AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 "Mais qu'ais-je donc fait pour me retrouver nue chez un inconnu ?" Feat. Han Byul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 27 Aoû - 7:20
"Mais qu'ais-je donc fait pour me retrouver nue chez un inconnu ?"
Lim Han Byul & Han Yeo Jin.
Outch. Je ne sais pas ce qu’il m’arrive, mais je ne me sens pas très bien. J’ai l’impression de flotter, de me trouver dans un corps étranger, au final, j’ai même la sensation de ne plus être dans mon propre corps. Pendant quelques brèves secondes et après réflexion sur la situation, mon esprit se met à paniquer, « et si j’étais morte ? », ça expliquerait la raison de cette curieuse sensation. Cependant, je ne vois pas de lumière éblouissante, ni n’entends de voix, c’est juste le néant, un trou béant. Est-ce ça la mort ? Une sensation de vide intense, de souillure ? J’espère que non, sinon la mort est une chose bien affligeante pour la personne décédée. Ce n’est franchement pas ce qu’ils décrivent en général dans les livres. Dans ma prochaine vie, je promets de dénoncer cette affabulation ! Cependant, je doute que cela soit vraiment la mort. Je ne me sens pas assez morte pour me considérer comme morte et puis je ne vois pas du tout ce qui aurait pu provoquer mon propre décès. Je suis bel et bien vivante, c’est juste que je suis actuellement en état de léthargie intense et je ne me sens pas encore prête à sortir de cette condition. De plus, mon corps refuse de s’animer, comme s’il craignait les conséquences du réveil et moi de même. Je ne sais pas ce qu’il va se passer lorsque je vais ouvrir mes yeux, quelles sensations je vais ressentir, quel mal-être va empoissonner mon corps. J’ai peur, j’ai réellement peur. Mais il faut que je sois courageuse, c’est certainement de ma faute si je suis dans cet état. Malgré le fait que je n’ai jamais connu une telle situation, je sais sans aucun doute que c’est dû à tout l’alcool que j’ai ingurgité la veille, au soir. C’était ma première tentative, mes premiers verres, le début de la « décadence » comme certains le diraient. J’avais beau avoir 20 ans, je n’avais jamais encore bu un seul verre alcoolisé. Je n’avais jamais connu l’odeur âcre des alcools, cette sensation de brûlure qui traverse la gorge. Je n’avais aucune honte à dire que c’était ma première fois, je crois même que je l’ai dit à voix haute au bar, mais je ne suis pas certaine. A vrai dire, je ne suis plus sûre de rien. Mon esprit semble être cadenassé, comme s’il ne voulait plus s’ouvrir à moi pour me permettre de me souvenir de la veille. Décidément, l’alcool à profusion ne semble pas être ma tasse de thé.

Après quelques secondes à réfléchir à ma situation, je finis par ouvrir mes yeux, un à un, et dans une lenteur extrême. Au début, mes pupilles ont du mal à s’adapter à l’intensité de la lumière du jour et je commence par voir flou autour de moi, mais au fur et à mesure qu’ils s’ouvrent, je finis par voir l’intégralité de ce qui se trouve dans mon angle de vue. Immédiatement, une sensation de vertige me prend et une cruelle envie de vomir me tiraille l’estomac, « oh mon dieu » dis-je à moi-même. Alors c’est ça les effets des négatifs lorsque l’on s’enivre ? Et bien, maintenant, je le sais et je ne désire pas renouveler l’expérience car en plus d’avoir oublié l’intégralité de la soirée, je ne me sens pas bien, vraiment pas bien et je ne sais même pas quel genre de mal j’ai et comment soigner ce mal. Il faut déjà que je me rende immédiatement dans mes toilettes, enfin faut-il que je parvienne jusqu’au chemin de la salle de bain. Ça, c’est une autre affaire.

Je me redresse donc sur mon lit, enfin ce qui semble l’être, prête à prendre la route des toilettes. Toutefois, en scrutant les lieux, je ne semble reconnaître aucun objet appartenant à ma chambre. Je ne reconnais pas la décoration, ni les meubles, rien. Voilà que maintenant j’ai des hallucinations, je ne reconnais même pas ma chambre. Certes je viens tout juste d’emménager, mais au point de ne plus m’en souvenir, c’est grave tout de même. L’alcool fait vraiment des choses extraordinaires, mais catastrophiques. Je ferme mes yeux et les frotte pour être sûre d’être bien réveillée et de voir plus clair, mais j’ai beau le faire plusieurs fois, mon hallucination ne part pas. C’est alors que j’aperçois une forme bizarre non loin, une sorte de forme humaine, une silhouette sombre. Je sursaute de stupeur et recule un peu contre le lit. Oh mon dieu, la faucheuse est venue me prendre, ça y est je vais mourir ! Je sais qu’elle est venue pour moi, dans le but de m’amener avec elle. Anxieuse, je finis quand même par demander « qui êtes-vous ? » dis-je d’une voix enfantine.
Paix à mon âme.



Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 27 Aoû - 22:18
Yeo Jin & Han Byul
Don't worry, nothing happened ... ♦



La nuit dernière a été plutôt amusante. Je suis sorti avec des amis dans un pub pour me changer les idées. Là-bas, j’ai rencontré Yeo Jin. C’était sa première fois dans un bar et une chose est sûre, elle tient moins bien l’alcool que moi. À force d’enchaîner des verres d’alcool de riz, Yeo Jin a fini ivre. Nous avions juste discuté un petit peu et je ne suis pas du genre super protecteur, mais elle avait l’air vraiment vulnérable dans cet état. Je vous rassure tout de suite, je n’ai pas profité de la situation ! Bien entendu, je ne savais pas où Yeo Jin habitait, alors je l’ai ramené chez moi. Là au moins je sais qu’il ne lui arrivera rien, même si elle sera sans doute déboussolée au réveille vu tout ce qu’elle a bu. Je l’ai porté sur mon dos jusqu’à mon appartement, qui n’était pas tout proche du pub, mais bon … Puis je l’ai installé dans mon lit, elle sera plus à l’aise, pour ce soir je prendrais le canapé. Afin que Yeo Jin puisse dormir plus confortablement je lui ai retiré ses vêtements, la laissant juste en sous-vêtements. J’espère qu’elle ne le prendra pas mal … De toute façon, je n’ai rien pour me rincer l’œil, ce sont les corps musclés et masculins qui m’attirent, ce n’est pas contre elle. En allant me coucher, je repense à ce que Yeo Jin m’a confié. Elle m’a parlé de son passé et j’imagine que c’est en partie à cause de l’alcool. Je soupire et me contente de rester en sous vêtement pour dormir.

Le lendemain, mon premier réflexe est d’aller voir si Yeo Jin dors encore, ce qui est le cas. En attendant je vais prendre une douche, sauf qu’en sortant … Je remarque que je n’ai pris qu’un boxer de rechanger et que je n’ai pas de quoi m’habiller. Je l’enfile et je me dis que je vais aller discrètement dans ma chambre chercher de quoi m’habiller dans la commode. J’entre silencieusement, Yeo Jin dort encore. Je prends un tee-shirt que je mets et c’est à ce moment que je l’entends se réveiller. Après avoir retrouvé ses esprits, elle me demande qui je suis. Je me doutais bien qu’avec ce qu’elle a bu, la soirée d’hier doit être floue. Je prends un jean et m’habille complètement avant de lui répondre. Je ne voudrais pas qu’elle se fasse de fausse idée sur ce qu’il s’est passé.

- Lim Han Byul, on s’est rencontré hier au pub. Tu as beaucoup bu et je t’ai ramené ici pour être sûr qu’il ne t’arrive rien.

Je lui souris. Théoriquement, mon prénom elle le connait déjà, je le lui ai dit hier, mais je comprends qu’elle soit confuse.

- Si tu as mal à la tête, j’ai préparé de l’aspirine et un verre d’eau sur la table de la cuisine.

Oui, j’ai pensé à tout. Je sais ce que c’est de se réveiller un lendemain de soirée et d’avoir la gueule de bois, ainsi qu’une mal de crâne récalcitrant. Une bonne aspirine, même si cela ne suffit pas toujours à faire disparaître la migraine, ça fait du bien. J’attends une quelconque réaction de sa part puis j’ajoute.

- En tout cas j’espère que tu as pu récupérer après ce qu’il s’est passé hier … Je vais te laisser t’habiller, je serai dans la cuisine si tu me cherches.

Je ne suis pas spécialement gêné face à elle, mais je pourrais comprendre qu’elle le soit et j’espère qu’elle ne va pas trop paniquer de ne pas se souvenir d’hier, si jamais c’est le cas. Après avoir bu autant, cela ne m’étonnerai pas. Des grattements dans une cage posée sur une table basse dans le salon me rappellent que je ne l’ai pas nourri. C’est Moos mon chinchilla, je m’occupe de lui et je retourne dans la cuisine, attendant que Yeo Jin sorte de la chambre.

Spoiler:
 

Codes par Wild Hunger.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 28 Aoû - 14:54
"Mais qu'ais-je donc fait pour me retrouver nue chez un inconnu ?"
Lim Han Byul & Han Yeo Jin.
Lim Han Byul ? Lim Han Byul ? Je répète en boucle ce prénom qui sonne totalement étranger pour moi. Depuis quand est-ce que les faucheuses ont des prénoms ? C’est nouveau ça, j’en avais jamais entendu parler. En même temps, je doute qu’il y ait eu des morts revenus de l’au-delà pour parler de ce genre de choses. Si je survis à cette étrange faucheuse à forme humaine, je pourrai peut-être parler de cette expérience inédite, mais qui me croirait ? Ça semble totalement invraisemblable et puis surtout est-ce que je m’en souviendrai ? Je cligne plusieurs fois des yeux en entendant la suite de ses paroles. Hein ? Pardon ? Je l’ai déjà rencontré quelque part ? Elle était venue pour moi dans le bar où j’étais la veille ? Ça veut dire que j’aurai pu mourir puis avant, mais que mon corps avait résisté et s’était battu jusqu’à la fin ? Ça n’avait aucun sens, aucune logique. Je divaguais totalement, pourtant je n’avais pris aucune drogue dure, je n’avais pas non plus pris d’hallucinogènes, alors que se passait-il ? Analysant la situation, je regardais autour de moi, pour être certaine de ne manquer aucun détail qui puisse éclairer ma lanterne, je ressassais les paroles de cet étrange individu, faisant de mon mieux pour comprendre ce qu’il m’arrivait. Soudainement, ce fut comme une décharge électrique, une sorte d’illumination, comme si l’incompréhension venait de brusquement laisser la place à la compréhension, comme si la vérité venait de s’ouvrir à moi. Quelques brides d’images apparaissaient sous mes yeux, me laissant perturbée, ébranlée. Ça y est, la soirée me revient en mémoire, enfin quelques passages en tout cas, des passages clés, comme le visage d’un homme assis à mes côtés, un sourire aux lèvres, ensuite une rue, une porte et rien de plus. A l’intérieur de moi-même je cris, je hurle, je fuis, je m’enterre. J’ai signé mon arrêt de mort !

Même si je sais pertinemment que je suis chez un parfait inconnu, j’ai dû mal à le réaliser, j’ai dû mal à comprendre comment j’ai fait pour atterrir ici. Comment est-ce possible ? Comment est-ce que cela a pu arriver à une personne comme moi ? Je n’ai pas le temps de me poser plus de questions que ça, qu’il finit par partir, me laissant là, assise sur mon . . . son lit. Qu’est-ce qu’il a dit encore ? Je n’ai pas bien écouté ? Aspirine ? Eau ? Cuisine ? Après ce qu’il s’est passé hier ? . . . .Après ce qu’il s’est passé hier ? Après ce qu’il s’est passé hier ? Je répète plusieurs fois cette phrase, tel un automate. La gorge nouée je n’ose même pas me questionner sur cette fameuse chose ? Que s’est-il passé hier ? Je soulève délicatement le drap qui m’enveloppe, fermant un œil et laissant l’autre ouvert . . . « AAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAH !!!!! », je cris si fort que je me fais moi-même peur avec mon cri. Mon pouls s’accélère à une vitesse hallucinante et je sens mon corps qui se crispe. Je suis nue . . .  je suis nue . . . je suis nue et chez un inconnu en plus de ça. Je tremble de terreur en imaginant ce qu’il a pu se passer. Alors c’était ça ? On a . . . nous avons . . . j’ai . . . ! Je secoue brutalement ma tête pour chasser cette image consternante. Non c’est impossible ! Je dois me calmer, il ne s’est rien passé. Ce n’est pas possible, je ne m’en souviens même pas et puis mon corps devrait le ressentir non s’il s’était passé quelque chose, sauf que là, je ne ressens rien . . . Mais à vrai dire, je n’en sais rien, je ne sais pas du tout, je n’ai jamais eu de telle expérience, je n’ai jamais . . . Oh mon dieu mais qu’est-ce que j’ai fait ? Comment est-ce que cela a pu se faire ? Qui est-il ? Comment a t-il pu profiter d’une femme  en détresse, d’une femme faible, saoule ? C’est un pervers ! Je suis sûre ! Il m’a kidnappé ? Il m’a violé ? Je dois fuir le plus vite possible.

Mais comment puis-je fuir si je ne sais même pas où est la sortie et où sont mes affaires ? Je tente de me calmer, de reprendre mes esprits et surtout de garder la tête droite, de ne pas fléchir. Je dois rester forte. Je m’enveloppe du drap que j’ai sur moi, pour protéger mon corps et surtout le cacher,  même si cet étranger a dû déjà tout voir de moi. J’avance prudemment vers ce qui semble être la cuisine, un coussin de protection à la main. Je sais que ce n’est pas l’arme idéale pour me défendre, mais je n’ai trouvé que ça, pour l’instant. Je retrouve l’individu dans la cuisine et tends d’une main le coussin pour montrer que je suis armée, tout en tenant fermement le drap pour ne pas qu’il tombe. « que . . .qui . . . où . . . », j’ai du mal à former mes phrases, à parler correctement, à cause de l’angoisse qui contracte mes muscles. J’inspire profondément, allez, je peux le faire. « où sont mes vêtements ? Où je suis ? C’est dans quel quartier ? Pourquoi je suis là ? » dis-je en une seule traite, manquant ma respiration. Je sais qu’il m’avait déjà répondu sur la raison de ma venue ici, mais j’ai besoin de savoir encore une fois, pour me rassurer. Je recule de quelques pas, le regard menaçant « attention ne vous approchez pas trop de moi, j’ai fait des années de self-défense, alors je vous déconseille de me toucher et . . . et . . .puis je peux appeler la police». Certes sans mon sac et mon téléphone ça allait être compliqué d’appeler la police et en plus de cela, j’avais totalement menti sur le fait que j’avais pris des cours de défense. Je n’ai jamais su me défendre et mon corps le sait mieux que personne.




Invité
Invité
Ce message a été posté Lun 31 Aoû - 19:06
Yeo Jin & Han Byul
Don't worry, nothing happened ... ♦



Après avoir passé la nuit sur le canapé, j’ai un peu mal au dos et je décide d’aller prendre une bonne douche, mais ayant oublié de prendre des vêtements propres, je suis obligé de me rendre dans ma chambre. J’entre silencieusement pour essayer de ne pas réveiller Yeo Jin qui dort dans mon lit. Hier soir, elle avait bien plus besoin d’une bonne nuit de sommeil que moi, alors je lui ai laissé ma chambre et j’ai dormis dans le salon. Je commence à m’habiller et c’est à ce moment qu’elle se réveille. Yeo Jin a l’air perdue et paniquée. En même temps, avec tout ce qu’elle a bu, la soirée d’hier doit être un peu floue pour elle et se réveiller dans le lit d’un inconnu ce n’est pas ce qu’il y a de plus rassurant. Cependant, elle n’a rien à craindre, je ne suis pas du genre à profiter de quelqu’un et ce ne sont pas les femmes qui m’intéresse. J’essaie de la rassurer, puis je finis par la laisser se rhabiller, j’ai posé ses vêtements d’hier sur ma commode. Je retourne dans la cuisine où je commence à préparer le petit déjeuner. Je commence à avoir faim … Son cri me fait sursauter et j’hésite à aller la voir. Puis je me dis que si elle est en train de se changer, je risque de l’effrayer encore plus. Je mettrai les choses au clair quand elle sortir.

Yeo Jin me rejoint dans la cuisine, la couverture autour de son corps, un coussin dans les mains et une expression paniqué sur le visage. Elle bégaie, pour finalement me poser plusieurs questions. Je lui adresse un sourire qui se veut rassurant. Je vais lui fournir toutes les réponses qu’elle demande, je n’ai rien à cacher.

- Tes vêtements sont sur la commode dans la chambre, tu es dans le quartier de Bunkyo dans mon appartement et je t’assure que tu n’as rien à craindre.

Je m’approche un petit peu mais je m’arrête devant sa menace. Pas qu’elle me fasse peur, mais je ne veux pas la paniquer encore plus, ce n’est pas le but.

- Ce ne sera pas nécessaire d’appeler la police, assurai-je.

Restant derrière le comptoir de la cuisine, je commence à lui expliquer ce qu’il s’est passé pour qu’elle se retrouve ici.

- Tu ne te souviens vraiment d’hier ? J’étais avec des amis et nous étions à côté au bar. Tu m’as d’ailleurs confié que c’était la première fois quand on a commencé à discuter, car j’ai pris le même alcool que toi, ton alcool de riz préféré apparemment.

Bon mon récit risque d’être très détaillé, mais je veux qu’elle me croit quand je lui dis qu’elle n’a rien à craindre, car c’est le cas !

- Tu as beaucoup bu, moi aussi d’ailleurs, mais je tiens mieux l’alcool visiblement. Tu n’étais pas en état de rentrer seul, qui sait ce qui aurait pu t’arriver et comme à part ton prénom et ce que tu m’avais raconté, je ne connaissais rien de toi … J’ai décidé de te ramener ici.

Mon geste partait d’une bonne intention dès le départ, je n’ai jamais pensé à abuser de Yeo Jin.

- Je t’ai laissé dormir dans ma chambre, mais j’ai pensé que tu dormirais mieux si tu étais moins vêtue, je ne me suis pas du tout rincé l’œil, les femmes ne m’attirent pas de tout façon.

Sans pour autant le crier sur tous les toits, je n’ai jamais eu honte de mon homosexualité et si cela peut la mettre en confiance.

- Je voulais juste t’aider, car te laisser livrer à toi-même avec autant d’alcool dans le sang, là oui, ça aurait pu mal tourner. Je t’assure qu’ici tu n’as rien à craindre. Nous n’avons fait que discuter, enfin c’est surtout toi qui faisait la conversation.

Je souris gentiment, puis je continue de m’affairer à la cuisine. J’ai bien cuisiné, même si je suis loin d’être un chef, je me débrouille. Yeo Jin reste là sans rien dire.

- Qu’est-ce que je peux faire pour que tu me fasses confiance ?
demandai-je gentiment.

   
Codes par Wild Hunger.

Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 6 Sep - 21:42
"Mais qu'ais-je donc fait pour me retrouver nue chez un inconnu ?"
Lim Han Byul & Han Yeo Jin.
Dans le quartier de Bunkyo ? Décidément, je vais de surprise en surprise. Je ne comprends vraiment pas comment j’ai fait pour suivre un inconnu, sans même m’en rendre compte. Je suis une femme censée tout de même, mais là, j’ai la preuve que c’est tout le contraire. Je me sens vraiment pas rassurée. Peut-être que cet homme m’a amené de force ici, c’est une possibilité qui est très probable. Avec tous les individus étranges qu’il y a au Japon, ce ne serait pas une surprise pour moi. Les japonais sont connus pour être des pervers et des personnes profitant des étrangers. Ceci dit, la forme de son visage me fait penser à tout sauf à un japonais et à mon avis, il est plus coréen, comme moi, que japonais, sauf si je me trompe. « Rien à craindre ? Je ne pense pas que vous diriez cela si vous vous retrouviez chez un parfait inconnu, sans aucun souvenir de la veille ! », pourtant, je souhaite ne rien craindre, ne pas avoir peur et me sentir en confiance, mais il m’est difficile de l’être, surtout pour moi qui n’ai que très rarement confiance. Je garde tout de même mes distances, surtout quand il fait un pas vers moi. Comment ça, ce n’est pas nécessaire d’appeler la police ? Ça veut dire quoi ça ? Que je suis prisonnière de son appartement ? Que je ne vais pas m’en sortir ? La panique commence à s’intensifier, mon cerveau imaginant toute sorte de scénarios catastrophiques. « Comment ça ? Je n’ai pas besoin d’appeler la police ? », je dois sûrement avoir les yeux grands ouverts en disant cela, mon visage exprimant certainement la peur.

Alors que je m’apprête à le menacer de nouveau, je l’entends m’expliquer la fameuse soirée de hier soir, avec une voix qui, étrangement, me rend moins anxieuse. Je sourcille un peu, non pas que je ne crois pas en ses dires, mais ne me rappelant plus, je ne sais pas si je dois réellement le croire ou si je dois continuer à me méfier. Ceci dit, au fond, il ne m’a pas l’air si méchant que ça et il a l’air plutôt digne de confiance, en plus de cela, son discours tient la route car j’ai l’impression que cela me dit quelque chose. « hum . . . hum . . . » je marmonne un peu, essayant tant bien que mal de m’assurer qu’il a raison et d’écouter chaque détail de son discours. Si ce qu’il dit est vrai alors je n’ai rien à craindre de lui et je devrais même le remercier de m’avoir hébergé vu mon état de la veille. J’aurai très certainement pu tomber sur un malfaiteur, un pervers ou quelque chose dans le genre. Néanmoins, je ne dois pas pour autant baisser mes gardes ! Peut-être qu’il est un beau parleur et qu’il me dit ça juste pour mieux m’avoir. Je ne veux pas tomber trop facilement dans le panneau.

Je m’étouffe presque quand il précise que les femmes ne l’attirent pas du tout. Vraiment ? Je le fixe de haut en bas, essayant de trouver la faille, de voir si ce n’est pas une blague, mais il a l’air très sérieux et il a l’air de ne pas avoir honte de le dire. Je ne sais pas si je dois me sentir encore plus en sécurité ou pas. Récemment, j’ai vu un drama où le jeune homme se fait passer pour un homosexuel juste pour se rapprocher de la jeune femme qui l’héberge, alors le discours de l’homosexuel, j’ai quand même du mal à l’avaler. Mais je me dis qu’un véritable pervers n’aurait sûrement pas dit une telle chose, donc cela supprime de nouveau quelques doutes que j’avais sur lui. Je le fixe encore quelques secondes essayant de bien assimiler tout le flot d’informations qui arrive d’un coup. Donc si je résume dans ma tête, il a juste voulu m’aider car j’étais certainement très saoule pour pouvoir me débrouiller toute seule, il est homosexuel, attentionné et en plus de cela, j’aurai fait la conversation avec lui ?!? Autant dire que je suis très surprise par autant de choses positives, c’est presque très étrange. Je n’ai pas pour habitude qu’on prenne soin de moi, au contraire ! Et puis, je n’ai surtout pas l’habitude de converser avec un inconnu. Je ne sais pas ce que j’ai bien pu lui dire mais j’espère juste ne pas avoir trop dit. Grimaçant, je baisse les armes et me détends un peu plus. « Ne croyez pas que je ne vous crains plus, mais votre discours tient juste la route, ceci dit, je reste tout de même sur mes gardes, je n’ai pas pour habitude de me retrouver nue chez un inconnu ! » dis-je en le fixant avec intensité. Je rajoute rapidement « je ne sais pas ce que j’ai bien pu dire hier soir, mais sachez que je ne parle généralement jamais de moi, alors quoique j’ai pu dire ou faire, oubliez ! ». Oui j’avoue avoir peur de ce que j’ai pu lui dire. N’ayant aucun souvenir, cela m’angoisse un peu. Je le regarde un moment dans sa cuisine, et me pince les lèvres, hésitante à dire ce qui me vient à l’esprit immédiatement. « Pour que je puisse te faire confiance . . . je veux bien que tu me fasses la cuisine », et voilà que je le vouvoie et en plus de cela, j’ose rester chez lui pour manger ! Non pas que j’ai totalement confiance, mais j’ai juste extrêmement faim et mon ventre ne cesse de gargouiller depuis tout à l’heure. En même temps, l’alcool, ça creuse !


Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 9 Sep - 15:24
Yeo Jin & Han Byul
Don't worry, nothing happened ... ♦



Ses paroles me tirent un sourire. Si seulement elle savait que ce ne serait pas une première pour moi de me réveiller chez un inconnu. À force de boire un peu trop et de ne pas dire non à quelques aventures d’un soir. Cependant, cela ne m’est jamais arrivé de boire au point de tout oublier de la veille. Je me suis déjà réveillé un peu perdu, mais en cherchant bien dans ma mémoire, je finissais pas me souvenir d’où j’avais atterris. Toutefois, c’est vrai, que si elle ne se souvient pas de la veille, elle a une bonne raison de paniquer, mais elle peut me croire quand je dis qu’elle n’a rien à craindre. Certes, j’ai un sale caractère et je ne suis pas toujours très sympathique, surtout quand on me cherche, mais je ne suis pas du genre à faire du mal à quelqu’un sans raison. Cela dit, elle n’est pas censé le savoir. Après tout, avant la soirée d’hier nous ne nous connaissions absolument pas et je suis sûr qu’elle aurait pu tomber sur quelqu’un de mal intentionné. C’est bien pour cela que je ne l’ai pas laissé rentrer seule. Je me doutais bien qu’elle risquait de ne pas être très rassurée en se réveillant. Cependant je pense qu’il vaut mieux se réveiller et paniquer un peu avant de se rendre compte que tout va bien, plutôt que de se rendre compte qu’on a vraiment quelque chose à craindre. Qui sait quel genre de fou traine dans les rues la nuit …

- C’est vrai … Et tu n’es pas obligée de me faire confiance si tu ne le veux pas, mais je m’attendais au moins à un merci.

Je lui adresse un sourire. Puis Yeo Jin panique vraiment, quand je lui dis qu’il ne sera pas nécessaire d’appeler la police.

- Tu n’as pas besoin d’appeler la police, car je n’ai pas l’intention de te faire quoique ce soit. Dès que tu veux partir, tu es libre de le faire, la porte d’entrée est ouverte. Maintenant que je sais que tu vas mieux qu’hier soir, je n’ai aucune raison de te forcer à rester ici.

Bien que je ne sois pas décidé à la laisser comme ça … Elle m’a raconté certaines choses de son passé hier. Des détails qu’elle avait visiblement plus l’habitude de garder pour elle. Yeo Jin me l’a confié elle-même. Je ne suis pas du genre protecteur et quand il s’agit de consoler quelqu’un, je suis vraiment nul, malgré mes efforts … Néanmoins, certaines personnes font exception. Je lui explique alors ce qu’il s’est vraiment passé hier soir. Inutile de la laisser se faire des films, c’est la faire paniquer pour rien. Elle m’a confié certaine chose, alors autant en faire de même de mon côté, non ? Je lui avoue que les femmes ne m’attirent pas, ce qui semble la surprendre. Je souris. Je repense brièvement à ce qu’elle m’a dit.

- Ce ne sont pas des choses faciles à oublier, tu n’as pas eu une vie facile … dis-je simplement.

C’est juste un constat, je ne veux pas être indélicat, mais parfois je le suis malgré moi malheureusement. Je me fie simplement à ce qu’elle m’a dit. J’ai encore mes deux parents et je n’ai jamais eu de problèmes à l’école, alors je ne peux pas vraiment savoir ce que cela fait de vivre tout cela, des intimidations et la perte d’un proche. Bien que je ne sois pas d’un naturel très empathique, cela ne m’empêche pas de compatir par moment. Puis la conversation se porte sur le petit déjeuner. Je dois donc lui faire à manger pour gagner sa confiance ?

- Tu n’es pas bien compliquée, s’il te faut juste cela pour faire confiance.

Je plaisante bien entendu. Mon sourire le prouve. Je vous rappelle que depuis qu’elle s’est réveillée le but premier est de la mettre en confiance et de faire en sorte qu’elle ne panique plus. C’est blessant de se faire prendre pour quelqu’un de mal intentionné, dans les moments où on a aucune intention de l’être. Puisque je ne pourrais pas dire que je n’ai jamais causé de tort à personne, ce serait mentir … Certains ont fait les frais de mon sale caractère et de mon côté peste.

- Puis, tu commences déjà à me faire confiance, dis-je pour la taquiner. Tu m’as tutoyé et tu acceptes aussi de rester manger …

L’expression de son visage redevient légèrement paniquée.

- Je plaisante, tu n’as vraiment rien à craindre.

Habituellement, je mange un peu ce qui me tombe sous la main le matin ou ce qui me fait envie, parfois du sucré ou d’autres fois du salé, mais je ne sais pas ce que Yeo Jin aimerait …

- Et qu’est-ce que tu voudrais manger ?

J’ai fait les courses il n’y a pas si longtemps, alors les placards sont loin d’être vide, je trouverai bien quelque chose qu’elle aime. J’attends une réponse de la part de Yeo Jin et ensuite elle ira sûrement s’habiller. Je ne peux pas lui proposer des vêtements propres, car je n’ai aucuns vêtements féminins qui trainent dans l’appartement. Finalement j’ajoute :

- Le temps que je prépare le petit déjeuner tu pourras t’habiller et prendre une douche si tu en as envie, la salle de bain est à droite au bout du couloir.

De toute façon, l’appartement, bien que spacieux, n’est pas immense, il y a peu de chance qu’elle se perde. Au pire elle atterrira dans ma chambre ou dans le bureau.

   
Codes par Wild Hunger.

Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 11 Sep - 20:47
"Mais qu'ais-je donc fait pour me retrouver nue chez un inconnu ?"
Lim Han Byul & Han Yeo Jin.
Oh vraiment ? Ce jeune homme s’attend à un merci venant de ma part ? C’est assez surprenant, voir même déconcertant. Certes il m’a quelque peu sauvé, en quelque sorte, il a sûrement pris soin de moi, mais je ne peux que douter de cette réalité qui vient uniquement de lui. N’ayant aucun souvenir, je ne peux pas encore le remercier de m’avoir ramené chez lui et déshabillé en plus de cela. Je ne suis pourtant pas une femme malpolie, qui ne sait pas dire le mot Merci, mais dans ce genre de circonstances, il est difficile de remercier une personne pour une chose dont on ne s’en souvient plus. Je me contente donc d’hausser les épaules, l’air d’ignorer sa remarque. Si les circonstances avaient été différentes, j’aurai réagi différemment, mais là, ce n’est malheureusement pas le cas. Ce n’est tout de même pas de ma faute si la situation est ambigüe . . . enfin si c’est en partie de ma faute si je n’ai aucun souvenir de la veille. Lui il en a, moi non, alors comment puis-je juger ? Si seulement par un simple coup de baguette, mes souvenirs pouvaient revenir, ça serait tellement plus simple pour moi et je serai beaucoup moins réticente vis-à-vis de cet inconnu. Néanmoins, sa gentillesse me pousse au final à baisser les armes, à accepter de croire cet inconnu. En même temps, je n’ai pas d’autres choix que de le croire et puis, il m’a l’air un peu digne de confiance, même si je sais pertinemment qu’il faut toujours se méfier des personnes trop sympathiques, cela cache forcément quelque chose. Je laisse donc de côté, pendant un moment, cette méfiance excessive et décide de me fier à lui. Je ne sais pas si c’est une bonne chose ou pas, mais je le saurai très rapidement. « Je veux bien croire à toute cette histoire alors ».

Un vent de panique me transperce de nouveau. Comment peut-il savoir que je n’ai pas eu la vie facile ? Qu’est-ce que j’ai bien pu raconter cette nuit-là ? J’espère que je n’ai pas trop dit, j’espère que je ne lui ai pas raconté mes cicatrices, tout mon parcours de vie ? Non ce n’est pas possible, j’ai sûrement dû parler d’autre chose, je ne suis pas du genre à parler de moi, de mon passé, je n’ai même jamais parlé à quiconque de mon passé, donc ce n’est pas à un inconnu que je vais le faire. « Ahah ! Oui tout le monde la vie dure avec les études, les professeurs et tout ça » dis-je pour me rassurer. « J’ai sûrement dû te parler de mes études, mais je n’ai pas eu une vie si difficile que ça ». Je tente de rattraper le coup, de dévier la chose. A vrai dire, j’ai envie de lui demander ce que j’ai bien pu lui dire hier soir, mais je n’ose pas, en tout cas, pas pour le moment. « Bref, en tout cas, il faut oublier ce que j’ai dit, qu’importe ce que j’ai dit, il est préférable . . . » pour moi ai-je envi d’ajouter, mais je n’en fais rien et me contente de baisser les yeux, un peu honteuse et ne sachant pas quoi ajouter d’autre. Je finis par me focaliser sur la nourriture, mon ventre criant famine. « Ce n’est pas que je ne suis pas compliquée, mais c’est juste que . . . et bien . . . l’alcool ça donne faim ! et tu n’aimerais pas que je tombe dans les pommes dans ton appartement, déjà que j’ai dormi ici . . . nue, je ne vais quand même pas rester encore plus longtemps ». Au moins je tente de me justifier, même si c’est une justification totalement débile mais un peu vrai.

« Ne crois pas que je désire te faire confiance ou que je te fais confiance, c’est juste que je n’ai pas le choix ! » dis-je en prenant encore un peu de recul. Je ne veux pas qu’il profite d’un moment de faiblesse pour m’attaquer ou pour me faire je ne sais quoi de bizarre et de dangereux. « Et même si je n’ai rien à craindre, comme tu le dis, je préfère quand même garder une certaine réserve, on ne sait jamais. Les personnes qui parlent le mieux sont en général les personnes les plus dangereuses » dis-je en le fixant. Je le sais mieux que personne . . .
Pensant à autre chose, je me concentre sur sa question. « Hum . . . je ne sais pas vraiment, je ne suis pas compliquée, du moment que ce n’est pas empoisonnée, je mange de tout ». Déjà que j’avais dormi ici hier soir, maintenant, je m’apprête à manger chez lui, je ne vais quand même pas dire ce que je souhaite manger. « Oh oui bonne idée, je vais juste aller m’habiller par contre ». J’ai totalement oublié que je suis encore dénudée et que je ne porte pas encore mes vêtements, il faudrait peut-être que je sois plus présentable. Je retourne rapidement dans la chambre et m’habille tout aussi rapidement, pour ne pas perdre de temps. Non pas que je n’ai pas confiance, mais je préfère quand même vérifier qu’il ne va rien injecter dans la nourriture. En même temps, je prends la responsabilité de manger chez lui . . . je suis vraiment, totalement, folle ! Je devrais plus partir, de suite, au lieu de rester ici. Pourquoi est-ce que je reste ici alors que je ne le connais pas ? C’est sûrement l’effet alcool.
Après m’être habillée, je retourne rapidement dans la cuisine pour regarder ce « Han Byul » faire ». « Au passage, je ne t’ai pas remercié pour ce que tu as fait hier soir . . . alors merci . . . même si je ne suis pas encore sortie de chez toi vivante, mais . . . merci quand même ». Je n’ose pas encore sourire mais je me contente d’être un peu sincère dans le ton de ma voix. « Et sinon tu as quel âge en fait ? Tu fais des études ? ». Autant lancer la conversation.



Invité
Invité
Ce message a été posté Dim 20 Sep - 12:27
Yeo Jin & Han Byul
Don't worry, nothing happened ... ♦



Yeo Jin semble surprise quand je lui dis que j'attendais des remerciements. Je ne faisais que la taquiner. Je pensais qu'avec un peu d'humour elle se détendrait, mais elle n'est visiblement toujours pas décidée à me faire confiance. Je peux la comprendre, vu la situation, mais bon … Si j'avais vraiment voulu lui faire du mal, je n'aurais pas attendu qu'elle se réveille. Je me montre aussi sympathique que possible. Autant ne pas faire ressortir mon sale caractère dans ce genre de moment, cela ne ferait que la braquer encore plus. Puis, malgré le fait que je sois très têtu et franc, je me montre hostile uniquement envers les personnes que je ne porte pas dans mon cœur. Yeo Jin ne m'a rien fait pour mériter cela et elle ne me semble pas méchante, alors je ne vois pas pourquoi je le serai aussi. Je souris alors qu'elle me dit qu'elle me croit. C'est un bon début. Yeo Jin me demande d'oublier ce qu'elle a pu me dire quand elle était ivre. Cependant, je ne pense pas que cela va être si facile à faire, vu ce qu'elle m'a dit. Ce que je lui fais remarquer. Elle essaie de se justifier et un léger sourire se dessine sur mes lèvres.

- Je ne parle pas de cela … Mais je n'en parlerai pas si tu ne veux pas.

Puis bien sûr je n'en parlerai pas autour de moi, cela va de soi. Je ne vois même pas pourquoi je le ferai. Certes parfois je peux avoir le comportement de la parfaite petite peste qui repend des rumeurs et parle de ce qu'elle sait sur telle ou telle personne, mais c'est uniquement pour me venger ou pour embêter ce que je ne porte pas dans mon cœur. Encore une fois, Yeo Jin ne fait pas partie de ces personnes alors elle n'a rien à craindre. Pour le moment je mets cela de côté.

- Non tu ne m’as pas vraiment parlé de tes études, rectifiais-je.

Le sujet est rapidement clôt et je souris en l’entendant se justifier. Effectivement je n’aimerais pas qu’elle fasse un malaise ici.

- Détends-toi, je plaisantais, souriais-je.

Elle n’a pas le choix … Bien sûr. Elle pourrait s’habiller, prendre ses affaires et ne pas demander son reste. Cependant, elle n’a pas l’air de vouloir le faire. Je suis sûr que dans le fond Yeo Jin sait qu’elle peut me faire confiance, mais elle ne veut pas l’admettre. Ce qui me fait sourire. Ses déductions m’amusent, même si dans le fond elle n’a pas tort. On peut souvent se faire avoir pas un beau parleur. Je n’insiste pas sur le fait qu’elle n’a rien à craindre, elle le comprendra bien assez vite. Je lui demande simplement ce qu’elle veut manger. Puis je lui propose de s’habiller et de prendre une douche. Proposition qui semble la ravir.

Comme elle m’a dit que cela lui était égal, j’ai fait cuir un peu de riz et des œufs. Yeo Jin revient peu de temps après. Je lève rapidement la tête vers elle, avant de reporter mon attention sur la cuisson des œufs. Yeo Jin finit par me remercier.

- De rien, c’est normal et ne t’en fais pas tu ressortiras d’ici vivante.

Je ne suis pas du genre à me faire du souci pour les autres H24, mais quand je l’ai vu dans cet état hier et que personne ne semblait s’en soucier. Je ne pouvais pas la laisser. Je sais ce que l’alcool peut faire ou faire faire quand on est dans un état pareil. Je ne voulais pas qu’elle fasse quelque chose qu’elle allait regretter ou que quelqu’un en profite. Yeo Jin me pose d’autres questions, soudainement moins méfiante. Je ne dis rien, je préfère ça.

- J’ai 21 ans et j’étudie à RPS dans la section art, cinéma plus précisément, expliquais-je en coupant le gaz sous les œufs.

Je sers du riz dans deux assiettes et dépose les œufs dessus.

- Tu peux t’assois, dis-je en lui indiquant la table de la cuisine.

Je dépose une assiette devant elle et l’autre pour moi, avant d’aller chercher des couverts. Moos commence à faire le bazar dans sa cage. Il a ses petits moments comme ça, je trouve cela amusant.

- Et toi ? Demandais-je en lui retournant les questions qu’elle vient de me poser.

Je m’installe à table non loin d’elle.

- Il y a une raison particulière pour que tu aies autant bu hier ? … Désolé, cela ne me regarde sans doute pas,
me rattrapais-je.

Il y a peut-être une raison ou alors c’était juste « pour essayer ». Je ne peux pas dire qu’on ne boit jamais pour le fun, car cela m’est arrivé bien souvent … Je sais que je ne suis pas un exemple à suivre. Heureusement que je n’ai pas de petit frère ou de petite sœur, je l’aurais bien mal influencé.

   
Codes par Wild Hunger.

Invité
Invité
Ce message a été posté Jeu 24 Sep - 21:30
"Mais qu'ais-je donc fait pour me retrouver nue chez un inconnu ?"
Lim Han Byul & Han Yeo Jin.
J’avale difficilement ma salive lorsqu’il me précise que je ne lui ai, semble-t-il, pas parlé de mes études. Alors dans ce cas, il n’y a qu’une seule chose que j’ai pu dire pour qu’il puisse faire une telle remarque, mais je refoule cette hypothèse. Surtout, je dois conserver mon calme et ne pas montrer une once de malaise ou toute autre émotion qui pourrait me mettre en danger. Peut-être qu’il a simplement dit cela pour me déstabiliser et que je n’ai pas autant dit que ce qu’il semble me faire croire. Les hommes sont capables de dire quelque chose pour en faire dire plus que ce qu’ils ne savent à la base. J’ai tellement lu de livres là-dessus et je me suis tellement rendue compte de ces choses-là que je préfère me méfier. C’est peut-être juste une manière pour me faire parler, ou pas. « Hum . . . si tu le dis » dis-je l’air ailleurs. Autant que je passe à autre chose, je ne préfère pas trop cogiter et m’angoisser là-dessus. Je fais un sourire discret lorsqu’il me taquine sur le fait qu’au final, je suis une femme facile à amadouer, avec simplement de la nourriture. Normalement la devise dit qu’un homme se fait toujours prendre par une femme juste en lui concoctant des bons petits plats et qu’il suffit de faire plaisir à son estomac pour devenir la meilleure à ses yeux, mais je pense que cela fonctionne aussi dans le cas contraire, surtout lorsque l’on est une femme comme moi. Je ne suis pas gourmande et je ne suis pas quelqu’un qui mange énormément, mais j’apprécie la nourriture, c’est tout.

Après m’être habillée, je reviens donc vers lui, dans la cuisine, pour faire, peut-être, plus ample connaissance et savoir qui est celui qui m’a en quelque sorte kidnappé, même si juridiquement, ce n’est pas le cas. « J’espère bien, car de toute manière, si je ne ressors pas vivante d’ici, tu ne ressortiras pas non plus vivant » dis-je, tout en gardant un air menaçant. Même si je reste et même si, au final, malgré moi, je lui fais confiance, je préfère toujours garder un œil sur lui. Tant que je ne serai pas à l’extérieur, je ne pourrai pas entièrement lui faire confiance. Toujours rester prudente, telle est ma devise. Je le questionne donc sur sa vie et je suis surprise d’entendre qu’il se trouve dans la même université que moi. Certes, je ne croise pas tout le monde sur mon chemin, mais je ne crois pas l’avoir déjà vu quelque part. « Oh, comme c’est étrange ! Moi aussi j’étudie à RPS, mais pas dans la même section et je suppose que ce n’est pas la même année non plus ». Ceci dit, je viens tout juste de réaliser que cela signifie que je risque de le croiser à nouveau . . . Je ne sais pas si cela peut devenir un problème ou pas. « ça veut dire que l’on a des chances de se croiser à nouveau, mais RPS est tellement grande que je doute que cela soit le cas » ou alors je n’espère pas, surtout s’il en sait assez sur moi pour ternir ma réputation.

Je ne perds pas mon temps et m’assois devant lui, regardant l’assiette qu’il met devant moi. Je me rends compte que j’ai réellement très faim. Je ne pensais pas que l’alcool pouvait donner de tels symptômes. « Moi . . . et bien j’ai 20 ans et j’étudie la mode, principalement le stylisme, mais je fais aussi du mannequinat car on ne sait jamais si je ne trouve pas de travail par la suite et puis autant faire deux choses plutôt qu’une ! ». Bien sûr, je ne doute pas de mes capacités à être styliste plus tard, mais il est préférable d’avoir une roue de secours, même si je doute qu’être mannequin soit réellement une roue de secours. Je commence à goûter à son plat alors qu’il me demande la raison de mon ivresse de hier soir. Je m’étouffe presque avec le riz et le fixe pendant un moment. « Oh et bien . . . », je ne sais pas si je devrai lui en parler, à vrai dire, il n’y a pas de véritable raison. « En général les personnes boivent pour oublier leurs problèmes ou par simple habitude ou alors parce qu’ils sont entraînés par les autres, mais . . . je voulais essayer de boire. A vrai dire . . . ». Je n’ose pas vraiment le dire, non pas que j’ai honte, mais je sais que cela peut paraître bizarre. « Je n’ai jamais réellement bu dans ma vie ! Je ne suis pas sortie dehors pendant trop longtemps . . . on va dire ça comme ça » dis-je en plongeant mon regard dans mon plat. J’ai déjà dit trop. « Et toi ? Tu es un habitué des bars c’est ça ? Vu comment tu sembles tenir l’alcool, je suppose que oui non ? Tu pars souvent avec tes amis dans les bars ? Vous buvez beaucoup ensemble ? Tu n’es pas influencé par les autres parfois ? ». Ça fait beaucoup de questions qui sont semblables, mais je suis intriguée. A vrai dire, je ne sais pas ce que ça fait que de boire avec des amis . . .



Invité
Invité
Ce message a été posté Ven 25 Sep - 15:04
Yeo Jin & Han Byul
Don't worry, nothing happened ... ♦



Je ne bluffe pas juste dans l'espoir qu'elle en dise plus. Yeo Jin m'a réellement parlé de choses plus personnelles que ses études, mais visiblement, cela la dérange d'en avoir parlé, alors je décide de ne pas en dire plus. Si elle ne veut pas en parler, c'est son choix et je respecte. Après tout, moi aussi il y a des choses que je préfère garder pour moi et si quelqu'un venait à le savoir je compterais sur sa discrétion. Je vais donc en faire de même pour Yeo Jin. J'aimerais qu'elle me fasse un peu plus confiance, alors c'est une bonne occasion pour le lui prouver. Yeo Jin essaie de rapidement passer à autre chose et je n'apporte plus le sujet. Elle part s'habiller et pendant ce temps, je continue de préparer le petit déjeuner. J'ai presque terminé lorsqu'elle revient dans le salon. Je souris amusé. Elle me pose des questions sur ma vie. Comme elles ne sont pas trop personnelles et que je n'ai rien à cacher sur ce sujet, je lui réponds. Visiblement nous venons de la même université. Je ne l'ai jamais vu là-bas … En même temps, comme Yeo Jin le dit elle-même c'est grand, alors c'est sans doute normal. Il y a beaucoup d'élèves aussi.

J'apprends donc, qu'elle étudie à RPS mais dans la même section que moi et pas la même année non plus d'après elle. Je me demande comme elle peut en être si sûre, j'ai l'impression qu'elle a le même âge que moi ou presque.

-          Peut-être, répondis-je simplement avec un léger sourire.

De mon côté, j'aimerais bien la croiser à nouveau. Yeo Jin est sympathique et vu ce qu'elle m'a raconté hier, je ressens l'envie d'être à ses côtés. En ami bien entendu, ce n'est pas contre elle, mais je n'ai pas changé subitement. J'aime toujours les hommes. Elle s'assoit à table et je pose une assiette devant elle. Je m'assois ensuite. Yeo Jin m'explique alors dans quelle section elle est.

-          Maintenant que je sais ce que tu étudies, je pourrais m'arranger pour trouver les salles où tu as cours et te croiser à RPS, dis-je pour plaisanter.

Je ne précise pas que je rigole. Elle le comprendra sans doute elle-même. Sinon je le lui dirait. Elle n'a pas à s'en faire, je ne suis pas un stalker fou. Nous commençons à manger et je lui pose une question sans doute un peu indiscrète. Cependant, Yeo Jin me répond. J'acquiesce d'un signe de tête me souvenant de ce qu'elle m'a dit hier, mais je ne dis rien.

-          Je comprends mieux pour l'alcool t'es vite monté à la tête hier, si tu n'as pas l'habitude.

J'ai remarqué que pour éviter de parler d'elle, Yeo Jin pose souvent pleins de question. Elle détourne habilement le sujet de la conversation de cette façon. Je vais la laisser tranquille pour aujourd'hui, je n'aborderais le sujet que si nous devons nous voir à nouveau.

-          Habitué ? Tu veux me faire passer pour un alcoolique ? Demandais-je faussement vexé.

Je souris.

-          C'est vrai, je sors beaucoup et à force je tiens mieux l'alcool, mais je te rassure au début j'étais comme toi, l'alcool me montait très vite à la tête et je finissais rapidement ivre.

Je m'arrête là. Elle n'a pas forcément besoin de connaître tous mes déboires à cause de mes sorties nocturnes.

-          Je sors souvent avec mes amis, mais pas toujours dans des bars, je tiens à préciser que nous ne passons pas notre temps à boire, tout de même. Est-ce que je suis influencé ? Au départ, sans doute. Maintenant, non, je ne pense pas. Si je n'ai pas envie de sortir ou si je ne peux pas, je n'y vais.

Je pose mon regard sur elle.

-          Cela t'étonnera peut-être, mais je peux être sérieux quand je veux et par exemple pendant les périodes d'examens, je ne sors pas, même si on me le propose.

Quand je suis arrivé à Tōkyō j'étais sans doute un peu influencé, mais plus maintenant et depuis longtemps je dirais.

-          Pourquoi ? Tu as décidé de boire sous influence de quelqu'un ? Tu sais ce n'est pas parce que beaucoup d'élèves aiment faire la fête et boire qu'il faut faire pareil. Même si je fais partie de cette catégorie, je te dirais que ce genre d'élèves sont loin d'être un exemple.

Je ne critique pas vraiment, car comme je disais, j'en fais partie de ces élèves, mais c'est un fait.

-          Alors ? Je me débrouille bien en cuisine ? Demandais-je soudainement. Tu vois, tu es encore debout, je n'ai rien empoisonné, la taquinais-je encore un peu.

   
Codes par Wild Hunger.

Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 30 Sep - 21:15
"Mais qu'ais-je donc fait pour me retrouver nue chez un inconnu ?"
Lim Han Byul & Han Yeo Jin.
Je ne sais vraiment pas si je dois me réjouir du fait qu’il soit dans la même université que moi ou si je dois plutôt craindre. Franchement, j’ai du mal moi-même à savoir ce que je souhaite le plus. Bien sûr, dans un cas normal, j’aurai tout fait pour ne pas le croiser de nouveau, étant vigilante pendant les deux premiers mois suivant cette rencontre, regardant à chaque fois autour de moi, devenant presque paranoïaque, mais cet homme ne semble pas être quelqu’un qui s’amuse à ruiner la réputation des autres, et qui va dévoiler, à quiconque souhaite le savoir, des choses très personnelles. Bien sûr, je ne veux pas être sûre de ce pressentiment, la vie m’a appris à me méfier de mes pressentiments. Encore une fois, ce n’est pas parce que quelqu’un te semble aimable aux premiers abords qu’il l’est forcément. Je suis décidément un cas irrécupérable. J’écarquille des yeux lorsqu’il me précise qu’il va tenter de me retrouver dans l’école. Est-il sérieux ou est-ce une blague ? Non pas que je craigne brusquement pour ma vie, mais j’ai tout de même quelques doutes. Bien sûr dans des circonstances normales, j’aurai rigolé et j’aurai même apprécié, mais n’étant pas dans des circonstances dites « normales », j’ai du mal à trouver cela marrant. « Tu es sérieux ? Ou c’est une blague ? Non pas que je n’ai pas envie d’avoir un stalker mais . . . je préférerai éviter » dis-je en faisant un grand sourire naïf, l’air de lui faire comprendre qu’il n’a pas intérêt à en devenir un.

La suite de la conversation s’oriente plus vers les raisons du « Pourquoi est-ce que j’ai bu autant hier soir ? ». J’avoue que ma raison est très étrange et peut paraître totalement débile. Qui boirait autant juste pour tester à part moi ? En même temps il faut comprendre dans quel contexte j’ai vécu pendant plusieurs années. Au moins Han Byul s’abstient de tout jugement et semble même comprendre la raison de mon enivrement. Il faut dire que j’ai 20 ans et que je n’avais encore jamais bu autant, alors qu’en général, les jeunes font la fête depuis bien plus jeune, commencent à boire depuis bien plus longtemps. Bien sûr, je ne veux pas être le mouton qui suit, mais c’est juste que j’avais particulièrement envie de goûter à cet élixir et savoir les effets que cela pouvait engendre. Mais maintenant je sais et je ne vais pas renouveler l’expérience. Je lui retourne la question. Je souris un peu car je n’insinuais pas qu’il était un alcoolique, mais je supposais juste que peut-être, il pouvait l’être, mais en même temps, il ne semble pas être un de ces hommes qui passent leur soirée à boire des litres et des litres d’alcool. « Hum . . . alors cela veut dire que mon corps va finir par s’habituer ! Je pense que toute nouveauté entraîne un certain enjouement ! C’est tout nouveau pour moi, alors je pense que j’ai voulu abuser . . . trop peut-être ». Bien sûr, je ne compte pas m’enivrer souvent, mais juste peut être de temps en temps, mais peut être en compagnie de personnes et non pas seule, ça pourrait être effectivement dangereux.  

J’écoute avec une attention particulière ce qu’il dit, jalousant un peu le fait qu’il ait des amis, avec qui boire. Si seulement . . . je chasse rapidement les idées noires de mon esprit et prends une part de mon plat, sans même m’en rendre compte. Alors avoir des amis ne veut pas forcément dire être influencé par l’un ou par l’autre, je comprends mieux, enfin je crois. Peut-être qu’un jour moi aussi je serai dans la même situation que lui. « Hum . . . je vois, alors ce n’est pas toujours comme ça ! L’un n’influence pas forcément l’autre » dis-je l’air ailleurs. Je repense à toutes ces filles qui me frappaient, parce qu’une avait commencé et que les autres en faisaient de même. N’avaient-elles pas été influencées ? Etait-ce parce qu’elles avaient voulu me frapper aussi ? Je reviens à la réalité et souris en imaginant Han Byul derrière une tonne de livres. A vrai dire, ce n’est pas bien difficile de l’imaginer devant des milliers de livre, il a un peu une tête de quelqu’un qui sait travailler en temps et en heure. « Oh mais je ne remets pas en question ton sérieux, ne t’en fais pas ! ». Il n’a pas à s’inquiéter là-dessus. « Et non pas du tout, je n’ai jamais bu sous l’influence de quelqu’un, c’est juste que je me posais la question . . . ce que ça fait que d’être avec des personnes pour boire, quelles sont les conséquences » dis-je en baissant un peu la voix, honteuse d’avouer quelque part que je n’avais encore jamais bu avec quelqu’un. Je sais qu’en plus il a raison, ce n’est pas parce que les jeunes boivent que je dois en faire de même, mais il faut avouer que depuis que je suis rentrée à l’université, j’ai envie de tester, pour paraître plus normale, comme les autres peut être, pour ne pas être de nouveau rejetée par les autres. Mais ça, je ne peux pas le lui dire.

Prenant une autre bouchée de son plat, je suis surprise lorsqu’il me demande si c’est bon. C’est vrai que je ne suis pas encore morte, mais ça ne veut pas forcément dire que je ne serai pas empoisonnée par la suite. « Hum . . . écoute si je suis encore vivant d’ici demain, c’est que ton repas n’était pas empoisonné, sauf si tu as craché dedans en cachette, ce qui est possible aussi » dis-je en fixant un moment le plat devant moi. Il n’aurait quand même pas . . . ? Non impossible. « Mais je dirai que tu te débrouilles plutôt bien pour le moment » dis-je avec un léger sourire. « Tu n’es pas encore bon à marier, mais bientôt ! ».




Invité
Invité
Ce message a été posté Mer 7 Oct - 19:29
Yeo Jin & Han Byul
Don't worry, nothing happened ... ♦



Je la taquine en lui disant que je pourrais la stalker maintenant que je sais dans quelle section elle étudie. Yeo Jin ne semble pas rassurer, ce qui me fait sourire. Elle n'a vraiment rien à craindre venant de moi. Sa réaction me tire un petit rire.

- Non, non, je suis très sérieux, je viendrais te voir à la fin de chacun de tes cours, affirmais-je.

Cependant, je ne peux retenir un rire après cela et ma petite plaisanterie est bien vite découverte.

- Je plaisante ! Je t'ai déjà dit que tu n'avais rien à craindre.

Je lui adresse un sourire qui se veut rassurant.

- Tu es vraiment très méfiante … Constatais-je.

Ce n'est pas méchant. Je ne fais que constater. Toutefois, vu ce qu'elle m'a raconté hier, je peux comprendre. Je n'en parle pas, car Yeo Jin m'a bien fait comprendre qu'elle ne le voulait pas. Je veux lui prouver qu'elle peut avoir confiance, alors je n'aborderais pas le sujet et bien entendu je garderai ce que je sais pour moi. Je ne vois pas pourquoi j'irai le raconter à qui que ce soit de toute façon. Ce sont des informations personnelles et je n'ai pas l'intention de lui causer du tort. Je ne dirais pas que je n'ai jamais causé de tort à personne, mais c'est uniquement si j'ai pris quelqu'un en grippe ou si on m'a fait une crasse en premier. Yeo Jin ne remplit aucun critère. Au contraire, je l'ai même prise en sympathie. Son côté vulnérable d'hier soir, sa méfiance et son caractère qui semble tout même affirmé, la rendent attachante. Je n'ai pas l'intention de la laisser une fois qu'elle sera partie. Je ne la stalkerais pas comme j'ai pu lui dire pour la taquiner, mais je compte aller lui parler de temps en temps, prendre des nouvelles … Pourquoi ne pas devenir amis. Sans la forcer bien entendu, si elle ne veut plus voir après avoir quitté l'appartement je ne m'en formaliserais pas.

Je lui demande ensuite pourquoi elle a bu autant hier soir. Elle semble hésiter à me répondre. Puis Yeo Jin finit par me dire que c'était l'engouement de la première fois. Je peux comprendre, je suis passé par-là aussi.

- Tu connaitras tes limites pour la prochaine fois. Et oui ton corps peut s'habituer, mais ce n'est pas une raison pour en abuser et puis certaines personnes ont une très faible résistance à l'alcool même avec l'habitude.

Donc c'est peut-être son cas, je ne sais pas, je ne la connais pas. Puis comme c'était la première fois qu'elle buvait autant j'imagine qu'elle ne peut pas le savoir non plus. Cependant, je ne l'encouragerais pas à recommencer pour voir si elle tiendra mieux la prochaine fois. Boire un peu c'est bien, mais il ne faut pas en abuser. Je sais que je ne suis pas le mieux placé pour faire une pub anti-alcool, car je suis le premier à pas mal boire quand je sors, mais ce n'est pas une raison pour attirer n'importe qui dans mes conneries. S'il m'arrive quelque chose un jour j'en suis le seul responsable.

Je pose deux assiettes sur la table et lui souhaite bon appétit. Je lui parle de mes sortis avec des amis où il nous arrive d'un peu trop abuser, mais bon … On en est toujours sorti indemne. Je souris amusé. Non ce n'est pas toujours une question d'influence. Enfin, j'ai souvent été entrainé par des amis qui me proposaient d'aller boire un verre, mais j'ai toujours eu la liberté de dire oui ou non. Je change un peu de sujet en la taquinant à propos du sérieux que je peux avoir en cours. Certes parfois je ne suis pas un élève modèle et je n'ai jamais trop été quelqu'un de scolaire. Cependant, j'ai la chance d'avoir des facilités qui ont fait que je m'en suis toujours bien sorti malgré tout et maintenant que je fais des études en rapport avec ma passion, le cinéma, je me suis en quelques sortes réconcilié avec les cours.

- Les conséquences ne sont pas toujours belles à voir …

L'alcool peut faire des ravages parfois, mais bon c'est une autre histoire.

- Et si tu veux, la prochaine fois que je sors avec des amis tu viens avec nous. Tu ne seras pas seule comme ça et je pourrais garder un œil sur toi si l'alcool te monte trop à la tête ?

Je lui propose cela par sympathie, elle a l'air d'être un peu solitaire, ça pourrait lui changer un peu.

- Et tu ne seras pas la seule fille, ne t'inquiètes pas.

J'ai des amies filles également et il n'est pas rare qu'on sorte en petit groupe. L'ambiance redevient un peu plus légère, lorsque je parle du plat que j'ai fait. Selon elle je me débrouille bien et sa dernière remarque me fait rire.

- Je ne pense pas que notre pays soit encore prêt à légaliser le mariage homosexuel, dis-je en riant un peu.

C'est sûr que c'est un sujet délicat, mais je préfère en rire dans ce genre de situation.

- Et puis, je ne pense pas que le mariage ce soit pour moi.

Je ne suis pas un grand romantique. Quand je suis en couple, je suis fidèle et affectueux, mais je n'ai jamais envisagé de me marier. Enfin, c'est comme avoir des enfants, de toute façon la question ne se pose même pas pour moi.

   
Codes par Wild Hunger.

Contenu sponsorisé
Ce message a été posté Aujourd'hui à 18:56
 

"Mais qu'ais-je donc fait pour me retrouver nue chez un inconnu ?" Feat. Han Byul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le savoir est fait pour être partagé
» Un secret est fait pour etre découvert. - Ft. LIBRE -
» L'argent, c'est fait pour être dépensé [PV Van Atha'lith]
» Y'a des gens qui sont pas fait pour s'entendre ... [PV : Ethan Valtena]
» Quel pays est fait pour moi ?
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Private Schools ::  Memories, memories! :: ܛ les archives du forum ::  Les RPS useless-