’un ni l’autre n’ait eu le temps de se rendre compte de quoi que ce soit.

- Ca doit te faire bizarre. C’est juste que je suis tombé sur ton premier livre l’autre jour strictement par hasard. Et je me suis aussitôt dit que ça devait être toi, qu’il fallait que j’en ai le coeur net, que ça serait dommage de passer à côté d’une telle occasion. Je sais que j’aurais sûrement du chercher à faire ça avant mais c’était compliqué. Peut-être que je n’aurais pas du venir, j’en sais trop rien mais je ne m’imaginais pas faire autrement tu vois ?

Et toi, tu parles trop. Et vite aussi. Si bien que le garçon du s’arrêter un instant afin de reprendre son souffle mais qu’on lui pardonne... A chaque fois qu’il était stressé, plutôt que se renfermer dans une timidité sans pareil comme certain, lui il déblatérait un nombre incalculable de paroles qu’il fallait réussir à le suivre tant il partait dans tous les sens.

- Du coup dés que j’ai su pour la séance dédicace, bah, j’ai foncé et... Me voilà.

Il en arrivait à un point où lui-même ne savait plus quoi dire parce qu’il ignorait tout de ce que pensait Haru de la situation actuelle... C’était vrai que ce dernier était tout autant fautif que lui dans le fait que leur route avait été différente toutefois aux yeux du professeur, c’était tout de même de sa faute. Alors rien n’empêchait son camarade de lui en vouloir encore désormais.

- Comment tu vas ? L’interrogea finalement Roy, pensant que s’il y avait bien une question qu’il pouvait poser, c’était celle-ci.



Midoriya Haru
I am the strawberry fonda
Pseudo : Miki Mes messages : 961 Yen (¥) : 49 Avatar : Kim Won Sik - Ravi (vixx) Schizophrène? :
Kyann feat Taehyung, Kellian feat Xiao Kyann feat Taehyung Shion feat Hoshi Ayden feat Tao London feat Zelo Ryoma feat Taemin Dakota feat Mark Phoenix feat Joshua taiga feat GD Shinya feat Junhyung Zero feat Jimin Candy feat Momo Hyoga feat jin Sasuke feat Bobby Hinata feat Suwoong Inaho feat Junior Dewei feat Baekhyun Dan feat Yongguk.

Age : Officiellement 26 ans, officieusement 27 ans, il n'a pas eu d'acte de naissance pendant ses onze premiers mois, pour l'état il est né en 1990 et non en 1989. Date de naissance : 21/07/1990 Astrologie : Cancer, parfait pour lui vu que c'est un vrai poison et il le sait parfaitement. Métier : écrivain, Scénariste et parolier, il est aussi pilote de F1 a ses heures libre, Haru est du genre a ne pas s'imposer de limite, sa devise est "Rêves sans peur. Vis sans limites" Résidant à : Il a une maison à ginza, mais il préfère souvent loger à l'hôtel pour y chercher le calme et la tranquillité, s'isoler sans que personne ne puisse le trouver. Planning : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum
Navigation :


On a tous une histoire à raconter, qu'elle soit courte ou bien longue, la vie est remplis de surprises et de souvenirs, la plupart sont partagés avec nos amis avec qui on aime se remémorer le passé.



Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mer 6 Juil - 7:48



TENUE ★ Je ne m’attendais simplement pas à le revoir, je ne peux pas dire que je l’ai oublié, ce serait un mensonge, bien que mon enfance n’ait pas été doré que de bons souvenir, il a su mettre de la lumière dans mon obscurité, me sortir de mon mutisme solitaire, si aujourd’hui je suis aussi libre, sociable et que je n’ai pas peur de ce qu’on peut raconter sur moi, c’est bien parce que je l’ai connu. On peut dire que c’est le destin, mais pour moi il a été mon grand frère, mon senpai, mon ami, j’ai appris à vivre avec lui en peu de temps, même si nous avons été séparé par le temps, la routine, les cours, les rêves, que sais-je encore, il y a tellement de choses qui poussent deux personnes à s’éloigner sans même le remarquer, mais il avait sa place dans mon cœur et dans mes souvenirs, aujourd’hui j’ai du mal à croire qu’il se trouve devant moi, après toutes ses années il semblerait qu’il n’a pas changé, ce sourire sur son visage est le même que dans le passé, c’est réchauffant. Il me confirme son identité et je souris, il semble tout de même assez gêné par la situation, j’ai appris à lire à travers les expressions en devenant écrivain, puis j’ai toujours été très observateur, c’est aussi mon cas au fond, je ne sais pas trop quoi dire après tout ce temps, mais le naturel va surement reprendre le dessus. « Pourquoi tu t’excuses ? » Je souris, en l’écoutant parler sans le couper dans sa tirade, mon manager nous a laissés et seuls quelques organisateurs sont éparpillés dans la pièce pour ranger, personne ne viendra nous déranger ou nous écouter. Je comprends grâce à ses paroles de quelle manière il m’a retrouvé, j’espérais vraiment qu’il tombe dessus un jour, mais je pensais qu’il le ferait plus tôt, cette pensée me fait rire, alors que je hausse les épaules. « Mieux vaut tard que jamais non ? » Je suis juste content qu’il l’ait fait, qu’il soit venue se rendre compte par lui-même de qui j’étais, parce que de mon côté je n’avais aucun moyen de le trouver, j’aurais aussi pu chercher grâce à son nom, notre passé, mais comme lui le temps m’en a empêché, trop de choses se sont passé.

« Je comprends et je ne te reproche rien. Je pense au contraire que tu as bien fait de venir me trouver. » Il n’avait pas à s’inquiéter de détails idiots, qui ne serait pas content de revoir un ami ? Pas moi en tout cas. J’étais beaucoup plus mature qu’à l’époque, mais les années m’avaient changé, pas en mal bien sûr, juste que j’avais grandi. Je souris un peu plus, avant de me lever de mon siège et de faire signe aux gens que je m’en vais, la séance était terminée je n’avais pas besoin de m’éterniser ici. « Allons boire un café ou quelque chose, ça sera plus agréable pour parler. » Je pouvais sortir et me promener où je voulais, j’étais connu, mais par chance mes fans n’étaient pas aussi hystériques que celle des idoles et me laisser vivre, sinon je n’aurais pas supporté d’être épié en permanence. « Il y a un café juste à côté. » Je lui fais signe de venir, lui montrant l’établissement en question, entrant à l’intérieur je prends place sur l’une des banquettes contre le mur, le regardant sans rien dire un instant, c’est fou n’empêche, il avait grandi aussi, mais c’était bien lui, je devais encore m’y faire. « Ça fait tellement longtemps, mais je vais bien, très bien même comme tu peux le voir, j’ai beaucoup grandi hein ? » Je ris, j’étais un gosse encore à l’époque. « Et toi, qu’est-ce que tu me racontes, comment ça se passe, tu fais quoi maintenant ? » J’étais curieux sur la vie de mon ami, en même temps on avait quoi... un peu plus d’une dizaine d’années à rattraper.




" Just a beautiful liar.  "
Let's not kill the karma, let's not start a fight,it's not worth the drama. For a beautiful liar. Can't we laugh about it, it's not worth our time, we can live without him. Just a beautiful liar.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 11 Juil - 21:25



Qu’Haru ne lui reproche rien, Roy lui en était extrêmement reconnaissant. Quelque part, cela l’aurait vraiment attristé de le retrouver puis de devoir faire demi-tour, tête baissée parce que son ami d’enfance ne pardonnait pas cet écart de l’écart. C’était vrai qu’ils avaient tous les deux fautés néanmoins l’être humain avait toujours cette manie de culpabiliser si facilement. Alors ça l’avait rassuré de l’entendre lui dire qu’il ne lui en voulait pas puisque ça signifiait qu’à présent, ils pourraient repartir sur de bonnes bases et ce, même si des années s’étaient écoulées depuis. Ils devaient en avoir des tas de choses à se raconter, le professeur avait hâte d’écouter son camarade lui racontait son parcours puisqu’il était certain qu’entre les deux, celui qui avait le plus évolué, qui avait fait le plus de chemin, c’était ce jeune homme. Un grand écrivain, rien que ça. Si on lui avait dit à l’époque que ce garçon solitaire et renfermé deviendrait si populaire, il n’était pas sur qu’il y aurait cru mais il était réellement fier de lui. C’était tout ce qui lui avait souhaité après tout. Sans être près de lui, il espérait que cet ami d’antan soit heureux dans sa nouvelle vie, qu’il ait des amis, des personnes précieuses sur qui comptaient et qu’il n’ait pas mal tourné. Aujourd’hui Roy avait la preuve que ses souhaits avaient été entendus, qu’Haru s’était drôlement bien battu et qu’il pouvait être plus que satisfait de ce qu’il était devenu. C’était une belle revanche sur son passé... A ses yeux, plutôt que de se renfermer, sourire au monde entier, montrer à ceux qui nous ont blessé qu’on n’en a plus rien à faire d’eux et qu’on se porte bien sans leur présence à nos côtés, c’est la meilleure des vengeances.

A son « Pourquoi », l’enseignant s’était contenté d’hausser les épaules, un sourire aux lèvres tandis que son réflex fut de lui répondre un « Comme ça ». Lui-même l’ignorait en réalité, s’il s’était excusé pour tout et rien à la fois mais aussi parce que c’était dans sa nature de le faire quant il se sentait coupable de quelque chose.

« Hum, je pense » Avait déclaré l’enseignant en souriant, bien plus à l’aise qu’il ne l’était il y a quelques instants « Je suis moi-même content, ça fait longtemps. »

Et certainement que le terme « longtemps » était encore trop fin pour décrire la période pendant laquelle ces deux là s’étaient perdus de vue. Mais au fond quelle importance, en amitié, ce n’était pas le temps qu’on passait avec une personne qui comptait mais ô combien le lien était fort, à un point que même des années après, on s’entend toujours aussi bien.

N’ayant rien à faire pour le moment, le garçon accepta volontiers son invitation à boire un café, le suivant ensuite alors que le lieu l’importait peu à partir de l’instant où ils pouvaient discuter tranquillement.

« Oh que oui tu as grandi ! »

Un rire franc quitta les lèvres du plus vieux alors qu’ils songeaient qu’ils n’étaient certainement plus ces deux gosses qu’ils étaient autrefois. Hors, ce n’était pas plus mal. Tout le monde vieillissait un jour, c’était ainsi qu’était la vie.

- « Maintenant » ? Le reprit-il plus par principe que pour poser une véritable question, Je suis professeur de baseball.

Haru était au courant - en même temps qui ne l’était pas - que Roy était un passionné de sport. Il n’était même pas adolescent qu’il clamait déjà qu’il rêverait de faire partir d’une grande équipe et d’être un professionnel, comme les grands disait-il à cette époque. Au final, son rêve d’à cet instant, il n’avait jamais pu le réaliser cependant il ne pouvait pas dire qu’il n’avait pas réussi dans sa vie. Il avait un fils formidable, une famille aimante, des amis incroyables et son métier était lié avec ce qu’il avait toujours adoré. Il ne regrettait aucun de ses choix.

- J’ai même une petite surprise pour toi mais je te la montrerais plus tard si tu as du temps.

Plus tard, il devait aller chercher son enfant à l’école, ce serait bien si son ami pouvait l’accompagner, ce serait l’occasion de le lui présenter.

- Et toi alors ? Ecrivain hein ?

Sur ses dires, le jeune homme ne put effacer l’esquisse sincère, un brin amusé, qui s’était dessinée sur son visage. Il avait du mal à en revenir et très certainement que cela se reflétait dans l’expression qu’il affichait. Mais très sincèrement, Roy était heureux pour son ami. Il le méritait.



Midoriya Haru
I am the strawberry fonda
Pseudo : Miki Mes messages : 961 Yen (¥) : 49 Avatar : Kim Won Sik - Ravi (vixx) Schizophrène? :
Kyann feat Taehyung, Kellian feat Xiao Kyann feat Taehyung Shion feat Hoshi Ayden feat Tao London feat Zelo Ryoma feat Taemin Dakota feat Mark Phoenix feat Joshua taiga feat GD Shinya feat Junhyung Zero feat Jimin Candy feat Momo Hyoga feat jin Sasuke feat Bobby Hinata feat Suwoong Inaho feat Junior Dewei feat Baekhyun Dan feat Yongguk.

Age : Officiellement 26 ans, officieusement 27 ans, il n'a pas eu d'acte de naissance pendant ses onze premiers mois, pour l'état il est né en 1990 et non en 1989. Date de naissance : 21/07/1990 Astrologie : Cancer, parfait pour lui vu que c'est un vrai poison et il le sait parfaitement. Métier : écrivain, Scénariste et parolier, il est aussi pilote de F1 a ses heures libre, Haru est du genre a ne pas s'imposer de limite, sa devise est "Rêves sans peur. Vis sans limites" Résidant à : Il a une maison à ginza, mais il préfère souvent loger à l'hôtel pour y chercher le calme et la tranquillité, s'isoler sans que personne ne puisse le trouver. Planning : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum
Navigation :


On a tous une histoire à raconter, qu'elle soit courte ou bien longue, la vie est remplis de surprises et de souvenirs, la plupart sont partagés avec nos amis avec qui on aime se remémorer le passé.



Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Lun 25 Juil - 1:32



TENUE ★ Le temps passe et les souvenirs restent, même si parfois on met de côté certaines choses, comme en stand-by dans un coin de notre esprit, il suffit d’une personne ou d’une situation pour que ça ramène tout à sa place et ravive le passé comme s'il datait d’hier. Je ne m’attendais tellement pas à revoir Roy, pourtant il est bien là devant moi et ça fait plaisir, même si je n’ai pas un passé glorieux il est clairement le seul dans cette période qui m’a permis de ne pas sombrer. J’en avais terminé avec les autographes, libre pour le reste de la soirée je n’allais pas laisser mon ami d’enfance en plan après si peu de nouvelles, acceptant son offre de boire un café, il y en avait un à quelques pas d’ici, de quoi se poser et discuter en paix. Je souris quand il surenchérit sur le fait que j’avais grandi, c’est le miracle de la vie, on prends de l’âge, on murit et on construit son nid. Curieux sur ce qu’il faisait maintenant comme su ce qu’il avait à me raconter depuis le temps, j’étais prêt à l’écouter et à découvrir les choses que j’avais pu manquer toutes ces années, connaissant Roy il avait surement fait du chemin. « Oh, je pensais plus que tu finirais joueur professionnel, mais professeur c’est cool aussi, tu es resté un passionné. » Je ne put m’empêcher de rire, quand on était enfant on échangeait la balle parfois, je ne voulais jamais rentrer chez moi alors on s’occuper de mile et une façon. J’étais content qu’il ait tout de même pu rester dans ce domaine, j’envie ses étudiants, il doit être super avec eux.

Je fus tout de même curieux de l’entendre parler d’une surprise, réfléchissant rapidement à ce que cela pourrait être, honnêtement je suis un romancier avec beaucoup d’imagination, mais je préfère ne pas essayer de deviner pour être vraiment surpris par ce qu’il souhaite me faire découvrir, hochant la tête en souriant. « Je n’ai plus rien de prévu pour le reste de la journée, donc j’ai le temps. » Regardant ma montre, il était plus tôt que je ne le pensais, mais ce n’était pas plus mal, j’avais tendance à rapidement perdre le fil quand je travaillais. Relevant les yeux sur Roy quand il m’interroge je souris généreusement et fièrement aussi. « Eh oui, c’est arrivé comme ça, mais je suis plutôt content de mon parcours pour l’instant, j’ai pas mal changé depuis, mais tu pourras en juger par toi-même. » Du gosse renfermé, je suis passé à celui qui dépasse toutes les limites sans peur, sans hésiter, quand je veux un truc je le fais, je l’obtiens, j’ai pris énormément d’assurance et de maturité, même si avec Roy je me « lâche » plus facilement, le fait qu’on se connaissent depuis longtemps aide aussi, les retrouvailles semblent tellement naturelle que c’est comme si on ne s'était jamais quitté au final. Le serveur vient prendre nos commandes, je prends simplement un café, laissant Roy passer la sienne. « Je fais aussi des courses. » Mimant un volant avec mes mains. Je ne suis pas que branché littéraire, mais aussi vitesse et sport, quand j’avais onze ans je faisais du kart, Roy était présent quand je me suis lancer dedans, je n’ai jamais abandonné et grimpé l’échelle au maximum, car la formule 1 c’est d’un autre niveau quand même.




" Just a beautiful liar.  "
Let's not kill the karma, let's not start a fight,it's not worth the drama. For a beautiful liar. Can't we laugh about it, it's not worth our time, we can live without him. Just a beautiful liar.

Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 25 Juil - 18:59



Lui aussi, pendant un moment, il avait cru qu’il choisirait la voie des professionnels, qu’il aurait l’opportunité de tester au moins une fois le terrain du Tokyo Dôme et qu’il ne serait plus dans le public en tant que spectateur mais bel et bien au sol en tant que joueur. Depuis tout jeune, ça avait été son plus grand rêve. Il n’y avait pas un jour sans qu’il ne mentionne le sujet, sans qu’il ne déclare haut et fort qu’il serait l’un des meilleurs joueurs de tous les temps. Parce qu’à cet âge, on se croit invincible, on est innocent et on ne se rend pas compte ô combien la vie est compliquée, ô combien accomplir ses rêves est plus difficile qu’il n’y croyait. Mais pour sûr qu’en voyant ce garçon si enthousiaste, on peinait à croire qu’il ne parviendrait pas à aboutir ses objectifs. Et pourtant... Il n’était pas un Giants aujourd’hui, il était professeur. Un professeur qui était très attentif à ses élèves, qui tentaient de les éduquer comme il s’occupait de son propre fils et qui ne cherchait pas à faire des cours ennuyants. Il était particulier, il le reconnaissait et ça d’ailleurs, c’était un critère chez lui qui n’avait sûrement pas changé. Dans tous les cas, peu importait ses rêves d’autrefois, Roy ne regrettait en rien les choix qu’il avait du effectuer parce qu’il était heureux de la vie qu’il menait actuellement, il avait une famille formidable, un enfant hors du commun - et terriblement mignon - des amis précieux, une situation stable et un métier dans lequel il pouvait toujours exercer son sport favoris. Nombreux étaient ceux qui souhaiteraient être à sa place, il n’avait pas à se plaindre. Pas du tout.

« Et oui, toujours passionné. Je suis fidèle au poste » avait répondu l’enseignant dans un léger rire « Mais ça me convient comme ça. »

C’était bizarre... Parce que cela faisait des années qu’il n’avait plus revu Haru, qu’il n’en avait plus entendu parler non plus mais c’était comme si rien n’avait changé entre eux, comme s’ils s’étaient quittés la veille puis qu’ils se retrouvaient à discuter aujourd’hui. Cela restait la preuve que peu importait le temps qui les avait séparé, leur amitié existait encore... Ce lien n’avait jamais vraiment été brisé au final et le garçon en était le plus heureux bien qu’il ne le mentionnerait probablement jamais à haute voix.

« Super. Tu viendras avec moi alors. »

Il n’en dit pas plus que cela, se contentant de lui sourire avant de retourner le sujet sur son vis-à-vis. Parce qu’à ses yeux, le parcours de ce dernier était beaucoup plus surprenant que le sien et il en était fier.

« Je constate déjà. Je pense que tu peux réellement être content de toi. Il va falloir que je lise tout ce que t’as écrit ! »

Bien, en soit, tu vas très certainement avoir du boulot mon pauvre ! Néanmoins il n’en avait que faire, ce n’était pas grave s’il prenait du temps pour tout lire. A présent qu’il avait retrouvé son camarade, il avait envie de le suivre dans ses activités et le soutenir comme il l’avait déjà fait par le passé.

Prenant également un café, le professeur arqua un sourcil à la remarque de son interlocuteur, souhaitant lui dire que lui aussi, il faisait des courses, que c’était primordial s’il désirait remplir ses placards et manger... Toutefois, heureusement pour lui, il s’était rendu compte ensuite qu’Haru ne parlait pas de ce genre de courses puisqu’il lui mimait un volant. C’était vrai... Il le revoyait encore à cette époque, en train de faire du karting, grand admirateur de ce genre de sensation. A cette période, Roy n’était pas aussi responsable qu’aujourd’hui, il avait moins conscience du danger également et s’était plu à en faire également. Désormais, si c’était à refaire, il ne prendrait plus jamais le risque de monter dans ce genre de véhicule... Peut-être avait-il trop vieilli néanmoins il n’avait plus la sensation de sécurité donc d’une certaine manière, ça lui faisait peur.

- Oh vraiment ? Tu continues ? Toujours du kart ?

Comment aurait-il pu deviner que son camarade avait décidé de monter la barre d’un - voir même plusieurs - cran ? Puis, ça lui permettait de se rassurer de se dire que ce n’était pas des gros bolides...

- Ce n’est pas dangereux ?

Et oui... Lui aussi avait beaucoup changé au cours de ces dernières années. A présent, il était plus de ceux qui imposeraient des limites que de ceux qui fonceraient têtes baissées vers le danger. Pour sûr qu’à l’époque, Roy l’aurait fait mais plus maintenant.




Midoriya Haru
I am the strawberry fonda
Pseudo : Miki Mes messages : 961 Yen (¥) : 49 Avatar : Kim Won Sik - Ravi (vixx) Schizophrène? :
Kyann feat Taehyung, Kellian feat Xiao Kyann feat Taehyung Shion feat Hoshi Ayden feat Tao London feat Zelo Ryoma feat Taemin Dakota feat Mark Phoenix feat Joshua taiga feat GD Shinya feat Junhyung Zero feat Jimin Candy feat Momo Hyoga feat jin Sasuke feat Bobby Hinata feat Suwoong Inaho feat Junior Dewei feat Baekhyun Dan feat Yongguk.

Age : Officiellement 26 ans, officieusement 27 ans, il n'a pas eu d'acte de naissance pendant ses onze premiers mois, pour l'état il est né en 1990 et non en 1989. Date de naissance : 21/07/1990 Astrologie : Cancer, parfait pour lui vu que c'est un vrai poison et il le sait parfaitement. Métier : écrivain, Scénariste et parolier, il est aussi pilote de F1 a ses heures libre, Haru est du genre a ne pas s'imposer de limite, sa devise est "Rêves sans peur. Vis sans limites" Résidant à : Il a une maison à ginza, mais il préfère souvent loger à l'hôtel pour y chercher le calme et la tranquillité, s'isoler sans que personne ne puisse le trouver. Planning : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum




Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc at sagittis erat. Nullam tempor metus aliquet augue volutpat, eget tempus lorem commodo. Curabitur sit amet hendrerit est, vel facilisis libero. Proin non quam id justo vestibulum
Navigation :


On a tous une histoire à raconter, qu'elle soit courte ou bien longue, la vie est remplis de surprises et de souvenirs, la plupart sont partagés avec nos amis avec qui on aime se remémorer le passé.



Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté Mar 2 Aoû - 3:47



TENUE ★ C’est sûr que lorsqu’on est jeune les rêves remplissent nos pensées, pour ma part a l’époque je n’avais rien, je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel, mais grâce à son amitié j’ai su passer au-dessus des préjugés, me battre contre ce destin maudit, j’ai découvert ce que c’était qu’avoir des amis, parler et se confier, découvrir des activités qui me plaisaient, je me suis trouvé et accepté, ce fut surement la plus belle chose qu’on m’est offert tout au long de ma vie actuelle, l’opportunité de me libérer de mes chaines invisibles instaurées par ma mère et de cette étiquette posée sur ma naissance, être le fils d’un violeur ne fait pas de moi un monstre et pourtant je l’ai cru, aujourd’hui encore je sais que j’ai des pratiques qui doivent être dans mes gènes, mais je me suis battu et je suis fier de me montrer tel que je suis face à Roy, lui faire voir que je n’ai pas sombré toutes ces années, que j’ai tenu bon et m’en suis sorti mieux qu’on ne l’avait prédestiné, comme quoi il faut savoir avancer sans tenir compte des barrières, c’est pour ça que je n’accepte plus de m’en imposer vivant libre comme jamais, les limites sont là pour nous ralentir, mais je n’ai plus besoin de freins...

Même si Roy n’est pas un joueur de baseball professionnel cela n’a pas vraiment d’importance du moment qu’il est toujours aussi passionné, j’aurais voulu le voir jouer sur le terrain du Tokyo Dôme comme il aimait le clamer quand nous étions jeunes, mais si être professeur est un choix et qu’il aime ça alors je pense que ses étudiants ont énormément de chance de l’avoir comme enseignant. Je souris à ses paroles en hochant la tête.

« Reste comme tu es, j’envie tes étudiants. » Avouais-je avec toute la sincérité possible. Le fait que je puisse parler avec lui naturellement montre bien que cette séparation n’a pas laissé de réelle séquelle dans notre relation, j’ai tellement été occupé au cours de ses dernières années que le temps a filé a grande vitesse, cela doit jouer forcément dans cette entente toujours au rendez-vous, en tout cas j’ai du temps à lui accorder aujourd’hui donc s’il souhaite m’emmener quelque part et me montrer quelque chose, je suis totalement disponible et même prêt à éteindre mon portable pour que mon manager ne trouve pas une raison quelconque de me rappeler à la maison d’édition. Hochant simplement la tête avec un sourire je n’ai pas de raison de lui confirmer de nouveau que je le suivrais l’ayant déjà fait comprendre plus tôt. Mon expression s’illumine davantage en entendant son intérêt pour le boulot que j’ai fait et le parcours que j’ai accompli.

« Je te passerai des exemplaires si tu veux, j’ai quelques doublés chez moi. » Ça ne me dérangeait pas, surtout s’il avait vraiment envie de lire mes romans. Après avoir commandé notre boisson, prenant tous deux cafés, je lui avoue que je continue également les courses, bien que dises ainsi cela peut porter a confusion, je pensais que Roy serait capable de faire le rapprochement exact concernant la discipline dont le parler en mimant un volant pour l’aider et non ce qui concernait les courses alimentaires, bien que j’en fasse également, mais mon manager s’en occupe aussi plus souvent que moi il faut bien l’avouer, enfin cela n’est pas vraiment le sujet. Du kart ? Je rigole en hochant la tête de droite à gauche.

« Non, j’ai monté le niveau au sommet, je participe aux courses de Formula 1 pour une écurie indépendante, tu sais les belles voitures bien bruyantes ! » J’adorais tellement la sensation d’en conduire une, c’était génial, allait aussi vite que le vent, le danger m’importait peu, même en étant conscient je ne ressentais pas la peur, comme je disais, être effrayé est un frein pour moi.

« Si bien sûr, mais j’adore trop ça pour que les risques m’empêchent de continuer. » Il pouvait me voir comme quelqu’un d’inconscient, mais j’étais comme ça maintenant. Peut-être qu’on avait changé tous les deux, la maturité contre l’insouciance, mais l’un complète l’autre au fond.

« Tu devrais venir me voir courir un jour, c’est bien plus animé qu’une séance de dédicaces. » Haha, mes deux boulots étaient comme le jour et la nuit, mais c’est ce que j’aimais aussi.




" Just a beautiful liar.  "
Let's not kill the karma, let's not start a fight,it's not worth the drama. For a beautiful liar. Can't we laugh about it, it's not worth our time, we can live without him. Just a beautiful liar.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 22:12
 

Friends are the family we choose for ourselves • |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Where are my friends ? And my family ?
» Friends, we need your feedback
» 01. we can get past this and be friends again
» Why choose for the lesser evil?
» Family Ties {Derek}
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-